Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Désintégration en 7 du type 5 alpha


Claire5

Recommended Posts

Bonjour à tous,

 

Je me suis surprise récemment dans un épisode de désintégration en 7 dont j'aimerais vous faire part (je suis 5 de la variante alpha).

Je venais d'apprendre le montant de ma rémunération pour un stage que j'allais devoir faire. Au début, j'étais super-contente ! C'était très bien payé, je ne m'y attendais pas. Puis, je me suis dit qu'avec une rémunération pareille, on attendait sûrement de moi que je bosse pas mal !

Et là, j'ai entamé une grande séance de planification et de rationalisation : "Est-ce que je vais être capable de bosser beaucoup ? Au pire, je peux commencer à 8h et finir à 19h, ca fait 10h par jour si je fais une pose d'une heure le midi. Je peux bosser disons 4 jours * 10 heures + 6 heures le vendredi, ca fait 46 heures par semaine… Avec ces horaires-là je renonce aux sorties en semaine… C'est jouable ? Oui mon stage sera intéressant. Etc." Ça a duré un bon moment. J'ai même sortie ma calculatrice pour calculer mon salaire horaire et j'ai conclu : "Bon, ça va. Avec ces horaires, je me retrouve payé pareil que lorsque je fais du baby-sitting quand les enfants font la sieste. On ne m'en demande pas tant que ca finalement !"

 

Et puis avec un peu de recul, j'ai compris que c'était n'importe quoi. En réalité j'avais peur : peur de ne pas avoir assez d'énergie, peur qu'on m'en demande trop, peur d'être sans ressources, etc.

 

J'ai commencé mon stage hier, et j'ai rapidement demandé quels étaient les horaires de travail. On m'a dit 42 heures par semaine. Et là, j'ai senti directement que ça me faisait peur, que je ne me sentais pas capable de passer des journées concentrée sur un sujet, plus de me taper deux heures de transport en commun par jour, plus être sociable avec mes colocataires provisoires, de faire des recherches d'un autre logement, de faire les démarches administratives à l'étranger -> peur d'être débordée ! Et j'avais beau savoir que cette peur était une false core, je continuais quand même à penser que c'était une catastrophe.

 

Aujourd'hui ca va beaucoup mieux. Est-ce que c'est parce que j'ai tout simplement pris conscience de ma peur? Je ne sais pas. En tout cas j'ai eu une grosse journée mais intéressante et je ne me sens pas du tout fatigué.

E5 alpha, C= S-/+ X-/+

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Claire,

 

Merci pour cette intéressante auto-observation.

 

"Bon, ça va. Avec ces horaires, je me retrouve payé pareil que lorsque je fais du baby-sitting quand les enfants font la sieste. On ne m'en demande pas tant que ca finalement !"

Pour faire plus 7 encore, tu aurais pu continuer ainsi : "Ah ! Les coyottes ! Les sales capitalistes exploiteurs ! Me payer comme lorsque je fais du baby-sitting quand les enfants font la sieste. Moi ! Avec mon talent, mon intelligence, ma créativité et ma compétence ! Les salauds ! Je ne vais pas en foutre une rame."

 

"Peur d'être débordée ! Et j'avais beau savoir que cette peur était une false core, je continuais quand même à penser que c'était une catastrophe."

Tssss ! Ce n'est pas ça, la false core du 5, loin s'en faut.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

"Tssss ! Ce n'est pas ça, la false core du 5, loin s'en faut."

Ah bon, désolée, je croyais. Enfin ce que je voulais dire, c'est que j'avais peur même en sachant que c'était une croyance de l'ego.

E5 alpha, C= S-/+ X-/+

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Claire,

 

Tu as dû confondre avec la peur de base, telle que définie par Don Riso. La false core est la croyance sur laquelle se construit l'ego. C'est sans doute la découverte la plus douloureuse et la plus utile que l'on peut faire sur son ennéatype. Cependant l'apprendre théoriquement est inutile, et c'est pourquoi nous ne l'enseignons qu'en stage, Néti Néti plus précisément, où nous pouvons aussi gérer le choc que sa découverte représente pour certains.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Bonjour,

 

Je vais continuer notre "traité à deux voix sur le type 5", entamé avec Claire.

