Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Cheeta

Activités et déséquilibre des centres

Recommended Posts

Cheeta

Bonjour à tous,

 

En me promenant sur le panneau, j'ai observé, dans plusieurs conversations, une chose qui m'interpelle… Dans la conversation "Bouddhisme(s)", Fabien dit que les koans ne "fonctionnent pas" sur lui, au contraire ! Dans la conversation "Partage d'un 7", j'avais demandé si un 3 passioné de Monopoly ne risquait pas d'accentuer le déséquilibre de ses centres.

 

Tout ceci m'inquiète un peu. Il faut bien reconnaître que j'ai une vie… de 7 !

 

A votre avis, dans quelle mesure est-il sain pour l'individu de pratiquer des activités (qu'elles soient professionnelles, ludiques ou artistiques) risquant d'accentuer le déséquilibre des centres ?

 

Le déséquilibre provient-il plus de la manière de pratiquer que de la pratique elle-même ?

 

A part l'auto-observation, y a-t-il des baguett… heu, des gardes-fous ? :happy:

 

cheeta 7-6 alpha

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nyarlathotep

Salut,

 

M'observant depuis pas mal de temps sur ce sujet, voici ce que j'en pense.

 

En tant que 9, les activités secondaires constituent un piège de taille pour moi.

 

Voici ce qui se passe quand survient l'envie de me plonger dans une de ces activités (qui dominent d'ailleurs largement mon temps vu que je suis au chômage) : lorsque je ne fais rien de très prenant, mon esprit commence à divaguer et à chercher des idées d'activités plaisantes du genre jeu vidéo, regarder un film, ou d'autres choses comme une promenade à faire ou par exemple faire un dessin, etc. Je pense qu'un 7 doit connaître ça.

 

Le problème est que - ça a l'air de rien - quand j'ai démarré cette activité, pas moyen de m'en dépêtrer. Il faut que je la finisse à tout prix. Et ce qui devait n'être qu'une activité de passage me permettant de passer un bon moment devient une véritable obsession. (J'ai parlé de ce mécanisme plus en détails dans une autre discussion, "Le 9 et la motivation".)

 

Donc, je ne m'avancerai pas pour les autres types, mais pour un 9 l'activité peut vite devenir un piège dans lequel il s'enferme pour ne plus faire les choses vraiment importantes et qui pourraient éventuellement déclencher des conflits.

 

Pourtant, le 9 qui réprime et préfère le centre instinctif a intérêt à se tourner vers l'action s'il veut progresser en terme d'ennéagramme. Alors c'est bel et bien la manière dont il agit qui est importante et non l'action quelle qu'elle soit. Je précise que la vertu du 9 est l'action "juste".

 

J'ajouterai une remarque au sujet de l'écriture, puisque j'écris moi-même. Dans la vie courante j'ai des difficultés d'expression, disons. J'utilise donc l'écriture pour compenser ce fait et pour "esthétiser" et "symboliser" cette expression. Il est vrai que l'écriture peut paraître être exclusivement mentale et donc rapprocher le 9 alpha de son type de désintégration qui est le 6, mais en fait je pense qu'utiliser le mental pour développer l'expression des émotions (c'est ce que je tente de faire) ne peut pas être mauvais pour le développement personnel.

 

En clair, je crois que l'on peut utiliser ses forces pour compenser ses faiblesses et même pour les atténuer. Par exemple, le fait de faire lire ce que j'écris et de débatter ensuite du sujet m'aide à faire ressortir mes émotions. Bon, ce n'est sûrement pas la voie la plus courte, mais c'est celle que je maitrise le mieux, donc qui comporte le moins de risques.

 

Nicolas (9 alpha aile 1)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta et Nicolas,

 

C'est effectivement une question importante, Cheeta. J'y avais déjà plus ou moins répondu dans la conversation "Partage d'un 7" et cela m'amuse que tu la reposes : mon ego a tendance à fonctionner de la même manière, et pour cause ; quand une réponse ne lui plait pas, il repose la question un peu différemment, ou ailleurs, ou à quelqu'un d'autre ! :happy: Ici, cela m'arrange : cela va me donner l'occasion de préciser et rendra l'information plus accessible puisque placée dans une conversation spéciale.

 

1. Si nous pratiquons une activité en réussissant à être parfaitement présent à ce que nous faisons, alors nous sommes dans notre essence et peu importe l'activité.

 

2. Si nous ne savons pas créer et maintenir cet état de présence, il est inutile de se faire des illusions. Notre ego trouvera le moyen de mettre en oeuvre ses mécanismes (compulsion, passion, fixation, défense), peu ou prou selon notre degré d'intégration.

 

3. Est-ce à dire que le choix de l'activité n'a donc pas d'importance ? Non, bien sûr. Notre ego sera certes présent, mais ce n'est peut-être pas la peine de lui dérouler le tapis rouge. Il vaut donc mieux :

- éviter les activités qui donne plus que d'autres l'occasion d'exercer sa compulsion, de vivre sa passion et sa fixation ou de négliger son centre réprimé,

- privilégier les activités poussant à exercer sa vertu et son idée supérieure et à utiliser et développer son centre réprimé. (De tout temps, les maîtres spirituels ont donné de telles tâches à leurs élèves afin de leur faire prendre conscience de leur compulsion et de la corriger ; pour s'en convaincre, il suffit de relire les histoires soufis ou la vie de Gurdjieff.)

