Scroll To Top

Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 26 décembre 2017 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 149 articles et nos 89 analyses de film.

Bernardo

Les totems de l'Ennéagramme

Messages recommandés

Bernardo

Bonjour à tous,

Nous ouvrons une nouvelle discussion pour trouver un accord sur la symbolisation de chaque type par un animal ! Vos avis seront les bienvenus. Notre première réflexion :

  1. Abeille
  2. Saint-Bernard
  3. Renard
  4. Lama
  5. Hibou
  6. Castor
  7. Loutre (merci Fabien !)
  8. Loup
  9. Ours

Qu'en pensez-vous ?

À vos claviers et à bientôt,
Bernard (7) et Agnès (1)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Bernard et Agnès,

Il y a déjà eu des tentatives pour affecter des animaux-totems aux différents types. La première a été celle de Beesing, Nogosek et O'Leary dans leur livre "L'Ennéagramme, un itinéraire de la vie intérieure". Toutes celles qui ont suivi ont généralement été des copies plus ou moins transformées de ce rapprochement initial. Je n'ai personnellement trouvé aucune liste publiée jusqu'ici satisfaisante, et c'est donc une bonne idée de conjuguer nos forces pour bâtir une nouvelle proposition.

Il me semble qu'il nous manque deux informations pour que cette discussion soit aussi bénéfique que possible.

  1. Est-ce que nous nous référons aux animaux tels que décrits par les zoologistes ou tels que vus par l'imaginaire des hommes. La première solution a l'avantage de l'universalité, là où la seconde est forcément liée à une culture. La seconde a l'avantage d'être immédiatement compréhensible, là où la première risque de faire appel à des données pas forcément connues de tous.
  2. S'agit-il de décrire le niveau moyen de fonctionnement des types ? Ou un autre ?

De plus, pour que cette discussion ne soit pas uniquement un échange de noms, il serait intéressant que vous expliquiez en deux mots vos choix.

 

Puisque je vous ai suggéré la loutre pour le 7 lors d'une précédente rencontre, je m'y colle. Là où la plupart des animaux partagent leur vie entre repos et recherche de nourriture, la loutre consacre un temps considérable au jeu, même à l'âge adulte. Par rapport aux animaux comparables, la loutre manifeste une plus grande intelligence mentale : par exemple, quand elle dort dans une rivière en faisant la planche, elle s'attache à des herbes pour ne pas dériver ; pour casser les coquillages dont elle est friande, elle utilise des outils et certaines variétés de loutres sont capables de conserver ces outils, attitude rare hormis chez les primates ; etc.

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bernardo

Cher Fabien,

Nous te remercions d'avoir répondu aussi rapidement à notre proposition de débat autour des "totems" symbolisant les types de l'ennéagramme.

Tes suggestions sont très intéressantes et il nous faut effectivement préciser quelques données :

  • Nous pensions aux animaux tels que vus dans l'imaginaire commun… même si ce dernier varie suivant les cultures.
  • Ensuite, nous aimerions qu'ils puissent symboliser le niveau moyen de fonctionnement des divers types.

Enfin, nous avions pensé aux animaux cités parce que :

  1. L'abeille représente l'image de quelqu'un d'industrieux, de précis, de dévoué à la perfection collective, s'activant pour un idéal élevé.
  2. Le Saint-Bernard est le prototype du "bon samaritain" ne ménageant pas ses efforts, dans des conditions parfois difficiles, pour aider son prochain.
  3. Le renard, dans l'imaginaire collectif, est un fieffé filou qui arrive toujours à ses fins, en utilisant des moyens inventifs et parfois "limites".
  4. Le lama (voir "Tintin au Tibet") est "rare", original, gentil jusqu'au moment où il se sent agressé et montre ses humeurs imprévisibles.
  5. Le hibou, souvent symbolisé avec de petites lunettes, représente le savoir, la sagesse, la solitude de celui qui observe, sait, juge (?)…
  6. Le castor est choisi pour ses qualités de travail pour la collectivité (la Famille !) et pour son goût de l'organisation et du respect des lois du groupe.
  7. La loutre… voir ton explication très complète ci-dessus !
  8. Le loup est souvent un chef de clan craint et respecté par les siens… et les autres ; il a un côté rude et implacable… en même temps qu'il peut être très attendri par ses proches (voir : louve !)
  9. L'ours est aussi tendre que bourru, paresseux parfois et débonnaire souvent ; il ne faut pas le chatouiller de trop !

Voilà !
Très amicalement,
Agnès (1)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Agnès et Bernard,

"Nous pensions aux animaux tels que vus dans l'imaginaire commun." Zut ! J'aurais préféré l'autre possibilité plus objective (donc plus facile à communiquer et à justifier et en conséquence plus consensuelle) et pour laquelle je me sens plus compétent. Mais dans cette discussion, vous êtes les chefs !

