Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Vincent Casino

Prototype de 5 ?

Messages recommandés

Vincent Casino

Bonjour à tous,

 

Après avoir lu quelques ouvrages sur l'Ennéagramme et parcouru la presque totalité de cet excellent site, je suis parvenu à la conclusion que j'appartenais au type 5.

 

Je vais essayer en quelques lignes de me définir, et j'espère que la sagacité des tous les intervenants permettra de confirmer ou d'infirmer ce "diagnostic".

 

En ce qui concerne le centre préféré, il me semble assez clair que le centre mental remplit cet office. Le centre instinctif m'est assez étranger : pas question pour moi de décisions rapides ou de spontanéité, chez moi la réflexion prend quasiment toujours le pas sur l'action.

 

Le point qui me pose problème est l'avarice. Quand je dis que cela me pose problème, ce n'est pas que je ne reconnais pas dans cette attitude, mais plutôt le contraire. Pour donner un exemple, un de mes domaines de compétences est l'informatique. Mon épouse qui, dans le cadre d'une de ses activités, a besoin d'utiliser de plus en plus notre ordinateur familial, me demande régulièrement mon aide. Chose que je fais volontiers, mais qui est difficile, car je suis incapable d'expliquer clairement les choses. Jusqu'à présent, je me suis toujours retranché, pour expliquer cette difficulté, derrière mon manque de pédagogie alors qu'il me semble maintenant que c'est plutôt de la rétention d'informations. J'ai aussi du mal à donner de mon temps, notamment à mes enfants, mais j'essaie de m'y contraindre.

 

Une autre chose curieuse, je suis incapable, en société, de discuter de tout et de rien. Ce qui peut, parfois, être pénible. Petit exemple, ce matin, un collègue me dit, l'air enjoué : "on dirait qu'il va recommencer à neiger." Je réfléchis quelques secondes, et tout ce que je trouve à répondre, c'est "oui". Le collègue attend visiblement que je développe. En étant incapable, je préfère me sauver.

En général, dans un groupe je me tais, sauf si la conversation vient sur un sujet que je connais, auquel cas, je risque de devenir pénible, mes interlocuteurs ayant l'impression que je les prends pour des idiots. Ce qui n'est pas toujours le cas !

 

Quant à l'isolation comme mécanisme de défense, je dirais simplement qu'il y a onze ans, je suis parti vivre avec celle qui est aujoud'hui mon épouse, dans un pays dont j'ignorais la langue. Ce qui permet très facilement, lorsqu'on est avec des gens, de se mettre à l'écart, puisqu'on ne comprend pas la langue. Autre avantage, quand on commence à comprendre, on peut tout de même faire semblant de pas comprendre !

 

J'espère que ces quelques éléments vous permettront de m'aider dans la détermination de mon type. Bien que je doive, en toute honnêteté, admettre que ma conviction est faite !

 

Merci d'avance et n'hésitez pas à me demander des précisions.

Bruno

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno,

 

Bienvenue sur ce forum. Dans tout ce que tu dis, rien ne s'oppose pour le moment à l'hypothèse 5. Mais ouvrons quand même la boîte à questions.

 

"En ce qui concerne le centre préféré, il me semble assez clair que le centre mental remplit cet office. Le centre instinctif m'est assez étranger."

Et si tu nous parlais du centre émotionnel ?

 

"J'espère que ces quelques éléments vous permettront de m'aider dans la détermination de mon type. Bien que je doive, en toute honnêteté, admettre que ma conviction est faite !"

Cette référence interne aussi très 5, comme les exemples de passion, de style de communication et de mécanisme de défense que tu nous donnes. Que fais-tu quand tu t'isoles ? Qu'en est-il de la fixation de détachement ? L'orientation d'évitement du vide intérieur fait-elle sens pour toi ?

 

Pourrais-tu aussi nous éclairer sur le choix de ton pseudo ?

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Bonjour Fabien !

