Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Cafcas-4

Et hop, un nouveau 4 !

Recommended Posts

Cafcas-4

Eh oui, un nouveau 4 dans ce forum, avec pleins de questions à (se) poser du coup sur le fonctionnement du 4 et des implications de l'ennéagramme…

J'ai (re)découvert récemment ce modèle suite à d'importants récents problèmes sentimentaux et professionnels qui se sont cumulés, et qui auraient pu donner lieu à une grave dépression sept ans après une première un peu similaire, si je ne tenais admirablement le coup : je m'impressionne moi-même, comme quoi on évolue et progresse tout de même avec la vie !

 

Je dis redécouvert, car j'avais déjà imprimé les premières pages de votre site il y a un an lors d'un bilan de compétences ; j'avais déjà déduit a priori que j'étais un 4 alpha aile 5, mais sans certitude et surtout sans beaucoup approfondir la question.

 

Mon actuelle situation sentimentale m'a amené à relire ces pages, et surtout lire ma 4-ité à la lumière de mes réactions récentes, et la correspondance est carrément impressionnante, surtout à la lecture du présent forum des 4. Tout colle que c'en est impressionnant !
En fait, ce qui est impressionnant, ce n'est pas tellement la découverte de caractéristiques de ma personnalité : en tant que 'émotionnel intérieur', j'ai eu des milliers d'occasions de m'analyser et autocritiquer, avec un sens de l'autodérision qui est apparemment caractéristique des 4. C'est surtout le fait de découvrir que tous ces comportements qui me semblaient constituer, rassemblés chez moi, un assemblage malencontreux de la nature, peuvent en fait être liés entre eux, et même correspondre grosso modo à un neuvième de l'humanité (dites-moi si je me trompe, nous ne sommes peut-être que 1% de 4 en fait ?).

Ce que je vois pas encore, c'est précisément le 'lien' entre toutes ces facettes du 4, alors je cite pêle-mêle ces caractéristiques observées chez moi :

  • Attrait de la mélancolie, où je trouve effectivement une valeur "esthétique".
  • Amour de l'authenticité et du naturel. Il semble que mon activité de 'sublimation' soit la randonnée et la montagne et un peu la cuisine.
  • Très fort imaginaire, certainement surdimensionné.
  • Tendance à démesurer mes émotions amoureuses.
  • J'accorde une très grande importance à mes relations intimes, amis ou ex, et je suis bien parti pour attendre toute ma vie l'âme sœur si je n'évolue pas dans mes "attentes". :sad:
  • Cyclothymie émotionnelle : j'ai récemment eu un passage impressionnant, du sentiment d'amour le plus profond à l'insensibilité émotionnelle la plus sidérante ! Je ne sais toujours pas comment ça marche.
  • Attirance pour la contemplation, avec sentiment parfois de bien-être profond. J'ai passé récemment, précisément trois jours avant de redécouvrir l'ennéagramme, 2h30 sur une place à boire un café en regardant la vie se dérouler devant moi, les gens vivre en ressentant une profonde quiétude et un apaisement…
  • Sentiment quasi-constant de "manque", de ne pas avoir droit à la vie simple et d'apparence douce des "autres". Tendance aussi à acheter de l'alimentaire en rab pour avoir des réserves, cuisiner en m'arrangeant pour avoir des restes, et critiquer mon amie lorsqu'elle achète juste ce qu'il faut !
  • Sentiment d'être différent des "autres", et propension à m'isoler, fuite du groupe : j'aime beaucoup être au milieu de plein d'amis, mais je recherche alors en même temps un certain isolement ; cela me parait d'ailleurs un point commun avec le 5, qui semble être mon aile principale.
  • Sorte de "vexation" lorsque je m'isole et que les autres ne viennent pas vers moi pour me ramener à eux, comme si je m'isolais tout en espérant cela ?
  • Sentiment de manque d'estime de soi. J'ai d'ailleurs participé il y a un an à un stage PNL "Estime de soi".
  • Impression que la vie professionnelle n'est pas la "vraie vie".
  • Forte tendance à répéter très longuement dans ma tête ce que je veux dire.
  • Pour le côté 5, apparition effectivement depuis environ sept ans d'un besoin d'éviter le vide intérieur, avec la séparation nette des contextes de la vie.

Alors, est-ce que je ne suis pas un beau 4 bien carabiné !? :wink:

Je crois que la première chose qu'il me reste à faire dans un premier temps est de travailler sur l'envie, car c'est encore le sentiment dont j'avais le moins conscience, au sens où si je regrettais de ne pas être "comme les autres", je n'avais pas du tout analysé cela comme "être envieux". Je n'en suis d'ailleurs toujours pas convaincu, il faut que j'y réfléchisse ! Ou alors de façon plus générale, "surveiller" dans ma vie quotidienne mes comportements de 4
Qu'en pensez-vous Fabien ? (Je vouvoie hein, on ne se connaît pas encore ! :happy:) Par quoi commencer quand on se découvre 4 ?

