Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Anecdotes enfantines


Aurolaf

Recommended Posts

Chers tous,

Je pensais, depuis quelques temps, créer cette conversation. J'ai cru comprendre que le sujet pouvait intéresser certains. Je me lance donc et propose de vous raconter quelques anecdotes au sujet d'enfants que j'ai typés (avec beaucoup de prudence… bien sûr).

La petite 8 et la maladie

En Inde, j'ai côtoyé pendant plus d'un an, presque toutes les semaines, une petite fille pour laquelle j'ai eu immédiatement le feeling que c'était une 8. Du haut de ses cinq ans, elle avait une assurance remarquable, discutait avec les adultes d'égal à égal et voulait tout le temps avoir raison. La colère n'était pas visible, ce qui longtemps m'a fait douter (Ceci dit, moi-même enfant, j'étais très raisonnable à la maison, je me battais juste à l'école, et la colère ne s'est manifestée que vers l'adolescence.

Le hasard a fait que je l'ai vu évoluer trois fois dans son environnement "école" et il est apparu qu'elle était la "star" de la classe et le chef incontesté. D'ailleurs elle a fait un tel show lors de la fête de l'école que tout le monde était sidéré !

Cette petite fille a eu des infections urinaires à répétition et a passé plus de six mois à faire des allers retours en voiture à l'hôpital pour subir des injections (elle avait une perfusion posée pendant plusieurs heures). Le courage avec lequel elle a subi cette épreuve a surpris tout le monde : pas une fois, elle n'a pleuré, pas une fois elle ne s'est plainte de la douleur. Et lorsque je la croisais à la piscine, elle venait me montrer le trou laissé dans son bras par l'aiguille et m'expliquait, d'un air adulte : "Tu sais je suis un peu malade et je ne peux pas me baigner. Je vais tous les jours à l'hôpital mais ça ne me fait pas mal." Son déni et sa compulsion d'évitement de la faiblesse m'ont beaucoup touché !

Un jour où j'avais organisé un grand goûter dans mon jardin (26 enfants de moins de six ans et 12 mamans :surprised:), la situation commençait à dégénérer : j'ai alors installé une natte par terre et, sans réfléchir, j'ai dit à la petite 8 : "Bon, tu es la plus grande… Alors tu es la chef des enfants. Tu dois veiller à ce que les enfants mangent assis sur cette natte. Etc. (j'ai énuméré une liste de consignes afin de préserver ma maison et mon jardin !)" La maman de la 8 s'est décomposé et m'a dit : "Mais tu es folle de la nommer chef, elle va plus se sentir !" J'avoue que je n'avais pas réfléchi… mais je peux vous assurer que je n'ai jamais eu de meilleure collaboratrice ! Elle a fait le flic tout l'après midi en disant aux enfants : "Non mais je suis le chef, alors tu m'écoutes !" Après cette scène, je n'ai eu plus aucun doute sur sa huititude !

D'ailleurs dès le premier jour, il y a eu entre elle et moi, une compréhension immédiate. Je sais que je faisais partie des adultes "copines de sa mère" qu'elle préférait. Et j'avais pour elle un interêt particulier. J'ai souvent remarqué, chez moi, cette reconnaissance presque viscérale du type 8 ; je peux dire que je sens "dans mes trippes" que j'ai un 8 en face de moi !

La petite 1 et le sucre

Le fille d'une de mes amies est une supposée 1 (je n'ai que quatre mois de recul, je reste prudente. Sa maman, qui a lu un livre d'Ennéagramme, l'a typée 1).

Il y a quelques temps, la maman et la petite 1 passaient l'après-midi chez moi, et la maman (une 9) s'est fâchée car sa fille n'arrêtait pas de manger du sucre. La maman m'a expliqué que depuis quelques jours, l'enfant se jetait compulsivement sur le sucre (bonbon, gâteau) et que c'était anormal car elle était habituellement très raisonnable. Me souvenant du contrepoids égotique du 1, j'ai alors dit à la Maman que sa fille avait peut-être un stress important et qu'il fallait essayer de trouver lequel. La Maman m'a répondu que sa fille allait plutôt bien.

