Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

George Clooney


Fabien Chabreuil

Recommended Posts

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Dans la communauté américaine de l'Ennéagramme, l'acteur George Clooney est généralement considéré comme d'ennéatype 7. Je n'ai pas d'opinion personnelle à ce sujet, n'ayant jamais bu un café avec lui… Ceci dit, dans le dernier numéro de Books, j'ai lu ceci :

Citation

L'acteur George Clooney se dit agacé d’être sans cesse assimilé à un « métrosexuel ». « Je suis l’animal le moins métrosexuel que vous ayez jamais rencontré », déclarait-il à Rolling Stone fin 2011, l'année de ses 50 ans. « Je ne me fais jamais les ongles. Je peux jouer au basket juste avant d'aller à une remise de prix. » Il vit actuellement avec une ancienne lutteuse professionnelle, et admet avoir un sens de l'humour enfantin : « Les pets sont l'une des choses les plus drôles de l'histoire de l'humanité. Rien que l'idée d’un pet me fait rire. Dire le mot “pet” me fait rire. J'ai l'appli iFart [je pète] sur mon téléphone. J'ai des machines à prouts à télécommande. Les pets ! Pour moi il n'y a rien de plus drôle. »

C'est une première pièce au dossier.

 

Très amicalement,

Fabien

 

Source : « Les “métrosexuels” vont fêter leurs 20 ans », Books, N° 44, Juin 2013, p. 44.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

Je suis un fan du beau George que je trouve épouvantablement sexy.

 

Je n'ai jamais vraiment eu de doute sur le fait qu'il soit 7 : il a joué beaucoup de 7 (notamment dans le film In the air), et chaque fois que je lis quelque chose le concernant, je me dis qu'il est vraiment 7 et pas trés intégré… Du coup, ça m'a toujours coupé l'envie de prendre un café avec lui ! :rofl:

 

J'en conviens Fabien, ma conviction ne vaut pas pièce au dossier. Promis la prochaine fois que je lis ou vois quelque chose qui déclenche la remarque "George est un 7", je la porte au dossier !

 

Bien amicalement.

Aurore (87 alpha, C++, S-/+, X+)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

Je n'ai pas d'éléments à apporter sur le type réel de George Clooney. Par contre je regarde depuis quelques mois l'intégrale de la série Urgences en prenant des notes d'identification à côté, et pour compléter son "book" de rôles 7, j’ajouterais son rôle du Docteur Ross dans cette série, en variante alpha.

Pétaradement vôtre,
Charlotte

Charlotte (E6 alpha, aile 5)

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

Je suis tombée par hasard, il y a quelques temps, sur un interview de Georges Clooney. J'ai retrouvé des extraits issus du "Hollywood Reporter" datant de février 2012.

Une vie tranquille, loin des tapis rouges et autres galas mondains, qu'il mène depuis quelques années désormais.

Il explique ce rythme de vie restreint par des difficultés à trouver le sommeil : "Éteindre la télévision me fait réfléchir, et une fois que ce processus est en cours, j'ai énormément de mal à m'endormir", affirme-t-il au magazine spécialisé. Le comédien à l'image de fêtard a également réduit sa consommation d'alcool au néant : "Parfois, je bois trop. J'aime boire, et il y a des moments dans ma vie où j'ai franchi la ligne entre boire pour s'amuser et boire sans aucune raison. Donc j'ai arrêté", explique-t-il simplement.

Pourtant, il est contraint de prendre de puissants antidouleurs pour oublier les conséquences d'une ancienne blessure. En 2005, sur le tournage de Syriana — pour lequel il a reçu l'Oscar du Meilleur second rôle —, il est victime d'un problème qui le handicape encore aujourd'hui : "J'ai cru que j'allais mourir. Parlez à n'importe qui d'une fuite du liquide cérébro-spinal, ils vous diront que c'est très haut sur l'échelle de la douleur." Depuis une opération de neuf heures à Noël 2005, George Clooney va mieux, la douleur est toujours présente mais atténuée : "Ça a été une longue guérison. J'ai dû accepter le fait que j'allais devoir me battre sur un tout autre terrain, presque psychologique. Je suis allé voir un de ces médecins qui gèrent la douleur, dont l'idée principale était : "Vous ne pouvez pas vous lamenter sur l'état dans lequel vous étiez, parce que vous ne serez plus jamais ainsi.'"

