Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Suis-je 7 ou 8 ?


Alexis

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Je me pose la question : Suis-je un 7 ou un 8 ? Ce dont je suis sûr, c'est que l'émotionnel vient en dernier. Je vis avec une 4 depuis plusieurs années. Je crois que ce qui m'a attiré chez elle, c'est justement cette capacité à exprimer ses émotions que je n'ai pas. Quelquefois cela m'aide à accepter d'exprimer les miennes parce qu'elle les accepte et ne me juge pas. Ceci dit c'est quelque chose qui m'est extrêmement difficile. D'autant plus que suis quasiment en permanence désintégré. Je suis facilement sous stress.

 

Je suis une homme pratique, capable de prévoir. Je suis actif. Je me demande si je plonge dans l'activité (quelle qu'elle soit, lecture, manger, sortir…) parce que je suis un 8 et que c'est instinctif chez moi, ou si je fais parce que cela compense une émotion insupportable ? J'ai du mal à différencier l'excès du 8 et la gloutonnerie du 7.

 

En m'observant j'ai l'impression que je peux autant me prendre la tête que je peux m'activer. Et je sens bien que ce qui me manipule derrière, c'est l'émotionnel insupportable.

 

Je m'ennuie quelquefois rapidement, pourtant depuis longtemps je suis avec la même femme. Pourtant quelquefois je claque la porte quand je suis à saturation de ses émotions que je n'arrive plus à supporter.

 

Je m'énerve aussi quand elle me prévient de quelque chose qu'elle aurait dû me dire avant. J'ai l'impression de me trouver devant quelque chose où elle ne m'a pas demandé mon avis. Il lui arrive de me dire qu'elle m'en a parlé et que j'ai oublié. Je me mets alors en colère parce que je suis sûr de n'être pas au courant et que c'est elle qui a oublié.

 

Je trouve amusant quand j'y pense (bien sûr pas quand j'y suis !) ce décalage que nous avons elle et moi.

 

Elle aussi est persuadée d'être une 4. Au début de sa découverte, elle a été malade une semaine et elle m'a fait une crise de déprime aigüe !

 

Et elle est d'accord avec moi sur le fait que je suis 7 ou 8, mais n'arrive pas à le déterminer non plus.

 

Il lui arrive de me traiter de tyran (8 ?) parce que je la veux pour moi tout seul. C'est vrai que j'aime qu'elle s'occupe de moi avant les autres (7 ?) et que cela me rend parfois intraitable.

 

Voilà quelques éléments. Peut-être pourriez-vous éclairer ma lanterne intérieure.

Merci à vous,

Alexis

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Alexis,

 

Dans une autre discussion, tu envoies un message t'excusant parce que Chris pourrait se sentir agressée, alors qu'elle avait écrit que ce n'était pas le cas. Une telle conduite ne me paraît pas très cohérente avec un type 8 qui n'a pas la réputation de présenter facilement des excuses.

 

D'autre part, ta dureté vis-à-vis de toi-même ("quasiment en permanence désintégré", "cela me rend intraitable" ne pointe pas vraiment vers le 7.

 

En ce qui concerne la répression de l'émotionnel, il y a six possibilités : 1 mu, 5 mu, 6 mu, 7 alpha, 8 alpha et 9 alpha. En ajoutant éventuellement le type 3 en cas de désintégration installée.

 

Qu'est-ce qui te fait rejeter les autres possibilités, en particulier le 6 mu qui est souvent confondu avec un 8 quand il est contrephobique ? Un 6 mu très stressé (et tu te dis très stressé) réprime le centre mental, c'est alors l'instinctif qui apparaît.

 

Quelques pistes de réflexion :

- comment se situent hiérarchiquement chez toi le centre mental et le centre instinctif ?

- quand tu es en colère parce que ta compagne aurait dû te prévenir de quelque chose, sais-tu ce qu'il y a derrière ta colère ? (En ce qui me concerne, j'ai horreur d'être prise au dépourvu à cause de tout ce qui pourrait aller de travers et dont on ne m'a pas prévenu assez tôt pour que je m'y prépare.)

- après avoir claqué la porte suite à un débordement émotionnel de ta compagne, que fais-tu ? Est-ce que, par exemple, tu te trouves très vite quelque chose d'agréable à faire ou penser ?