 

Nicolas dit : "Je crois que l'on peut utiliser ses forces pour compenser ses faiblesses et même pour les atténuer." Certes, mais encore faut-il que ce ne soit pas notre ego qui ait déterminé quelles sont nos forces. Le plus souvent, c'est le cas et nous ne faisons alors que renforcer le déséquilibre.

Par exemple, nous considérons souvent que notre centre préféré fait partie de nos forces. C'est vrai d'un point de vue égotique et faux du point de vue de l'Ennéagramme où nous considérons que le centre préféré est mal utilisé (trop et hors contexte).

Je suis donc un peu dubitatif sur l'utilisation de l'écriture pour améliorer le fonctionnement du centre émotionnel. Tu dis toi-même, Nicolas, qu'il s'agit de "symboliser et esthétiser" l'expression des émotions. Cela me paraît assez différent du fait de les vivre et de les accepter telles qu'elles sont, d'autant qu'il s'agit d'un travail a posteriori (Il suffit d'ouvrir la télévision pour commencer une collection d'écrivains formidablement doués pour décrire des émotions dans leurs livres, mais extrêmement malhabiles quant il s'agit de les vivre et de les exprimer en direct.). Dans le meilleur des cas, il importe de considérer qu'une telle démarche ne peut être qu'une première étape.

 

Même s'il peut sembler particulier à cause de sa passion, le cas du 9 n'est pas fondamentalement différent. Les règles ci-dessus fonctionnent. Cependant, au jour le jour, un 9 a sans doute intérêt à ajouter à ces critères purement ennéagrammiques un outil permettant de fixer et gérer les priorités.

 

Très cordialement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Bonjour messieurs…

 

Tout ceci m'éclaire un peu plus… Fabien, tu dis : "Eviter les activités qui donnent plus que d'autres l'occasion d'exercer sa compulsion, de vivre sa passion et sa fixation ou de négliger son centre réprimé."

Veux-tu dire par là (j'utilise des exemples, ça me parle plus) qu'un 8 "modérément intégré" n'aurait pas forcément intérêt à s'inscrire à un club de boxe ? (Bizarrement, j'ai du mal à voir ce que cela voudrait dire pour un 7… :happy: )

 

Chaleureusement,

cheeta 7-6 alpha

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

Oui, je crois que la boxe n'est pas le sport idéal pour un 8 non intégré. Je ne dis pas pour autant qu'il serait mieux qu'il fasse du tricot. Ce n'est pas à toi que je vais apprendre qu'il y a une multitude de sports de combats permettant à la fois d'exprimer son énergie instinctive et de la maîtriser. Pour un 8, la pratique de ces disciplines me semblent être extrêmement bénéfique.

 

Il est possible de généraliser à chaque type en cherchant des activités qui utilisent et canalisent le centre préféré. Par exemple, pour un 7, le jeu de Go me paraît supérieur à Othello par la durée des parties et la concentration qu'elles requièrent. L'un ou l'autre sont de toute façon préférable aux jeux de rôles !

 

Sur le plan professionnel, à l'époque lointaine où j'étais informaticien en entreprise, je pensais que la veille technologique était un job parfait. C'est vrai, il est parfait pour un ego de 7 : multiples sujets dont aucun n'est traité en profondeur, conseil, peu ou pas de réalisation, etc., voilà de quoi amplifier une passion d'intempérance et une fixation de planification au-delà de toute mesure !

 

Quand j'ai changé d'orientation, alors que je ne connaissais pas encore l'Ennéagramme, j'ai intuitivement choisi une activité privilégiant mes deux autres centres :

1. la formation dans le domaine du développement personnel repose sur une mise en oeuvre du centre émotionnel,

2. le fait de travailler en indépendant oblige à mobiliser le centre instinctif.

Le premier aspect n'a guère posé de problèmes. Le centre de support est généralement le plus sain des trois et le libérer de l'emprise du centre préféré suffit souvent à assurer un fonctionnement correct. Le second point fut par contre beaucoup plus difficile et douloureux. Même aujourd'hui, la fatigue ou le stress réactivent encore parfois cette problématique.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nyarlathotep

Bonjour Fabien,

 

J'étais en train de répondre à ton dernier message que je viens juste de lire et qui m'a mieux fait comprendre en quoi l'utilisation de notre centre réprimé est préférable. Cependant je me perdais dans mes formulations et je reprends donc mon message du début.

 

Je précise que ce que tu exposes trouve un fort écho en moi, ce qui est probablement dû au fait que, si je ne fais pas erreur, nous avons tous deux relativement tendance à réprimer le centre émotionnel ainsi que le centre instinctif.

 

Ce que je recherche ce sont quelques éclaircissements :

a) Quel type d'activité peut permettre à un 9 réprimant le centre émotionnel de progresser dans une meilleure équilibration, selon toi ?

B) Pour quelle(s) raison(s) le centre "de support" est-il généralement le plus sain ? Cela signifie-t-il que le centre préféré est le plus souvent "perverti" et est-ce dû au travail de l'ego ?

 

Je rajoute un commentaire. Tu expliques qu'à un certain moment tu t'es intuitivement orienté vers un travail t'éloignant d'une utilisation excessive et confortable de ton centre préféré qui aurait favorisé l'installation de l'ego, en quelque sorte.