Une dernière chose : il me semble que la désignation d'une personnalité par un chiffre est particulièrement inadaptée pour une théorie de l'humain, et notamment chez un 4 ! :happy:

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cafcas,

Ça y est, on se connait depuis deux jours, alors on peut certainement se tutoyer ! :happy:

"C'est surtout le fait de découvrir que tous ces comportements qui me semblaient constituer, rassemblés chez moi, un assemblage malencontreux de la nature, peuvent en fait être liés entre eux, et même correspondre grosso modo à un neuvième de l'humanité (dites moi si je me trompe, nous ne sommes peut-être que 1% de 4 en fait ?)."
Si, si, il devrait y avoir à ce jour 879.547.223,72 personnes de type 4 ? :rofl: (Cf. cette conversation.)

"Alors, est-ce que je ne suis pas un beau 4 bien carabiné !?"
J'achète ! :happy:

"Je crois que la première chose qu'il me reste à faire dans un premier temps est de travailler sur l'envie, car c'est encore le sentiment dont j'avais le moins conscience."
Oui, les 4 ont beaucoup de mal à accepter leur passion, ne serait-ce que parce qu'elle est contraire à leurs idéaux de respect humain. Il y a eu un bel article de Courtney Behm sur l'envie et la déformation du désir.

[Note : le premier message de Cafacs utilisait le pseudo cafcas-4alpha5, d'où les interrogations qui suivent.]
Par contre, il reste à valider la variante alpha. Y a-t-il bien répression de l'instinctif ?
Et surtout l'aile 5 que la plupart des 4 préfèrent à l'aile 3. Y a-t-il avarice et détachement, ou mensonge et vanité ?

"Tendance aussi à acheter de l'alimentaire en rab pour avoir des réserves, cuisiner en m'arrangeant pour avoir des restes, et critiquer mon amie lorsqu'elle achète juste ce qu'il faut !"
En revanche, tu peux ajouter un sous-type conservation.

"Une dernière chose : il me semble que la désignation d'une personnalité par un chiffre est particulièrement inadaptée pour une théorie de l'humain, et notamment chez un 4 !"
La réponse est dans notre livre en téléchargement gratuit :

 

Conformément à la tradition de l'ennéagramme, nous désignons chacun des types par un des chiffres de 1 à 9. Certains auteurs ont choisi de leur attribuer un nom, comme le généraliste, le boss? De telles appellations focalisent sur une des caractéristiques importantes du type au détriment de la richesse de la personnalité décrite.

De plus, la désignation des types par un chiffre permet d'éviter tout jugement hâtif et à l'emporte-pièce. En effet, si nous lisons ou entendons un mot connu, nous nous en faisons une représentation et la rattachons parfois à une expérience vécue. Souvent, il s'ensuit tout un mécanisme de connotations et de jugements. Si, par exemple, un type est appelé le boss, ce simple mot peut déclencher toute une série d'émotions allant de la sympathie à l'hostilité, selon les opinions et le vécu de l'auditeur ou du lecteur.

Et même si on nous donne de plus amples et de nouvelles explications, elles sont interprétées à la lueur de cette réaction initiale. Utiliser des chiffres est donc la garantie d'une meilleure objectivité et est plus respectueux de chaque type.

Et elle est complétée dans notre FAQ.

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cafcas-4

Bonjour Fabien, et merci de m'accueillir dans votre communauté :happy:

Pourquoi pensé-je être 4-5 alpha ?
Eh bien, d'abord j'ai imprimé les fiches des 1-2-3-4-5 et mis au fluo les points qui me correspondaient (en fait j'ai aussi fait ça avec pleins de forums du 4 qui me parlaient : influence du centre mental ?) : net avantage au 5 par rapport au 3. Premier point : en fait je pourrais surligner 75% des caractéristiques du 5. On peut du coup se poser la question 'ne serais-je pas plutôt un 5-4 ? Je vais peut-être prendre le temps d'aller voir le forum des 5 pour m'assurer que, mais la lecture de divers forums du 4 m'a assez clairement confirmé ma 4-ité, en plus des événements récents… Aussi, mon amie a estimé pareil que moi (4 alpha-5).
S'il y a répression de l'instinctif, je ne sais pas encore l'estimer directement, mais si je reprends la discussion "Suis-je bien 4 alpha ?", je pourrais parfaitement reprendre à mon compte l'interrogation de Christian

Comment est-il possible de se mettre à l'action sans réfléchir ?

