Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Type 6 ou 7?


Manurk112

Recommended Posts

Hello,

 

Je viens faire un ptit tour sur ce forum pour recueillir quelques informations. Tout d'abord, je n'ai pas très bien compris ce que vous entendiez par les notions de "alpha" et "mu". (OK, c'est probablement parce que je n'ai pas suivi de stages ici ! :laugh:)

 

D'autre part, je sais que mon type tourne autour du 6 ou du 7. J'ai pendant longtemps cru être en 7, parce que la notion de devoir me hérisse le poil et que je ne supporte pas de faire des tâches répétitives. Pourtant, il me semble qu'il y a des trucs qui ne collent pas chez moi. Avec ça, dans la mesure où ce que je cherche est moins à faire ce qui m'amuse que d'éviter de faire ce qui est désagréable, et qu'avant d'entamer une activité, je me demande très souvent quels sont les points désagréables qu'il faut que j'évite à tout prix (ce qui souvent me conduit à ne rien faire).

 

Voilà, s'il y a ici quelqu'un qui a déjà vécu ça, je serais intéressé d'avoir un retour. Merci d'avance.

 

Manu (6 ou 7).

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Manu,

 

Pour les variantes alpha et mu, le mieux est de commencer par lire la partie "l'Ennéagramme-Descriprion" de ce site, notamment la partie sur la hiérarchie des centres et la suivante.

 

Pour ce qui en est de ton type, nous n'avons évidemment pas assez d'éléments. Il faut que tu nous en dises un peu plus sur toi (par exemple, que considères-tu désagréable ?), surtout en explorant les passion et fixation des deux types envisagés.

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Administrateur

Bonjour à tous,

 

Depuis, Manu a lu la discussion "Partage d'un 7" qui l'a convaincu qu'il était bien de ce type. Pour des raisons de clarté, je transfère ici, le message qu'il y avait posté sous le titre "Merci Seb" :

Hello !

 

Bon, d'abord, une petite explication de mon titre. Depuis quelques jours, je me demandais si des fois je n'aurais pas été en base 6, mais bon, après lecture de ces pages, je n'ai plus trop de question à me poser. J'suis de la même maison que toi, Seb !

 

J'me suis reconnu, j'en passe et des meilleures, dans :

- les blagues tout le temps,

- le fait de faire une affirmation, pi pan, dans les 30 millièmes de secondes, de sortir du truc pour le commenter, comme ca au moins :

a. tu es sûr de de pas prendre le truc trop au sérieux (on ne sait jamais, ça pourrait faire mal)

b. tu désarmes ton interlocuteur

- et puis enfin, dans cette petite sensation dérangeante que j'avais dans la nuque en te lisant, Seb, et qui me disait "Pfiui, rien qu'en lisant, j'ai l'impression d'être une mouche qui vole dans tous les sens contre une vitre et qui n'arrête pas de se la prendre".

 

Ca, c'est un truc que je ressens dès que je suis vraiment, mais alors VRAIMENT, le nez dans la M****, que je sais pas comment m'en sortir, et que j'ai cette petite voix à l'intérieur qui gueule de manière hystérique "P*** où est la sortie, OU EST LA SORTIE, OU EST LA SORTIE ???"

 

L'avantage de ce truc-là, c'est que c'est le seul moment où je vais me bouger le derrière pour faire les trucs qui m'ennuient, mais l'inconvénient, c'est que je manque sérieusement de hauteur de vue dans ces cas-là et que n'importe quelle porte de sortie me paraît salvatrice (quitte à me recoller dans la crotte deux jours après, mais bon, on s'en fout, l'important, c'est de s'en sortir, hein !). 

 

Bref, je vais arrêter de vous saouler avec mes histoires (chouette lecture de pensée, violation du métamodèle, hein ! :laugh:), pour poser une question : est-ce que cette sensation est typique du type ?

