Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 17 au 30 décembre 2018 inclus.

Enensis

Nicolas Hulot

Messages recommandés

Enensis

Bonjour à tous,

Je viens de commencer Le Syndrome du Titanic [Version Kindle] de Nicolas Hulot, et à la lecture des premiers chapitres, j'ai trouvé de nombreux éléments allant dans le sens de l'ennéatype 2 pour ce fervent défenseur de notre planète.

L'orientation d'amour est souvent présente, pour la planète bien sûr, mais aussi au travers de lieux, de personnes proches, etc.

La passion d'orgueil est aussi très présente, il me semble, dans la manière qu'il a de présenter "son" combat et "ses" actions et leurs impacts en terme de prise de conscience.

La fixation de flatterie/dédain est très visible aussi dans la manière qu'il a de présenter les personnes qu'il a côtoyé dans son combat.

La compulsion d'évitement de reconnaissance de ses besoins me paraît moins évidente, mais le sens de son combat pour préserver notre planète me semble aller dans ce sens.

Le sous-type pourrait bien être social dans la mesure où il a beaucoup côtoyé les "grands de ce monde", et que le rôle d'éminence grise — qu'il revendique d'ailleurs lui-même — semble mieux lui convenir qu'un "premier rôle" (il a refusé à plusieurs reprises le poste de ministre de l'environnement avec cette phrase adressée au Président : "Tu perdrais un bon conseiller pour gagner un mauvais ministre" qui me paraît très 2 !).

Très cordialement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Éric,

Merci de ce compte-rendu de lecture.

Je ne connais que de loin le personnage médiatique et je n'ai donc pas d'avis tranché sur la question.

Vu de loin (mais de très loin), j'ai quelques doutes. J'ai plutôt l'impression de quelqu'un qui se met facilement au premier plan. Et j'ai du mal à digérer l'utilisation de la marque Ushuaia par Rhône-Poulenc, grand pollueur devant l'éternel. Alors je me demande s'il n'y a pas une différence entre valeurs de surface et valeurs réelles…

Le 3 serait-il impossible ?

Bref, j'attends avec impatience ton avis définitif.

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour Fabien,

Après avoir fini Le Syndrome du Titanic et lu quelques interviews (récentes et plus anciennes) de Nicolas Hulot, il me semble que l'ennéatype 2 fait toujours plus sens que le 3.

Par exemple, l'orientation du 3 ne semble pas être très présente chez lui au travers de ces différentes lectures, alors que l'Amour, orientation du 2, est toujours là, présent en permanence. Je dirai qu'il s'agit même de son moteur, bien plus que la volonté de réussir pour se mettre en avant. De plus, toujours au travers de ces lectures, le mécanisme de défense du 2, la répression, me semble bien plus présente que celui d'identification. Le sous-type social du 2 me paraît d'ailleurs bien mieux lui coller que celui du 3, pour ce que j'ai pu lire du personnage (notamment sur la mise en relation entre différentes personnes qu'il a pu côtoyer et faire se rencontrer).

Ensuite, certains éléments me semblent plutôt incompatibles avec le type 3 de base ; notamment sa "fuite" des milieux où il serait en vue pour se retrouver "simplement, en famille". S'il se met en avant aujourd'hui, c'est simplement qu'il utilise sa notoriété comme un moyen efficace d'avoir des tribunes afin de pouvoir exprimer ses idées et de les diffuser au plus grand nombre. Il y a ensuite tout au long de la lecture du Syndrome du Titanic, une espèce de fatalisme et de doute sur l'issue de ses combats qui ne me paraissent pas très 3 (cela dit, vu l'ampleur de son combat, cela est plutôt compréhensible). Qui plus est, il attribue de nombreux succès aux membres de son association, et parle finalement assez peu de ses propres succès.

Au regard de cela, une forte aile 3 me paraît très possible. L'avis d'autres personnes ayant lu ses livres ou ayant suivi son parcours sera toutefois intéressante pour confronter les points de vue.

Petite parenthèse concernant Rhône-Poulenc : Hulot n'a jamais été producteur de ses émissions, et à ce titre n'a jamais été propriétaire de la marque Ushuaia. C'est TF1 — dont le principal actionnaire reste un autre grand bétonneur-pollueur, à savoir Bouygues — qui en détient tous les droits et qui la licencie à une quinzaine de sociétés, comme L'Oréal entre autres… Cela dit, Hulot en a profité par la suite, comme il s'en justifie dans son livre pour faire "sponsoriser" sa fondation par L'Oréal, EDF, Aventis, TF1, etc., au titre que ces sociétés cherchent à s'améliorer, et qu'elles possèdent des fonds que la fondation n'a pas mais dont elle a besoin… mais il s'agit d'un autre débat.

Cela dit, je te rejoins sur les différences possibles entre les valeurs de surface et les valeurs réelles. Comme il s'agit d'un personnage public, avec une action publique, l'analyse ne se fait qu'à travers ce prisme probablement déformant des valeurs de surface et il y a toujours cette possibilité d'un décalage entre ce qui est dit et montré… et les véritables motivations qui sous-tendent ces actions.

Très amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Eric,

 

Dont acte. Comme je te l'ai dit, je ne connais le personnage que de loin, et c'est bien évidemment totalement insuffisant pour avoir une hypothèse sérieuse de type. Et de loin, un 2 social ressemble beaucoup à un 3 : ce n'est pas pour rien que ce sous-type est appelé "Ambition".

 

Je n'ai donc rien à opposer à ton analyse, et je te fais confiance pour qu'elle soit pertinente.

 

Je ne connaissais pas le détail des liens TF1-Hulot-Rhône Poulenc. Cela ne change guère mon opinion, car je n'ai pas entendu Hulot protester sur l'utilisation commerciale de la marque Ushuaia. Mais, c'est un problème complexe, pratiquement et moralement, car une telle opération aide à faire connaître ses idées, et en même temps cela ressemble à un bel alibi pour Rhône Poulenc. Comme tu le dis, c'est un autre débat qui n'a pas grand chose à voir avec l'Ennéagramme (au premier abord du moins).

