Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Histoire de 9


Eldge

Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous,

À chaque nouvelle année, sa résolution. La mienne sera simple, et pourtant si difficile pour un 9 : faire le maximum de choses en suspens. :sick:

Tout d'abord, quelque chose de très personnel : demander mon amie en mariage. Ce fut fait le 1er janvier à une heure. :proud:

Ensuite, plein de petites choses, et aussi écrire un message sur moi dans ce panneau.

Pour donner un exemple de petites choses : changer le lien de mon navigateur vers ce nouveau forum à la place de l'ancien (facile mais demande tout de même un peu de volonté puisque l'ancien lien marche toujours plus ou moins), ou écrire une lettre à ma propriétaire pour lui réclamer l'argent qu'elle me doit. Moins facile car cela déclenche un long dialogue interne : "Y a pas grand-chose quand même, j'ai un peu honte pour si peu", "Oui mais quand même elle m'avait promis", "oui mais si elle s'énerve", "Oui mais peut-être qu'elle a oublié", "Oui mais peut-être que je l'avais un peu énervé la dernière fois que je l'ai vue"…

En fait mon cerveau est une soupe en train de bouillir : parfois il y a des idées qui remontent à la surface (comme écrire à ma propriétaire) mais elles n'y restent jamais très longtemps. Avec le temps, les légumes, ou les idées, finissent par se ramollir, et puis de toute façon, la soupe est cuite et "il est trop tard". Alors on arrête le feu et on va dormir.

Parmi ces choses en suspens, dans la soupe donc, il y avait aussi la participation au stage de base.

Je passe toute l'histoire qui m'a poussé à participer à ce stage. Il y a eu la fausse découverte de mon type : je croyais être 5. Il y a eu les interrogations, la persuasion d'être vraiment 5, le constat d'échec, le rejet de l'ennéagramme en tant que théorie, bref… je suis passé par toutes les étapes d'un 9 qui refuse de se connaître.

Pour participer, il me manquait une impulsion et l'avis d'un "référent". Finalement ce fut trois ans plus tard que ces deux conditions furent réunies, à la suite d'une participation à un stage sur la confiance en soi proposé par ma psy. Le coach animateur du stage avait participé au stage de base et m'a convaincu d'y aller.

Et c'est comme ça que j'ai découvert mon type 9 dont je vous parle aujourd'hui.

Ma vie de 9

Les étapes que je vais raconter n'ont peut-être pas toutes un rapport avec le type 9, mais quand il y en a je vais tenter de faire le rapprochement.

Elle commence dans la vie intra-utérine, où j'ai laissé un souvenir douloureux à ma mère : j'étais hyperactif. La grossesse fut très difficile pour elle.

Les premiers mois de la vie n'en furent pas moins difficiles pour elle, puisqu'elle a fait une dépression. Selon ses propres dires, elle a failli me noyer sous son flot de larmes ininterrompu.

Et moi je continuait mon petit bonhomme de chemin : toujours hyperactif, hyper curieux, colérique. Je voulais quelque chose et je l'obtenais. J'avais un énorme appétit. J'étais considéré comme un petit roi dans la famille (j'étais le premier).

Et subitement, à l'âge de 2 ans et demi, tout a changé : je suis rentré à l'école maternelle (avec un an d'avance donc).

Je pense que c'est à ce moment là que j'ai pris conscience qu'il y avait des "autres", et que surtout ces "autres" n'étaient pas toujours d'accord avec ce que je voulais. Quand je parle des "autres", c'est surtout les adultes, parce que les autres enfants, je ne m'en souciais guère. Quelqu'un jouait avec "mon" jouet ? Pan ! Donne-moi ça et tais-toi. J'étais une terreur pour les autres élèves.

Bref, depuis ma première cellule embryonnaire jusqu'à ce moment là, ma mère ne savait toujours pas quoi faire avec moi (le 9 et sa place dans le monde).

Au dire de ma mère j'étais précoce et c'est vrai que quand je repense à début de ma scolarité, j'avais l'impression d'embêter les professeurs avec mes questions. Par la suite, c'est mes camarades que j'avais l'impression d'embêter. Et maintenant j'ai même l'impression que c'est mes collègues que j'embête. Bref, on en revient toujours à la même problématique. Quand je regarde ma vie j'ai l'impression d'être une boule de flipper.

C'est donc en prenant conscience des autres que peu à peu je suis devenu un nounours gentil qui ne fait jamais de mal à personne.

Plusieurs questions/réflexions me viennent à l'esprit.