 

Il m'est souvent arrivé, lorsque j'étais plus jeune et plus impulsif de crier sur les toits que je ne ferais jamais un travail de bureau, trouvant la routine qui en découlait extrêmement sclérosante. Depuis je continue de tenir le même discours. Cependant j'ai reconstruit chez moi des mécanismes tout autant routiniers qu'un travail de bureau qui confortent certainement encore plus mon ego. Je me rends parfaitement compte de cela, mais je ne trouve pas vraiment de porte de sortie à ce cercle vicieux que je me suis bâti et qui, ces derniers mois, devient plus que pesant. D'où mon intérêt pour ces questions.

 

Nicolas (9 alpha aile 1)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Nicolas,

 

Ce sont les bases de la théorie de la hiérarchie des centres :

- le centre préféré est mal utilisé, parce que trop et hors de propos,

- le centre de support est mal utilisé parce qu'il ne sert qu'à soutenir l'action du centre préféré,

- le centre réprimé est mal utilisié parce que peu ou pas.

Des trois, le plus sain est cependant le centre de support : généralement, si on réussit à le faire fonctionner de manière autonome et non pas au service du centre préféré, il ne pose pas de problème.

 

Je suis un 7 mu. Je réprime le centre instinctif et l'émotionnel est mon centre de support et ne pose pas de problème particulier.

 

Pour développer ton centre émotionnel, il te faut trouver des activités avec et pour les autres.

 

Cependant, la priorité est peut-être d'atténuer la répression du centre instinctif. En ce domaine, tu t'es fait avoir par ton ego ! Un travail de bureau, de préférence dans une entreprise privée, force un 9 à une activité régulière, à rencontrer d'autres personnes, à affronter un minimum de conflits. Tout ceci ne l'intègre pas forcément, mais au moins le retient sur la pente de la désintégration.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Bonjour !

 

Donc si je comprends bien, il s'agirait d'aménager l'activité à risque ? (Là, je sens que je n'ai compris qu'à moitié.) C'est-à-dire pour un 7 de prendre du plaisir, mais d'y adjoindre une "contrepartie" (qui est là de toute façon d'ailleurs…) Comme cuisiner par exemple ? (effort de préparation, plaisir de cuisiner pour autrui… et régal à la fin)

 

Je ne suis vraiment pas sûr de te suivre (ça résiste ! :sad: - :happy: ).

 

cheeta 7-6 alpha

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

Et non le système de la contrepartie ne fonctionne pas. Il revient à dire à notre ego : "Serre les dents, mon petit vieux. Ce n'est qu'un mauvais moment à passer. Tu auras ta récompense à la fin." Cela ne fait que valider la compulsion en reconnaissant qu'il a raison dans ces choix, mais que cette chienne de vie impose des contraintes sans lesquelles il pourraît faire ce qu'il a envie de faire.

Je reprends l'exemple de la formation. La conception de stages est une activité excitante pour mon centre mental. Cependant, elle est très minoritaire dans mon activité. Quand j'anime aujourd'hui un stage de Bases après en avoir animé des dizaines et des dizaines, la sollicitation de mon centre mental est très faible et ce sont mes centres émotionnel et instinctif qui sont principalement à l'œuvre. C'est leur fonctionnement qui me donne de la joie et je n'ai donc pas besoin d'une quelconque compensation.

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Bonjour,

 

Ce thème me préoccupe depuis longtemps. J'arrive très bien à comprendre comment on peut rééquilibrer :

- le centre émotionnel (en se reliant aux autres et en agissant pour les autres),

- le centre mental (en s'activant dans des activités qui nécessitent l'analyse, le raisonnement et la logique).

Mais concrètement, par le travail par exemple ou les loisirs, comment peut-on mieux utiliser le centre instinctif ?

 

Je rejoint Seb qui a l'air de se poser la même question. Est-ce qu'on patauge sur cette question justement parce qu'on doit apprendre à mieux utiliser tous les deux ce centre de support-là ou est-ce parce que c'est plus difficile réellement de trouver des exemples d'amélioration d'utilisation du centre instinctif ?

 

Amicalement,

Esméralda 4 mu

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour,

Quand on a le centre instinctif comme centre de support, on n'a a priori pas trop de difficultés à agir. Le seul problème est qu'on agit uniquement quand cela répond aux besoins du centre préféré, que cela soit le mental ou l'émotionnel.

Il s'agit donc de trouver des activités qui impliquent un effort d'action sans caresser le centre préféré dans le sens du poil. Il ne peut y avoir de liste d'activités répondant à votre demande : cela supposerait que tous les gens préférant le mental ou l'émotionnel ont les mêmes goûts et les mêmes répugnances et ce serait donc retomber une fois de plus dans le piège consistant à considérer les comportements plus que la structure des types. C'est donc à vous de faire l'effort d'élaborer cette liste et, pourquoi pas, de nous en faire part afin que nous en discutions.

Un indice. Quand Gurdjieff, un 8, repérait qu'un postulant à son enseignement réprimait le centre instinctif, il lui arrivait de lui demander d'aller creuser une tranchée au fond du jardin. Une fois la chose faite, il lui proposait de la reboucher. :laugh:

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Annick

Bonjour à vous tous,

Le message d'hier a dû se perdre. En fait moi aussi je "patauge" et pourtant ce sujet m'intéresse.