 

Encore merci pour ton analyse. Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour Fabien,

J'ai oublié une petite anecdote qui pourra sans doute alimenter le débat entre les valeurs de surface et les valeurs réelles. :happy:

Lorsque j'ai acheté ce livre, il y a quelque chose qui m'a sauté aux yeux : le papier utilisé pour le livre n'est pas issu de papier recycable, ni FSC (contrairement aux publications du WWF par exemple).

Pour un livre vantant les mérites d'une vie et d'un monde "écologique", j'ai trouvé cela pour le mois étrange…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Eric,

 

Je suppose que comme pour TF1-Rhône Poulenc, il est possible de dire : "Ce n'est pas moi, c'est mon éditeur."

Mais quand on s'appelle Nicolas Hulot, on a peut-être un certain pouvoir de négociation, non ?

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Fabien,

Je suppose comme toi. J'imagine même que lorsqu'on s'appelle Nicolas Hulot, on n'a pas vraiment à se battre pour trouver un éditeur… ou le bon éditeur : ça doit plutôt être les maisons d'édition qui vont le trouver et qui se battent pour le "signer".

Alors j'imagine qu'ensuite il doit y avoir des raisons du type "cette maison d'édition m'assure la plus grande diffusion, le plus grand tirage afin de diffuser mes idées au plus grand nombre"… mais je laisse à l'intéressé le soin de s'en défendre lorsque la question lui sera posée. :tongue:

Cela ne remet pas en cause mon interprétation de l'ennéatype de Nicolas Hulot (après tout, un 2 aussi (!) aura envie d'être lu par le plus grand nombre :laugh:)… Simplement, en terme de crédibilité, je trouve qu'effectivement, cela est nettement moins efficace qu'aller jusqu'au bout de ses convictions en commençant par donner l'exemple à "ce plus grand nombre" justement.

Très amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Eric,

"Mais je laisse à l'intéressé le soin de s'en défendre lorsque la question lui sera posée."
Nicolas, si tu nous lis…

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
François

Bonjour Éric, bonjour Fabien et tous les autres,

Je suis de retour à l'ennéagramme après une longue absence de trois ans.

Nicolas Hulot dans ses prises de positions virulentes, mais en retrait, ses exploits risqués, mais toujours dans une certaine appréhension (pour ne pas dire peur), son raisonnement analytique, pourtant bancal parfois (vous notiez d'ailleurs le papier du livre), le désigne à mon sens comme le 6 idéal.

Quand on regarde bien, il ne cherche pas à être aimé à tout prix. Il est assez mordant.

Je retourne à mes cours passés pour une réponse plus fouillée, et laisse entre temps cette remarque à vos esprits aguerris.

Bien à vous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour François,

Je te souhaite la bienvenue sur le forum.

Je n'avais pas vraiment envisagé le type 6 plus loin qu'une hypothèse que j'ai laissé de côté par la suite pour Nicolas Hulot, car il m'a toujours semblé bien plus émotionnel que mental (que ce soit dans ses émissions ou en interviews).

La passion d'orgueil et la fixation de flatterie-dédain me semblent bien plus présentes que celle de peur et de doute, notamment lors de ses interviews ou au travers de son livre.

Cela dit, pourquoi pas un type 6 en effet… J'attends donc ta réponse plus fouillée avec impatience pour continuer cette discussion.

Bien à toi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
François

Bonjour à tous et bon dimanche,

J'avais été saisi quand j'ai commencé l'ennéagramme d'apprendre mon type (6 mu controphobique, aile 5, Force beauté), et que ma passion était la peur. En effet, je me considère plutôt ainsi que mes proches comme quelqu'un qui prend des risques, par exemple à travers les sports pratiqués (parachutisme, boxe thaïlandaise, escalade, etc.).

Après une période de doute (non sans blague !), j'ai bien intégré dans mon processus une phase évidente de peur, puis presque instantanément une contre-réaction qui me pousse à affronter le danger, m'y vautrer pour ne plus le voir. J'avais alors été saisi lors d'une transmission d'Ushuaia, de voir Nicolas Hulot mort de trouille faire de la spéléologie. Mais il y est allé quand même, la peur au ventre.

Lors de l'émission de Thierry Ardisson, où il avait expliqué (parlant de son livre) son positionnement vis-à-vis de Jacques Chirac, il y avait là deux attitudes : une relation à la fois de profond respect voire d'idolâtrie devant le Président de la République (phase 1 de son support à Jacques Chirac), puis ayant été "trahi" par ce dernier, une rebellion à l'autorité dont ce livre en est en quelque sorte le plaidoyer ; la peur de réussir finalement, car il avait la possibilité en devenant Ministre de l'environnement de mettre en application ses voeux les plus chers. Il a d'ailleurs passé une bonne partie de son intervention télévisée à essayer de justifier son refus, sans être très crédible.

Quand Nicolas Hulot est agressif ce n'est pas selon moi dans une relation de séduction, mais de défense face à une situation qui lui fait peur : la dégradation de la biosphère avec de sa part la peinture (ma foi plausible) d'une dégradation irréversible des conditions de vie sur Terre, qui reste le schéma le plus pessimiste possible, propre aux 6.

Nicolas Hulot n'aide pas son prochain. Il se protège et protège sa communauté, notamment son fils dont il parle souvent. Par ailleurs, quand il motive son action en faveur de l'écologie, son discours n'est pas centré sur l'amour, mais sur le devoir envers les générations futures.

À très bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Évelyne

Bonjour,

Je suis en train de lire le livre de Nicolas Hulot, Le Syndrome du Titanic, en livre de poche. À la page 86, il écrit : "Cela demande un minimum de courage et d'intégrité." Plus loin, page 96, il avoue : "Il m'arrive de traverser des périodes de doute."

 

Voilà qui irait bien avec l'hypothèse 6 !

Cordialement,
Évelyne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour François, bonjour Évelyne,

Merci pour vos interventions et vos remarques. :happy:

Je ne suis pas vraiment convaincu par vos arguments concernant le type 6. En voici quelques raisons.

