Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

6 alpha ou 3 mu


Johnybegood

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Il y a quelques semaines grâce à l'aide de plusieurs d'entre vous (je tiens à remercier particulièrement Bénédicte quand même !!! :laugh::sick:), je suis arrivé à la conclusion que le type 6 alpha se rapprochait le plus pour décrire mes motivations internes face à la vie.

Ces derniers jours, je me suis posé pas mal de questions et j'en arrive à me poser une question : un 3 mu complètement désintégré ne pourrait-il pas se reconnaitre en 6 alpha ?

 

Merci de m'aider avec votre expérience dans cette comparaison…

 

Très cordialement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Phil,

 

L'argument est reversible, puisque le 6 alpha se désintègre en 3.

 

Cela dit j'ai remarqué que les 3 mu conservation et les 6 alpha aile 7 avaient parfois un langage commun.

 

On peut toujours en discuter.

Pour ma part, je maintiendrais l'hypothèse 6 à cause de la dépendance,

mais…

 

:laugh:

Bénédicte

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Phil,

 

Petite remarque préalable que pourront probablement confirmer plusieurs 6 de ce panneau : lorsqu'on est 6, on doute d'être 6 !! Quelque part, le fait que tu doutes d'être 6 est finalement peut-être un bon indice que tu es bien 6. :laugh:

 

En ce qui me concerne, bien qu'étant sûr d'être 6, il m'arrive assez régulièrement de me poser des questions sur ma variante ou sur mon sous-type (moins sur mon aile en revanche). Finalement, j'en reste à la version alpha et au sous-type sexuel avec une aile 7, parce qu'après tout c'est un habit qui me va bien : non-pas que je le trouve esthétiquement correct, mais simplement parce qu'il est adapté à ce que je pense être au fond de moi et qu'il me permet de travailler sur moi. Voila pour le partage des interrogations sur mon type.

 

Maintenant, pour répondre à ta question, oui, un 3 mu désintégré pourra se reconnaitre en 6 (pas nécessairement alpha cela dit, j'aurai même plutôt tendance à dire mu, mais je ne pense pas que la variante soit vraiment importante lorsqu'on parle de rester durablement dans un type de désintégration). Cela étant dit, avant de se reconnaitre en 6, un 3 mu qui se désintégre se reconnait d'abord en 3 mu avec tous les caractéristiques négatives du type de base, avant d'y ajouter les caractéristiques du type de désintégration.

 

Aussi, as-tu vu en toi TOUTES les caractéristiques négatives du 3 (vanité, mensonge, identification…) ?

 

Enfin, globalement, les caractéristiques du type de base nous accompagnent toute la vie : au regard de ton expérience de vie, est-ce que le 3 explique mieux tout ce que tu as vécu jusqu'à maintenant, ou bien le 6 te paraît-il le plus adapté pour décrire tout ce qui s'est passé depuis ta naissance ?

 

A ta disposition pour approfondir tout cela avec toi,

Amicalement.

Éric - 6 alpha, aile 7, Force-beauté

-- "Celui qui regarde à l'extérieur rêve ; celui qui regarde à l'intérieur s'éveille." --

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Philippe, Eric a raison : douter de son type est un argument en faveur du 6 ! Et tu pourras même trouver des 6 pour douter avec toi ! :laugh:

 

Plus sérieusement, j'abonde bien évidemment dans le même sens que Bénédicte pour la réversibilité et qu''Eric pour la présence des caractéristiques du 3 en désintégration. Je voudrais bien préciser ce dernier point, puisque tu débutes dans la connaissance de l'Ennéagramme.

 

Un 3 reste un 3 quoi qu'il arrive, c'est-à-dire qu'il manifeste la compulsion (éviter les échecs), la passion (mensonge), la fixation (vanité) et le mécanisme de défense principal (identification) de son type. Même se désintégrant, en 6 pour un 3 mu, ces caractéristiques sont présentes et visibles. La désintégration en 6 ajoute la passion de peur et la fixation de doute-suspicion.

 

Etre très désintégré dans son type est fort douloureux pour soi et pour les autres. Alors être durablement dans son type de désintégration est encore pire, et a de graves conséquences personnelles, professionnelles et relationnelles, qui nécessitent systématiquement une assistance psychologique extérieure. C'est dire que le cas est rare.

 

Appliquons donc le rasoir d'Occam. Il est exceptionnel d'avoir besoin du type de désintégration ou des ailes pour déterminer l'ennéatype d'une personne.

 

Au delà de la théorie, venons en à ton cas personnel. Je lis tes messages depuis que tu nous fais le plaisir de participer à ce panneau. Je n'ai franchement rien vu (ce n'est pas une preuve, je sais) qui m'ait fait douter de l'hypothèse 6. La peur, le doute de soi, la dépendance vis-à-vis d'une autorité extérieure, la crainte de l'exclusion, le besoin d'apporter quelque chose d'utile, tous ses éléments sont omniprésents et sont signés 6.

 

Dans une autre conversation, tu écris : "Je pourrais avoir trois fois plus d'articles." Un 3 aurait trois fois plus d'articles. Même s'il était désintégré. J'ai envie de reformuler en "surtout s'il était désintégré". La désintégration provoque une exacerbation des caractéristiques négatives du type, et donc chez un 3 du souci de l'image.

 

Enfin, il est évident que tu manifestes les aspects égotiques du 6, et que tu n'es donc pas en phase d'intégration forte. Pourtant, tu écris dans la même conversation : "Et je n'ai pas le droit de me mentir… Je ne me donne pas le droit de me mentir…" Cela, ce serait de l'intégration en 3… Si cette phrase est exacte, il y a une contradiction ennéagrammique dans ton hypothèse de désintégration.

 

Tu parles dans cette même conversation d'un désir de réussite. Certes, c'est compulsif chez le 3. Mais d'autres types peuvent vouloir réussir. La différence est que pour le 3 peu intégré, c'est une fin en soi, alors que pour les autres types, c'est un moyen pour obtenir quelque chose d'autre. Je connais nombre de 6 pour lesquels la réussite est importante, mais c'est au service de leur groupe, d'une idée, etc.

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

mais…
Merci !!! :sick: :sick: :sick: C'est gentil !!!

 

Aussi, as-tu vu en toi TOUTES les caractéristiques négatives du 3 (vanité, mensonge, identification…) ?
Pas tant que cela… Me mentir, ok, je ne l'ai pas, dans le sens où je refusais de prendre en compte ce qui était important en réalité pour moi… Mais le reste… Pas plus que d'autres personnes qui ne réagissent pas comme des 3…

 

A ta disposition pour approfondir tout cela avec toi.
Merci, je vais retenir la proposition, mais pour une autre question !!! :laugh:

 

Philippe, Eric a raison : douter de son type est un argument en faveur du 6 ! Et tu pourras même trouver des 6 pour douter avec toi !
B'en ouiap !!! 6, ok…

 

Etre très désintégré dans son type est fort douloureux pour soi et pour les autres. Alors être durablement dans son type de désintégration est encore pire, et a de graves conséquences personnelles, professionnelles et relationnelles, qui nécessitent systématiquement une assistance psychologique extérieure.
Ca va mieux, merci !!! Depuis environ 3 ou 4 ans, je m'isole de moins en moi, je commence à ne plus renoncer à faire attention à moi, aux autres, à agir "sans autorisation"… Autour de moi, on a remarque une métamorphose : JE VAIS MIEUX !!! C'est dire !!!