Ce sujet tombe bien, car la désintégration en 7 du 5 alpha est (avec l'avarice, et la problématique de l'isolation-solitude-retrait, dont je parlerai peut-être un jour), un des sujets à propos desquels on m'a déjà posé des questions.

En gros, la question revenait à cela : comment se manifeste cette désintégration ? À première vue, les deux types, lorsqu'ils vont mal, s'opposent sur tout. Le 5 se concentre de façon maniaque sur un domaine spécialisé, le 7 planifie et se disperse ; le 5 cherche l'information, le 7 le plaisir ; le 5 est parcimonieux à l'excès, le 7 glouton ; etc.

 

Lorsque je m'auto-observe en pleine désintégration externe, je constate que la hiérarchie des centres joue un rôle primordial : comme l'a bien montré Claire, le 5 alpha réprimant le centre instinctif, il est particulièrement préoccupé par l'éventualité de pouvoir "manquer d'énergie". Chez moi l'avarice est, fondamentalement, avarice d'énergie ; je comprends Claire et je compatis lorsqu'elle exprime cette peur d'en manquer ; de mon côté, je crains énormément la fatigue. Comme si mes ressources en terme d'énergie instinctive, de capacité à agir (et à réagir aux sollicitations des autres, notamment émotionnelles) étaient très limitées.

Lorsque cette avarice de gestes et d'actions, cette peur de l'épuisement se font trop pressants, la désintégration en 7 n'est jamais loin : il n'y a qu'un pas entre cette peur du manque et la peur de la souffrance. Voici comment se manifestent alors, chez le 5 que je suis, les mécanismes du type 7 :

 

D'abord, l'intempérance. C'est avant tout une intempérance liée au mental : pour éviter de mettre en marche l'instinctif, je peux me réfugier dans des activités mentales. Ce refuge va correspondre à mon intérêt du moment (mettons, l'Ennéagramme) : je vais me concentrer exclusivement sur la recherche d'informations dans ce domaine. Tout en restant "concentré" tel un 5, je vais tomber dans la gloutonnerie du 7, puisqu'il me faudra toujours plus d'infos au fur et à mesure que je les assimile. Concrètement, il me faudra un maximum de livres, et tout de suite, y compris si je n'ai pas un rond et que j'ai bien d'autres choses à faire. Il y a donc intempérance d'informations, de théorie.

J'ajouterai, entre parenthèses, qu'un 5 a aussi une vie privée ; rien ne l'empêche donc, en guise de "compensation", en quelque sorte, de faire aussi preuve de gloutonnerie dans des domaines plus habituels (:sarcastic:, :beurk:, :proud:, etc.). Simplement le fera-t-il de façon plus (très) discrète.

 

Cette recherche effrénée de l'information correspond bien au mécanisme de planification  : si je reprends l'exemple de Claire (que je ne connais que trop bien), il s'agit bien de me ménager une porte de sortie pour éviter une tâche qui me solliciterait trop au niveau physique et émotionnel. À la place, je vais chercher ce que j'ai à faire d'exclusivement mental, même si c'est beaucoup moins urgent.

 

Enfin, il faut bien expliquer ce choix pas vraiment logique par une rationalisation savamment argumentée. Évidemment, le 5, tout comme le 7, aime faire fonctionner son centre mental ; il y a donc des chances pour qu'il s'en tire bien dans cet exercice. Je crois hélas, à certaines époques, être passé maître dans l'art d'expliquer pourquoi il était parfaitement logique que je reste dans ma chambre à lire des bouquins sur les sujets les plus abscons, au lieu de chercher un boulot. Presque aussi bien qu'un vrai 7:angry:

 

Bonne journée,

Théo

Théo 5 alpha, aile en 4, C= S+/-- X++

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...

Bonjour,

Je voulais ouvrir un sujet sur la désintégration en 7 d'un 5 alpha. Je relance donc cette discussion déjà existante même si elle date de presque 4 ans.

Je me suis pas mal demandé comment fonctionne la désintégration externe depuis le stage de base. Avant d'être presque sûr de ma hiérarchie des centres, j'ai essayé d'observer si, lorsque je suis en état de 5 désintégré, je venais souvent y ajouter de l'excès/dénégation/vengeance ou plutôt de l'intempérance/rationalisation/planification.
Pendant longtemps cela n'a pas été probant, mais depuis quelques mois, je constate que cette seconde manifestation (donc la 7) est présente bien bien plus souvent que la 8.