Le lendemain, cette même Maman m'a téléphoné pour me remercier car, le soir suite à notre conversation, elle avait parlé à sa fille. La petite 1 avait alors explosé en larmes et confessé qu'elle avait fait une terrible bêtise. La bêtise en question était très anodine : elle avait oublié sa carte de cantine et le serveur lui avait alors donné son repas gratuitement. La petite 1 avait l'impression d'avoir volé ce repas et portait ce fardeau depuis une semaine ! La maman a rassuré l'enfant et lui a expliqué qu'il ne s'agissait pas d'un vol. Suite à cette discussion, le problème du sucre a été réglé !!!!!

Incroyable, non ? Encore une fois, l'anecdote m'a laissée sans voix !

A bientôt pour de nouvelles anecdotes enfantines.

Aurore (87 alpha, C++, S-/+, X+)

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Bonjour à tous,

 

Je vour propose aujourd'hui un portrait d'une enfant que je côtoie tous les jours depuis sept mois.

 

Portrait d'une petite 8 de quatre ans

 

Parmi les enfants que j'observe régulièrement, il y a une fille de quatre ans (dans la classe de mon fils cadet) au sujet de laquelle je dispose de nombreuses informations, car sa maman (9 mu) parfois déroutée par ses réactions me parle souvent de la fillette.

Après sept mois d'observations et discussions, une hésitation entre 4 et 8, je suis arrivée à la conclusion que cette fillette, heureuse et équilibrée était une petite 8, dotée de l'intégralité du kit 8 !

 

Le centre instinctif préféré est visible dans l'énergie. La petite se réveille toujours le matin en pleine forme, prête à mordre la vie à pleine dents et avec un phrase du genre "ouh, j'ai hâte de commencer la journée".

 

La colère est présente. La maman dit souvent de sa petite fille : "elle est née en colère." ; elle évoque souvent le fait qu'aucune journée ne peut se dérouler sans au moins une colère (l'enfant est en période ROUGE et vit dans un environnement où le vMème BLEU est indubitablement dominant => une Maman très croyante).

 

Cette enfant est dotée d'une volonté de fer et a décidé à l'âge de un an de ne plus s'alimenter normalement : elle n'accepte de manger que ce qu'elle décide (sucre, yaourt, compote, chips, bretzels et bonbons) et préférerait se laisser mourir de faim plutôt que céder. Parfois, elle décide qu'elle n'aime plus un aliment car sa maman appréciait de la voir manger l'aliment en question (sa maman, après quelques mois de combat, a rendu les armes et a décidé d'ignorer ce comportement alimentaire de sa fille). La petite 8 avait annoncé un jour qu'elle reprendrait une alimentation normale fin 2007 (mais elle a changé la règle le jour de l'échéance !).

Au passage, ce qui est assez drôle, c'est qu'il y a des règles strictes dans cette maison (BLEU très fort) mais que tout le monde (notamment la sœur aînée) sait que la petite 8 est "hors règles" sur le sujet de la nourriture.

 

La passion d'excès est visible sur de toutes petites choses.

Le week-end dernier, je passais la journée avec sa famille et à sa maman qui lui proposait des chips, la fillette a répondu "oui, 1000 chips" ; à la question "tu veux du coca ou un jus d'orange", réponse "les deux". Sa maman m'également expliqué que quoi qu'on lui accorde la fillette veut toujours plus !

 

En ce qui concerne la fixation de vengeance, sa maman m'a parlé de ce petit doigt vengeur tendu vers elle avec sa fillette qui énonce "si tu ne fais pas ça/donne pas ça, alors…(énoncé de la menace)" (à noter que le doigt menaçant tendu avec édiction d'une menace est une attitude prononcée chez moi et chez mon père (également 8 alpha).

Il y a quelques temps, à la sortie de l'école, elle a agressé un petit garçon (connu pour être assez violent) alors qu'il était dans un moment calme… Elle a reconnu que c'était par vengeance.

