Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Comme chaque année, le mois de juin est particulièrement chargé. En conséquence, en plus des jours prévus dans nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture
les 20 après 11h, 21, 25, 26 & 28 juin 2018.

Papyzen

Répression du centre instinctif

Messages recommandés

Papyzen

Bonjour,

 

J'aimerais mieux comprendre les conséquences de la répression du centre instinctif et que des types réprimant le centre instinctif nous donnent leurs trucs.

 

Très cordialement,

Roger

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Roger,

 

Je suis un 7 mu et réprime donc aussi le centre instinctif.

 

La répression du centre instinctif, comme celle de n'importe quel centre et comme les mécanismes de bases de notre type, se manifeste quasiment à chaque instant.

Comme d'habitude tout commence par une intense auto-observation. Repérer la répression de l'instinctif dans les grandes décisions est simple ; il est plus difficile, mais aussi plus efficace, de la repérer dans les moments les plus simples de la vie.

 

Chez moi, la répression de l'instinctif pouvait aller de ne pas assez appuyer sur la peau quand j'utilisais mon rasoir à ne pas ramasser un objet qui était tombé sur le sol, alors que l'effort pour le faire était dérisoire. Et une multitude d'autres petites choses aussi élémentaires que cela.

 

Les méthodes d'auto-observation et de transformation que nous enseignons dans les stages Essence et Eveil m'ont été très utiles pour repérer et interrompre ces mécanismes.

Par exemple, quand un objet était tombé sur le sol, j'avais une petite voix intérieure, totalement inconsciente, qui me disait : "Je ne l'ai pas vu." Je créais ainsi un phénomène auto-hypnotique d'hallucination négative. De plus en plus souvent, j'ai pris conscience de cette voix et appliqué les méthodes permettant de déstructurer ce type de transe hypnotique. En conséquence, elle est de moins en moins fréquente et ma répression du centre instinctif s'est atténuée.

 

Très cordialement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Dominique

Bonjour Roger et Fabien,

 

Fabien, je trouve ton exemple de petite voix intérieure très parlant (c'est le cas de le dire) et très réjouissant aussi. :wink:

 

L'image m'a trop amusée pour ne pas me mettre la puce à l'oreille sur la manière dont je réprime mon centre émotionnel… Je vais tâcher d'écouter un peu mieux mes petites voix personnelles. Et l'image amusante de l'objet "pas vu - pas ramassé" m'aidera, je pense, à leur répondre. :happy:

 

Merci pour ton témoignage. Et merci à toi, Roger, d'avoir lancé cette intéressante discussion.

 

En attendant d'en découvrir plus à l'automne…

Dominique

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gabriel

Bonjour,

 

Une citation de Daniel Picouly comme clin d’œil pour les mentaux qui répriment le centre instinctif et les 4 alpha… dont le domaine de l'intellect est celui de prédilection (dont je fais partie…) : "Les idées, c'est comme les gosses. Il ne suffit pas de les avoir, il faut les élever."

 

J'espère ne pas trop ergoter… :sad:

Amicalement,

Gabriel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gabriel

Bon, allons je me lance…

 

Je compare mon vécu à la définition donnée par F. et P. Chabreuil dans leur livre :sad:

 

"Ces types sont peu orientés vers l'action. Ils ont une tendance au retrait et parfois à la dépression."

Lorsque je vais bien, que je suis bien dans ma tête (cela me paraît une terre lointaine…), je peux être très efficace et actif. Mais lorsque je commence à gamberger, mes émotions me submergent et progressivement l'activité diminue comme peau de chagrin. Si je me laisse entraîner dans la MÉLANCOLIE (fixation du 4), je sombre dans un certain immobilisme et je peux cogiter de longs moments, étendu sur mon lit. Je sais souvent ce qu'il faudrait faire sans le faire et j'imagine que je le fais…

 

"Ils n'essayent que rarement d'interférer dans les projets ou les idées des autres."

Oui, c'est vrai. Mais je ne pensais pas que cela était à mettre dans le chapitre "Répression du centre instinctif", je prenais cela simplement comme un respect de l'autre et de ses idées ! Je peux par contre dire que je ne suis pas d'accord, et parfois avec véhémence.

 

"Ils peuvent réagir violemment et sans préavis à une situation qui leur déplaît ou agir de manière inattendue."

Hélas oui, trois fois hélas. Et je n'ai pas fini de me laisser ronger par la culpabilité pour toutes les fois que c'est arrivé ! C'est bêtement ce qui s'est passé le dernier jour du stage Connexions, simplement parce qu'un exercice m'a connecté à une douleur qui a été encore exacerbée dans les minutes qui ont suivi par le témoignage d'une autre stagiaire. Je n'ai alors pas réussi à contenir la douleur… Aujourd'hui, l'image que je pourrais donner de ce qui m'est arrivé est celle d'un coureur cycliste qui se fait attaquer deux fois successivement et qui se fait larguer au deuxième démarrage. Et il voit partir son adversaire : c'est fini, le Tour de France est perdu car en plus il explose… (sujet de circonstance, n'est-ce pas Ulrich, à part que lui n'a même pas explosé…). C'est évidemment très inattendu pour les autres… Et même pour moi !