Mais avant de continuer, il y a un point que je souhaiterais éclaircir, si du moins les recherches en cours permettent d'en avoir une bonne certitude :

  • Dans le livre L'Ennéagramme dynamique de connaissance et d'évolution, on dit : "Quand la personnalité se désintègre au-delà du type de base, nous ajoutons aux caractéristiques de notre type les côtés négatifs du type suivant dans l'ordre des flèches."
  • Soit dans le Grand Livre de l'Ennéagramme (que je n'ai pas là sous les yeux pour confirmer) soit en stage Bases, je suis certain d'avoir lu ou entendu qu'on ne vit pas forcément plus souvent notre type de désintégration plus qu'un autre type, mais que lorsque cela se produit, cela est plus destructeur pour la personnalité.

Ce que je comprends : dans le cas 1, plus on va mal, plus on tend à ajouter les éléments négatifs du type de désintégration. Dans le cas 2, on a beau aller mal, il n'y a pas de raison que le type de désintégration apparaisse, mais lorsque les circonstances font qu'il apparait, alors c'est plus destructeur pour la personnalité que lorsque les circonstances font qu'un autre type quelconque apparaît.
Est-ce que j'ai bien lu/entendu ce point 2 ? Si oui, laquelle de ces deux affirmations apparemment contradictoires selon mon interprétation est "la bonne" ?

Quoi qu'il en soit, ma constatation est la suivante : lorsque l'ego est actif, je m'isole et je pars mentalement sur un sujet. Soit j'ai des livres ou Internet sous la main par exemple, soit je reste dans la tête. Dans le premier cas (lorsque donc je peux accéder à des ressources extérieures), je constate le mécanisme suivant assez récurrent.
Exemple : je lis un article. Pendant que je le lis, je me dis que je perds du temps parce que, pendant ce temps, je ne peux pas en lire un autre sur un autre sujet (ou même sujet) alors que c'est "vital" de le lire aussi. Donc j'accélère en lisant en diagonale. Pire, je ne me concentre plus sur le sujet, je pense au temps qui passe et à l'article suivant en attente que je "dois" lire pendant que j'imagine le temps passer et le fait que je vais manquer de ressources pour pouvoir aller au bout.
Pendant ce temps, j'ai parcouru 10 lignes que je n'ai pas comprises. Donc je relis, mais avec encore plus d'intempérance pour perdre encore moins de temps, ce qui provoque l'effet inverse : je ne me concentre plus sur le sujet, mais sur le manque de ressources qui laisse, justement, une impression d'être sans ressources.
Alors là, je me dis que de toute façon, j'ai trop perdu de temps et que je n'aurai pas le temps de lire les deux, donc autant passer vite au suivant parce qu'insister sur le premier article commence à générer de la souffrance et de la lassitude, je rationalise en me disant que de toute façon, le suivant est plus important alors que l'article en cours n'est pas si intéressant que ça, et donc je passe au suivant. Bien sûr, dès que je l'aborde je pense à un troisième, et le cycle recommence : intempérance, rationalisation, planification, et cela se reproduit.

L'observation me fait dire plusieurs choses :

  • Ceci est bel et bien égotique (une sorte d'intuition).
  • Lorsque cela se produit, je suis toujours complètement dans l'isolation, l'avarice et le détachement (donc cela se rajoute au type de base).
  • Lorsque cela se produit, je suis intérieurement de plus en plus tendu et nerveux.
  • Cette manifestation très négative des éléments du 7 a une conséquence quasi systématique : la suppression de la capacité de concentration. Le mental est actif, mais son objectif est devenu intempérant : l'information entre à foison, mais je ne suis pas concentré sur son contenu, et je ne retiens rien ou peu, ce qui amplifie l'impression de manque de ressources.
  • Souvent, je prends conscience du phénomène après avoir papillonné ainsi quelques fois de source d'information en source d'information ("information" au sens général, ce peut être un article, ou du temps de jeu vidéo, ou bien avoir le besoin de lire en parallèle de regarder un film pour minimiser la perte de temps) mais rarement pendant.