Ce week-end, je l'ai vu envoyer, du haut de ses quatre ans, quelques scuds à sa maman qui lui refusait quelque chose. La situation est difficile pour la maman qui ne peut pas relever toutes les insolences, à moins de passer la journée dans un bras de fer !

Le plus incroyable, c'est qu'après avoir balancé le scud, la fillette ponctue souvent sa remarque par un "arrête ça tout de suite" ou "si tu continues, tu vas être privée de bonbons et de télé" ou "ça va barder". Elle anticipe presque à tous les coups la réponse que va lui faire sa mère. Elle prend ainsi le contrôle total de la relation, privant sa maman de son droit à la réprimander puisque la gamine s'auto réprimande ! Hallucinant, non ? :glouton:

 

Cette fillette a une notion du bien et du mal et un jugement rapide des gens en terme de gentils ou méchants. Lors d'un premier contact, cette enfant vous regarde souvent d'un air assuré et décide qui elle aime et qui elle n'aime pas. Il est difficile de lui faire changer d'avis.

Bref, elle a ce côté blanc/noir du 8. Pour elle, rien n'est gris !

 

Evidemment, en bonne petite 8, elle aime transgresser les règles. C'est très difficile pour elle car sa maman veille.

 

Sa maman me racontait que lorsqu'elle joue au Monopoly (ou à un autre jeu), elle refait les règles selon son bon vouloir et quitte parfois la partie en plein milieu car elle en a marre tout à coup : l'horreur pour sa grande soeur (probablement 1 ou 6) qui adore jouer et respecte les règles à la lettre.

 

Il y a quinze jours un incident est survenu. La nounou a emmené les enfants en promenade chez les voisins et elle a repéré que la fillette avait chipé une page complète d'autocollants (arrachés dans un livre). Le lendemain, la nounou en a parlé à la maman qui a décidé d'aborder le sujet le soir même avec sa fillette. La maman était très en colère et a parlé de "vol".

Le soir même alors que la maman voulait amener sa fille à raconter sa promenade de la veille, la petite 8 a TOUT DE SUITE vu où elle voulait en venir et a déclaré : "je ne suis pas contente de la nounou" (sachant pertinemment que la nounou l'avait vendue). Sa maman n'a ensuite rien pu en tirer à part des insolences du genre : "ne me parle pas sur ce ton maman", "si ça continue, je ne vais plus jamais t'obéir", "puisque c'est comme ça, je vais plus jamais te parler", "ça ne m'intéresse pas ce que tu racontes ; en ce moment, je pense à autre chose et je ne t'écoute pas", etc.

Sa maman lui a alors précisé qu'elle devait réparer sa faute car l'enfant "volé" avait subi un dommage. Petite 8 n'a pas répondu, mais quand le petit garçon est venu la voir, elle lui a fait choisir trois beaux autocollants et lui a fait cadeau d'un bricolage qu'elle avait fait la veille et dont elle était très fière. Du coup, la maman n'a pas insisté pour les excuses verbales.

On peut voir clairement dans toute cette anecdote, le mécanisme de défense (déni) avec le refus de parler de l'histoire et aussi la grande générosité du 8 (avec le bricolage qu'elle a donné à l'enfant lésé).

On trouve aussi le sens de la justice du petit 8 : j'ai fait une faute, je la répare à ma manière, comme je le souhaite.

 

Par ailleurs, cette fillette de quatre ans a deux petits frères avec qui elle est extrêmement protectrice.

 

Je trouve également cette enfant, intellectuellement très rapide. Je ne suis pas certaine que la hiérarchie des centres soit bien installée à cet âge, mais le centre mental me semble bien en support ! D'ailleurs son papa (un 5 probable) la gère très bien par l'humour !