Ta réponse laisse assez peu d'ambiguïté dans ce cas sur mon alphaïté…

Concrètement, ça fait bientôt deux ans que je pèse le pour et le contre de quitter mon amie, et j'en suis actuellement à l'étape "je prends un meublé pendant quatre mois pour voir comment ça se passe", autant dire qu'on est loin de l'action instinctive !!! Et ce n'est que le cas le plus marquant récemment. Au passage, le seul fait d'envisager de quitter cette amie me fait poser question sur l'influence qu'y a mon 4. Je la quitte davantage par sentiment de manque, de "pas assez de", que parce que cela se passe mal : suis-je dans la recherche 4-iste éperdue de l'âme soeur, ou dois-je considérer qu'à partir du moment où la sensation de manque est là et que je ne parviens à m'en débarrasser, je dois en tirer les conséquences ? Voilà je suppose une prise de tête typiquement 4. :happy:

Quand je dis sur l'envie que "c'est encore le sentiment dont j'avais le moins conscience", je nuancerais en disant plutôt que je ne ressens pas de jalousie, bien que j'ai effectivement l'impression de ne pas avoir droit à ce à quoi semblent avoir droit les autres (qui se posent moins de questions et agissent plus, qui semblent avoir une vie sentimentale saisfaisante, semblent être plus à l'aise dans la société, etc.). J'envie donc bien les autres, j'en ai au moins partiellement conscience, mais il me reste peut-être à prendre conscience des mécanismes : ta réponse à Mazarine et Thierry dans le forum sur l'envie du 4 va peut-être m'y aider.

Je file manger ma tarte pendant qu'elle est chaude. A+ ! :happy:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cafcas,

Je ne suis pas encore convaincu, ni pour l'aile, ni pour la variante. Mais je ne demande qu'à l'être ! :happy:

Avoir une aile 5, ce n'est pas se reconnaître dans des comportements de 5, ni avoir un intérêt pour l'information. C'est vivre la passion et la fixation du 5 en complément de celles de son propre type. D'ailleurs, j'avais formulé ma question en ces termes : "Y a-t-il avarice et détachement, ou mensonge et vanité ?"

Alors qu'il est extrêmement simple à comprendre, l'ennéatype 5 provoque de nombreuses confusions. Beaucoup de gens ont envie d'être 5, et s'ils ne le sont pas et si le modèle de l'Ennéagramme le permet, envie d'avoir une aile 5.

Ce mécanisme est très fort chez le 4, qui trouve plus conforme à ces valeurs l'aile 5 que l'aile 3. Dans le stage Ailes, le nombre de 4 qui s'aperçoivent qu'ils se sont trompés dans le choix de leur aile principale est énorme. (Entre parenthèses, nous sommes dans le même bateau, le 7 ne veulent pas avoir une aile 6 et choisissent souvent à tort l'aile 8 !)

Je ne serai donc vraiment convaincu quand nous parlerons des mécanismes fondamentaux des types d'aile.

Quant à la variante, l'exemple que tu me donnes n'est pas suffisant pour emporter ma conviction. En effet, qu'il soit second ou réprimé, le centre instinctif vient dans la hiérarchie après l'émotionnel. Quand il s'agit de se séparer de quelqu'un, les 4 vivent le même mécanisme quelle que soit la variante. Dès qu'ils s'éloignent de la personne, la peur du manque surgit, et ils freinent des quatre fers.

De plus, le 4 confond souvent l'analyse intérieure de son vécu avec un fonctionnement mental, et croit alors que le centre mental est le centre de support. Alors qu'il ne s'agit là que d'émotionnel.

Très cordialement,
Fabien

P.-S. : parler de tarte à un 7, c'est quasiment de la provocation. :rofl:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Christian

Bonjour Cafcas, bonjour Fabien,

Je voudrais juste ajouter que le parcours à l'aide de l'ennéagramme est très très (très) lent, même si le modèle a l'air facile à comprendre. Je me rends compte que l'on avance par toute petites étapes, l'une après l'autre, grâce à l'auto-analyse, sur des mois et des mois, et des stages, et des relectures, etc.

En ce qui concerne l'aile 5 ou l'aile 3, l'essentiel, me semble-t-il, est de se concentrer sur son type. C'est déjà assez riche comme cela.
Enfin, je croyais être aile 5 au début parce qu'il est plus plaisant, inconscient, d'être du côté du "savoir et de la connaissance" que du côté du "mensonge". (Je mets entre guillemets, car c'est un peu caricatural !! Bien sûr, tous les types sont un peu dans le mensonge… :lame:) De plus le 5 semble faire figure de type à part, d'où confusion possible avec le 4.

