Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Manou7

Intello le 5 ?

Messages recommandés

Manou7

Bonsoir à tous,

 

Envie de partager une rencontre avec une 5 un peu inhabituelle.

 

Elle n’aime pas spécialement lire ce qui l’a fait douter de son ennéatype au début. Dans ses lectures elle associait souvent les 5 aux rats de bibliothèques…

 

Elle est premier violon dans un orchestre symphonique et son besoin de connaissances et de précision, elle le vit en étudiant à fond les œuvres au moins autant sinon plus que le chef d’orchestre…

 

Une particularité, quand elle travaille elle ferme fenêtres et portes pour ne pas qu’on l’entende au grand regret de ses voisins. Elle est incapable d’en donner une raison. C’est plus fort qu’elle. Peur du vide intérieur peut-être et passion d’avarice ? L’ego du 5 qui lui fait croire qu’en donnant de son savoir il se vide ?

 

À part cela plutôt extravertie ce qui n’est pas très courant chez les 5.

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Bien amicalement,

Manou7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Elle n’aime pas spécialement lire ce qui l’a fait douter de son ennéatype au début. Dans ses lectures elle associait souvent les 5 aux rats de bibliothèques…"

Lire est un comportement et donc n'a rien à voir avec quelque ennéatype que ce soit. Bref, elle devrait changer de lectures…

 

"Qu’en pensez-vous ?"

Pas grand chose parce que il n'y a dans ton message pas beaucoup d'éléments qui prouvent l'ennéatype 5 de cette personne. Je ne suis pas convaincu qu'il soit discriminant d'étudier "à fond les œuvres au moins autant sinon plus que le chef d’orchestre". Quant aux fenêtres fermées, elles sont forcément un trait égotique puisque "c’est plus fort qu’elle" mais si elle est "incapable d’en donner une raison", nous pouvons faire l'hypothèse de l'avarice mais aussi d'autres liées à d'autres ennéatypes.

 

"L’ego du 5 qui lui fait croire qu’en donnant de son savoir il se vide ?"

Son savoir me semble lié à la pratique technique et personnelle de son instrument et non au résultat (la musique qui en sort). Si elle se vidait en jouant, elle aurait sans doute du mal à se produire avec son orchestre, même si un public de mélomanes mérite peut-être plus d'information que son simple voisinage.

 

"À part cela plutôt extravertie ce qui n’est pas très courant chez les 5."

Près d'un sur six quand même (cf. stage Connexions).

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mdo

Bonjour Manou7, bonjour Fabien, bonjour à tous !

 

Étant altiste amateure (et passionnée) jouant en orchestre symphonique, je peux apporter quelques précisions musicales…

 

L'orchestre symphonique est très hiérarchisé, et le premier violon est la personne la plus importante après le chef.

C'est le premier violon qui détermine les coups d'archet des pupitres de cordes, ce qui produira un son d'orchestre et une homogénéité particuliers à chacun des grands orchestres. C'est aussi lui l'interlocuteur privilégié chef-orchestre. Bref, c'est en quelque sorte le numéro 2 !

Pas très étonnant qu'il doive connaitre à fond les partitions des œuvres jouées !

 

En ce qui concerne le travail personnel fenêtres fermées, je ne suis pas convaincue que cela signe l'avarice. Le travail de l'instrument est une activité plutôt solitaire, individuelle, qu'on n'a pas forcément envie de partager avec tout le quartier. De plus, lorsque par exemple le travail consiste à rejouer une cinquantaine de fois les quelques mêmes mesures, pas sûr qu'on ait envie d'en faire profiter les autres !

 

Tu ne dis pas si cette 5 est musicienne professionnelle. Si c'est le cas, avec les nombreuses tournées que doit faire son orchestre, qui impliquent une vie en commun avec plus ou moins 80 autres personnes pendant des périodes pouvant être assez longues, être 5 ne doit pas être facile !

 

Musicalement, amitiés à tous,

Mdo 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves

Bonjour à tous,

 

Je me sens frustré de ne pas connaître davantage le point de vue de ce premier violon sur son vécu. L’hypothèse 5 est loin d’être levée. Mais bon, valider son ennéatype n’est pas l’objet de cette conversation.