 

Continuons donc cette évaluation, qui je dois dire, m'intéresse vraiment.

 

"Et si tu nous parlais du centre émotionnel ?"

 

Le centre émotionnel, qu'en dire ? Que pendant longtemps, j'ai eu beaucoup de mal à exprimer des émotions, surtout quand elles étaient négatives. La souffrance me faisait me refermer comme une huître. Ce qui m'a causé quelques soucis dans mes relations à la gent féminime. J'avais tellement de mal à m'exprimer que je préférais partir plutôt que d'affronter le fait de pas pouvoir parler. Maintenant, cela va beaucoup mieux. Mais je contrôle toujours beaucoup mes émotions, l'avantage étant que j'ai beaucoup de sang-froid en situation tendue, l'inconvénient étant qu'on peut me croire insensible.

Par ailleurs, je déteste la sensiblerie, et j'ai beaucoup de mal avec les gens qui laissent leurs émotions altérer leur jugement.

 

"Que fais-tu quand tu t'isoles ? Qu'en est-il de la fixation de détachement ? L'orientation d'évitement du vide intérieur fait-elle sens pour toi ?"

 

En général, je m'isole pour lire ou pour aller à la pêche aux infos sur le net. J'ai quelques sujets de prédilections : en vrac, les religions, le terrorisme et le cerveau (surtout dans les aspects psychologiques). En fait j'essaie de comprendre comment des individus, au nom d'une religion, peuvent commettre des crimes de masses. Ce qui fait, que pour moi, les trois sujets cités plus haut sont liés. En fait, je crois que je m'intéresse à tout ce qui pourrait me faire comprendre comment l'être humain fonctionne (assez ambitieux ! non ?).

 

Un truc assez typique, quand mon premier enfant est né, j'ai cherché toutes les informations possibles sur la meilleure façon d'élever les enfants bilingues (ma femme est germanophone). J'ai même acheté deux bouquins assez pointus sur la linguistique sur lesquels j'ai beaucoup peiné avant d'arriver à en tirer quelque chose.

 

J'ai bien peur de pas comprendre ce qu'est la fixation de détachement. Pourrais-tu préciser ?

 

La notion d'évitement du vide intérieur est aussi assez abstraite. Peut être n'en ai-je pas conscience occupé que je suis à collecter des infos, puis à essayer d'en tirer un sens. J'ai l'impression d'avoir l'esprit toujours en mouvement, sur tout et sur rien.

 

Quand à mon pseudo, c'est assez simple. Il y a quelques années, avec un copain, on a fait un concours de nouvelles littéraires. Et donc, pour s'amuser on s'est choisi des pseudos. J'ai vu chez ce copain un vieux disque qui s'appelait "Vincent Casino et son Orchestre". J'ai trouvé ça génial, et je me suis approprié ce nom.

 

Encore une chose qui vient à l'esprit (une parmi d'autres !), et qui me semble aller vers le type 5, je me suffit à moi-même et je n'ai guère besoin des autres. A titre d'exemple je n'ai qu'un seul ami.

 

Merci d'avance Fabien et je te souhaite une bonne journée.

Bruno

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno,

"J'ai quelques sujets de prédilections : en vrac, les religions, le terrorisme et le cerveau (surtout dans les aspects psychologiques). En fait j'essaie de comprendre comment des individus, au nom d'une religion, peuvent commettre des crimes de masses. Ce qui fait, que pour moi, les trois sujets cités plus haut sont liés."
Si tu ne le connais pas déjà, tu devrais être intéressé par notre travail sur Spirale Dynamique, par son blog, et peut-être plus spécifiquement par cet article-là.

"En fait, je crois que je m'intéresse à tout ce qui pourrait me faire comprendre comment l'être humain fonctionne (assez ambitieux ! non ?)."
Bienvenue dans le club ! Ce n'est peut-être pas une phrase à dire à un 5, sauf s'il est de sous-type social. Mais tu as déjà dû t'apercevoir que la maison est sérieuse et qu'on n'y fait pas qu'y papoter. :wink:

"J'ai bien peur de pas comprendre ce qu'est la fixation de détachement. Pourrais-tu préciser ?"
Il s'agit d'une tendance à être extérieur au monde, à l'observer plus qu'à y participer. Air connu ?

