Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 14 novembre 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 150 articles et nos 90 analyses de film.

Messages recommandés

Oyoshi

Bonjour à tous,

 

Lors d’une soirée avec un ami, il m’a partagé le fait qu’il était “polyamoureux”. Je ne sais pas vous mais je ne connaissais pas cette notion à cette époque.

 

Wikipédia a dit :

Le polyamour (de l'anglais polyamory), ou pluriamour, est une éthique des relations amoureuses où les partenaires ont la faculté de pouvoir aimer plusieurs personnes en même temps et de manière assumée. Ces relations sont basées sur la liberté sentimentale et sexuelle (le rejet de l'obligation d'exclusivité), l'égalité et l'honnêteté entre partenaires, et le respect de l'individualité et de l'autonomie de chacun. Ce terme est également utilisé pour désigner les modes de vie qui en découlent, principalement caractérisés par la possibilité pour une personne d'être simultanément impliquée dans plusieurs relations amoureuses.

Sur le moment, cela ne m’avait pas particulièrement marqué dans le sens où j’étais focalisé sur ce qu’il me racontait et sur le moment que l’on passait ensemble. C’est seulement quelques mois plus tard que j’y ai repensé. Je me suis demandé si cela pouvait être possible pour moi et quels impacts cela pourrait avoir sur ma vie de par mon prisme d’ennéatype 2.

 

Être polyamoureux

 

Je pense qu’être polyamoureux moi-même ne serait pas quelque chose de si aberrant que cela car il m’est déjà arrivé d’avoir l’impression d’aimer plusieurs personnes au même point. Ce qui fut alors difficile était de devoir faire un choix par peur de blesser et d’avoir un retour sur image négatif en conséquence.

 

Je me suis alors demandé : serait-ce de l’orgueil ?

 

Ne serait-ce pas dire : j’ai tellement d’amour à donner que je suis capable de le donner intensément à plusieurs personnes en même temps ? Et qui de plus, vont me le rendre ?

Ne serait-ce pas une manière de chercher plus (à qui donner) pour obtenir plus (en retour) ?

 

En soi, cette partie ne m’est pas apparue plus problématique que cela, car dans mon confort égotique de donner aux autres avec la garantie d’obtenir un retour d’une manière ou d’une autre.

 

C’est par contre la composante inverse qui m’a un petit peu plus fait grincer des dents ! :perplexe:

 

Être avec une personne polyamoureuse

 

C’est tout d’abord accepter qu’une autre personne sera autant appréciée que moi et qu’elle bénéficiera d’autant d’attention que moi dans la relation. C’est dur ! Je sens déjà l’orgueil et le dédain monter au créneau ! :cry:

 

De plus, si d’autres personnes sont aussi importantes que moi dans la vie d’une personne à laquelle je tiens : si je n’ai plus l’exclusivité, qui suis-je dans ce cas ? J’ai l’impression que cela touche directement à ma false core, rien que d’y penser.

 

Après un petit rappel de soi et quelques gestions de transes, je me suis tout de même demandé : est-ce qu’il n’y aurait pas des éléments d’intégration dans cette démarche ? Est-ce moi ou mon ego pour qui cela est le plus difficile ?

 

J’ai donc regardé du côté de la vertu d’humilité : capacité d’accepter les choses telles qu’elles sont, à leur juste valeur, ni plus, ni moins.

 

En tant que 2, je peux avoir une tendance à l’asymétrie de la relation : je donne et je ne reçois pas, ce qui me permet de maintenir une certaine dépendance de la part de l’autre. Si l’autre n’est pas dépendant de moi et que je l’accepte (vraiment, pas dans ma contre-passion/fixation) : ne serait-ce pas faire preuve d’humilité ? Ne serait-ce pas m’amener à vivre pour moi plutôt que pour les autres en acceptant le côté éphémère d'un lien ?

 

Je me rends compte à l’écriture de ce post que c’est un sujet finalement assez sensible chez moi.

 

Serait-ce propre à la structure de l’ennéatype 2 ?

Qu’en est-il des autres ennéatypes ? Comment appréhendez-vous ce sujet ?