 

Au delà de la théorie, venons en à ton cas personnel. Je lis tes messages depuis que tu nous fais le plaisir de participer à ce panneau. Je n'ai franchement rien vu (ce n'est pas une preuve, je sais) qui m'ait fait douter de l'hypothèse 6. La peur, le doute de soi, la dépendance vis-à-vis d'une autorité extérieure, la crainte de l'exclusion, le besoin d'apporter quelque chose d'utile, tous ses éléments sont omniprésents et sont signés 6.
Oui… je comprends, comme je comprends ce que tu me dis à propos du 3, que je ne peux pas "être"…

 

"Et je n'ai pas le droit de me mentir… Je ne me donne pas le droit de me mentir…" Cela, ce serait de l'intégration en 3… Si cette phrase est exacte, il y a une contradiction ennéagrammique dans ton hypothèse de désintégration.
On en arrive donc à la suite de la digestion du week-end : je me suis (après m'être reconnu en 4 à cause du côté mélancolique) reconnu en 9 à cause de la narcotisation qui me "parlait" phénoménalement… Je me mettais sur la touche d'une façon admirable, je le fais encore mais beaucoup moins !!!

La conclusion "d'être 6" me parle (sauf à certains moments !!!), mais est-ce que je ne me suis pas trompé dans la hiérarchie de mes centres qui m'a amené à conclure au alpha ? Je ne suis en contact avec mes émotions que depuis quelques années… Avant j'avais de nombreux moments où je choisissais "d'arrêter de faire de peur de me couper des autres"… J'en ai eu marre de me mentir et de me maltraiter comme je le faisais…

 

D'où mes deux questions (qui sont en réalité la même) :

Suis-je alpha ou mu ? Comment faire pour trancher (d'après ce que j'ai lu sur ce panneau, tu mets deux jours à l'expliquer en stage…) ?

Est-ce que je n'ai pas pu confondre narcotisation et réprimer l'instinctif ? Comment faire pour trancher ?

 

Merci à tous, très amicalement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Philippe,

 

Et re-bienvenue dans le club des 6. :laugh:

 

Pour répondre à tes questions :

Suis-je alpha ou mu ?
Toi seul a la réponse à cette question et toi seul pourra trancher entre alpha et mu.

 

Comment faire pour trancher ?
Comme toujours, seule l'observation pourra t'amener à la certitude d'être de variante alpha ou mu. Il y a de nombreuses discussions concernant la répression d'un centre, ou sur les interrogations de variante que tu pourras retrouver sur le forum.

 

Grosso modo, je dirai qu'il y a deux façon de trouver sa variante : soit trouver le centre de support (celui qui marche le mieux… en étant au service du centre préféré), soit trouver le centre réprimé (celui qui fonctionne le moins, ou le moins bien).

Aussi tu peux t'interroger sur le centre qui te pose le plus de problème : as-tu plus de mal à te mettre à l'action, ou à ressentir et gérer tes émotions ?

Tu peux aussi te demander quel centre lâche en premier lorsque tu es stressé ou tout simplement lorsque tu es fatigué. Généralement, les réponses à ces questions sont suffisantes pour permettre de trancher.

 

Au regard de tes messages, de nombreux éléments me font tout de même penser à la répression du centre instinctif, et donc à la variante alpha… et je te laisse le soin de confirmer ou d'infirmer cela car je n'en ai qu'une vision "à travers un écran".

 

Enfin, je ne comprends pas bien ta dernière question concernant la narcotisation et la répression du centre instinctif. Peux-tu préciser dans quelle mesure tu penses confondre ces deux aspects ?

 

:sick:

Éric - 6 alpha, aile 7, Force-beauté

-- "Celui qui regarde à l'extérieur rêve ; celui qui regarde à l'intérieur s'éveille." --

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Eric,

 

Et re-bienvenue dans le club des 6.
Merci, les gens sont très sympas ! :sick: :sick: :sick: Ok, je ne resterai peut-être pas très longtemps !!! :sick::laugh::sick:

 

Aussi tu peux t'interroger sur le centre qui te pose le plus de problème : as-tu plus de mal à te mettre à l'action ou à ressentir et gérer tes émotions ? 

Tu peux aussi te demander quel centre lâche en premier lorsque tu es stressé ou tout simplement lorsque tu es fatigué. Généralement, les réponses à ces questions sont suffisantes pour permettre de trancher.

Oui, je vais creuser dans cette direction.

 

Et je te laisse le soin de confirmer ou d'infirmer cela car je n'en ai qu'une vision "à travers un écran".
Oui, et c'est vrai que le second degré passe parfois très très mal dans ce contexte… Et je suis un grand spécialiste pour me cacher derrière lui à tout bout de champ…

 

Enfin, je ne comprends pas bien ta dernière question concernant la narcotisation et la répression du centre instinctif. Peux-tu préciser dans quelle mesure tu penses confondre ces deux aspects ?
Ma question est : si je suis mu et que je me désintègre en 9, je suis soumis à la narcotisation, au refus de l'action… Je vois la répression de l'instinctif comme un refus de l'action… D'où ma confusion…

 

Voilà…

Très amicalement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Re Philippe,

 

Je dirai que la narcotisation n'est pas nécessairement un refus de l'action : certains 9, pour narcotiser, sont capables de développer beaucoup d'énergie dans une activité donnée.

 

La narcotisation, en tant que mécanisme de défense principal du 9, consiste en fait à se lancer dans une "action-habitude" répétitive pour pouvoir s'oublier : pour certains, c'est manger, pour d'autres travailler, pour d'autres encore jouer aux jeux vidéo, etc., et toujours dans le but de s'oublier soi-même (et d'éviter les conflits potentiels).

 

Un 6 mu, avant de se désintégrer en 9, va au préalable être désintégré dans son type de base avec la répression du centre mental : cela se traduit par un centre instinctif qui passe en premier plan (= action).

 

Si cet état se prolonge et se poursuit en une désintégration en 9, alors comme expliqué précédemment, il faut ajouter à celles du type de base, les caractéristiques négatives du type 9, à savoir passion de paresse, fixation d'oubli de soi et mécanisme de défense de narcotisation. Cela peut donc éventuellement se traduire par un manque d'activité ou d'action, mais ce n'est pas toujours le cas : tout dépendra de l'objet de la narcotisation.

