Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Zurbanparis

Le Seigneur des Anneaux

Recommended Posts

Zurbanparis

Le film "Le Seigneur des Anneaux" me semble la plus belle des illustrations de l'ennéagramme. La "compagnie de l'anneau", composée de 9 personnages, semble calquée sur les 9 types. Voici un essai d'interprétation.

 

Aragorn 3

Aragorn, fils d'Arathorn et descendant d'Isildur, est l'un des personnages-clés du Seigneur des Anneaux et par conséquent de la Communauté. Frodon, Sam, Pippin et Merry firent sa rencontre à Bree, dans une auberge (sous le nom de Grands Pas) et il se révéla être un ami de Gandalf le magicien. Aragorn est un homme maigre, brun et grand avec un visage pâle et sévère et des yeux gris, marque des dunedains. Le Rodeur Aragorn, chef des Dunedain dans le Nord, alors connu sous le nom de Grand-Pas va alors les accompagner tout au long de leur quête. Plus tard il va se révéler être l'héritier des anciens rois de l'ouest et va devenir possesseur de l'épée qui fût brisé auparavant portée par Elendil, Narsil rebaptisée pour l'occasion Anduril. Aragorn était lié à la fille d'Elrond le semi-elfe, Arwen. Son courage lui servit beaucoup pendant la guerre et lui permit de franchir sans encombre les pires difficultés : Fort le Cor, le chemin des Morts, l'attaque de Longestran, Minas Tirith, la dernière bataille. Son sang royal lui permit de revendiquer la royauté de Gondor qu'il obtint à la mort de Denethor. Il régna plus de 150 ans et fut le plus grand roi des hommes de Gondor de tous les temps.

· Groupe : Dúnedain

· Surnom : Grands-Pas, Elessar, Estel, Telcontar, Thorongil

· Père : Arathorn II

· Mère : Gilraen

· Epouse : Arwen Undómiel

· Enfants : Eldarion, filles

 

Frodon, Sacquet 9

Le héros malgré lui du "Seigneur des Anneaux". Il hérita de son oncle Bilbon (Bilbo) l'anneau unique. Obligé de fuir devant les cavaliers noirs de Mordor, il rejoignit Fondcombe où on lui intima l'ordre d'aller jeter l'anneau dans les flammes de la montagne du destin, Orodruin, qui était le seul endroit où il pouvait être détruit. A travers la Moria, l'Emyn Muil, l'Ered Lithuin, Cirith Ungol, les orques, Arachne, etc. Celui-ci s'acquitta, non sans de grandes peines et pertes, de sa mission. Apeuré mais héroïque dans sa difficulté, il fut constamment soutenu par ses fidèles amis et notamment par l'indomptable Sam Gamegie (Gamgee) qui lui remontèrent le moral. Avec la destruction de l'anneau prenait fin un monde qui avait été, ainsi que la tyrannie de Sauron. Blessé par deux fois par d'horripilants ennemis (le chef des Nazgûls et Arachne), celui-ci revint totalement changé de son périple. Ses blessures se réveillant à intervalles réguliers, il fut forcé de quitter la terre du milieu, deux ans après la fin de la guerre de l'anneau et embarqua aux Havres Gris avec Bilbo. Nul ne devait plus jamais le revoir en Terre du Milieu…

· Race : Hobbits

· Père : Drogon Sacquet

· Mère : Primula Brandebouc

· En anglais : Frodo Baggins

 

Boromir 8

Fils de Denethor, c'était un homme fier venu du Gondor (à la suite d'un songe), porteur d'un cor très puissant fait d'argent et d'une corne de buffle sauvage et qui rejoignit la communauté de l'anneau après le conseil d'Elrond, avec le porteur de l'épée qui fut brisée, qu'il avait entendue dans son rêve, Aragorn. Fasciné par l'anneau (appelé avant cela "Fléau d'Isildur"), il finit par tomber dans son ombre et tenta de voler l'anneau à Frodon à Tol Brandir. Repentant, il livra un combat héroïque contre les orques Uruks-Haï de Saroumane à Parth Galden (sur la même île) mais fut finalement abattu. Inhumé selon les honneurs par Aragorn, Legolas et Gimli, sa dépouille fut aperçue quelques jours plus tard devant Minas Tirith par son frère, Faramir.