- pour tous les types/variantes réprimant l'émotionnel, regarde la passion et la fixation et vois si cela fait sens pour toi.

 

D'après ce que Fabien et Patricia disent au stage de Bases, la différence entre l'intempérance du 7 et l'excès du 8 est que l'intempérance ne porte que sur les choses plaisantes (pour le 7 lui-même) et l'excès sur tous les domaines, agréables ou désagréables.

 

Très cordialement,

Bénédicte (6 alpha)

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Bénédicte

 

Merci de ta réponse.

 

Chris avait écrit qu'elle ne se sentait pas agressée, mais elle utilise quand même le mot et entre parenthèses elle disait "quoique !", ma mémoire n'étant pas forcément exact sur le mot. Ceci dit j'ai peut-être interprété.

 

J'avais pensé au type 6, mais ce qui ne me parlait pas du tout c'était la loyauté et la déviance. La peur je dois reconnaître que je ne la sens pas souvent et que cela pourrait faire sens si je suis contrephobique.

Mais la déviance, je considère avoir été souvent déviant dans ma vie sans pour autant que cela me gêne outre mesure. Quand à la loyauté, j'essaie surtout d'être loyal vis à vis de moi-même et j'appellerai plutôt cela de l'honnêteté.

Par ailleurs si dans mon "groupe" quelqu'un commet une erreur, je ne prendrais pas sa défense s'il a réellement tort. Cela me semblerait injuste.

 

Le doute aussi me parle assez peu. Les gens autour de moi trouvent au contraire que j'ai un peu trop de certitudes et que je fonce un peu trop vite. Même si moi je ne le sens pas comme cela, j'aurai plutot tendance à trouver que je traine un peu par moment.

 

Quand je me mets en colère car elle a oublié de me dire quelque chose, je crois que je suis un peu "vexé". Plus exactement, je sens qu'elle n'a pas tenu compte de moi.

 

Pour la possession, tu as peut-être raison. Seulement quand je prends un peu de large, elle se plaint que je ne l'aime plus. Difficile de trouver le juste milieu !

 

Quand je claque la porte, je vais faire un tour pour me calmer. Au début j'avais plutot envie de fuir et de ne pas revenir. Plusieurs fois il m'est arrivé de faire la gueule et d'avoir énormément de mal à revenir en arrière.

Pourtant je dois reconnaitre que c'est la première fois que je reviens et reste malgré tout.

Sans doute est-ce cela l'amour ? J'espère.

 

Planifier, c'est sans aucun doute quelque chose que je sais faire.

Me venger aussi même si je n'aime pas trop cela. Il m'est arrivé de ressasser quelque chose contre quelqu'un longtemps.

 

Oui, je suis peut-être dur avec moi, mais je crois que je suis réaliste surtout. Je ne crois pas être moins dur avec les autres, sauf quand il sont dans une situation difficile. Par moment, je me taxerais même de laxiste vis-à-vis d'eux.

 

C'est vraiment compliqué de se voir tel que l'on est.

 

Merci beaucoup,

Alexis

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Alexis, bonjour Bénédicte,

 

J'ai l'impression de me reconnaître en te lisant, Alexis. Je me contenterais donc de décrire certains comportements et motivations de 7. Si un 8 pouvait faire un travail-miroir, cela pourrait peut-être aider Alexis.

 

Le fait que quelqu'un décide sans moi m'insupporte beaucoup :

- j'ai moins de choix qu'au moment où la décision a été prise,

- j'ai l'impression que l'autre ne prend pas soin de moi, qu'il fonctionne pour lui avant de fonctionner pour nous. Vue la difficulté des 7 à établir une relation fiable et durable, cela est assez rédhibitoire…

 

Fuir sans revenir. Il m'est arrivé de le ressentir, du genre : "Hé ben, si c'est comme ca, tant pis pour elle." Rationalisation de "j'ai mal et je ne sais pas gérer."

 

Tout ceci n'engage que moi, bien sûr…

 

Il me semble qu'une piste intéressante serait de comparer planification et vengeance. Peux-tu renoncer à une vengeance si la mettre en oeuvre (ou l'imaginer) devient une grosse souffrance ou préfères-tu l'exécuter coûte que coûte, la planification n'intervenant qu'après ?

