Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Aile 8 inexistante et aile 1 omniprésente


Philomène

Recommended Posts

Avoir deux ailes m'a toujours interpellée car je n'en vois depuis toujours fonctionner qu'une seule pour ma part…

 

Aile 8 inexistante ?

 

Si je dois bien avoir une aile 8, je ne la sens jamais vraiment agir en moi. Les explosions de colère chez moi sont extrêmement rares et elles sont plutôt douloureuses et intérieures. Autant que je m’en souvienne, je ne les ressens pas du tout comme « libératrices ». Elles se transforment très vite en tristesse qui est un sentiment que je connais, voire pratique, bien davantage.

 

Tiens, à ce propos, je parlais la semaine passée au restaurant à une amie comédienne (probablement 8) qui, révoltée d’avoir vu à côté de la gare SNCF de Lyon Part-Dieu des dizaines et des dizaines de tentes de sans-abri la semaine qui précédait, fulminait en me montrant la photo sur son téléphone en me disant : « Ça me met dans une colère !!! Dans une COLÈRE ce spectacle, tu peux pas savoir !! Et de me dire que dans 4 mois, elle aurait créé un spectacle sur le sujet… Elle en était toute rouge.

 

Dans les premiers mois qui ont suivi le début de la relation avec mon futur mari (8), il a perdu son frère d’un cancer foudroyant. Je me souviens, le jour du décès à l’hôpital, comment mon ami donnait des coups de pied violents dans le mur… Et moi, je ne comprenais pas tout cette violence qui m’effrayait, dans ce moment profondément triste pour moi.

 

Devant l’injustice, la pauvreté, la violence faite aux vulnérables, ce n’est pas du tout de la colère que je ressens, mais de la tristesse profonde. Par exemple, quand je vois dans quel état est la personne sans-papier autour de laquelle j’ai constitué un collectif de soutien, je ressens de la compassion et de la tristesse. Et c’est souvent son courage, sa volonté de continuer de se battre qui me remet en selle et dans l’action.

 

C’est la même chose pour les nouvelles de l’extermination actuelle des Rohingya, ou les analyses qui sont faites sur l’individualisme en France, ou le choc d’un nouvel attentat terroriste. Elles me plongent régulièrement dans une tristesse profonde qui va jusqu’aux larmes.

 

Ça c’est pour l’aile 8 que j’ai du mal à trouver…

 

Parfois je me dis que je devrais davantage aller la chercher… Mais que c’est difficile !!

 

Aile 1 omniprésente ?

 

Alors l’aile 1

 

Perfectionnisme encore omniprésent

Plutôt ne rien faire, comme expliquait Lighyli dans un post du 14 juin dernier concernant le bazar dans son bureau, que de se mettre à mettre un peu d’ordre car il faudrait tout ranger parfaitement !

 

Alors, oui, j’ai fait une thèse de droit qui a duré 10 ans et où les 2568 notes de bas de pages (!) étaient parfaitement écrites et finalisées avant le corps du texte tout aussi parfait. Mais je pensais m’être un peu soignée…

 

Ce matin, je reprends la trame (tout aussi peaufinée) d’une formation de 5 jours que je donne la semaine prochaine et que j’ai tout de même réalisée au moins 5 fois…

 

Il a fallu que je cherche à nouveau dans mes notes jour après jour ce que j’aurais oublié… et pour satisfaire mon égo, heureusement que j’ai trouvé quelque chose à améliorer par rapport à la dernière fois où je l’ai tenue… ! J’ai tout passé en revue et suis presque déçue d’avoir décidé de ne pas tout reprendre et de décider que cette formation est enfin prête… !!

 

Difficulté à hiérarchiser les priorités

Dans mes listes (à rallonge) de choses à faire, par exemple : nettoyer la voiture, méditer, terminer la préparation d’une intervention ou envoyer un devis à un client, ces actions à entreprendre sont souvent mises au même niveau d’importance et de priorité dans leur réalisation, alors que je tâche sans cesse de chercher ce qui est le plus important pour moi. Il faut aussi vous dire qu’en tant que coach, je forme mes clients à la gestion du temps et des priorités (!)… On est toujours de meilleur conseil pour les autres que pour soi, c’est bien connu.

Donc, cela reste, en tant que 9 une vraie difficulté pour moi de me poser la question le matin : QUE VAS-TU FAIRE EN PRIORITÉ POUR TOI AUJOURD'HUI (dans toute cette longue liste) – avant toute autre chose ??