 

Gandalf 5

Nul ne sait d'où il vint à son arrivée en terre du milieu de même que les quatre mages qui l'accompagnaient. C'était un des cinq Istari qui formait le conseil blanc. Bien qu'il ne fut longtemps que le second mage du "conseil blanc" après Saroumane, il fut clairement le plus grand mage ayant jamais existé. Ami des elfes, des hommes, des hobbits et de toute chose bonne en Terre du Milieu, il fut le plus dangereux ennemi du seigneur ténébreux, qu'il vainquit, avec sa perspicacité, sa sagacité, et son intelligence hors normes. Il accompagna Frodon Sacquet dans sa quête, mettant ses pouvoirs innés a son service. On le crut perdu dans la Moria, mais il revint contre tout espoir pour organiser la dernière résistance à Sauron en Terre du Milieu. Il bannit le traître Saroumane du conseil blanc, réveilla la résistance du Rohan et organisa la résistance obstinée de Minas Tirith. Conseiller avisé dans les moments troubles des hommes, il fut certainement le point d'achoppement du dispositif qui renversa Sauron. Il fut également le détenteur d'un des trois anneaux elfiques : celui qui appartenait autrefois à Cirdan le charpentier, qui construisit tous les navires elfiques des Havres Gris ainsi que de l'épée elfe Glamdring. A la fin de la guerre de l'anneau, il partit pour l'ouistrenesse, en Arda, le royaume bienheureux des elfes.

 

Gimli 4

C'est le fils de Gloïn, un des douze nains qui accompagnèrent Bilbo dans "Bilbo le Hobbit". Il rejoignit la communauté de l'anneau à Imladris et fit preuve d'un courage et d'une fermeté exemplaire notamment dans la Moria. Il est, malgré des dehors bourrus et une importante pilosité rousse qui le rendent sauvages, fasciné par le bel art, notamment celui de la nature et de ce que font les nains avec. La cité naine du Cavenain dans la Moria et les cavernes du Gouffre de Helm, l'impressionnèrent favorablement pour exemple ! Grand ami de Legolas, il s'illustra durant le siège de Fort le Cor au Gouffre de Helm ainsi qu'a Minas Tirith. A la fin de la guerre, il mena son peuple au Sud et aménagea de nouvelles colonies pour les nains. Il devint alors un grand roi. Tout comme Legolas, il fit voile vers l'ouistrenesse et Arda à la mort d'Aragorn, longtemps après la fin de la guerre et le départ de Frodon puis de Sam.

· Race : Nains

· Groupe : Peuple de Durin

· Père : Glóin

 

Legolas 1

Il fut l'elfe de la "communauté de l'anneau" et d'une aide précieuse à Frodon. Grâce à lui, la communauté pu entrer en Lorien et ses flèches faisaient mouche à tous les coups. Fils de Thranduil et très beau d'apparence (comme tous les elfes), il se distingua partout sur le chemin d'Aragorn qu'il accompagna constamment. Ses nombreux dons dus à son espèce permirent à la communauté d'éviter de graves dangers aussi sûrement que la hache de Gimli ou Anduril la protégeaient. A la fin de la guerre de l'anneau, il restaura Tirith avec Aragorn et son peuple Minas et partit fonder une colonie elfe en Ithilien. Grand ami de Gimli le nain (malgré leur dissemblance), il embarqua avec lui pour voguer vers Arda depuis l'Ithilien à la mort d'Aragorn.

