Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Le 5 et les difficultés sociales


Sam_Lowry

Recommended Posts

Bonjour,

Je sors d'un week-end ennéagramme et je pense être un 5.

Ce qui me fait penser ça, c'est :

  • Je ne supporte pas l'inactivité mentale, je dois toujours avoir quelque chose à faire ou à penser (activement ou passivement), sinon c'est la déprime garantie,
  • Je suis friand de connaissances détaillées qui ne servent à rien,
  • Je suis obsédé par des questions existentielles, comme par exemple le néant, la mort, le bonheur, je passe beaucoup de temps à "philosopher",
  • Je crains par dessus tout l'intrusion psychologique, lorsque quelqu'un me "regarde" ou me questionne de façon un peu insistante, c'est l'angoisse,
  • Avant d'agir, je vais repenser quarante fois au projet afin d'être sur d'avoir tous les paramètres en main,
  • Concernant l'avarice, je la vis assez peu sur le plan matériel. Par contre concernant mes sentiments, là, c'est clair, personne ne touche, à tel point que d'ailleurs moi même je n'y touche pas.

Bon, une fois cela établi, ma question est : comment évoluer ?

Bien que vivant une existence parfaitement équilibrée, j'éprouve de grande difficultés professionnelles. Le contact avec une personne lorsque je dois me mettre en avant est souvent une souffrance. Je perds assez vite mes moyens, ma concentration, je deviens rouge, je transpire, bref, game over.
Autant dire que concernant l'animation ou le management, c'est plutôt un problème, d'autant que c'est justement ce que je vais être appelé à faire? C'est grave docteur ?

Je voudrais savoir s'il existe des techniques, des lectures, des stages, qui pourraient m'aider à surmonter ces difficultés. Je pratique la sophro depuis 6 mois, cela parait utile pour débrancher le mental, mais bon, je pense que cela ne suffira pas.

Merci d'avance,
Sam

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Sam,

"Je sors d'un week-end ennéagramme et je pense être un 5. Ce qui me fait penser ça, c'est :"
Rien de tout cela n'est incompatible avec le 5, même si c'est insuffisant pour avoir une certitude. Tes formateurs ont-il exprimé un doute à propos de ton type ? En as-tu toi-même ?

"C'est grave docteur ?"
Tu parles à un 7, là ! Rien n'est si grave que ça ! :rofl:

"Je voudrais savoir s'il existe des techniques, des lectures, des stages, qui pourraient m'aider à surmonter ces difficultés."
Mauvaise nouvelle pour un 5, ce n'est pas par des lectures que l'on peut résoudre ce type de problèmes. Ceci dit, il y a deux cas :

  • soit ta problématique est due uniquement à ton ennéatype, et alors des techniques comme celles du stage Essence et (plus encore) du stage Éveil pourraient te permettre de la résoudre,
  • soit elle est aussi due à une histoire de vie (par exemple un parent ou un professeur qui humilie), et alors faire appel à un coach serait plus rapide.

 

Très cordialement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 10 years later...

Bonjour à tous,

Je me suis senti particulièrement ému et enthousiasmé par la lecture d’un des essais de Josef Schovanec : Je suis à l’Est ! (Plon, 2012) [Version Kindle]. J’ai trouvé cet ouvrage passionnant. Josef y décrit avec précision son propre fonctionnement. J’admire la connaissance qu’il a de lui-même. D’après mon analyse, il serait d’ennéatype 5 alpha. Quand il était enfant, Josef Schovanec se passionnait pour l’astronomie, comme moi-même et d’autres 5. Voici ce qu’il a découvert :
 

[Le magazine] Ciel et Espace est devenu bien plus qu’une passion : un véritable outil de création. Et de socialisation. Socialisation d’abord virtuelle parce que, dans chaque magazine de passionnés, il est question de personnes concrètes, des événements qu’ils organisent, des dates de rencontres et de manifestations, des rendez-vous d’amateurs dont on peut ensuite lire les comptes rendus, etc.

J’ai ainsi découvert que des gens aiment se retrouver, qu’ils utilisent des termes spécifiques entre eux, et que chaque réunion ressemble à une sorte de rituel. Indirectement, de cette façon, j’ai appris des codes sociaux qui, autrement, me seraient apparus profondément lassants ou sans intérêt. La magie de l’astronomie, science lointaine, pourrait être de réunir des gens sur terre.

Je ne sais pas pourquoi, je me suis senti très touché par cette manifestation du vMème VIOLET. Le « rituel », la « magie », et également « réunir des gens sur terre » : j’ai songé à la rondeur des planètes et des cercles des tribus, autour d’un feu sécurisant, au lien entre rondeur et sociabilité. Touché, mais pas étonné : cf. le stage SD.

Dans l’expérience de Josef, le centre émotionnel extérieur, l’instinct social et un vMème froid — VIOLET — se sont conjugués et, tout en satisfaisant l’orientation du 5, se sont exprimés dans le sous-type Social du 5.

Rondement,
Yves

P.S. : je me suis senti intrigué et interpellé par la dernière phrase de Josef. Je songe à mon propre fonctionnement et à celui de mes proches d’ennéatype 5, et je me sens tenté d’extrapoler et d’élucubrer une phrase cinquesque à partir de sa phrase : « La magie des connaissances objectives, connaissances “lointaines” (lointaines de nos vécus, de nos ressentis, de nos peurs) pourrait être de réunir des gens sur terre autour de vérités précises, dicibles, indiscutables, pacifiantes plutôt qu’opacifiantes. »

Yves (E5 alpha, ailes 4 et 6, C- S= X-/+)
"Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction." (Jean Rostand)

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Bonjour à tous,

Dans ce message-ci de la conversation “Le 5 peut-il agir aussi comme un caméléon ?” :
 

La sociabilité est un comportement qui fait intervenir de nombreux paramètres en plus de l'ennéatype : extraversion sur l'échelle du MBTI, dominance de vMèmes froids, etc.

