Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 26 octobre au 12 novembre 2017 inclus.

Marie-Hélène

Projection

Messages recommandés

Marie-Hélène

Bonjour à tous,

Il y a longtemps que je n'ai pas ouvert de discussion dans ce forum. Les stages de cet été m'ont mis sur plusieurs pistes, et j'ai eu suffisamment de matériel pour la réflexion et l'auto-observation au cours des derniers mois.

Mais voilà que de plus en plus, je prends conscience de mon mécanisme de défense fétiche et de la façon dont il se manifeste dans toutes les sphères de ma vie. Je me rends compte de son influence négative sur mes relations interpersonnelles et c'est un choc pour moi chaque fois que je prends conscience de l'existence d'un tel mécanisme dans mon comportement. Le pire est que cela est tout nouveau, même si je connaissais la projection depuis longtemps et savais que je la vivais. Je ne la voyais pas de cette façon, ni aussi clairement.

J'aimerais connaître ce que les autres 6 de ce panneau vivent en relation avec la projection. Comment la définissez-vous ? Comment se manifeste-t-elle dans votre quotidien ? Parvenez-vous à l'identifier ? Avez-vous un moyen de diminuer sa présence ? Etc.

Cher Fabien, si tu as des informations à ce sujet, cela m'aiderait beaucoup. Depuis quelques temps, je me sens comme dominée, prisonnière de cette "fausse perception" de la réalité qui m'empêche d'avoir accès à la vérité, à l'autre… Et il me semble que je suis un peu perdue dans tout ça !

Merci et au plaisir,
Au revoir,
Marie-Hélène

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Natisa

Bon matin Marie-Hélène,

 

En ce qui me concerne, j'ai pris conscience que je projetais mes croyances, mes convictions et mes désirs de comprendre sur toutes les personnes que je trouvais intéressantes parce que bien articulées, sensibles aux autres et capable d'agir pour défendre leurs idées.

 

Quand je réalisais que ces mêmes personnes ne pensaient pas toujours comme je l'avais supposé et qu'elles ne désiraient pas nécessairement dépenser leur énergie pour le même combat, je me sentais trahie et par eux ou elles et par mes propres capacités à discerner la vérité et je déprimais.

 

Grâce à l'ennéagramme, entre autres, j'ai appris ma propension à la projection et je suis de plus en plus attentive à mes pensées afin qu'elles voient la réalité des gens dans leurs différences et dans leurs ressemblances avec les miennes.
Je m'aligne sur la Vérité et je n'en retire que des bienfaits.

 

Au plaisir,
Natisa, 6 aussi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie-Hélène

Merci Natisa,

Si je comprends bien, tu me dis en d'autres termes que tu projetais sur certaines personnes ta perception de toi-même et en te rendant compte que ces gens n'étaient pas comme toi, tu vivais une déception.

Mais alors, comment distinguer, justement, la réalité de tes perceptions projetées ? Si par exemple, tu crois que quelqu'un a peur, comment savoir si cette personne a réellement peur ou si ce sentiment t'appartient en fin de compte ?

Pour ma part, je sais que j'ai des habiletés à comprendre les autres et en même temps, je sais que j'ai un handicap à cause de la projection. J'ai de la difficulté à savoir si ce que je vois est bien vrai.

Par exemple, une personne à qui je tiens énormément fait partie d'un groupe spirituel que je juge suspect. Comment savoir si ce groupe est réellement dangereux pour elle ou si c'est une projection de ma propre peur de la manipulation, de l'abus, du totalitarisme, etc. ? (Je sais par ailleurs que je ne peux "l'empêcher" de prendre part aux activités de ce groupe et qu'elle doit faire ses propres expériences, mais j'ai de la difficulté à me positionner et à agir conformément à ce que je crois vrai.)

