Scroll To Top

Le dîner de cons
Analyse

François Pignon (Jacques Villeret) : 2

Certes, François Pignon passe ses soirées et ses week-ends à construire des maquettes avec des allumettes mais ce n'est qu'un remède à sa solitude et au chagrin causé par le départ de sa femme. La seule chose qui l'intéresse véritablement, c'est d'aimer et d'aider les autres. Dès qu'il est chez Pierre Brochant, il commence à proposer son aide pour enregistrer un message rigolo sur le répondeur, puis pour appeler son ami kinésithérapeute, "le meilleur de Courbevoie".

Quand il apprend que Brochant a été quitté par sa femme Christine, c'est l'apothéose : quelqu'un qui souffre et qui a donc potentiellement besoin d'aide. À partir de ce moment, Brochant devient une proie pour son désir d'aider, comme lui-même était une proie pour l'envie de s'amuser de Pierre. Le chasseur devient le chassé.

Il ne peut bien évidemment laisser Brochant seul dans cet état. Mis dehors par ce dernier, il insiste : "Vous êtes sur que vous n'avez besoin de rien ?" Devant le refus de Brochant, il s'obstine en faisant trois fausses sorties et Brochant le repousse chaque fois : "Je suis avec vous, monsieur Brochant, de tout cœur avec vous.", puis "Qu'est-ce que je peux faire pour vous ?" et encore "Vous voulez pas que j'appelle Maurice ? C'est mon copain kiné."

Pour convaincre Brochant, il le manipule en essayant de lui faire peur à propos de son état. Quand Brochant craque enfin ("Appelez Sorbier !"), c'est un soupir de joie et de soulagement : "Aaah ! J'aime mieux ça." Et les propositions d'aide recommencent : "Vous voulez que je vous aide à aller dans votre chambre ?", "Je vous apporte un peu d'eau pour les cachets et je file.", "Si vous n'avez pas le moral cette nuit, n'hésitez pas à m'appeler. Je reviendrai tout de suite, monsieur Brochant."

Pignon veut aider tout le monde. Quand Marlène appelle Brochant et dit dans le message qu'elle laisse sur le répondeur que "ça ne va pas du tout", il ne peut pas s'empêcher de décrocher. Il aide aussi tout le temps. Même quand il découvre que Brochant l'a invité à un dîner de cons, il se sent obligé de l'avertir : "Vous ne devriez pas mélanger l'alcool et les médicaments."

Bien sûr, c'est encore mieux quand l'aide est sollicitée : "Dites-moi d'appeler Cheval." Dans ces cas, Pignon jubile : "Je sens qu'on va avoir besoin de moi." Il lui arrive de feindre de n'être pas dépendant de l'aide qu'il donne aux autres : "Je veux bien vous aider mais si vous ne voulez pas, tant pis. Je ne vais pas me battre."

Quand il n'aide pas directement, Pignon donne des conseils à Brochant : "Et pourquoi vous lui téléphonez pas [à Juste Leblanc] ?" Ou à sa femme qu'il prend pour Marlène : "J'aimerais vous donner un conseil d'ami."

Quand son aide échoue, Pignon est navré : "Je sais que j'ai pas été à la hauteur tout à l'heure au téléphone. J'aurai tant voulu vous aider." Ou aussi quand il apprend qu'il a provoqué le départ de Christine, la femme de Brochant : "J'avais tellement envie de vous aider." Mais quand elle réussit, il manifeste sa fierté : "Et vous pouvez remercier le ciel que je sois encore là." Ou encore : "Et vous avez la chance de connaître un monsieur qui s'appelle François Pignon et qui a dit : «On ne passe pas.»" Il signale l'importance de son aide : "C'est vraiment pour vous que je le fais." Il en profite systématiquement pour essayer d'approfondir la relation et appelle alors Brochant non plus "Monsieur Brochant" mais "Pierre".

Pignon vit dans l'instant, dans la relation qui est en cours et ne songe plus alors à la précédente ou à ses objectifs. Quand il appelle Juste Leblanc en se faisant passer pour un producteur de cinéma, il oublie de lui demander comment joindre Christine. Au premier coup de téléphone avec Cheval, il ne pense plus à lui demander l'adresse de la garçonnière de Menaud ; au second, il oublie sa relation avec Brochant et lui assène : "On a gagné, monsieur Cornard !"

Certes Pignon est con et collant, mais c'est quelqu'un qui éprouve un véritable amour pour les autres. Même quand il sait que Brochant n'a cherché qu'à se moquer de lui, il est "très inquiet pour lui parce qu['il sait] qu'on peut mourir d'amour". Il téléphone alors à Christine pour essayer de sauver le couple qu'elle forme avec Pierre : "Mais je ne vous appelle pas pour me plaindre [On remarquera au passage qu'il n'a pas de besoin.]. Je vous appelle parce que je le plains lui. Je ne sais pas si c'est l'homme le plus méchant que j'ai rencontré mais je sais que c'est le plus malheureux." Il est difficile de ne pas être ému à ce moment du film puisque même l'égoïste Brochant est touché.

Identification avancée : François est un 2 α à aile 1 de sous-type sexuel ("Séduction agressive").

Pierre Brochant (Thierry Lhermitte) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Juste Leblanc (Francis Huster) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Lucien Cheval (Daniel Prévost) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Retour à la
description du film