 

Des relations complexes
Sa nouvelle compagne dit que ce qui lui plait chez un homme : "Je dirais un bon sens de l'humour. Quelqu'un de poli, vrai et honnête, et surtout, qui aime passer des bons moments, peu importe ce qu'il fait." Avec George, Madame est servie. Il faut dire que la réputation de George Clooney d'éternel célibataire réfractaire à l'engagement — il s'est séparé en juin de l'italienne Elisabetta Canalis-ne doit pas inciter pas la belle de 31 ans à penser au long terme.

"Quiconque mentirait s'il disait qu'il ne se sentait pas seul parfois", explique l'acteur, qui refuse de parler de sa relation avec sa compagne actuelle, car "tellement peu de choses dans [ma] vie sont privées", se défend l'oscarisé. Et poursuit : "J'ai été infiniment seul dans une mauvaise relation, il n'y a rien de plus isolant", sans mentionner d'ex-petites amies visées. Loin de son image de tombeur, George Clooney affirme avoir été "plaqué pour quelqu'un d'autre", et ne "pas vraiment penser au mariage". Un discours bien détonnant parmi ses déclarations hostiles à l'engagement, dues à un difficile divorce d'avec l'actrice Talia Balsam en 1993, et qui étaient en partie à l'origine de sa rupture avec l'Italienne Elisabetta Canalis, l'an dernier

 

Des positions engagées
Acteur et citoyen dévoué, George Clooney est un fervent admirateur de Barack Obama. Mais il a appris à nuancer ses prises de position, notamment à cause de ses déclarations contre la guerre en Irak. "Ils ont fait une émission d'une demi-heure sur la Fox pour dire que ma carrière était finie, et il y a eu un magazine dont la couverture comportait le mot traître", se souvient-il. "J'ai appelé mon père et je lui ai demandé si j'avais des problèmes. Il m'a répondu : « Grandis. Tu as de l'argent. Tu as un travail. Tu ne peux pas demander la liberté d'expression et ensuite te plaindre, ‘Ne dites pas de méchancetés sur moi' ». Et il avait raison." Cet incident ne l'a pourtant pas empêché de vouloir sensibiliser les foules à la situation du Darfour. L'acteur multiplie les voyages au Soudan, et a réalisé un documentaire. "Tout ce que vous pouvez faire en tant que célébrité, c'est apporter un coup de projecteur sur les choses", affirme George Clooney, une fois pris à partie par des enfants-soldats armés de mitraillettes

L'argent n'est pas un tabou non plus pour Clooney. Après avoir vécu dans une caravane au début de l'adolescence, en raison de la situation financière délicate de sa famille, il n'est pas dans une quête effrénée du profit. Dans les années 1990, alors qu'il était le chouchou des téléspectatrices, il ne renégocie pas son contrat de cinq ans dans Urgences, et refuse même un bonus d'un million de dollars, offert par les producteurs, pour assurer sa présence à l'écran. Une attitude qu'il conserve aujourd'hui : pour son dernier film, The Descendants, il n'a touché "que" 300 000 dollars, bien loin des cachets astronomiques hollywoodiens et ne place rien de ce qu'il gagne en bourse. C'est, pour lui, "Vegas, le fun en moins".

Le type 7 se confirme, même par le style de communication. À noter également le joli clin d'œil de son père au syndrôme de Peter Pan. Il est en bonne voie d'intégration. Par contre j'hésite vis-à-vis de la hiérarchie des centres. Il me semble plus 7 mu, (par rapport à ce qu'en dit sa nouvelle compagne), il a un sens des valeurs élevé, et se désintègrerait en 5 dans de mauvaises relations.

Bien amicalement,
Michèle

Source : "George Clooney, confessions d’un playboy", Paris Match, 17 février 2012. [Repris de : George Galloway, "George Clooney: The Private Life of a Superstar", The Hollywood Reporter, 15 février 2012.]