Marie-Hélène

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Natisa

Chère Marie-Hélène,

 

Quand je m'arrête pour me demander si je fais de la projection ou si j'ai la bonne perception de la vérité vraie, ça me permet déjà d'avoir une distance que je n'avais pas avant. Alors il y a moins de risque d'erreurs selon moi puisque j'ai allumé mes lumières. Bien sûr tout est perçu à travers mon propre champ d'énergie (mais je pense que cette perception colorée n'est pas propre au 6). Toutefois, je considère que je peux alors exprimer à l'autre personne mes craintes, mes points de vue, tout en lui faisant bien comprendre que je ne prétends pas posséder la vérité, mais que je pense sincèrement qu'il serait bon pour elle de prendre en considération la facette de la vérité qui se manifeste à moi. Je sais que nous les 6 avons plus souvent peur comparativement aux autres, mais ce n'est pas toujours sans bonnes raisons. Il y a effectivement des choses dangereuses en ce monde et la prudence est de mise dans plusieurs situations. Comme il n'y a jamais rien de tout à fait mauvais en ce monde, je crois qu'en rationalisant notre peur et en exprimant aux autres les points qui demeurent obscurs pour nous, nous pouvons aider ceux et celles qui se lancent tête baissée dans n'importe quoi. Il faut apprendre à voir la vérité sans en intensifier, ni en minimiser les dangers à analyser. Quand j'ai fait le tour de la question, je l'exprime à l'autre et j'attends de connaître son opinion sur le sujet. C'est là où j'en suis rendue. Je pense que si je suis à discuter avec une personne adulte, lui dire ce que je perçois est le maximum que je puisse me permettre. S'il s'agissait d'un adolescent, je suis certaine que je serais poussée à lui expliquer plutôt deux fois qu'une pour être bien certaine qu'il a bien compris mes craintes.

 

Qu'en penses-tu ?
Natisa

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie-Hélène

Bonjour Natisa,

Ce que tu dis en vérité me réconforte et peut-être au fond, était-ce la première chose dont j'avais besoin.

En discutant l'autre jour avec ladite personne, il m'a été donné de prendre conscience à quel point mes projections avaient nui à l'authenticité de notre relation : mon mécanisme avait activé le sien, etc. Toutefois, après m'être imprégnée de son témoignage et par le fait même, de "sa" vérité, je demeurais avec l'impression que ma "peur" n'était pas sans fondements. Je lui ai dit : "Peut-être parfois, vois-je des choses en toi qui n'existe pas, mais peut-être aussi vois-je des choses qui existent et que toi tu ne vois pas." Cette question a continué de me poursuivre et ton interprétation m'aide à "valider" ma perception.
Merci encore…

Marie-Hélène

P.S. : quand la projection (6) rencontre l'introjection (4), il faut être vraiment vigilant !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Esméralda

Voici ce que cette conversation m'inspire. Je me suis référée aux termes employés par Helen Palmer.

À propos du sous-type conservation (cordialité ou affection) : "S'ils y sont encouragés, les 6 'chaleureux' [cordialité] se consacrent à l'amitié. Ils veulent comprendre ceux qui assurent leur sécurité [c'est-à-dire le groupe, les amis]."

Alors que le type 4 du même sous-type est : intrépidité… Tout dans le risque et, à ce stade, le sentiment est "Je n'ai plus rien à perdre !"

Or dans ton cas, cette personne 4 s'est reliée à un autre groupe. (D'ailleurs nous n'avons aucune précision sur le fond de sa recherche dans l'appartenance à ce groupe… Moi qui suis 4, c'est la question qui me trotte depuis le début… Qu'est-ce qu'elle y trouve qui l'intéresse tant ? Ce serait passionnant de savoir cela…)

La peur pour le 6 est double :

  • S'il a besoin d'un autre groupe, c'est que le nôtre est rompu…
  • Et si je ne connais pas cet autre groupe, premier réflexe : attention, danger !

Le 6 est alors en perte de confiance automatique pour cette personne 4 qui double-faute !

L'angoisse totale pour un 6 ! Le 4 incarne l'insécurité. C'est ce que fuit le 6, surtout dans les relations amicales du 6 Cordialité pour qui le groupe est vécu ainsi : "Nous ne faisons plus qu'un."

Et à cette dernière attitude, c'est le 4 qui fuit : ne faire plus qu'un ? Et ma différence, mon individualité, mes opinions propres ?

À ce stade la relation 4-6 peut être inconfortable, en effet…

La même analyse pourrait être faite à partir des deux autre sous-types…

Esméralda

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Harper

Bonjour à tous et toutes,

Fabien, s'il te plaît, une précision de vocabulaire : la projection consiste-t-elle à attribuer à l'autre des opinions, idées, intentions, etc. en général, ou bien ce mot ne désigne-t-il que ce qui est en moi et que j'attribue aux autres ?