 

J'espère que cela t'apportera quelques lumières.

Très amicalement.

Éric - 6 alpha, aile 7, Force-beauté

-- "Celui qui regarde à l'extérieur rêve ; celui qui regarde à l'intérieur s'éveille." --

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Eric, tout ce dont tu me fais part à propos du 9 me "parle" énormément !!! J'ai l'impression de me reconnaître !!! Mon but pendant de nombreuses années (et trop souvent à mon goût encore aujourd'hui…) a été de fuir toute situation où je pouvais ressentir le moindre sentiment déplaisant… Ce qui déclenche des quasi-crises de panique maintenant que je me refuse de m'enfuir dans quoi que se soit (je l'ai trop fait et j'en ai marre de me mentir et de ne pas me respecter, c'est pour cela que j'essaye de faire ce que je peux et que je suis ici !!). Les crises de panique sont donc déclenchées quand je me trouve confronté à des choses que je ne peux pas ou plus influencer. Envoyer un CV par la poste : je ne peux plus rien faire !!!! J'ai même songé une fois à téléphoner au tri postal pour demander à récupérer ma lettre quand j'avais découvert qu'il manquait un point à la fin d'une ligne…

Pour éclairer ma lanterne, ce sont mes envolées lyriques, mes phrases longues et toutes en circonvolutions qui laisseraient à penser que je ne réprime pas l'émotionnel ? Ou est ce que parce que je "parle" sans réfléchir, que je me laisse en roue libre pour éviter de trop "me censurer" et court-circuiter mental et émotionnel qui pourraient libérer des sentiments de doute, ou de peur… Est-ce que je suis assez clair, est-ce que l'on va me comprendre, est-ce que je vais donner toutes les informations nécessaires, etc. ?

 

Très cordialement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Phil,

 

Je me pense 6 mu. En phase de stress, le mental fonctionne mal, c'est à dire qu'il s'emballe et brasse sans fin les mêmes problèmes comme un disque rayé. Dans ce cas je me mets généralement à faire quelque chose, donc à utiliser le centre instinctif de manière à couvrir le bavardage interne du mental. Exemple récent : suite à un stress relationnel, j'ai passé ma journée de samedi à déménager des meubles dans mon appartement, sans que ceci ne soit ni urgent, ni véritablement utile. :sick: Dans ces cas-là, j'évite par contre soigneusement les contacts avec les autres, ce que j'interprète comme une corépression de l'émotionnel.

 

J'imagine qu'il s'agit d'une forme de narcotisation light. Dans les cas de stress plus graves, je me noie dans le travail en préférant des tâches routinières. Je pense privilégier ce type de narcotisation, car je ne la considère pas comme une déviance alors que la paresse au sens classique (chaise longue, terrasse, palmiers par exemple) en est une, gravissime, à mes yeux. :sick:

 

En écrivant ce mot, je me rends compte que les stress les plus déstabilisants sont généralement dus à un problème émotionnel, alors que je gère assez bien les contraintes liées à l'utilisation du centre instinctif.

 

Très amicalement, :laugh:

Claude

6 mu, aile 7 /(5)

V.I.T.R.I.O.L. Visita interiorem terrae rectificando invenies operae lapidem

(Descends dans les entrailles de la terre, en distillant tu trouveras la pierre de l'oeuvre)

Claude – E6 mu, aile 7/(5)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Claude,

 

Merci pour ton témoignage. Il m'a permis de me souvenir à quel point j'étais bien le soir, après une journée de travail comme ouvrier sur des chantiers de construction, l'été que je faisais pour payer mes inscriptions à la fac ou améliorer mon ordinaire : l'activité permettait de "déconnecter" mon pauvre cerveau malade, un travail physique plutôt que mental… Aller marcher aussi me permet d'éviter les crises de panique… J'étais vraiment mieux quand je marchais pour aller à la fac, plutôt que de prendre les transports en commun…

 

Je viens de lire les quelques discussions sur la répression du centre émotionnel… Beaucoup de choses faisaient écho en moi : chercher à se protéger des émotions (ce que j'appelle me mettre sur off), la panique due à une émotion quand "la goutte d'eau fait déborder le vase"…

 

Je peux être perçu par les autres comme sur deux "modes", sans transitions : insensible ou ultrasensible-paniqué-dans-un-état-proche-du-Mississippi… :laugh:

 

Pour réfléchir sur les passions de mes types de désintégration possible :

La paresse me "parle" énormément, je remets tout au lendemain, sauf si la panique ou la culpabilité m'en empêche.

Le mensonge, c'est la pire chose qui existe. Je l'utilise peu et m'en veux énormément, terriblement si je le fais, et c'est la pire chose que l'on puisse me faire. Ma phrase rituelle en moment de stress : "Tu es certain, tu ne me mens pas pour me ménager ?"

 

Take care.

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Philippe,

 

Ce ne sont pas les éléments que tu mentionnes dans ton dernier message qui m'ont fait penser à une répression de l'instinctif et à un centre émotionnel en support.

 

Je n'ai malheureusment pas vraiment le temps aujourd'hui de reprendre l'ensemble des éléments dans les discussions où tu as participé qui m'ont orienté vers la variante alpha, mais en gros, il y a une forte prise en compte de ce que les autres peuvent ressentir en face de toi, une importance assez prononcée à parler de tes émotions, des émotions visiblement assez fortes que tu sembles vivre, une minimisation de l'action, quelques difficultés à "faire" ou pour te mettre à faire etc.

 

Comme je le disais, tout cela n'est "vu qu'à travers un écran" et ne représente pas forcément ce que tu vis réellement quotidiennement. Il s'agit plus d'un faisceau d'éléments allant dans le sens de la répression du centre instinctif… A toi de voir si l'observation objective au jour le jour viendra confirmer cela, comme je le disais hier.

 

D'expérience, je sais que lorsqu'une personne cherche son type avec une connaissance superficielle de l'ennéagramme, elle aura tendance à se créer des filtres qui feront que ses comportements pourront rentrer dans une hypothèse de type donnée… alors que ces comportements obéissent à d'autres motivations, voire sont faussés dans leur observation pour rentrer dans la boite du type que l'on veut incarner (l'ego est très fort pour nous envoyer ces faux signaux, et nous conforter dans de mauvaises hypothèses… qui en fin de compte sont aussi sa meilleure proctection).

 

Bref, comme je le disais hier, le mieux est tout de même que tu prennes le temps de bien observer les mécanismes liées à l'action et aux émotions chez toi afin de déceler quel centre est réprimé chez toi.

 

Très amicalement.

Éric - 6 alpha, aile 7, Force-beauté

-- "Celui qui regarde à l'extérieur rêve ; celui qui regarde à l'intérieur s'éveille." --

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Phil, bonjour à tous,

 

Aimer la marche n'indique pas une répression de l'instinctif. Deux des principales célébrités du panneau (Fabien et moi) aiment énormément la marche tout en réprimant l'instinctif.