 

Manu (7)

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Hello à tous et merci à Fabien,

 

 

Comme je m'ennuie un peu au boulot en ce moment (je suis en stage dans une banque, c'est presque la fin, et ça commence à me raser, mais alors à un point…). Je traîne mes guêtres sur ce site et je lis à peu près tout ce que je trouve.

 

Et aujourd'hui, je suis allé faire un tour sur la discussion "Le 6 et le doute".

 

Et là, révélation, je me reconnais à mort dans tout ce qui est raconté.

 

Je vais vous donner des exemples, histoire d'être plus spécifique : quand j'étais gosse, je ne pouvais pas me coucher avant d'avoir demandé à ma mère si elle m'aimait, histoire de me rassurer. D'autre part, quand ils partaient genre manger dehors, je m'imaginais toujours qu'ils allaient se planter en voiture, et ça me collait des crises d'angoisse ingérables. Ou plus récemment, je me rends compte qu'avant d'entamer une activité sympa, mais qui demande un effort (genre aller faire de la course à pied, du VTT, ou me mettre à bosser), je m'imagine faire le truc, puis pan hop dans ma tête, il y a un truc qui démarre et qui me dit "Voyons, si tu vas courir, tu connais le trajet, là, là, là et là ça monte, et ça va être douloureux, donc chiant, donc autant ne rien faire…" Le seul moment où je vais me mettre à me bouger, c'est si je me sens suffisament mal dans la situation avant (du genre j'ai rien foutu de la journée et j'ai l'impression de devenir fou), et alors là je me dis "Bon, ça peut pas être pire, au boulot." Enfin, dernier exemple en direct live, je me retrouve là maintenant à me demander si mon type est bien mon type, et j'en sais rien, je doute, et donc je cherche une réponse extérieure (Ah, Dieu qui sait tout, file moi un peu de ton Savoir ! :happy:).

 

Bref, dans tout ca, j'ai l'impression de voire du 6 et du 7, mais je n'arrive pas à savoir lequel précède l'autre, et ça m'énerve quand je ne sais pas !

 

Manu (76 ou 67)

 

PS : remarquez, à choisir, j'aurais préféré être 69 !!! :laugh:

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Manu,

 

Tu sais le type 6 et le type 7 sont des ailes l'un de l'autre et il est normal de trouver en soi des caractéristiques des deux types. (Le 6 et le 9 étant reliés par une ligne, il te reste une chance ! :happy:)

 

Les exemples de doute que tu donnes peuvent être interprétés dans le cadre de l'évitement de la souffrance et ne sont donc pas incompatible avec le 7.

 

Mais, j'en reviens à ce que je te disais dans mon premier message. Pour éviter de te reconnaître dans tes témoignages, il faut quitter le plan des comportements pour celui des motivations. Qu'en est-il dans ta vie :

- de l'intempérance et de la gloutonnerie (7) et de la peur (6),

- de la planification (7) et du doute et de la suspicion (6),

- de l'évitement de la souffrance (7) et de celui de la déviance (6) ?

 

Lesquels de ces mécanismes l'emportent ? Lesquels es-tu prêt à sacrifier pour vivre les autres ?

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Hello à tous,

 

La réponse d'hier de Fabien m'a laissé, je dois dire, relativement perplexe. Mais bon, j'ai laissé le truc tourner en mode automatique et je me suis rendu compte de certaines choses :

 

Entre la gloutonnerie-intempérance et la peur, la peur me motive beaucoup plus.

 

D'autre part, je ne sais pas si c'est significatif, mais je me suis aussi rendu compte que lorsque j'arrive dans un nouvel environnement, j'ai d'abord tendance à rechercher des moyens de me mettre en sécurité, et ce n'est que une fois que cela est fait que je commence à m'amuser et à apprécier ce qui se passe. En gros, je crois que j'ai besoin de sécuriser l'environnement avant de me lâcher complet. Et tant que cela n'est pas fait, je fait le parano en me disant que si ca se trouve, les gens autour de moi ne m'apprécient pas, et bla bla bla, et bla bla bla.

