Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Maria

Ennéagramme et focusing

Recommended Posts

Maria

Bonjour à tous,

 

Je suis actuellement une formation en focusing (méthode de thérapie d'Eugène Gendlin) et ACP (Approche Centrée sur la Personne de Carl Rogers) et me questionne sur la pratique du focusing en lien avec l'ennéagramme.

 

En effet, il est fréquent lors d'un focusing qu'une personne évoque des points en lien avec les caractéristiques de son ennéatype. Parfois, ces mécanismes semblent même aider la personne à avancer sur une problématique particulière.

 

Je pense notamment à une 8 qui se répétait « Force, Force » pour garder courage dans une situation difficile. Je me demande si dans un cas similaire, il est bon de laisser la personne accompagnée utiliser une caractéristique égotique (ici, sa fierté) comme ressource personnelle ou s'il serait préférable de l'amener à trouver des ressources qui renforce moins son ego.

 

Y en a-t-il parmi vous qui aurait une expérience d'accompagnant focusing en lien avec les connaissances de l'ennéagramme ? Et dans ce cas, comment abordez-vous les caractéristiques de l'ennéatype d'une personne lorsque vous menez un focusing ?

 

Amicalement,

Marie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Tu te souviens certainement, Marie, que nous étudions le focusing dans le stage Résilience. Patricia et moi l'avons appris aux États-Unis et nous n'avons d'ailleurs jamais vu une conférence de l'International Enneagram Association dans laquelle il n'y avait pas un atelier sur le focusing. Nous avons donc, bien évidemment, une pratique de l'utilisation conjointe de l'ennéagramme et du focusing.

 

Je ne sais pas où ni comment tu revois le sujet, mais le vocabulaire que tu emploies me surprend.

 

Le focusing est une technique de lâcher prise tant chez la personne qui le pratique que chez celui qui l'accompagne. Gendlin considère qu'une thérapie réussie est le fait de l'accompagné et non pas de l'accompagnant, et il a souvent présenté le focusing comme une technique pouvant très bien être pratiquée seul.

 

En ce sens, je pense qu'on ne "mène" pas un entretien de focusing, ou plutôt que c'est l'accompagné qui se mène tout seul. Le dictionnaire qui est sur mon ordinateur donne trois sens possibles au mot « mener » dont aucun ne convient à cette pratique :

  1. Faire aller une personne avec soi.
  2. Faire agir quelqu'un comme on veut.
  3. Avoir l’avantage sur son adversaire.

"Il est bon de laisser la personne accompagnée utiliser une caractéristique égotique (ici, sa fierté) comme ressource personnelle ou s'il serait préférable de l'amener à trouver des ressources qui renforce moins son ego."

Je suis tout aussi gêné par cette formulation. D'abord pour la même raison, il me semble contraire à l'esprit du focusing originel d'"amener [quelqu'un] à trouver" quelque chose ("Amener : Faire venir avec soi pour aller dans une direction", dit le même dictionnaire).

 

Ensuite, en focusing, ni le sens corporel ni la prise ne sont des "ressources". Elles sont juste le vécu du sujet traité en focusing, à un moment donné du processus et passé de l'implicite au plus ou moins explicite. Que ce processus passe par l'ego ne pose aucun problème : l'accompagné a le droit d'avoir un ego, l'accompagnant devant, lui, essayer de mettre le sien de côté pendant le travail. S'il passe par l'ego de l'accompagné, le focusing se termine souvent dans l'essence, mais :

  1. C'est l'accompagné qui lâche prise vis-à-vis de son ego et se connecte à son essence ;
  2. Cela a lieu ou pas : il n'y a pas à avoir d'attente, ni de la part de l'accompagant ni de celle de l'accompagné, vis-à-vis du processus et de son éventuel résultat.

En fait, le focusing est profondément une démarche spirituelle qu'il vaut peut-être mieux ne pas trop psychologiser.

 

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Pour revenir à ta question initiale, il me semble qu'il n'est pas souhaitable de mettre de l'ennéagramme dans le focusing, mais qu'il est bon de mettre du focusing dans l'ennéagramme.

 

Formulée autrement, nous n'intervenons pas dans un processus de focusing, mais nous pouvons appliquer le focusing à des manifestations égotiques.

 

*-*-*-*-*-*-*-*

 

J'écrivais plus haut que "le vocabulaire que tu emploies me surprend". Je pense qu'il serait intéressant que tu analyses si cette vision du focusing vient de l'enseignement qui t'est donné, de ta personnalité, ou des deux. Comme toute pratique — l'ennéagramme y compris —, le focusing a besoin de supervision, et il serait intéressant qu'une partie de celle-ci soit faite en utilisant l'ennéagramme. Tu peux bien évidemment le faire ici.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...