 

Excellente semaine à vous,

Oyoshi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Le polyamour est un sujet à la mode. J'ai lu plusieurs articles ou témoignages sur l'Internet au cours des derniers mois.

 

La définition de Wikipédia est ambiguë dans le terme "égalité". Il y a égalité au sens où tous les partenaires ont le droit de vivre le polyamour, ce qui le distingue de la polygamie ou de la polyandrie. Il n'y a, dans la majorité des cas, pas d'égalité entre les différentes relations menées. Le plus souvent, il y a une relation principale et des relations secondaires. Il est significatif que lorsqu'on donne des exemples de polyamour, on cite soit des individus isolés soit des couples comme Sartre et Beauvoir. Mais jamais "Sartre, Beauvoir, Mme X, Mme Y, Mr A, Mr B". D'ailleurs à qui sont allés les héritages de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir ? Avaient-ils pris des mesures pour protéger leurs autres amours ? Ou finalement, n'était-ce pas tout simplement un couple dans lequel chacun était libre d'avoir des amant(e)s ? Ce point a toujours induit chez moi une certaine méfiance vis-à-vis du concept.

 

Pas plus qu'à l'égalité relationnelle, je ne crois guère à l'égalité émotionnelle, parce que deux émotions, deux sentiments ne sont jamais identiques. Comme presque tout le monde, je pratique la polyamitié, et si j'aime tous mes amis, je ne dirais jamais qu'il y a égalité émotionnelle.

 

Le polyamour va se distinguer de la polyamitié parce que, contrairement à elle, il touche à la sexualité et à la famille. Dès lors, il me semble impossible d'en parler sans faire référence à la spirale dynamique. Le VERT en moi n'y objecte pas tant que les personnes concernées y consentent toutes du fond du cœur. Le JAUNE en moi est d'accord mais aimerait bien avoir des informations psycho-sociologiques sérieuses sur le sujet.

 

Venons-en à l'ennéagramme. Mon sous-type sexuel s'appelle imagination et pourrait envisager la chose avec le sourire… Je doute cependant que ce soit du polyamour. De la polyfornication peut-être.

 

Pour reprendre ta catégorisation, Oyoshi, je n'ai jamais été polyamoureux et je ne me vois pas l'être, parce que, comme mentionné plus haut, je ne crois ni à l'égalité relationnelle ni à l'égalité émotionnelle, et j'ai l'impression que sans ces deux égalités, il y aura forcément un jour ou l'autre des souffrances bien compliquées à gérer.

 

Je ne pourrais pour les mêmes raisons pas vivre avec une personne polyamoureuse. D'abord pour que cela soit possible, il faut au moins deux polyamoureux et je ne suis a priori pas volontaire. Ensuite ma false core et ma dichotomie seraient heurtées de front, et ce serait difficilement supportable.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oyoshi

Bonjour à tous,

 

Merci Fabien pour ta réponse très complète.

 

"Pas plus qu'à l'égalité relationnelle, je ne crois guère à l'égalité émotionnelle, parce que deux émotions, deux sentiments ne sont jamais identiques. Comme presque tout le monde, je pratique la polyamitié, et si j'aime tous mes amis, je ne dirais jamais qu'il y a égalité émotionnelle."

À la lecture de ce passage, je me suis posé la question : est-ce que j'ai pu ressentir deux émotions identiques dans le passé ? Je pense que comme tu l'indiques Fabien au stage Bases, la variété et la volatilité des émotions sont telles qu'il me paraît impossible de ressentir deux émotions identiques.

 

De plus, j'ai l'impression que chaque émotion est la résultante d'un événement spécifique : la rencontre avec une personne ou avec une autre devrait alors générer une émotion différente. Je te rejoindrais alors sur le fait qu'il n'y a effectivement pas d'égalité émotionnelle et qu'il y a bien une hiérarchie consciente ou inconsciente dans les relations que l'on établit.

Je reviens alors sur ce que je disais dans mon message initial : je n'ai probablement jamais eu de liens émotionnels égaux avec deux personnes en même temps.