 

Aie. Tout ça pointe plus vers le 6, non ?

 

A+,

Manu (67 ?)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Manu,

 

Effectivement, cela tend un peu plus vers le 6 que vers le 7, ce dernier ayant tendance à trouver inimaginable que des gens puissent ne pas l'apprécier, ou si c'est le cas à chercher à leur montrer le plus vite possible à quel point il est un mec super-rigolo et sympa. Le 7 reste malgré tout possible, notamment à cause de la dichotomie du type.

 

Tu n'as pas répondu à toutes mes questions posés depuis le début de cette conversation. Si tu pouvais le faire, cela nous filerait un coup de main.

 

Ajoutons-en. Quand tu es devant un nouveau projet, comment réagis-tu ? Qu'appelles-tu être en insécurité ? Peux-tu citer d'autre cas que ceux concernant l'attitude des autres à ton égard ? Que fais-tu quand un proche souffre ?

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Hello en ce beau jour,

 

OK, ce coup-là je me suis dit : "Je réponds aux questions !"

 

Alors quand je suis devant un nouveau projet, en général, j'ai tendance à m'échauffer super-vite en me disant "Chouette, chouette, chouette, y a ça à faire, ça à faire, ça à faire, ça va être bien cool", et genre je suis tout feu, tout flamme. Sauf que si ça commence à traîner en longueur, que les difficultés s'accumulent, alors j'ai l'impression de ressentir une pesanteur, je me dis que ça n'avance pas assez vite, et j'ai vachement envie de laisser tomber (ce que je finis, il faut bien le dire, généralement par faire). Ou, au pire, si je peux pas le laisser tomber, je le bâcle en me disant "Bon, je vais pas me bouger aujourd'hui parce que ça me fait suer, mais sûr, demain, je ferais mieux." Evidemment, le lendemain, ça n'avance pas des masses. Mais jamais je me dis "J'abandonne", c'est plus "Bon, je finirais ça un jour." (Par exemple, dans le cadre de ma formation à l'hypnose, j'ai pas eu le temps de faire le dernier week-end, mais je me dis tout le temps que je le terminerais à une prochaine session.)

Par contre, il faut VRAIMENT que ce soit nouveau, parce que si ça l'est pas, je me rappelle toutes les fois où je me suis fait chier avant dans ce truc, et là je me dis "Ouh la, pas question que je me remette là dedans, ça me gave trop." En fait, j'amplifie l'ennui ou la difficulté que j'ai ressenti et ça m'empêche de le faire.

 

Ensuite, être en insécurité… Généralement, je crois que c'est vis-à-vis des gens que ça se passe. Quand je les charme, que je joue le mec sympa, ça passe tout seul, j'ai l'impression de les désarmer sans problème. Mais c'est comme si je lançais un écran de fumée qui me permet de donner l'impression que je suis plus que je ne suis en réalité. Là où ça me pose problème, c'est quand après il faut composer avec la réalité, et que derrière l'aspect cool et sûr de soi, ils voient que derrière, c'est pas du tout le cas. Là, je me sens flipper grave. J'imagine alors qu'ils ont une image de moi que je n'aime pas du tout, un peu comme si derrière l'armure, il n'y avait rien. Et là, je flippe à mort, et j'ai tendance à essayer d'en rajouter une couche dans l'aspect charme, sauf que comme je n'y crois plus moi-même, ça marche beaucoup moins.

 

Après, pour d'autres cas que l'attitude des autres à mon égard, non, il n'y a pas beaucoup d'autres situations dans lesquelles je me sens en insécurité. Sauf peut être lorsque je pars me balader, et que genre je me retrouve en forêt et j'ai l'impression de m'être paumé, là, pour le coup, je commence à me faire des films et à trouiller, mais c'est à peu près tout ce à quoi je peux penser.