Tout d'abord, la peur n'est pas l'exclusivité des 6 : tous les types, suivant les contextes, peuvent être amenés à ressentir de la peur. Dans plusieurs de ses émissions, Nicolas Hulot est effectivement mort de trouille : avant de sauter en élastique, face à des animaux potentiellement dangereux, en rappel sur une montagne, etc. Il me semble que ces situations de peur sont tout simplement normales, car il y a un danger potentiel à chaque fois. Face à de telles situations, tous les types pourraient très bien ressentir de la peur. Il ne m'a pas semblé, au cous de ma lecture du Syndrome du Titanic repérer tant de situations de peur "au quotidien", comme peut le vivre un 6, à un niveau d'intégration moyen.

Idem pour le doute : face à l'ampleur de la tâche qu'il s'est assigné, il est tout à fait normal de connaître des moments de doute et une fois de plus, cela n'est pas l'exclusivité du type 6. Dans mon entourage proche, je ne connais personne qui n'ait à un moment ou un autre traversé "des périodes de doutes". Au cours de ma lecture, j'ai plutôt trouvé un Nicolas Hulot capable de dépasser les doutes inhérents à un tel combat pour aller de l'avant et de ne pas baisser les bras. Il me semble qu'un 6, toujours à un niveau d'intégration moyen, douterait beaucoup plus que cela.

Concernant l'approche par rapport à Jacques Chirac, j'y vois plutôt le centre émotionnel qui vit dans l'instant : lorsque Chirac l'écoute ou prend du temps avec lui, la relation devient très positive pour le défenseur de l'environnement (passion d'orgueil et fixation de flatterie à l'œuvre). Lorsque, par la suite, il se rend compte qu'il n'y a pas vraiment de suites concrètes à ses propos, la relation change du tout au tout et on peut y voir à nouveau une manifestation d'orgueil lors de ses prises de positions face au président de la république. Cela résulte toutefois d'une appréciation personnelle, et je reconnais que cela pourrait très bien être l'attitude d'un 6 face à l'autorité en laquelle il ne croit plus. Je n'ai pas plus d’élément pour trancher entre les deux.

Enfin, au sujet du pessimisme dont peut faire preuve Nicolas Hulot, je ne suis pas non plus persuadé que cela soit forcément le reflet d'un type 6 : il y a suffisamment d'éléments concrets et d'informations vérifiables (dont nous pouvons faire l'expérience tous les jours) pour ne pas nécessairement avoir une vision joyeuse et optimiste de l'avenir à moyen et long terme si les habitudes ne sont pas changées à une plus large échelle.

Quant au fait que Nicolas Hulot n'aide pas son prochain, je pense qu'il s'agit là aussi d'une appréciation toute personnelle. Je n'ai pas la même approche, et cela relève aussi de critères subjectifs de ma part (pour moi toute personne mettant son action personnelle au profit d'une cause dépassant justement son intérêt personnel aide nécessairement son prochain). A contrario, je trouve aussi que son discours est très motivé par l'Amour (de la nature, des différentes espèces — qu'elles soient neutres, amicales ou dangereuses pour l'homme —, des cultures, de nos enfants, etc.) bien plus que par un devoir envers les générations futures. Cela restant sur le plan d'une appréciation forcément subjective de ma part, je ne pense que cela puisse faire avancer le débat sur le plan de l'ennéagramme.

Bref, je ne suis pas convaincu par le type 6, et le type 2 reste pour moi l'hypothèse la plus probable en raison de la présence plus marquée des passion et fixation de ce type que de tout autre couple passion et fixation. D'autant plus que cela n'est pas en contradiction avec l'orientation, le mécanisme de défense et la compulsion du type 2… du moins de ce que j'ai pu voir du personnage public.

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Évelyne

Bonjour,

Je ne suis pas convaincue par le type 2. Moi qui suis en train de lire le livre, je trouve qu'il y a dedans beaucoup de réflexions, et peu d'émotionnel.

 

Éric dit : "Un 6 à un niveau d'intégration moyen douterait beaucoup plus que cela." Je trouve que c'est une drôle de vision du 6 (pourtant venant d'un 6 !). Un 6 convaincu de sa cause ne doute plus ! De même un 6 intégré ne vit pas dans la peur en permanence !

Je continue ma lecture du livre :

 

  • P. 103 : "Telle est mon éthique. Elle n'a pas varié depuis 30 ans", d'où la notion de fidélité et de loyauté.
  • P. 104 : "Le véritable défi n'est qu'avec soi-même. Il consiste à mettre en phase la raison et la compréhension du phénomène extérieur avec l'irrationnel et la peur qui nous habite", d'où la notion d'utilisation du centre mental et on retrouve la peur.
  • P. 111 : "Il s'agit de donner du sens au progrès, et de n'avoir de cesse de le redéfinir. Qu'est-ce que cela veut dire ? Avant tout opérer un changement radical dans la réflexion. […] Comprendre une fois pour toutes que le temps du quantitatif est révolu", d'où encore l'utilisation du centre mental en priorité.
  • P. 112 : "S'ensuivront nécessairement des actions courageuses fondées sur un authentique respect d'une nature…", d'où l'utilisation du centre instinctif dans un second temps, après le centre mental.
  • P. 119 : "Cette notion de choix est au cœur de notre réflexion."
  • P. 120 : "Je cherche la faille dans le raisonnement."
  • P. 121 : Il évoque la "nécessité d'une éthique", et l'absence de "besoin d'autres principes".
  • P. 122 : "Cela confirme l'analyse déjà faite" (centre mental).
  • P. 125 : "Il m'est arrivé d'émettre des jugements critiques." (je trouve ça très 6.)
  • P. 133 : "Lorsque vous verrez le regard de vos enfants vous juger, vous comprendrez où est la vérité."
  • P. 143 : Il déplore le "défaut de réflexion" des hommes politiques.

Voilà, j'en suis là !

Cordialement,
Évelyne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Comme je l'ai dit plus haut, je ne connais pas le personnage. Je n'ai jamais regardé son émission, ni lu un de ses livres. La seule chose que je connais de lui, c'est une ou deux interviews, et encore il y a longtemps. Je ne peux donc participer au débat "6, 2 ou autre". Juste compter les points. :happy: Et réagir uniquement en termes de théorie de l'Ennéagramme.

