Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Paresse et oubli de soi


Pocahontas

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

J'aurais plusieurs questions très basiques au sujet du fonctionnement du type 9 parce que je suis en train de relire le chapitre le concernant dans Le Grand livre de l'Ennéagramme et un truc me saute soudainement aux yeux. Je me dis qu'il y a quelque chose que je n'ai peut-être pas bien compris, mais peut-être est-ce seulement une histoire de "terminologie", ou bien mon ego qui chipote… :confused:

 

Bref, je préfère poser mes questions ici, histoire que ça profite à tout le monde au passage.

 

La passion du type 9 m'a toujours été présentée comme étant une paresse à se connaître, à savoir ce qu'on veut, à connaître ses besoins, une paresse psycho-spirituelle.

Pourquoi, plutôt qu'être sa passion, ne serait-elle pas sa fixation (relevant du centre mental donc) ?

 

Aussi, l'idée supérieure du 9 est l'amour. L'amour est la vertu théologale liée au centre émotionnel. Dans ce cas, pourquoi l'oubli de soi ne serait-il pas sa passion ?

 

Cela m'interpelle d'autant plus que, lorsque j'ai commencé à chercher sur le forum des réponses à ces interrogations, je suis notamment tombée sur cette remarque de Fabien dans la conversation "La passion de paresse" :

Le 03/12/2002 à 08:47, Fabien Chabreuil a dit :

Absolument. La passion du 9 est la paresse à se connaître et c'est un trait tellement caractéristique que le 9 est le seul type pour lequel la fixation, l'oubli de soi, exprime quasiment la même idée.

 

Plus loin dans cette même discussion, Isabelle P. dit ceci :

Le 29/06/2011 à 23:02, Isabelle P a dit :

La fixation de paresse du 9 est peut-être liée à cette peur d'affronter le côté obscur de sa personnalité, il se réfugie dans la voie du milieu, le tiède, le fade parce qu'il a peur, plus que tout autre type, de ne pas savoir contrôler sa colère, il se déconnecte alors de lui même pour mieux s'oublier…

"La fixation de paresse" ?! Tu relèves bien sa phrase dans la réponse que tu lui fais Fabien, mais pas pour "corriger" ce lapsus.

 

Ces deux concepts de paresse et d'oubli de soi sont-ils à ce point confusionnants ("flou" comme un 9 ?! :mouais:) ?

 

Bon, on en serait pas à la première exception-particularité-chose louche concernant le modèle… :suspicieux: :rofl:

 

Et s'il vaut mieux lâcher-prise parce qu'il n'y a pas vraiment de réponses à ces questions, j'ai les outils pour. :happy:

 

Merci beaucoup !

Très amicalement,

Pocahontas

 

PS : je n'ai pas encore pris le temps de parcourir plus avant tous les témoignages dispo sur le forum des 9. Il y a sûrement un paquet de choses pour m'aider à mieux appréhender la distinction paresse/oubli de soi, mais si vous voulez témoigner ici du sujet les 9, allez-y ! (Une nouvelle occasion pour toi de témoigner On dirait le Sud. :bye: :wink:)

Pocahontas (E6 mu, aile 5, C++/- S-/+ X--/+)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"“La fixation de paresse” ?! Tu relèves bien sa phrase dans la réponse que tu lui fais Fabien, mais pas pour “corriger” ce lapsus."

Je ne l'avais pas corrigé parce que je ne l'avais pas remarqué sans doute. Hélas je ne suis pas infaillible. Enfin, je ne l'étais pas en 2011. Depuis… :rofl:

 

"Ces deux concepts de paresse et d'oubli de soi sont-ils à ce point confusionnants (“flou” comme un 9 ?! :mouais:) ?"

Ils ne sont ni flous ni confusionnants, ils sont simplement proches. Disons que l'ego du 9 n'a pas la volonté de faire l'effort de se connaître (passion), et quand une information arrive malgré tout à la conscience ou quand il aurait l'occasion de conscientiser et exprimer un besoin, il l'enterre le plus vite possible (fixation).