J'ai quelques objections et malheureusement pas beaucoup de solutions. J'espère que vous me pardonnerez ce négativisme involontaire. Reprenons type par type :

  1. L'abeille est un bon choix pour le côté travailleur, mais c'est un animal social que le 1 n'est absolument pas (orientation vers l'intérieur et "inadaptation sociale" comme sous-type social). Pour le 1, Patricia et moi avons notre favori, un animal dont nous avons découvert les vertus en visitant le désert de la Vallée de la Mort en Californie : la mule. Courageuse, travailleuse, dure à la tâche et têtue, elle est le totem parfait ! Elle le serait en tout cas dans l'approche zoologique ; dans l'approche "imaginaire collectif", je crains que le côté têtu soit trop dominant.
  2. Le Saint-Bernard me semble un excellent candidat.
  3. Le renard évoque dans mon imaginaire le Roman de Renard. L'animal n'y est pas très sympathique et me semble plus mental qu'autre chose. Un 7 planificateur ? Un 3 mu peut-être ?
  4. Le lama est une surprise. N'étant pas tintinophile, je n'y aurais pas pensé et, dans mon imaginaire, l'aspect cracheur l'emporte un peu sur le reste. Bref, le totem ne m'inspire pas la sympathie.
  5. Le hibou est un classique, simple et de bon goût.
  6. Le castor est aussi un choix qui m'a surpris. Je suis d'accord sur "ses qualités de travail pour la collectivité (la Famille !)", mais je ne vois pas le "respect des lois du groupe" quand je pense à lui. Le castor ne me semble pas assez lié à la notion de peur. En ce sens, la biche et la gazelle seraient meilleures, mais il leur manque la force sociale (quoique ce soient des animaux vivant en groupe) et la possibilité contrephobique.
  7. La loutre. No comment. Je reste d'accord avec moi. Ouf !
  8. Le loup est aussi une bonne hypothèse, même si j'ai une vision du 8 plus solitaire.
  9. L'ours est un excellent choix qui montre bien la force du 9 sous l'apparente douceur. Il convient dans l'approche "imaginaire collectif" et serait moins acceptable dans l'approche zoologique qui donnerait trop d'importance à l'agressivité. Personnellement, comme totem du 9, je préfèrerais l'éléphant qui convient, je crois, aux deux approches.

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Loulou

Bonjour !

Voila déjà plusieurs mois que je lis ce panneau de messages avec grand intérêt et même avec une certaine compulsion (Narcotisation ? Je pense être une 9. :cool:) sans jamais avoir encore osé y écrire. J'ai trouvé cet exercice des totems assez amusant (serais-je une 7 finalement ?), donc je me lance !

  1. Pas de proposition pour le 1. Je cale. :thumb_down:
  2. Pourquoi pas la poule ? Certes l'expression mère-poule est un peu bateau, mais l'idée d'un animal qui couve me semble proche du 2.
  3. Je propose le paon puisque il s'exhibe pour séduire. Je n'ai pas d'idée pour symboliser plutôt les qualités positives d'un 3.
  4. Peut-être le panda pour son caractère rare (les 4 vont aimer ça… :laugh: ), sa fragilité et son petit air triste. On peut toujours chercher aussi du côté des animaux exotiques !
  5. Pas d'autre proposition.
  6. J'ai pensé que l'abeille (ou même la fourmi) s'adapterait plus au 6 : côté social, travailleur (ouvrières). Et puis l'aspect contrephobique pourrait être symbolisé par son dard.
  7. J'ai une autre idée pour le 7 : le dauphin ! Très mental et adore s'amuser ! Qu'en penses-tu Fabien ?
  8. J'ai imaginé plutôt un mustang (c'est l'instinct à l'état pur, non ?) ou bien un fauve genre lion, par exemple, qui est le roi des animaux et en plus la lionne a ce côté protecteur du 8.
  9. J'aime bien l'idée de l'éléphant, mais je propose encore autre chose : le chat. Il adore dormir et s'étirer, il ronronne et est tout doux, mais il ne faut pas lui chercher des noises, ni vouloir le dresser ! :laugh:

Voilà, voilà… Qu'en pensez-vous ?

À bientôt !
Loulou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Loulou, bienvenue sur ce panneau et merci de cette première participation.

Le paon pour le 3 évoque bien la passion du type, la vanité, mais il n'est pas possible d'avoir un totem plutôt défavorable au milieu d'autres assez sympathiques.

Pour le 6, la piste des insectes sociaux me semble la meilleure. Ou tout animal vivant dans un groupe bien structuré.

Le dauphin est une bonne suggestion pour le 7. Dans la nature son côté joueur s'exprime, mais beaucoup moins son côté mental. Il a fallu des expériences humaines pour mettre en évidence l'intelligence du dauphin pas forcément aussi visible par ailleurs ; cela est bien évidemment dû à la vie marine et à l'absence de membres lui permettant de concrétiser cette intelligence. Pour ces raisons, je préfère la loutre.

Mustang et lion, voilà effectivement de beaux candidats au totem 8.

Je n'avais jamais pensé au chat pour le 9 et c'est une très jolie piste. J'ajouterai que le chat domestique dort un peu trop, mais que si on transporte le même chat à la campagne, il ne lui faut généralement que quelques semaines pour se reconnecter à ses instincts et se lancer dans de grandes explorations. Le chat sauvage est par contre craintif et agressif, un 6 contrephobique ?

La plupart des gens considèrent qu'il y a une sorte de hiérarchie dans le vivant, les mamifères étant supérieurs aux oiseaux par exemple. Cela est de plus en plus contesté aujourd'hui où les zoologistes sont stupéfiés par l'intelligence de certains oiseaux (les corvidés, notamment mais pas exclusivement) ou des céphalopodes (le poulpe est extrêmement malin et il est très flexible ! :laugh: Un candidat pour le 3 ?). Mais contesté ou non, si nous restons sur l'approche "imaginaire commun", l'a-priori hiérarchique existe et ne serait-il alors pas mieux de choisir tous les totems dans une même catégorie et de s'imposer de ne proposer, par exemple, que des mamifères ?

