Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Secret…


Cheeta

Recommended Posts

Depuis les quelques années que j'essaie plus ou moins de me connaître, j'ai été confronté à un point qui est resté, selon moi, très obscur.

 

Il s'agit de la notion du secret qui entoure, parfois, l'étude de certaines traditions… La réflexion que je vous présente peut donc s'appliquer autant à l'ennéagramme qu'à d'autres domaines.

 

Certains organismes et enseignants, qu'il s'agisse de l'ennéagramme, des groupes Gurdjieff, des francs-maçons, des arts martiaux (et j'en passe), obligent, ou du moins conseillent très fortement à leurs membres de garder secret tout leur enseignement, excepté, souvent, s'il s'agit de recruter de nouveaux adeptes.

 

- Je ne souhaite pas ici rentrer dans une polémique secte-pas secte.

 

En tant que jeune iconoclaste, à une époque, je me suis empressé de parler de certaines choses à des gens "non- avertis". (Mais comment "avertir" sans parler ? Le serpent se mort la queue complètement). Les résultats furent inverses de ceux souhaités : les méthodes que j'avais évoquées n'avaient servi qu'à renforcer l'ego de ceux qui m'avaient écouté (ce qui reste, il est vrai, mon jugement égotique…).

 

- Parler de telles choses peut être une lourde responsabilité. Cela effraye mon type. :happy:

 

Se taire me paraît très intéressant en terme d'observation de soi et des motivations inconscientes qui sous-tendent l'acte de parler. Mais parler tout le temps et ne pas parler du tout me paraissent être deux formes d'intempérance (pour mon cas) intéressantes.

 

Dans la recherche de l'action "juste" au "bon" moment, vos témoignages aideraient sans doute le 7 que je suis à mesurer ma position et à m'intégrer… sur ce point.

 

Je souhaite à moyen terme enseigner l'ennéagramme à des jeunes de collège et j'ai peur que l'un d'entre eux (ou plusieurs !) s'en serve à de "mauvaises" fins. Peut-être devrais-je lâcher prise et faire plus confiance. (Voila que mon mental reproche à des lycéens virtuels leur supposée mauvaise utilisation du modèle, alors qu'ici et maintenant ma base et mon aile s'en donnent à coeur joie… Planification et peur ! Je m'émerveille chaque jour de l'adresse de l'ego.)

 

A vos claviers…

 

cheeta 7-6 alpha (sous-type en redéfinition)

Seb (E7 alpha, aile 6, Conservation)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

Dans le domaine de l'Ennéagramme des personnalités, il n'y a aujourd'hui aucune notion de secret. L'accès à l'information est libre, la quantité d'ouvrages publiés dans le monde entier est impressionnante, des forums comme celui-ci permettent d'échanger librement de l'information, il suffit de renvoyer un bon d'inscription pour participer à une formation.

 

Bien qu'elle ne nous concerne donc pas, la notion de secret peut avoir son utilité qui n'a rien d'obscur :

1. Le secret est une métaphore de la maîtrise de soi. Si on n'est pas capable de retenir sa langue, il est peu probable qu'on réussisse à avoir la force d'entreprendre le travail nécessaire sur soi.

2. Le secret est une métaphore du lâcher prise. Suivre les consignes d'un enseignant, c'est lâcher prise, accepter de faire quelque chose que son ego ne comprend pas ou n'aime pas. Bien entendu, ce lâcher prise n'est pas de l'aveuglement ; ce point a été largement traité dans la conversation "Comment savoir si quelqu'un est dans son essence ?"

3. Enfin le secret garantit que quelqu'un qui n'est pas capable d'enseigner n'enseigne pas.

 

Cela nous amène directement à ton deuxième point. Dans mon message du 29 novembre 2001 de la conversation évoquée ci-dessus, j'avais fait un parallèle entre l'apprentissage du développement psycho-spirituel et l'apprentissage classique. On peut le prolonger ici.

 

Quand j'apprends la physique, je ne m'auto-proclame pas professeur de physique à la fin de la première année de lycée. J'attends que quelqu'un dont la compétence est reconnue me donne le feu vert.