Cependant quand je lis

Tout d'abord, la peur n'est pas l'exclusivité des 6 : tous les types, suivant les contextes, peuvent être amenés à ressentir de la peur. Dans plusieurs de ses émissions, Nicolas Hulot est effectivement mort de trouille : avant de sauter en élastique, face à des animaux potentiellement dangereux, en rappel sur une montagne, etc. Il me semble que ces situations de peur sont tout simplement normales, car il y a un danger potentiel à chaque fois. Face à de telles situations, tous les types pourraient très bien ressentir de la peur.

je ne peux effectivement m'empêcher de penser au 6. Certes, Eric, des membres de tous les types pourraient avoir peur dans ce genre de situations. La question me semble plutôt être de savoir pourquoi il a été affronter sans nécessité ces situations dangereuses ? (Moi, j'aurai la trouille, donc je n'irai pas !) Et ça, cela sent la contre-phobie, même si on d'autres types pourraient faire la même chose.

Un 2 pourrait bien sûr tenter ce type d'expériences, principalement pour faire plaisir à quelqu'un. À qui en l’occurrence ?
J'ai aussi connu des 2 faisant cela dans des moments de faible intégration pour arriver à ressentir quelque chose dans leur corps qui soit personnel, non lié à une relation à l'autre. Serait-ce possible ?

Je suis aussi un peu sceptique sur "l'Amour (de la nature, des différentes espèces, des cultures, de nos enfants, etc.)" Certes, là aussi, un 2 peut parfaitement vivre cela. Mais un 2 est un émotionnel, il a besoin de relation avec un ou des individus identifiés, et la liste que tu donnes semble bien abstraite.

Pour tempérer cela, je dois dire que le sujet du livre implique une certaine abstraction, et que je soupçonne (sans preuve) les 2 atteignant le vMème JAUNE de la Spirale Dynamique de pouvoir aimer des abstractions.

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour tout le monde,

Merci pour vos remarques pertinentes… qui commencent à me faire douter du type 2.

Évelyne, je suis entièrement d'accord avec toi sur la tonalité mentale de certains propos de Nicolas Hulot. Je déplore cela dit que tu ne cites que des passages "mentaux" sans les mettre en relation avec d'autres passages où la tonalité émotionnelle de ses expériences me semblent aussi au premier plan. De mémoire (il faudrait que je relise son livre pour citer exactement ses propos), il parle à plusieurs reprises de la supériorité du "cœur" sur la "raison" dans un tel combat.

De même qu'il y a de nombreux chapitres au sujet de ses "expériences passées" dans diverses régions du monde où le mental est complétement absent de ses descriptions : ces moments ne correspondant pas à des périodes de stress, je n'envisage pas une répression du mental laissant le champ à l'émotionnel pour ces descriptions.

De plus, il me semble que dans ce type de combat, il est souvent pertinent que la réflexion précède effectivement l'action afin de pouvoir agir sur une échelle - de personnes et de temps - plus importante. La connaissance des phénomènes en eux-mêmes, dans leurs moindres détails, ainsi que de leurs conséquences sont un préalable à l'action juste permettant d'inverser certains comportements. Je ne suis donc pas étonné que Nicolas Hulot fassent de multiples références à la réflexion, à la connaissance, car c'est justement l'absence de réflexion (ou le refus de la réflexion pour profiter maintenant et pour soi du progrès sans vouloir en envisager les conséquences) qui a pu amener à certains débordements. D'autant plus que j'imagine très aisément que Nicolas Hulot est particulièrement bien entouré, notamment de scientifiques, avec des méthodes et de la rigueur scientifique qui seules peuvent donner un véritable poids au combat d'un personnage médiatique.
 

Enensis dit : "Un 6 à un niveau d'intégration moyen douterait beaucoup plus que cela." Je trouve que c'est une drôle de vision du 6 (pourtant venant d'un 6 !). Un 6 convaincu de sa cause ne doute plus ! De même un 6 intégré ne vit pas dans la peur en permanence !

Je ne pense pas avoir une drôle de vision des 6 et je reste sur ce que j'ai dit. Certes, un 6 convaincu de sa cause ne doute plus sur la cause elle même (sic !) : à un niveau moyen d'intégration, il doute des moyens, il doute des personnes sur lesquels ils pensent pouvoir s'appuyer, il doute des délais, etc., et ce doute sera manifeste. De plus, à considérer que Nicolas Hulot soit 6, avec tout ce que nous venons de dire, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'il soit un modèle d'intégration (colère, peur, orgueil etc.).

Fabien, en ce qui concerne ta remarque concernant la peur et le fait de savoir pourquoi il l'affronte de la sorte, j'avoue ne pas avoir de réponse ferme et définitive (le contraire serait étonnant :rofl:). En vrac et uniquement en terme d'hypothèses, je pourrais te parler d'audimat, je pourrais te parler de facilités à voyager et à voir des choses exceptionnelles au prix d'une petite peur de temps à autre, je pourrais te parler de la mémoire de son père et de son frère qu'il a perdu à peu de mois d'intervalle à l'âge de 15 ans… Honnêtement, je n'en sais rien et j'avoue que ta remarque me donne de la matière à… réflexion pour ré-envisager le type 6 (en plus des remarques de François et Evelyne :heart:).

J'ai aussi envie de revenir sur une hypothèse que je n'avais pas pris soin de présenter ici. :blush:

Le type 1 pourrait aussi coller avec tout ce que nous avons dit : toujours dans l'action, il n'abandonne pas, il se met facilement en colère, il va au bout de ses principes et la réflexion est au service de son action pour l'immense combat qu'il s'est donné, une certaine rigidité dans l'apparence et les propos. Une aile 2 pourrait venir compléter le tableau en faisant apparaître les passions d'orgueil et la fixation de flatterie/dédain.

Aujourd'hui, il faudrait que je relise le livre de Nicolas Hulot, fasse le tri dans mes souvenirs et autres notes de l'époque pour voir, après toute cette discussion et l'ensemble de vos éléments, quelle(s) hypothèse(s) me paraissent le(s) plus probable(s). Je reviendrai donc d'ici quelques jours avec, probablement, un autre point de vue sur la question. :happy:

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Évelyne

Bonjour à tous,

 

J'ai oublié d'écrire hier qu'en effet, comme le disait François, Nicolas Hulot parle dans son livre de "devoir envers les générations futures", je ne sais plus à quelle page !