Cela dit Cafcas, c'est toujours plaisant de voir un nouveau venu. Tu es ici entre de bonnes mains avec Fabien.

Amicalement,
Christian

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cafcas-4

Bonjour Fabien,

 

"Y a-t-il avarice et détachement, ou mensonge et vanité ?"

 

Je vais donc tenter de répondre strictement et point à point à la question posée :

- avarice : financière, certainement pas ; évidemment vu que je considère que je gagne suffisamment bien ma vie (quoique gagner un Loto ne me déplairait pas :rofl:), il est facile dans ces conditions de ne pas être trop attaché à l'argent ; mais franchement, non je crois pas.

- avarice d'information, de moi, de mon temps : j'ai du mal à analyser ces points chez moi. Il est vrai que j'ai du mal à comprendre cette notion d'avarice. Je vais donc répondre sur ces points par des exemples concrets, en espérant qu'ils correspondent à l'idée :

-> information : lorsqu'un collègue de travail me demande de l'aider, je n'hésite pas à consacrer le temps nécessaire à lui transmettre ce que je sais et comment je fais ;

-> mon temps : vis à vis des autres, voir ci-dessus ; vis à vis de moi-même, s'agit-il de déterminer si je me donne le temps de faire les choses ? Je peux simplement dire que j'ai tendance à 'aimer' faire les choses le plus rapidement et 'optimalement' possible ; en revanche, j'ai tendance à attribuer plutôt à un déficit de capacité de concentration le fait de ne pas toujours passer le temps qu'il serait nécessaire à de nouvelles tâches pour moi.

Ah oui aussi, j'adore me lever très très tôt le matin en montagne pour profiter au maximum de la journée - avec tendance à être le dernier à monter me coucher le soir en refuge - mais là on est dans mon activité de sublimation de 4, donc c'est pas forcément symptomatique ?

-> avarice de moi-même : comment la dissocier de ma tendance de 4 à m'écarter des autres, ou d'autre chose ? Pourrais-tu clarifier cette notion, ou m'indiquer une page où trouver des pistes ?

 

- détachement : je dirais que je suis très variable sur ce point là, à la fois dans le temps et selon les sujets dont il s'agit - difficile donc à clarifier… Mais je crois qu'il s'agit généralement d'un détachement plus simulé pour 'impressionner' que de protection personnelle. Je ne sais pas si cela répond à la question…

 

- mensonge : ah ben non alors, moi je ne mens jamais ! :blush: Honnêtement, je me ressens plutôt foncièrement honnête et privilégiant la vérité, dans mes relations personnelles, de travail aussi. Par contre, je sais relativement bien mentir quand cela s'avère 'indispensable' (ou disons plutôt quand ça simplifie franchement les choses), mais en toute conscience non. Evidemment il doit pas être facile pour l'ego de s'admettre menteur, mais si je le suis, j'ai un sacré cheminement ennéagrammesque à parcourir…

 

- vanité : il me semble bien qu'une couche apparaisse de temps en temps ; en fait mon éloignement spontané des 'gens' m'apparaît parfois comme une sorte de vanité, le sentiment de ne pas être 'comme eux' (différent, quoi) me fait parfois poser question sur ce que je crois être chez moi un positionnement habituellement plutôt dans l'humilité et la modestie. On retombe toutefois là sur une question séculaire : se voir modeste, n'est-ce pas déjà être vaniteux ?

 

Voila, c'est marrant, j'ai l'impression de n'avoir donné aucune réponse satisfaisante à tous ces points ; mais j'ai l'impression Fabien que tu déduis plus souvent les ennéatypes des interrogations ou déductions 'spontanées' que des réponses elles-mêmes, donc peut-être cela suffira-t-il. :sad:

 

Merci en tout cas de ta participation active à ma recherche de moi…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cafcas-4

'Jour Christian4 !

 

Ah, mais je ne me mets pas entre les mains de Fabien, je compte bien garder la main sur mon cheminement ! Mais je vois ce que tu veux dire, merci de l'accueil !

 

Sinon, d'accord avec toi sur le principe qu'il y a bien assez de boulot avec le type seul; mais c'est pas moi, c'est Fabien qui met en doute ma signature ! :blush:

Et me fait poser question du coup… :rofl:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cafcas,

 

L'avarice de soi consiste à ne pas être disponible pour les autres, à considérer qu'il consomme exagérément une énergie que nous pourrions mieux dépenser ailleurs. Cela ne semble donc pas être le cas, mais tu vas le confirmer ou non.