Pendant les vacances, un jour où j'étais en forme et le temps propice, j'ai fait une quinzaine de kilomètres (avec des pauses) à pied, comme ça, parce que la sensation était plaisante.

Marcher a souvent pour moi été un moyen de me déstresser, d'être un peu plus dans mon corps et dans l'instant présent.

Préférer marcher plutôt que de prendre les transports en commun peut être lié à la peur : les jours où je ne me sens pas bien, je peux me sentir (à tort) moins en sécurité dans le bus qu'à pied… peur d'être bousculée, prise à partie, volée, etc.

 

La paresse du 9 (Fabien le répète souvent) est plus une paresse à se connaître, à se remettre en question, qu'un manque d'énergie. C'est plus pour moi de l'inertie ("pourquoi changer ce qui est confortable") que de la non-action (le 9 étant parfois très actif… sur des choses sans importance).

Ce que tu décris comme paresse est surtout de la procrastination (remettre au lendemain), pratiquée pour des raisons différentes par de nombreux type, dont le 6. Celui-ci procrastine les choses qui lui font peur (y compris parfois le succès). Ou au contraire fonce dessus pour en être débarrassé…

 

La narcotisation du 9 égotique tend à causer un véritable oubli du problème, il faut généralement un rappel de la part de quelqu'un d'autre, ou que le problème lui tombe sur le nez, pour qu'il s'en souvienne.

Le 6 a parfois des comportements qui peuvent faire penser à de la narcotisation, mais (au moins dans mon cas) je parlerais plutôt de distraction. Les problèmes reviennent rapidement dès que la récréation est terminée. :sick: :sick:

Par contre, il m'arrive parfois de pratiquer volontairement la distraction si mon mental tourne en rond dans une ornière, ou parfois pour ne pas partir en panique (dans ce dernier cas, je ne nie pas la peur, je prends le temps de la ressentir, mais je ne laisse pas partir le mental dans cette spirale de panique).

 

Les raisons pour lesquelles je penche plus pour la variante alpha dans ton cas :

- Tu te réfères souvent à l'émotionnel (les ressentis ou leurs expressions peuvent être par contre problématiques, car vus comme une déviance).

- L'action semble te poser de plus gros problèmes. L'action au sens "agir sur…", ce fameux "impact" dont je parlais dans la conversation traitant de l'autorité intérieure.

 

Autre chose : le mensonge en tant que passion du 3 est, selon moi, une confusion entre les apparences & manifestations et la réalité. Je vais prendre l'exemple d'un chercheur 3 égotique qui croit qu'être un bon chercheur implique de se montrer toutes les semaines dans son ministère de tutelle. Il pense :

- Je dois me montrer toutes les semaines au ministère.

- X, que je croise au ministère, est nécéssairement un bon chercheur.

- Y, qui ne fréquente pas les ministères, ne peut pas être un bon chercheur.

 

Voilà.

 

:laugh:

Bénédicte

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Merci à tous de m'avoir accompagné dans cet épisode de doute (à bientôt pour un prochain numéro !!!)…

 

"Avoir un impact sur le monde", je me trimballais avec cette idée depuis la discussion sur la phrase de Michael Goldberg que je ne comprenais pas…

 

J'avais l'impression que cela aurait été plus facile de la mettre en oeuvre en pouvant m'appuyer sur un "côté 3" en positif plutôt qu'en négatif… Je voulais laisser l'ego aux commandes, je crois… :sick: :sick: :sick: :sick:

 

J'avais mal compris… Accepter que l'on puisse avoir raison, accepter que l'on puisse avoir tort, accepter que l'autre puisse avoir raison ou tort… Accepter de se tromper, accepter…

 

"Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé, et le courage de changer ce qui peut l'être, mais aussi la sagesse de distinguer l'un de l'autre." (Marc-Aurèle)

Je crois que je vais prendre cette phrase au fond de mon coeur et voir ce quelle a à m'apporter dans ce chemin…

 

Merci à tous de vos contributions et de votre temps… :laugh::sick: :sick: :sick:

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Fabien, je me permets de revenir à une de tes phrases de ton message du 3 septembre :

Enfin, il est évident que tu manifestes les aspects égotiques du 6, et que tu n'es donc pas en phase d'intégration forte. Pourtant, tu écris dans la même conversation : "Et je n'ai pas le droit de me mentir… Je ne me donne pas le droit de me mentir…" Cela, ce serait de l'intégration en 3… Si cette phrase est exacte, il y a une contradiction ennéagrammique dans ton hypothèse de désintégration.
Je ne comprends pas bien la contradiction ? J'ai vraiment l'impression que de refuser de me mentir est d'une importance vitale pour moi…

 

Merci de m'aider à clarifier cette question.

 

Très cordialement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Philippe,

 

J'ai peut-être été un peu trop concis. :kiss2:

 

La passion du 3 est le mensonge et c'est un mensonge à lui-même. Sa vertu est la vérité.

 

Tu as manifesté dans la conversation de recherche de ton type et dans d'autres les caractéristiques égotiques du 6 : peur, doute, problématique à la solitude, etc. Tu ne pouvais donc être que 6, ou un type se désintégrant en 6. Dans ce cadre, tu as proposé l'hypothèse 3 mu "complètement désintégré".

 

Mais un 3 complètement désintégré ne se soucie pas de ne pas se mentir à lui-même. Il se soucie de réussir quel que soient les moyens employés. Se mentir ou non à lui-même est alors le cadet de ses soucis.

 

Puisque ce thème avait une importance vitale pour toi, tu ne pouvais donc pas être un 3 !

 

C.Q.F.D. ?

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 6 months later...
Johnybegood

Bonjour à tous

 

Bon… Me voilà à nouveau dans cette partie du panneau de message… Pas pour quitter le club des 6, pas que je m'y sente bien, mais c'est ma place… Mais pour réfléchir à mon centre réprimé…

 

Les seules émotions que j'ai jamais ressenties sont la peur… Même encore aujourd'hui…

 

Et pour corriger mon message du 21 juin 2004 où je parlais de ma terreur devant le fait d'avoir à agir… la peur ne peut être contrôlée et devient une terreur sans nom quand je réalise que je ne peux rien faire pour changer une situation… Quand je ne peux plus agir…

 

Des problèmes de santé plus ou moins grave depuis tout petit ont fait que j'ai perdu au cours du temps confiance dans mon corps… Quand je me donnais l'autorisation de faire du sport, je me suis toujours ménagé au plus haut point de peur de me faire mal, ou de me blesser et d'être empêché comme j'ai été empêché quand j'étais malade…

 

A re-relire le cheminement qui a amené d'autres personnes à se découvrir 6 alpha, j'ai douté :proud::cry: car j'ai l'impression que ce sentiment de trahison de la part de mon corps, et ma facon d'en parler avant de le réaliser et de le mettre en mot, pouvait expliquer que je m'étais trouvé en alpha…

 

On va voir dans quel club je vais rester !!!!