 

Dans le domaine du développement psycho-spirituel, nous avons tous eu, à un moment ou à un autre mais généralement assez tôt dans notre cursus, l'envie d'enseigner. Les raisons sont nombreuses. Certaines viennent de l'essence et d'autres de l'ego :

- nous sommes enthousiasmés par ce que nous apprenons et nous désirons en faire profiter ceux que nous aimons ou ceux qui nous semblent en avoir besoin ;

- notre ego essaye de récupérer ce qui a été appris et de nous faire croire que nous avons déjà tellement fait de chemin que nous pouvons enseigner (et donc parfois ralentir notre propre apprentissage) ;

- nous avons l'impression qu'enseigner est facile ; quand on suit, par exemple, un stage d'Ennéagramme, on voit un type parler et, s'il est compétent, il donne une impression de fluidité et d'aisance et il est tentant de croire que c'est aisément reproductible ; c'est oublier que s'il est compétent, il a derrière lui des années d'apprentissage, de travail sur soi et d'observation des autres ; c'est oublier aussi une loi fondamentale de la pédagogie, à savoir que les premiers niveaux sont les plus difficiles à enseigner parce qu'ils s'adressent à un public ni averti, ni même convaincu.

 

Enseigner de manière prématurée aboutit donc assez souvent à des "résultats inverses de ceux souhaités". Comme tu le dis, cela peut "renforcer l'ego de ceux qui [t']avaient écouté". Cela peut aussi renforcer ton propre ego en le soumettant à la tentation de l'orgueil.

 

Enseigner au bon moment limite les risques d'une mauvaise utilisation par les étudiants. C'est un autre avantage potentiel du secret que de trier les étudiants en fonction de leur capacité à apprendre et à bien utiliser ce qu'ils ont appris. Dans une structure où l'accès à la formation est ouvert à tous, ce risque ne peut pas être complètement éradiqué. Le problème est partiellement résolu par une structuration de la formation ne délivrant des informations sensibles qu'en fin de cursus. Enseigner est donc bien, comme tu le dis, "une lourde responsabilité". Quand quelqu'un te donne le feu vert pour le faire, il partage avec toi cette responsabilité.

 

Dans une structure non-sectaire, le secret peut donc jouer un rôle positif. En tant qu'enseignant, je n'en suis pas personnellement amateur et j'ai tendance à croire qu'il existe des solutions alternatives.

 

Le secret sectaire est différent. Il est en fait très facile de distinguer une secte d'une non-secte. L'un des critères majeurs tourne justement autour de cette notion de secret. Une secte enseigne quelque chose dont elle a l'exclusivité, là où la non-secte est toujours en concurrence soit avec d'autres organismes enseignant la même méthode et indépendants d'elle, soit avec d'autres méthodes différentes mais aux bénéfices similaires. Le secret de la secte est donc un moyen de protéger cette exclusivité.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Merci de ta réponse, Fabien.

 

Elle me paraît tout à fait juste, sur un plan théorique. :happy: Parce qu'en tant que 7… J'ai eu quelques fois affaire à certains professeurs et instructeurs qui m'ont invité à enseigner, bien tôt à mon avis. Chose que j'ai faite avec enthousiasme !

 

Cela me rappelle l'histoire d'un jeune étudiant qui dut rentrer chez lui, à Hawaï, avec une ceinture noire juste obtenue. Lorsqu'il demanda à son professeur une adresse pour continuer son apprentissage sur cette île, ce dernier lui dit : "Il n'y a pas de professeur là-bas. Enseignes-y !" L'élève ne se sentait pas prêt ; son instructeur lui dit : "Enseigner ne veut pas dire que tu es bon. Cela veut juste dire que tu es un peu moins mauvais que les autres." Réconforté par cette phrase, il devint un professeur renommé à Hawai.

 

Et une anecdote de 7, une. :happy:

 

Là encore, c'est une question de tempérance il me semble… Il est vrai que j'ai commencé à enseigner à 17 ans. J'aurai sans doute aimé devoir attendre (et persévérer !) plus longtemps.

 

Je dois bien reconnaître que je ne suis pas très clair avec tout ça. Néanmoins, il me semble que la transparence du code de déontologie me pousse à m'observer et à observer mes motivations…

 

Cela me fait penser à un de mes professeurs qui disait qu'on ne devait pas parler de ses professeurs (car si on avait bien assimilé la matière à enseigner, il suffisait de parler de soi).