Parce ce que, si en plus de voir des dangers qui n'existent pas, je me mets à voir aussi des projections là où il n'y en a pas… :crazy::laugh:

Très cordialement,
Bénédicte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bénédicte,

La première définition correspond à de la "lecture de pensée", et la seconde est la vraie "projection".

Il est aussi important que tu apprennes à projeter dans les règles ! :laugh:

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Harper

Bonjour à tous,

Voici une forme de projection que j'ai relevée chez moi. Quand j'ai un grief, une raison de grogner, etc., je tends presque systématiquement à le formuler en termes collectifs, du genre :

  • C'est toujours les mêmes qui… (se retrouvent à faire les corvées).
  • C'est encore sur nous que ça tombe.
  • Les gens comme moi… (n'ont le droit de rien).

Comme si les griefs collectifs avaient plus de légitimité que les griefs individuels…

Très cordialement,
Bénédicte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Harper

Bonjour à tous,

Je me suis aperçue qu'il y avait deux utilisations principales de la projection :

  1. La projection dissociative : imputer à autrui ce que je ne veux pas voir chez moi. Cela peut aussi bien être des choses négatives (émotions, pensées, comportements, etc. jugés incorrects) que des choses positives (le pouvoir bien entendu, mais aussi certaines qualités dont la reconnaissance risque de me valoir des responsabilités, des devoirs… ou d'être enviée, donc l'objet d'intentions hostiles).
  2. La projection associative : imputer à autrui des choses qu'on reconnait chez soi, genre "tu es comme moi, tu n'aimes pas…" (ce qui n'est pas nécessairement vrai), ceci servant soit à créer un lien avec une personne jugée sympathique (le 6 aurait-il des difficultés à aimer les gens avec qui il n'a pas trouvé un point commun ?), soit à se rassurer, puisque si quelqu'un d'autre partage cela (= aime aussi les romans policiers, porte des chaussures de marche au bureau, etc.) alors c'est OK, ce n'est pas déviant (ouf !).

Très cordialement,
Bénédicte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bénédicte,

 

Merci pour cette typologie des projections. :confused: Cela doit aider à les repérer.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour,

Vendredi passé, j'étais dans ma voiture avec ma fille de 7 ans. J'attendais à un carrefour derrière une voiture. Ma fille me demande une pastille, et je farfouille dans la boîte à gants. Et puis bang, je sens un léger choc. "Ah le con, dis-je en gesticulant. Qu'est ce qu'il fout celui-là ?" :hautetfort: Pour moi, à cet instant, il n'y a aucun doute, le type de devant a reculé. Mon instinctif réprimé aidant, je me dis que ce choc ne doit de toute façon avoir provoqué aucune bosse. Puis ma fille derrière, calmement, me sort : "Maman, c'est toi qui a avancé." Et les lois de la physique lui donnent raison. :blush: Me voici en flagrant délit de projection… dissociative si j'ai bien compris la typologie de Bénédicte.

Avec un mélange de honte et de peur, je me fais dans la foulée un petit film cauchemardesque avec moi en train d'engueuler le gars de devant, des coups et des engueulades qui pleuvent… Typique aussi de ce que je peux régulièrement vivre après une peur… :sarcastic:

À bientôt,
Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Jérôme

Bonjour Rosso,

Merci pour cette anecdote, c'est souvent difficile pour les 6 (et les autres) de conscientiser la projection.

"Avec un mélange de honte et de peur, je me fais dans la foulée un petit film cauchemardesque avec moi en train d'engueuler le gars de devant, des coups et des engueulades qui pleuvent…"

J'espère que ça s'est mieux passé en vrai ! As-tu réussi à le convaincre que c'était lui qui avait reculé (projection persuasive :rofl:).

Très amicalement,

Jérôme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Même pas peur

Bonsoir à tous !

 

Bien qu'ayant été pendant très longtemps frustrée par le "non-repérage" de mes projections, ne sachant pas comment procéder, ni comment être certaine du fait que ce que je pourrais repérer en soit (cher ami Le bon vieux Doute).

 

Eh bien à force de laisser l'ennéagramme faire son chemin (les 9, pas de narcotisation pour autant hein ? :mouais:), eh bien, j'en ai repéré deux !