 

Bien à vous,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Un petit rajout.

 

L'ennui… Je m'ennuie à vitesse grand V… Je préfère ne pas faire mon travail plutôt que de m'ennuyer en le faisant… Pour mon travail si je sens la moindre chose routinière, ou pire, dès que j'ai compris comment faire et que je l'ai fais une fois et que cela marché, je n'ai plus envie de recommencer… Quand j'enseignais, ce n'était pas pareil, ou lors d'une collaboration je suis d'une patience d'ange, jamais ennuyé. Le partage, l'échange est toujours différent…

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Phil,

 

La manière dont tu as manifesté pas mal d'aspects émotionnels sur ce panneau ne m'incite pas à remettre en question ta hiérarchie des centres.

 

Concernant ton "petit rajout" :

Je ne vois pas trop la connexion logique avec ce qui précède. J'y vois surtout un aspect de la planification de l'aile 7, et le fait que tu puisses te concentrer dans l'enseignement est probablement un effet de l'instinct social (devoir).

 

Très cordialement,

Bénédicte

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Bonjour Bénédicte,

 

Je suis d'accord sur mon rajout et ton analyse.

 

Par contre, ce que j'ai exprimé dans mes messages était un comportement qui pouvait être lu comme émotionnel et où la seule motivation chez moi était la peur…

 

J'ai appris très tôt dans ma vie deux choses si je voulais qu'on ne me rejette pas :

1) ne pas montrer sa peur,

2) ne pas montrer que l'on n'a pas d'autres émotions à part la peur…

 

Mon mode de fonctionnement pour cacher ma peur est de la camoufler derrière un écran de fumée émotionnel…

 

Je ne crois pas dire cela pour étayer ma nouvelle hypothèse de 6 mu contre 6 alpha. Je creuse en moi et ne trouve pas facilement d'autres émotions que la peur…

 

Cordialement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Pour éviter le rejet j'aurai décidé de cesser d'agir…

Je me suis fais une promesse comme ça deux fois dans ma vie…D'arrêter d'agir…

 

La première fois vers 12 ans, et la seconde vers 22…

 

Je revendiquais cette décision comme un pas en avant vers le respect des autres et du "danger" potentiel que je pouvais être…

 

Il faut que je fasse gaffe. La prochaine s'avance à grands pas si l'écart est respecté !!! :proud::cry:

 

La première fois car je me sentais seul et rejeté par ma famille qui ne me comprenait pas…

La deuxième fois car je me sentais seul et rejeté par le milieu universitaire qui ne me comprenait pas…

 

J'ai toujours eu un aplomb qui me poussait à faire, mais il a toujours été mal perçu… Perçu comme de l'arrogance… Essayer de ne pas être rejeté par des gens qui vous trouvent arrogant…

 

J'échouais rien que pour me faire accepter, dans mes pires moments… :rofl:

 

Je ne vois rien d'autre que la peur là-dedans… Et un centre instinctif attaqué de toutes parts…

 

De l'eau au moulin de ma nouvelle hypothèse ?

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Bon… Tout ce que j'apporte comme eau à mon moulin n'est que la preuve que mon centre émotionnel était utilisé avant mon centre instinctif : ce sont les émotions qui impliquaient une action…

 

Me revoilà donc dans le club des 6 ALPHA !!!! On doutera de l'aile 7 (je ne pense pas !!!) plus tard !!!! Pour le sous-type, je ne pense pas douter non plus… Pas encore !!!

 

Je trouvais qu'il était plus facile pour moi de m'intégrer en 3 qu'en 9… Merci mon ego de m'avait fait croire cela…

 

Enfin…

 

Merci Bénédicte de ne pas avoir douté, j'aurai pu me mentir plus longtemps si je n'avais pas cherché à essayer de te convaincre de ton erreur !!!!

 

Amicalement,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Dernier soubressaut de doute… :rofl::proud:

 

Je suis un vendeur-né. Je serais capable de vendre un congélateur à un esquimeau, de la crème solaire à un troglodyte… Car ils en ont vraiment besoin !!!! Le premier pour se réchauffer et le deuxième pour s'hydrater la peau et la préparer si par hasard il se retrouve dans l'obligation de se retrouver au soleil un jour !! JAMAIS je n'arnaquerai qui que se soit !!!!

 

J'ai l'impression que ce serait plutôt de l'intégration en 3 du 6 mu…

 

Mais je me refuse à le faire… Je n'aime pas ce côté-là de moi… Je le juge mauvais pour les autres… Pourtant J'ADORE faire cela !!!! Je me régale !!!! Je me sens léger, épanoui… Mais je n'aime pas… J'ai trop peur de décevoir… Et s'il avait froid malgré tout… Et si le congélateur tombait en panne… Et si j'avais suggéré le mauvais indice de protection solaire, ou si… SI… SI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! :cry:

 

Voilà finalement une deuxième attaque de doute… Surtout que je me rappelle une discussion à 22 ans (après cette décision de ne plus agir), ou je racontais a quel point je pouvais être quelqu'un qui pouvait et voulait réussir, avant, mais que maintenant je voulais juste donner des choses les plus solides possibles pour ne pas décevoir…

 

Deuxième round… Je sais plus du tout où j'en suis finalement…

 

Deux points de vue auxquel je crois en moins d'une demi-heure…

 

Girouette 2, le retour, il est encore plus méchant !!!

 

Désolé… :kiss2::cry::peur:

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Phil,

 

Merci pour cette belle crise de doute en direct. Elle n'a certainemment pas été agréable pour toi, mais d'un point de vue pédagogique, c'est une merveilleuse illustration. Merci de ta sincérité et de ta confiance.

 

Quant au thème de ta variante, le mieux est certainement de laisser reposer pendant le week-end et d'y revenir tranquillement lundi.

Cependant, je redirai que nous ne sommes si souvent que cela dans nos types d'intégration et de désintégration. Pour t'assurer de ta variante, il suffit de voir quel centre apparaît quand le mental lâche : l'émotionnel (alpha) ou l'instinctif (mu). Ou bien en fonctionnement normal avec donc le mental actif, quel est le centre le moins utilisé ou utilisé en dernier : l'émotionnel (mu) ou l'instinctif (alpha).