Hier, je demandais à Fabien s'il pouvait me donner des exemples en face de ma situation, étant 1 alpha. Quelles activités privilégier ?

Je réitère ma demande… Une révision des centres, je veux bien. Ca me serait bien utile… même si par ailleurs je suis partante pour ensuite élaborer la liste d'activités qui me seraient propres.

À bientôt,
Andréa

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Andréa,

 

Hiérarchie des centres du 1 alpha : instinctif, émotionnel, mental.

 

Comme je le disais dans ma précédente réponse, c'est ta liste personnelle qui compte, surtout que la mienne risquerait d'être pire à vivre ! Mais comme je ne résiste pas à l'amicale pression des fans de ce panneau, voilà : choisis une activité que tu estimes devoir faire et que ton mari juge non indispensable ; consacre le temps prévu pour cette activité à apprendre à jouer aux échecs dans un club.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Je me risque à présenter un début de liste personnelle.

Étant 7 alpha, il y aurait par exemple :

  • Descendre la poubelle en courant (ou, est-ce pire ?, au ralenti… :wink: )
  • Faire les courses régulièrement… Toutes les tâches ménagères en fait !
  • Aller m'entraîner même quand je sais que je vais en prendre plein la tronche…

Il me semble que tout cela ressemble fort à la notion de "sur-effort" de Gurdjieff, non ?

Quand au centre réprimé, je n'ai tellement pas l'habitude de m'en servir que les risques de dérapages me semblent réduits ; en fait il me semble, vu où j'en suis aujourd'hui, que le développement du centre secondaire serait bien plus fin que je ne pensais…
Qu'en pensez vous ?

cheeta 7-6 alpha

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Cheeta, les tâches ménagères sont un bon moyen d'utiliser son instinctif en laissant de côté son mental, à condition de ne pas les faire mécaniquement en pensant à autre chose et donc d'être présent à ces activités.

Il ne s'agit pas tout à fait du sur-effort de Gurdjieff. Dans l'exemple de la tranchée à creuser que je donnais, il s'agissait d'une activité inutile et nécessitant un effort important, ce qui n'est pas le cas dans les tâches de ta liste.

La supériorité du sur-effort est qu'un mental comme toi ou moi va pouvoir commencer à creuser cette tranchée en pensant à autre chose, en faisant des plans, etc. Mais à un moment ou à un autre, la fatigue va être telle que ce dérivatif va devenir impossible et que la seule chose présente et consciente sera le fonctionnement du centre instinctif.
La difficulté est que le sur-effort risque d'être perçu par l'ego comme une sorte de punition et qu'il faut énormément de volonté pour le maintenir dans la durée. Mais cette volonté n'est-elle pas indispensable ?

À propos, en allant faire tes courses, pourquoi ne pas faire en même temps celles d'un vieux monsieur de ton quartier qui a du mal à se déplacer ? Mieux l'accompagner.

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Annick

Merci Fabien pour cet éclairage. Ce n'est cependant pas encore très lumineux pour moi. Je retourne donc à mes notes… de stage.

 

Et à plus tard,

Andréa

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Andréa,

Je suis bien évidemment prêt à répondre à tes questions. Toutefois, il n'y a rien de particulièrement difficile à comprendre ici, mes réponses (je viens de me relire) n'ont pas été plus obscures que d'habitude, et l'explication n'est pas dans tes notes de stage, puisque ce thème n'a pas été traité sous cette forme.

L'explication est bien évidemment que, pour toi comme pour Cheeta qui le disait il y a une semaine, "ça résiste". Ne pas comprendre, penser qu'on a besoin d'encore une information pour faire quelque chose est une défense classique de l'ego, quel que soit le type. Quand s'y ajoute le perfectionnisme d'un 1, ça n'arrange pas les choses.

La solution est dans l'action et il est intéressant de noter que dans ce domaine, l'ego est capable de paralyser même le centre préféré ! Tu peux faire comme Cheeta et essayer de proposer une liste d'activités appropriées.

Il y a cependant beaucoup mieux. Tu as voulu que je te donne un exemple et je l'ai fait. Ce que je t'ai proposé ne présente de toute évidence aucun intérêt personnel pour moi et aucun danger pour toi. A partir de là, mets-le en œuvre. En le faisant, tu verras que tu comprendras fort bien le concept sous-jacent…

Se débarrasser des limites de son ego nécessite souvent à un moment donné de savoir faire confiance à une information venant de l'extérieur, sinon l'ego trouve toujours d'excellentes raisons de maintenir le status quo. Cette confiance ne doit pas être aveugle et des précautions comme celle mentionnées au paragraphe précédent sont utiles. Je sais bien que la confiance dans le monde extérieur est une problématique du 1 alpha. Il est indispensable de faire l'effort d'aller au-delà, si un quelconque changement veut être obtenu.

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nyarlathotep

Salut…

 

Et si je m'éclipsais discrètement de cette conversation ?

 

Pas d'histoire, pas de conflit, pas de culpabilité face à l'inaction devant une activité que je me serais proposé…

 

A vrai dire je devrais pourtant peut-être… Je devrais essayer de proposer publiquement une activité, à faire même ne serait-ce qu'une fois pour commencer…

 

J'hésite. Je sens que je ne vais encore pas agir.