 

Je ferais remarquer que, comme par hasard, il n'y a que des 6 qui s'intéressent à Nicolas Hulot ! C'est quand même significatif, quelque part, non ?

 

Cordialement,

Évelyne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour tout le monde,

 

"Je ferais remarquer que, comme par hasard, il n'y a que des 6 qui s'intéressent à Nicolas Hulot ! C'est quand même significatif, quelque part, non ?"

Pas vraiment, Évelyne, parce que les participants à ce panneau ne représentent, hélas, pas un échantillon significatif des ennéatypes. Les 6 sont beaucoup plus nombreux, faisant montre de leurs qualités communautaires :wink: dont les autres types pourraient bien s'inspirer…

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Évelyne

Bonsoir à tous,

J'ai avancé de quelques pages le livre de Nicolas Hulot.

  • P. 146 : "La psychologie de la horde […] me terrifie."
  • P. 152 : "Mon seul problème est d'accorder raison et émotions afin que je n'éprouve plus de peur et puisse jouir du spectacle en toute tranquillité." Excellent comme phrase, non ?
  • P. 152 et 153, il évoque la peur sous différentes formes : "Bref moment d'incertitude, petit frisson de peur", face à un requin-marteau "j'avançais avec appréhension." Puis face à une raie manta : "Je ne suis pas trop rassuré." Et en entendant un lion : "J'ai beau savoir que le lion ne rentre pas dans la tente, cette dernière me semble soudain bien mince, fragile, dérisoire." Il acquiert ainsi "une perception plus juste des risques encourus, de la fragilité humaine".
  • P. 152, il cite Cioran : "L'homme est un animal qui a trahi, et l'Histoire est sa sanction", d'où la notion de trahison, l'inverse de la loyauté.
  • P. 156, il parle du choix : "Le choix, et le courage qui l'accompagne. Car choix et risque sont liés."

Maintenant je reconnais qu'il y a aussi des passages où il évoque l'émotionnel (autre que la peur) :

  • P. 149 : "La nature est pour moi une réserve d'innocence et d'émotion sans fin, la matrice originelle, la source inépuisable où je retourne puiser des forces. D'où ma passion pour elle, ma compassion pour ses malheurs."
  • P. 160, décrivant des dauphins, il note : "Scène si émouvante que, en y repensant aujourd'hui, j'en ai encore la chair de poule. Quel signal nous adressaient ces dauphins ? Quel amour nous offraient-ils, et quel amour attendaient-ils de nous ?"

Mais depuis quand les 6 n'auraient-ils pas le droit d'exprimer des émotions, ou alors seulement sous stress ? C'est écrit où ?

  • P. 163, il écrit encore : "Sauf à n'avoir aucun sentiment pour le sort de l'humanité de demain, on réalise alors que la dégradation de la nature compromet ni plus ni moins le sort de l'humanité toute entière, et le besoin d'un engagement pour les combats à mener devient une évidence. Après seulement s'opère le partage entre ce qui est du domaine du doute, de l'intuition, et de la certitude. Le doute : où tout cela va-t-il nous mener ?" On retrouve la notion de devoir envers les générations futures, et le doute.

Voilà, j'espère que cela vous aura intéressé.

Cordialement,
Évelyne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Évelyne

Bonjour à tous,

Dans le domaine émotionnel (autre que la peur), Nicolas Hulot évoque son amour des livres, et aussi de certaines régions du monde telles que le pôle Nord ou l'Arctique… Il aime le végétal, et aussi l'animal… Il est ému à diverses reprises par les loups, les dauphins, les paysages couverts de neige, les indiens, les baleines, par des images fortes et belles… Il parle plusieurs fois de compassion… OK.

Mais il y a tant de thèmes de 6 que quand même, on y revient !

  • P. 168, il parle d'un bébé orang-outan qui "hurle de peur" !
  • P. 170, il évoque la hiérarchie (des règnes).
  • P. 173, il dit : "Les requins qui nous font — à tort — peur."
  • À plusieurs reprises, il évoque la vérité et le courage (notamment p. 204).
  • P. 188, il dit : "J'ai ainsi connu, du temps du premier Ushuaïa, des moments de doute sur la légitimité d'une vie qui ne m'appartenait plus."
  • P. 190, il explique que les livres l'"aident à vivre et à comprendre".
  • P. 208, il écrit : "Une loi sur la condition animale me paraît nécessaire", et aussi "la suppression de toute souffrance inutile devrait être posée comme règle intangible."
  • P. 235, il se dit "un peu inquiet".
  • P. 248, il affirme : "J'avais le désir de réaliser un véritable défi." Et plus loin : "Accomplir un exploit, élargir le champ des possibles humains, ce n'est pas mal dans une vie." Il parle du "souvenir de l'exploit accompli", et dans la même page il revient à la "peur panique" ("à l'idée que, tard dans la nuit, le morceau de banquise sur lequel je me trouve peut se séparer du reste et partir à la dérive"). Il ajoute : "Le pôle mêle éblouissement et terreur."
  • P. 265, il se dit "partagé entre jubilation et inquiétude".
  • P. 271-272, il cite le mot "éthique" à… cinq reprises, et encore à deux autres reprises depuis la page 230, sans compter les pages d'avant sûrement !
  • P. 275, il parle d'une "incitation financière" qui "les pousse aux achats 'moraux'" ; il dit : "Je crois à un engagement individuel, possible lorsqu'il s'accompagne d'une réglementation courageuse."
  • P. 280 : "D'où un émerveillement renouvelé mais toujours neuf, et le sens aigu d'une dette à l'égard de […] Dame Nature. Je sens que la vérité est là, et que bafouer tant de beauté et d'équilibre relève du sacrilège. Comprendre cela, c'est nous élever."

Voilà, cette fois je vous laisse !

Cordialement,
Évelyne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour Fabien,

Je voudrais revenir en arriève sur la discussion sur une remarque que tu avais faite pour avoir une petite précision.
 