Pour en revenir à l'ennéagramme, les 5 "sociables" que j'ai rencontrés sont plus souvent de variante mu. C'est au fond assez logique. Avec l'émotionnel en second, le 5 alpha est plus émotif, donc plus sujet à être perturbé par les émotions lors d'interactions sociales et à se livrer alors à l'isolement et à son mécanisme de défense d'isolation.

Quant au sous-type social, il ne provoque pas forcément plus de sociabilité. On peut imaginer un 5 social appartenant à un seul groupe se consacrant à des activités intellectuelles pointues sans jamais explorer les autres dimensions d'une vie en groupe.


Je songe à certaines sorties-loisirs d’observations ornithologiques sur le terrain, en amateur, durant deux à quatre jours. Des sorties « déconseillées aux débutants », avait signalé sur sa fiche notre gentil organisateur et guide bénévole, 5 mu de sous-type Social, par ailleurs président d’une association sportive. Pendant ces sorties-là, toute l’attention de notre guide était tournée vers l’extérieur, vers l’écoute et l’observation, non pas d’autres membres de notre groupe, mais d’animaux dans le paysage : devant, derrière, dans les buissons proches, les arbres au loin, sur chaque piquet, dans le ciel, etc. C’était donc le centre mental (extérieur), plutôt que le centre émotionnel, qui était utilisé. Nous nous déplacions beaucoup : le centre instinctif collaborait. L’objectif de notre guide était de recenser le plus d’espèces possible — j’y vois l’influence du modèle du vMème ORANGE (cf. le stage SD) — et, merise sur le gâteau, de découvrir une espèce ou un individu pas banals (non, non, pas des individus humains) — j’y vois l’influence structurelle d’une aile 4 et le vestige archétypal du pisteur VIOLET (cf. cet article de Fabien).

À la fin d’une longue journée de terrain, il m’arrivait, basculant sur un pôle de la dichotomie du 5, d’aborder avec lui un sujet très personnel, sans lien avec l’objectif de la journée, par exemple : « Comment va ta fille ? » Il ne me répondait pas ou bien répondait évasivement, se mettait à examiner ce buisson, là, à gauche, regarde, et me montrait un insecte. Même entre chien et loup, il y a quelque animal à découvrir.

Le soir, après le dîner, foin de papotages : faisant fi de notre fatigue, nous dressions la liste des espèces contactées pendant la journée, en notant pour chacune, les lieux précis de rencontre et le nombre d’individus. Cette thésaurisation, utilisant cette fois le centre mental rationnel (notre liste respectait la taxonomie en cours), m’évoque le remplissage du 5 pour éviter le vide intérieur.

Parfois, pendant une sortie, notre groupe croisait d’autres observateurs ; certains portaient des jumelles, d’autres portaient aussi des longues-vues. Aux yeux de notre guide, une longue-vue tenait lieu de schibboleth (allez, un mot rare, pour montrer mon précieux savoir). Alors là, oui, il leur adressait la parole, pour savoir quelles espèces d’oiseaux ils avaient vues ou entendues, et à quel endroit. Au besoin, si ces observateurs ne parlaient pas français, il nommait les espèces en anglais ou en latin : quelle délectation de se trouver entre spécialistes !

Un jour, chacun un œil rivé sur sa longue-vue, nous observions, très très loin à l’horizon, un somptueux ballet aérien de rapaces, difficilement discernable à l’œil nu. Un promeneur intrigué nous interpella : « Mais y’a rien à voir ! » Instantanément notre guide répondit sèchement, sans lever les yeux de sa longue-vue : « Non, y’a rien ! »

Amicalement,
Yves

Yves (E5 alpha, ailes 4 et 6, C- S= X-/+)
"Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction." (Jean Rostand)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

"Une longue-vue tenait lieu de schibboleth (allez, un mot rare, pour montrer mon précieux savoir)."

Ah tiens, on pourrait renommer ainsi le sous-type social du 5 dont la dénomination est par trop transparente et compréhensible par le vulgaire. Être un 5 schibboleth, il n'y a pas à dire, ça en jetterait ! :rofl:

 

"Instantanément notre guide répondit sèchement, sans lever les yeux de sa longue-vue : « Non, y’a rien ! »"

Cette répartie m'a bien fait rire. Elle m'a fait songer que dans ma jeunesse, dans une telle situation, j'aurais, en tant que 7, réagi tout aussi agressivement mais bien différemment : ayant aussi trouvé la remarque du promeneur stupide, j'aurai confirmé que nous n'observions rien et que nous nous réunissions pour cela, j'aurais chanté la beauté du vide, et j'aurais ajouté que notre association avait aussi une branche psychologique qui admirait le néant chez les êtres humains. Bref, une ironie sarcastique et méchante. :blush:

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bonjour à tous,

 

Ah oui, j’aime beaucoup « 5 schibboleth », ses sonorités et son mystère. Mon ego, lui, aime son ésotérisme et la possibilité de me différencier par un savoir.

 

Mais bon, je risque de ne pas être très très nombreux dans mon groupe de « 5 schibboleth ». J’ai beau être S-, ça me frustrerait quand même d’être si peu nombreux. Vous me direz qu’une solution pour que je sois plus nombreux serait de commencer par me dissocier. Oui, c’est vrai, ça je sais faire. Je sais… Existe-t-il verbe plus beau ?

 

Amicalement,

Yves

Yves (E5 alpha, ailes 4 et 6, C- S= X-/+)
"Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction." (Jean Rostand)

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...