 

Mais alors, est-ce vraiment possible pour ceux qui s'en targuent ouvertement ? Ou est-ce une manière de justifier d'un comportement hors des habitudes socio-culturelles en place ?

 

Dans le domaine de l'amitié, je me revois encore dans mon enfance dire ouvertement que "je n'avais pas de meilleur(e) ami(e)" car je les considérais tous au même point et que je ne voulais pas faire de différence. Et pourtant c'était profondément faux, j'avais bien évidemment des préférences à un instant T : un petit peu comme des parents peuvent parfois préférer un enfant à un autre sans pour autant dire qu'il ne leur apporte pas à tous autant d'amour.

 

"Dès lors, il me semble impossible d'en parler sans faire référence à la spirale dynamique. Le VERT en moi n'y objecte pas tant que les personnes concernées y consentent toutes du fond du cœur. Le JAUNE en moi est d'accord mais aimerait bien avoir des informations psycho-sociologiques sérieuses sur le sujet."

Je n'avais pas pensé à faire le rapprochement avec la spirale dynamique. Penses-tu que l'acceptation ou la pratique du polyamour puisse être fortement liée au niveau d'existence prépondérant ? Je serais curieux de savoir où se situaient Sartre et Beauvoir que tu cites !

 

Quel genre d'informations psycho-sociologiques pourrait-on avoir à ce sujet ?

Une explication sur ce besoin de non-exclusivité ?

L'intérêt de ce genre d'interaction au sein d'une communauté ?

Cela m'intrigue également.

 

"Je doute cependant que ce soit du polyamour. De la polyfornication peut-être."

En lisant ton retour initial, il me semble avoir lu un autre terme, mais les deux m'ont beaucoup fait rire ! :laugh:

 

Merci encore Fabien pour ton retour.

 

En espérant avoir l'occasion de lire d'autres témoignages à ce sujet,

Bien amicalement,

Oyoshi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Est-ce vraiment possible pour ceux qui s'en targuent ouvertement ? Ou est-ce une manière de justifier d'un comportement hors des habitudes socio-culturelles en place ?"

Je penche pour la seconde hypothèse, une bonne rationalisation.

 

"Je serais curieux de savoir où se situaient Sartre et Beauvoir que tu cites !"

Aucune idée, surtout que cela a sans doute varié au cours de leur âge adulte. À vue de nez, je dirais qu'il y a beaucoup de ORANGE et de BLEU. Si quelqu'un veut se pencher sérieusement sur le sujet, je publierai volontiers son analyse.

 

"Quel genre d'informations psycho-sociologiques pourrait-on avoir à ce sujet ?"

Une étude mesurée sur l'égalité relationnelle, l'existence ou non d'une relation principale, la durée des différentes relations, l'impact sur d'éventuels enfants, les mesures prises pour l'acceptation et l'intégration sociale, l'existence ou non de réseaux de polyamoureux, etc.

 

"En lisant ton retour initial, il me semble avoir lu un autre terme, mais les deux m'ont beaucoup fait rire !"

Pincé, je croyais avoir modifié le message avant que quiconque l'ait lu. J'avoue donc. J'avais écrit polybaise et revenant pour corriger une faute d’orthographe, je me suis dit qu'après le post de Gus d'il y a une semaine :tongue:, il fallait que je protège nos lecteurs 6 de cet excès de déviance des normes de la politesse. Re:tongue:

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour à tous,

 

"J'avais écrit polybaise…"

J'ai eu la "chance" de lire le message initial alors. :proud:

 

"Il fallait que je protège nos lecteurs 6 de cet excès de déviance des normes de la politesse. Re:tongue:"

:rofl: Mon BLEU va bien Fabien, je te remercie du fond du :heart:. Passée mon indignation suscitée par tes révélations faites au stage Néti Néti au sujet de ton passif en matière de "polybaise", te voir employer ce terme ici m'a fait rire de bon cœur.

 

En revanche, tes dernières remarques, tout à fait didactiques, au sujet de certaines capacités notoires qu'ont les 2 justement niveau baise m'ont à nouveau indignées, moi et ma collègue Alice et le lapin (conversation en fin de stage Détermination je crois).