  1. Est-ce que cette problématique de l'enfant-roi, ou je dirais de l'âge d'or, est commune à certains types, et en particulier au type 9 ?
  2. La problématique de sa place dans le monde : j'ai connu l'effet inverse en étant petit, comme l'impression d'être dans le Truman Show. C'est aussi commun à certains 9 ?
  3. Il y a des colères qui paralysent, mais d'autres qui font encore plus et qui assomment : ce sont celles qui viennent de ses proches. Je parle de colère, mais c'est plutôt de colères silencieuses dont je parle : j'ai l'impression de ressentir les conflits internes de mes parents. J'ai l'impression que toute ma vie j'ai grandi dans une maison en conflit "silencieux". Aujourd'hui je suis semi-déprimé à longueur d'année, avec une préférence pour l'hiver, comme mes parents. Je ne sais pas comment m'en sortir, j'ai du mal à me sortir de ça, quand on a l'impression que ceux qu'on aime souffrent, je ne vois pas comment ne pas souffrir avec eux !
  4. J'ai conscience que ces conflits internes sont responsables de ma paresse, mais j'ai quand même réussi à m'en sortir professionnellement : j'ai choisi un métier où je peux narcotiser à loisir et je suis même payé pour ça. Le tout c'est de ne pas trop en abuser. Par contre d'autres au travail abusent de moi, de mon incapacité à dire non. Je m'en rends compte de plus en plus. Les autres 9 ont-ils aussi ces capacité d'attirer autour d'eux les gens nuisibles qui vont profiter de leur travail ?
  5. Comment les 9 perçoivent le temps ? Est-ce que comme pour moi, cinq minutes veulent dire deux heures dans mon langage, et que "un jour, je ferai ça" signifie "au moins dans trois ans, je ferai ça " ?
  6. L'affirmation de soi : comment s'affirmer alors qu'on ne sait pas ce que l'on veut ? Il faut affirmer qu'on ne veut rien ? Comment savoir ce que l'on veut ?
  7. Comment un 9 peut-il survivre à un important choc émotionnel dans l'enfance, comme une tentative de viol par exemple ? Est-ce qu'il peut aller jusqu'à ignorer même l'idée de colère tellement il la réprime ? Comment peut-on résoudre ça ?
  8. Et une petite dernière, la capacité de fusion du 9. Je m'adresse aux 9 : avez-vous confiance dans le monde avec tous ces conflits tout autour de la planète, toute cette souffrance ? Rien que d'y penser, cela suffit à me ramener à ma déprime.
  9. Ah ! Et la vraie dernière question : chers 9, n'avez-vous pas l'impression d'être barbant quand vous parlez, et est-ce que cela signifie qu'on est vraiment barbant, qu'on ne sait pas présenter nos idées ou que tout le monde se fout de ce que vous dites ?

Voilà les questions que je me pose après l'écriture de ce message.

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année, et si vous avez suivi jusque là, félicitations !
Eldge

Eldge, 9 w1

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Eldge,

Je n'ai pas le temps de te répondre tout de suite. Ce sera fait dans la journée ou au plus tard demain matin.

Mais je tenais à être le premier à te présenter toutes mes félicitations pour la demande en mariage à ton amie. :thumb_up: A tout d'eux, je souhaite une vie de bonheur et d'amour, et que 2005 soit cela chaque jour pour vous.

Merci de ton témoignage et à bientôt,
Très cordialement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Rebonjour Eldge,

Me revoilà. Je vais essayer de répondre à tes questions. Je sais que certaines d'entre elles demandent le témoignage d'autres 9, mais c'est parfois long à venir… :rofl:
 

1) Est-ce que cette problématique de l'enfant-roi, ou je dirais de l'âge d'or, est commune à certains types, et en particulier au type 9 ?

Je ne saurais pas dire si cette problématique est fréquente chez les 9. (Amis de cet ennéatype, démentez ce que j'ai écrit en début de message et témoignez.)
Je sais qu'elle est très courante chez les 7.
Il me semble, mais je n'ai pas de certitude, qu'on peut la retrouver assez souvent chez les personnes réprimant le centre instinctif, et que ce paradis perdu est une des raisons de leur manque d'espérance. Mais cela ne s'applique pas au 9, dont la répression de l'instinctif est structurelle, et non pas le résultat d'une histoire de vie.
 

2) La problématique de sa place dans le monde : j'ai connu l'effet inverse en étant petit, comme l'impression d'être dans le Truman Show. C'est aussi commun à certains 9 ?

Je ne sais pas.
 