"La notion d'évitement du vide intérieur est aussi assez abstraite. Peut être n'en ai-je pas conscience occupé que je suis à collecter des infos, puis à essayer d'en tirer un sens."
C'est un peu cela. Tourné vers l'extérieur, le 5 sait très mal ce qui se passe à l'intérieur de lui. Il peut avoir tendance à croire qu'il n'y a rien, et, pour compenser, à se remplir d'informations.

"J'ai l'impression d'avoir l'esprit toujours en mouvement, sur tout et sur rien."
Peux-tu préciser ? Comment c'est quand c'est sur rien ?

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Bonjour Fabien,

 

"Bienvenue dans le club ! Ce n'est peut-être pas une phrase à dire à un 5."

Effectivement, les clubs, quels qu'ils soient ne sont pas mes lieux de prédilections. A titre d'exemple, j'ai une forte conscience politique, et j'ai donc voulu militer. Deux fois, j'ai approché des formations politiques et assisté à des réunions, les deux fois je me suis heurté aux mêmes obstacles : d'abord la rigidité qui empêche une pensée différente au sein du groupe, et surtout les enjeux affectifs et émotionnels qui interfèrent dans le fonctionnement du groupe. Je n'aime guère, en général, que l'émotion prenne le pas sur la rationnalité.

 

"Il s'agit d'une tendance à être extérieur au monde, à l'observer plus qu'à y participer. Air connu ?"

On pourrait dire ça. Petit exemple, il y a quelques années, avec un copain nous cherchions ce que serait notre activité préférée, si on était dégagé de toute contrainte matérielle. Pour moi, sans doute aucun cela aurait été "promeneur". Se promener à longueur de journée dans Paris, à observer les gens, tranquille, sans personne pour me dire quoi faire ! Le pied ! J'avais une deuxième option : lecteur. Je n'en suis pas si loin.

 

"Peux-tu préciser ? Comment c'est quand c'est sur rien ?"

En fait je me suis mal exprimé. "Sur rien" n'existe pas. Dans mon esprit cela veut plutôt dire, que je pense à des choses, sur mon échelle de valeurs, qui sont moins importantes : que vais-je faire à manger ce soir, ne serait-ce pas le moment de passer l'aspirateur ? "Sur tout" représentant les choses "sérieuses" : comment éradiquer le terrorisme, la faim dans le monde, etc.

 

Une de mes principales caractéristiques, c'est que j'ai beaucoup de mal à supporter les intrusions dans ce que j'estime être ma sphère personnelle. Tant physique qu'intellectuelle. Quand je suis à la maison, je n'aime pas les visites inopinées, ou les appels téléphoniques à l'heure du repas.

Il me faut toujours poser des limites très claires à mon entourage. Ce qui amène parfois les gens à penser que je ne les aime pas, alors que moi j'ai simplement le sentiment de protéger mon intimité. Ma belle-mère a longtemps cru que je ne l'aimais pas, alors que c'était plutôt le contraire.

 

Voila quelques éléments à passer à la moulinette de l'Ennéagramme !

 

Amicales salutations,

Bruno

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno,

 

On pourrait dire ça. Petit exemple, il y a quelques années, avec un copain nous cherchions ce que serait notre activité préférée, si on était dégagé de toute contrainte matérielle. Pour moi, sans doute aucun cela aurait été "promeneur". Se promener à longueur de journée dans Paris, à observer les gens, tranquille, sans personne pour me dire quoi faire ! Le pied ! J'avais une deuxième option : lecteur. Je n'en suis pas si loin.
Ah, voilà un choix qui m'interpelle. Car après tout, promeneur est une belle occupation, mais n'est pas une occupation mentale ! Pourrais-tu en dire ce qui en ferait une "activité préférée" ?