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Bonjour Bénédicte, Fabien et à tous,

 

Essayons de réfléchir à la hiérarchie de mes centres d'une façon qui ne me permette pas de préférer l'une ou l'autre des hypothèses. (J'ai passé assez de temps à lire des messages sur ce panneau pour être capable d'écrire un texte qui soit capable de me convaincre que je suis bien 6 alpha ou 6 mu… et à m'énerver et envoyer bouler les représentant de l'autorité de ce panneau, sans pour autant oser l'écrire clairement encore. J'ai bouilli intérieurement à de nombreuses reprises, s'ils ne sont pas d'accord avec mon hypothèse du moment, ou s'ils n'abondent pas dans mon sens. Comment ça pas convaincu !!!!!!!!!!)

 

Reprenons la suggestion de Fabien à Marie-Hélène dans un message du 25 août 1999 :

Seule une pratique de l'auto-observation peut vous permettre de trancher avec certitude. 

La piste de l'intégration/désintégration peut être trompeuse car le 6 a déjà certaines des qualités et certains des défauts du 3 ou du 9 et faire le tri entre ces caractéristiques n'est pas toujours évident. 

Observer les centres est donc la meilleure piste. Lequel utilisez-vous le moins ? Lequel vous paraît le plus bizarre ou le plus incompréhensible ? Une autre piste peut être de réfléchir à quels types vous aimeriez être et quels types vous ne voudriez surtout pas être. Et pourquoi ?

Utilisons la dernière piste, car je n'ai pas la moindre idée de ce que je dois écrire pour justifier devant les autres de ma hiérarchie des centres… (Même si j'ai quelques idées, il y a quelques points dont j'ignore les conséquences et qui peuvent être importants, mais qui ne me sautent pas aux yeux…) Pour moi je fonctionne d'une certaine façon, je ne sais pas le mettre en mot et utiliser les concepts de centre pour le faire, mais le savoir me permettra de savoir à quel moment je me mens et à m'en empêcher plus longtemps, car j'ai envie de me respecter à nouveau !!!!!!!!! J'ai pris la décision implicite parfois dans ma vie de ne plus me respecter, maintenant que je le sais je ne veux pas me retrouver à nouveau dans cette situation-là, ou sinon acquérir ce qu'il faut pour être capable de m'en empêcher…

 

Je n'ai envie de choquer personne mais certaines personnes de certains types vont certainement être choqués par mes commentaires… (Seul un 6 peut écrire cela !!! Non ?? Désamorcer et après s'autoriser à dire des horreurs !!! S'il te plait, je peux te démolir complètement, tu ne pourras jamais m'en vouloir car tu m'en a donné l'autorisation !!! Ecrite, ce serait mieux !!! J'attends un message personnel des 480 membres de ce panneau et de tous les futurs membres, même les visiteurs doivent s'inscrire pour me donner l'autorisation…)… C'est peut être aussi que je réagis au côté que je n'aime pas de certaines personnes que j'ai "artificiellement" mise dans les cases de l'ennéagramme… Mais pour faire cette liste j'ai imprimé la page 80 du livre que Patricia et Fabien ont mis à la disposition de tous sur ce site, merci merci MERCI pour cette décision elle m'aide chaque jour, et j'ai essayé d'imaginé une personne en face de moi qui avait chaque caractéristiques… Et quelques visages sont apparus pour certaines caractéristiques que j'avais observées chez autrui…

 

Type 1

Je ne veux pas être ce psychorigide qui ne me laisse pas être en désaccord avec lui et qui est choqué par tout ce que je peux penser de différent et qui me juge comme une sous-merde même pas digne d'avoir pu un tant soit peu accordé le temps d'un simple coup d'œil… Même si son côté droit et revendicatif a toute mon estime…

 

Type 2

J'aimerais être cette personne loyale et aimante qui aide et est présente envers et contre tout et tous, dans la victoire comme dans la défaite, dans le bonheur comme dans l'adversité. Je n'aime pas son côté arrogant qui n'accepte pas de ne pas être pris en compte et en même temps sa dénégation, la dénégation de ses réussites… Sa dévalorisation…

 

Type 3

Je n'aimerais pas être ce fumiste menteur… Pas contre j'aimerais être ce "faiseur"….

 

Type 4

J'aimerais être ce chercheur de nouveautés, de belles choses dans lesquelles on peut croire, éternelles sources de bonheur car le beau pourra toujours rassurer. Son côté mélancolique nombriliste m'exaspère…

 

Type 5

Un peu comme le 1, le psychorigide avare et froid me terrifie à cause de sa solitude… Sa rétention d'information, son côté égoïste, son côté incapable de sauter du coq à l'âne sans acclimatation… Tour d'ivoire… Si la question n'est pas cohérente il n'y aura pas de réponse… S'il manque la plus petite chose dans l'enchaînement, il m'envoie bouler… Son coté "catalogue", me tente pour la liste de solution qu'il possède sous le coude…

 

Type 6

Je veux être car il a des bons côtés et je ne veux l'être pas car il a des mauvais côtés… Trop tard !!! C'est moi !!!

 

Type 7

Je ne veux pas être ce fumiste qui est capable de rigoler du pire et qui ne pense pas aux conséquences de ses actes, qui est capable de se rassurer et de croire à un mensonge. J'envie son coté multi-tâches et capable d'englober beaucoup de choses, son ouverture d'esprit.

 

Type 8

Je ne veux pas être ce faiseur de vent, d'inutilité, fumisterie et poudre aux yeux… Son coté "capable" me tente pourtant.

 

Type 9

Je ne veux pas être ce lâche qui se retire. Il est à la fois tous les petits singes : aveugle, sourd et muet… J'admire son coté moine zen qui est capable de marcher sereinement dans la tempête…

 

Voilà, tout le monde en a eu pour son grade… Je ne crois pas en avoir plus en stock… Quoique… J'en rajoute à chaque relecture… Qu'est ce que vous avez fait pour mériter cela ? Pour équilibrer les choses voilà donc du sucre sur le dos du 6 :

 

Type 6

Je ne veux pas être aussi lâche que lui qui a plus peur de son ombre que de l'ombre d'un dragon affamé… J'aime son côté loyal qui se battra à vos côtés même s'il est convaincu que l'échec est au bout du chemin…

 

Assez sucré à votre goût ? Pas assez pour effacer ma culpabilité… Enfin la projection de ce que je pourrais ressentir à votre place et du jugement déloyal de quelqu'un qui oserait agir comme cela et que j'aimerai qu'il ressente de la culpabilité pour pouvoir excuser son attitude… Je n'ose même pas relire ma phrase tellement elle me semble compliquée… Mais j'ai vraiment l'impression que c'est pour cela que je parle de la culpabilité… C'est l'émotion que j'aimerais que l'on ressente pour que je ne juge pas ce comportement déloyal… J'en suis même à être tenté de rajouter pour adoucir le trait de certaines critiques en disant que les personnes auxquelles j'ai pensé sont très importantes pour moi. (Voilà je l'ai fait !!! J'ai adouci les critiques !!! Loyal !!!! Non, craintif !!!!)