 

Voilà en susbstance le raisonnement qui s'est tenu en moi en lisant les derniers messages.

 

Alors je me lance. Euh… Une activité vous disiez ? Une activité qui m'obligerait à combattre mon ego, à utiliser mon centre émotionnel tout en m'obligeant à l'action. Hum, je ne vois vraiment pas… Eh bien ça doit être l'ego qui résiste, c'est bien ça ?

 

Allons allons, pas de découragement. Une activité, même relativement fatigante, je suppose, et en contact avec les autres ? Urgl… Non, ça ne vient pas.

 

Faire un sport d'équipe ? Non ça ne peut pas être ça, passons notre chemin…

 

Nicolas (9 alpha aile 1)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Nicolas,

 

Un sport d'équipe ? Pas mal. De préférence incluant une certaine dose de compétition. Que dirais-tu du rugby ?

 

Ceci dit, je remarque que vous avez tous une certaine tendance à oublier votre troisième centre, dans ton cas le mental. Les échecs seraient intéressants, c'est un sport de tueur !

 

Il doit bien y avoir un moyen de combiner les avantages des deux.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Le théâtre ? Avec le stress de la première, les soirées à apprendre son texte et les heures de répétition… Qu'en penses-tu, Nicolas ?

cheeta 7-6

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hadadelaluna

Bonjour tous,

 

Je me permets d'insérer mon message ici… pour demander un avis sur ma propre liste de "choses à faire".

 

1) En effet, je suis une 5 mu (à aile principale 4, plus une petite et récente aile 6). Je me suis donc fixé une petite liste de choses à faire qui est la suivante :

- stage PNL (en juin),

- au "boulot" (je suis consultante en organisation et systèmes d'informations, web services ki disent), essayer de se brancher plus sur des projets en équipe, plutôt que sur les prestations d'expertise,

- par ailleurs, essayer de concrétiser un projet d'aide au développement du Vietnam qui me tient à coeur, en essayant de le faire passer du niveau action individuelle (où je contrôle tout, mais où, du coup, c'est très limité) à une action de groupe… Là je ne sais pas trop comment faire car les groupes "à long terme" j'ai du mal rester dedans… Les projets c'est plus facile… La contrainte "gestion relation en groupe" est extérieure, une fois le projet parti, je suis bien obligée de faire avec…

 

2) J'ai prévu aussi, de faire d'autres stages en ennéagramme, mais je ne les ai pas mis dans cette liste car j'ai un peu peur que mon désir de creuser le sujet ressemble fort aux passions qui me font aller "au-delà du raisonnable" dans la formation sur les sujets qui m'intéressent (ça, c'est un commentaire souvent entendu sur mes habitudes de collectionneuse de diplômes…)

 

hadadelaluna (5mu-w4-w6)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Hadadelaluna,

 

Hiérarchie des centres du 5 mu : mental, instinctif, émotionnel

 

1) Liste des choses à faire.

- La PNL est un bon choix. Il y a des tas de techniques de développement personnel plus et mieux connectées au centre émotionnel que la PNL. Elles seraient vraisemblablement trop intenses pour une personne réprimant ce centre et le risque de refus et d'arrêt serait élevé. Dans la mesure où la PNL, de type 3, utilise le centre émotionnel de manière réelle mais modérée, elle est un très bon outil pour commencer à développer le contact avec le centre émotionnel. Selon les cas, il est plus ou moins utile au bout d'un certain temps de passer à une approche utilisant plus les émotions.

- Quand aux deux autres projets au boulot et en dehors, ils conjugent les centres instinctif et émotionnel et me semblent a priori excellents. Cela me parait de plus être une bonne piste d'adapter l'existant quand c'est possible.

 

2) Les stages d'Ennéagramme peuvent être inclus dans la liste si tu les utilises pour ta transformation personnelle et ta volonté d'agir manifestée ici semble montrer que c'est bien le cas. Ils seraient évidemment contreproductifs pour un 5 s'ils n'étaient qu'un superbe jeu intecllectuel.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hadadelaluna

Bonjour Fabien,

 

Merci pour tes informations… Cependant, elles appellent quelques questions…

 

1) Liste

- Quelles sont les autres techniques plus et mieux connectées au centre émotionnel que la PNL ?

- Certes, j’ai choisi ce qui me paraît le plus faisable :proud: … Mais bon reste le problème de la communication "en douceur" du changement d'orientation… Comment faire ? J'ai un peu "l'habitude" de voir mes innovations relationnelles relativement mal reçues… Pour en dehors du boulot… j'ai rendu mon petit club de discussion visible au tout venant… (bel effort n’est ce pas ?) Pour le reste… mon commercial est plus occupé à se "débarrasser" de moi au plus vite (mauvaise conjoncture oblige :laugh: ) que de prendre en compte des modifications dans mes éventuels desideratas…

 

2) Eheu… Je ne sais pas s'ils ne sont pas aussi un superbe jeu intellectuel… :sad: Ca m'inquiète un peu… Bon c'est "un peu" moins mécanique que le Solitaire ou Freecell :sad: … Mais bon… J'éprouve presque la même sensation quand je m'en sers que lorsque je gagne une partie… :crazy:

 

Cordialement,

hadadelaluna (5mu-w4-w6)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Hadadelaluna,

 

1) Liste des choses à faire.