 

En quoi est-ce qu'être tranquille est important ? Que n'aimes-tu pas dans le fait qu'on te dise quoi faire ?

 

Pourrais-tu nous parler de ton rapport à la colère (intensité, fréquence, expression, etc.) ?

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Salut Fabien,

 

Quand je dis "promeneur", je n'entends pas promenade seul dans la verte campagne ! Non, il me faut des gens à observer. Pour moi, c'est être dans la vie en tant qu'observateur plutôt que comme participant. Je n'ai pas envie d'aller vers les gens, mais simplement de les regarder.

 

J'aime être tranquille, car je suis assez bien avec moi-même ! :kiss::cry: Je n'ai pas besoin des autres, je me suffis à moi-même. C'est dans le même ordre d'idées que je n'aime pas trop qu'on me dise ce que je doive faire. Quand je sais faire quelque chose, j'ai horreur que l'on vienne me conseiller. Par contre quand je suis ignorant dans un domaine, j'apprends volontiers.

 

Je me mets assez rarement en colère. Quand cela survient, c'est dans le genre colère froide. Mais, d'après ma femme, assez impressionnant. Petite digression : j'ai une perception de moi-même très différente de celle que peuvent avoir les gens. Je me vois comme quelqu'un de gentil et d'un abord sympathique, alors que d'après quelques copains et mon épouse, la première impression est plutôt à l'opposé. Genre sociopathe ! Une façon de préserver mon intimité ?

Pour en revenir à la colère, ce qui la provoque ce sont essentiellement les injustices. Notamment le sort fait aux enfants, et plus généralement aux gens en position de faiblesse.

Pour en finir avec la colère, je dirais que je n'en abuse pas, mais qu'en général je l'exprime sans crainte.

 

A bientôt,

Salutations helvétiques,

Bruno

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno (et salut donc à la Suisse !)

"Non, il me faut des gens à observer."
Certes, mais qu'observes-tu précisément ? À quoi "servent" ces observations ? Qu'en fais-tu ?

"Je me vois comme quelqu'un de gentil et d'un abord sympathique."
Aimerais-tu être perçu comme cela ? Si oui, pourquoi ?

Pourrais-tu nous parler de ton processus de prise de décision ? Le doute se manifeste-t-il dans ta vie, et si oui, comment ? Y a-t-il des moments où tu as l'impression que le mental est en panne ?

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Bonjour Fabien,

 

Quand j'observe les gens, j'essaie de percevoir ce qu'ils sont et comment ils interagissent. Je crois que j'essaie de parfaire ma connaissance de l'être humain. Pour essayer moi-même de mieux fonctionner. Pour essayer d'être meilleur et que par contagion le monde le devienne aussi. Je crois que si les individus deviennent meilleurs, la société le deviendra aussi.

 

Aimerais-tu être perçu comme cela ? Si oui, pourquoi ?

A vrai dire, la façon dont les gens me percoivent m'est absolument égal. Je sais qui je suis (autant qu'on puisse le savoir !), mes proches aussi, et cela me suffit.

 

La prise de décision chez moi est toujours liée à la réflexion. Je pèse le pour et le contre, et je décide. Ce qui fait que quand la décision est prise, je ne reviens pas dessus. Sauf si on arrive à me démontrer de manière logique que celle-ci est erronnée. Il m'arrive parfois de décider intuitivement, mais je valide cette intuition en l'examinant de façon rationnelle. Ce qui fait que j'ai un petit problème avec la spontanéité. La contrepartie étant que le doute n'a guère de prise sur moi. Je suis (quasiment) toujours sûr de mes choix. Par contre, si je m'aperçois que ma décision est erronnée, je n'ai pas de problème pour changer mon fusil d'épaule.

 

Je n'ai pas l'impression d'avoir des pannes de mental. Chez moi, c'est parfois le physique qui pèche. Il m'arrive d'être en manque d'énergie.