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Pendant mes vacances, j'ai lu l'excellent bouquin de Tad Dunne, Enneatypes: method and spirit. Voilà ses propositions de totems :

  1. Terrier, abeille, berger allemand
  2. Chat, chien Border Collie (Lassie), caméléon
  3. Paon, aigle, castor
  4. Cheval, panthère, mouette, chien Beagle
  5. Renard, hibou, pieuvre, murène, raton laveur
  6. Épagneul, daim, lapin, rat, loup, coq
  7. Loutre, singe, écureuil
  8. Requin, lion
  9. Moustique, éléphant, baleine, opossum, limace, marsouin

Sans commentaire…

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie-Hélène

Bonjour à tous,

Très rafraîchissant cet exercice !

Quelques petits commentaires à brûle-pourpoint :

  1. Pas de proposition valable.
  2. Pas de proposition valable.
  3. Est-ce que le caméléon serait une hypothèse trop clichée pour une personalité qui s'adapte aussi facilement ? L'aigle… Ouais, pour l'interprétation américaine du 3.
  4. Je préfère le paon pour le 4, à cause de son plumage coloré et unique et de son air hautain.
  5. Le hibou, je m'y rallie, symbole d'observation et de sagesse.
  6. Le chien en général (le Golden en particulier). Ne dit-on pas de lui qu'il est fidèle (loyal) et le meilleur ami de l'homme ? De plus, c'est un gardien qui prévient son maître du danger. Il est aussi bon joueur, son groupe bien structuré est la famille. Tout à fait domestique comme animal.
  7. J'aime bien le dauphin pour son air rieur.
  8. Loup, requin, lion, ça me parle.
  9. De toutes les propositions, je préfère l'ours, dans l'imaginaire collectif du moins. Le chat a un côté individualiste. Il connaît trop ses petits besoins.

Je continue à y penser…
Marie-Hélène

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bernardo

Bonjour à tous,

Entièrement d'accord avec toi Fabien pour ne choisir que des mammifères (pour les raisons que tu évoquais).

  1. Je ne suis pas sûr que la mule fasse plaisir aux 1. Je n'ai pas d'autre proposition. J'ai relevé le berger allemand. Qu'en pensent les 1 ?
  2. Le "Saint Bernard".
  3. Le "renard" ?
  4. Le "panda". Je souscris à cette idée. Difficile de trouver plus original !
  5. ?
  6. Pas mieux que "biche" ou "gazelle".
  7. Le dauphin a toujours un sourire dessiné sur sa bouche (quel que soit son état émotionnel…) J'aime bien son côté joueur qui, à mon avis, identifie bien ce type. Je le préfère à la "loutre", moins connue.
  8. J'aime beaucoup le "mustang".
  9. L'ours.

Cordialement,
Bernard (7)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie-Hélène

Allo groupe !

 

Je ressors cette vieille discussion des oubliettes en vous demandant quel serait, selon vous, le type du cheval ?

 

Marie-Hélène

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Marie-Hélène,

 

Dans mon idée, on ne peut que difficilement attribuer un type à un animal domestiqué, parce que l'homme a créé tant de variantes que l'unité "psychologique" de l'espèce est un peu perdue. On peut cependant s'amuser à trouver un type pour les différentes variantes.

 

Le mustang, le cheval libre, a déjà été placé dans cette conversation. Je verrais bien les chevaux de course, si émotifs et craintifs, en 6, alors qu'un animal comme le percheron (mon cheval préféré) me paraîtrait bien positionné en 9.

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Marie-Hélène

Bonjour Fabien,

Merci de ta réponse. Bien que ne connaissant pas les différentes races ou variantes des chevaux, ce que tu dis fait sens pour moi. Nous en discutions cette fin de semaine mon conjoint et moi, et étions tentés par le 9. En faisant quelques recherches, le côté craintif et fuyard me faisait plutôt pencher pour le 6. Mais tu as raison, les variantes sont à prendre en compte.

Marie-Hélène

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bonjour à tous,

Un petit message pour dire que je suis finalement assez surpris que le mouton ne soit pas proposé pour le type 6:proud:

Non pas que je trouve le mouton plus ou moins sympathique qu'une biche ou une gazelle, simplement l'association semble pourtant assez "évidente" en relation avec l'aspect grégaire dudit animal et la connotation somme toute assez péjorative qu'il peut revêtir et qu'on attribue parfois au 6 (cf. la fonction "Rechercher" du panneau avec le mot-clé "mouton" par exemple :tongue:).

Et pourtant… Au-delà du cliché, il me semble qu'il y a des rapprochements intéressants à faire entre le mouton et le type 6.

Le mouton est, par exemple, l'animal du troupeau par excellence : lorsqu'on sépare un mouton de ses congénères, celui-ci peut être pris de panique. La peur de base du 6 de se retrouver seul ?

Le mouton est ainsi fait pour vivre en communauté. Il connaît d'ailleurs parfaitement les limites de son territoire, et il est très rare qu'un mouton s'éloigne de son pâturage d'origine et de ses camarades de pâture. (Sans aller jusqu'au mouton de Panurge, histoire caricaturale… somme toute assez révélatrice quoi qu'il en soit. :rofl:) Orientation de loyauté assez typique peut-être.