Ca m'arrive aussi, parfois, de me retrouver hypocondriaque. Du genre j'ai mal à la tête, et pan, je me dis "Tiens, et si je faisais une méningite", et alors là, ça part à toute allure, je commence à chercher des symptômes qui prouveraient que j'ai raison, alors que dans le même temps, je me dis "T'es vraiment trop débile, y a rien, t'es juste en train de te faire un film." Et en général, la peur se calme dès que quelqu'un d'autre, mais que je reconnais comme compétent (mes parents étant médecins, ça aide pour calmer) me disent que je déraille. Alors là, pour le coup, ça calme tout de suite.

 

Enfin, quand un proche souffre, soit c'est quelqu'un de très proche, auquel cas j'ai l'impression de souffrir avec lui, et alors je me dis que non d'un chien, pas question que je le laisse dans cet état-là, parce que je trouve que y faut pas laisser tomber les amis, sinon t'es une m****. Mais par contre, j'estime que si je suis là, c'est pour les aider, pas juste pour les écouter causer. Les écouter causer, ça m'ennuie, je trouve que ça mène nulle part, et mon objectif dans ces cas-là, c'est de les sortir le plus vite possible de la merde. Si par contre je me rends compte qu'ils sont bien dedans, et que je peux rien y faire, que visiblement ils ne veulent pas écouter ce que je leur dit, alors je commence à ressentir une impression de pesanteur et de "pas avancer" et j'ai envie d'arrêter.

Ceci dit, j'aime bien quand ils viennent me voir, j'ai l'impression de me sentir utile.

 

Quant aux trois questions sur la gloutonnerie-peur, souffrance-déviance, et planification-doute, j'ai beaucoup de mal à y répondre.

J'ai l'impression, mais sans que ça soit une certitude, que tant que la vie est belle et sans problème, j'ai plus tendance à raisonner en me disant "Cool, tout va bien, la vie est belle", mais que dès que je me retrouve dans des situations où je suis coincé, alors là par contre, j'ai tendance à me raccrocher à n'importe quelle autorité que je trouve, à me demander si la personne en face de moi n'est pas en train de me manipuler et pourquoi elle fait ça, et à imaginer tous les trucs qu'elle peut se dire et comment faire pour m'en protéger.

Mais je n'arrive pas à être beaucoup plus clair que ça sur ces sujets, en fait.

 

J'espère que ça répond à tes questions, Fabien.

 

Merci encore pour ton aide

Manu (bien 677667…………………)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Manu,

 

Hmm… Cas difficile… (gratte-la-tête)…

 

Une question complémentaire : quand tu as un peu trop laissé traîner un truc à faire et que la date limite arrive à grande vitesse :

- qu'est-ce que tu penses ?

- qu'est-ce que tu ressens ?

- qu'est-ce que tu fais ?

 

D'autre part, est-ce que ton entourage (familial et/ou groupe de copains) manifeste des tendances liées au type 7 ?

 

Très cordialement,

Bénédicte

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Hello Bénédicte et tous les autres,

 

Ah, ces questions-là, ça va être beaucoup plus simple d'y répondre parce que là j'ai un exemple tout frais sur le feu !

 

Je viens de finir mon stage, et juste avant de partir, il y a une semaine, ma "chef" m'a demandé de faire un rapport. Au début, ca me gonflait pas mal, je voyais pas l'intérêt du truc et je savais pas trop comment le faire. J'ai laissé le truc traîner deux, trois jours, et je m'y suis finalement mis parce que bon, au bout d'un moment, je finis par me sentir coupable et que j'ai l'impression que à force de repousser les choses, elles s'amassent, elles s'amassent, et que y faut bien finir par y mettre un peu d'ordre.

 

Donc j'ai commencé.

 

Ca m'a fait chier, ça avancait pas assez vite, je n'arrivais pas à avoir le niveau de clarté et de synthèse que je voulais.

 

Là j'ai plus ou moins laissé tomber en me disant "Bof, je le ferai les deux derniers jours, j'aurais bien le temps."