 

– Il y a quelques jours, j'échangeais avec mon frère sur une présentation pour une banque dans le but d'obtenir un crédit pour un projet. Je lui déroule la présentation, lui fait mon topo… et là je me suis sentie pas à la hauteur, nulle… Lui a été appelé pour le boulot (il faut savoir qu'il a actuellement un beau poste, c'est important), et du coup, on a dû reporter au lendemain nos échanges…

 

Nuit plutôt pas sereine : je suis nulle, je sais même plus vendre un projet, je me suis trop éloignée de l'emploi. ET SURTOUT : mon frère lui-même ne croit pas en mon projet…

 

Le lendemain, appel de mon frère qui me dit : "Écoutes, je suis fasciné par ce que tu as fait, c'est incroyable ! Tu te rends compte quand même que c'est extrêmement novateur, je serai bien incapable de faire le quart de ce que tu as développé !! Fonce !!!"

 

J'en suis restée bouche bée…

 

– J'étais avec mon mari à une terrasse. Nous profitions du soleil lorsqu’a surgi un couple magnifique. Ils rayonnaient, et je me suis sentie littéralement tourner la tête pour suivre l'homme des yeux… :crazy: Comme je m'auto-observe beaucoup, je me suis reprise et ai tourné les yeux vers mon mari qui faisait de même avec la femme. Je ne sais pas pourquoi, cela a dû se passer très très vite, mais là je me suis sentie jalouse et je lui en ai voulu ! Quel toupet quand même…

 

Bon, allez n'hésitez pas à partager vos belles projections, on en a besoin !

Même pas peur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Tous les mécanismes de défense sont difficiles à observer, mais la projection tient le pompon. Merci donc, MêmePasPeur, de partager tes efforts et tes découvertes.

 

Je comprends très bien que le premier exemple soit une projection puisque tu prêtes à ton frère une pensée que tu as toi-même à propos de ta présentation.

 

Je comprends moins bien le second. Peux-tu préciser ce qui est en toi et que tu attribues à ton mari ? Une parenthèse à ce propos : as-tu lu la conversation "3 jalouse en amour" ?

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Demilune

Bonjour à tous,

 

La projection est aussi le mécanisme égotique que je perçois le moins facilement chez ma compagne 6. Cela dit, elle m'en a donné un magnifique exemple il y a quelques semaines (qui, au passage, est révélateur de certains aspects de la communication 6-9). Nous étions au ski avec des amis et, alors que le temps était plutôt maussade, ma compagne me prend à part et me dit qu'elle est fatiguée, qu'elle a froid et qu'elle souhaiterait rentrer. En l'occurrence, je ne songeais pas à rentrer plus tôt mais, paresse de 9 aidant, je lui dis : "OK, si tu veux." Peu après, alors que nous nous retrouvions tous à la sortie d'un télésiège, ma compagne annonce à la cantonade : "Tristan est fatigué, nous allons rentrer." :laugh:

 

La ficelle m'ayant paru tellement grosse, je fais remarquer le soir-même à ma compagne qu'elle s'était livrée à de la projection — qui, de mon point de vue, était ici presque de la manipulation… Surprise, elle m'a affirmé qu'elle ne s'en était pas du tout rendu compte. L'occasion de constater une nouvelle fois à quel point les mécanismes de l'ego sont inconscients !

 

Bien amicalement,

Tristan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Même pas peur

Bonjour Fabien et bonjour chers amis ennéaphiles,

 

Pour ce qui est de la seconde, c'est rigolo (aurais-je une petite aile 7 ?) mais rien qu'à lire la réponse de Fabien, j'ai des doutes sur le fait que cela en soit une… :laugh: Ah la la, ces 6

Eh bien je n'ai pas développé par pudeur, mais comme on dit, lorsque le vin est tiré il faut le boire.

J'ai tourné la tête vers ce bel homme car il était très très beau, et ça m'a fait déconnecter quelques secondes. J'ai, selon les critères des 6, été quelque part déloyale, déviante. Et je me suis aperçue que mon mari aussi. Et j'ai éprouvé de la colère tout de suite, en oubliant que je venais moi même de "fauter".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

J'ai, selon les critères des 6, été quelque part déloyale, déviante. Et je me suis aperçue que mon mari aussi. Et j'ai éprouvé de la colère tout de suite, en oubliant que je venais moi même de "fauter".