Le bélier (mouton non-castré), lorsqu'il guide le troupeau de mouton, est chargé de prévenir les autres membres du danger qu'il sait très bien repérer. Passion de peur assez significative.

Le mouton (de troupeau) communique parfaitement avec son berger : il lui fait entièrement confiance et accepte totalement cette autorité. De même, lorsqu'un mouton se retrouve seul avec un humain, il a une très bonne capacité d'apprentissage du langage humain (verbal et non-verbal)… à la condition que ce dernier lui parle calmement. Cela dit, en cas de danger, un mouton peut avoir des réactions assez violentes et brutales, et donner des coups de cornes (quand il en a) et de sabots. Voila donc pour l'aspect contrephobique me semble-t-il.

Le mouton se méfie pourtant parfois des humains : comme il sait sa toison convoitée, il se méfie de ceux qui veulent le caresser. Fixation de doute-suspicion peut-être avec un brin de mécanisme de défense ? :tongue:

Depuis que j'ai fait quelques recherches sur le mouton, il me paraît plus sympathique d'un coup ce charmant petit animal. :laugh:

Voila pour ma petite contribution à ce sujet très intéressant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Eric,

Ce forum est décidément un endroit merveilleux. J'en ai plus appris sur le mouton cet après-midi que pendant mes cinquante années de vie précédentes.

C'est très curieux. L'adjectif "moutonnier" me hérisse, et cela ne m'a jamais empêché de trouver le mouton sympathique. Adjugé donc de mon point de vue… si les autres 6 sont d'accord.

Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Harper

Four Legs Good, Two Legs Bad
George Orwell, Animal Farm

Bêêê…

[Décodage : dans l'œuvre susmentionnée, les moutons sont un groupe totalement stupide, ils passent leur temps à brouter et à réciter les slogans qu'on leur a appris (laborieusement, et pas plus de quatre mots sinon c'est trop compliqué)].

Anecdote : en Écosse, les moutons ont la priorité sur les routes. Il semble que le bélier du troupeau connaissait les règlements. Il n'arrêtait pas de nous les rappeler en faisant "baa" (version anglaise de bêê), planté au milieu de la route jusqu'à ce que le troupeau ait fini de traverser. C'est seulement après qu'il nous a laissé passer…

Très amicalement,
Bénédicte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Enensis

Bénédicte,

Sûrement des moutons très désintégrés, voire dans leur type de désintégration… en 9 ou en 3, au choix. :rofl:

:tongue:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dan

Bonjour,

 

C'est très amusant cette discussion animalière, ça me plaît bien.

 

M'étant déterminé récemment 9 grâce à l'aide indispensable et patiente de Fabien, je m'interroge donc sur le totem du 9.

 

Vous ne pensez pas que l'ours, ça fait quand même un peu trop solitaire ? Il est vrai aussi que l'éléphant mâle se détache du groupe et devient solitaire :happy: pour mieux séduire les éléphantes.

 

Et puis cet ours, vous le voyez plutôt de quelle couleur, blanc et froid du grand nord, brun se baladant dans des montagnes verdoyantes, ou bien noir en train de roupiller dans le fond de sa tanière plutôt que de broyer du noir.

 

Amicalement,

Dan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Dan,

Environ 50 % des 9 sont introvertis. Choisir un animal solitaire n'est donc pas incompatible avec le 9, mais le contraire ne serait pas incompatible non plus.

L'ours 9 est forcément un ours qui hiberne. On a alors devant soi une jolie boule de fourrure douce. Mais que l'animal se réveille (de mauvais poil  :blush:) et toute la puissance et éventuellement la férocité de la bête apparaît. On a ainsi une illustration de la préférence et répression du centre instinctif.

Comme je l'ai dit précédemment, l'affectation d'un totem à chaque type nécessite une prise de trois décisions que je résume ici :

  1. Animal vu par l'imaginaire des hommes ou animal tel que décrit par les zoologistes. Je préfère de très loin ce dernier, seul moyen d'arriver à une proposition universelle.
  2. Classe d'animaux. Pour éviter tout jugement de valeur, il me semble souhaitable de ne choisir que des mammifères (l'être humain en faisant partie) non domestiqués.
  3. Niveau d'intégration décrit. Un niveau moyen me semble souhaitable, en étant attentif à le faire pour tous les types totemisés.

Sur ces bases, la conversation pourrait être relancée. Dans ce cadre, je l'avais déjà mentionné, l'ours réel est sans doute beaucoup trop agressif pour être le totem du 9.

Très cordialement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dan

Bonsoir Fabien,

Pour le 9, j'avais pensé au chameau (ou au dromadaire) :laugh: pour la bosse du travail. Son allure qui fait qu'on s'en méfie un peu quand même, que l'abord n'est pas facile. Son inertie à démarrer, faut pas le brusquer sinon ça braille fort et ça peut mordre. Cette impulsion qu'on doit lui donner pour se lancer à l'assaut du désert, il est pas fou le chameau il va pas y aller tout seul. Sa lenteur qui fait sa force dans l'endurance, le côté fusionnel avec le chamelier. La distance qui s'établit dans la difficulté de l'action, ces distances et ces silences qui se précisent dans la caravane en marche lorsqu'elle s'étire. L'adaptation du chameau à son environnement le désert, qui fait que ça en devient une habitude, une routine, une résistance au changement, comment imaginer traverser le désert autrement qu'avec un chameau.