Cependant quand je lis

Tout d'abord, la peur n'est pas l'exclusivité des 6 : tous les types, suivant les contextes, peuvent être amenés à ressentir de la peur. Dans plusieurs de ses émissions, Nicolas Hulot est effectivement mort de trouille : avant de sauter en élastique, face à des animaux potentiellement dangereux, en rappel sur une montagne, etc. Il me semble que ces situations de peur sont tout simplement normales, car il y a un danger potentiel à chaque fois. Face à de telles situations, tous les types pourraient très bien ressentir de la peur.

je ne peux effectivement m'empêcher de penser au 6. Certes, Eric, des membres de tous les types pourraient avoir peur dans ce genre de situations. La question me semble plutôt être de savoir pourquoi il a été affronter sans nécessité ces situations dangereuses ? (Moi, j'aurai la trouille, donc je n'irai pas !) Et ça, cela sent la contre-phobie, même si on d'autres types pourraient faire la même chose.

En fait, je ne suis pas sûr de bien comprendre l'articulation entre les deux idées, à savoir d'un côté aller affronter la peur dans des situations dangereuses qu'on va chercher et la contrephobie. La contrephobie ne me semble pas être systématiquement une recherche de situations potentiellement dangereuses pour avoir peur. Elle me semble simplement être une manière de faire face à la peur lorsque celle-ci surgit — dans une situation dangereuse par exemple — et pas nécessairement d'aller provoquer la situation dangereuse en sachant qu'on aura peur.

J'imagine ainsi aisément que l'on doit retrouver tous les types parmi les pilotes de Formule 1, les pompiers, les cascadeurs, les sportifs extrêmes, etc. (toutes les activités pendant lesquelles on peut être en face de situation dangereuse) et que les 6 contrephobiques n'y sont pas forcément majoritaires.

Pourrais-tu donc expliciter un peu ta remarque ?

Évelyne, en ce qui me concerne, je trouve tes exemples un peu trop circonstanciés et trop issus de comportements pour vraiment valider une hypothèse 6. Une fois de plus, par rapport aux problématiques environnementales dont Nicolas Hulot nous dresse le bilan, il est acquis pour beaucoup que c'est l'ignorance qui a amené l'homme à cette situation, et le remède à l'ignorance ne peut être que la connaissance : il n'est donc pas surprenant qu'il fasse référence à la connaissance et à la compréhension tout au long de son livre.
De plus, je ne comprends pas vraiment le rapport entre les thèmes de la vérité ou des défis et exploits avec le 6. :blush:

Je suis en train de re-survoler le livre de Nicolas Hulot et je dois dire qu'à ce stade, les deux seules choses qui me font penser au 6 sont la peur qui est effectivement mentionnée plus souvent que je ne m'en rappelais, et surtout les références constantes à de nombreux auteurs. Éventuellement, la passion pour les livres peut aussi aller en ce sens bien que la lecture ne soit pas l'apanage des mentaux.
Un type orienté vers l'action et les idéaux personnels élevés me semble faire bien plus sens, et je reviendrai avec plus de précisions sur ce point.

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Eric,

"La contrephobie ne me semble pas être systématiquement une recherche de situations potentiellement dangereuses pour avoir peur."

D'une part je n'ai pas employé le mot "systématiquement", et d'autre part ce n'est pas exactement ce que je voulais dire. Le 6 contrephobique peut aller affronter des situations dangereuses, ou simplement faisant peur, pour se prouver soit qu'il n'a pas peur, soit qu'il peut maîtriser sa peur, chose qu'il prend pour du courage. C'est un cas très fréquent.

"J'imagine ainsi aisément que l'on doit retrouver tous les types parmi les pilotes de Formule 1, les pompiers, les cascadeurs, les sportifs extrêmes, etc."

Certes, mais je suis convaincu que la répartition des types n'y est pas la même que dans le reste de la population.

Les grands sportifs extrêmes ayant atteint un très haut niveau n'ont généralement pas peur. Par exemple, il y a pléthore de 8 dans les grands coureurs de Formule 1. Il y a aussi pas mal de 6 contrephobiques inconscients de leur peur ; ceux-là ont tendance à prendre un peu trop de risques et sont généralement un peu moins bons.

À côté de cela, il y a des activités qui font peur sans être réellement dangereuses, comme le saut à l'élastique par exemple. Il y a là nombre de 6 mettant en œuvre le mécanisme que j'évoquais ci-dessus. Il y aussi beaucoup de gens qui sont coupés de leurs émotions et sensations dans la vie quotidienne et qui cherchent ainsi, inconsciemment bien souvent, à créer une connexion à leur corps.

"Une fois de plus, par rapport aux problématiques environnementales dont Nicolas Hulot nous dresse le bilan, il est acquis pour beaucoup que c'est l'ignorance qui a amené l'homme à cette situation, et le remède à l'ignorance ne peut être que la connaissance : il n'est donc pas surprenant qu'il fasse référence à la connaissance et à la compréhension tout au long de son livre."

Bien sûr, mais il me semble que tu oublies la hiérarchie des centres. Un 2 peut évidemment s'intéresser à la connaissance, en parler, la juger indispensable. Cependant, il reste quelqu'un qui donne la priorité à l'émotionnel : son vocabulaire devrait contenir des termes émotionnels nombreux ; son discours devrait mentionner des critères émotionnels et l'information rationnelle venir en soutien de ces émotions.

Toujours en termes de hiérarchie des centres, si Nicolas Hulot était un 2, je ne vois guère comment il pourrait réprimer l'instinctif, étant données les activités sportives évoquées. Il devrait alors réprimer le mental, et celui-ce ne pourrait sembler dominant dans son livre. Alors, qu'en est-il ?

Je précise que je n'ai toujours pas lu le bouquin, et que je ne le lirai pas pour vous départager. :laugh:

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour à tous,

Après une petite pause dans cette discussion et la relecture en diagonale du livre de Nicolas Hulot, je reviens pour vous livrer mes dernières conclusions.

En ce qui me concerne, je ne pense toujours pas que la peur soit dominante chez Nicolas Hulot comme elle peut l'être chez un 6. Nous avons déjà évoquée ce sujet, et je pense que les moments de peur qu'il peut évoquer sont des moments de peur légitime et appropriée. Je ne pense pas non plus que le doute soit une de ses caractéristiques principales. Comme tout un chacun, il a des doutes et ceux-ci ne me semblent pas nécessairement exagérés ou incohérents.