- A mon avis, la meilleure technique thérapeutique de contact avec les émotions est la Gestalt. Bien évidemment, elle a les défauts de ses qualités et du point de vue de l'Ennéagramme, elle est déséquilibrée par une forte préférence pour le centre émotionnel. Elle peut être une excellente étape pour des personnes ayant besoin de développer ce centre, mais est certainement trop dure comme première approche pour quelqu'un le réprimant. Si tu veux plus en savoir plus, je te recommande la lecture de La Gestalt, une thérapie du contact, écrit par Serge Ginger, le ou un des meilleurs spécialistes français sur le sujet qui, hélas, n'enseigne plus aujourd'hui. Il existe aussi une version de poche abrégée de cet ouvrage.

- La communication au travail de ton désir de changement d'orientation doit simplement montrer aux décideurs ce que eux et l'entreprise peut en tirer de positif. Pour cela, il est utile de prendre en compte le type de ces personnes et celui de la culture de l'entreprise.

 

2) Même connecté à l'essence, un mental reste un mental. Il me semble donc normal de prendre un grand plaisir intellectuel à l'Ennéagramme et cela ne pose pas de problème tant que tu n'en restes pas là. Ceci dit, on peut quand même en tirer beaucoup plus de joie qu'avec Solitaire ou Freecell, comparaison que je trouve peu flatteuse, même tempérée par un "presque". :laugh: Et quand on commence à l'appliquer sur soi, cela cesse vraiment d'être "mécanique" ; cela nous en sort même…

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Bon, si je comprends bien, ok pour les activités privilégiant, a priori, le centre préferé du moment que :

- on découvre et on mette en pratique l'utilisation des autres centres dans l'activité proprement dite,

- on "entretienne" les autres centres indépendamment par des activités où ils seront, de fait, sollicités davantage que le centre préferé,

- on s'observe le plus possible durant l'activité à risque.

 

Est-ce que ça ressemble à un semblant de synthèse ou… est-ce que je théorise du vent ? :happy::sad:

 

cheeta 7-6 alp

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

"Est-ce que ça ressemble à un semblant de synthèse ou… est-ce que je théorise du vent ?"

Le problème n'est pas de savoir si c'est du vent ou non. Le problème est que tu essayes de théoriser et que c'est tout ce que cette discussion essaye de te dire de cesser de faire ! Ton dernier message sur ton propre fonctionnement date du 10 avril et proposait une liste d'activités. Il aurait été sans doute préférable que ta réapparition (dont je me réjouis quand même) soit pour nous dire ce que tu avais fait et ce que tu avais constaté en le faisant.

 

Les activités privilégiant le centre préféré et non indispensables à la vie sociale peuvent être réduites autant que possible. Bien entendu, elle sont pratiquées en étant attentif au fonctionnement des autres centres.

 

Quant aux autres centres, ils ont besoin d'être plus qu'entretenus, mais soignés et développés. Les activités qui ont cette fin sont prioritaires par rapport à celles privilégiant le centre préféré.

 

Mon intuition, en te lisant, est que tu as une activité privilégiant le centre mental et que tu aimerais sauver. Est-ce que je me trompe ?

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

Heu, bonjour,

 

Une activité, oui et non, je pense qu'il s'agit plus d'un fonctionnement entier !

En fait, après avoir tant lutté contre certaine parties de moi, mon ego tente de récupérer habilement le fait que mon mental fasse partie de moi et donc qu'il est aussi aimable que le reste…

Maintenant on peut demander à quelqu'un qu'on aime bien de se taire un petit peu ! :happy:

 

Concernant mon début de liste, il semble que les tâches ménagères faites au présent soient tout à fait acceptables. Il y a encore du travail (c'est fou le nombre de trucs qu'il y a à faire dans une maison !).

 

En fait une question me torture (n-ième dualité-incompréhension, merci encore du temps que tu passes à nous (me) répondre). Concernant les voies présentant un piège pour chacun des types, il me semble que la voie correspondant à mon type exerce sur moi une sorte de fascination-répulsion.

De très nombreuses personnes m'ont mis en garde concernant la "voie déconseillé" du type 7 (ces mises en garde avaient des fois un caractère purement personnel d'ailleurs…).

Fatalement dans une réaction relativement adolescente, je me suis tout d'abord éloigné de tout ce qui pouvait se rapprocher de la voie du magicien ; à force de courir loin de la moindre manifestation de "baguette magique", je me suis dit qu'il fallait bien que je fasse mes expériences…

Mais n'ayant qu'à moitié re-commencé, je sens, effectivement, le danger intrinsèque, pour un 7 de certaines pratiques disons… ésotériques

Je (mon mental :sad: ) m'en étais à peu près bien passé pendant quelques temps pourtant… (Mouais :sad: )

Et si ton intuition était juste et qu'il m'avait fallu ces quelques lignes pour accoucher… Va savoir !

 

Reconnaissant et affectueusement,

cheeta 7-6, alpha, social (finalement)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

Certes oui, notre ego est habile. Ton mental fait effectivement partie de toi et est donc "aussi aimable que le reste". La seule difficulté est de respecter le mot "aussi" et de pas le transformer en "plus".