L'efficacité du sujet sur lequel je suis disparaît totalement lorsque la désintégration externe se produit : une lecture n'est plus comprise à cause de la non concentration, un jeu vidéo n'est plus apprécié parce que l'intempérance veut que cela avance plus vite pour ne pas perdre de temps et la patience imposée par le rythme du jeu n'est pas atteignable, une observation astronomique est vite bâclée pour passer à la suivante, la découverte d'une technologie de développement informatique en reste à une lecture rapide sans réaliser réellement de tutoriel pratique, etc.

Entre autres, la désintégration en 7 provoque surtout un manque de concentration, ce qui est assez rageant quand ça arrive puisque cela donne l'impression que le manque de ressource est sans solution.
Ce qui me fait me poser au passage une question : est-ce que la capacité de concentration est généralement liée à la force exercée par l'ego ? Dit autrement, est-ce que l'on constate que la concentration augmente avec l'intégration ou bien est-ce qu'on ne constate aucune corrélation entre les deux ?

Lorsque j'arrive à me rendre compte de cette désintégration en 7 pendant que cela se produit, je pense alors justement à la désintégration en 7 au sens de l'Ennéagramme. J'essaie alors de me calmer, de reprendre mon "souffle", je "refais le vide", et je me dis : "De toute façon, tu ne pourras pas tout savoir, prends-les un par un, mieux vaut retenir bien une chose que ne rien retenir du tout." (au passage, est-ce que cela n'est pas aussi de la rationalisation?). Là, je me recentre sur les côtés (négatifs) du 5, donc je "remonte" vers l'intégration, même si cela reste à un niveau moyen. Idéalement, ce serait bien d'aller plus loin, mais la désintégration en 7 est alors encore trop proche, et c'est déjà pas mal de se recentrer sur le type de base, en tout cas je sens bien que c'est moins destructeur lorsque je sors de cette intempérance, la tension intérieure baisse d'un ton.

Et la désintégration en 8 ? Je vais être très succint sur ce point : je constate de manière circonstancielle les éléments négatifs du 8. En particulier, lorsque je suis confronté à quelque chose auquel je ne suis pas d'accord ou que je refuse en bloc, une montée de colère et d'envie de vengeance peut apparaître, mais celle-ci est suivie par du détachement émotionnel pour la désamorcer, alors que lorsque c'est le 7 qui émerge, le détachement est déjà là avant. En terme de définition de la désintégration externe, ceci n'en est donc pas une, et je ne peux donc pas dire que j'ai pu constater de la désintégration externe en 8.

J'ai essayé de décrire précisément comment j'interprète la désintégration externe. Intuitivement, je constate qu'il y a effectivement une forme de "désintégration de soi", ce qui me fait penser être sur la bonne voie pour comprendre ce point.

Amicalement,
Patrick

PS : à ce weekend pour le stage Centres pour ceux qui y seront. :happy: En espérant pouvoir y valider ma hiérarchie des centres.

Patrick, 5 alpha, C+ S= X-/=

Aile principale : 4

Aile secondaire : 6

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"À ce weekend pour le stage Centres pour ceux qui y seront. :happy: En espérant pouvoir y valider ma hiérarchie des centres."

Cela devrait être une formalité. Sans doute y réentendras-tu la réponse à ta question initiale…

 

"Je suis certain d'avoir lu ou entendu."

Ah non, tant qu'on n'a pas retrouvé un enregistrement ou l'écrit, on ne peut jamais être certain d'avoir lu ou entendu quelque chose : cf. stage Éveil. C'est bien le drame de la communication et de la formation : il y a ce qui est pensé, puis ce qui est énoncé, puis ce qui est entendu, puis ce qui est retenu, puis ce qui est reformulé. À chaque étape le message peut — et est souvent — déformé.

 

Mais avant de continuer, il y a un point que je souhaiterais éclaircir, si du moins les recherches en cours permettent d'en avoir une bonne certitude :

  • Dans le livre L'Ennéagramme, dynamique de connaissance et d'évolution, on dit : "Quand la personnalité se désintègre au-delà du type de base, nous ajoutons aux caractéristiques de notre type les côtés négatifs du type suivant dans l'ordre des flèches."
  • Soit dans le Grand Livre de l'Ennéagramme (que je n'ai pas là sous les yeux pour confirmer) soit en stage Bases, je suis certain d'avoir lu ou entendu qu'on ne vit pas forcément plus souvent notre type de désintégration plus qu'un autre type, mais que lorsque cela se produit, cela est plus destructeur pour la personnalité.