Et puis tout compte fait, l'éléphant correspond bien au 9. Pour les côtés inertie et potentiel énergétique, on peut pas trouver mieux. La lenteur dans l'action. Les grandes oreilles pour écouter. Quand il se met en colère c'est quand même assez impressionnant.

J'avais imaginé d'autres animaux pour les autres types, mais c'est à revoir car ils ne répondent pas aux critères que tu souhaites appliquer. Il n'y a que le 3 qui pourrait peut-être convenir : la girafe et sa capacité à nous entraîner dans son élégance, à nous en faire oublier les risques. Son pouvoir à se pencher vers nous malgré cette neutralité émotionnelle tout là haut perchée. Cette capacité à réussir à manger les feuilles inaccessibles des arbres, cette évidence, cette vérité ! Et puis il faut boire, prendre des postures mensongères inqualifiables. Alors elle se sauve en courant, à en devenir encore plus élégante. Dans la fuite émotionnelle de l'échec et dans son corps alors en mouvement, elle en devient magnifique. :happy: Je reconnais que c'est là, un avis carrément personnel.

Bien amicalement, Dan

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Dan,

 

Les règles que j'ai proposé n'ont pour but que d'arriver à une proposition qui soit :

  • le plus indiscutable possible parce que basée sur des faits ;
  • le plus universelle possible.

Elles peuvent bien entendu être discutées et améliorées pour tendre vers ce but.

 

Je crois que c'est la première fois que je lis le chameau proposé pour le 9 !

 

Il sort lui aussi un peu du cadre proposé puisque c'est une animal domestiqué. Ces derniers me semblent à éviter pour deux raisons :

  • D'abord l'image de ces animaux varie énormément selon les cultures : par exemple, la nôtre idolâtre les chiens, là où ailleurs le mot est une des pires injures qui soit. Cela implique que donner le chien comme totem à un des ennéatypes serait plus ou moins bien ressenti selon les pays.
  • Ensuite, la domestication a bien souvent produit une multitude de sous-espèces auxquelles il est difficile d'attribuer un profil commun : comme je l'ai dit dans un précédent message, le percheron et le cheval de course n'ont pas le même caractère. Pire dans le cas d'une espèce très proche de nous, le chien par exemple, les variations individuelles sont extrêmement importantes, l'animal prenant notamment une partie des traits de caractère de son maître (à moins que ce ne soit le contraire :happy:).

C'est un peu dommage parce que ton explication me convenait bien sinon.

 

Quant à ta proposition de la girafe pour le 3, elle est fort lyrique, mais il me semble manquer le côté bosseur et social du type : le 3 réalise individuellement pour être reconnu socialement.

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Flebeleb

Bonjour,

 

Je trouve ce sujet est très intéressant, d'autant plus que je suis étudiante vétérinaire. J'ai donc pensé regarder les thèses d'éthologie sur l'Internet ; il n'y en a pas assez à mon goût, mais tout de même une sur l'éléphant d'Asie (These elephant), dans laquelle j'ai trouvé plusieurs caractéristiques anatomiques et comportementales se superposant à l'hypothèse 9 envisagée précédemment.

 

Les mouvements de l'éléphant sont limités, mais parmi les mouvements permis :

Une flexion réalisée au niveau de l'articulation radio-carpienne peut être utilisée par l'éléphant pour soutenir ou relever, à l'aide de cette articulation, le corps chancelant d'un congénère. L'animal peut également se servir de la face crâniale de cette articulation pour donner une légère impulsion et déplacer vers l'avant un partenaire situé devant ou à côté de lui."
-> orientation d'acceptation/soutien, par la mise en oeuvre du centre instinctif.

 

Malgré un corps compact, l'éléphant est capable de fuir ou de se diriger vers un congénère de manière extrêmement rapide (de 25 à 40 km/h)
-> un centre instinctif qui peut être bien utilisé.

 

En outre, comme chez l'éléphant d'Asie les apophyses dorsales thoraciques et abdominales ont une disposition entièrement isoclines et qu'elles sont inclinées dans le sens antéropostérieur, se courber ou se tourner vers un partenaire est donc difficilement réalisable. Pour aborder un congénère placé juste derrière lui, un animal a donc plus de facilités à marcher à reculons qu'à faire un demi-tour rapide vers ce dernier.
-> force d'inertie (difficulté à changer rapidement de direction), sensation d'encombrement par son propre corps.

 

La trompe, cet appendice aux multiples fonctions, permet entre autre à l'animal : de porter de très lourdes charges, de prendre par aspirations des objets solides comme des liquides, à respirer, de sentir, de toucher à la manière d'une main, de saisir, de tirer, d'arracher, d'émettre des vocalisations, de frapper, de pousser, d'attaquer, de se défendre ou de soutenir le corps d'un partenaire.
-> J'y vois l'adaptation de la trompe à l'objet avec lequel elle interagit, et la mise en oeuvre première du centre instinctif dans la prise d'informations sur son environnement (il a par ailleurs une vision médiocre).

Le fait que la trompe permette d'aspirer m'évoque aussi le sous-type conservation "Appétit" du type 9.

 

J'ai été surprise de lire que l'éléphant d'Asie présentait la particularité comportementale suivante : le phénomène du musth (signifie "intoxiqué").