 

En tout cas, s'il n'y a pas avarice et détachement, il n'y a pas aile 5. Répétons-le, avoir une aile 5, ce n'est pas aimer l'information, ce n'est pas faire fonctionner son mental, ce n'est pas avoir des moments d'introversion, c'est en vivre la passion et la fixation.

 

Insistons aussi sur le fait que le mensonge du 3 est un mensonge à soi-même, à propos de son identité, et non pas mensonge aux autres. Certes le 3 peut aussi avoir ce type de mensonge, mais c'est le cas de tous les autres ennéatypes, et le 3 n'est même pas le champion potentiel.

 

Un 4 qui a une aile 3 se ment donc à lui-même. Il a du mal à l'admettre, lui qui se veut le champion de l'authenticité, alors qu'il ne l'est pas bien sûr à cause de l'exagération des émotions. C'est pourquoi tant de 4 se reconnaissent à tort une aile 5, parce qu'elle es moins gênante pour leur ego.

 

Voici un exemple réel de mensonge de 4 à aile 3. Une 4 repère à la devanture d'une bijouterie une bague qui lui plaît bien. Elle rentre donc dans la boutique, demande à voir la bague, la met à son doigt et exprime sa satisfaction à l'amie qui l'accompagne et qui m'a raconté l'histoire. A ce moment-là, la vendeuse espérant conclure la vente, déclare : "C'est un modèle qui se vend très bien." La 4 a enlevé la bague, dit que tout compte fait elle ne lui plaisait pas tant que cela, et a quitté le magasin. Où y a-t-il mensonge ? La bague lui plaisait, mais la remarque de la vendeuse a activé l'évitement de la banalité. La 4 s'est alors menti à elle-même sur son ressenti réel, uniquement pour satisfaire sa compulsion. L'amie qui accompagnait la 4 m'a dit : "Quand la vendeuse lui a dit cela, elle a enlevé la bague comme si soudain celle-ci la brûlait." Il se trouve que la 1 comme la 4 apprennent l'Ennéagramme. Quand la 4 a voulu déterminer son aile, la 1, présente, lui a rappelé cette anecdote. La 4 ne s'en souvenait absolument pas, et ne voulait pas croire qu'elle puisse avoir eu une telle réaction.

 

Découvrir son aile est parfois, plus pour certains types, une introspection aussi complexe que découvrir son type. Même s'il est commun de sous-estimer cette étape. Mais il y a un joli stage Ailes ! :rofl:

 

Très cordialement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cafcas-4

Bonjour Fabien,

 

A priori, non, il n'y a pas avarice de moi.

 

Tu me donnes ici, me semble-t-il, l'illustration type de l'idée selon laquelle l'aile principale est "utilisée", "exploitée" par le type de base à son service : i.e., ici le type 4 utilise la passion de mensonge du type 3 au service de sa propre compulsion.

Dans le cas de l'aile 5, j'ai toutefois du mal à percevoir comment l'avarice de soi peut être mise au service de la fuite de la banalité. Cela consiste-t-il, par exemple, à affecter une sorte de solitude pour avoir l'air d'un "original" ?

(Bon, j'arrête avec la couleur. :rofl:)

Dans ce (caf)cas, je ne crois pas que ce soit mon cas - en fait je cherche trop la compagnie ; même si, une fois celle-ci "acquise", j'ai facilement tendance à m'éloigner, pour vivre ma vie intérieure de 4, ce qui me fait regretter de ne pas savoir m'intégrer comme les autres. :blush:

Par ailleurs, il est très exact que je préfère souvent consacrer mes week-ends à exercer mon activité de sublimation de 4 (rando, montagne) plutôt qu'à mes proches ; mais dans ce cas l'avarice ne serait pas mise au service de la compulsion, mais de l'activité de sublimation : est-ce que cela 'vaut' malgré tout ?

 

Je précise ici que lorsque j'ai "évalué" mon aile 5 comme principale, je me suis basée essentiellement sur la "ressemblance" des caractéristiques données pour le 5 et le 3. La passion respective de ces deux types, je ne me souviens pas m'y être vraiment intéressée ; je veux dire par là que je ne pense pas avoir fui la facette du mensonge pour influer sur le choix de mon aile ; ce qui ne veut pas dire que je ne me sois pas trompé malgré tout dans cette aile principale ; la question reste posée… En fait, être dans le mensonge ne me pose pas particulièrement de problème 'moral', tant que ce mensonge n'est pas orienté vers les autres. Même si c'est certainement un problème tout de même, je dis pas…

 

Je vais essayer de relire les caractéristiques des 3 et 5 en essayant de distinguer celles comportementales de celles plus "intrinsèques".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cafcas,

 

"Tu me donnes ici, me semble-t-il, l'illustration type de l'idée selon laquelle l'aile principale est 'utilisée', 'exploitée' par le type de base à son service"

C'est exactement cela. Quel que soit le mécanisme de l'Ennéagramme, le type de base reste dominant et le mécanisme est au service de la compulsion.