 

Et la vivacité d'esprit des 7 ? La remarques-tu chez toi ? (Non, je n'ai pas dit que les 8 étaient lents ! Je vais me faire taper par Jaqueline. :blush: )

 

Amicalement,

cheeta 7-6, émotionnel reprimé aussi

Seb (E7 alpha, aile 6, Conservation)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

 

Seb, à moi aussi il m'est difficile à supporter qu'on décide sans moi si les choses me concernent directement. En ce qui me concerne, il ne s'agit pas de limitation de choix (ma première aile est en 5) mais, d'une part de l'impression de ne pas exister en tant que moi-même si je ne suis pas consultée, d'autre part si cela continue où va-t-on (c'est à dire : qu'est-ce que je risque ?).

En tant que 6 (ou que moi ?), je peux accepter qu'on prenne sans me consulter des décisions concernant la collectivité à laquelle j'appartiens. Mais s'il s'agit de relations personnelles… Par exemple si un(e) ami(e) organise un week-end commun uniquement en fonction de SES souhaits et sans considération des miens, j'ai du mal à accepter.

 

Je peux aussi fuir quelqu'un ou une relation pour des raisons de 6 : si la personne a des opinions ou comportements qui me paraissent inacceptables (par exemple, profèrerait des opinions franchement racistes), je pourrais mettre fin à la relation. Si les excès de démonstrations émotionnelles me paraissent inacceptables, je pourrais les fuir. Cela me paraît relever de l'évitement de la déviance : si je me sens en déviance par rapport à quelqu'un, je peux choisir de m'adapter à ses attentes ou à sa manière d'être, ou bien décider que cette personne ne fait pas partie "des miens".

 

Pour continuer sur le message d'Alexis à propos des mécanismes de 6 (je ne suis pas habilitée à répondre pour les 7 et 8), les notions de loyauté et de déviance se définissent par rapport à ce que le 6 considère comme "son groupe", en sachant que les deux groupes les plus courants sont la famille (qui peut aller selon les personnes du seul couple à toute la tribu, cousins au 3ème degré et amis de la famille compris) et le travail (qui chez certains peut être restreint à un petit groupe de collègues dignes de confiance, et chez d'autres peut être remplacé par un concept comme l'enseignement, les travaux publics…). Peuvent s'y ajouter, ad libitum : groupes religieux, musicaux, politiques, sportifs, de voisinage… ce panneau de messages…

 

Loyauté peut se décliner en : responsabilité, honnêteté, être cohérent avec ses engagements, solidarité, respect…

La déviance, c'est ce que le groupe en question pourrait juger inacceptable et donc conduire à nous rejeter.

 

Dans le stage de Bases, Fabien et Patricia disent qu'un 6 peut tout à fait être critique à l'intérieur du groupe, mais défendra le groupe contre les attaques extérieures. Et comme le 6 attend la même loyauté de la part des autres membres du groupe, il peut se montrer très critique avec un camarade irresponsable, coupable de (ce qu'il estime être une) trahison, ou qui fait une bourde compromettant le groupe vis-à-vis de l'extérieur.

 

Le doute. Il y a plusieurs façons de douter :

- le doute de soi, c'est à dire ne pas être toujours certain de la valeur, pertinence, etc. de ses idées, actions… Il peut arriver avant l'action ou la parole, mais aussi après (Est-ce que j'ai bien agi ? Est-ce que j'ai eu raison ?).

- la suspicion qui se traduit souvent en prêtant des intentions aux autres, à tort ou à raison.

 

Je ne sais pas si envisager tout (ou presque) ce qui pourrait aller de travers relève du doute…

 

Le 6 est très sensible aux risques. A mon avis, selon les instincts qui ont été blessés chez lui, le risque peut être physique, social ou relationnel.

 

Pour toi, Alexis, qu'est-ce que "planifier" ? Chez le 7, cela signifie : envisager et organiser des choses plaisantes (pour lui). Je ne pense pas (à valider par Seb, Fabien, Roger…) que le 7 ressasse longtemps quelque chose de désagréable, mais plutôt qu'il trouvera rapidement autre chose (d'agréable) à faire ou penser.

Je ne pense pas non plus qu'un 8 dirait que se venger, il n'aime pas trop cela.