Il désigne l'état de fureur périodique annuelle ou biannuelle dans lequel se retrouvent certains éléphants mâles après leur maturité sexuelle. Cet état est caractérisé par une excitation et une agressivité intense, soudaine, imprévisible et incontrôlable.
-> Que je rapprocherais évidemment des colères rares et donc d'autant plus impressionnantes des 9.

 

Et pour finir, il s'agit d'une espèce sociale = "définie comme un regroupement d'individus qui appartiennent à la même espèce et communiquent entre eux de manière plus ou moins fréquente (?) Cet animal est observé en groupes stables."

 

Voilà pour l'approche scientifique !

 

Charlotte

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Superbe ! Merci Charlotte.

 

Le thème des totems de l'Ennéagramme n'est qu'un jeu, mais lui donner une base incontestable et transculturelle le transforme en une symbolique sympathique qui peut être utile à certains.

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour à tous,

 

Même si le dernier message de ce fil de conversation date d'avant la parution de la première édition du livre d'Éric Salmon, La Clé de l'Ennéagramme : les sous-types, je suis plutôt surprise que personne n'ait eu l'idée avant moi de signaler les animaux totems qui s'y trouvent proposés. Ce sont des propositions sous forme d'illustrations qui m'avaient parues assez bébêtes (c'est le cas de le dire :laugh:) dans un premier temps avant que je ne commence à réaliser qu'il s'agissait d'une réelle référence. Mais à quoi ? Je n'ai pas été en mesure de trouver. Voici donc les propositions de totems faites dans cet ouvrage :

  1. Fourmi
  2. Chien (qui ressemble beaucoup à un Saint-Bernard je trouve)
  3. Castor
  4. Perroquet
  5. Hibou
  6. Kangourou
  7. Singe
  8. Lion
  9. Éléphant

Pour les types 2, 3, 5, 7, 8 et 9, les animaux présentés ici ont déjà été cités et sont cohérents.


La fourmi pour le type 1 a, à mon avis, été choisie pour les mêmes raisons que l'abeille et, étant un insecte, elle ne répond pas aux critères de sélection. Je n'ai pas d'autre idée.

 

En revanche, je ne comprends pas bien le choix du perroquet pour le type 4 et comme il s'agit d'un oiseau, c'est aussi une suggestion hors sujet ici.

 

Même chose pour le choix du kangourou pour le 6. J'ai eu beau chercher, je n'ai pas trouvé dans le comportement de cet animal quoi que ce soit qui justifie qu'on l'attribue au 6 (des similarités avec les moutons peut-être ?). Des idées ?

 

Sinon pour la 6 que je suis, je trouve le mouton pas mal mais cela ne m'enthousiasme pas vraiment. En dehors du fait que je ne les trouve pas particulièrement sympathiques, c'est probablement l'image négative du mouton con con qui suit le troupeau rapportée à la répression de mon centre préféré et à ma tendance phobique qui déplaît à mon cher ego. :proud:

 

En attendant d'accepter que le mouton soit capable d'intelligence et puisse être cordial (ah, il y a peut-être un début de quelque chose ici avec son "capital sympathie" : Le mouton, une tondeuse écologique sympathique), un autre animal totem m'est venu à l'esprit pour le 6, il s'agit du suricate.

 

J'ai été étonnée de découvrir en surfant sur la toile plusieurs informations venant conforter l'image déjà "assez 6" que j'avais de ce petit animal notamment à cause de ces images où on les voit toujours aux aguets, prêts à se mettre à l'abri au moindre danger. Ils sont parfois surnommés "Les sentinelles du désert". Ils ont une bien meilleure vue que la nôtre, une ouïe extrêmement fine et un odorat très développé. Par ailleurs, leur queue leur sert de cinquième appui pour se mettre en position de sentinelle.

 

Chez les suricates, on peut dire que l'union fait la force.

 

Voici ce qu'il ressort de mes prospections (source citée ci-dessous suffisamment complète et cohérente avec les autres recoupements que j'ai pu faire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Suricate).

 

Dépendance au groupe

"Ce sont des animaux sociaux de 20 à 30 membres au sein d'une même colonie. Hors du groupe, les suricates sont voués à une mort quasi certaine."

 

Peur / Méfiance / Sécurité dans le groupe

"Un ou plusieurs d'entre eux surveillent en sentinelles les autres membres qui creusent ou jouent entre eux. Lorsqu'un prédateur est repéré, l'alerte est donnée par un aboiement particulier."

Les sentinelles signalent tout ce qu'elles perçoivent comme un danger potentiel, qu'il soit réel (un aigle en chasse) ou non (fausse alerte). Les suricates font partie des dupés par le Drongo brillant qui imite leur cri d'alarme et profite de la débâcle générale pour aller piquer la nourriture laissée en plan :glouton:(cf. "L’ultime ruse de l’oiseau qui criait au loup pour mieux voler ses voisins").

 

Grande variété des comportements liés à la peur (là j'ai été bluffée)

"Les vocalises des suricates sont relativement riches et peuvent avoir plusieurs sens avec, en particulier, celui indiquant le type de prédateur repéré (aérien ou terrestre). Les caractéristiques acoustiques du signal varient en fonction du degré d'urgence de la situation. On a pu individualiser six alarmes différentes : prédateur aérien avec un degré d'urgence bas, moyen et élevé ; prédateur terrestre avec un degré d'urgence bas, moyen, élevé. La réponse des suricates est différente selon qu'il s'agit d'un prédateur aérien ou terrestre. Par exemple, un signal d'urgence concernant la présence d'un prédateur terrestre invite le suricate qui le perçoit à scruter l'environnement et à s'abriter. Par contre, le suricate regarde le ciel et s'aplatit sur le sol en cas de danger imminent lorsque le prédateur est aérien. Outre ce cri d'alarme, on répertorie le cri de panique, celui de recrutement et celui invitant à se sauver. On a recensé 30 cris différents correspondant chacun à un danger. Un cri continu émis à intervalles réguliers signe l'absence de danger. L'animal pépie, trille, grogne ou aboie en fonction des circonstances."