 

"Ils ont une bonne capacité de réflexion ou d'observation. Ils perçoivent aisément la complexité mentale ou émotionnelle d'une situation."

Je le croyais, mais apparemment ce n'est pas le cas selon certaines personnes.

 

Voilà comment je réprime le centre instinctif (entre autres, mais je ne veux pas trop ergoter).

 

Amicalement,

Gabriel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Simechau

Bonjour,

 

Je suis 6 alpha, avec donc un centre instinctif réprimé. Quelques manifestations.

 

S'il y a une ampoule grillée dans la salle de bain. Je vois l'ampoule grillée, je constate ce fait, et je formule à ma femme : "Il y a une ampoule grillée dans la salle de bain." J'ai vu, j'ai constaté et j'ai parlé, et ces trois faits pour moi sont équivalents à agir. J'ai agi, puisque j'ai parlé, et c'est ma femme (5 mu) qui changera l'ampoule.

 

Depuis, j'ai progressé et dès qu'une ampoule est grillée, je la change, au grand étonnement de mon épouse qui dit : "Tiens , tu changes les ampoules maintenant !!!!?"

 

Ceci étant dit, cela me demande un véritable effort et une multitude d'actions et de gestes successifs à faire : aller chercher l'escabeau, le déplier, monter dessus, dévisser l'ampoule usagée, redescendre, aller chercher une ampoule neuve, trouver la bonne, remonter sur l'escabeau, visser l'ampoule neuve, redescendre de l'escabeau, jeter l'ampoule usagée, replier l'escabeau, ranger l'escabeau. Aujourd’hui, je parviens à faire tous les gestes d'une seule traite, mais il y a quelque temps je changeais l'ampoule le matin et rangeais l'escabeau le soir car sinon cela me faisait trop de gestes successifs à réaliser.

 

Autre exemple, pour balayer la cuisine il me faut plusieurs jours. Je prends le balai, je balaie, ce qui produit un petit tas de poussière que je laisse et que je ramasserai le lendemain quand j'irai chercher la pelle pour le ramasser. On ne peut pas tout faire en même temps et le même jour quand même.

 

Dernier exemple en date, je me suis mis à cuisiner. Nous possédons deux cocottes-minute, la petite et la grande. Dernièrement, j'ai mis à cuire un seul artichaut que j'avais acheté pour moi, dans la petite cocotte-minute, celle adaptée en capacité à un seul légume. J'ai réalisé tous les gestes nécessaires : sortir la cocotte, l'appareiller pour la mettre en état de fonctionnement, mettre de l'eau, mettre l'artichaut, et j'étais sur le point de placer la cocotte sur la plaque de cuisson.

 

Sur ces faits, ma femme arrive. Elle vient de faire les courses et a acheté aussi un artichaut pour elle et voit que la cuisson du mien n'a pas débuté. Avec son esprit pratique, elle me dit de prendre la grande cocotte-minute et de mettre les deux artichauts dedans. Un grand désarroi me saisit car cela veut dire qu'il faut que je recommence tous les gestes : vider la petite cocotte, la ranger, prendre la grande cocotte et tout recommencer. C'est trop compliqué, et je dis à mon épouse que je cuirais son artichaut demain matin.

 

Voilà pour quelques gestes de la vie quotidienne qui peuvent paraître drôles. Mais je ne souhaite pas conserver un centre instinctif réprimé et je veux le dégourdir, le réveiller, pour rééquilibrer par la même l'utilisation des autres centres. Alors je me force à l'action concrète qui a un impact immédiat sur moi et mon environnement. Je cuisine mes repas, je jardine, je tonds la pelouse, je taille les arbres, je nage, j'ai demandé à une amie de m'apprendre à danser, je nettoie les vitres.

 

Je prends conscience de mon corps, exercice de rappel de soi, si je ne m'abuse. Cela me fait le plus grand bien et m'évite de partir sans cesse dans la rumination mentale.

 

J'ai compris également pourquoi j'adorais marcher plusieurs jours de suite, à raison de 6 ou 7 heures de marche par jour. Quand je marche, je marche toute une journée et donc je ne fais que marcher une journée entière, c'est un plaisir extrême. À ce moment-là, je suis la marche (au sens du verbe être), et c'est bien bon.

 

Mettre en mouvement mon centre instinctif, l'utiliser est clairement un de mes axes de travail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Mettre en mouvement mon centre instinctif, l'utiliser est clairement un de mes axes de travail."

Apparemment, tu as bien commencé, Simechau. Tu peux aussi penser à traiter les transes liées à la difficulté de mettre en branle le centre instinctif. Cela devrait diminuer les résistances de l'ego.

 

"À ce moment-là, je suis la marche (au sens du verbe être), et c'est bien bon."

À ce moment-là, tu es dans l'essence et, oui, ce n'est pas mal… :happy:

 

Très amicalement,

Fabien

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×