En revanche, ce qui me semble aujourd'hui très déterminant dans sa personnalité, c'est sa capacité à agir pour faire avancer les choses, ses idéaux élevés et aussi la colère dont il parle à plusieurs reprises dans son livre. Il me semble ainsi bien plus être une personne d'action que de réflexion. En plusieurs occasions, il décrit aussi très bien le mécanisme de défense du 1 de formation réactionnelle (notamment lorsqu'il sent la colère monter en lui et qu'il fait tout pour ne pas la montrer à ses interlocuteurs). Le perfectionnisme me semble aussi très présent dans sa manière d'appréhender les choses et de toujours vouloir "en faire plus" pour que "tout soit mieux".

Le sous-type social du 1 semble aussi très bien lui convenir, puisqu'il se décrit lui-même comme étant en marge de la société dans laquelle il vit et qu'il ne se sent véritablement à l'aise qu'en famille ou face aux spectacle de la Nature. De même l'aspect "anxiété" qui a été mentionné à plusieurs reprises par Évelyne peut aussi faire sens dans le sous-type conservation du 1.

L'aile 2 me semble aussi faire très sens par rapport aux passions et fixations du type (comme déjà mentionné).

En revanche, je ne saurai dire s'il réprime le mental ou l'émotionnel au travers de la lecture de ce livre. Il est certain qu'il fait étalage de nombreuses connaissances et références, et j'ai du mal à départager cela avec les émotions variées et très bien décrites dont il nous fait part dans son livre.

Bref, il me semble qu'aujourd'hui, il n'y a rien d'incohérent avec le type 1 et l'ensemble de nos observations et je pense qu'il s'agit bien là du type réel de Nicolas Hulot.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Évelyne

Bonjour Eric,

 

En lisant le livre "en diagonale", tu as dû comprendre "de travers" ! :laugh:

(La formule n'est pas de moi, mais de mon mari qui n'est pourtant pas un 7 !)

 

Évelyne

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wallace

Et puis, êtes-vous absolument convaincus qu'il écrit ses livres lui-même ? :laugh:

 

Toute plaisanterie mise à part (quoique ?), il faudrait peut-être confronter plusieurs sources pour avoir moins de risques de se tromper sur son ennéatype, non ?

 

Wallace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Hello,

Wallace, je m'étais déjà fait cette remarque (un peu plus haut dans la discussion, je crois). Effectivement, il est possible que d'autres personnes aient participé à la rédaction de son livre. Cela ne change pas grand chose à mon point de vue, puisque je me base aussi sur des interviews et autres souvenirs de ses apparitions télé lors de la sortie de ce livre.

Ses interventions télévisuelles des derniers jours concernant les dix gestes (entres autres) pour "le Défi pour la Terre" me confortent d'ailleurs dans mon opinion que l'instinctif est vraiment dominant, et que l'action prime sur la réflexion (la réflexion lui sert de support à l'action et n'est jamais de la réflexion "pure" comme on peut la trouver chez les mentaux).

Merci Évelyne pour cette expression excellente que je m'empresserai de ressortir à l'occasion. :happy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Je suis tombé par hasard sur ces citations de Nicolas Hulot que je livre à votre sagacité :

  • "On ne peut vivre qu'en dominant ses peurs, pas en refusant le risque d'avoir peur." (dans Les chemins de traverse)
  • "Contemplation rime avec compréhension." (dans une interview à L'Express)
  • "On peut toujours compter sur l'amitié, alors qu'il faut être sur ses gardes en amour." (dans États d'âme)
  • "L'émerveillement est le premier pas vers le respect, le second est la connaissance." (dans une interview à Natagora)
  • "Je suis optimiste de nature ; c'est vrai que j'ai toujours tendance à penser que les choses vont s'arranger avec le temps. Ma raison me pousse plus au pessimisme." (dans une interview à Natagora)

Et celle-ci qui est d'Einstein, mais qui est en exergue de l'ouvrage L'impasse alimentaire publié par sa fondation :

  • "Le monde est dangereux à vivre. Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

Bonne fin de semaine de réflexion. :rofl:
Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lorenzo

Bonjour Fabien et à vous tous,

 

Dans la continuité de l'ennéatype 6 et de Nicolas Hulot, invité ce mercredi (30 mars 2016) sur Europe 1 dans la matinale de Thomas Sotto, Nicolas Hulot n'a pas échappé à une question sur ses ambitions présidentielles.

 

L'écologiste affirme qu'« aujourd'hui, la réponse est non » pour 2017 : « Je suis surpris qu'il y ait autant de candidats. Soit ils font preuve d'une confiance en eux extraordinaire, ou soit ils ont sous-estimé la complexité, la gravité, et je dirais même la dangerosité de l'exercice. »

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

D'habitude j'écris un message, même s'il ne fait pas avancer la conversation, pour saluer les nouveaux arrivants. Mais le retour de Lorenzo après presque dix ans de silence mérite bien une extension de cette tradition. Salut donc Lorenzo, je suis ravi de te retrouver ici et j'espère te relire avant 2026 ! :rofl: Merci pour ce complément d'information.

 

Ne faisant pas non plus progresser le sujet, Nicolas Hulot à la présidentielle, c'est l'Arlésienne !

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mdo

Bonjour à tous,

 

Tiens, c'est marrant, comme ancienne à la radio (France Inter), j'ai eu l'occasion de travailler il y a bien longtemps avec Nicolas Hulot, à une période où il ne paraissait ni intéressé ni concerné par l'écologie…

Certes je n'assurais les émissions où il intervenait que de temps à autre et je peux me tromper, mais d'après les souvenirs que j'ai de lui, je l'aurais bien pris pour un 3… Sûrement pas pour un 2 en tous cas ! Et je ne vois pas bien le 6 non plus.

 

Bon, pas certain qu'un passé aussi lointain fasse avancer le sujet !

 

Amitiés à tous,

Marie Do

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,
 
Le 3 avait été ma première impression au début de cette conversation, même si j'avais signalé explicitement ne connaître le personnage que de très loin et superficiellement. C'est toujours le cas. J'ai — sans avoir réussi à identifier pourquoi — peu de sympathie pour lui et n'ai donc pas eu envie d'approfondir.
 