 

Loyauté / Position phobique

"Le couple dominant exprime son autorité sur le reste du groupe en le marquant de son odeur. Les animaux de second rang toilettent alors le couple dominant et lui lèchent la gueule."

 

Il semblerait par ailleurs que ces animaux se laissent assez facilement apprivoiser.

 

Loyauté / Position contrephobique

"Elles [les femelles dominées] protègent également les jeunes des attaques des prédateurs [parfois même des attaques d'autres congénères], souvent au péril de leur vie. En cas d'alerte, les baby-sitters conduisent les petits dans les terriers et s'apprêtent à les défendre si nécessaire. Si la retraite sous le sol est impossible, elle réunit les petits et s'allonge par-dessus."

 

Instinct de conservation : Cordialité, Chaleur

"Les suricates ont un comportement altruiste au sein de leur colonie."

L'affection entre les membres d'un même groupe semble très importante et des embrassades ainsi que des séances de caresses collectives ont lieu régulièrement tout au long de la journée. :kiss2: :calin: :heart:

 

Je ne compte pas le nombre de photos présentant les suricates comme des animaux trop mignons. J'ai même trouvé un compte Facebook qui leur est entièrement dédié (!) : "Un amour de suricate".

 

Cela ne les empêche pas d'être parmi les mammifères les plus agressifs qui soient, au sein de leur propre espèce comme avec d'autres espèces avec lesquelles ils ne dédaignent pas cohabiter.

 

Instinct social : Devoir

"Les sentinelles ont pour rôle de prévenir les autres membres du groupe de la présence de tels prédateurs par des cris spécifiques. […] Des recherches récentes ont montré que les guetteurs étaient des individus du groupe qui n'avaient plus faim. Chaque surveillance dure environ une heure, pendant laquelle la sentinelle émet des cris continus à intervalles réguliers, lorsque tout va bien. En cas de danger, elle aboie ou siffle très fort. Le groupe se précipite alors chacun dans son terrier. Les jeunes ne fouillent pas le sol avant l'âge d'un mois et suivent alors un suricate plus âgé, qui joue le rôle d'éducateur."

 

L’organisation au sein d'une colonie semble être rodée de sorte que chaque individu a un rôle à jouer et un rang social à tenir, ce dernier n'étant pas corrélé à l'attribution des tâches qui s'effectuent à tour de rôle (sentinelle, baby-sitter, chasseur, terrassier, etc.). Par contre, pour des raisons de rivalités, des membres d'un niveau social inférieur peuvent être chassés ou même tués.

 

Instinct sexuel : Force/Beauté

"Le couple dominant se réserve le droit de tuer tout autre petit du groupe et préserve ainsi la meilleure chance de survie à sa propre descendance."

 

Chez les suricates c'est plutôt la Force que la Beauté qui semble prévaloir sachant que c'est le couple dominant qui s’octroie en général le privilège de pouvoir se reproduire.

 

Qu'en dites-vous ?

 

Je suis personnellement convaincue par les suricates car c'est un animal totem qui répond à la fois aux critères d'ordre zoologique et à l'image plus symbolique requise. Puis lorsque je visualise un vrai totem, un suricate debout en bois c'est la classe, alors qu'un mouton… Bêêêêof. :rofl:

 

Suricatement vôtre,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Je suis plutôt surprise que personne n'ait eu l'idée avant moi de signaler les animaux totems qui s'y trouvent proposés."

Parce que, franchement, cette liste n'est pas sérieuse mais pas moins que toutes celles qu'on trouve par ailleurs. Je me répète :

Le 20/04/2005 à 10:58, Fabien Chabreuil a dit :

Comme je l'ai dit précédemment, l'affectation d'un totem à chaque type nécessite une prise de trois décisions que je résume ici :

  1. Animal vu par l'imaginaire des hommes ou animal tel que décrit par les zoologistes. Je préfère de très loin ce dernier, seul moyen d'arriver à une proposition universelle.
  2. Classe d'animaux. Pour éviter tout jugement de valeur, il me semble souhaitable de ne choisir que des mammifères (l'être humain en faisant partie) non domestiqués.
  3. Niveau d'intégration décrit. Un niveau moyen me semble souhaitable, en étant attentif à le faire pour tous les types totemisés.

 

Il s'agirait aussi que l'animal choisi corresponde à l'intégralité du type. Par exemple, la fourmi est travailleuse certes, mais est avant tout un animal social dévoué à sa communauté. Qu'est-ce que cela vient foutre avec le 1 ? Même le 1 social n'a aucun rapport avec le comportement de la fourmi. Il y a peut-être du perfectionnisme chez la fourmi, mais où est la colère ?