Re-couic mon BLEU !! Et merci pour l'émotion ainsi suscitée, j'ai pu mettre un mot dessus tout dernièrement, comme quoi… :laugh: :wink:

 

Bien amicalement,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Passée mon indignation suscitée par tes révélations faites au stage Néti Néti au sujet de ton passif en matière de “polybaise”, te voir employer ce terme ici m'a fait rire de bon cœur."

Rétablissons la vérité, Pocahontas. Ce n'était pas du passif mais de l'actif, malgré ma répression du centre instinctif.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bookineur

Bonjour à tous,

 

Sur le fait d'être polyamoureux, c'est une idée qui m'insécurise énormément.

 

Jusqu'à récemment je pensais qu'aimer plusieurs personnes à la fois était impossible, aussi bien dans le domaine amical qu'amoureux. Je définissais donc plutôt mes relations sur le devoir, et essayait de faire mon devoir dans tous les contextes, afin de ne léser aucun proche et de les "aimer" de façon égale. En ouvrant le boîte noire, j'ai toutefois réalisé que si on passait le domaine du contrat pour en aller au sentiment, je pouvais avoir des inclinaisons vers l'une ou l'autre personne, et donc, en toute logique, éprouver des sentiments forts, bien que totalement différents, pour plusieurs personnes. Mais il est évident que le polyamour heurte un certain nombre de mes valeurs 6 et qu'il me serait inenvisageable de concrétiser un tel désir. Je préférerais dans ce contexte choisir où je me situe et trancher nettement pour une relation, je pense.

 

Quant à être avec une personne polyamoureuse, ce n'est même pas envisageable pour moi. À première vue, c'est par évitement de la déviance chez autrui. Mais en creusant un peu, je crois que c'est surtout car ma fixation de suspicion ne supporterait pas cela et que mon besoin d'exclusivité amoureuse est aussi un besoin de sécurité affective : n'étant pas moi-même à proprement parler autonome, je ne peux pas m'engager dans quelque chose tout en gardant une distance respectueuse et détachée. Mon côté dépendant de mental réprimé, je suppose.

 

Très amicalement,

Bookineur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Le 20/06/2018 à 09:00, Fabien Chabreuil a dit :

J'avais écrit polybaise.

Pas de bol, moi aussi j’avais lu la version 1.0 du message avant que tu le censures modifies pour le bien de tes brebis 6 bien sûr. :kiss2:

 

Le 20/06/2018 à 09:38, Pocahontas a dit :

En revanche, tes dernières remarques, tout à fait didactiques, au sujet de certaines capacités notoires qu'ont les 2 justement niveau baise m'ont à nouveau indignées, moi et ma collègue Alice et le lapin (conversation en fin de stage Détermination je crois).

Dans mon cas il n'y avait pas d'indignation. Je me souviens très bien de la conversation, les réflexions de Fabien et d’un stagiaire dont je tairais et le nom et l’ennéatype (cela pourrait donner des indices aux curieux :tongue:) m’ont bien fait marrer. Ce que j’ai éprouvé c’était surtout de la surprise et de la fascination devant l’interaction surréaliste en cours…

 

Et la devinette du jour est : qui d’après vous était le plus gêné de parler de ses frasques sexuelles ?

 

J’ai réfléchi de mon côté à ce concept de polyamour, et ce qui me vient en premier lieu c’est que derrière le mot amour il y a autant de conceptions que de personnes !

Pour ce qui me concerne, je me vois mal engager plusieurs relations amoureuses simultanément, qui plus est sur des bases égalitaires, mon instinctif en devient tout chose rien que d’y penser… Que d’efforts à fournir pour satisfaire tout le monde ! C’est déjà bien assez difficile avec un seul partenaire ! :rofl:

 

Pour résumé, mon instinctif me dit « trop fatiguant », mon orientation me dit « impossible », ma passion me dit « oh la la », et mon petit doigt me dit que c’est une jolie appellation pour déguiser un nouvel avatar du libertinage.

 

Amicalement… et c’est tout,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×