 

Du coup, avec Seb qui n'envisage pas le 6, je commence à douter quelque peu… Forte envie d'appeler au secours l'AUTORITE RESPONSABLE. :blush:

 

Très cordialement,

Bénédicte (6 alpha, phobique, conservation, aile 5)

Bénédicte (6 alpha, aile 5, C++ S+/- X--)
Dubito, ergo sum (Je doute, donc je suis)

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Seb, bonsoir Bénédicte,

 

Merci beaucoup de votre aide. C'est vraiment sympa cet endroit d'échange. Bravo Fabien.

 

Je commence à me dire que je suis plutôt 8. En fait cette histoire de planification ne me parle pas tant que ça. Je dirais plus exactement que je sais gérer mon temps, que je suis pragmatique et pratique. Et pas uniquement les choses agréables. J'assume que ce soit positif ou négatif.

 

Ce soir, avec mon amie nous nous sommes disputés. Elle m'a demandé quelque chose pour demain et je n'ai matériellement pas le temps. Je lui ai dit qu'elle aurait dû y penser avant et qu'elle me faisait c… En l'espace d'une seconde, j'ai explosé de colère. Je me rends compte que cela m'arrive plusieurs fois par jour. Mais cela passe aussi vite que c'est venu. J'en ai parlé avec un collègue qui m'a dit en riant : "Mais tu es toujours en colère ! Le principal, c'est de le savoir et de laisser passer. Mais il y en a plus d'un à qui tu fais peur." Etrangement quand il me l'a dit, j'ai eu envie de répondre que pas du tout, je parle fort c'est tout et en même temps j'ai pensé au déni et je sentais qu'il avait raison. Je dois dire que cela m'a fait une drôle de sensation vraiment pas confortable. Je ne me rendais pas compte que je pouvais être aussi désagréable.

 

Ce que mon amie me reproche aussi souvent, c'est mon langage un peu grossier, alors que cela ne me semble pas grossier du tout. Quelques gros mots, mais enfin qui n'en dit pas ?

 

Oui, c'est vrai que je doute de moi. Du moins je dirais que je manque de confiance en moi. Mais c'est un sentiment très lointain et que j'éloigne le plus possible. Les gens à l'extérieur me font confiance et mettent rarement mes dires en doute.

 

Le risque ne me fait pas peur. Je sais en prendre quand il faut. Je ne suis pas pour autant casse-cou. Je crois que je prends des risques calculés.

 

Je suis vif d'esprit ? Oui je crois. Je suis surtout très réactif.

 

La vengeance ? Oui c'est vrai que je me suis vengé plus d'une fois et qu'il paraît que cela fait mal ! C'est le but de la vengeance, non ?

Je peux la laisser tomber complètement, si je m'aperçois que j'ai tort ou que l'autre reconnaît les siens (de torts). Bon, je n'y pense quand même pas sans arrêt (je n'ai pas que ça à faire non plus), mais tout finit par arriver. Je sais saisir le bon moment, même longtemps après. Quelquefois c'est juste avec une broutille que l'on vient me demander. Et là, ben non je ne peux pas et je précise pourquoi. Je dois reconnaître que dans ces cas-là j'ai une excellente mémoire.

 

Les choses plaisantes ? Oui, j'aime la bonne bouffe, un peu trop peut être ! J'aime le bon vin aussi. Heureusement je fais du sport, sinon je serais "épais". J'aime réunir mes amis autour d'une table.

 

Oui, malgré que je me prenne la tête de trop et trop souvent je suis sûrement 8.

Pour le 6 je n'ai pas l'impression d'être aussi clan ou groupe que lui et surtout aussi hésitant ou dans le doute.

 

En attendant de vous lire,

Passez une bonne soirée,

Alexis

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Serait-ce moi "l'AUTORITE RESPONSABLE" ? :blush: J'enfile mon costume de super-héros de l'Ennéagramme et le temps que vos yeux passent à ligne suivante, j'y serais !

 

Alexis, la démonstration est assez convaincante et le type 8 est effectivement bien possible.

Une question toutefois. Quand, comment et à propos de quoi te prends-tu la tête "de trop" ?

 

Voilà, je vais me remettre en civil.