 

Bon, et voilà, vous savez quoi, aujourd'hui était le dernier jour et je me suis dit "Arf, ça m'emmerde, je le ferais demain."

 

Bon, là j'ai fini mon stage. Je sais que je ne le finirai sûrement pas demain. Autant dire que je ne le ferai jamais (Arrghh, je hais cette notion de "je ne le ferais jamais.")

 

Maintenant, si j'y pense, je me sens un peu honteux, je me dis que c'est pas cool et que j'aurais pu le faire. C'est pour ça finalement que j'aime bien me dire "Je le ferais plus tard." Ca m'évite de sentir la honte, et ça me permet d'éviter d'avoir l'impression d'être un "quitter".

 

Donc, bref, pour résumer, je pense :

"Je vais le faire."

Je ressens de l'emmerdement, et de la culpabilité, mais en général, l'emmerderment prime et la culpabilité, j'arrive à la gérer en me disant "Je le ferais un jour"

et au final, je ne fais pas grand chose !

 

Pour ce qui est de la question entourage, je sais pas trop. J'ai un de mes potes que je considère être en 7, et si j'aime bien son côté "on ne se prend pas la tête", je trouve qu'il manque du minimum de psychologie nécessaire. En gros, c'est bien de l'appeller pour tromper l'ennui, mais si t'es dans la merde, même pas la peine d'y penser ; c'est limite s'il y comprend quoi que ce soit).

 

Voili, voilou.

Manu

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Manu et Bénédicte,

 

Bénédicte, tu écris : "Cas difficile…" Alors, je me dis que je suis peut-être très fatigué ce matin, car je ne vois pas une phrase qui ne puisse entrer dans l'hypothèse 7 mu, vraisemblablement à aile 6 et de sous-type conservation.

 

La peur ne se manifeste qu'envers les autres qu'il faut alors charmer (très 7), et dans le domaine de la santé (or l'hypocondrie est possible chez tous les types).

 

Quant au doute et à la suspicion, ils n'arrivent qu'en situation de crise, quand Manu se sent "coincé". En fonctionnement normal, "la vie est belle."

 

Le besoin de nouveauté, de ne pas s'ennuyer est tout autant 7 et il me semble que "ne pas se faire chier" est une, si ce n'est la préoccupation majeure.

 

L'attitude vis-à-vis des gens qui souffrent, est, elle aussi, du 7 tout craché.

 

Enfin, je me souviens que le premier message de Manu disait "La notion de devoir me hérisse le poil."

 

Bref, suis-je passé à côté de quelque chose ?

 

Manu, désolé pour cet apparté avec Bénédicte. Es-tu d'accord avec mon résumé ? Personnellement, je n'ai pas de question complémentaire à te poser pour l'instant. Si Bénédicte réussit à me réveiller, cela viendra peut-être.

 

Très cordialement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Hello Fabien, hello Béné !!

 

Ah quelle belle journée ! Mon stage est fini, il fait beau et je suis en VACANCES !!!

 

Alléluia !

 

Quant à ta réponse, Fabien, en même temps que j'écrivais, je me disais aussi que ça ressemblait bien au 7. Bon, donc me voila fixé, je suis rentré dans un type.

 

Je vais maintenant aller fouiner sur l'Internet pour voir un peu ce que veulent dire mu et sous-type conservation !

 

Merci à vous deux pour votre aide !

Manu (76 meuh, sous-type versation et un peu c**).

 

PS : va falloir que je fasse le deuil du 69… J'en connais des qui vont pas être cont… Oups, je m'égare !!! :happy:

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Manu,

 

Moi aussi, je trouvais quand même que ça ressemblait beaucoup, entre autres pour le style d'écriture, à un de mes étudiants qui a ce même profil (celui qui écrit des blagues personnalisées sur ses copies d'examen. :laugh: J'aurais l'air de quoi en cas de vérification administrative ? :laugh:)

 

Je voulais juste voir si l'hypothèse d'un 6 évitant la déviance par rapport à un entourage 7 (c'est à dire réprimant tout ce qui ne pouvait pas être perçu comme pas drôle jusqu'à ce que la peur devienne trop forte) était envisageable.

