Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Une nouvelle 7 à la recherche de son aile


Papotine

Recommended Posts

Bonjour à tous,

Et félicitations pour ce forum ! Remarquable !

J'ai tout lu de ce site, depuis 6 mois, lu et relu le livre de Fabien, les messages de tous les sujets, de tous les types.
J'ai été à l'affût des nouveaux messages, lu et relu plusieurs fois messages, livres, etc.

Le type 7 a été tout de suite une évidence, puisque tous me trouvent très optimiste, voyant la vie du bon côté.
Dans ma vie professionnelle, j'ai toujours eu l'art de me trouver dans des situations où j'ai toujours été libre de choisir mes fonctions et mes emplois du temps, trouvant inacceptable toute contrainte, et à l'affût de tout ce qui est nouveau, insolite, évitant la routine, et j'ai pris conscience que j'étais arrivée à me débrouiller ainsi !

Découvrir l'ennéatype 7 pour moi a été un étonnement car je me suis vite reconnue, surprise de ne pas être la seule comme ça en découvrant la section des 7.

Je cherche mon ou mes ailes et j'hésite : est-ce bien la 8 ?

Quand je m'aperçois qu'un choix me coince parce que je n'avais pas toutes les données, je suis furieuse, coléreuse.

Je suis mariée à un 5 que j'aime. Je suis très heureuse et en même temps, j'ai des moments de grande tristesse devant ce mur de non-expression des émotions, tristesse qui dégénère en révolte coléreuse : non, ce n'est pas possible, il faut que je trouve la baguette magique qui va délier la langue de ce 5, devant ce détachement affectif, car la souffrance est insupportable.
Et pourtant je l'aime, et nous vivons ensemble depuis 37 ans, nous avons 4 enfants et tout va bien, j'ai plein de projets en tête.

Je crois que je suis 7 alpha ? Qu'en pensez vous ?

Merci pour votre aide, pour la richesse de ces échanges.
Merci aux modérateurs, pour leur compétence et leur précision.
Merci à tous.
J'espère ne pas m'être trompée de section de sujet.

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Papotine,

Bienvenue sur ce forum.

"Le type 7 a été tout de suite une évidence, puisque tous me trouvent très optimiste, voyant la vie du bon coté."
Et toi, comment te trouves-tu ?
Je pense qu'il faudrait d'abord vérifier ce type, et que pour cela tu nous parles de la manière dont se manifestent chez toi la compulsion d'évitement de la souffrance, la passion de gloutonnerie, la fixation de planification et le mécanisme de défense de rationalisation.

C'est plus prudent, même si de nombreux éléments font bien 7, comme cette recherche d'une "baguette magique".

"Quand je m'aperçois qu'un choix me coince parce que je n'avais pas toutes les données, je suis furieuse, coléreuse."
Tous les 7 sont coléreux face à la frustration ou au sentiment que leur chère liberté est en danger. Ce n'est pas suffisant pour valider une éventuelle aile 8.

"Je cherche mon ou mes ailes et j'hésite : est-ce bien la 8 ?"
J'en doute un peu notamment à cause des phrases finales de ton message : "Merci pour votre aide, pour la richesse de ces échanges. Merci aux modérateurs, pour leur compétence et leur précision. Merci à tous. J'espère ne pas m'être trompée de section de sujet."

"Je crois que je suis 7 alpha ? Qu'en pensez vous ?"
J'en doute aussi un peu à cause de la "souffrance insupportable" que cause le "détachement affectif".

Mais validons d'abord le type.

Très cordialement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

Je me suis crue 7 tout de suite. J'en étais sûre, déçue quand même que le mental soit en première position et rassurée de trouver d'autres personnes qui me ressemblaient dans le forum des 7.

Et puis maintenant je relis des passages du livre de Fabien et Patricia, encore, et encore, et certains aspects du 8 font sens pour moi : le 8 n'est pas diplomate, il est honnête et dit aux gens leur quatre vérités, sans précaution, sans hésitation.
En effet, aucun problème pour moi pour oser demander, ou pour dire non.
Oui, j'ai tendance à être impulsive et je suis pleine d'énergie.

Par contre, je ne crois pas du tout que la vie est une lutte et que l'autre est une menace : je crois au contraire que la vie est pleine de possibilités intéressantes, et que l'on peut toujours faire ce qui plait et trouver des gens sympas partout.
Par contre, si des règles sont établies par d'autres, je n'hésite pas à les transgresser pour faire aboutir un projet, une idée, avec une grande énergie malgré tous les obstacles qui pourraient décourager la plupart des gens. Je crois que tout est toujours possible, et mon énergie est décuplée quand on me dit que c'est impossible : en fait, c'est cela le moteur qui me fait vraiment agir.