Il y a tellement de petites activités à entreprendre pour les autres…

 

Ouf ! Cela fait au moins un mois que je dois écrire cet article. Ce fut douloureux d’en accoucher et je vous remercie d’avoir eu la patience de lire cette saga.

 

Bonne journée à tous !

Philomène.

Philomène – E9 alpha, aile 1, C++ S-/+ X-/+

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Avoir deux ailes m'a toujours interpellée car je n'en vois depuis toujours fonctionner qu'une seule pour ma part…"

Je ne vois pas où est le problème, Philomène. Il me semble que dès le stage Bases, nous mentionnons que tout le monde finit un jour ou l'autre par manifester une aile et que certaines personnes, mais pas toutes, en manifestait une seconde. Nous le redisons bien sûr au stage Ailes. dont tu parais avoir des souvenirs beaucoup trop lointains.

 

Il semble que tu te réfères plutôt à l'approche fonctionnelle des ailes mais d'une manière qui n'est pas consistante : cf. infra.

 

"Ça c’est pour l’aile 8 que j’ai du mal à trouver… Parfois je me dis que je devrais davantage aller la chercher… Mais que c’est difficile !!"

Pour la trouver encore faudrait-il la chercher au bon endroit. Je ne vois pas quel rapport il y a entre ton développement sur la colère et l'aile 8, sachant que l'expression de la colère est un comportement pour le 8, mais pas une caractéristique égotique à prendre en compte dans l'approche fonctionnelle.

 

"Alors l’aile 1…"

Justement, la colère est par contre la passion du 1 et devrait, elle, être intégrée dans la description de la manifestation fonctionnelle de cette aile.

 

Le perfectionnisme est bien, lui, un élément significatif de la présence d'une aile 1. Dans la manière dont tu le décris, je vois aussi des indices d'une possible deuxième aile 8.

 

Par contre, la difficulté à hiérarchiser des priorités appartient au 9 de base. Je n'ai pas compris en quoi la manière dont tu parlais de ce sujet était liée dans une aile 1. Peux-tu préciser ?

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Bonjour Fabien,

 

Je te remercie beaucoup de ta réponse et précise donc mes propos.

 

"Il semble que tu te réfères plutôt à l'approche fonctionnelle des ailes mais d'une manière qui n'est pas consistante : cf. infra."

Effectivement, c’est l’approche fonctionnelle que j’avais surtout retenue (je sais que ce n’est pas celle que tu préfères !) et en particulier l’idée de Don Richard Riso (si mes notes ont été bien prises) qui aurait indiqué qu’on développerait une première aile initialement, puis la seconde vers 40 ans de manière facultative.

 

"Pour trouver [l'aile 8] encore faudrait-il la chercher au bon endroit. Je ne vois pas quel rapport il y a entre ton développement sur la colère et l'aile 8, sachant que l'expression de la colère est un comportement pour le 8, mais pas une caractéristique égotique à prendre en compte dans l'approche fonctionnelle."

 

Développement de l’aile 8 avant 10 ans ?

Je n’ai, il me semble, jusqu’ici développé que l’aile 1, sauf (et là je ne m’en souviens plus très bien) si, avant l’âge de 10 ans environ, les brimades, humiliations et interdits parentaux (réellement très nombreux) avaient freiné toute autre velléité de puissance et de leadership (sur mes frères et mes amis) et dont je me souviens bien. Je me souviens en effet avoir été une petite fille très énergique, impulsive, querelleuse, batailleuse et « leadeuse » jusqu’à 9 ou 10 ans.

 

Les messages parentaux et des enseignants m’ont indiqué vers cet âge qu’il fallait désormais être « raisonnable » et avoir un comportement plutôt soumis vis-à-vis de l’autorité que batailleur et rebelle.

 

Peut-être que ces souvenirs d’avant cette période sont ceux de simples comportements ; je ne me souviens pas en effet d’avoir exprimé de très fortes colères, ni d’avoir eu envie de me venger ; en revanche, collectionneuse de timbres, oui.

 

Aile 8 vers 10-17 ans :

Je retrouve bien l’énergie (ou le temps ?) démesuré(e) et consacré(e) à des détails sans importance (notamment dans le travail scolaire) ou à la narcotisation : j’étais capable de rester 5 ou 6 heures dans ma chambre en classe de CM2 et au collège à soit-disant travailler. En Terminale, je me souviens que je connaissais toutes les illustrations et leurs légendes du livre d’histoire par cœur, vu le nombre d’heures passées à rêvasser dessus.