Elle a une intelligence très pragamatique et challenge souvent sa maman sur le sujet de la religion. Elle pose toujours des questions du genre "oui mais si Jésus est partout, pourquoi je ne le vois pas ?" ou encore "mais si Jésus est dans le coeur de tout le monde, comment fait-il pour être dans le coeur de tout le monde en même temps… Comment fait-il pour rentrer dans mon coeur sans me faire mal", etc. :rofl:). La Maman est désarçonnée car la soeur aînée (6 ou 1) gobe tout sans broncher !

 

Bref, inutile de vous dire qu'il est fascinant de pouvoir observer régulièrement une enfant si petite en connaissant son type et de voir comment il se manifeste dans l'enfance.

 

Bonne semaine à tous, amicalement. :rofl:

Aurore (87 alpha, C++, S-/+, X+)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Aurore,

 

Merci pour cette exemple de petite 8. Il est magnifique en termes d'Ennéagramme.

 

Ceci dit, je suis horrifié par l'attitude de la mère qui, me semble-t-il sur la base de ce que tu racontes, mène cette enfant droit vers la désintégration et vers d'assez lourds problèmes.

 

"Cette enfant est dotée d'une volonté de fer et a décidé à l'âge de un an de ne plus s'alimenter normalement : elle n'accepte de manger que ce qu'elle décide (sucre, yaourt, compote, chips, bretzels et bonbons) et préférerait se laisser mourir de faim plutôt que céder."

C'est évidemment l'exemple même de ce qui est inadmissible. Les limites, cela s'apprend même quand on est 8 et plus on les apprend tard, plus c'est difficile et douloureux.

Sans compter qu'une telle alimentation, cela ne doit pas être terrible pour la santé…

 

"En ce qui concerne la fixation de vengeance, sa maman m'a parlé de ce petit doigt vengeur tendu vers elle avec sa fillette qui énonce 'si tu ne fais pas ça/donne pas ça, alors…(énoncé de la menace)' (à noter que le doigt menaçant tendu avec édiction d'une menace est une attitude prononcée chez moi et chez mon père (également 8 alpha)."

Pffff…

 

"Cette fillette a une notion du bien et du mal."

Ce n'est pas très compatible avec une période ROUGE, non ? À mon avis, cela doit pouvoir se rattacher à autre chose.

 

"Du coup, la maman n'a pas insisté pour les excuses verbales."

Re-pffff… Comme le disait Bruno Bettelheim, il ne faut pas être des parents parfaits, il suffit d'être des "parents acceptables".

 

"On peut voir clairement dans toute cette anecdote, le mécanisme de défense (déni) avec le refus de parler de l'histoire et aussi la grande générosité du 8 (avec le bricolage qu'elle a donné à l'enfant lésé). On trouve aussi le sens de la justice du petit 8 : j'ai fait une faute, je la répare à ma manière, comme je le souhaite."

Je ne vois pas vraiment là-dedans de la générosité ou un sens de la justice, mais plutôt une simple manipulation de la mère. Efficace en plus.

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Fabien,

 

"Ceci dit, je suis horrifié par l'attitude de la mère qui, me semble-t-il sur la base de ce que tu racontes, mène cette enfant droit vers la désintégration et vers d'assez lourds problèmes."

J'avoue que ta remarque m'embête un peu car j'aime beaucoup la maman et je crois qu'elle fait sincèrement de son mieux. Après tout, tout le monde n'a pas la chance de connaître l'ennéagramme ou de faire un travail de développement personnel.

Ceci dit, j'avais bien perçu que certaines réactions de la maman étaient néfastes pour l'enfant.

D'ailleurs depuis qu'elle m'a rencontré, la maman a lu des livres d'ennéagramme (envisage même un jour de venir se former chez toi) et tente de mieux comprendre son enfant et de modifier certaines de ses réactions !

 

"C'est évidemment l'exemple même de ce qui est inadmissible. Les limites, cela s'apprend même quand on est 8 et plus on les apprend tard, plus c'est difficile et douloureux."

Ok, mais que proposes-tu ? Je sais que la maman avait consulté une psy qui lui avait dit de lâcher le morceau sur le sujet (car les repas devenaient de terribles moments d'angoisse pour tout le monde et donnaient lieu à de grosses crises).