Tout ceci est déjà décrit complètement — et j'espère clairement, mais je vais me relire — dans Le Grand Livre de l'Ennéagramme auquel tu aurais pu te référer. Sur ce genre de sujet, c'est à lui qu'il faut avoir recours, et non à la première édition de L'Ennéagramme, dynamique de connaissance et d'évolution.

 

Ta reformulation n'est pas assez précise. Le terme désintégration est réservé à deux phénomènes :

  1. La désintégration interne qui voit les mécanismes de notre ego s'amplifier jusqu'à contrôler nettement notre vie ;
  2. La désintégration externe qui, à un moment donné, ajoute les mécanismes de notre type de désintégration.

Par ailleurs, nous pouvons vivre les émotions et les pensées correspondant aux passions et aux fixations des autres ennéatypes au hasard des circonstances de la vie. Ce n'est pas vraiment positif, mais ne provoque pas forcément une désintégration.

 

Par exemple, Patricia peut me demander ce qu'il me ferait plaisir de déjeuner à midi, et je peux ne pas avoir envie de m'interroger, vivre de la paresse à soi et lui répondre "je ne sais pas". Il ne s'agit pas de désintégration en 9, c'est simplement un moment de la vie sans grand effet sur la personnalité. Bien sûr, si on affine, on peut y voir derrière la compulsion du 7 d'évitement de la souffrance mais cela a été faible et peu conscient. Peut-être cela correspond-il à mon niveau de fonctionnement habituel et n'y a-t-il même pas une micro-désintégration interne. En tout cas les autes mécanismes égotiques ne s'enclenchent pas automatiquement et durablement.

Précisons que c'est une expérience de pensée : je sais toujours ce qu'il me ferait plaisir de manger.

 

Par contre, si Patricia me pique la dernière tranche de saucisson à l'apéritif, mon estomac pousse un long braiement de désespoir, accompagné d'une malédiction ("Ah ! La hyène ! Que son foie se dessèche ! Que sa rate explose ! Que sa parentèle tout entière soit atteinte de la lèpre !"), et suivi d'un souhait de vivre seul dans un saloir où je pourrai me consacrer à l'étude et la fabrique du saucisson. Ici, tous les mécanismes égotiques se manifestent consciemment et pour une certaine durée, les premiers étant ceux de l'ennéatype rapidement suivis de ceux de l'aile et du type de désintégration.

Précisons que c'est aussi une expérience de pensée : Patricia étant de sous-type conservation ne prendrait pas un tel risque.

 

"Est-ce que la capacité de concentration est généralement liée à la force exercée par l'ego ? Dit autrement, est-ce que l'on constate que la concentration augmente avec l'intégration ou bien est-ce qu'on ne constate aucune corrélation entre les deux ?"

Si ta question concerne le 7, il y a corrélation entre intégration et concentration puisque cette dernière est l'idée supérieure de l'ennéatype. Pour les autres profils, non.

 

Sinon, bravo pour cette belle introspection.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour vous deux !

Merci Patrick de partager avec nous ce qui se passe dans ta tête au moment de la désintégration en 7 ! C'est très éclairant !

Et merci Fabien pour ce fou-rire de début de journée ! N'as-tu pas envisagé que Patricia te laisse la dernière tranche juste par amour pour toi ? Tu as de la chance que son type sexuel soit en = sinon elle aurait pu vouloir la moitié exacte de la dernière tranche !

Bonne journée. :happy:

E4 α, ailes 5 et 3, C-/=, S-/=, X+/-

Link to comment
Share on other sites

Marie-Noëlle

Bonjour à tous,

 

J'ai une question concernant ce mécanisme de désintégration du 5 alpha en 7, qui a déjà été très bien décrit de l'intérieur : quelles en sont, selon vous, et s'il y en a, les manifestations visibles par votre entourage ? Est-ce que par exemple vous pouvez exprimer à haute voix (plus que d'habitude :happy:) de la frustration face à une concentration perçue comme défaillante ? Ou plus généralement, est-ce que cette dispersion et cette intempérance sur des sujets mentaux sont visibles de l'extérieur, là où le 5 se montre en temps normal précis et redoutablement efficace sur la collecte d'information ?

 

[Aparté sur l'affaire de la tranche de saucisson : depuis le temps que je dis qu'il faudrait installer des caméras chez les Chabreuil et diffuser sur une chaîne privée la StarEnnéAc, ou les Anges de l'EnnéaRéalité… :rofl: Ou un blog Integral Charcutery ?]