 

Parenthèses, anecdotes, c'est presque déprimant. :wink:

 

cheeta 7-6 alpha

Seb (E7 alpha, aile 6, Conservation)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

Ma réponse est bien évidemment, comme tu le dis, théorique et elle a un autre défaut, celui d'être générale. :happy: En matière d'enseignement, les principes généraux doivent être adaptés en fonction des personnalités, du sujet enseigné (ici les techniques de développement psycho-spirituel) et des circonstances spatio-temporelles.

 

"Réconforté par cette phrase, il devint un professeur renommé à Hawai."

On peut devenir un professeur renommé en flattant son ego et ceux de ses étudiants. C'est certainement plus facile qu'en faisant le contraire.

 

"Là encore, c'est une question de tempérance il me semble…"

Pour un 7 sans doute. Cependant, comme je le disais dans mon précédent message, le désir egotique d'enseigner se retrouve chez tous les types. C'est une défense de l'ego qui met bien sûr chaque fois en oeuvre la passion et la fixation du type. Elle permet généralement de ralentir le travail réel sur soi.

 

"On ne devait pas parler de ses professeurs (car si on avait bien assimilé la matière à enseigner, il suffisait de parler de soi)."

Humm. Peut-être vaut-il mieux parler de la matière à enseigner, non ? Dans nos stages Ennéagramme, Patricia et moi faisons bien attention, quand nous utilisons notre vie comme exemple, à en évoquer principalement les aspects égotiques et à les déclarer comme tels. Cet exercice d'humilité nous semble prudent : quand on parle de soi, l'ego veille et le piège de l'orgueil n'est jamais loin. Celui de la fausse humilité non plus, d'ailleurs.

 

"Parenthèses, anecdotes, c'est presque déprimant."

Tu n'es pas obligé de suivre le style de communication de ton type. :happy: Le changer peut être un des moyens de se désidentifier de son ego.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous deux,

 

Je me permets d'intervenir dans votre discussion, elle m'intéresse.

 

J'ai longtemps critiqué et rejeté tout ce qui était entouré de "non-dit volontaires" ou de secrets. Réaction très 4 bien sûr, irritée dès que je me sens exclue.

 

Puis, en me penchant sur la question de plus près, après m'être ouverte à différents enseignements (quand j'ai compris que je devais m'ouvrir à eux et non eux s'ouvrir à moi), comme l'ennéagramme bien sûr et d'autres, j'ai compris l'intérêt de se taire.

 

Ce n'est pas une histoire de secret, mais une histoire de respect de la méthode enseignée (ex : l'ennéagramme) qui, du fait de sa complexité, ne peut souffrir qu'on en "discutaille" n'importe où, n'importe quand, avec n'importe qui.

 

Il s'agit d'un enseignement ! Et comme le dit le proverbe soufi, un enseignement = un maître, un élève, un lieu, un moment. Et qu'un de ces éléments change, l'enseignement change. Si on remplace l'enseignant par un débutant, le lieu dans un café de la gare, l'élève par un homme inconnu et fort séduisant, que resterait-il à cette personne du dit enseignement ? Exemple extrême certes.

 

Par ailleurs, un enseignement est une vue globale d'une matière : connaissance globale avec preuves personnelles grâce à de la pratique. Donc pouvoir parler de façon JUSTE d'une matière, c'est déjà en détenir cette vue globale.

 

C'est l'histoire de la petite fourmi qui est sur un sol tout rouge. Elle trouve cela très chouette et décide d'aller en parler à ses copines. Elle marche et se retrouve sur un sol tout bleu. Emerveillée, elle a encore plus envie de retrouver rapidement ses copines pour leur parler de ce sol rouge et de ce sol bleu. Elle marche plus rapidement encore, et c'est du vert, du blanc, à nouveau du rouge….

 

Elle galope jusqu'à la fourmilière et en discute avec l'un puis l'autre, et se rend compte que tout son enthousiasme est personnel, les autres l'ont toutes envoyé balader ou avec condescendance "Oui, oui, c'est bien, et alors ?"

 

Finalement, elle décide de retourner sur les lieux de ses découvertes et s'approchant de l'endroit, elle s'arrête net : une fabuleuse mosaïque se dresse devant elle…

 

Chaque enseignement est une expérience globale mentale, émotionnelle, instinctive… qui arrive à un moment donné, alors que nous sommes ouverts, car en demande. Tout ceci est un processus.