 

Je comprends bien cette "fascination-répulsion". J'aime bien comparer la compulsion à une drogue : on sait que c'est mauvais pour nous, mais cela n'empêche pas l'envie, voire le manque.

 

Ceci dit, je n'ai pas compris quelle est la "question qui [te] torture" et ce n'est pas exprès pour t'apprendre à supporter la souffrance ! :happy:

 

Affectueusement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Cheeta

En fait, il s'agit tout simplement d'un irrésistible (gasp !) attrait pour certains domaines qui, à mon avis, comportent un sérieux risque, pour moi, de sur-utilisation du mental.

Je sais qu'il est pourtant possible de pratiquer toute activité en prenant garde d'utiliser équitablement ses trois centres…

Une activité que je "juge" à risque me fournira sans doute également une formidable occasion d'apprendre… Mon aile 6 est morte de trouille à l'idée de sortir (en apparence uniquement, en plus ! :happy: ) du cadre de l'ennéagramme.

 

Je me rends compte qu'au stage "Essence", Patricia et toi n'avez parlé que de "voie à risque" et non de "voie interdite" ! :sad:

 

Il serait temps que je fasse mes expériences moi-même !

 

cheeta 7-6, alpha, social

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Cheeta,

 

Parce que si tu joues ce jeu avec ton ego, tu crois que tu vas gagner ?

 

Dans la fiche du stage Essence sur les différentes voies spirituelles et les types de l'Ennéagramme, nous ne parlons pas de risque, nous parlons de piège.

 

Le fait que tu dises éprouver "un irrésistible attrait" vers ces domaines sur-utilisant le mental devrait être un signal d'alarme suffisamment fort. Cela me fait penser à un alcoolique qui nous dirait qu'il a envie d'aller au bistro rejoindre ses copains et qu'il n'y boira qu'un verre. Même si lui est parfaitement sincère en (se) promettant cela, tout le monde sait ce qu'il en sera en réalité.

 

Dans ces domaines, "faire ses expériences soi-même" est délétère. Au mieux, on en sort avec un ego renforcé.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hadadelaluna

Bonjour tous…

 

Désolée d'arriver comme "un cheveu sur la soupe" mais… J'ai une question, pour Fabien, reliée à mes messages un peu plus haut sur ce panneau… En effet, puisque j’ai décidé de me mettre à la PNL (en faisant un stage début juin chez Patricia et Fabien), je me demande (en "bonne" 5 que je suis…) s’il n’y aurait pas de "bons" bouquins sur la question…

 

Merci…

Hada de la Luna (5mu-x-w4-w6)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Hada de la Luna,

 

Bien sûr, il y a de très bons bouquins sur la PNL. A mon avis, les deux meilleures introductions, fort complémentaires, sont :

- "Introduction à la PNL", très logique et structuré, bref très cerveau gauche, et

- "Un cerveau pour changer", plus provoquant et spécialisé et d'une lecture peut-être plus enthousiasmante.

Ajoutons, malheureusement indisponible en traduction française, le magnifique et si humain "Heart of the mind" qui remplacerait avantageusement "Un cerveau pour changer".

 

Cependant, pour que ce stage réponde au programme défini dans ton message du 14 avril ci-dessus, il est très souhaitable, mais alors très, que tu remettes la lecture de ces superbes ouvrages à l'après-stage. :happy:

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Hadadelaluna

Fabien, pourquoi "très souhaitable, mais alors très" ? :happy:

 

Hada de la Luna (5mu-x-w4-w6)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Pour utiliser, chère Hada de la Luna, le centre instinctif (venir au stage) sans avoir balisé le terrain par le centre mental (recueillir des informations sur la PNL), contrairement à ton fonctionnement habituel. C'est bien l'objet de cette discussion : chambouler un peu notre hiérarchie quotidienne des centres.

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Cher Fabien,

 

En tant que 4 mu (mental réprimé), j'ai constaté une chose toute bête : pour qu'une réelle progression s'opère, j'ai l'impression que je pourrais faire tout ce que je veux que ça ne marcherait pas.

 

En revanche, j'ai pris acte que pour qu'il y ait un impact de ce que je fais sur mon évolution, il faut que je comprenne avec mon centre mental. En d'autres termes, que je me serve de celui-ci d'abord, afin qu'il fasse redescendre ensuite les informations dans mon corps.

 

Par contre, si l'explication mentale vient après l'action, je m'endors, je rejette, je m'en fous, bref ça n'a aucun impact ! Ou plutôt si, peut-être celui de me rappeler que je suis inadéquate, inadaptée comme d'habitude…

 

Par exemple, on dit dans le Bouddhisme (j'ai entendu cela ce week-end de la bouche d'un Lama) qu'il n'y a rien à comprendre, mais qu'il faut pratiquer. (C'est un Lama de type 5 qui a dit cela et qui nous a pourtant donné 2 jours d'explications pour 15 minutes de pratique. Ca aussi, c'était rigolo.)

 

J'ai l'impression au contraire que pratiquer sans comprendre ne m'apporte rien… Est-ce justifié par l'utilisation réprimée du centre mental ou me goure-je ?