3) Il y a des colères qui paralysent, mais d'autres qui font encore plus et qui assomment : ce sont celles qui viennent de ses proches. Je parle de colère, mais c'est plutôt de colères silencieuses dont je parle : j'ai l'impression de ressentir les conflits internes de mes parents. J'ai l'impression que toute ma vie j'ai grandi dans une maison en conflit "silencieux". Aujourd'hui je suis semi-déprimé à longueur d'année, avec une préférence pour l'hiver, comme mes parents. Je ne sais pas comment m'en sortir, j'ai du mal à me sortir de ça, quand on a l'impression que ceux qu'on aime souffrent, je ne vois pas comment ne pas souffrir avec eux !

C'est typique du mécanisme de fusion présent chez le 9. Les solutions sont évidemment du côté de l'intégration : mieux se connaître, mieux définir ses envies et ses besoins de façon à rééquilibrer l'attention portée aux autres et à soi (cf. infra).
 

4) J'ai conscience que ces conflits internes sont responsables de ma paresse, mais j'ai quand même réussi à m'en sortir professionnellement : j'ai choisi un métier où je peux narcotiser à loisir et je suis même payé pour ça. Le tout c'est de ne pas trop en abuser. Par contre d'autres au travail abusent de moi, de mon incapacité à dire non. Je m'en rends compte de plus en plus. Les autres 9 ont-ils aussi ces capacités d'attirer autour d'eux les gens nuisibles qui vont profiter de leur travail ?

Clairement oui, et les 2 ont le même problème. Les personnes ne sachant que difficilement dire non sont souvent exploitées ou manipulées par des gens peu scrupuleux.
 

5) Comment les 9 perçoivent le temps ? Est-ce que comme pour moi, cinq minutes veulent dire deux heures dans mon langage, et que "un jour, je ferai ça" signifie "au moins dans trois ans, je ferai ça " ?

Clairement oui, là aussi. Cela fait partie de la langue 9 que l'on doit apprendre quand on vit avec eux, ou quand on les côtoie. Si on ne la connait pas, c'est l'enfer ; une fois qu'on l'a apprise, tout s'éclaircit à nouveau.
 

6) L'affirmation de soi : comment s'affirmer alors qu'on ne sait pas ce que l'on veut ? Il faut affirmer qu'on ne veut rien ? Comment savoir ce que l'on veut ?

Tu peux commencer par savoir ce que tu ressens. Pour cela, tu peux régulièrement dans la journée t'interrompre et te demander ce que tu ressens dans ton corps : où y a-t-il des sensations ? comment sont-elles (lourdes ou légères, chaudes ou froides, fixes ou pulsantes, etc.) ?

 

Quand cela sera facile (cela prend parfois des semaines), tu peux faire la même chose en t'interrogeant sur les émotions à la place des sensations. Une fois que tu connais tes émotions, il devient plus aisé de savoir ce que tu veux.

 

Tu peux aussi te surprendre en narcotisation, et te demander à ce moment-là pourquoi tu narcotises. Quelle colère évites-tu ? Quel besoin ?
 

7) Comment un 9 peut-il survivre à un important choc émotionnel dans l'enfance, comme une tentative de viol par exemple ? Est-ce qu'il peut aller jusqu'à ignorer même l'idée de colère tellement il la réprime ? Comment peut-on résoudre ça ?

Oui, la colère peut être totalement réprimée. Face à des événements aussi durs, cela n'est pas vrai que du 9. Il n'y a pas de solutions que je puisse donner ici. Ces situations relèvent d'un travail long et délicat avec un professionnel.
 

8) Et une petite dernière, la capacité de fusion du 9. Je m'adresse au 9 : avez-vous confiance dans le monde avec tous ces conflits tout autour de la planète, toute cette souffrance ? Rien que d'y penser, cela suffit à me ramener à ma déprime.

Le problème commun à tous les 9 est plus un manque d'espérance. Ceci dit, ceux qui co-répriment le centre mental ont aussi une problématique avec la confiance (cf. stage Centres).
 

9) Ah ! Et la vraie dernière question : chers 9, n'avez-vous pas l'impression d'être barbant quand vous parlez, et est-ce que cela signifie qu'on est vraiment barbant, qu'on ne sait pas présenter nos idées ou que tout le monde se fout de ce que vous dites ?

Le style de communication du 9 s'appelle "saga". Le 9 a tendance à faire des discours un peu longs et un peu vagues. Plus il doit aborder des problèmes personnels, plus il vit une certaine confusion qui évidemment se manifeste dans son discours. Certaines personnes trouvent cela barbant, mais le style de communication de chaque ennéatype a ses défauts…

Très cordialement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Fabien,
 

Le 02/01/2005 à 21:49, Eldge a dit :

La problématique de sa place dans le monde : j'ai connu l'effet inverse en étant petit, comme l'impression d'être dans le Truman Show. C'est aussi commun à certains 9 ?