· Signification : Feuille Verte

· Race : Elfe

· Père : Thranduil

 

Merry, Meriadoc Brandebouc 7

C'était le blagueur fou de la communauté de l'anneau. Ayant accompagné, tant bien que mal, Frodon dans son périple, il fut capturé avec son ami Pippin par les Uruks-Haïs de Saroumane après la mort de Boromir. Puis, il fit la connaissance de Sylvebarbe, le vieil ent, dans la forêt de Fangorn dans laquelle ils s'étaient échappés à la suite de l'attaque des uruks-haïs par les fiers cavaliers de Rohan. Il fut fait écuyer du roi de Rohan Théoden et participa à la bataille de Minas Tirith, dans laquelle, il accomplit l'exploit d'abattre le grand roi-sorcier d'Angmar, faisant ainsi sa renommée guerrière. Il formait avec Pippin l'un des duos de la "communauté de l'anneau".

· Surnom : Merry

. Père : Saradoc Brandebouc

· Mère : Esmeralda Touque

· Epouse : Estella Bolger

· En anglais : Meriadoc Brandybuck

 

Pippin, Peregrin Touque 6

L'un des quatre hobbits de la communauté. Un peu froussard, il accompagna néanmoins Frodon dans sa quête, mais ne tarda pas à s'attirer des ennuis. C'est lui qui, par exemple, déclencha le réveil du Balrog dans la Moria et l'attaque des orquess. Capturé par les orques de Saroumane, il réussit avec Merry à s'échapper et à rejoindre Fangorn où il rencontra le vieil ent Sylvebarbe. Pas très malin, il regarda dans un palantir ("pierre voyante" en sindarin) au retour de l'Isengard et fut ainsi révélé à Sauron ce qui provoqua le début du conflit ! Néanmoins il fit preuve de courage durant l'aventure car il fut nommé soldat du gondor et il évita à Faramir de périr brûlé par son initiative et défendit héroïquement la cité blanche de l'assaut farouche des orques de Sauron. A l'issu de la guerre, il devint le Thain de la comté (en gros le chef des armées et il présidait aux banquets) et ce jusqu'à ses derniers jours. Longtemps après, il retourna à Minas Tirith avec son ami Merry et y mourut très âgé. On dit que leurs dépouilles furent mises dans le grand tombeau des anciens rois et qu'Aragorn, une fois mort, y fut déposé entre eux.

· Père : Paladin II Touque

· Mère : Eglantine Talus

· Frères et Soeurs : Pearl, Pervinca, Pimpernel

· Epouse : Diamond de Long Cleeve

· Enfants : Faramir

· En anglais : Peregrin Took

 

Sam, Gamegie 2

C'était le plus fidèle ami de Frodon. Jardinier de profession, il accompagna Frodon partout où il alla. Le voyage lui donna plus d'une fois l'occasion de montrer des qualités insoupçonnées chez un Hobbit comme quand il défendit son jeune maître de la mort qui l'attendait avec Arachne. Sa méfiance de Gollum sauva quelque peu le petit groupe dans Cirith Ungol et grâce à cette sagacité l'aventure ne capota pas. Il porta quelques heures l'anneau mais le rendit très vite à Frodon. Soutien du pauvre hobbit, Frodon n'aurait jamais pu mener à son terme l'aventure sans lui, même si Frodon faillit l'abandonner à Parth Galden. Après la destruction de l'anneau et la fin de la guerre, il se maria à Rose (une hobbite) et lui donna plusieurs jeunes hobbits dont Elanorë (surnommée "la toute belle" car elle avait un air elfique) à qui il confia le "petit livre rouge" lorsqu'il partit rejoindre Frodon en ouistrenesse, cinquante ans après la fin de la guerre de l'anneau. Avec lui s'en allait définitivement une époque et le dernier des porteurs de l'anneau.