Un 3 peut s'identifier à un rôle avec tant de force qu'il se confond avec alors avec un autre type. Patricia et moi avions signalé ce point dans le sous-chapitre “Le transformiste de l’ennéagramme : le 3” du Grand Livre de l'Ennéagramme :
 

La passion du 3 est le mensonge, et son mécanisme de défense l’identification. À un moment donné de son existence, un 3 entre complètement dans le rôle qu’il est en train de jouer pour assurer sa réussite sociale. Cela peut impliquer de mimer un autre ennéatype. Par exemple, si le 3 dirige un programme de qualité totale dans une entreprise, il peut se croire perfectionniste et s’identifier en 1. S’il travaille dans une organisation humanitaire, il peut mettre l’amour et l’aide au centre de ses valeurs, et se prendre pour un 2. Ou bien, il travaille dans un laboratoire de recherche, décide que rien n’est plus important que la connaissance et la précision, et le voilà 5. Ou peut-être est-il embauché par une grande entreprise comme médiateur, et il se reconnaît soudain toutes les caractéristiques du 9.

 

Or il y a de toute évidence une dimension 6 dans l'écologie, et les arguments apportés jusqu'ici en faveur de ce type chez Nicolas Hulot sont assez convaincants.

 

Quand un 3 est ainsi dans le rôle d'un autre ennéatype, un des seuls moyens de s'en apercevoir est de l'observer dans plusieurs contextes ou de l'avoir connu avant ce rôle. Il est donc très intéressant, Marie Do, que tu aies croisé Nicolas Hulot "à une période où il ne paraissait ni intéressé ni concerné par l'écologie". Pourrais-tu retrouver ce qui t'as alors donné l'impression du 3 ?

 

Les valses-hésitations de Nicolas Hulot quant à une candidature aux élections présidentielles ou quant à un rôle politique plus direct peuvent s'expliquer par le doute du 6 mais aussi par le fait qu'un 3 peut hésiter à se lancer dans un projet qu'il n'est pas certain de réussir.

 

Ajoutons enfin que 3 et 6 sont dans une relation d'intégration-désintégration ce qui ne facilite pas les choses.

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mdo

Bonjour Fabien, bonjour à tous !

 

C'est un peu compliqué de répondre objectivement parce que tout ça remonte à très longtemps et qu'en plus, travailler "en coulisses", si je peux dire, révèle des côtés de la personnalité de personnages "publics" qu'ils ne montrent évidemment pas ! Il y a eu parmi les nombreuses célébrités, journalistes, animateurs que j'ai été amenée à côtoyer de très bonnes surprises… et de très mauvaises, par rapport au rôle (ou masque) qu'ils affichent "officiellement".

 

En ce qui concerne Nicolas Hulot, j'ai le souvenir de quelqu'un qui courait après la réussite (mais il débutait, donc ça peut s'expliquer hors le fait d'être 3), qui était beaucoup plus dans l'apparence que dans la sincérité, très compétitif. Je dois avouer que sa reconversion à l'écologie m'a fait sourire et que j'ai pensé qu'il profitait d'un bon créneau très porteur. Mais bon, comme j'ai dit je ne suis pas très objective, et il a peut-être évolué…

 

Depuis, je n'ai suivi que de très loin ce qu'il fait…

 

Donc, souvenirs et impressions à lire avec prudence !

 

Amitiés à tous,

Marie Do

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lorenzo

Bonjour cher Fabien,

 

Je suis très touché par ta réponse à mon message ; il m'a fait très sourire, même si je voulais passer inaperçu, ici, ou presque !

 

Je m'aperçois que le doute n'est toujours pas levé quant au type de Nicolas Hulot, en espérant qu'il le sera avant cette même période de 10 ans… :surprised:

 

Très amicalement !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wallace

Bonjour à tous,

 

Histoire de relancer les débats en ces temps troublés pour Nicolas Hulot, voici une vidéo de Michel Onfray posté le 18 décembre dernier :

 

 

Très amicalement,

Wallace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wallace

Bonjour à tous,

 

Nicolas Hulot veut introduire la protection de l'environnement dans l'article 1 de la constitution française. C'est bien, non ? Ben non, d'après Didier Maus, président émérite de l'Association internationale de droit constitutionnel et ex-président de l'association française de droit constitutionnel :

 

Didier Maus a dit :

Sur le plan strictement juridique, je considère que ça n’apporte rien. Il existe déjà une Charte de l’environnement, qui a été intégrée à la Constitution en 2005. Elle a pleine valeur constitutionnelle. Politiquement, en revanche, cela empêche sans doute que Nicolas Hulot soit obligé de quitter le gouvernement. Ce qui n’est pas négligeable. […] La Charte de l’environnement prévoit déjà, dans son préambule, « que la préservation de l'environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation ». La diversité biologique est également citée. Or, ce texte a la même valeur juridique et symbolique que la Déclaration des droits de l’Homme ! Le Conseil constitutionnel a déjà reconnu sa valeur obligatoire, des articles de loi ont été censurés en application de la Charte de l’environnement. Il n’y a donc aucun besoin de modifier la Constitution sur ce plan, juste pour s’adapter à de nouveaux problèmes. […] Juridiquement, cette formulation ne veut absolument rien dire. Si vous voulez mon avis, c’est un aimable baratin.

 

Effectivement, pourquoi pas 3 ?

 

Très amicalement,

Wallace

 

Source : Didier Maus et Étienne Girard, « Protection de l'environnement dans la Constitution : “La proposition de Nicolas Hulot est un aimable baratin” », Marianne, 21 juin 2018.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Je viens d'entendre cette nouvelle sur France Inter.

 

Le 28 août dernier, Nicolas Hulot annonce sa démission en direct sur France Inter sans avoir averti auparavant le président de la République et le Premier ministre. Quinze jours après, il sort un livre d'entretiens aux Éditions de l'Aube. Son titre : "Ne plus me mentir" [Version Kindle].

 

Évidemment, j'ai pensé à cette discussion et le titre m'a plutôt fait sourire…

 

Très amicalement,

Fabien

 

Ajout du lendemain à 9h : Nicolas Hulot dément avoir voulu la publication de cet ouvrage, et le journaliste qui a compilé les entretiens dément que Nicolas Hulot n'ait pas été au courant. En tout cas la formule "ne plus me mentir" est bien de Hulot.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×