En parler… c'est bien si la personne est en demande, si c'est un échange, s'il est précisé que nous ne sommes que débutants, etc.

 

Quand à Gurdjieff, dont l'enseignement était le fruit d'une longue démarche personnelle et d'enseignements divers suivis avec différents enseignants et utilisait des méthodes extrêmes qui, sorties de leur contexte, expliquées par des novices à des personnes vierges de ce genre de démarches pouvait prêter à confusion ou à interprétations : un morceau de sol rouge au milieu de la prairie, ça n'a rien à y faire ! Soit on te traite de fou, soit on se déplace pour le démolir sur le champ !

 

Le but n'est pas de parler à tout va de l'enseignement, mais de profiter de ses effets, enfin me semble-t-il.

 

Reste en suspend la question : à partir de quand peut-on enseigner nous-même ? D'autant qu'un de mes formateurs m'a dit un jour : "On apprend pour enseigner, on enseigne pour apprendre."

 

ESM 4 mu

Esméralda – 4 mu aile 3

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Esméralda,

 

Je suis entièrement d'accord avec toi quant au respect de l'enseignement. L'Ennéagramme effectivement n'est pas un sujet de discussion de salon à placer entre la météo du jour et les derniers scandales politico-financiers.

 

Que ce soit pour parler ou enseigner, on en revient à la même nécessité de discernement : quelle est notre motivation en le faisant ? Vient-elle de l'ego ou de l'essence ?

Il n'y a pas de réponse rapide cette question, juste une introspection sérieuse et sincère et les critères que tu donnes, notamment celui d'une réelle attente de notre interlocuteur, en sont un des éléments.

 

Je suis moins d'accord avec la phrase de ton formateur : "On apprend pour enseigner, on enseigne pour apprendre."

Je crois qu'on apprend pour arriver au "service" (cf. "Ennéagramme de la libération spirituelle" dans l'interview que Patricia et moi avons donné à Enneagram Monthly en juillet-août et septembre 2000). L'enseignement n'est qu'une des formes du "service", pas forcément la plus importante et peut-être une des plus dangereuses pour nous, qui nous soumet en permanence à la tentation de l'orgueil…

On enseigne aussi comme forme de "service" et pour aider d'autres personnes à arriver au "service". Ce qu'on apprend à cette occasion est juste un bénéfice secondaire qui lui aussi tend vers le même but.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Ce sujet me tient particulièrement à coeur en ce moment et je m'engage donc dans la conversation.

 

J'ai parlé de l'ennéagramme à deux de mes amis hier soir avec beaucoup de ferveur et peut-être trop… Du fait, une fois qu'ils étaient partis, je me suis demandée en mon for intérieur si je n'en avais pas trop fait et trop dit ! Cela m'a même empêché de dormir et je ne me suis endormie que quelques heures après.

 

Comment dire… J'ai découvert, il y a un mois environ, ce qu'il y avait derrière l'Ennéagramme et en lisant l'interview de Fabien et Patricia dont Fabien nous donne le lien ci-dessus, j'ai découvert les processus que j'ai moi-même vécus. Tout ce que je vis et ressens se vérifie à chaque fois depuis que j'ai franchi ce trou béant qui est entre le 4 et le 5. La prise de conscience… Et je ne sais pas trop pourquoi je n'ai pas réussi à en parler sur ce panneau avant aujourd'hui. La peur qu'on me prenne pour une folle certainement et parce qu'il y a effectivement quelque chose de secret.

 

Le secret a cependant plusieurs significations dont ces deux-ci :

- Avoir le secret d'une chose, en connaître le motif, la raison. Explication, raison cachée = clé.

- Moyen pour obtenir un résultat connu seulement de quelques personnes. Ex : le secret de fabrication.

 

Je reviens à mes deux amis d'hier soir… J'ai peut-être été loin, mais de toute évidence, ils étaient demandeurs. Elle est une 4 et lui un 9, comme mon mari et moi. Les similitudes sont évidentes et je pense que nous ne nous sommes pas rencontrés par hasard. Nous nous connaissons depuis peu, mais l'intensité est telle que nous avons tous les quatre la sensation qu'il se passe quelque chose de magique. Il m'a semblé tout naturel de leur délivrer ce secret.

