Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Claire5

Shutter Island (livre de Dennis Lehane et film de Martin Scorsese)

Recommended Posts

Claire5

Bonjour à tous,

 

Teddy Daniels est un policier chargé d'enquêter sur la disparition d'une patiente de l'hopital psychiatrique d'Aschcliff qui se trouve sur une île au large de Boston : Shutter Island.

 

Teddy Daniels est un homme d'action, déterminé à tout faire pour élucider les mystères qui entourent cette île. Il est perçu comme un homme qui a "l'air méchant". Et pour le Docteur Naehing, c'est "un homme de violence". Son mental, au service de l'instinctif, est beaucoup utilisé. Son coéquipier lui demande même en plaisantant s'il n'est pas "le jumeau d'Einstein". Sa hiérarchie des centres devrait être I/M/E, voire M/I/E.

 

Teddy considère que beaucoup de choses ne sont pas comme elles devraient être. Il "n'arrive pas à croire" qu'on ait autorisé le Dr Sheehan à partir en vacances dans un moment pareil ("Jamais encore il n'avait eu conscience d'un tel manquement au règlement d'un établissement carcéral, et pourtant tout le monde se comportait comme si c'était sans importance").

 

Il était dans les services de renseignement de l'armée de terre pendant la Seconde Guerre mondiale, mais a été démobilisé, parce qu'il a "merdé" : il n'a pas réussi à déchiffrer un code, et un demi-bataillon est mort à cause de lui. Il a aussi tué beaucoup pendant cette guerre, et d'après lui, "on ne devrait exiger ça de personne". Est-ce pour cela qu'il a commencé à boire à son retour ? Sa femme, qui lui reprochait alors de "travailler et boire trop" a commencé à aller mal : "Il n'avait aucune idée de ce qu'elle était en train de devenir ou de ce que le monde était en train de devenir avec tout ces fléaux. […] Mais d'une certaine manière, tout était lié dans son esprit — sa femme, le monde, son alcoolisme, la guerre à laquelle il avait participé parce qu'il croyait sincèrement qu'elle mettrait un terme à tout cela…"

 

Teddy est en colère contre le monde, contre lui-même, contre presque tout. Contre sa femme qui est vulgaire : "Dolores, je ne plaisante pas. Je ne veux pas que tu utilises ce genre de vocabulaire chez nous."

Dolores : "Comment pourrais-je parler de mon corps sans t'amener à serrer les poings ?"

Teddy : "Je n'ai pas serré les poings."

Dolores : "Oh si."

(Comme elle continue ses obscénités, il se coupe maladroitement avec son rasoir.,)

 

La dernière phrase qu'il a dite à sa femme avant sa mort était moralisatrice : "Bang sang, Dolores, t'as vraiment intérêt à te ressaisir. T'as des responsabilités. Tâche d'y penser un peu, OK, et de remettre tes putains d'idées en place."

 

Mais Teddy s'en veut surtout à lui-même : "C'est la dernière chance que j'aurai jamais de pouvoir enfin expier tous mes péchés — toutes ces fois où j'ai bu, toutes ces fois où je t'ai laissée seule trop longtemps, où je ne t'ai pas soutenue, où je t'ai brisé le cœur […] Je veux faire quelque chose de bien, ma chérie. Je veux racheter mes fautes."

 

Teddy sait parfois parfaitement bien retenir sa colère, et il utilise une ironie agressives pour répondre aux attaques. En raison de son passé d'alcoolique, il refuse le wisky qu'on lui sert :

Docteur Naehing : "Vous m'intriguez [...] J'essaie de comprendre la raison d'une telle abstinence. N'est-il pas courant de picoler, dans votre profession ?"

Teddy : "Et dans la vôtre ? J'ai toujours entendu dire qu'elle grouillait de pochards."

Docteur : "Excellent, Marshal. Vous possédez de remarquables mécanismes de défense."

 

Shutter Island, roman de Dennis Lehane, a été adapté au cinéma par Martin Scorsese en 2010. Le film reprend la pluspart des scènes du livre. On voit Teddy Daniels (interprété par Leonardo DiCaprio) se jeter sur un patient car il ne supporte pas d'entendre les horreurs qu'il a commis (juste avant je se ressaisir et de dire que "ça va"). On le voit utiliser des "il nous faut les dossiers", "il faut qu'on interroge les patients". Dans ses rêves, une petite fille vient lui parler : "Tu aurais dû me sauver. Tu aurais dû nous sauver tous."

 

Le film alterne des scènes où Teddy Daniels fait preuve d'une insensibilité totale (il laisse agoniser un soldat allemand et l'empêche d'abréger ses souffrances), avec des scènes où on le voit au contraire pleurer.

 

La fin du livre et du film sont un peu différentes. Le film termine sur cette phrase de Teddy : "Qu'est ce qu'il y a de pire pour vous ? Vivre en monstre ou mourir en homme de bien ?" Il se résigne à la seconde solution.

 

Pour moi, Teddy Daniels est un 1 mu desous-type social (Inadaptation sociale).

Sur Internet, il y a un site qui affirme que c'est un type 6, sans fournir aucune justification (no comment). En voyant le film, j'avais hésité une seconde avec ce type. Y-a-t-il ici des gens qui ont lu le livre et/ou vu le film, et qui auraient un avis sur la question ?