 

Aile 8 aujourd'hui :

Effectivement, à y réfléchir de plus près, je retrouve bien des indices d’aile 8 : j’observe chez moi l’excès dans le perfectionnisme, ainsi qu’une énergie disproportionnée donnée à faire des choses sans importance concourant toujours à un fort oubli de soi.

 

La collection de timbres existe toujours. Elle entraîne une colère extrêmement violente et surprenante pour l’entourage, au moment où vraiment « trop, c’est trop ! ». Elle provoque souvent l’envol d’objets ou de nourriture (si je me trouve dans la cuisine en présence de l’individu qui a dépassé les bornes).

 

À noter toutefois : ces colères sont très rares et je connais bien la bougonnerie (base 9).

 

J’espère avoir été — si ce n’est plus juste — un peu plus « consistante » sur le sujet (?).

 

Aile 1 :

La colère froide sans explosion est souvent présente.

 

Concernant la difficulté à hiérarchiser les priorités et le lien avec l’aile 1, le lien n’est effectivement pas évident chez moi : j’ai juste encore tendance à narcotiser sur les détails quand je fais des plannings extrêmement précis, détaillés, envisagés bien à l’avance, mais en y listant au même niveau d’importance les broutilles et les points très importants.

 

J’espère avoir précisé quelque peu mon propos. Merci encore de vos réponses et remarques.

 

Très chaleureusement.

Philomène

Philomène – E9 alpha, aile 1, C++ S-/+ X-/+

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"C’est l’approche fonctionnelle que j’avais surtout retenue (je sais que ce n’est pas celle que tu préfères !)"

Oh là, je suis 7 ! Intempérance oblige, j'aime les trois approches et j'aime surtout le tableau incomparablement riche qu'elles construisent quand elles sont utilisées simultanément.

 

"Je retrouve bien l’énergie (ou le temps ?) démesuré(e) et consacré(e) à des détails sans importance."

Il me semble qu'y consacrer un temps démesuré, c'est du 9 de base, mais qu'y consacrer une énergie démesurée, c'est un indice possible d'aile 8. Donc ce "ou" est-il inclusif ou exclusif ?

 

Enfin, il reste à étudier la présence ou non de la fixation.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...

Bonjour Philomène,

 

Et merci pour ton riche témoignage ! Intéressant contraste entre ton ressenti face à l’injustice et les scènes décrites impliquant ton amie et ton mari…

 

Comme l’a souligné Fabien, il me semble que c’est uniquement dans l’approche « opérationnelle » proposée par Mickael Goldberg qu’on peut considérer de « développer une aile » délibérément (j’ai lu une interview intéressante avec lui dans la section Articles du site, où il aborde brièvement sa conception des ailes). En fait, plutôt que de « développer » ces ailes, il s’agit d’arrêter de se priver de ressources que ces ennéatypes utilisent facilement, mais que notre ennéatype ne mobilise pas naturellement.

 

J’ai pratiqué à plusieurs reprises l’exercice vu dans le stage Ailes, où les « questions » d’approche face à un problème rencontré de nos deux ailes vont piocher dans ces ressources, considérer ledit problème « de leur point de vue ». Cela permet de se décentrer, de se « défixer » du filtre de notre ennéatype qui restreint considérablement notre représentation et nos comportements (un peu comme avec des chaussures trop petites, on va bouger, marcher, et on retrouve de l’aisance…) Peut-être que « développer une aile » au sens opérationnel, c’est intégrer aux nôtres ces points de vue, ces priorités, de sorte qu’elles nous viennent spontanément au quotidien, sans qu’on ait à formaliser l’exercice…

 

Mais bon, pratiquer explicitement l’exercice « Déployer ses ailes » apporte clairement pour moi une plus grande mobilisation ; je me pose depuis plus de 15 ans les « questions » du 5 dans un très grand nombre de situations (surtout relationnelles), depuis quelques années les « questions » du 3 me viennent aussi fréquemment (surtout en rapport avec des tâches à accomplir), mais la technique sort la grosse artillerie pour une situation qui « résiste » !

 

Pour en revenir aux situations que tu as exposées où tu es mise face à des scènes confrontantes (les sans-abris, les sans-papiers…), il me semble que les trois questions « made in 8 » proposées pour le 9 ne te mènent pas à la colère (et tant mieux car en soi, ce n’est pas vraiment un objectif épanouissant…), mais à une mise en action, une énergie adaptée à ta perception et à ton ressenti.

Tir Na Nog – 4, aile 3, CSX++/--

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...