Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content

Le type 5 et la peur


Barbara

Recommended Posts

Bonsoir Fabien,

Lors d'un de mes stages, tu nous as précisé avec Patricia que le type 5 est celui qui a le plus peur.

J'ai la chance d'être marié à un type 5 alpha. J'ai du mal à situer la peur chez mon mari au quotidien. Faut-il que les types 5 soient complètement désintégrés pour percevoir cette peur ? Merci de m'éclairer sur le sujet.

Amitiés,

Barbara

Barbara (E2 alpha, aile 1, C++ S= X+)

"Dum sol non lucet opus est patientia" ("Pendant que le soleil ne luit pas, la patience est nécessaire")

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour Barbara,

"Lors d'un de mes stages, tu nous as précisé avec Patricia que le type 5 est celui qui a le plus peur."
:idontthinkso: Tu as dû t'emmêler dans tes notes. Ni Patricia, ni moi n'avons bien évidemment jamais dit cela. Il va de soi que le type qui a le plus peur est le 6 dont c'est la passion. Reporte-toi à tes documents du stage de base pour les différentes expressions de la peur dans le centre mental.

"Faut-il que les types 5 soient complètement désintégrés pour percevoir cette peur ?"
Non, la peur du 5 du vide intérieur ou de ses émotions est facilement visible, même chez un 5 à un niveau moyen.

Très amicalement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Fabien,

J'ai cherché dans mes notes et j'ai trouvé ma réponse dans le contrepoids égotique de l'ennéatype 5. J'ai pensé à cette situation extrême de stress qui augmenterait considérablement la peur que connait le type 5 au quotidien. Qu'en penses-tu Fabien ?

Peur du vide intérieur : je l'ai déjà repéré, mais difficilement car mon mari est très réservé, ce qui n'est pas étonnant pour un type 5.
Peur de ses émotions : j'en suis consciente. Avec mon profil de type 2, je pense que cela peut créer un équilibre.

Amitiés,
Barbara

Barbara (E2 alpha, aile 1, C++ S= X+)

"Dum sol non lucet opus est patientia" ("Pendant que le soleil ne luit pas, la patience est nécessaire")

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bon jour Barbara,

"J'ai trouvé ma réponse dans le contrepoids égotique du type 5. J'ai pensé à cette situation extrême de stress qui augmenterait considérablement la peur que connait le type 5 au quotidien. Qu'en penses-tu Fabien ?"
Le contrepoids égotique (cf. stage Connexions) peut certes accroître la peur du 5, mais elle n'en fait pour autant l'ennéatype qui "a le plus peur" : regarde le contrepoids égotique du 6 !

Très amicalement,
Fabien

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
Jean-Nicolas

Bonjour Barbara et Fabien,

Je voudrais intervenir en tant que 5 sur le sujet de la peur.

Certes, le 6 est le type le plus sujet à la peur, mais ce n'est pas pour autant que le 5 ne ressent pas de peur, même si elle est difficile à situer au quotidien.
Barbara tu dis : "Peur du vide intérieur : je l'ai déjà repéré, mais difficilement car mon mari est très réservé." Je ne pense pas me tromper en disant qu'être réservé est probablement un effet de la peur du vide intérieur. Je suis moi aussi assez réservé. En fait il s’agit de la peur du monde et des autres que je perçois comme intrusifs.

 

"Faut-il que les types 5 soient complètement désintégrés pour percevoir cette peur ?"

Je ne parviens pas vraiment à faire un lien entre cette peur et mon niveau d’intégration. Quand je vais mal, j'active mon mécanisme de défense (isolation) et je me détache (encore plus).

 

Par contre j'ai bien sûr souvent peur, mais étant de sous-type conservation, je relie cette peur au besoin de préserver mon intégrité physique, d'assurer ma sécurité. J'ai peur en voiture (même si c’est moi qui conduis), j'ai peur dans l'eau, j'ai peur des endroits que je ne connais pas, etc.

Amicalement,
Jean-Nicolas

Jean-Nicolas (E5 mu, aile 4, C++ S= X+)

Link to comment
Share on other sites

  • 9 years later...

Bonjour à tous,

"Je ne pense pas me tromper en disant qu'être réservé est probablement un effet de la peur du vide intérieur. Je suis moi aussi assez réservé. En fait il s’agit de la peur du monde et des autres que je perçois comme intrusifs."
Pour ceux qui découvrent l’Ennéagramme, j’aimerais ajouter une précision. Ben oui, la précision est une des orientations du 5, et une de mes peurs est la peur d’une incompréhension.