Merci de ton explication, grande pécheresse ! C'est un peu moins net comme exemple que le premier, parce que tu attribues à ton mari quelque chose que tu vis certes, mais a priori lui aussi.

 

"Tristan est fatigué, nous allons rentrer."

Merci aussi Tristan pour ton exemple. La projection est effectivement souvent perçue comme de la manipulation, alors que ce n'est pas dans l'intention consciente du 6 de nous influencer. Pourtant ici, le fait que ta compagne ait formulé sa propre fatigue ne fait qu'accroître le risque de croire à une manœuvre de sa part.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dreamost

Bonjour,

Voici une petite contribution d'un exemple de rapport qu'il peut y avoir entre un 6 alpha et un 9 mu

Mon ultime projection, c'est celle que j'ai découverte depuis une dizaine d'années et dont je ne parviens que très difficilement à me départir. En effet, je l'oublie ! J'oublie que les autres ne pensent pas comme moi ! J'oublie, je néglige que les autres n'ont pas un sens de l'humour aussi fin que moi (je parle sous le contrôle d'une aile 7 bien développée en son temps et qui m'apporte sourire et sur-rire !).

Mais si ce n'était que cela : cette projection de penser que les autres pensent comme je pense, a été source de désillusion flagrante. Associée à une contre-fixation qui ne disait pas son nom croyant faire fi de ma suspicion – tu parles Charles ! – la chute était d'autant plus rude.

Travailler avec toute la confiance dédiée auprès d'un 9 qui me considérait comme son frère, il avait décidé par devers lui de moins me rémunérer que les autres membres de l'équipe ! Parce que j'étais « son frère » ! Seulement il ne m'avait pas prévenu, et c'est une fois le projet achevé que je me retrouvais gros Jean comme devant ! Ou plutôt derrière !

Je parle d'une époque où l'Ennéagramme m'était totalement inconnu. C'est rétrospectivement que je peux aujourd'hui vous témoigner de ma méprise, damned !

Un 9 parfait – évitement du conflit, participation périphérique lors des réunions (un sourire pour tous, un bon mot pour chacun), un travailleur consciencieux, un iota adepte de la procrastination – qui, lorsque je lui demandais une augmentation – vu que nos collaborateurs en avaient bénéficié –, me répliqua : « Sur le principe je suis d'accord avec toi, mais Je Ne Peux Pas. » Face à une telle bonne foi, je restais pantois et ne sus que répliquer. La colère est montée après, dans les narines, comme la moutarde, mais c'était trop tard !

Et c'est par devoir que je terminais mon travail auprès de « ce frère » dont je me sentais trahi. Alors le contrephobique en moi s'étant réveillé, à l'instar d'un 8, la provocation permit de mieux dissimuler ma tristesse (dont j'ignorais même l'existence à ce moment-là). Et ce « frère » passa du rang d'ami à celui d'étranger [xénos !]. Il ne devait plus faire partie de mon cercle/groupe. Ma déception était de taille.

 

Effectivement, aujourd'hui, grâce à la compréhension de l'Ennéagramme, je peux analyser notre amitié, notre alliance complice dans les différents projets professionnels que nous avions menés, dues au fait que je déployais mes meilleures qualités d'être en intégrant celles de l'ennéatype 9, et lui, sans doute, celles du 6, qui lui procuraient courage et confiance.

Parce que j'avais cru en sa loyauté, à un sens de la justice, de la réciprocité, de l'égalité ! J'avais cru, sans discernement : était-ce une projection, docteur ? Une projection comme mécanisme d'auto-justification de la paresse de ne pas trop utiliser mon centre mental, pour davantage utiliser mon centre instinctif revigorer par les projets – le travail stimulant qui nous liait ?

 

Bilan : j'ai voulu protéger notre amitié, en cultivant mon désir de cordialité (de crainte de la perdre – sous-type Conservation de l'époque !) et je me suis fait happer par son sous-type Union et à l'engagement (devoir) que je m'étais fait de le sortir de sa narcotisation (maintenant je comprends mieux le fait qu'il avait une propension d'user de la dive bouteille…).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

"Mon ultime projection, c'est celle que j'ai découverte depuis une dizaine d'années et dont je ne parviens que très difficilement à me départir. En effet, je l'oublie ! J'oublie que les autres ne pensent pas comme moi !"