Marie-Noëlle - 4α 3 C- S= X+/-

"La vraie faute est celle qu'on ne corrige pas" (Confucius)

Link to comment
Share on other sites

Ah non, tant qu'on n'a pas retrouvé un enregistrement ou l'écrit, on ne peut jamais être certain d'avoir lu ou entendu quelque chose.

Effectivement Fabien, je viens de reprendre le Grand Livre, et il s'agit d'une phrase que j'avais mal interprétée (bas de la page 179). De plus, la page suivante dit clairement que la désintégration externe s'ajoute à l'interne dès que le type commence à être piloté principalement par les mécanismes égotiques. Au temps pour moi. :happy:

Et le point concernait la désintégration "externe".

 

Quelles en sont, selon vous, et s'il y en a, les manifestations visibles par votre entourage ?

Le plus simple est bien sûr de demander et de récolter le feed-back, chose que je n'ai jamais faite dans ce contexte (obtenir le feed-back sur la visibilité de la désintégration extérieure). Je pense que la cause est d'ailleurs égotique, je préfère l'observer par moi-même sans interagir avec les autres plutôt que d'oser leur demander et de devoir donc expliquer ce que j'attends d'eux, ce qui est une véritable barrière. C'est d'autant plus visiblement inefficace que par expérience je sais qu'obtenir le retour d'autres personnes est bien plus productif.

 

Mais en tous cas, je peux tenter de te répondre avec mon seul point de vue.

 

S'il s'agit d'une activité assise (au hasard, la quasi-totalité de mes activités :surprised:), je sais que je remue pas mal la ou les jambes (ce qui pourrait ressembler peut-être à de l'impatience). L'intempérance est bien présente dans la tête et ne s'exprime guère plus que par ce biais.

Une autre manifestation, si je suis devant un ordinateur, je change souvent d'une fenêtre à l'autre ou je bouge souvent la tête d'un écran à l'autre (j'ai généralement deux écrans sauf en déplacement), en passant d'une source d'information à une autre.

 

Lorsque la planification apparaît, j'ai constaté qu'elle est toujours mentale sans que je ne l'exprime verbalement. Il est possible (je dois l'observer plusieurs fois en flagrant délit pour en être sûr) qu'exprimer la planification aille à l'encontre de l'avarice : je fais des plans d'évitement de sources de souffrances, je ne vais quand même pas les expliquer et les dévoiler aux autres et les perdre, ils sont pour moi !

Il se peut par contre que la rationalisation sorte verbalement en me parlant à moi-même à voix haute (assez fréquent même hors phase de désintégration externe).

 

Le pire étant quand la concentration n'est plus là, et là je sais que je ne montre rien, surtout avec la honte d'oser avouer que je n'arrive pas à me concentrer dans ces cas-là, c'est sûr que "ça ne doit pas se voir, à tout prix" !

 

Donc je dirais que globalement, du moins chez moi, ce serait peu visible de l'extérieur sauf à observer de près.

 

Par contre je sais aussi que cela n'a pas toujours été ainsi. J'ai eu une période entre 18 et 22 ans où cela s'exprimait ouvertement. J'entendais une bonne blague, je la répétais plusieurs fois, je faisais aussi des plans sans avoir nécessairement à les mettre en œuvre, la simple pensée suffisait, et je pouvais aussi en parler à voix haute même si c'était peu. Quant à la rationalisation et à l'intempérance, oui, je pense que cela se voyait bien. À savoir tout de même que durant ces quelques années, je fréquentais régulièrement un 7 (que je type toujours 7 aujourd'hui, ce n'est pas uniquement de mémoire), et que je faisais tout de même petit joueur en comparaison. :rofl: Donc là, je pense que cela se voyait plus, sauf peut-être la planification qui a toujours été bien retenue.

 

Je viendrai poster des feed-backs si j'arrive à les obtenir de personnes extérieures.

 

Patrick

Patrick, 5 alpha, C+ S= X-/=

Aile principale : 4

Aile secondaire : 6

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous,

J'ai été très surpris par cette question de visibilité. Puis troublé par cette surprise. Je réalise la prégnance inconsciente de la false core du 5. Beau pavé dans la mare, Marie-Noëlle ! :bravo:

Ce matin, mon trouble s'est estompé et je me sens capable d'apporter un début de réponse.