 

"Cela consiste-t-il, par exemple, à affecter une sorte de solitude pour avoir l'air d'un 'original' ?"

C'est un bon exemple. Bien sûr, cette affectation est, le plus souvent, inconsciente.

 

"Dans ce cas l'avarice ne serait pas mise au service de la compulsion, mais de l'activité de sublimation : est-ce que cela 'vaut' malgré tout ?"

Oui, cela vaut ! Le mécanisme de défense n'est qu'une tentative pour faire réussir la compulsion.

Ceci dit, tout le monde a le droit à des loisirs solitaires. En dehors de ces moments, le détachement existe-t-il ? Il semble que non : "En fait,je cherche trop la compagnie."

 

"Je précise ici que lorsque j'ai 'évalué' mon aile 5 comme principale, je me suis basée essentiellement sur la 'ressemblance' des caractéristiques données pour le 5 et le 3."

C'est ce que font la plupart des gens (désolé, cher 4 !), et c'est pourquoi beaucoup se trompent. Ce sont les mécanismes de base du type qui sont à prendre en compte, et comme je le soulignais à propos de l'exemple de la bague, ce n'est pas simple du tout.

 

"En fait, être dans le mensonge ne me pose pas particulièrement de problème 'moral', tant que ce mensonge n'est pas orienté vers les autres. Même si c'est certainement un problème tout de même, je dis pas…"

En Ennéagramme, c'est tout le contraire. Le plus grave est le mensonge à soi. Le mensonge aux autres n'est qu'une des manifestations possibles de l'ego. En tant que tel, il est une conséquence du mensonge originel qu'est l'identification à l'ego. Traiter ce dernier résout le premier.

Notons enfin que le mensonge aux autres n'est qu'un comportement, et qu'en tant que tel il n'est pas systématiquement bon ou mauvais. Que celui qui n'a jamais dit à un enfant que le père Noël existait me jette la première pierre.

 

"Je vais essayer de relire les caractéristiques des 3 et 5 en essayant de distinguer celles comportementales de celles plus 'intrinsèques'."

Ne te fatique pas à relire. Ne sont à prendre en compte que la passion, la fixation et le mécanisme de défense. Pour un 5 respectivement : avarice, détachement, isolation. Pour un 3 respectivement : mensonge, vanité, identification.

C'est une introspection longue et difficile. Ne te mets pas de challenge à ce sujet.

 

Très cordialement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cafcas-4

Bonjour Fabien,

Attention, j'aborde pleins de sujets, prend un café avant d'attaquer ! :happy:

Déjà, pour le mensonge, je suis OK. Ça tient drôlement la route comme raisonnement. :happy:

Pour le challenge : j'ai sans doute effectivement tendance à "aller plus vite que la musique" ; il faut dire que je suis en train de me séparer de mon amie ; j'ai après de longs mois réussi à prendre la décision de nous éloigner un peu en prenant un logement temporaire, et la décision que je prendrai au final sera lourde de conséquences pour la suite de ma vie (et de la sienne…).
Je cherche dans cet intervalle à creuser les raisons profondes qui me font la quitter : un vrai désamour, ou un problème d'éternelle insatisfaction de 4 ? L'interrogation te parait peut-être fumeuse, ou ne pas être le vrai problème… C'est un peu mon problème du moment à vrai dire…
Mon problème n'est en tout cas pas a priori de pouvoir "changer" dans l'immédiat que de parvenir à déterminer les fondements de mon état d'esprit actuel. Et il faut dire que les changements d'humeur amoureuse de 4 dont je suis la proie n'aident pas du tout à voir clair en moi : quand suis-je "dans le vrai" ? :sad:
Ennéagramme ou pas, ces questions sont MA préoccupation du moment.

J'ai lu dans un autre forum, tu préviens que les types d'intégration et de désintégration, comme les sous-types, doivent être avant tout étudiés en tant que 'support' du type initial. Cela rend évidemment beaucoup plus difficile la détection de "ses" types.
Bon, pour la batailles des types 3 et 5, je laisse pour l'instant, c'est trop embrouillé, je n'arrive pas à me décider !

Je me rabats donc sur l'alpha et l'(o)mu(ga). :wink:
Et je donne un exemple. Suis-je alpha ou mu, au vu d'un épisode amoureux ?