· Surnom : Sam

· Père : Hamfast Gamegie

. Mère : Bell Bonenfant

· Frères et soeurs : Anson, Hamson, Halfred, Paquette, May, Marguerite

· Epouse : Rose Cotton

· Enfants : Elanore la Toute Belle, Boucles d'Or, Frodon, Rose, Merry, Pippin, Hamfast, Paquette, Primevère, Bilbon, Ruby, Robin, Tolman

· En anglais : Samwise Gamgee

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour,

 

Je n'ai pas vu le film, mais j'ai lu le bouquin il y a de cela un certain temps.

 

Il serait intéressant (dans un but pédagogique) de préciser comment la passion-vertu et la fixation-idée supérieure interviennent chez les personnages cités.

 

- Chez Frodon : paresse se transformant en activité, je vois assez bien, oubli de soi me parait cohérent mais je n'ai pas d'exemple en tête, amour idem.

- Chez Boromir : excès et vengeance, c'est net, pour la vertu… pas de chance il est mort avant.

- Chez Gandalf : avarice, c'est vrai que dans les mauvais jours il donne les infos au compte-gouttes, et détachement, allant vers désintéressement et omniscience.

- Chez Merry : gloutonnerie et planification se transformant en sobriété et travail, cela aussi semble cohérent.

- Chez Pippin : de la peur au courage, du doute à la confiance.

 

Pour Gimli et Legolas : là, j'ai un peu oublié :proud: et il faudrait que je relise.

 

C'est pour Aragorn que je suis sceptique ("phobiquement correct" pour : pas d'accord) parce que je ne vois nulle part le mensonge et la vanité, même sous stress. A moins de le voir comme intégré en permanence ? Personnellement je l'aurais vu comme un 1, avec une préférence pour l'instinctif vers l'intérieur, colère-sérénité, perfectionnisme-perfection.

 

De même pour Sam, je vois assez mal l'orgueil, bien que la flatterie puisse convenir. Je connais trop mal le type 2 :sad: pour être affirmative. Personnellement j'aurais dit un 6 mais avec prudence. :laugh:

 

Cela dit, il est possible que le film, ou le jeu des acteurs, ait modifié la vision du livre.

 

Très cordialement,

Bénédicte (6)

 

P.S. Je regrette l'absence d'émoticons pour "terrifié" et "dubitatif". :blush:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zurbanparis

Chère Bénédicte,

 

Aragorn est le personnage qui, pour des raisons de sécurité personnelle tout à fait admissibles, ment le plus ; c'est le seul qui n'est pas ce que l'on croit. C'est un roi déguisé en mendiant et il semble vivre ses déguisements multiples sans problèmes (Grands-Pas, Elessar, Estel, Telcontar, Thorongil) et sa vanité apparaît à mon sens subtilement dans le livre (pas du tout dans le film) par ses airs de "Je sais tout, mais vous ne savez rien" ; il a au début du livre un coté "d'Artagnan" dont la vanité est sans nul doute le grand défaut (voir "Les trois mousquetaires"), mais Aragorn est très intégré et ce n'est qu'un "bruit de fond" dont il est conscient à mon sens et qu'il contrôle.

 

Quant à la vanité de Sam quand il est porteur de l'anneau, elle explose superbement.

 

Quand je parle du "Seigneur des Anneaux", je parle toujours du livre, pas du film certes excellent mais tellement réducteur par rapport au livre.

 

Par contre, question : Tolkien connaissait-il l'ennéagramme ou alors était-il génial ? Peut-être les deux, mon capitaine.

 

Autre question : y a-t-il un autre livre dans lequel 9 personnages sont aussi bien réunis en terme d'ennéagramme ?

 

Bonne soirée à tous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour Jean,

 

La première question est : Aragorn ment-il pour éviter l'échec ? Comme tu le soulignes, ses différentes identités sont destinées à assurer sa sécurité. Il me semble que le "pas ce qu'on croit" du 3 irait plutôt dans le sens de la communication du succès que de la discrétion.

On peut argumenter qu'ainsi il s'assure un succès à long terme. Je reste sceptique.

 

Quant à l'orgueil de Sam, cela pourrait aussi bien être une fierté "Je suis loyal" de 6 que l'orgueil du 2.