J'ai un peu réfléchi par rapport à ça, et ça me parait presque logique. Dans un esprit qui pense ne pas avoir sa place dans la monde, il y a forcément une contrepartie. Elle servirait en quelque sorte à ré-équilibrer cette pensée qui est forcément fausse puisqu'on est là quelque part. Et c'est donc l'opposé : être au centre du monde.
Mais de toute façon il y a toujours la même idée derrière : être jugé par quelqu'un ou quelque chose et donc faire attention à ne pas le contrarier.

 

Le 03/01/2005 à 14:08, Fabien Chabreuil a dit :

Tu peux commencer par savoir ce que tu ressens. Pour cela, tu peux régulièrement dans la journée t'interrompre et te demander ce que tu ressens dans ton corps : où y a-t-il des sensations ? comment sont-elles (lourdes ou légères, chaudes ou froides, fixes ou pulsantes, etc.) ? Quand cela sera facile (cela prend parfois des semaines), tu peux faire la même chose en t'interrogeant sur les émotions à la place des sensations. Une fois que tu connais tes émotions, il devient plus aisé de savoir ce que tu veux.

J'ai toujours eu un problème avec mes émotions. Le fait de croire qu'on a une gastro quand on est amoureux peut faire rire ; pour chez moi, ce fut une réalité au départ. :laugh:
Jusqu'il y a peu, je n'avais même pas conscience de ma colère.
Aujourd'hui ça va mieux, mais c'est toujours pas ça. Depuis que je sais quand je narcotise, je m'observe parfois et je ressens certaines choses (posture en boule, tension dans les épaules). Mais ça ne va pas plus loin.

Pour l'instant, je dois voir un thérapeute spécialisé dans la thérapie brève PNL/hypnose. J'en suis à la phase où je définis mes problèmes… Réagir face aux émotions et reconnaître les miennes en est un.

Je vous tiendrai au courant.
Eldge

Eldge, 9 w1

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Bonjour à tous !!!

Me voici de retour de longue, très longue absence. Je justifierais mon absence par deux excuses :

  • La flemme d'écrire ;
  • Ça va plutôt bien, et j'ai donc beaucoup moins cogité sur l'ennéagramme et je passe moins ici…

Depuis ma précédente période d'apparition, il s'est passé plein de choses. 
 
J'ai changé d'emploi, ce qui n'a d'ailleurs pas été une bonne idée à la base car ça s'est très mal passé. On me demandait de vivre pour mon travail, alors comme un 9 "de base", ça a coincé… Cette période a coïncidé avec une grosse crise dans le couple (une 6 phobique). Ça pourra d'ailleurs faire l'objet d'un post pour l'analyse de cet échec. Donc j'ai quitté ma copine et mon employeur m'a quitté. :wink: Gros soulagement. Pendant les trois mois de chômage qui ont suivi, j'ai eu l'impression de respirer à nouveau. Et juste quand l'angoisse et le déficit financier commençaient à grandir, j'ai trouvé l'emploi idéal : dans mes compétences, sans responsabilité managériale, dans une boîte qui ne presse pas le citron. Le bonheur. Bien entendu, j'ai continué pendant tout ce temps mon loisir favori : la voile avec les copains. Je suis assez fier d'ailleurs d'être à l'origine de ce groupe copains voileux (sous type social ?).

Puis j'ai rencontré ma copine actuelle, une 9 elle aussi. La gentillesse incarnée, intelligente, très sensible… La perfection même. Enfin presque elle n'a que deux défauts : l'allergie aux chats et le mal de mer. :wink:
Tout ça pour dire que je n'aurais jamais pensé que ça puisse marcher aussi bien entre deux 9 !

Eldge, je n'ai pas de réponse à toutes tes questions, mais voilà ma maigre contribution.
 

1) Est-ce que cette problématique de l'enfant-roi, ou je dirais de l'âge d'or, est commune à certains types, et en particulier au type 9 ?

Je ne me reconnais pas dans la définition de l'enfant roi.
 

2) La problématique de sa place dans le monde : j'ai connu l'effet inverse en étant petit, comme l'impression d'être dans le Truman Show. C'est aussi commun à certains 9 ?

Je n'ai pas eu trop de mal à trouver ma place dans le présent durant mon enfance, mais j'avais du mal a choisir ma route pour l'avenir. J'ai depuis amélioré très nettement mes problèmes d'indécision.
 