Michèle – E9 mu, aile 1 et 8, C= S+/- X-

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

Bonsoir à tous,

Je n'ai pas d'éléments à apporter sur le type réel de George Clooney. Par contre je regarde depuis quelques mois l'intégrale de la série Urgences en prenant des notes d'identification à côté, et pour compléter son "book" de rôles 7, j’ajouterais son rôle du Docteur Ross dans cette série, en variante alpha.

En guise de premier message sur ce forum, une simple remarque pour abonder dans votre sens : j'ai vu hier soir Gravity et, ô surprise, Clooney y interprète encore un 7 ! Le genre à vous raconter, avec classe et décontraction, des anecdotes dont l'autodérision vous ferait presque oublier que vous consommez vos dernières réserves d'oxygène en regardant brûler Soyouz… Sacré George ! :wink:

Florence77, 9 mu, aile 1, C++/-, S+, X++/--

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Bienvenue sur ce forum, Florence.

 

J'ai aussi vu Gravity – plein les yeux ! – et effectivement, durant sa courte apparition, Clooney y joue bien un 7, une fois de plus.

 

Certes le type d'un personnage de film ne donne pas celui de l'acteur qui le joue. Cependant quand un acteur joue de manière très répétitive le même type, cela devient un indice – mais pas plus –, soit qu'il choisisse des rôles qui lui conviennent, soit que les équipes chargées du casting estiment qu'il est particulièrement crédible dans un certain profil.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,
 
Le dernier film de George Clooney, Monuments Men, est sorti hier sur les écrans français. En jetant un coup d'œil aux différentes critiques de la presse collectées par le site AlloCiné, j'ai trouvé révélatrice celle du journal Métro : "Malgré le contexte dramatique et une reconstitution soignée, la star, visiblement marquée par la saga Ocean’s Eleven, privilégie la vanne, l’esprit de groupe et l’amitié au suspense et à l’Histoire avec un grand H. Sympathique et élégant mais le sujet eut sans doute mérité plus de profondeur."
 
Dans le même article, Matt Damon affirme : "Jean [Dujardin], c’est le George Clooney français." Je n'aurais pas dit mieux…
 
Très amicalement,
Fabien
 
Source : Maryline Letertre, "Matt Damon : « Je suis au chômage pour la première fois en 15 ans »", MetroNews, 11 mars 2014.

Link to comment
Share on other sites

Eh oui ! Je ne suis pas allée voir encore ce film au casting cinq étoiles, mais dont je crains un peu le côté superficiel (comme les Ocean's du pourtant très doué Soderbergh…).

 

J'ai aussi lu dans le dernier Télérama que l'on sent que Clooney peine à faire mourir ses personnages dans ce film, pourtant menacés par les Nazis… Encore la marque du 7 récalcitrant à faire cesser une source de plaisir ?

 

Le fait que George adore travailler avec les mêmes réalisateurs ou les mêmes acteurs (Damon, Pitt, Roberts…) jouerait-il en faveur d'un sous-type particulier, social, notamment ?

 

Bonne soirée, bon film ou what(ever) else…

Florence

Florence77, 9 mu, aile 1, C++/-, S+, X++/--

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

"Eh oui ! Je ne suis pas allée voir encore ce film au casting cinq étoiles, mais dont je crains un peu le côté superficiel."
Je l'ai vu. Même si on y trouve la légérète habituelle de Clooney, j'ai trouvé le film intéressant — je ne connaissais absolument pas cet épisode de la Seconde Guerre mondiale — et sympa. Je pense que les gens qui sont déçus sont ceux qui s'attendaient à voir un film de guerre. Le propos de Clooney n'est pas là.

 

Après, ne me faites pas dire que c'est un chef d'œuvre.

 

"J'ai aussi lu dans le dernier Télérama que l'on sent que Clooney peine à faire mourir ses personnages dans ce film, pourtant menacés par les Nazis… Encore la marque du 7 récalcitrant à faire cesser une source de plaisir ?"
Peut-être. En tout cas, Clooney aime à répéter qu'il a fait mourir Jean Dujardin assez tôt dans le film pour se venger du fait qu'il ait obtenu en 2012 l'Oscar du meilleur acteur alors que lui-même était en compétition pour cette récompense.

