Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Tiramisu 27

Gloutonnerie et neuroscience

Messages recommandés

Tiramisu 27

Oyez oyez braves amis 7 ! Des chercheurs bienveillants (évidemment fascinés par notre ennéatype, et on les comprend…) ont trouvé l'explication scientifique de notre fameuse gloutonnerie si injustement vilipendée et dont nous ne sommes, en fait, pas du tout responsables (avis à la population !) : c'est la faute du striatum, une zone du cerveau "qui contrôle la volonté, l’importance de l’incitation, une forme de désir spécifique que les chercheurs décrivent comme un sentiment de motivation « chaud », qui rend impulsif". Face à un tiramisu par exemple (là c'est moi qui précise 😉).

 

Plus précisément, ce fabuleux striatum active aussi bien notre appétit intellectuel (insatiable) que notre envie de manger (beaucoup !). Eurêka ! C'est cette zone du cerveau qui est donc hypertrophiée chez nous autres les 7. Et pas du tout notre ego, contrairement à la légende…

 

Je suis fière d'écrire mon premier post au sujet d'une découverte scientifique aussi épatante qui marquera, sans doute de façon irréversible, le XXIe siècle et les futures générations de 7. Plus sérieusement, je trouve quand même intéressant que la science confirme ce lien spécifique entre l'intempérance alimentaire et la gloutonnerie épistémique (je souligne — à l'attention de certains amis 7 qui se reconnaîtront —, que la débauche n’est pas mentionnée…).

 

N.B. Patricia, Fabien, et si vous ajoutiez un chapitre sur "la relaxation du striatum pour les nuls, heu, je veux dire pour les 7", à votre stage Libération ou même Essence ??? :laugh:

 

Sources :

  1. Christelle Perret, "Votre cerveau traite la soif de connaissances de la même manière que la faim", Daily Geek Show, 14 janvier 2019.
  2. Mae Rice, "Your Brain Treats Hunger for Knowledge Like Hunger for Food", Curiosity makes you smarter, 7 janvier 2019.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Merci pour cette information vitale qui était passé sous mon radar de veille. C'est fort intéressant de collecter ainsi des éléments de validation scientifique de l'ennéagramme.

 

Ce sacré striatum est aussi responsable du désir de vengeance dont le 8 a la spécialité mais pas l'exclusivité.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pika

Bonjour à tous,

 

Je vais prendre le risque de dire quelque chose de bête. Mais ça me travaille. Alors soyez indulgents, amis 7, car je ne suis pas 7, et j'aimerais bien vous comprendre.

 

Dans les cours, il est écrit que la passion du 7 est l'intempérance, la gloutonnerie. En cours, j'ai entendu que le 7 était très souvent un bon vivant, qui aimait les plaisirs de la vie, comme la bonne nourriture.

 

Dans l'article, "Votre cerveau traite la soif de connaissances de la même manière que la faim", il est écrit :

  • "Notre cerveau traite la faim de nourriture de la même façon que la faim de connaissances, qu'on peut associer à  de la curiosité",
  • "Ainsi la curiosité et la faim étaient suffisamment puissantes pour qu'ils prennent le risque de souffrir !",
  • "En effet, le jeu basé sur la faim déclenchait-il d’autres parties du cerveau que celui basé sur la curiosité  ? La réponse est non : c’est le striatum qui s’illuminait à chaque fois ! Cette zone du cerveau contrôle la volonté, l’importance de l’incitation, une forme de désir spécifique que les chercheurs décrivent comme un sentiment de motivation « chaud », qui nous rend impulsif.",
  • "Ces résultats illustrent donc que notre besoin de connaissances est aussi important que notre envie de manger pour rester en vie !"

 

Pourtant, je vois deux différences entre la gloutonnerie intellectuelle, et la gloutonnerie alimentaire :

  • La gloutonnerie intellectuelle fait appel au mental. Les personnes du centre "mental" apprécient de "jouer" avec leur côté mental. La nourriture, ce n'est pas mental.
  • Se nourrir intellectuellement n'a pas d'impact sur la préservation de son intégrité physique. Par contre, s'alimenter fait parti des besoins primaires.

 

Imaginons un 7 qui est C--. Est-ce qu'il pourrait être dans la gloutonnerie intellectuelle et à la fois, ne pas avoir de plaisir en mangeant, et devoir se forcer pour s'alimenter ? D'après la théorie dont j'ai connaissance, ça me parait logique que ce soit possible. Mais j'entends tellement de lien entre le 7 et la gloutonnerie alimentaire, que je doute…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Rappelle-toi, Pika, que, comme tous les mécanismes égotiques, la passion n'est pas contextualisée. Un 7 est glouton de tout ce qui lui fait plaisir. Chaque 7 évidemment définit ce qui lui fait plaisir ou non.

 

Il est exceptionnel qu'il n'y ait pas de gloutonnerie alimentaire chez le 7, sauf si manger est une source de souffrance : problèmes de digestion, association psychologique entre manger et souffrir, etc. Il y a eu sur ce forum des témoignages en ce sens.

 

Ces exceptions ne sont pas particulièrement liées à du C--. C'est plutôt le contraire dans les exemples du paragraphe précédent. Un 7 peut même mettre sa santé en danger par l'excès de gloutonnerie alimentaire.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×