 

Je rajouterai que la liste ne doit pas induire un jugement de valeur entre les ennéatypes et donner l'envie d'appartenir à un ennéatype ou à un autre : vous avez plus envie d'être un lion, un éléphant ou une fourmi ? Je me répète à nouveau :

Le 21/04/2005 à 08:24, Fabien Chabreuil a dit :

L'image de ces animaux varie énormément selon les cultures : par exemple, la nôtre idolâtre les chiens, là où ailleurs le mot est une des pires injures qui soit. Cela implique que donner le chien comme totem à un des ennéatypes serait plus ou moins bien ressenti selon les pays.

 

Enfin on peut se demander si publier dans un livre ce genre de liste, dont l'établissement peut être un jeu fort plaisant entre nous, contribue ou non à la crédibilité de l'ennéagramme…

 

La  plupart des listes publiées, et le fait qu'il y en ait tant montre à l'évidence qu'aucune n'est satisfaisante, illustre hélas une des graves problématiques de la communauté de l'ennéagramme : la superficialité intellectuelle (qui n'a bien sûr rien à voir avec une éventuelle préférence ou répression du centre mental). On improvise une liste sur un coin de table sans réflexion préalable sur la pertinence du travail et les critères de sa réalisation et sans aucune réelle connaissance éthologique, comme certains — heureusement pas sur ce forum — typent au débotté un personnage ou une culture. Grrrr…

 

"Un autre animal totem m'est venu à l'esprit pour le 6, il s'agit du suricate."

Merci Pocahontas pour tes recherches sur le suricate qui évitent la plupart des pièges ci-dessus. J'ai vu plusieurs fois des suricates en Afrique, et c'est effectivement un animal fort sympathique au premier abord. Toutefois, comme tu le précises d'ailleurs, "cela ne les empêche pas d'être parmi les mammifères les plus agressifs qui soient". Aucun autre mammifère, même l'homme, ne tue plus ses semblables : près de 20 % des morts de suricates sont attribuables à des violences internes à l'espèce, meurtres et infanticides. Moins mignon tout à coup…

 

On en revient donc malgré tout à un des points qui précèdent. Sachant cela, est-ce que j'ai envie d'avoir le suricate pour totem ? Personnellement non.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour Fabien, bonjour à tous,

 

Eh bien ! Quelle diatribe ! En toute amitié, si jamais tu es fermement convaincu que la "quête" entreprise ici est vaine, pourquoi n’envisagerais-tu pas tout simplement de clore ce fil de conversation ? Plus personne n'y consacrerait ainsi son énergie et son temps, sauf en consultation. J'ai l'intuition que c'est peut-être plus compliqué que ça, mais je le suggère quand même. :happy:

 

Comme tu le soulignes, aussi amusant qu'il soit, le jeu des totems est perfectible. Il est aussi vrai que certaines personnes découvrent l'ennéagramme par ces biais connotés. Je pense également aux ennéagrammes dans lesquels on a attribué un nom à chaque type. Puisque ces modèles existent et sont utilisés par certaines personnes, loin d'en faire une mission, j'ai tendance à penser que les rendre les moins pires possible n'est pas inutile. Je trouve d'ailleurs que c'est mieux si ce sont des membres de l'Institut Français de l'Ennéagramme qui s'en chargent. :cool: Ce qui peut bien entendu se faire tout en nuançant le crédit que l'on peut accorder à ces éléments.

 

En ce qui me concerne, ce jeu s'est finalement transformé en un exercice de mise à distance plutôt formateur. J'ai constaté comment je rejetais l'image du mouton (je n'en suis pas un quoi qu'il arrive :proud:) et comment tout de suite l'image du suricate m'est venue, révélant effectivement :

  1. des jugements de valeur,

  2. une envie dès les premières recherches de faire coïncider les éléments que je trouvais avec mes propres caractéristiques égotiques (notamment le sous-type Conservation),

  3. une projection à déconstruire.

Ces prises de conscience m'ont permis d'être beaucoup plus objective pour structurer les informations recensées et les mettre en parallèle avec des mécanismes avérés du 6, même si la proposition finale n'est pas idéale.

 

Bien amicalement,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Eh bien ! Quelle diatribe ! En toute amitié, si jamais tu es fermement convaincu que la “quête” entreprise ici est vaine, pourquoi n’envisagerais-tu pas tout simplement de clore ce fil de conversation ?"

Pour deux raisons :

  1. Qu'on en joue ici entre nous ne me gêne pas mais, comme tu le dis Pocahontas, que ce soit publié et "que certaines personnes découvrent l'ennéagramme par ces biais connotés" m'ennuie beaucoup plus. N'y aurait-il eu que la partie de ton message sur le suricate, il n'y aurait eu que la partie du mien signalant mon peu d'envie de m'identifier à ce délicieux petit tueur.
  2. Surtout, j'exprime un avis personnel et il n'y a aucune raison que j'empêche qui que ce soit de continuer à réfléchir sur ce sujet s'il le désire (je préfère le mental et je réprime l'instinctif quand même : j'ai donc des opinions fermes mais je ne les impose pas. Je suis un dictateur raté. :rofl:).

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Re-bonjour Fabien,

 

Merci beaucoup pour ces explications.

J'ai eu envie de finir mon précédent post par quelque chose comme "Alors ? Adieu, veau, vache, cochon, couvée, suricates ?" sur un ton un tantinet fataliste que je n'aurais pas vraiment pu retranscrire autrement qu'en l'écrivant, ce qui aurait bien évidemment diminué de manière significative ma verve de poète naissante, mais je n'ai pas osé. :rofl:

 

Grosses bises,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×