Cette projection-là est très fréquente même chez les non-6 ! C'est son existence qui fait que l'apprentissage d'un outil comme l'Ennéagramme est si bénéfique : il y a neuf grands modèles du monde. Cet apprentissage n'est hélas pas toujours suffisant. Certains passe alors tous les personnes du même type que moi pensent comme moi. C'est un de nos grands boulots en stage quand quelqu'un témoigne de son fonctionnement en disant "Les ennéatypes X…" de l'aider à faire la distinction entre ce qui ressort réellement de son profil et ce qui est idiosyncratique.

 

Ceci dit, Dreamhost, ne te relâche pas. Ce n'est certainement pas ton ultime projection. Il y en a et il y en aura d'autres.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Même pas peur

Bonjour à tous,

 

J'ai une question concernant le mécanisme de défense de projection. Nous parlons de ce mécanisme toujours en termes négatifs : on attribue aux autres sa propre peur, ses propres doutes, ses propres désirs de transgression (vade retro !), mais est-il possible d'intégrer dans ce mécanisme de défense ce qui nous est propre et positif ?

 

Je m'explique : il peut arriver (si si !) à un 6 d'être très joyeux, il arrive au sein de son groupe et est persuadé que les autres sont dans les mêmes dispositions que lui, or le groupe peut tout à fait est plutôt austère, ou simplement composé d'ennéatypes avec un émotionnel en dernière position, donc moins dans la démonstration ?

 

Même pas peur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour MêmePasPeur,

 

"Est-il possible d'intégrer dans ce mécanisme de défense ce qui nous est propre et positif ?"
Bien sûr… et nous donnons même des exemples de cela dans le stage de Bases ! :tongue:

 

Et cela ne change pas grand-chose pour le 6 (c'est un mécanisme égotique), ni pour les autres (ce n'est pas plaisant de se voir attribuer quelque chose qui ne nous appartient pas, même si en tant que 7, je préfère bien sûr qu'on projette sur moi des qualités ! :rofl:).

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Même pas peur

Bonsoir Fabien et merci de ton retour,

 

C'est désormais certain, j'ai amnésié cette partie de la démo. :surprised: Vite, à mes exercices !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour,

 

Voici un exemple de projections que je fais (un peu) moins souvent depuis que j'applique, quand je les repère, le protocole appris au stage Éveil pour déstructurer les transes d'autosuggestion.

 

Je fais dire à quelqu'un que j'apprécie dans ma tête (une auto-suggestion donc) quelque chose de positif sur moi genre "Rosso, elle est quand même sympa." :sarcastic:

 

Dans le même genre, je fais dire à quelqu'un d'autre ce que je pense. Par exemple, plutôt que de me dire "Je ne pense pas qu'il soit digne de confiance", je fais dire à quelqu'un qui connait aussi la personne et aussi dont je considère l'avis pertinent : "X n'est pas digne de confiance." Re :sarcastic:

 

Belle journée,

Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Je fais dire à quelqu'un que j'apprécie dans ma tête (une auto-suggestion donc) quelque chose de positif sur moi genre 'Rosso, elle est quand même sympa.""

Si tu me le fais dire à moi — car je n'envisage bien sûr pas de ne pas faire partie des gens que tu apprécies —, ce n'est pas une projection. Je trouve que tu es quand même sympa !

 

C'est intéressant comme témoignage, une projection fantasmée. Je ne me souviens pas si on en a déjà parlé sur ce forum ou ailleurs mais ton message m'a surpris dans un premier temps, puis j'ai réalisé qu'il m'arrivait de fantasmer ainsi mon mécanisme de défense.

 

Très amicalement,

Le très appréciable Fabien aux avis pertinents :rofl:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour à tous,

 

Merci pour ton message sympa, appréciable Fabien apprécié. :laugh:

 

Je ris et, en même temps, constater que je passe par un mécanisme de projection pour me trouver sympa me rend un peu triste… comme si je ne m'autorisais pas de le penser pour moi-même.

 

Ce n'est pas la première fois que je me rends compte que je suis plutôt dure avec moi-même. J'ai remarqué que la méditation m'aide à m'apporter de la douceur (mais là je change de sujet).