Personnellement, j'ai rencontré ce genre de problème face à mon fils 4… problème qui s'est résolu de lui-même lorsque j'ai cessé de donner de l'importance au sujet (et lorsque je me suis mise à mieux cuisiner… et joli ! :wink:) .

Alors que préconises-tu ? Un bras de fer et placer la gamine sous perfusion en attendant qu'elle accepte de manger normalement (:glouton: tout de suite les excès… je suis incorrigible !) ?

Juste pour info, la maman est elle-même devenu végétarienne alors qu'elle était toute petite (âge non précisé) : elle a fait un rejet de la viande et du poisson et n'en a jamais mangé depuis…

 

"Sans compter qu'une telle alimentation, cela ne doit pas être terrible pour la santé…"

Justement, il y a quelques temps, sur un tout autre sujet, j'avais dit la maman qu'il me semblait important d'exprimer à son enfant ce qu'elle ressentait face aux colères ou autres comportements de la fillette.

Avant hier soir, Petite 8 refusait de manger sa pomme (seul aliment frais qu'elle daigne manger) et la maman lui a alors exprimé ses inquiétudes par rapport à sa santé et au fait qu'elle ne se développait pas comme elle le devrait (en effet, la courbe de croissance de l'enfant est en train de stagner). Petite 8 n'a alors rien dit… et a mangé sa pomme, tout simplement.

 

"Les limites, cela s'apprend même quand on est 8 et plus on les apprend tard, plus c'est difficile et douloureux."

Justement, il me semble que cette enfant vit dans un environnement BLEU qui lui enseigne ces putains de sacro-saintes limites !!

Cette enfant est plutôt très bien élevée (en tous cas, beaucoup mieux que mes garçons ! :wink: Du moins en ce qui concerne les sujets de politesse et de comportements en société). Au fond, le seul domaine sur lequel elle a eu de la prise n'était-il pas l'alimentation ? J'avoue qu'il aurait mieux valu que ça soit sur un autre sujet. Ne faut-il pas laisser à un petit 8 (et même un grand) un domaine dans lequel il n'est pas enfermé dans des limites, un espace d'expression pour son ego ? (Je ne sais pas pourquoi, j'ai la vague impression que là, je vais me faire engueuler par Maître Fabien !)

 

"'Cette fillette a une notion du bien et du mal.' Ce n'est pas très compatible avec une période ROUGE, non ? À mon avis, cela doit pouvoir se rattacher à autre chose."

De part l'éducation qu'elle recoit, il me semble que BLEU a déjà fait son entrée, de manière précoce (peut-être trop ? :rofl:).

Perso, j'avais rattaché cette notion à du 8, tout simplement. Après tout le 8 est assez binaire : gentil/méchant, mal/bien, gris/blanc, etc. [Je crois avoir eu très tôt la notion du bien et du mal… et je faisais le mal en toute conscience ! :rofl:]

 

"Je ne vois pas vraiment là-dedans de la générosité ou un sens de la justice, mais plutôt une simple manipulation de la mère. Efficace en plus." Manipulation ? N'était-ce pas le rôle de la maman que de signaler à l'enfant qu'elle n'avait pas le droit de voler ? Veux-tu dire simplement que la maman n'avait pas à "induire" la manière dont la faute devait être reparée ?

 

Merci une fois de plus, Fabien, pour ton feedback… qui ne me plait pas (probablement parce qu'il souligne des éléments que je ne voulais pas voir)  mais qui est pertinent, comme toujours !

Bises :rofl:

Aurore (87 alpha, C++, S-/+, X+)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Aurore,

 

Ok, mais que proposes-tu ? Je sais que la maman avait consulté une psy qui lui avait dit de lâcher le morceau sur le sujet (car les repas devenaient de terribles moments d'angoisse pour tout le monde et donnaient lieu à de grosses crises).