Il m'est arrivé, alors qu'une fille me repoussait car "elle n'était pas prête", de ressentir une sorte de bonheur (ou de fierté ?) à l'attendre, au besoin des mois me disais-je.
- S'agissait-il alors de la mise en place de la Vertu du 1 (la Patience) ?
J'éprouvais aussi une volonté très forte de rester "calme" vis à vis d'elle, de ne pas l'agresser en la critiquant, mais à être extrêmement bienveillant, tolérant vis à vis de sa position.
- S'agissait-il alors plutôt de la mise en place de la compulsion du 1 (éviter la colère) ?
- Ou bien de la passion du 2 (l'orgueil), au profit notamment de l'originalité du 4 ? ("Je me comporte différemment des autres, je suis plus sage", ce que je me suis d'ailleurs effectivement dit alors.)
- Ou encore de la compulsion du 2 (éviter de reconnaitre ses propres besoins) en donnant primauté à l'autre ?
D'aucun diront évidemment que c'était simplement l'Amour :happy:, vertu de tous les types

J'aurais tendance à avoir comme hypothèse que j'ai vécu les deux (1 et 2), bien que ce soit peut-être en contradiction avec la théorie de l'ennéagramme , mais après tout, tous les caractères se trouvent bien présent en nous, non ?, le problème étant de détecter lequel prime à l'instant T…

Voyons, j'étais alors dans une situation plutôt de stress (surtout que le boulot s'y était mis aussi !), donc il est plus vraisemblable que j'étais plutôt en mode désintégration, donc soumis aux comportements négatifs du type.
Dans ce cas j'aurais plutôt été dans le 2, mais la vertu du 1 se manifestait alors malgré tout. Ça peut arriver simultanément ? Donc je serais plutôt bien 4-alpha.

Je ne sais pas à quel point cette analyse est erronée ? (un peu d'humilité…)
Et aussi, au vu de toutes ces réflexions et du fait que je passe tout de même à peu près autant de temps à discuter la théorie de l'ennéagramme qu'à le pratiquer sur mon cas, mais ceci est purement comportemental, donc on ne peut conclure que je suis aile 5, c'est bien ça ?

Allez, le cerveau a ébullitionné ce week-end, donc dernières réflexions :
- Une plus poétique : "La chèvre de Mr Seguin", "Le Vilain Petit Canard", "Le Cheval Blanc" de Brassens, on peut raisonnablement dire que si j'affectionnais particulièrement ces œuvres étant petit, j'étais déjà un 4 bien avancé ?
- Auquel cas, le divorce de mes parents n'est pour rien dans l'affaire. :happy: Je crois avoir lu dans un panneau que tu mets en relief des prédispositions "fœtales" à son type dans l'ennéagramme… Je ne suis pas sûr que ce soit très rassurant pour le sentiment d'auto-détermination de l'humain, sa liberté. :sad:
- Et puisqu'on parle un peu de liberté, je me rends compte qu'aucun type de l'ennéagramme n'a pour principe clé, manière de se définir "je suis libre, indépendant". Cela me parait pourtant un axe capital pour l'âme humaine, mais peut-être justement trop… Y a-t-il à ton avis un type qui serait plus proche de ces priorités ? (genre le 4, car il me semble que ce principe est assez fort chez moi ; mais je confonds peut-être avec l'originalité…).

NB : je sais pas si c'est possible, je t'autorise à changer mon login en cafcas-4 si ça peut m'éviter de me fixer sur des hypothèses restant à valider…

Voila, merci en tout cas de ta participation active à ma longue quête. J'apprécie beaucoup la finesse de tes analyses et ta maîtrise du sujet - et ta disponibilité impressionnante !

A+

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cafcas,

 

Merci de ton appréciation de mon travail ici.

 

"Ennéagramme ou pas, ces questions sont MA préoccupation du moment."

Non seulement, je comprends que c'est TA préoccupation, mais c'est une vraie problématique ennéagrammique.

Toi seul peut bien évidemment analyser la situation, mais voici quelques pistes de réflexion. Ce qui t'éloigne de ton amie est-il purement émotionnel, ou est-il basé sur des faits et des attentes non satisfaites. Celles-ci sont-elles réalistes ? Comment réagirais un autre ennéatype dans la même situation ? Es-tu dans des alternances émotionnelles fortes à son sujet (un temps, tu ne peux pas vivre sans elle, un temps tu ne la supportes plus) ? Ce que tu lui reproches est-il lié à la compulsion ? A la passion ? Ne pourrais-tu être en train de t'éloigner d'elle de crainte qu'elle le fasse, et donc pour prendre les devants d'un éventuel rejet ?