 

Amicalement,

Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Rosso

Bonjour à tous,

 

Voici encore une petite projection de derrière les fagots… L'autre jour, je racontais à une amie une histoire qui m'était arrivée et qui me donnait un sentiment de honte. Et devinez quoi ? J'ai vu mon amie  rougir… J'ai pris conscience de ma projection, et elle redevenue pâle…  Quelle magie ! :blush:

 

Rosso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Superbe exemple : une projection soutenue par une hallucination positive ! En tout cas, ce qui est chouette, c'est que tu as su la repérer et l'interrompre.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour à tous,

Il y a quelques jours j'étais dans le bus pour rentrer chez moi lorsque j'aperçois une jeune fille qui marche dans la rue à ma hauteur. Le bus avançant lentement, j'ai le temps d'observer son tee-shirt sur lequel il était écrit : "Nothing to .ear". La première lettre du mot "ear" m'était cachée à cause d'un pli.

 

J'ai immédiatement pensé : "Je suis sûre que la lettre manquante est un f et qu'il est écrit sur son tee-shirt “Nothing to fear” (rien à craindre)." J'ai alors ressenti une vague de sympathie pour cette personne parce qu'"elle était comme moi" (une 6 qui n'a même pas peur !).

 

Ce qui a mis instantanément fin à cette projection — associative a priori — c'est que quelques secondes plus tard elle avait avancé de quelques pas dévoilant ainsi la lettre manquante à savoir un "w". Sur son tee-shirt, je pouvais alors lire "Nothing to wear" (rien à porter) et du coup la sympathie que j'avais éprouvée la seconde d'avant pour elle a disparu.

Je sais qu'il s'agit d'une projection parce que la 6, c'est moi. Par contre, j'ai un doute sur l'évitement de la déviance. Est-ce que la déviance que j'ai voulu éviter c'est "je suis une 6 qui a peur" ? Merci.

Bien cordialement,
Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Merci Pocahontas pour ce bel exemple ! Par contre, je ne peux pas répondre à ta question sans faire une lecture de pensée (j'essaye de deviner sans avoir d'élément) ou une projection (j'imagine ce qui aurait pu me faire dire cela). :tongue:

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Merci pour ta réponse Fabien.
 
"Par contre, je ne peux pas répondre à ta question sans faire une lecture de pensée (j'essaye de deviner sans avoir d'élément) ou une projection (j'imagine ce qui aurait pu me faire dire cela)."
Je m'en doutais un peu. :tongue:

Je sais que c'est le message sur son tee-shirt, tout du moins celui que j'ai supposé qu'il y avait, qui a attiré mon attention et a suscité chez moi cette montée de sympathie. Je pencherais donc plutôt pour dire que j'ai voulu éviter d'être "celle qui a peur", mais il est vrai que maintenant le moment est passé.

 

En tout cas, c'était particulier de vivre cette transe, puis le stop net qui a suivi. C'était un retour momentané à la réalité plutôt brutal, comme de voir quelque chose, puis de cligner des yeux et de voir autre chose.

Bien cordialement,
Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Bonjour Pocahontas,

Merci pour ce bel exemple de projection. As-tu identifié pourquoi la phrase "Nothing to wear" la rendait beaucoup moins sympathique ?

À bientôt,
Kayla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour Kayla,

 

"As-tu identifié pourquoi la phrase "Nothing to wear" la rendait beaucoup moins sympathique ?"

Parce qu'alors nous n'avions plus le "Nothing to fear" en commun. La possibilité d'avoir le "Nothing to wear" en commun avec elle ne m'a visiblement fait ni chaud, ni froid.

 

À moins que je n'ai pas compris ta question ?

 

Bien cordialement,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Bonjour,

Je n'avais pas précisé davantage ma question pour ne pas orienter ta réponse. Plus précisément donc : serait-il possible que le "Nothing to wear" soit pour toi un sujet de déviance qui lui ait retiré aussitôt ta sympathie ?

Mon ego de 4 doit trouver curieux le besoin de points communs. :wink:

Kayla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour Kayla,

Merci d'avoir précisé ta question.
 
"Serait-il possible que le “Nothing to wear” soit pour toi un sujet de déviance qui lui ait retiré aussitôt ta sympathie ?"
D'autant que je m'en souvienne, non, ce message était neutre pour moi dans ce cas-là. Je n'ai pas observé de rejet de ma part envers la jeune femme mais simplement un retrait de ma sympathie. L'apparition du "Nothing to wear" a cassé la projection que j'étais en train de vivre, et du coup j'ai vu la jeune femme comme l'inconnue qu'elle était pour moi.