 

Mais c'est marrant, mon détecteur de 6 potentiels n'avait pas sonné…

 

Pour le 69, je craignais que ce soit seulement mon esprit mal tourné… Me voici rassurée. :happy:

 

:peur:

Bénédicte

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...

Salut à tous,

 

Ca va faire deux mois que j'ai pas mis les pieds ici.

 

Mais qu'est ce que ça a infusé dans ma caboche, hihihi.

 

Bon, tout ça pour dire que je crois bien que je me suis fourré le doigt dans l'oeil jusqu'à l'os à moelle en me voyant en 7. J'suis en 6, avec une bonne aile 7.

 

Ce qui m'a fait me rendre compte du truc, c'est que chez les 7 que je rencontrais, je leur trouvais 1- un petit aspect inhumain (genre jamais tu te demandes ce qui y a dans la tête du voisin, ou quoi), et 2- ils avaient une fâcheuse tendance à ignorer ce que moi je voyais bien (qu'ils partent en vrille quand c'est le cas !!).

 

Après, j'ai lu quelques discussions sur le site, notamment concernant la répresssion du centre mental, et je me suis rendu compte que ben là aussi, je m'y reconnaissais pas mal…

 

Et puis enfin, je me suis rendu compte qu'en termes de critères, ceux de "tu ne laisseras pas tomber tes potes" était vachement plus fort que "tu éviteras la merde".

 

Conclusion pratique, va falloir faire avec !!!

 

Merci en tout cas pour le coup de pouce.

 

A+,

Manu 6-7

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Manu,

 

Histoire de ME rassurer :thumb_up: (je dois être en pleine crise de "oui mais").

 

Ce qui m'a fait me rendre compte du truc, c'est que chez les 7 que je rencontrais, je leur trouvais 1- un petit aspect inhumain (genre jamais tu te demandes ce qui y a dans la tête du voisin, ou quoi), et 2- ils avaient une fâcheuse tendance à ignorer ce que moi je voyais bien (qu'ils partent en vrille quand c'est le cas !!).
L'aspect "inhumain" peut être dû à la répression de l'émotionnel si ce sont des 7 alpha. Cela pourrait tout à fait choquer un 7 mu.

 

"Genre jamais tu te demandes ce qu'il y a dans la tête du voisin" : si la tête en question est la TIENNE, je te renvoie à la définition que fait Fabien du narcissique : quelqu'un qui pense à lui au lieu de penser à MOI.

 

"Ce que moi je voyais bien" : qu'entends-tu par là ? S'il s'agit de choses susceptibles de mal tourner, c'est clair qu'on va vers le 6.

De même si tu rejoins nos exemples de répression du mental.

 

As-tu des exemples où tu as préféré être confronté à une situation désagréable ("la merde") que de laisser tomber les copains ?

 

Très cordialement,

Bénédicte

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Manu,

 

Je me suis donc peut-être moi aussi "fourré le doigt dans l'oeil". Cependant, les raisons que tu donnes ne me semblent pas vraiment convaincantes.

 

Je ne me sens pas tout-à-fait inhumain et je vois aussi assez facilement, les côtés négatifs des autres 7.

 

Un 6, c'est avant tout la passion de peur, la fixation de doute-suspicion et la compulsion d'évitement de la déviance. Pourrais-tu nous en parler ?

 

Très cordialement,

Fabien

 

Mise à jour 6 minutes après le post initial : mon message a été écrit pendant que Bénédicte postait le sien ; les grands esprits se rencontrent. Bénédicte, te voilà à douter de la 6-itude d'un participant ; événement exceptionnel, cela s'arrose. :proud::thumb_up:

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...