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Fabien, bonsoir à tous,

 

Très bonne question. Je me prends la tête quand on me tient "tête" et que je sais que j'ai raison.

Remarque bien que quelquefois j'ai tort.

Mais au moment où je le dis je suis persuadé d'avoir raison.

 

Je me prends la tête aussi quand je ne comprends pas quelque chose ou que j'ai une situation et un argumentaire qui ne vont pas ensemble. En fait quand quelque chose ne colle pas et que je n'ai pas d'explication valable.

J'aime avoir un argumentaire (qu'il vienne de moi ou de l'autre) qui tienne la route.

C'est une des choses pour lesquelles j'ai du mal avec mon amie. Je trouve que ces arguments n'ont rien de logique. Je comprends ses coups de coeur mais mon esprit me dit que ce n'est pas juste ou pas justifié.

 

Vite, vite, remets ton costume qui brille !

Bonne soirée tout le monde,

Alexis

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Alexis,

 

Tu m'as dit à propos de quoi tu te prenais la tête, mais pas vraiment comment. Par exemple, que penses-tu quand ton amie t'oppose des arguments qui "n'ont rien de logique" et que tu trouves "pas justes ou pas justifiés" ?

 

Par ailleurs, est-il important de plaire ? Si oui, pour quelle(s) qualité(s) aimes-tu plaire ?

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir Fabien,

 

En général je m'énerve, je me mets en colère, je lui dis qu'elle déraille et que ce qu'elle fait ne correspond pas à la réalité environnementale. Que ce qu'elle fait n'est pas rationnel du tout.

 

Est ce que j'aime plaire ? Voilà une question que je ne me suis pas posé. Je ne crois pas vraiment, à part à mon amie bien sûr. Souvent il m'est reproché de ne pas essayé d'être conciliant même pour faire plaisir à quelqu'un. En fait quand les gens m'apprécient, je n'ai pas besoin de leur plaire. Ils m'acceptent tel que je suis. Ils me disent combien je peux être chiant et soupe au lait. Bien sûr avec mon amie je n'ai pas tout à fait la même attitude. Avec elle je suis plus cool. Mais je t'assure des fois j'ai beau l'accepter telle qu'elle est, je craque. Disons que je suis impatient et que j'ai développé ma patience par amour pour elle. C'est d'ailleurs la première avec qui je l'ai fait. Les autres quand elles me prenaient la tête, je les laissais tomber. Il faut dire aussi que contrairement aux autres, je ne lui fais pas peur. Elle me laisse faire ou gueuler et elle attend que ça passe. C'est finalement peut-être ce qui m'a fait m'attacher à elle. Elle ne s'écrase pas quelle que soit la façon dont je réagis.

 

Par contre pour quelle qualité j'aime plaire ? Je ne suis pas sur de comprendre. Pour que l'on me dise que je suis débrouillard, par exemple ? Que l'on peut compter sur moi ? Que j'ai de la force de caractère ? Que je suis balèse ? Ceci dit 1m80 et 75kg c'est un peu vrai, je n'ai pas vraiment besoin d'en rajouter.

 

Ai-je bien compris ?

 

Merci et bonne soirée,

Alexis

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Alexis,

 

Ta réaction au fait d'aimer plaire est un petit chef d'oeuvre qui honorerait le chapitre sur les 8 de n'importe quel livre sur l'Ennéagramme ! :blush: Comme d'ailleurs l'était ton paragraphe sur la vengeance un peu plus haut.

 

Pour ma part, autant qu'on puisse avoir une certitude à distance pour quelqu'un d'autre, je n'ai plus de doute sur le type 8.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Fabien,

 

Merci de m'avoir aider dans cette recherche de confirmation. Mon amie est d'accord avec toi. Elle a bien ri. Moi aussi, quoique !

Je pense que cela me sera utile de le savoir de façon certaine. Je vais "essayer" d'être vigilant.

 

Merci aussi à vous tous qui m'avez apportez vos témoignages.

Si je peux à mon tour répondre, ce sera volontiers.

 

Bonne journée à tous,

Alexis (8)

Link to comment
Share on other sites

Administrateur

Cette discussion est donc désormais close.

Alexis, nous t'espérons dans d'autres conversations. Les autres participants aussi, bien sûr.

Link to comment
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...