Personnellement, j'ai rencontré ce genre de problème face à mon fils 4… problème qui s'est résolu de lui-même lorsque j'ai cessé de donner de l'importance au sujet (et lorsque je me suis mise à mieux cuisiner… et joli ! :wink:).

La différence est que là le problème dure depuis trois ans… La solution de laisser-faire ne marche donc pas de toute évidence. Faire plus de la même chose a peu de chance de donner plus de résultats.

 

Alors que préconises-tu ? Un bras de fer et placer la gamine sous perfusion en attendant qu'elle accepte de manger normalement (:glouton: tout de suite les excès… je suis incorrigible !) ?
Je vais à nouveau être direct. Ce que je propose, c'est de mettre la mère en psychothérapie (ou peut-être les deux parents, car curieusement on ne parle guère du père sauf pour dire qu'il gère par l'humour, ce qui n'est pas forcément la panacée) pour qu'elle apprenne à s'intégrer un peu dans son 9 : dire non, savoir ce qu'elle veut, ne pas avoir peur du conflit. Tous ces aspects du 9 face à un enfant 8 sont très problématiques.

 

Si le psy mentionné plus haut avait été un peu plus compétent, il l'aurait proposé ou l'aurait fait sans le dire (récemment, une personne m'a raconté avoir emmené son enfant chez un psy et m'a dit étonnée : "je ne comprends pas, c'est moi qui passe les séances à raconter ma vie." :rofl:). C'est le rôle d'un psy efficace de savoir sortir du porteur de symptôme pour traiter le problème réel qui peut être une autre personne ou le système tout entier. Ici, la mère va peut-être tout à fait bien dans les autres contextes de sa vie, mais il est possible que l'interaction avec un 8 génère un problème auquel elle n'a jamais été confrontée et qu'elle ne sait pas gérer.

 

Au fond, le seul domaine sur lequel elle a eu de la prise n'était-il pas l'alimentation ? J'avoue qu'il aurait mieux valu que ça soit sur un autre sujet. Ne faut-il pas laisser à un petit 8 (et même un grand) un domaine dans lequel il n'est pas enfermé dans des limites, un espace d'expression pour son ego ? (Je ne sais pas pourquoi, j'ai la vague impression que là, je vais me faire engueuler par Maître Fabien !)
Non, je suis d'accord. Un enfant, quel que soit son type, a besoin d'un espace de liberté, un 8 encore plus. C'est le rôle du parent de savoir où il est acceptable de laisser le champ libre et où cela ne l'est pas.

 

En effet, la courbe de croissance de l'enfant est en train de stagner.
Tu m'étonnes…

 

"'Cette fillette a une notion du bien et du mal.' Ce n'est pas très compatible avec une période ROUGE, non ? À mon avis, cela doit pouvoir se rattacher à autre chose."

De part l'éducation qu'elle recoit, il me semble que BLEU a déjà fait son entrée, de manière précoce (peut-être trop ? :rofl:).

Perso, j'avais rattaché cette notion à du 8, tout simplement. Après tout le 8 est assez binaire : gentil/méchant, mal/bien, gris/blanc, etc. [Je crois avoir eu très tôt la notion du bien et du mal… et je faisais le mal en toute conscience ! :rofl:]

N'est-ce pas un jugement a posteriori ? Faisais-tu ce qui emmerdait les autres (ROUGE) ou faisais-tu le mal (BLEU) ?

 

"Je ne vois pas vraiment là-dedans de la générosité ou un sens de la justice, mais plutôt une simple manipulation de la mère. Efficace en plus." Manipulation ? N'était-ce pas le rôle de la maman que de signaler à l'enfant qu'elle n'avait pas le droit de voler ? Veux-tu dire simplement que la maman n'avait pas à "induire" la manière dont la faute devait être reparée ?
Délicieuses ambiguïtés de la langue française… C'est la fille qui a manipulé la mère et celle-ci qui s'est laissé faire, incapable de maintenir un cadre sur un sujet important.

 

Très amicalement,

Bises, Fabien

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...