 

Amicales salutations,

Bruno

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno

 

Une dernière question, je crois, avant de me rendre !

 

"Pour essayer moi-même de mieux fonctionner. Pour essayer d'être meilleur et que par contagion le monde le devienne aussi."

Qu'espères-tu que l'observation distante des autres t'apprenne ? Ce serait quoi être meilleur ?

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Bonjour Fabien,

 

Pour moi, être meilleur serait faire preuve de plus de compassion, d'être plus dans le monde. De ne plus thésauriser les connaissances, mais essayer d'en tirer quelque chose qui soit profitable à tous.

 

Observer les autres, c'est essayer de repérer chez eux mes propres failles, pour, grâce au recul que permet la position d'observateur, peut-être trouver la meilleure façon d'y remédier.

 

Ce qui est marrant, c'est que moi qui me tient à l'écart du monde, je suis passionné par les relations humaines. Notamment les relations parents-enfants. Mais là, pas de mystère, je sais pourquoi. Je suis d'une génération où l'enfant et sa parole n'avaient guère de place. Et je dois dire que j'en ai beaucoup souffert. Je ne comprenais pas pourquoi ma parole avait moins d'importance que celle des adultes. Je souffrais que ma mère ne comprenne pas mon besoin de respect et d'intimité psychologique.

 

Voilà Fabien, la réponse à ta dernière question, j'attends ton verdict. :kiss:

 

Cordiales salutations

Bruno

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno,

 

Ce sera effectivement ma dernière question. Rien ne me semble à ce stade s'opposer au type 5. Et crois-moi, j'en suis bien content parce que peu de 5 sont présents sur ce forum, et ce déséquilibre me chagrine.

 

Mais d'autre part, on peut espérer des conversations bien mentales qui vont faire plaisir à mon ego et me pousser à la désintégration ! :kiss: Ne te prive pour autant d'intervenir, je saurais résister.

 

Très cordialement,

Fabien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Bonjour et merci Fabien !

 

Donc me voilà pour l'instant typé 5. Je suis quelque peu soulagé, car je n'aurai guère aimé remettre en cause mes propres déductions. :cry:

 

Je vais donc pouvoir me faire le porte-parole des 5 :kiss: qui ne sont pas effectivement les plus nombreux à intervenir sur ce forum.

 

Merci et à bientôt pour des interventions bien cinquesques !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno,

 

Cet histoire d'activité préférée de promeneur (avant lecteur !) me laissait un petit sentiment de malaise, et je m'étais demandé si tu ne pouvais pas plutôt être un 9 alpha. J'avais essayé d'éliminer cette hypothèse en te posant des questions sur la colère et le fonctionnement du mental. Les réponses m'ont paru suffisantes pour éliminer le 9, notamment "Je me vois comme quelqu'un de gentil et d'un abord sympathique, alors que d'après quelques copains et mon épouse, la première impression est plutôt à l'opposé. Genre sociopathe !", "Pour en finir avec la colère, je dirais que je n'en abuse pas, mais qu'en général je l'exprime sans crainte" et "Je n'ai pas l'impression d'avoir des pannes de mental".

 

Mais voilà que dans une autre conversation, tu écris en parlant de ton épouse : "Moyennant quoi, nous ne nous sommes jamais engueulés en 11 ans !" C'est beaucoup, et cela réactive légèrement cette pointe d'incertitude.

 

Alors afin que je puisse dormir tranquille, je pose la question sans tourner autour du pot : qu'est-ce qui t'as fait éliminer le 9 de manière certaine ?

 

Cette fois, c'est la vraie dernière question. Juré-craché !