Sinon, je peux avoir du mal à agir ! Si c'est routinier, je me défile, ça m'ennuie.

Oui, la culpabilité est un sentiment qui m'est étranger.

Mais je n'aime pas le pouvoir, ni les affrontements. Sur un plan professionnel, je prends un poste de responsabilité seulement si personne ne le veut. Sinon si quelqu'un le veut, je le laisse, et si cette personne veut un second, je veux bien être en second, je suis plus tranquille.
J'ai l'impression que j'étais 7 avant, et que c'est ma vie professionnelle qui a forgé mon côté 8.

Sinon, oui, j'ai toujours réussi à faire, même dans un cadre rigide, exactement ce qui m'a plu, quitte à organiser moi-même des emplois du temps (ce n'était pas dans mes attributions ), mais je l'ai fait afin de toujours me débrouiller pour avoir exactement les horaires qui me convenaient. Quand le travail devenait trop routinier dans mon université, je me suis débrouillée pour prendre de multiples responsabilités, pour changer, connaître un autre milieu, quitte à être désavantagée sur le plan de ma carrière. Le pouvoir ne m'intéresse pas. Ce qui compte : FAIRE CE QUI M INTÉRESSE, CE QUI ME PLAÎT, QUAND JE VEUX !

J'ai du mal à agir dans la routine. Par contre dans l'urgence, quand il y a des obstacles insurmontables pour les autres, je suis là, pleine d'énergie avec un défi à relever !

Je suis pas gênée de montrer de la faiblesse, au contraire cela me permet de demander de l'aide, des conseils.

Alors ? Alors ?

1 ?
Je ne suis pas attentive aux erreurs, et s'il y en a, le monde peut quand même tourner : tout s'arrange toujours si bien !

2 ?
Je ne suis pas attentive aux besoins des autres, et pour le faire, cela me demande des efforts.

3 ?
J'ai des tâches à accomplir que je laisse traîner : trop routinier ! Je trouverai toujours quelqu'un de sympa pour le faire ! Pour m'aider tout en proposant mon aide pour autre chose qui l'embête ! Le troc, j'adore ça.

4 ?
J'ai toujours l'impression de TOUT avoir, et s'il me manque quelque chose je me débrouillerai bien pour l'avoir.

5 ?
Non, vraiment pas 5, je ne me vois pas ainsi.

6 ?
Si je me crée des scénarios, ils ne sont pas catastrophiques, mais merveilleux. La sécurité ne me préoccupe pas du tout : je suis confiante, rien ne peut arriver de fâcheux.

9 ?
Je n'ai pas du tout de mal à dire non. Par contre, je ferai tout pour éviter les conflits : j'aime tellement que tout aille toujours bien !

Alors merci pour votre aide, pour le sérieux de votre travail.
Papotine 8 ? Ou 7 ?

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Papotine,

Franchement, l'hypothèse 8 me laisse très sceptique.

Les informations que tu nous donnes sont intéressantes, mais un peu trop comportementales.

"Je me suis crue 7 tout de suite. J'en étais sûre, déçue quand même que le mental soit en première position et rassurée de trouver d'autres personnes qui me ressemblaient dans le forum des 7."
Pourquoi étais-tu déçue que le centre mental soit en premier ? Pourquoi est-ce que, toi, tu ne l'aurais pas mis en premier ? Quel centre aurais-tu mis en premier et pourquoi ?

Tu écris
"En effet, aucun problème pour moi pour oser demander, ou pour dire non. Oui, j'ai tendance à être impulsive et je suis pleine d'énergie."
et
"Je n'ai pas du tout de mal à dire non. Par contre, je ferai tout pour éviter les conflits : j'aime tellement que tout aille toujours bien !"
Non est quand même le mot du conflit. Alors comment fais-tu pour dire non et pour éviter le conflit ? Dans quel cas dis-tu non ? T'arrive-t-il de ne pas éviter le conflit ? Dans quel cas ?

Très cordialement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Bonjour à tous,

 

Merci pour votre aide.

 

J'ai été déçue que le centre mental soit en premier, car pour moi tout va tellement bien, sauf ces émotions fortes qui arrivent quand je suis déçue de ne pas ou mal être écoutée, de me sentir rejetée.

 

Dans quelle occasion je n'ai pas de mal à dire non ? Et bien, par rapport à des personnes qui n'osent pas refuser de prêter, de rendre service, même quand cela les dérange : moi, si cela me fait plaisir, aucun problème pour aider, rendre service, mais si cela me dérange trop, j'arrive à dire non sans problème, avec le sourire et diplomatie, et en expliquant pourquoi c'est impossible pour moi, et je n'ai jamais eu de conflit.