3) Il y a des colères qui paralysent, mais d'autres qui font encore plus et qui assomment : ce sont celles qui viennent de ses proches. Je parle de colère, mais c'est plutôt de colères silencieuses dont je parle : j'ai l'impression de ressentir les conflits internes de mes parents. J'ai l'impression que toute ma vie j'ai grandi dans une maison en conflit "silencieux". Aujourd'hui je suis semi-déprimé à longueur d'année, avec une préférence pour l'hiver, comme mes parents. Je ne sais pas comment m'en sortir, j'ai du mal à me sortir de ça, quand on a l'impression que ceux qu'on aime souffrent, je ne vois pas comment ne pas souffrir avec eux !

Les colères ne me paralysent pas ; par contre je me suis déjà retrouvé hors d'état de réagir lors de conflits. Compulsion quand tu nous tiens…
 

4) J'ai conscience que ces conflits internes sont responsables de ma paresse, mais j'ai quand même réussi à m'en sortir professionnellement : j'ai choisi un métier où je peux narcotiser à loisir et je suis même payé pour ça. Le tout c'est de ne pas trop en abuser. Par contre d'autres au travail abusent de moi, de mon incapacité à dire non. Je m'en rends compte de plus en plus. Les autres 9 ont-ils aussi ces capacités d'attirer autour d'eux les gens nuisibles qui vont profiter de leur travail ?

Ahahah ! Les 9 et le travail… Je suis moi même dans une boîte-à-9… Enfin ceux que je repère ne sont pas forcément des plus intégrés… Ce qui n'est pas étonnant, car on repère facilement les types par leurs compulsions et passions. Les autres sont moins facilement identifiables (mais y'en a).
Par contre je n'ai pas l'impression qu'on abuse de moi. À ces profiteurs j'oppose ma formidable inertie et mon entêtement dignes des meilleures mules. Si on me braque c'est fini, plus moyen de tirer quoi que ce soit de moi. Ça a des avantages !
 

5) Comment les 9 perçoivent le temps ? Est-ce que comme pour moi, cinq minutes veulent dire deux heures dans mon langage, et que "un jour, je ferai ça" signifie "au moins dans trois ans, je ferai ça " ?

Un jour, je le ferais… Peut-être… :wink: On est tous les mêmes !
Par contre j'ai horreur d'être en retard. Probablement à cause du risque de conflit en cas de retard. Quand je donne une heure de rendez-vous, je la respecte.
 

6) L'affirmation de soi : comment s'affirmer alors qu'on ne sait pas ce que l'on veut ? Il faut affirmer qu'on ne veut rien ? Comment savoir ce que l'on veut ?

S'affirmer alors qu'on ne sait pas ce qu'on veut… C'est effectivement un gros problème. N'as-tu jamais eu de rêve, même enfant ? Par exemple faire un sport ou un loisir, visiter un pays, apprendre une langue… En fait, l'intérêt n'est pas d'y arriver, mais de tout mettre en œuvre pour y arriver.
 

7) Comment un 9 peut-il survivre à un important choc émotionnel dans l'enfance, comme une tentative de viol par exemple ? Est-ce qu'il peut aller jusqu'à ignorer même l'idée de colère tellement il la réprime ? Comment peut-on résoudre ça ?

Comment survivre à un choc émotionnel ? Sans aller jusqu'au traumatisme dont tu parles, je te dirais que ma méthode est le rejet. Le refus de mes émotions en bloc, jusqu'à devenir quasiment insensible. Puis quand la douleur cesse, je me reconnecte avec mes émotions (les positives). Mais je ne pense pas tenir une bonne solution. Aller dans le fond pour remonter plus vite est dangereux.
 

8) Et une petite dernière, la capacité de fusion du 9. Je m'adresse au 9 : avez-vous confiance dans le monde avec tous ces conflits tout autour de la planète, toute cette souffrance ? Rien que d'y penser, cela suffit à me ramener à ma déprime.

La confiance dans le monde qui nous entoure… Je n'en n'ai aucune et je suis des plus pessimistes concernant l'avenir des hommes et de la terre. Mais je n'y peux rien. Donc pour éviter de me pourrir la vie, je fais comme la plupart des gens. Je me voile la face et je vie ma vie tranquillement : jouir au maximum sans nuire.
 

9) Ah ! Et la vraie dernière question : chers 9, n'avez-vous pas l'impression d'être barbant quand vous parlez, et est-ce que cela signifie qu'on est vraiment barbant, qu'on ne sait pas présenter nos idées ou que tout le monde se fout de ce que vous dites ?

L'impression d'être pénible : si ! Très pénible même quand je m'emballe sur les sujets qui me sont chers, ou en fin de soirée quand je suis bourré… :wink: Mais dans l'ensemble je suis très supportable.

À bientôt !
Goupil

Goupil, E9

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...