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...
On dirait le sud

Bonjour Pocahontas,

Bonjour Fabien,

 

Pocahontas, cela faisait un moment que je pensais témoigner ici, suite à ton aimable invitation à me réveiller sur le forum. (Encore fallait-il que je me réveille d'abord dans la vraie vie… :confused:)

Me voici donc enfin.

 

J'aime beaucoup la formulation de Fabien (ci-dessus), l'idée d'un double mouvement : action à se connaître (cela demande déjà de l'énergie alors que celle-ci est souvent utilisée à éviter de déclencher un conflit) et "réflexe" à oublier (de s'affirmer, de prendre simplement sa place, etc.) en cas de prise de conscience. Au début de ma formation à l'ennéagramme, j'avais compris l'oubli de soi comme, par exemple, mon comportement lorsque je m'excusais lorsque quelqu'un me marchait sur le pied dans le bus/métro… alors que cela aurait dû être à l'autre de s'en excuser. Puis, j'ai fini par observer la vitesse à laquelle je pouvais oublier toute décision, toute émotion, toute prise de conscience qui risquait de déclencher un conflit externe (et sans doute interne, mais c'est nettement plus difficile à observer), ou qui allait rendre ma vie "moins tranquille". Il y a donc bien un lien avec la passion de paresse à se connaître (autant dans le sens fixation vers passion que passion vers fixation).

 

Dans le stage Connexions (si je ne me trompe pas) est expliqué le "driver" au sens de la Process Communication (ou de l'Analyse Transactionnelle) de chacun des ennéatypes. Pour le 9, il s'agit de "Faire des efforts". Pour moi, cela explique bien ma difficulté à passer à l'action (physiquement) tout autant que ma paresse à me connaître. Une fois lancé dans l'action ou mobilisé par l'énergie d'un groupe lors d'un stage de développement personnel, je me sens encouragé à poursuivre l'action ou l'action à me connaître. Mais quand ce n'est pas le cas, cela requiert davantage d'énergie, davantage d'effort. Et mon ego a tendance à voir cela comme une souffrance (surtout si cela fait remonter des émotions puisque je réprime l'émotionnel), ou simplement comme une occasion de plus de "ne pas avoir la paix".

Avec les années, j'ai compris que le fonctionnement de mon ego créait ou renforçait cet inconfort, notamment parce que je manquais d'entraînement à faire face aux petits désagréments de la nature humaine (la mienne ou celle des autres). Tous les mécanismes de mon ennéatype ont concouru à créer ce que je voulais éviter.

 

Cette stratégie de "faire le mort" en quelque sorte est une stratégie qui paraît efficace à court terme mais elle ne rend pas du tout service.

 

Bien amicalement,

Benoît

 

PS : je suis d'accord avec toi que l'idée supérieure d'amour aurait pu être la vertu du 9 (et l'activité à se connaître son idée supérieure), d'autant que Fabien et Patricia parlent de l'amour comme une des trois vertus théologales.

Benoît - 9 alpha, aile 1 (et 8, à confirmer), C-/+ S-/+ X-/+

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Fabien et Patricia parlent de l'amour comme une des trois vertus théologales."

L'un de nous deux est la réincarnation de Saint Paul, mais cela doit être moi puisque Saint Paul a écrit : "Comme dans toutes les Églises des saints, que vos femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis dʼy parler, mais elles doivent se soumettre, comme le dit aussi la loi. Si elles veulent sʼinstruire sur quelque chose, quʼelles interrogent leur mari à la maison, car il est inconvenant pour une femme de parler dans lʼÉglise." (1 Corinthiens 14.33-35)

 

"Je suis d'accord avec toi que l'idée supérieure d'amour aurait pu être la vertu du 9."

C'est une anomalie dans l'ennéagramme qui me gêne depuis longtemps et que je ne sais pas véritablement expliquer. Si la confiance est l'idée supérieure du 6, il semblerait logique que l'espérance soit celle du 9 et l'amour celle du 3. Oscar Ichazo pourrait peut-être répondre…

Ceci dit, on peut tenter de résoudre le problème en rappelant que l'amour n'a de sens qu'acté dans le service.

 

Par contre, cela me semble souhaitable que l'amour ne soit pas mis en émotion car l'amour spirituel n'est ni passion ni attachement ni attente.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...