 

Oui, cela m'arrive de ne pas éviter le conflit, quand je veux absolument savoir la vérité, savoir pourquoi on m'en veut. Même si cela dérange, j'ose demander, mettre les pieds dans le plat sans diplomatie.

 

En espérant avoir repondu à vos questions,

Papotine

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Papotine,

 

Tu n'as pas répondu à la totalité de mes questions, notamment à propos du centre mental :

Pourquoi est-ce que, toi, tu ne l'aurais pas mis en premier ? Quel centre aurais-tu mis en premier et pourquoi ?
Et j'avoue que ta réponse partielle me laisse perplexe :
J'ai été déçue que le centre mental soit en premier, car pour moi tout va tellement bien.
Je ne comprends pas le lien. Pourrais-tu reformuler ?

 

Dans quel cas te sens-tu mal écoutée ou rejetée ? Par qui crains-tu d'être rejetée ? Pourquoi ? En quoi est-ce important de ne pas l'être ?

 

Tu as aussi écrit hier dans une autre conversation. D'une certaine manière, tu avais cherché à vérifier une information que je t'avais donnée. Est-ce courant ? Fais-tu confiance vraiment aux gens ?

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Merci Fabien,

Non, non, je n'ai pas essayé de confirmer une réponse déjà donnée, Fabien, mais en week-end, ayant eu l'occasion de rencontrer des gens qui connaissaient l'ennéagramme, l'occasion était trop belle : j'ai ré-expliqué combien j'imaginais mal une femme n'ayant pas un grand besoin d'échanger comme moi et deux dames de types 5 m'ont répondu tout simplement.
En général d'ailleurs, je fais une grande confiance aux gens ; si je cherche bien, pourtant cette question m'a fait réfléchir, et dans un cas où une nouvelle dérange mon bel optimisme (par exemple un diagnostic médical), il est vrai que je vais demander à plusieurs personnes afin de croiser l'information ; ou bien si un projet auquel je crois s'avère impossible à première vue, je vais redemander à plusieurs personnes avant d'être sûre qu il faille y renoncer.

Je crains d'être rejetée par ceux avec qui je travaille, par ceux que j'aime parce que j'aurai mal réagi, mal fait, parce que je ne suis pas à la hauteur, je les aurais blessés.

Je me sens mal écoutée quand je veux exprimer mes sentiments, mes émotions, et que l'on répond par un silence ou bien que l'on change de sujet.

Je n'aurai pas mis le centre mental en premier car quand je veux exprimer mes émotions et sentiments je suis très déçue de ne pas être écoutée ; peut-être que je ne sais pas ce que signifie mettre le centre mental en premier : je classais là ceux qui n'aiment pas ou n'ose pas s'exprimer et préfèrent garder tout dans leur tête et ne rien dire.

Le "tout va bien" que je place si mal dans mon raisonnement recouvre très maladroitement le fait que je me trouve heureuse en général, sauf que j'accepte difficilement ce manque de communication avec des mots sur le plan émotionnel dans mon couple, et là encore, avec entêtement, je vais chercher, chercher, croiser l'information, jusqu'à ce que je trouve une solution.

Je dois à cette recherche la découverte de l'ennéagramme.

Avec mes remerciements,
Papotine

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Papotine,

Comme le forum ferme aujourd'hui pour cause de vacances et autres, je fais un petit bilan histoire d'alimenter ta réflexion.

Le type 8 est totalement exclu.

Le 7 ne me paraît pas absolument impossible, mais je n'y crois guère à cause de :

  • l'importance du partage des émotions,
  • le poids de ce que pensent les autres à ton propos,
  • le peu d'enthousiasme pour le centre mental.

À part le dernier point, une aile 6 pourrait expliquer cela, mais il faudrait qu'elle soit vraiment gigantesque.

Même si certains aspects peuvent faire penser à la fixation du 6, cette hypothèse me semble très peu probable à cause de l'optimisme et des scénarios positifs, de l'absence de culpabilité et du peu de souci pour la sécurité.

Les deux types qui me paraissent pouvoir être envisagés sont le 9, et accessoirement le 3.
Tu as déjà mentionné le fait que tu "ferais tout pour éviter les conflits". Tout jusqu'à quel point ? Quand as-tu eu un vrai conflit pour la dernière fois ? Une vraie colère ? Te souviens-tu de ta première colère ? Combien en as-tu eu depuis le début de l'année ?
As-tu connu des échecs ? Est-ce grave ? Jusqu'où pourrais-tu aller pour éviter un échec ? Jusqu'au conflit ?

Très cordialement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...