 

Autre question, plus vache, si tu permets : pourquoi tiens-tu à trouver absolument une personne de chaque type dans l'oeuvre ?

 

Bénédicte (6)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zurbanparis

Bonjour Bénedicte,

 

Pour Aragorn, les deux pourquoi du mensonge (éviter l'échec et assurer sa sécurité) ne sont pas opposés. Tant qu'à son efficacité dans l'action, elle me semble très 3.

 

Pour Sam, lorsqu'il porte l'anneau il n'est plus loyal à personne et cet anneau ne révéle-t-il pas l'âme de son porteur dans sa noirceur ?

 

Tant qu'à chercher une personne de chaque type tout d'abord ce fut un de mes livres préférés et il n'y a, à ma connaissance, pas d'autres ouvrages avec 9 personnages aussi bien campés. De plus rechercher dans les personnages de fiction leur type est un très bon entraînement à l'ennéagramme.

 

MEUHHHHHHH. Oui, tu peux être vache.

Bonne soirée.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour Jean,

 

Je me permets de préciser ma question "vache".

 

Que le livre soit génial, soit. Il a aussi ses défauts, mais là n'est pas la question. Que la Compagnie de l'Anneau soit composée de 9 personnages bien campés, je suis pleinement d'accord. Il y a aussi un certain nombre de personnages bien campés hors du groupe en question.

Rechercher le type de personnages de fiction est un entraînement que je pratique moi-même.

 

OUI MAIS… :laugh:

Serait-il si gênant pour toi que le groupe de 9 personnages présente plusieurs personnages d'un type donné et pas de personnage d'un autre type ? Dans ce cas pourquoi ? (Exemples : prouver que Tolkien est génial, vouloir que tous les types soient représentés…)

Qu'est-ce que cela peut t'apprendre sur toi-même ?

 

Questions supplémentaires :

S'il y a un "biais" en faveur d'un type donné, est-ce que cela peut nous donner une information concernant Tolkien ? Celui-ci semble-t-il préferer l'instinctif, l'émotionnel (ça m'étonnerait) ou le mental ? Est-ce que dans son oeuvre, on trouve des préoccupations qui font penser à un type donné ?

 

De telles questions (qui peuvent d'ailleurs rester sans réponse) sont destinées à faire avancer le débat et à acquérir éventuellement de l'information plutôt qu'à savoir qui a raison ou tort.

 

Très cordialement,

Bénédicte (6 alpha, aile 5, souleveuse de lièvres)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Zurbanparis

Je ne comprends pas le tour que prend cette discussion. J'avais juste la volonté d'ouvrir une discussion sur un livre et un film. Ceci sera donc ma conclusion.

 

Bonne journée.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

A ceux (s'il y en a) qui ne considèreraient pas cette discussion comme inutile,

 

Dans les limites de ma mémoire (relire le bouquin en entier ne faisant pas partie de mes priorités actuelles), l'oeuvre de Tolkien me paraît présenter une certaine répression de l'émotionnel et une préférence pour l'instinctif avec le mental en support. J'y perçois aussi une vision plutôt en noir et blanc du bien et du mal (qui n'empêche pas que dans le récit, certaines personnes puissent se mettre inconsciemment ou involontairement au service du mal). D'autre part, la cosmogonie sous-jacente, explicitée dans Le Silmarillion, me semble reposer sur un idéal de perfection, la transgression de cette perfection déclenchant la colère des esprits supérieurs. La colère est très présente, bien que réprimée, tout au long du Silmarillion.

 

J'aurais donc personnellement vu l'oeuvre de Tolkien comme ayant une "orientation" de type 1 et n'aurais par trouvé choquant (i.e. déviant) d'y trouver un biais en faveur de ce type.