 

Cependant, il faut maintenant que je trouve l'équilibre entre l'ego et l'essence, car je pense sincèrement que ma démarche aujourd'hui m'est dictée par l'essence. Cela dit l'ego s'en mêle encore avec sa fougue, son attachement, son orgueil, etc.

 

Voilà, c'est mon regard sur le secret.

Chris (4 alpha-aile 5)

Chris – E4

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bonjour,

 

J'ai réfléchi pendant les vacances à cette discussion. Si j'ai bien compris (toujours ce maudit doute :happy: ), même si n'importe qui peut légalement enseigner l'Ennéagramme, il vaut mieux d'abord être compétent et ensuite ne pas enseigner pour flatter son ego. Comment savoir si on n'est pas dans ce cas ?

 

Wallace - 6 aile 7

Wallace - 6 aile 7

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Wallace,

 

Pour savoir si on est compétent, c'est très simple : une bonne formation à l'Institut Français de l'Ennéagramme ! :happy:

 

Le mieux est que tu y apprendrais aussi (notamment dans les stages Essence, Eveil et Néti néti) les outils t'aidant à savoir si tu n'es pas en train de "flatter ton ego".

 

En attendant ce jour béni, cela passe par l'observation de soi et l'introspection. Tu peux t'interroger en fonction des trois centres. Par exemple,

- centre émotionnel : veux-tu enseigner pour créer des relations ? Pour être aimé ? Pour l'image que cela procure ? Pour les émotions que cela procure ?

- centre mental : veux-tu enseigner pour montrer que tu sais ? Pour montrer que tu es intelligent ? Pour les sensations que cela procure ? Pour conforter ton propre savoir ?

- centre instinctif : veux-tu enseigner pour progresser ? Pour avoir du pouvoir ? Pour montrer que tu en as ? Pour changer le monde ?

Bien entendu, cette check-list ne se veut pas exhaustive, mais juste être un point de départ pour une réflexion personnelle.

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Fabien,

 

Merci de ta réponse.

 

En gros, et bien que le mot 'respect' soit un tic de 4, Esméralda a raison : il s'agit simplement de respecter la méthode. Ne pas apprendre tant qu'on est pas capable d'apprendre ; ne pas enseigner tant qu'on est pas capable d'enseigner.

 

Wallace - 6 aile 7

Wallace - 6 aile 7

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Wallace,

 

Oui, respect de la méthode tant que la méthode permet et pousse au respect de soi et des autres.

Ce respect n'est évidemment pas celui qu'imagine et réclame le 4 peu intégré (je ne parle pas de toi, Esméralda ! :happy: ) et qui est le respect de son ego. Ici, respecter quelqu'un, c'est accepter avec compassion son ego et l'aider à se connecter à son essence.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Salut vous deux et bonne rentrée !

 

Hey Fabien ! :happy: Je le sais que tu ne parles pas pour moi… Je suis différente c'est bien connu ! Et différente des autres 4 aussi… Parole de 4 ! :happy:

 

Je n'avais jamais noté ce point du respect pour le 4… Quelle drôle d'impasse !

Quand un de mes gosses dépasse les bornes, ma réaction habituelle (sur un ton qui inspire le respect) est : "Oh ! Je veux que tu me respectes, OK ?"

 

Donc tu ne parles pas de moi, mais bon sang… j'y suis dedans… :happy:

 

Je parlais de respect de la méthode, mais on peut parler aussi de respect de l'individu qui est en face :

- l'intérêt que nous portons à une chose peut ne pas être partagé par tous

- l'intégration d'une méthode, théorie + pratique, (comme l'ennéagramme par exemple) nécessite des paliers comme en plongée sous-marine… Et comme en plongée, on doit commencer avec un instructeur, qui connait pleinement les dangers, les erreurs à éviter, les consignes à transmettre pour éviter tout accident.

 

Si un novice ne respecte pas ces paliers et entraine avec lui un bon copain… ça peut bien se passer… Mais ça peut aussi tourner aux embrouilles…

 

Sogyal Rinpoché (in "Le livre tibétain de la vie et de la mort") raconte l'histoire de la grenouille du puits et de la grenouille de la mer. Celle de la mer vient voir la première et lui dit que chez elle, c'est immense. La grenouille du puits croit qu'elle veut dire que la mer, c'est grand comme la moitié de son puits, persuadée d'être dans le meilleur des mondes. La grenouille de la mer insiste tellement sur le fait que chez elle, c'est immensément plus grand que ce puits, que la grenouille du puits, curieuse-sceptique, veut voir ça sur le champ !

