Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Organisation de type 5?


Recommended Posts

Bonjour,

 

Hier soir, j'ai dîné avec ma filleule récemment diplômée d'une université de Gestion. Ma fileule est assez dynamique et participe au bureau des étudiants.

 

Ayant constaté que le mémoire de fin d'études posait de nombreuses difficultés de réalisation - notamment aux étudiants à temps partiel qui sont de plus en plus nombreux - ce bureau a souhaité mettre en ligne des "retours d'expériences" des étudiants diplômés : témoignages, listes d'ouvrages à consulter, conseils, et aussi quelques mémoires (après avoir reçu l'aval de l'entreprise des stagiaires d'une part, et l'aval pédagogique de leur école d'autre part).

Curieusement, les entreprises "supports de stages" ont accepté l'idée assez facilement, mais c'est au niveau de l'école qu'il leur faut batailler !

 

Tout en ayant reconnu que la mise en ligne de ces travaux pouvait apporter un plus aux étudiants (et notamment, apprécier la nature et la qualité du travail demandé en fin de parcours), l'école a finalement refusé le projet :

- Ces mémoires pourront servir de base de travail pour des universités concurrentes !

- C'est faciliter le travail des étudiants à venir…

Et autres remarques de la même veine.

 

Ma filleule est de la génération Internet-SMS-Wikipédia et se révolte contre cette (dixit) censure abusive et moyen-âgeuse. Pour ma part, je ne peux m'empécher de songer que son école pourrait être de culture 5 mu : "Préservons notre excellence technique par le secret ! On ne va tout de même pas divulguer à n'importe qui ces précieuses connaissances accumulées à la sueur du front de nos chères têtes blondes. Ceux qui veulent réussir n'ont qu'à travailler dur."

 

Mais bon, peut-être d'autres types sont-ils possibles ?

Bien cordialement.

Jorune 6 mu,

Lève les yeux, et vois la nuée et la lumière qui s'y déploie…

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Jorune,

 

Le sujet du type des organisations est traité dans notre ouvrage "Comprendre et gérer les types de personnalité" et dans notre stage Entreprise.

 

Le 5 est bien sûr une hypothèse possible, mais effectivement d'autres sont envisageables. Par exemple, pourquoi pas une organisation 3 valorisant la compétition externe (premier argument) et interne (second argument) ?

 

C'est aussi peut être un des domaines où le modèle de Spirale Dynamique doit aussi être pris en compte. Une université centrée sur le vMème ORANGE pourra être compétitive quel que soit son ennéatype (mais avec des nuances évidemment). Alors que la "génération Internet-SMS-Wikipédia" a souvent une certaine dose de VERT.

 

Bref, plus d'informations seraient nécessaires pour trancher.

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Fabien,

 

Sans doute ai-je lu dans tes pensées : j'ai prêté ton livre (version 2005) à ma filleule histoire qu'elle puisse faire sa propre analyse. Peut-être aurais-je sa version des faits d'ici quelques semaines. Je n'ai pas souhaité lui parler des travaux de Graves pour l'instant… mais dans l'hypothèse probable où ma filleule serait de type 6 (ou avec une belle aile 6) et de niveau VERT nodal, je pense que la lecture de ce livre l'éclairera sur d'autres façons de penser, et lui permettra peut-être de trouver des arguments convaincants pour défendre son projet, ou bien la convaincra d'utiliser son trop plein d'énergie pour d'autres projets !

 

Pour l'instant, wait and see…

 

Cordialement,

jorune

 

PS : elle m'a dit que sur le fronton de sa fac, on pouvait lire une citation latine qui peut se traduire par "j'enseigne à tous !" Ce serait une belle devise pour un 5… mais peut-être les fondateurs de cette école n'ont-ils pas été suivis.

