Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Ce forum est fermé en écriture : cliquez ici pour plus d'informations.

Sign in to follow this  
Janvdb

Comportement selon et contre sa passion pour les non-6 ?

Recommended Posts

Janvdb

Salut,

 

Selon ma bibliographie, je ne trouve que chez les 6 un comportement soit selon leur appréhension/passion ou contre leur passion/appréhension, c'est-à-dire phobique ou contrephobique. Est-ce qu'on pourrait pas rencontrer un comportement pareil chez les autres types ? Par exemple : un 1 qui rejette sa passion pour la moralité en recherchant une vie immorale.

 

Affection,

Jan

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Jan,

 

Voilà une question bien pertinente. Claudio Naranjo dit (je ne sais plus où) qu'il existe pour tous les types l'équivalent des attitudes phobique et contre-phobique du type 6. Tu as donc tout à fait raison sur ce point.

 

C'est chez le 6 que cette alternance est la plus visible et donne lieu aux variations les plus spectaculaires.

 

Cependant, il importe d'être précis en transposant du 6 aux autres types. Le changement d'attitude concerne la passion du type.

Ta transposition au 1 n'est donc pas valide, la moralité (ou plutôt les idéaux élevés) est l'orientation du 1 et non pas sa passion qui est la colère. Le problème du 1 est un peu plus compliqué que les autres puisque déjà sa compulsion (éviter la colère) s'oppose à sa passion (colère).

 

Prenons donc un autre exemple et transposons du 6 au 2.

  • Le 6 phobique vit sa passion (la peur) et en est plus ou moins conscient ; il a les comportements d'évitement qui correspondent. Le 6 contre-phobique vit sa passion (la peur), n'en est pas conscient et la nie ; il a les comportements de témérité qui correspondent.
  • Le 2 phobique vit sa passion (l'orgueil) et en est plus ou moins conscient ; il a des comportements qui manifestent cette passion. Le 2 contre-phobique vit sa passion (l'orgueil), n'en est pas conscient et la nie ; il essaye de prouver comportementalement qu'il ne vit pas cette passion. Je mettrai volontiers, mais sans certitude absolue, Madonna dans la première catégorie et Mère Thérésa dans la seconde.

 

Je suis bien conscient que l'emploi des mots phobique et contre-phobique pour d'autres types que le 6 n'est pas pertinent et je les ai utilisés ci-dessus faute de mieux.

 

Il est bon aussi de se souvenir que la plupart des 6 passent facilement de l'état phobique à l'état contre-phobique. Cela aussi est transposable aux autres types.

 

Amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour

 

Cela fait quelques semaines que je tourne ce sujet dans ma tête.

 

Le comportement "contre-passionnel" (histoire de proposer un terme plus approprié) est vécu, selon moi, comme un contrepied excessif de la passion du type.

 

Par exemple, pour un 5 comme moi, dont le comportement passionnel est l'avarice de ses informations et/ou de son énergie, le comportement contre-passionnel consiste à "étaler sa culture" (pour citer Fabien, "se lancer dans des conférences très structurées") et/ou s'occuper des affaires des autres (ce qui m'arrive à l'occasion). J'appelle ça "syndrome du schtroumpf à lunettes".

 

Il me semble que pour un 4 (ma très forte aile principale) avec un comportement passionnel lié à l'envie (conscience de ce qui manque), le comportement contre-passionnel est celui de l'élitisme (conscience de ce qu'on a en plus).

 

Vis-à-vis du 7 (mon type de désintégration), j'observe dans mes moments de stress une tendance soit à vouloir essayer plusieurs choses agréables en même temps, soit à me fixer sur une chose agréable (jeu sur ordinateur, roman policier) en ayant du mal à passer à autre chose. J'ai du mal à voir laquelle est passionnelle et contre-passionnelle.

 

Il me semble enfin avoir observé chez mes amis et collègues de type 9 un comportement parfois d'inertie (passionnel ?) et parfois d'activité désordonnée (contre-passionnel ?).

 

Tout ceci n'étant qu'une hypothèse, sous réserve des validations appropriées par les types concernés.

 

Amicales salutations,

Bénédicte

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bénédicte,

 

J'achète le terme "contre-passionnel" ! Superbe suggestion.