 

"Le fait que George adore travailler avec les mêmes réalisateurs ou les mêmes acteurs (Damon, Pitt, Roberts…) jouerait-il en faveur d'un sous-type particulier, social, notamment ?"
Tu l'appelles George maintenant ? Il va y avoir des envieuses, voire des envieux, sur ce forum. :rofl:

 

Ce qui pour tout autre type ferait pense à l'instinct social pointe vers le clan de l'instinct de conservation chez le 7

 

J'ai entendu une interview de George — il n'y a pas de raison — dans laquelle il racontait la génèse du film. Le journaliste lui demandait s'il avait eu des difficultés à obtenir l'accord des compagnies holywoodiennes pour monter le film. Il a répondu qu'il avait découvert avec passion le sujet, qu'il avait demandé à tous ses copains leur accord pour jouer un rôle dans le film, et qu'après c'était facile, personne ne pouvant refuser un film avec un tel casting.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Bonjour,

 

À l'occasion du nouveau film de Jodie Foster, Money Monster, George Clooney, qui joue le rôle principal, était présent à Cannes.  Extrait de la  conférence de presse où on reconnait bien le mode de communication et l'humour parfois caustique du 7.   

 

George Clooney a assuré le show à Cannes aux côtés d’une Julia Roberts magnifique, souriante mais manifestement nerveuse.

Premier très gros coup de chaleur, hier à Cannes, avec la venue conjointe de trois superstars parmi les plus populaires de la planète, Jodie Foster, Julia Roberts et George Clooney. La première a signé une comédie grinçante sur le monde de la finance, Money Monster , la deuxième montait pour la toute première fois de sa vie les marches du Palais et le troisième, jamais en retard d’une bonne blague, n’a pas son pareil pour assurer le show.

 

D’entrée de jeu, sans surprise, ce dernier a pris les commandes de la conférence de presse, en jouant les serveurs pour ses amies. "Eau plate ou pétillante ?" (what else ?), lance-t-il, stylé, avant d’embrasser la modératrice.

 

Sacré bonhomme, qui ironise sur le fait qu’un journaliste iranien le verrait bien président des USA ("C’est un compliment, surtout de la part de quelqu’un qui vient d’Iran"), s’amuse de son éternelle complice ("Je n’ai pas cru que Julia accepterait le rôle. J’ai dit à Jodie de la contacter tout de suite, qu’elle dise non et qu’on passe à autre chose. On attend toujours ce non…") et se moque même sa réalisatrice ("On comprend tout de suite qu’elle souhaite qu’on arrête la journée car elle n’est pas contente. Cela a été comme ça tous les jours, sauf le premier et le dernier. C’était un désastre pour Jodie mais très amusant pour nous").

 

Mais quand il est question de peur, George redevient sérieux...

 

Mais de temps à autre, sans raison apparente, il est aussi capable de garder son sérieux. Notamment parce que Money Monster semble préfigurer l’Amérique de Donald Trump. "Disons les choses simplement : il n’y aura pas de président Donald Trump. Nous n’avons pas envie de mettre la peur au pouvoir dans le pays, ni que les femmes et les immigrants vivent dans la crainte. Trump est le résultat des émissions de télé où on ne pose pas les bonnes questions. Si on informait sur son programme, l’effet serait différent. Le problème, c’est qu’on ne prend plus la peine d’informer. Il faut repartir des faits."

 

Cordialement,

Rosso

 

Source : Patrick Laurent, "Clooney : il n'y aura pas de Président Trump", DH.be, 13 mai 2016.

Rosso - E6 alpha, C++ S-/+ X-/+, Aile 5

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

J'ai vu Money Monster. Le film est intéressant avec en premier plan une critique acerbe du milieu des media et de celui de la finance, et, moins visible en arrière plan, une critique tout aussi féroce des citoyens américains, spectateurs égoïstes d'un monde qui leur échappe.

 

À première vue, George Clooney y joue… un 7.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...