Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Vacataire

Remerciements

Messages recommandés

Vacataire

« Oh j’aimerais remercier bien sûr, mais qu’est-ce que c’est difficile de remercier finalement ! »

Je réalise en effet qu’il est généralement plus facile d’exprimer son mécontentement, ça donne quand même un prétexte pour râler.

 

Là, je tiens juste à remercier Patricia et Fabien, mais également les membres avec lesquels j’ai suivi dernièrement la formation qui avait pour objet les Centres. Même pas mal ! Sauf qu’en me rendant à un rendez-vous juste après, j’ai commencé par me tromper de bus, pour ensuite prendre le bon mais dans le mauvais sens. Au retour de ma visite, j’ai repris le bus mais j’ai oublié de descendre au bon arrêt. Finissant mon trajet en RER, je suis cette fois-ci descendu à une station où je n’avais strictement rien à faire. J’avais l’impression d’avoir un disque dur qui ne veut pas démarrer à la place du cerveau. Que vais-je faire de ce 8 déguisé depuis si longtemps ?

 

À 1h du matin, eurêka ! J’ai repris mes notes sur le pardon avec désormais un point de vue de 8 donc. Et là, formidable, j’ai commencé à me pardonner bon nombre de choses. Décidément, sur ce coup-là aussi, tu avais raison, Patricia, il s’agit bien de moi. Je me suis même dit : « C’est pas moi, c’était mon 8. » Halte aux déni.

 

Plus sérieusement, après avoir admis enfin que le pardon n’est pas une faiblesse, je réalise qu’il en est probablement de même pour les émotions. Ça pique un peu, mais il faut bien le reconnaître, qui d’autre qu’un 8 pouvait penser ça. Il reste encore beaucoup à parcourir avant de sortir les banderoles mais l’itinéraire (d’un enfant gâté)…

 

Je crois en fait que je viens tout simplement de m’offrir un petit moment d’émotion. Après tout, je l’ai bien mérité.

 

Bien à vous,

Serge

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Serge,

 

Je suis ravi de te voir arriver à la maison ! Le travail sur son ennéatype ne peut commencer que lorsqu'on l'a bien identifié. Lorsqu'on a envisagé d'attendre la fin d'une année de formation pour y arriver, c'est qu'il y a un sacré besoin de se protéger. Quand tu acceptes ton ennéatype à ce moment, alors tu manifestes vraiment l'orientation puissance et de courage de ton profil, ou plutôt tu la manifestes dans l'essence. Comme tu le dis, ce n'est que le début de l'itinéraire mais les premiers pas sont difficiles et tu viens d'en faire un qui est important. Tu peux donc aussi surtout te remercier toi-même.

 

"Que vais-je faire de ce 8 déguisé depuis si longtemps ?"

Ben, c'est tout simple ! Tu vas continuer à te pardonner, tu vas accepter de manifester toutes les belles qualités et ressources qu'il y a dans ton ennéatype. Tu avais déjà commencé à le faire avant l'ennéagramme puisque tu t'étais orienté vers une profession mettant en œuvre l'idée supérieure du 8.

 

"Je me suis même dit : « C’est pas moi, c’était mon 8. » Halte aux déni."

Il y a là un numéro d'équilibriste à faire. D'une part, il ne faut pas utiliser son ennéatype pour refuser ses responsabilités ("C'est comme ça, c'est ma nature, je n'y peux rien") et d'autre part, effectivement nous ne somme pas notre ego ("Ce n'est pas moi, c'est une part de moi").

 

*-*-*-*-*

 

"Qu’est-ce que c’est difficile de remercier finalement !"

Oh oui, dire merci, c'est reconnaître que nous sommes redevables et qu'il y a un lien avec la personne que l'on remercie. Pour un 8, cela peut être perçu comme une faiblesse mais d'autres types ne sont pas non plus à l'aise avec le remerciement — j'en sais quelque chose.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×