 

Je trouve aussi tes exemples intéressants et exprimant des attitudes contre-passionnelles possibles, à l'exception du 7 pour lequel je ne vois pas en quoi se fixer sur une chose agréable serait de la contre-gloutonnerie, même s'il s'agit d'une seule chose.

 

J'ai du mal à trouver des moments contre-passionnels dans ma vie. Ceux qui pourraient faire sens, je les ai toujours attribué à l'influence de mon instinct social ("Sacrifice"). Je vais y réfléchir pour essayer de démêler tout cela.

 

Dans les exemples que tu donnes pour ton type 5, il me semble aussi percevoir une influence des instincts :

  • "Étaler sa culture" : n'est-ce pas une nécessité pour mettre en œuvre la fierté du type sous le contrôle de l'instinct social ? Est-ce bien de la contre-passion ? Je veux dire : est-ce que ce que tu dis à ce moment-là est compréhensible par les autres et les enrichit (contre-passion) ou est-ce formulé de manière à montrer que tu sais, tout en gardant l'information (sous-type social "Jargon") ?
  • "S'occuper des affaires des autres" : même chose. Est-ce l'expression du besoin de savoir sous l'effet de l'instinct sexuel ? Est-ce qu'à ce moment-là tu donnes en abondance des informations à l'autre (contre-passion) ou est-ce que tu te contentes d'en acquérir et d'en donner un minimum (sous-type sexuel "Confidence") ?

 

Nous voilà parti sur un sujet vaste et délicat avec une introspection fine à faire. Merci.

 

Très cordialement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour Fabien,

 

Je suis certainement de sous-type social. Ma problématique personnelle tourne essentiellement autour du fait d'être acceptée (de préférence comme je suis et pour ce que je suis). Donc, si j'ai bien lu votre bouquin, je manifeste les préoccupations liées à l'instinct social et à l'instinct sexuel.

Une question de théorie en passant : si on a une aile très forte, est-ce que les sous-types de l'aile apparaissent fortement ?

 

Pour l'aspect "étaler sa culture", je pratique effectivement le "j'en sais plus que vous et il n'est pas question que je vous dise tout" et question jargon, c'est tout à fait moi, j'assume…

Mais je suis réticente sur ta formulation de l'aspect contre-passionnel, car à mon avis, si ce que je dis contribue sciemment à enrichir les autres je serais plutôt dans la vertu du type que dans la contre-passion.

Un exemple plus approprié de contre-passion serait de faire un cours détaillé et structuré à des gens qui n'en ont pas envie, dans des circonstances qui ne le justifient pas (parce que bon, même si mes élèves ne sont pas intéressés par mes cours, c'est quand même pour ça qu'on me paye…). Ce serait plutôt, sauf ton respect, comme ce que tu évoquais dans une autre discussion quand tu faisais des "cours d'astronomie" à qui ne voulait PAS l'entendre.

 

Pour l'autre aspect "m'occuper des affaires des autres", en fait je voulais plutôt dire "intervenir dans les affaires des autres", soit en apportant un excès d'information, soit en fonçant dans le tas de manière indue.

Exemple : faire du dirigisme en travaux pratiques au lieu de laisser les étudiants trouver leur propre chemin de résolution de problème, ceci parce qu'à un moment j'ai l'impression de ne pas "donner assez" pour justifier mon salaire.

Autre exemple : en réunion, d'habitude je suis plutôt en retrait, me contentant généralement de donner mon avis et de soulever les problèmes éventuels. Parfois quand j'ai l'impression de ne pas donner assez d'énergie pour défendre une idée ou un projet qui m'intéresse, alors j'interviens de manière excessive et agressive et, bien entendu, je me mets tout le monde à dos et ça dessert le projet que j'essayais de défendre.

(Remarque en passant : ma hiérarchie des centres est celle du 5 alpha, mental-émotionnel-instinctif, donc ce n'est pas une manifestation de désintégration en 8.)

 

Dans les deux cas, ce comportement contre-passionnel est précédé par l'impression que je ne donne pas assez d'énergie et que quelque part "je ne suis pas OK" (expression de sous-type social "honte" de mon aile 4 ?).

 

Je vais continuer à y réfléchir/ressentir et peut-être en discuter avec quelques autres 5 de mon entourage.