Jorune 6 mu,

Lève les yeux, et vois la nuée et la lumière qui s'y déploie…

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Jorune,

 

"Elle m'a dit que sur le fronton de sa fac, on pouvait lire une citation latine qui peut se traduire par 'j'enseigne à tous !' Ce serait une belle devise pour un 5."

Tu sembles oublier la passion d'avarice. Il faudrait que ce soient des 5 très intégrés. Mais alors vraiment très intégrés.

 

A l'état de nature, le 5 ne donne pas de perles aux cochons. Il enseigne à ceux qui sont sérieusement intéressés par le sujet, ont la capacité de comprendre, peuvent apporter une information en retour (au moins potentiellement ou dans le futur). A tous ? Ce serait une perte de temps et 'énergie, alors qu'il y a tant d'idées intéressantes à creuser.

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Fabien,

 

Pour ce qui est de la devise,

"Elle m'a dit que sur le fronton de sa fac, on pouvait lire une citation latine qui peut se traduire par 'j'enseigne à tous !' Ce serait une belle devise pour un 5."

Tu sembles oublier la passion d'avarice. Il faudrait que ce soient des 5 très intégrés. Mais alors vraiment très intégrés.

D'où le mot "belle" avant devise qui dans mon esprit signfie que le 5 a effectivement compris ce qui peut clocher chez lui.

J'ai coutume de dire : quand c'est urgent, il est déjà trop tard (c'est une citation de Talleyrand). C'est une devise pour un 6, mais j'hésite à l'intégrer à ma signature car elle ne correspond à aucun idéal pour un 6 mu, mais est plutôt l'illustration de l'illusion qu'en comprenant comment les choses fonctionnent, on peut en modifier le cours.

 

Pour le reste, ma filleule m'a confirmé qu'elle pensait être de type 6. Elle hésitait entre le 8, le 6 et le 5 pour ce qui est de la culture de son école :

- d'un côté, elle voit un collège de professionnels de la comptabilité et de la gestion (experts comptables) qui a l'air d'être une profession très hierarchisée, mais axée sur le côté pratique (ce qu'elle appelle le 8) ;

- le 6 pour la rigueur et le respect des normes et procédures ;

- le 5 pour le côté confiture à ne pas donner au cochons.

 

Cette dernière tendance lui paraît très forte, et je l'avais moi-même ressentie lors de sa soutenance où je représentais l'entreprise où elle a fait son stage. Je ne sais pas la différence entre un professeur d'université et un maître de conférences, mais j'ai rapidement compris qu'avec mon BTS, je ne faisais pas le poids (même après 16 ans d'expérience). On m'a tout de suite mise à l'aise en m'expliquant que l'avis d'une praticienne expérimentée du secteur d'activité était intéressant pour juger de l'opportunité d'un sujet (OUF !!!! sauvée, on m'a validé mon expérience professionnelle et je suis admise à siéger parmi ce prestigieux jury).

 

De son côté, ma filleule m'a avouée que son Directeur de mémoire (le professeur d'université) n'avait accepté de parrainer son sujet que parce qu'elle traitait un thème sur lequel il venait de publier un article ou un ouvrage, je ne sais plus trop. Les premiers rendez-vous pédagogiques qu'elle avait eu avec lui avaient été des plus pénibles (une sorte de labyrinthe où il laissait des indices sous forme de références bibliographiques) et qu'elle ne s'en était échappée qu'en prouvant :

- qu'elle avait lu une partie des articles en question,

- qu'elle en connaissait d'autres que le Pr. ne connaissait pas (sans trop insister sur le dernier point, cela aurait été de mauvais goût),

- qu'elle avait compris son sujet (l'entreprise) qui constituait une magnifique illustration pratique de la théorie du Pr.