 

En tant que 6, quelques raisons pour lesquelles j'aurais pu personnellement tenir à ce que les 9 types soient représentés seraient :

- Tolkien n'est pas mon auteur d'Héroic Fantasy préféré (bien que je l'admire en tant que pionnier du genre et que je considère comme non moins admirable la cohésion de son univers), mais si c'était le cas j'aurais projeté beaucoup de choses sur lui et je n'aurais pas supporté qu'on mette en cause son génie et la perfection de son oeuvre.

- Les choses auraient tellement bien été structurées (donc mentalement confortables) de cette manière que mettre en cause la structure m'aurait certainement angoissée pour cause de déviance.

 

Et que mes idées sur la question ne semblent pas les bienvenues m'a donné la tentation de me retirer d'une discussion vis-à-vis de laquelle je me sens en déviance.

 

Ceci pour répondre à mes propres questions.

 

Comme indiqué plus haut, j'ai autre chose à faire que relire le livre, donc je n'ai pas assez d'informations pour avancer seule sur le typage des personnages.

 

Donc à moins que d'autres personnes ne souhaitent faire avancer la question, moi aussi je conclus.

 

Très cordialement,

Bénédicte (6)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Bonjour Jean, bonjour Bénédicte,

 

Quel dommage que cette discution tourne ainsi à l'abandon ! (Je suis 4. :sad:)

 

Elle m'intéresse même si je ne participais pas jusque là (et bien d'autres personnes doivent être dans mon cas). Merci donc, Jean, d'avoir ouvert cette discussion qui t'as demandé (ce serait bien que chacun de nous le reconnaisse !) un certain travail, puisque tu as eu l'obligeance de nous faire un résumé de ce roman si dense. :laugh::proud:

 

Je n'avais jamais lu le roman (que j'avais pourtant chez moi), car trop plein de noms imaginaires, de contrées tout aussi imaginaires et j'ai une mémoire des noms déplorable. Ce qui fait qu'au bout de quelques pages, ça m'avait gonflé.

 

J'ai vu le film et comme toi, Jean, j'ai trouvé que se cachait là un formidable panel pour une étude ennéagramme et j'ai présenti comme toi qu'il pouvait fort bien être l'oeuvre d'un homme plein d'un certain savoir proche de l'ennéagramme.

 

L'oeuvre restant à mes yeux un vrai pavé, j'étais à mille lieues d'imaginer toujours une étude à son sujet… "Quel boulot…", pensais-je.

 

En effet, Bénédicte c'est bien là que je te rejoins, il faut pour intervenir relire (ou lire en ce qui me concerne) l'oeuvre. Vu le pavé, ça demande du courage ! En tant que 6, Bénédicte, je comprends ton recul ! :blush: Mais rien ne t'y oblige…

 

Peut-être que Jean et les personnes que cela passionneraient pourraient s'y adonner ? Avec preuve à l'appui comme d'habitude sur ce site et démonstration de ce que l'on avance, comme Bénédicte semble nous le suggérer à raison.

 

Enfin, c'est mon ressenti de 4… :happy:

 

Très amicalement,

ESM 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Administrateur

Bonjour à tous, même si ce message s'adresse particulièrement à Jean,

Jean, je voudrais d'abord te remercier pour ton arrivée sur ce panneau et ta participation à l'analyse d'un ouvrage tel que Le Seigneur des Anneaux. Quand on sait le phénoménal succès mondial de ce livre, le nombre de gens intéressés doit être élevé.

Je ne suis pas intervenu jusqu'ici dans cette discussion parce que je n'ai pas lu le livre et j'ai vu le film, non par goût personnel, mais pour accompagner Patricia qui souhaitait m'y entraîner. Et oui, c'est pour cela que nous autres 7 de sous-type social sommes appelés "Sacrifice" ! :laugh: Je n'ai donc rien à dire de pertinent sur le contenu de cette discussion.

La plupart des gens qui interviennent sur ce panneau cherchent à utiliser l'Ennéagramme pour une introspection approfondie et ont donc l'habitude de s'aider mutuellement par des questions pertinentes et parfois incisives.