 

"Cela rend évidemment beaucoup plus difficile la détection de 'ses' types."

Oui, l'Ennéagramme n'est pas difficile, mais il est subtil et prend en compte la complexité de la personnalité humaine. Il faut du temps pour intégrer cette subtilité et voir au-delà des neuf types. Mais c'est bien cela qui en fait l'intérêt.

 

"Bon, pour la batailles des types 3 et 5, je laisse pour l'instant, c'est trop embrouillé, je n'arrive pas à me décider !"

Il est très difficile de se décider sur la base de la réflexion et du souvenir. Si tu t'observes au quotidien, cela deviendra évident un jour ou l'autre. En fait, au moment approprié. :heart:

 

"Après tout, tous les caractères se trouvent bien présent en nous, non ?, le problème étant de détecter lequel prime à l'instant T…"

Oui et non. Bien sûr, nous pouvons vivre les passions de tous les types. Mais parmi ces neuf émotions, une seule est une passion, c'est-à-dire quelque chose qui définit structurellement notre personalité. Deux ou trois autres (celle des ailes et du type de désintégration) jouent un rôle majeur, mais sont subordonnées à la passion de base. Les autres ne sont que des émotions se manifestant au gré des circonstances. C'est ainsi que l'Ennéagramme définit une structure de la personnalité, et aussi une démarche de travail qui n'aurait pas de sens si toutes les caractéristiques des profils étaient sur le même plan.

 

"Je ne sais pas à quel point cette analyse est erronée ? (un peu d'humilité…)"

Comme je le dis bien souvent, n'utilisons les types d'intégration et de désintégration que si on ne peut pas faire autrement. Cette attitude me semble explicable, comme tu l'as souligné, par la compulsion du 4, et le 4 est fier de se comporter de manière différente des autres, sans avoir besoin de recourir à la désintégration et à l'orgueil du 2. De même ses propres valeurs de respect peuvent expliquer la patience, sans que cela soit une intégration en 1.

 

Pour confirmer ta variante, il vaut mieux vérifier au quotidien l'enchaînement des centres. Au quotidien, lequel fonctionne le moins bien, l'instinctif ou le mental ? Lequel cesse de fonctionner en premier en cas de stress ?

 

"Mais ceci est purement comportemental, donc on ne peut conclure que je suis aile 5, c'est bien ça ?"

Oui.

 

"On peut raisonnablement dire que si j'affectionnais particulièrement ces oeuvres étant petit, j'étais déjà un 4 bien avancé ?"

C'est un indice. Je ne me suis jamais identifié au vilain petit canard ! :rofl:

 

"Je crois avoir lu dans un panneau que tu mets en relief des prédispositions "foetales" à son type dans l'ennéagramme… Je ne suis pas sûr que ce soit très rassurant pour le sentiment d'auto-détermination de l'humain, sa liberté. :sad:"

Il s'agit de cette conversation, notamment.

 

Je crois que la notion de liberté absolue n'a pas de sens. Il y a a minima une prédétermination génétique sur de nombreux critères. Mais l'Ennéagramme n'est pas non plus dans le déterminisme absolu. Ton niveau d'intégration, ton sous-type, ton aile, ta variante, tout cela est le résultat de ton histoire de vie, et donc au moins en partie sous ta responsabilité.

 

Enfin l'Ennéagramme établit des principes généraux laissant une marge de réalisation énorme. Effectivement, il dit qu'en tant que 4, ta vie sera mraquée par le sens du beau. Mais il y a une manière de concrétiser cela pour chaque 4.

 

"Je me rends compte qu'aucun type de l'ennéagramme n'a pour principe-clé, manière de se définir 'je suis libre, indépendant'."

Cela n'apparaît pas dans les mécanismes de base des types, mais la liberté est la valeur culte du 7, le 5 protège farouchement son idépendance et le 8 se défend assez bien aussi sur ces critères.

 

Mais évidemment pour l'Ennéagramme, dès qu'il y a compulsion, il y a automatisme, et il n'y a donc pas de liberté. La liberté n'existe que dans l'essence et s'applique alors à tous les types.

 

Le mot liberté est donné comme idée supérieure du 2 qui est certainement le type de l'Ennéagramme le plus dépendant des autres.

 

"Genre le 4, car il me semble que ce principe est assez fort chez moi."

Le 4 est dans le centre émotionnel qui est celui de la problématique à l'image. Il n'y a donc pas indépendance.

 

"Je t'autorise à changer mon login en cafcas-4"

J'allais te le proposer. Quitte à recompléter après, ou à mettre l'information dans ta signature.

 

Très cordialement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×