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Vincent Casino

Salut Fabien,

Tu t'acharnes, mais je comprends, moi non plus je n'aime pas le doute. :wink:

"Moyennant quoi, nous ne nous sommes jamais engueulés en 11 ans !"
Cette citation n'est valable que pour mon épouse. Depuis onze ans, j'ai eu l'occasion de m'engueuler avec d'autres gens ! Cette absence de conflit s'explique aussi par le fait qu'il me semble que ma femme est une 9. Sa présence est très apaisante. Et sans conflit ne veut pas dire sans tension. Mais nous avons toujours soin de dénouer les tensions avant qu'elles ne dégénèrent.

Ce qui m'a fait éliminer d'emblée le 9, c'est justement l'évitement du conflit. Le conflit, la confrontation ne me font absolument pas peur. D'autres éléments comme par exemple la volonté d'intégration sociale ou la recherche de consensus me sont complètement étrangers. Pour te donner un exemple, je dis souvent à ma femme qui du mal à dire non, de m'utiliser comme prétexte pour refuser une sollicitation, genre je viendrais bien mais Bruno n'a pas envie. Pour rigoler, on compare souvent notre couple aux couples de policiers dans les séries télévisées : le bon flic et le méchant flic. Devine qui fait le méchant. :cool:

Ai-je levé l’ambiguïté ? Je l'espère !

A bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Boss
Une autre chose curieuse, je suis incapable, en société, de discuter de tout et de rien. Ce qui peut, parfois, être pénible. Petit exemple, ce matin, un collègue me dit, l'air enjoué : "on dirait qu'il va recommencer à neiger." Je réfléchis quelques secondes, et tout ce que je trouve à répondre, c'est "oui". Le collègue attend visiblement que je développe. En étant incapable, je préfère me sauver.

En général, dans un groupe je me tais, sauf si la conversation vient sur un sujet que je connais, auquel cas, je risque de devenir pénible, mes interlocuteurs ayant l'impression que je les prends pour des idiots. Ce qui n'est pas toujours le cas !

J'apprécie beaucoup cette caractéristique chez les 5. Qu'est-ce que les gens peuvent parler pour ne rien dire ! Avec les 5, au moins on est sûr d'approfondir un sujet. Un ami proche est 5, et on finit toujours dans des dicussions passionantes. D'habitude très réservé, il peut vraiment s'extravertir dans ces situations. On parle fort, on argumente, on tape parfois du poing sur la table (enfin, moi plutôt?). Cela fait peur aux gens. Tout le monde pense que c'est la guerre entre nous. Souvent, le 5 n'en peut plus du niveau d'intensité, et doit couper court à la conversation. Mais à la fin, qu'est-ce qu'on a passé un bon moment !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bruno,

 

"Ai-je levé l'ambiguité ? Je l'espère !"

Oui, c'est bon. J'arrête.

 

"D'autres éléments comme par exemple la volonté d'intégration sociale ou la recherche de consensus me sont complètement étrangers."

Juste une info. Le 9 n'a pas forcément une "volonté d'intégration sociale". Certes, il évite le conflit en ce domaine aussi, mais certains sont de grands solitaires, d'autres peuvent être déviants.

 

"Pour rigoler, on compare souvent notre couple aux couples de policiers dans les séries télévisées : le bon flic et le méchant flic. Devine qui fait le méchant. :kiss:"

C'est pareil chez nous, mais nous alternons les rôles de façon à ce qu'on ne puisse jamais prévoir qui est le bon et qui est le méchant. :cry:

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Christine

Bonjour Bruno,

 

Quel suspense ! Je me demandais comment Fabien avait pu éliminer le type 9… Impossible qu'il puisse commettre une erreur… je suis soulagée. Quand Fabien avait affiné ses questions, j'avais aussi pensé au type 9. Comme quoi, c'est vraiment l'intéressé le mieux placé pour confirmer son type. :rofl:

 

Chouette un 5 sur le panneau !!!

 

:bye:

Christine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Je me demandais comment Fabien avait pu éliminer le type 9… Impossible qu'il puisse commettre une erreur… je suis soulagée."

Merci de ta confiance, Christine, mais celui qui ne commet jamais d'erreur de typage n'est pas encore né.

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×