Quand elle arrive chez la grenouille de la mer, la surprise est si violente que sa tête éclate…

 

Secret = respect de la méthode. Certes, mais aussi :

Secret = respect de l'autre et du palier sur lequel il se trouve (Préserver l'autre, sans jugement de valeur : son puits paraît plus petit ? Et alors si il y est heureux…).

(C.Q.F.D.)

 

Ceci dit ne sont pas interdites les démonstrations : mon fils fait du Taekwendo et une fois ou deux par an, des novices peuvent voir cette démonstration. Si ils sont attirés, ils en feront eux aussi.

 

Donc secret, oui. Mais comment peut-on faire une démonstration en ennéagramme ?

 

Sachant que la démonstration sert généreusement à permettre aux autres d'avoir vent de cette méthode et qu'ils puissent CHOISIR de la pratiquer ou de la laisser…

 

[C'est vraiment un dada de 4 cette focalisation sur le respect ? Je vais m'y pencher dès… tout de suite !]

 

Amicalement à vous,

Esm 4

Esméralda – 4 mu aile 3

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Esméralda,

 

Toi et moi sommes donc d'accord sur le respect de la méthode qui doit être précédé du respect de la personne. Ouf ! :happy:

 

"Comment peut-on faire une démonstration en ennéagramme ?"

Mais nous sommes des démonstrations vivantes et permanentes de l'Ennéagramme ! Si nous évoluons positivement, nos proches, nos amis et nos relations personnelles et professionnelles s'en aperçoivent et, généralement, s'enquièrent de ce qui s'est passé. C'est par notre personnalité que nous pouvons rendre l'outil crédible et les autres curieux.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

 

P.-S. : reprends les notes du stage de Bases. Patricia et moi y traitons généralement de l'importance que le 4 attache à cette notion de respect. Si tu veux en parler plus longuement, ouvre une discussion sur le sujet et je t'accompagnerai dans cette introspection (pas toujours confortable :happy: ).

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Je lis avec intérêt toute cette discussion… Vos propos et le stage "Eveil" (et hop, un peu de pub) m'ont bien aidé à mieux cerner la notion de secret.

 

Fabien, ton message du 4 septembre répond presque entièrement à mes interrogations.

 

Il y a deux semaines, j'ai pu parler de l'ennéagramme avec sérénité… pendant les deux minutes qui ont suffit à répondre à mon interlocuteur. :happy:

 

Le secret absolu de certains groupes m'intrigue encore néanmoins… Mais je peux vivre sans avoir de réponse à cela. :happy:

 

Intéressant la notion de palier et tellement vérifiable… Et quel palier peut-on enseigner ? 6 ? 8 ? Elève + n ?

 

Pas évident évident quand même.

cheeta 7-6 alpha

Seb (E7 alpha, aile 6, Conservation)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

"Le secret absolu de certains groupes m'intrigue encore néanmoins…"

 

Ken Wilber dit qu'on ne peut faire évoluer les croyances et le modèle du monde d'une personne que par étapes d'environ 5%. Si ce qu'on enseigne est trop différent du modèle du monde de la personne standard de la société dans laquelle on vit, on risque de consacrer énormément et inutilement temps et énergie à décourager les étudiants potentiels ou répondre à des critiques non pertinentes. Et cela au détriment du temps et de l'énergie consacrée à enseigner. Le plus simple est alors le secret absolu et de recruter par cooptation ceux qui suivent l'enseignement.

 

Je répète avec force que ceci ne concerne pas et n'a jamais concerné l'Ennéagramme des personnalités.

 

"Intéressant la notion de palier et tellement vérifiable… Et quel palier peut-on enseigner ? 6 ? 8 ? Elève + n ?"

 

Désolé, mais je n'ai pas compris la question. Pourrais-tu reformuler ?

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Salut Wallace, Seb et Fabien,

 

Cette dernière explication de Fabien est on ne peut plus claire. Je te remercie de nous l'avoir offerte, Fabien.

 

A bientôt

ESM 4

Esméralda – 4 mu aile 3

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...