 

Je vais essayer aussi d'analyser sous stress ce qui se passe :

1) sous stress léger : tant que je sais quoi faire, tout va bien ; tant que ce que je fais est efficace, tout va bien

2) sous stress fort : soit je peux me "mettre sur off" et je deviens un suiveur, un toutou qui ne veux pas paraître nul et préfère écouter les autres plutôt que de risquer de me tromper et de décevoir et d'assumer une erreur (j'ai eu l'impression que je n'avais pas le droit de dire la peur que je pouvais être nul, je ne peux être seul que si je montre de la faiblesse, je dois maîtriser pour m'empêcher de me tromper et de décevoir…) ; soit je peux me "mettre en position on" : je n'ai pas raison d'avoir peur de toi donc je fais tout pour te montrer que je n'ai pas peur de toi, comme ne pas faire ce que l'on m'a demandé… Pour me ressourcer et sortir de cette situation de stress j'ai besoin de me couper de tout devoir, de toute obligation… Le meilleur endroit de la terre où je pouvais me ressourcer il y a quelques années c'était chez ma grand-mère… Elle avait une façon de me dire : que tu sois là ou pas, je ferai ce que j'ai à faire, je me ferai à manger de toute façon, et cuire un oeuf ou deux, je les mettrai dans la même poêle et ils cuiront pareil, laver une assiette ou deux c'est pareil, de toute façon il faut faire la vaisselle… Je voulais parler, je lui parlais, elle parlait et ne m'en voulais pas si je ne l'écoutais pas, elle me le répèterait si c'était important de toute façon… Je n'avais pas peur d'être déloyal ou de manquer à mon devoir… Je n'avais aucun devoir… Sa mort a été un coup très dur… C'était il y a 6 ans… Merci pour tous ces moments… Un de mes grands regrets est de n'avoir rien pu faire (j'aurais du suivre des études de médecine, ça aurait peut être changé quelques chose !!!) lors de sa maladie… J'aurai tellement aimé la présenter à celle qui est devenue ma femme…

 

Je me vois comme Robert Ryan dans "Les diables de Guadalcanal"… Avec les même défauts énormes et les mêmes douleurs, un excellent second… J'ai le souvenir du Lord Jim de Conrad que j'ai vu il y a près de 20 ans à la télé… C'est très lointain mais quand je l'ai vu à l'époque je me suis dis : c'est moi… J'en ai le souvenir très présent… Je me souviens même plus tellement de l'histoire… Je suis en train de le lire… Mais ça fait des années que je l'ai commencé et j'ai beaucoup de mal, c'est très douloureux… Le DVD vient de sortir et mon cousin me l'a promis… Ca sera plus rapide et je pourrais moins m'enfuir en trouvant d'autres choses à faire… Beaucoup plus importantes !!!! Je ne suis pas assez patient… Je voudrais l'avoir déjà fini pour l'avoir déjà compris et intégré… Comme un peu ce livre de sophrologie… 16 étapes… sur 16 semaines… Bien sûr, je fais un effort colossal pour ne pas tout lire d'un coup et ne pas me dire que 16 semaines sont beaucoup trop longues et que je voudrai trouver un livre qui m'emmène au même point en 5 minutes… Ca fait 3 ans que, difficilement, je commence la première semaine… Régulièrement… La dernière fois j'ai même réussi à tenir trois jours à faire mes exercices sans me dire : bon, ça y est, tu as compris, on passe à la deuxième semaine avec un peu d'avance… Et là… Incompréhension de ce que l'on me demande… Pas les bases… M'en fous des bases, je veux utiliser l'outil pour fabriquer, pas apprendre à m'en servir !!!! Bizarrement je ne joue d'aucun instrument de musique… Piano : 1 leçon… Guitare : 2 pages de la méthode… J'ai appris le morse à l'armée… 6 lettres (O et S, ça compte pas !!!!) On ne va pas loin avec 8 lettres… Après… j'ai trouvé mieux à faire !!!

Je n'avais pas le droit de changer les choses en m'y investissant. S'il y avait souffrance, il ne pouvait pas y avoir amélioration. Ca devait être facile ou ne pas être….

 

En regardant des messages, je suis tombé sur une discussion sur l'enseignement… Que les motivations que l'on a à enseigner sont très type-ego-essence dépendant…

J'ai l'impression que quand j'enseigne, j'incite mes étudiants à aller tester la solidité d'un concept : regardez par-là, c'est sympa, mais est ce que c'est suffisamment solide pour y croire. Mon rêve ? Qu'un de mes étudiants remette un jour en cause les bases même la chimie et de ce que je leur ai enseigné… Quel bonheur ce serait : vivement que j'enseigne à nouveau !!!!!

 

Ces derniers temps j'ai été confronté a pas mal de sources de stress, j'ai fais un test sur le net (je ne sais pas ce que ça vaut, c'est un test qui donne des points et qu'il faut additionner pour voir ou on en est : 12 point si le chat pisse dans vos pantoufles et 23 si vous vous coincez les doigts dans la porte… Un truc comme ça… Je dépasse les 300 si on additionne ces deux dernières années… Ca doit pas aider pour être dans un bon état…)

 

That's all folks. Take care.

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Bonjour à tous,

 

Je suis soumis en ce moment à de grands moments de peur intense… J'arrive (pendant quelques instants) à m'en faire spectateur et je sens le noeud dans l'estomac se dénouer… Toutefois, dès que j'essaye d'agir et de faire ce que je dois, la peur ressurgit à nouveau parfois même encore plus forte… Ca en devient passablement décourageant… Je n'arrive à rien solutionner… Je suis dans l'état, avec tout ce que je trouve important de faire, et là… incapable d'agir… Incapable… J'ai même des moment où je sens que les activités simples que j'arrive encore à faire (lire, regarder la télé, surfer, faire des choses pas très passionnante pour le boulot… surtout ne pas s'investir loin du connu et se retrouver seul) craquelle, et que je vais me faire envahir par une déferlante émotionnelle… Je n'arrive presque plus à agir par loyauté… Le nombre de groupe envers lesquels je me sens encore capable d'agir par loyauté se réduit comme une peau de chagrin… J'arrive à être à peu près présent pour ma femme, parfois…

 

Sympa comme tout comme ambiance mentale… Très reposant à vivre… Je n'arrive même plus à dormir. Pas épuisé… Pour être sûr de ne pas être assailli au seuil du sommeil par des sensations déplaisantes… Et je ne me sens pas capable de vivre la seule chose déplaisante… Je n'arrive même pas à me dire d'aller faire du sport… Je ne veux pas que mon corps souffre… Je veux me réfugier dans du coton…

 

Passons…

 

Ce n'est pas facile de se livrer comme ça… Mais si des gens comprennent des choses grâce à moi, comme je le fais grâce à tous ceux qui ont osé se livrer de la sorte, sans masque, je suis heureux et je me dois de me livrer…

 

Bien à vous…

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Philippe,

 

Je ne sais pas quel questionnaire sur le stress tu as pu passer, mais le système consistant à attribuer des points en fonction d'événements positifs ou négatifs vécus et à définir un seuil d'alerte est relativement pertinent. Il me semble franchement que tu devrais te faire aider : il existe de nombreuses techniques modernes permettant de gérer rapidement et efficacement le stress, de diminuer l'impact de traumatismes et de faire des deuils. Je n'ai pas l'impression d'être dans mon ego de 7 en disant qu'il n'est pas nécessaire de souffrir inutilement et que tu aurais tort de t'en priver.