 

Merci !

Claire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Claire,

 

Merci pour cette analyse. Patricia et moi avons vu ce film à sa sortie (mais n'avons pas lu le livre) et nous sommes suffisamment laissé prendre par l'histoire pour mettre de côté notre radar ennéagrammique !

 

Le film est un incroyable supense, et Martin Scorce manipule le spectateur avec beaucoup d'habileté. Quand ils quittaient la salle, les spectateurs avaient des points de vue différents sur le personnage de Teddy Daniels. Victime ou coupable ? Dans ce dernier cas, guéri ou non ? Patricia et moi n'avions pas alors la même opinion… Et nous ne l'avions toujours pas ce midi quand je lui ai parlé de ton message ! Pourtant lever cette ambiguïté me semble essentiel. Peut-être est-ce déterminant dans le choix d'un ennéatype. Qu'en penses-tu ? As-tu une position précise sur le personnage ?

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isabelle P

Bonjour Claire, bonjour Fabien,

 

Je m'immisce dans ce sujet car j'ai également vu ce film et celui ci avait suscité pas mal de réflexions chez moi. Je crois d'ailleurs que c'était l'un des objectifs de Scorsese que de laisser les spectateurs gamberger… critère indéniable de réussite d'un film à mon goût.

 

Pour répondre à la question de Fabien, Teddy Daniels est-il victime ou coupable ? J'avoue ne pas m'être posée cette question en ces termes…

 

Je me rappelle parfaitement d'une scène durant laquelle Teddy abandonne son coéquipier pour partir à la recherche de la patiente disparue, puis revient sur ces pas et découvre son partenaire mort en bas de la falaise. À ce moment précis du film je me suis dit : "OK, Teddy est barge et il est en plein délire paranoïaque. Toute cette histoire est le fruit de son cerveau malade." La suite du film a donc consisté pour moi à comprendre ce qui l'avait amené à perdre la raison. La conclusion était pour moi sans appel : Teddy était toujours en proie à sa psychose, à jamais prisonnier de ses scénarios délirants pour échapper à sa souffrance.

 

En revanche — est-ce du fait que le personnage est incarné par Leonardo DiCaprio (que j'ai décidément bien du mal à trouver "méchant") —, je n'arrive pas à lui coller l'étiquette de coupable ? Pour moi il est victime en tout point, il a subi la guerre, la perte de ses enfants, de sa femme (même si c'est lui qui l'a exécuté) , il est rongé par la culpabilité, a sombré dans la folie.

 

Pour ce qui est de sa hiérarchie des centres, je vois plutôt le mental au service de l'instinctif, et tout comme Claire un émotionnel réprimé.

 

Selon moi, Teddy Daniels est à un niveau de désintégration psychotique : il est rongé par la culpabilité et souffre de délires paranoïaques et de phobies (l'eau), il manifeste de l'agressivité. Tout cela me semble d'avantage correspondre à un 6 mu. Un 1 désintégré aurait sans doute présenté des caractéristiques obsessionnelles (perfectionnisme, pointillisme) que je ne perçois pas chez Teddy Daniels, peut-être à tort.

 

Le débat reste donc ouvert… :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Claire5

Bonjour Fabien et Isabelle,

 

Merci pour vos réponses (même si celle d'Isabelle me met maintenant dans le doute !).

 

Pour moi, Teddy Daniels est coupable et guéri. Sa vie est un échec, il a fait la guerre, est devenu alcoolique, et il s'imagine que c'est en partie sa faute si sa femme est devenue folle. Il ne peut pas reconnaître tout ça, car sa culpabilité serait trop grande. Alors il s'invente une autre histoire (motivation d'éviter la culpabilité donc je suppose aussi la colère… mais peut-être que j'associe trop la culpabilité au type 1 et que je ne devrais pas).

 

Le jeu de rôle est efficace, et à la fin il reconnaît la vérité (et donc tous ses torts que ça implique). Un instant, on croit à la fin du film qu'il replonge dans son délire… mais en fait non ! Il "fait semblant" pour qu'on le lobotomise. Car il a réalisé que sa responsabilité serait trop lourde à assumer. D'où la phrase "Qu'est ce qu'il y a de pire pour vous ? Vivre en monstre, ou mourir en homme de bien ?" Pour moi, il préfère "mourir en homme de bien", il préfère s'inventer une histoire (ou mourir) plutôt que de vivre comme le "monstre" qui a tué sa femme.

 

Après c'est vrai, comme le dit Isabelle, qu'il faut prendre en compte le fait qu'il est à un niveau de désintégration psychotique, et alors le type 6 conviendrait mieux.

 

Amicalement,

Claire

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Claire, pour les raisons dites dans mon message précédent, je ne reviens pas sur le film. Une petite remarque quand même : Teddy ne meurt pas à la fin ! Du moins physiquement…

 

"Mais peut-être que j'associe trop la culpabilité au type 1 et que je ne devrais pas."

Il y a beaucoup de culpabilité chez le 1, mais il est loin d'être le seul. Par exemple, la culpabilité est très forte aussi chez le 2. Et elle est là dès que le vMème BLEU est fort.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...