 

Merci à toi,

Esm 4 mu

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Esméralda,

 

Merci pour ces très intéressantes observations. Elles sont effectivement une parfaite illustration des principes fondamentaux de la hiérarchie des centres appliqués à ta configuration 4 mu : émotionnel intérieur, instinctif, mental.

 

La mise en oeuvre du centre réprimé est indispensable et elle n'est réellement possible qu'en lui donnant un instant la prééminence. Si le mental vient après l'instinctif, tu te retrouves, que tu le veuilles ou non, dans ta structure egotique habituel et bien sûr, il n'y a pas d'effet réel.

 

Dans le soufisme, on dit que l'Enseignement, c'est "un maître, un élève, un lieu et un moment du temps". Si un seul de ces éléments change, l'Enseignement doit changer. C'est dire que nombre de généralisations en ce domaine sont dangereuses. "Il n'y a rien comprendre" pour ceux qui pourraient et voudraient comprendre ; il y a tout à comprendre pour les autres…

 

Très cordialement,

Fabien (7)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Fabien, je te remercie pour cette confirmation, c'est bien ce qu'il me semblait.

 

J'ai donc choisi de ne pas m'orienter vers le bouddhisme (même si je continue à méditer) qui ne semble pas convenir à un 4…

 

J'ai choisi ces derniers jours un truc qui devrait aider mon mental réprimé : respecter toutes les règles et codes de la route, en voiture…

 

Je'naurais jamais pensé qu'il allait me falloir autant d'attention mentale ! C'est phénoménal le nombre d'erreurs que je m'accorde ! Après deux jours de pratique, je me demande si je ne suis pas une anarchiste… Je m'accorde beaucoup d'exceptions qui finissent par devenir un code d'exceptions…

 

Je ne sais pas si c'est très utile, ni où ça va me mener, mais j'ai l'impression d'élargir ma conscience à la société entière en pratiquant cela (à l'inverse des exercices d'observation de soi qui nous ramènent à nous), et donc de m'ouvrir au reste du monde, aux autres, tout en étant incluse dans ce groupe qui suit les même règles que moi, au moment même où je fais cet effort d'attention.

 

Ca donne un sentiment d'appartenance… Le 4 aurait besoin de ça, pour palier à son sentiment de rejet, non ?

 

ESM 4

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Esméralda,

Respecter le code de la route est une excellente idée dans l'absolu, et c'est encore meilleur pour un 4 parce que cela combat de nombreux mécanismes du type :

  • Cela t'amène à faire comme tout le monde (enfin presque :sad:) et lutte donc contre la compulsion.
  • Cela met en oeuvre tes centres mental et instinctif dans cet ordre et, en tant que 4 mu, prend donc ta hiérarchie des centres à rebours.
  • Cela augmente ton niveau de sécurité et va donc à l'encontre de la tendance du 4 à sous-utiliser l'instinct de conservation et à basculer dans l'intrépidité.
  • Cela implique que tu respectes la loi et abandonne donc le contrepoids égotique du 4 que tu as découvert lors du stage Connexions.

A utiliser sans modération, donc.

Très cordialement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
François

Bonsoir à tous,

 

Je me suis dit que ça manquait de 6. :happy:

En tant que 6 mu, ma hiérarchie des centres est : mental i/e, instinctif et émotionnel. J'essaye de plus en plus de mettre mon mental de côté en acceptant (ce qui me coûte beaucoup) par exemple d'aider des connaissances à faire des déménagements. Dans mon activité sportive, jusqu'à présent, je faisais du Taï Chi, mais c'est encore trop intellectuel. En gros, à part les déménagements, je ne trouve rien qui me fasse éteindre le cerveau.

Je pense que dans mon cas, socialiser est extrêmement important. Le problème est que je dois sacrément m'accrocher pour ne pas rompre une relation amicale au premier symptôme de crasse !

Ce qui est également difficile Fabien, c'est que mon tempérament contre-phobique fait que des fois je me demande si en allant contre ma passion, la peur, je ne sers pas ma contre-phobie.

 

Bien amicalement,

François (6 mu, aile 5, sous-type sexuel)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Esméralda

Bonjour Fabien,

Merci pour ta confirmation de l'intérêt de l'application du code de la route pour un 4 mu. Je dois quand même t'avouer que cette attention permanente est extrêmement difficile à tenir.

Et dimanche, je me suis donc accordée une conduite "comme d'habitude"? A fond, doublant énergiquement, passant à l'orange comme si c'était vert?

Et qu'est-ce que je me sens bien dans ma peau, égoïstement, au volant de mon bolide, jusqu'à ce que? Pof ! Un choc de ma jante sur le trottoir m'a ramenée à la réalité? Cette réalité de conscience de soi-conscience des autres, volontairement abandonnée "parce que c'est dimanche".

J'ai instantanément repensé à mon message sur les activités réajustant le déséquilibre des centres (ci-dessus)? Tiens ! Voilà la bonne leçon !

Et tu as raison, au moment où je conduis "comme d'habitude", j'utilise le contrepoids égotique de mon type. Et c'est fou parce que quand je suis dans cette utilisation de mon contrepoids égotique, je me sens extrêmement vivante. C'est grisant !
Mais c'est une compensation à une impatience, une tension, que je vis en ce moment (moment bizarre de ma vie, impression de changements à venir, d'inconnu…).

Bises,
Esméralda 4 mu

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×