C'est cependant parfaitement ton droit de vouloir rester centré uniquement sur le sujet de l'analyse de ce livre sans aborder de thèmes plus personnels, d'autant que c'est bien là la fonction de cette zone du panneau de message. Je crois qu'il suffit de le dire explicitement comme tu l'as fait dans ton dernier message et que tout le monde ici respectera ta volonté.

Le cadre étant ainsi posé, il n'y a aucune raison que tu ne continues pas ce travail d'analyse et j'espère vraiment que tu le feras. Dans ton premier message, tu as résumé les personnages et leur rôle dans l'histoire. Il serait intéressant que tu donnes plus de détails pour justifier l'attribution de tel ou tel type afin que même ceux connaissant moins bien l'ouvrage que toi puissent suivre la discussion et éventuellement y participer.

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Partageant l'intérêt de Jean pour ces neuf personnages et intriguée par la perspicacité de l'auteur, je continue comme je peux une suite d'analyse à moi toute seule.

J'ai consulté le livre : quête d'information sur les types des personnages.

 

Voici mon interprétation du type de Sam Gamegie : type 2.

 

Il ne peut être du type 6 comme le propose Bénédicte : il n'est pas très préoccupé par le danger !

 

Sam a deux préoccupations mageures :

- son ventre et la nouriture pour le contenter,

- Frodon qu'il cherche à servir au mieux en exécutant les tâches qu'il lui confie. Il est fidèle à cet ami "à la vie, à la mort", sans aucune référence à de quelconques règles.

 

Il préfère le centre émotionnel : il agit selon son coeur, sans réfléchir.

 

Il utilise le centre instinctif en second : il agit vite et répond par une action instentanée aux demandes de Frodon ou de son ventre.

 

Son centre mental est réprimé : il prend rarement le temps de réfléchir et ne doute jamais de son maître, ni de ses demandes (et encore moins des demandes de son propre ventre).

 

*****

Chapitre trois livre l : Frodon marche avec un sac identique à celui de ses deux compagnons et râle en se demandant si on ne lui a pas donné ce qu'il y avait de plus lourd : "Je pourrais prendre beaucoup plus, monsieur. Mon paquet est tout à fait léger, dit Sam avec vigueur, mais quelque peut mensongèrement." Sam fait preuve ici d'orgueil.

 

Pippin continue : "Non, Sam. C'est bon pour lui. Il n'a rien de plus que ce qu'il nous a dit d'emballer. Il a été assez flemmard depuis quelques temps et il sentira moins le poids quand il aura perdu un peu de son propre poids par la marche."

 

Comparativement, Pippin, lui ne se laisse pas impressionner par la position de Frodon. Il le traite comme un ami et ne lui accorde aucun grade comme le fait Sam.

 

Sam cherche en effet à être au service d'une personne dont il peut vanter la respectablilité (celui-ci est investi d'une mission capitale pour la survie du monde).

 

On entraperçoit aussi le type 9 de Frodon : paresse (ici) et activité (pour la suite du roman).

 

*****

Sam veut suivre Frodon car il se croit indispensable (orgueil) et pense que Frodon ne peut pas se passer de son aide. Dans les dernières pages du livre II (chapitre X), Frodon décide de partir seul, sans prévenir la troupe afin de se protéger des débordements des uns et des autres. Quand Sam pressent cet évènement, il ne réfléchit pas et fonce jusqu'aux barques. Il est totalement inconscient du danger et fonce dans l'eau alors même qu'il ne sait pas nager :

Sam : Si j'avais pas deviné juste, où seriez-vous à présent ?

Frodon : En route, en sécurité.

Sam : En sécurité ! Tout seul, sans que je sois là pour vous aider ? Je n'aurais pas pu le supporter, ç'aurait été ma mort.