 

Très cordialement,

Bénédicte (5)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bénédicte,

 

"Mais je suis réticente sur ta formulation de l'aspect contre-passionnel, car à mon avis, si ce que je dis contribue sciemment à enrichir les autres je serais plutôt dans la vertu du type que dans la contre-passion. Un exemple plus approprié de contre-passion serait de faire un cours détaillé et structuré à des gens qui n'en ont pas envie, dans des circonstances qui ne le justifient pas"

 

Tu as bien évidemment totalement raison sur le plan théorique et je me suis exprimé un peu trop rapidement. L'avantage (soyons 7 et positivons !) est que cela permet de mettre le doigt sur une des difficultés de l'introspection en ce domaine. Je suis persuadé que quand nous somme en contre-passion, nous avons la plupart du temps l'impression d'être intégré et croyons le faire au nom de la vertu. Ainsi, le plus souvent, un 6 contrephobique est persuadé d'être dans le courage et non pas dans une réaction à une peur inconsciente. De la même manière, un 5 contre-passionnel serait vraisemblablement persuadé d'être généreux (Quand je faisais mes cours d'astronomie à des volontaires désignés d'office, j'étais persuadé qu'ils étaient ravis et ce n'est que bien plus tard que j'ai commencé à avoir des doutes…).

 

Très cordialement,

Fabien

 

P.-S. : Oui, les ailes ont aussi des sous-types et nous sommes bien évidemment du même sous-type pour notre type principal et pour nos ailes. Attention de ne pas avoir trop souvent recours aux mécanismes secondaires de l'Ennéagramme (ailes et lignes) : dans mon expérience, c'est bien souvent une fausse piste et la plupart de nos comportements s'expliquent par les motivations de notre type de base ; on a, notamment, presque toujours une aile moins forte qu'on ne le croit au moment où on commence à étudier l'Ennéagramme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Papyzen

Bonjour à tous,

 

Bravo, Jan, d'avoir ouvert cette discussion qui a le mérite de faire réfléchir à des mécanismes que l'on a parfois du mal à faire rentrer dans le type.

Et merci à Bénédicte pour l'exemple donné concernant le 5 : étaler sa culture contrephobique (peur et suspicion).

 

Au regard de ce qu'écrit Fabien, il m'apparaît plus aujourd'hui qu'il s'agit simplement de la mise en oeuvre de la fierté du type sous le contrôle de l'instinct social (jargon) car, bien que ce soit ma croyance au moment où je le fais, je n'ai pas l'impression d'être intégré et de le faire au nom de la générosité.

 

Il s'agit, comme l'écrit Bénédicte, d'être accepté ou de la peur de ne pas être accepté, et faire appel à un "comportement contre-passionnel", qui serait une réaction contrephobique, ne semble rien apporter de plus à la compréhension du mécanisme dans ce cas précis.

 

Très cordialement,

Roger (5 alpha)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Bonjour Jan, Bénédicte, Fabien, Roger,

 

Cette discussion m'interpelle. J'ai l'impression que ce phénomène doit être plus ou moins répandu, notamment durant la période où, venant juste de découvrir leur type sans l'avoir accepté, certaines personnes ne se supportant pas tentent de faire "disparaître" le moindre signe qui pourrait les renvoyer face à eux-mêmes.

 

J'en connais et j'en ai fait partie.

 

Ne supportant plus les jeux de mots et le bavardage mental du 7, je l'ai transformé en un individu sinistre, hautain et avare, sans aucune spontanéité.

 

Sous type social ou aile contrephobique, je n'en sais rien, mais il pourrait être intéressant de bâtir un ennéagramme des contre-passions. Cela pourrait confirmer ou infirmer cette idée naissante…

 

Cheeta 7-6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour,

 

Un autre élément de réflexion sur le sujet, en ce qui concerne l'avarice du 5.

 

Lorsque je suis en contact avec la vertu de désintéressement, il n'est pas particulièrement important pour moi que ce que j'ai à apporter soit utile et/ou bien reçu par l'autre.

 

Par contre, si je suis dans la contre-passion, que je prends sur moi pour offrir quelque chose et que cela est refusé par l'autre, alors je sens en moi de la RAGE (enfin… version 5 alpha, ça ne doit pas dépasser 2,5 sur l'échelle de Richter :laugh: ) et je me dis que si c'est comme ça qu'on accueille ma générosité, alors je ferais mieux de me retirer dans ma bibliothèque.