Bien cordialement,
Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves

Bonjour à tous,

 

Voici quelques nouvelles anecdotes.

 

Mon voisin est 6 alpha. Bien que passionné par l’enseignement et aimant les adolescents, il a démissionné il y a quelques mois de son poste de professeur de collège. Je le trouve très apeuré. Désormais il passe une grande partie de ses journées, seul dans son petit logis. Seul… Enfin, seul en compagnie de ses quatre chats, âgés de 1 à 4 ans. Il les garde à l’intérieur de son minuscule appartement, les empêche de sortir : « Ils n’ont pas l’habitude de sortir, ils vont avoir peur. »

 

Je trouve mon voisin angoissé. Il n’a pas trouvé d’emploi. Il doute. L’autre jour, l'air tourmenté, il m’a parlé d’un de ses quatre chats : « B. se cache parfois sous l’armoire. Il a des crises d’angoisse. »

 

Mon voisin aime parler. Il le dit, ses anciens élèves le disaient et je l’ai constaté. Manifestement il aime la compagnie. Il a peur que, pendant ses absences, ses quatre chats se sentent seuls : «  Ils n’aiment pas être seuls, ils aiment la compagnie. C’est d’ailleurs pour ça qu’on appelle les chats des animaux de compagnie. »

 

Amicalement,
Yves

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Merci Yves pour ces superbes anecdotes qui me rappellent évidemment celles que je raconte à propos de ma mère au stage Bases. Décidément le stress d'être seul avec un animal de compagnie exacerbe bien le mécanisme de défense chez un 6.

 

Très amicalement,

Fabien

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

"Décidément le stress d'être seul avec un animal de compagnie exacerbe bien le mécanisme de défense chez un 6."

J'ai remarqué que les animaux sont assez souvent les cibles de mes projections ou peut-être aussi que je les repère plus facilement lorsqu'il s'agit d'animaux ?

 

L'animal est un support de projection assez génial. En effet il est "neutre" donc pas de risque de se prendre en retour de mes projections une remarque acérée. :tongue:

 

Le chat de la Faculté où je travaille en est un parfait exemple. Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis exclamée en le voyant : "Alors minou, t'as besoin de compagnie ? Tu te sens seul, hein ?"… et en retour de mes projections, j'obtiens de lui des ronronnements et des frotis-frotas, trop bien !

 

Ma collègue, qui est 6, en fait elle-même pas mal du même type. C'est d'ailleurs un sujet d'amusement régulier, car lorsque cela nous arrive nous nous en rendons compte assez rapidement.

 

Elle m'a raconté que son mari qui est 9 alpha en fait aussi assez souvent avec leur chat.

 

Les animaux auraient-ils une ou des caractéristiques qui expliquent ce comportement, en dehors de leur "neutralité" ?

 

Très amicalement,
Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Simechau

Bonjour à tous,

 

Une petite touche de nuance : pour ma part, j'apprécie avec grande modération les animaux de compagnie et pour ce qui est de la projection, j'ai tous les êtres humains, à tous les âges.

 

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Le mécanisme de projection est un des plus difficiles à repérer d'après Fabien. Je confirme. :suspicieux:

 

J'ai constaté que je formule, presque toujours, ma projection à voix haute lorsqu'il s'agit d'un animal, ce qui est bien moins souvent le cas lorsque qu'il s'agit d'un être humain. Je suppose donc qu'il est plus "facile" de prendre conscience d'une projection lorsqu'elle est formulée à voix haute…

 

Comme Harper, je distingue deux types de projections :

  • Celles qu'elle nomme associatives me rassurent sur le fait que je suis comme les autres ou que les autres sont comme moi, donc pas de risque de déviance possible ;
  • Celles qu'elle nomme dissociatives sont destinées à "éjecter" toute possibilité de déviance en l'attribuant à l'autre. C'est ce dernier genre de projection qui est le plus difficile à repérer pour moi, certainement parce que dans ce cas elles sont liées à des situations vraiment très stressantes égotiquement parlant s'entend. :peur:

 

Amicalement,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×