 

On a ainsi l'orgueil de Sam et sa fierté (j'aime, j'aide) qui dérape et le dévoile : pour lui, ne pas pouvoir aider son maître entraînerait sa propre mort. Cet extrait résume le jeu de l'ego du type 2 : l'aide qu'il apporte à Frodon est sa raison de vivre ! Il ne suit pas son maître par loyauté, mais bien par besoin de se sentir indispensable. Ce n'est pas non plus pour l'aide qu'il apporte réellement, mais bien pour satisfaire son ego qui ne peut s'imaginer ne pas apporter cette aide sans que la mort l'emporte : aider, question de vie ou de mort !

 

ESM 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Me revoilà dans l'aventure du "Seigneur des anneaux".

 

Aragorn ne peut être du type 3 à mon avis… Je rejoins là Bénédicte : ses différentes identités sont bel et bien pour assurer sa sécurité et ne ressemblent en rien à du mensonge ; il le fait tout à fait consciemment pour sa sécurité.

 

Mais le plus frappant, c'est sa préoccupation majeure tout au long de l'histoire : le danger ! Protéger du danger, devoir de loyauté, sauver, nous avons fait notre devoir… et j'en passe !

 

Par ailleurs, Jean, dans ta description d'Aragorn, tu parles d'un visage pâle et sévère : ce ne peut pas vraiment être la marque d'un trois (qui est l'un des deux types "joviaux" de l'ennéagramme).

 

Voilà, vite fait…

ESM4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Airibas

Bonjour,

 

Je crois qu'Aragorn est un type "fidèle", "loyal", 6 social (avec un haut sens de la justice, lequel, évidemment, n'est pas patrimoine exclusif du 1), et pas 3… et en tout cas, assez mûr avec un ego "apprivoisé".

 

Je prends aussi Sam pour un 2, et Gandalf pour un 5 à aile 6. Je ne me rappelle pas du livre (je l'avais lu à 15 ans), mais au moins dans le film, je trouve que Legolas à été pauvrement décrit comme caractère.

 

En général, l'honneur, le courage et la loyauté me paraissent des mots-clés pour le monde de Tolkien. Certainement, les femmes sont très simplifiés, comme l'est le féminin-émotif.

 

Tolkien avait combattu dans la Première Guerre Mondiale (il était déçu par la manque de "chevalerie" que signifiait lancer des bombes depuis des avions sur la population civile), et dans la Deuxième Guerre Mondiale dans laquelle participait son fils comme pilote ! Je l'aurais pris pour un 8, mais maintentant je ne suis pas si sûre… Effectivement, peut-être un 1…

 

Amicalement,

Airibas

Share this post


Link to post
Share on other sites
Harper

Bonjour Airibas,

 

Personnellement je ne pense pas qu'Aragorn soit un 6, dans la mesure où il ne semble pas avoir "besoin" d'un groupe ou d'une structure. Je continue à le considérer comme un 1 fidèle à des pricipes fort élevés.

 

Depuis l'époque où j'étais intervenue dans cette discussion, j'ai un peu changé d'avis sur le type de Tolkien, que je considère actuellement comme un 9 alpha, d'une part à cause de ses à-côtés (un chapitre entier sur l'herbe à pipe, quelque part…), et d'autre part parce qu'en revenant sur la philosophie sous-jacente au Silmarillion et à la fin du Seigneur des Anneaux, je perçois davantage un désir de retrouver un monde idéal STATIQUE de cohabitation paisible et confortablement festive, en compagnie des puissances supérieures.

Il me semble que ce retour à une situation antérieure idéale et paisible est plus 9 que 1, la philosophie 1 aurait peut-être donné une part plus active aux créatures (elfes, humains…), alors que dans le Silmarillion il semble que ce soit le passage à l'action individuelle qui crée les situations de chaos, les meurtres, etc.

 

En ce qui concerne la condition féminine, David Eddings (un auteur postérieur d'Heroic Fantasy) dit que Tolkien est encore plus prude que les victoriens, et que tous ses personnages féminins n'existent pas en-dessous du cou…

 

Très cordialement,

Bénédicte

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...