 

Le tout renforcé par mon aile (et empreinte familiale) 6 qui me chuchote que je n'ai pas été à la hauteur de ce qu'on attendait de moi, qu'il y avait certainement quelque chose de plus adapté à faire, que si je ne ramenais pas tout à moi, je devrais savoir quelle chose était à faire…

 

Exemple : un de mes amis n'a pas le moral. Je n'arrive pas à l'aider à aller mieux. Je ne sais pas comment je peux faire pour l'aider. Pire, j'ai l'impression que je suis en train de déranger, de mettre les pieds sur un territoire où je ne suis pas accréditée (l'ami est un 5).

Alors je me dis que je ferais mieux d'aller me cacher ou d'attendre qu'on me demande quelque chose (sauf que le 5 en question est du genre qui n'aime pas demander), que finalement je ne vaux rien comme amie (compétence insuffisante), que puisque c'est comme ça à quoi bon se faire des amis si ça ne leur sert à rien, et que finalement ça me met à moi aussi le moral à zéro, etc. :laugh:

 

Alors au final ma crise contre-passionnelle tend à renforcer, peut-être la compulsion, en tout cas la passion. Et je pense que c'est là qu'est la clé de cette histoire de contre-passion.

 

Et que la différence entre contre-passion et vertu est dans le lâcher-prise. Que puisque je ne suis que dépositaire et non propriétaire de ce que j'ai, y compris mes idées et autres créations mentales, y compris mes élans de générosité, alors il est vain de m'y attacher comme si c'était là-dessus que je devrais être jugée (et par qui, d'ailleurs ?)

 

Voilà. Je pense que l'idée ci-dessus est probablement généralisable aux autres types, avec les adaptations appropriées.

 

Très cordialement,

Bénédicte (5)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bénédicte,

 

Merci pour ton témoignage. Je pense qu'effectivement, il est généralisable aux autres types. Cependant, je ne pense pas qu'il s'agisse réellement de contre-passion.

 

Tu écris : "Lorsque je suis en contact avec la vertu de désintéressement, il n'est pas particulièrement important pour moi que ce que j'ai à apporter soit utile et/ou bien reçu par l'autre."

 

Je ne suis peut-être pas entièrement d'accord. Cela dépend du sens exact que tu donnes à l'expression "important pour moi".

 

Quand je suis "en contact avec la vertu de mon type" (et non pas quand je la pratique volontairement à titre d'exercice tout en sachant que ma tendance naturelle est la passion), je suis en contact avec mon essence. Il n'y a pas de contact avec l'essence sans volonté de service. A partir de là, je donne une information aux autres dans un but de service. Si elle n'est pas utile à l'autre, je n'ai pas réussi cette fonction de service et cela a de l'importance, sans être une blessure au sens égotique du terme.

 

Tu écris aussi : "Par contre, si je suis dans la contre-passion, que je prends sur moi pour offrir quelque chose…"

 

Pour généraliser la notion de contre-passion, il est toujours bon de revenir à la manière dont le 6, notre modèle en ce domaine, la vit. Un 6 contre-phobique (ou en période contre-phobique) ne sait pas qu'il a peur et n'a pas à prendre consciemment sur lui pour être téméraire. Il considère au contraire son attitude comme une preuve qu'il n'a pas peur et souvent le formule ainsi.

 

Si donc tu "prends sur [toi] pour offrir quelque chose", tu n'es vraisemblablement pas en contre-passion, mais dans la vertu de ton type, non pas vertueuse, mais pratiquée en tant qu'exercice.

 

Je subodore que la réaction que tu décris est une tentative de l'ego de te monter à quel point cet exercice est inutile, voire dangereux, et à quel point il gère habituellement bien la situation.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Nos recherches sur la notion de contre-passion sont maintenant terminées. Elles se concrétisent par la création d'un nouveau stage

et font l'objet d'un article publié dans Enneagram Monthly.

 

En conséquence, cet échange est clos. Si vous souhaitez aborder ce thème dans votre cas particulier, merci d'ouvrir une nouvelle discussion dans la rubrique appropriée.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...