Dans la dernière phrase de Jean-Nicolas, le mot « intrusifs » s’avère essentiel. En effet, lorsque je me sens en sécurité, je n’éprouve, ni peur du monde, ni peur des autres. Par exemple, j’ai tendance à voir a priori de la bienveillance chez des inconnus, à leur faire a priori confiance, j’assume le risque de la naïveté et, poussé par ma curiosité ou mon émerveillement ou ma bienveillance ou ma compassion, je ne crains pas de les aborder, surtout quand il s'agit d'étrangers. Cela malgré ma très forte introversion.

Cependant il m’arrive fréquemment de subir une force opposée à cet élan. Je perçois une demande dans le comportement d’autrui, ou d’un groupe social, mon ego l’interprète comme une menace d’intrusion, une menace de dé-rangement. Souvent cette demande n’est pas réelle, je l’ai imaginée. Cette demande, je la vis comme une exigence, voire comme un début d’en-chaînement de contraintes. En partie car je manque de ROUGE-assertivité (cf. le stage SD) : c’est difficile pour moi de dire « Non ! ». Surtout, cette demande provoque en moi la peur de de ne pas savoir me positionner, de perdre mon orientation de précision, d’être désorienté, de ne pas être capable, de manquer de ressources. Je vis un conflit intérieur entre satisfaire cette demande et satisfaire mon centre préféré, je vis l’inquiétude de perdre ma position d’observateur détaché ; ah la la, il faudrait sortir de mon cocon mental et m’impliquer ? Dé-ranger mon centre préféré qui préfère stocker et ranger ? Et puis satisfaire cette demande, est-ce la bonne chose à faire ? Si je le fais, alors je n’aide pas cette personne à devenir autonome, voire indépendante, une valeur forte pour moi : rationalisation. Et puis est-ce que ça vaut la peine ? C’est une goutte d’eau dans la mer : manque d’espérance. Et patati et patata.

Bref, je subis une intrusion d’incertitudes effrayantes. Effrayantes car je n’ai pas l’habitude de diriger mon attention vers mon monde intérieur. Mon ego croit que ces émotions perturberont le fonctionnement de mon centre préféré. Par erreur — horreur ! —, j’associe ce sentiment d’intrusion au déclencheur, en l’occurrence le monde extérieur. Comment résoudre cette ambivalence du monde extérieur, à la fois fascinant terrain d’observation et déclencheur potentiel de peur ? La solution : retrouver ma posture d’observateur distant. Me débarrasser de mes ressentis parasites en n’y prêtant pas attention. Je me coupe de mes ressentis.

Il s’avère que me couper de mes ressentis ne m’aide pas à me familiariser avec eux. Au contraire. La prochaine fois, je serai encore effrayé.

Amicalement,
Yves

Yves (E5 alpha, ailes 4 et 6, C- S= X-/+)
"Attendre d'en savoir assez pour agir en toute lumière, c'est se condamner à l'inaction." (Jean Rostand)

Link to comment
Share on other sites

Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Merci Yves d'avoir réactivé cette conversation vieille de plus de 9 ans. Je réalise que je n'avais pas répondu à l'époque au message de Jean-Nicolas, et pourtant la journée du 4 juin 2007 n'était pas particulièrement chargée ! Honte à moi donc. :blush:
 

Barbara tu dis : "Peur du vide intérieur : je l'ai déjà repéré, mais difficilement car mon mari est très réservé." Je ne pense pas me tromper en disant qu'être réservé est probablement un effet de la peur du vide intérieur. Je suis moi aussi assez réservé. En fait il s’agit de la peur du monde et des autres que je perçois comme intrusifs.

Au voleur ! :hautetfort: La peur du monde et des autres, c'est à nous les 7 ! C'est quoi ces ennéatypes qui viennent nous voler nos mécanismes égotiques ?  Surtout un 5 mu qui n'a même pas l'excuse d'une désintégration en 7.

 

Plus sérieusement, les 7 ont peur du monde extérieur perçu comme potentiellement menaçant.

 

Les 5 craignent que le monde extérieur en leur prenant de l'énergie, du temps, de l'information révèle le vide intérieur dont ils ont peur ; ils redoutent aussi que le monde extérieur déclenchent en eux des émotions qui pourraient paralyser le centre préféré. Dans tous les cas, l'extérieur n'est qu'un déclencheur qui active la peur intérieure.
 

Par contre j'ai bien sûr souvent peur, mais étant de sous-type conservation, je relie cette peur au besoin de préserver mon intégrité physique, d'assurer ma sécurité. J'ai peur en voiture (même si c’est moi qui conduis), j'ai peur dans l'eau, j'ai peur des endroits que je ne connais pas, etc.

Ça, c'est effectivement pour une part effet de l'instinct de conservation, et pour une autre mise en action du contrepoids égotique.

 

Si tout va bien, je trouverai peut-être quelque chose à répondre à Yves aux alentours du 29 avril 2026. :rofl:

 

Très amicalement,

Fabien

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...