Tout ceci me semble bien 5…

 

L'influence 3 existe également selon elle en la personne du Directeur de l'établissement qui ne veut pas démériter dans cette ambiance d'érudits, mais dont elle pense qu'il est de type 3 :

- il a un très fort souci d'image,

- nouvellement nommé, il a voulu modifier une partie des programmes pour faire comme l'école d'à côté,

- il a revu à la hausse les critères de recrutement (il voulait instaurer un concours d'entrée), a très fortement insisté pour que le bureau des élèves organise une table ronde sur le sujet qu'il avait choisi, et où il voulait inviter ses "amis et confrères" issus d'autres universités,

- finalement, il n'a pas assez surveillé sa santé et il est tombé malade.

 

A la vue de ces éléments, je pense qu'on a à faire à une institution 5 mu (mu pour le côté appliqué de la connaissance qu'on y dispense) avec une grosse aile 6 (pour le côté rigueur et normes comptables), qui subit aujourd'hui des influences 3. Ces influences amplifient le niveau ORANGE au détriment des autres niveaux de la Spirale.

Quant à la devise des fondateurs, peut-être est-ce l'oeuvre de 5 bien intégrés, ou peut-être est-ce le rêve d'une profession 8 qui voulait maîtriser la formation de la relève.

 

Qu'en pensez vous ?

Bien cordialement.

Jorune 6 mu,

Lève les yeux, et vois la nuée et la lumière qui s'y déploie…

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Jorune,

 

"A la vue de ces éléments", on ne peut rien penser !

 

D'abord, il y a une confusion de niveau logique entre individus et organisation. Le type du directeur d'établissement ou celui du directeur de mémoire de ta filleule ne sont, en aucun cas, significatifs pour déterminer le type de cette université de gestion.

Par exemple, la France est un pays de culture 4 : pourtant la population française ne semble pas contenir plus de 4 que celle des autres pays, les dirigeants ne sont pas plus souvent 4, etc.

Sauf pour une PME à ses débuts où le type de l'entreprise et le type du fondateur sont identiques, le problème est bien plus complexe que cela.

 

Ensuite, tu interprètes des comportements pour leur faire révéler un type, alors que plusieurs autres sont possibles.

 

Ainsi, je ne vois aucunement en quoi l'ennéatype du directeur de mémoire de ta fille "semble bien 5". Tu décris un homme soucieux de son image, sans qu'on sache si c'est une image intellectuelle et sociale, dont rien n'empêcherait, avec les éléments que tu donnes, qu'il soit par exemple 3 (bien d'autres types sont possibles).

Je considère même qu'une phrase comme "qu'elle en connaissait d'autres que le Pr. ne connaissait pas (sans trop insister sur le dernier point, cela aurait été de mauvais goût)" va plus contre une hypothèse 5 qu'autre chose. Un 5 veut accumuler des informations. Si une information se présente, qui est dans son champs d'intérêts, il creuse le sujet plutôt que de glisser rapidement dessus.

 

De même, les arguments concernant le directeur d'établissement ne sont pas probants.

 

Le seul moment où tu parles de l'organisation en tant que telle est ton acceptation dans le jury, et je ne vois vraiment pas en quoi elle représenterait une tendance 5.

 

Quant à la devise, je ne crois pas plus à l'hypothèse 8 qu'à l'hypothèse 5 ou à un mélange des deux. Quant on type une personne, une organisation ou une culture, on a tout intérêt à partir de l'hypothèse que celle-ci est à des niveaux moyens d'intégration. Encore une fois, la forte intégration et heureusement la forte désintégration sont plutôt rares.

 

Enfin considérer la comptabilité et la gestion comme une profession 8 est totalement inexact (mais ce serait l'objet d'un autre débat).

 

Très cordialement,

Fabien

 

P.-S. : il me semble que tu devrais gentiment conseiller à ta filleule d'éviter de typer tout ce qui bouge (professeur, organisation, profession) après avoir seulement lu un bouquin d'Ennéagramme (ou même plusieurs). Considèrerait-elle que la lecture d'un livre de comptabilité et de gestion la rendrait suffisamment compétente pour la dispenser d'un passage dans son université et exercer directement le métier correspondant ?

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...