Ma désintégration externe se manifeste par de l'excitation et de la nervosité. La plupart du temps, celle-ci ne se transforme pas en agitation : elle reste intérieure, peu visible. Mon centre instinctif se réprime-t-il pour servir ma false core ?

Je ne dis rien. Parfois ma cage thoracique se fige. Ou bien j'inspire puis j'entends un petit bruit au niveau de mes cordes vocales : c'est ma gorge qui bloque l'émission d'un son. D'autre fois, assis, je subis des mouvements idéomoteurs des jambes, comme Patrick ; debout, je change de jambe d'appui. L'image qui me vient à l'instant est celle d'un rat de laboratoire cherchant la sortie d'un labyrinthe. Un labyrinthe émotionnel et mental.

Je sens vaguement que la clé pour moi est d'harmoniser mon corps avec les mouvements de mes centres émotionnel et mental. Voilà pour ce matin. Ta question me fait bouger, Marie-Noëlle ! :thumb_up:

À très bientôt. Amitié,
Yves

Yves (E5 alpha, ailes 4 et 6, C- S= X-/+)
"Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction." (Jean Rostand)

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Bonjour à tous,

Merci Patrick pour ton ajout à ce sujet. Tu formules des choses qui font tout à fait sens pour moi aussi, notamment la "perte de la capacité de concentration" qui a lieu lors de la désintégration externe en 7, et qui est terrible à vivre je trouve.

Par rapport à mon message initial de mai 2010, j'avais pu bien ressentir et comprendre l'effet de la désintégration externe en 7 lorsque j'avais suivi le stage Intuition en 2012 : lors d'un exercice, je vivais l'état de désintégration externe. Ce fut une expérience très forte et pas vraiment agréable (c'est le moins qu'on puisse dire), où j'avais le sentiment de perdre mes repères, et d'avoir comme "la tête retournée". Comme si les informations qui d'habitude sont bien rangées dans ma tête étaient tout d'un coup sans dessus dessous.

 

J'ai mis du temps à répondre à cette conversation car je ne trouvais pas — à tort bien sûr ou à raison — d'exemple récent de désintégration externe. Et j'ai du mal à témoigner sans me rattacher à une expérience concrète. Mais ça y est, je pense avoir un exemple récent. En gros, je discutais avec ma chef lors d'un point, et arrive un moment dans la conversation où je me dis qu'il faut que je parle, et que je dise ce que j'ai a dire. À savoir, lui demander ce qu'elle a prévu au sujet de notre collègue, qui est un emmerdeur de première, qui est improductif, mythomane, irrationnel, illogique, etc. C'est un moment difficile car :

  • Je sais que ma question va la mettre mal à l'aise, et que plus j'insisterai, plus elle sera mal à l'aise (et plus je serai également gênée pour elle) ;
  • Cela nécessite que j'affirme haut et fort mes valeurs et principes, et que j'aille donc à l'encontre de ma passion d'avarice.

L'exercice a dû être trop compliqué pour moi, puisque je me suis retrouvée sans trop savoir comment, à plaisanter et faire des blagues sur ledit collègue et sa manière de nous rendre tous complètement dingues, éludant ainsi la conversation "sérieuse" que je souhaitais avoir.

Cela rejoint un ressenti que j'avais eu, toujours au stage Intuition, sur le fait que le chemin d'intégration externe entre le 5 vers le 8 pouvait "déraper" facilement vers la désintégration externe en 7. En gros j'essaye de faire preuve de courage et de faire avancer les choses en m'affirmant, mais je tombe dans la solution de facilité qui n'apporte rien, et je perds la maîtrise de moi.

Concernant la question de la visibilité externe, je ne sais pas. Je pense qu'une personne avisée pourrait repérer un manque de sérénité derrière la façade optimiste, et la dispersion dans les propos tenus.

Sinon, je trouve qu'il y a un effet rémanent de la désintégration externe, avec une honte d'avoir "perdu le contrôle" et une sorte de regret de s'être éparpillé alors qu'on aurait pu rester tranquillement dans son type de base, avec juste de l'avarice confortable, ce qui aurait été un moindre mal.

Très amicalement,
Claire

E5 alpha, C= S-/+ X-/+

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...