 

Franchement, je n'ai guère reconnu l'Ennéagramme dans ton survol des neuf types. Il comporte de très nombreuses mauvaises compréhensions des types (par exemple, le 8 est tout sauf un "faiseur de vent"). Une histoire soufie dit : "Un voleur croise le Christ ; il ne voit que des poches." Quand nous allons mal, nous voyons en priorité les côtés négatifs des autres. Et en plus un 6 a tendance à faire de la projection… Mais c'est un cercle vicieux, car comment aller bien dans un monde peuplé de tels gens.

Tu dis : "Qu'est ce que vous avez fait pour mériter cela ?" Je crois que c'est toi qui ne mérite pas cela…

 

Comme tu le dis souvent, take care. TAKE CARE. :calin:

Très amicalement, Fabien

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Bonjour Fabien,

 

Merci de ton soutien… :wink:

Tu as raison… :blush: Mon niveau de stress nécessite plus, quelque chose de plus constructif… :crazy: On va voir comment je peux m'en dépatouiller avec les circonstances, pour avoir accès à des solutions. Pas facile en ce moment. Quelles solutions de toute façon… :sour: Des preuves que je ne suis pas capable d'assumer ma vie… :sour: Des preuves d'échec… :sour: Avec le temps, j'ai adouci ce type de réaction, mais il faut que je me batte avec cela pour être capable de faire quelque chose… :crazy::sour::lame::sick:

 

Je ne pense pas que déterminer avec exactitude ma variante soit la priorité en ce moment… Comprendre l'ennéagramme pour ne plus voir les poches de Jésus en sera une plus tard, mais pas maintenant… :sour::sick::lame:

 

Tu me dis que je ne mérite pas cela et de prendre soin de moi… :calin: Ce n'est pas ma faute si les couches s'accumulent, je n'y suis pour rien… :peur: Je fais une projection, l'ennéagramme m'aura au moins permis de comprendre cela… :lame::laugh:

 

Merci pour tout… :rofl::kiss2:

Take care. :heart:

Je vais essayer de prendre soin de moi… :sick::lame::sour:

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Philippe,

 

"Des preuves que je ne suis pas capable d'assumer ma vie… :sour:"

Cela arrive parfois, et alors en prendre conscience est un pas fondamental. La première des douze étapes du travail des Alcooliques Anonymes consiste à dire : "Nous admettons que nous sommes sans défense devant l'alcool et que nous ne pouvons plus gouverner nos vies." Si tu remplaces le mot alcool par le mot ego, la phrase peut faire sens pour beaucoup, et je me demande si ce n'est pas la plus difficile des douze étapes.

 

C'est pourtant quelque chose que nous acceptons facilement pour notre corps. Quand la maladie gouverne nos vies, nous le reconnaissons et demandons de l'aide.

 

Quelle différence y a-t-il quand il s'agit de notre esprit ? Il y a tant de choses que nous ne contrôlons pas en lui : telle phrase qui nous échappe, telle idée qui nous obsède, telle ritournelle qui nous hante une journée, etc.

 

Vouloir tout contrôler, tout assumer, tout bétonner, tout sécuriser est bien sûr une illusion. C'est le triste paradoxe des 6 que d'avoir si peur d'être seuls et que d'avoir tant de mal à faire confiance aux autres alors qu'ils en auraient besoin.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Johnybegood

Bonjour Fabien,

 

Merci de ton soutien. :calin:

 

Je suis trop épuisé pour bien tout comprendre, mais tu as raison quand tu dis que je ne fais pas confiance… Je n'ai pas confiance envers les autres… Je n'ai pas confiance, à tort je le sais même si je doute parfois :laugh:, dans leurs réactions si je prenais le temps de me reposer ou de me faire aider (ce qui nécessite temps et argent…), si je leur demandais de l'aide… J'ai peur de leur jugement… (Parfaitement 6 comme réaction !!!!)

 

J'ai recommencé cette discussion pour être certain de mon centre de soutien, car j'ai lu sur ce panneau (quelque part, un jour, je n'arrive même plus à le retrouver…) qu'en période de stress, on pouvait chouchouter son centre de soutien pour aider à se remettre sur les rails… Je voulais trouver mon centre à chouchouter… Sans me leurrer… Parce qu'en ce moment la seule facon que j'ai de le faire est de me scotcher devant la télé avec une pile de DVD passablement débiles… Je ne sais pas si cela aide, mais c'est ce que j'ai toujours fait… M'enfuir, me terrer… Après je me sentais tellement coupable que je me forçais à retourner sur les rails… Mais en position off, sans agir, en me laissant guider… Faire pleins de trucs m'aide, j'ai l'impression, si je ne les fais pas pour de mauvaises raison comme la culpabilité… Ca privilégierait l'instinctif… Je me suis déterminé alpha précédemment peut-être car j'étais en i-E-m ? Le mental ayant lâché depuis longtemps, et l'instinctif aussi, parfois… L'émotionnel apparaissait dans les messages quand je me disais : à quoi bon… Mais je continuais à écrire car j'y croyais… Je crois que l'ennéagramme est un outil fabuleux et c'est pourquoi je dépasse cette inertie…

 

Enfin…

 

Je vais essayer de dépasser cette léthargie qui s'empare de moi et qui me sussure : laisse-toi porter… N'agis pas… Tout va bien finir par s'arranger… Ce message fait partie de mes actes de résistance…

 

Merci pour tout…

 

Amicalement,

Take care,

Philippe

Phil, 6 alpha, aile 7, sous type sexuel

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Philippe,

 

Il ne s'agit pas de chouchouter son centre de support. Mais comme c'est celui qui fonctionne le mieux (ni survalorisé comme le centre préféré, ni rejeté comme le centre réprimé) de s'appuyer sur ses resources. Ce n'est pas si simple, car il y a malgré tout un obstacle à son bon fonctionnement : il est aux ordres du centre préféré.

 

Tout ce que tu décris semble confirmer la variante alpha. Sous stress, le mental n'est plus là, mais l'instinctif ne fonctionne pas non plus : "La seule facon que j'ai de le faire est de me scotcher devant la télé avec une pile de DVD passablement débiles…"

 

L'Ennéagramme est effectivement "un outil fabuleux", mais en avoir une connaissace mentale ne peut pas être suffisant.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...