 

Je trouve pertinents les commentaires de Fabien et de Mdo et ne trouve rien à y ajouter.

 

Ah si, quand même, à propos de celui de Mdo :

 

Tu ne dis pas si cette 5 est musicienne professionnelle. Si c'est le cas, avec les nombreuses tournées que doit faire son orchestre, qui impliquent une vie en commun avec plus ou moins 80 autres personnes pendant des périodes pouvant être assez longues, être 5 ne doit pas être facile !

La communauté d’un orchestre, partageant un langage spécifique, peut satisfaire l’instinct social d’un(e) 5. Et peut-être que travailler régulièrement son instrument, seul(e) dans sa chambre d’hôtel, peut suffire à un(e) 5 extraverti(e) pour supporter la vie commune, je ne sais pas.

************

Je vais maintenant répondre à la question posée dans le titre de cette conversation : « Intello, le 5 ? ».

 

Mon oncle 5 mu, paysan, avait l’esprit très pragmatique et pas du tout « intello ». Membre d’une fratrie très nombreuse, orphelin de père et de mère dès l’âge de 11 ans, il s’exila très jeune pour acheter et cultiver un lopin de terre ingrat situé dans une région déshéritée. Il s’intéressait prioritairement à son environnement physique devenu son « territoire », d’abord pour la survie de la famille qu’il avait fondée, ensuite par curiosité pour les êtres y vivant. La préférence du 5 pour diriger ses centres vers l’extérieur orientait ses vMèmes BEIGE et VIOLET, forts (cf. la Spirale Dynamique). Il est devenu adjoint au maire de son village. Bien que fier d’avoir obtenu son Certificat d’études, il n’est pas devenu « intello », loin de là.

 

De même, un ami 5 mu, aujourd’hui la cinquantaine, a acheté un jour un terrain abandonné, fort pentu et bien garni de caillasses (cf. le driver primaire du 5 dans le stage Connexions) ; y a créé deux vastes potagers, deux mares, un verger ; y a bâti, seul avec sa femme, sa maison, des ateliers, un immense poulailler moderne et très confortable, pour quatre poules choyées ; y a créé des abris pour une foultitude d’animaux sauvages ; y a installé une mini-station météorologique. Lui aussi a l’esprit pragmatique et pas du tout « intello ». Il semblerait que son père, immigré mineur de fond dont il parle volontiers, lui ait infusé des vMèmes BEIGE et VIOLET forts. S’y allie un pragmatisme ORANGE.

 

Entre parenthèses, la prééminence, pour certains 5, des faits sur la théorie, a déjà été évoquée dans ce message-ci de la conversation Le 5 et la projection. Par exemple, le chimiste et physicien Robert Cavendish, 5 mu. Je l’ai notée aussi chez plusieurs ornithologues de terrain, 5 mu.

 

Quant à mes connaissances 5 alpha, pas « intellos » non plus.

 

Un ami informaticien, 5 alpha, issu d’une famille modeste, a également l’esprit très pragmatique et pas du tout « intello ».

 

Trois autres 5 alpha pratiquent assidûment la musique (guitare ou/et piano) sans être « intellos ».

 

Trois autres n’ont pas du tout l’esprit pragmatique, mais ne sont pas « intellos » pour autant. Trop dérangés par leurs émotions et sentiments, rêveurs, ils laissent errer leur esprit infécond, englués dans la fixation de détachement et le retrait-avarice. Tous trois ont raté leurs études ou leur vie professionnelle. Ils se sont retrouvés au chômage de très longue durée ou/et dans des petits boulots. Par exemple, mon grand-oncle a démissionné de son poste de comptable, puis est resté très très longtemps dans la misère, isolé et sans idée.

 

Moi-même, jusqu’à l’âge de 16 ans, perturbé par mes émotions et sentiments, pétrifié par le contrepoids égotique du 5 (cf. le stage Connexions), je m’avérais un élève moyen, inefficace, rêveur, lecteur de romans détaché et avare, pas « intello ». Devenir « intello » m’aurait coupé davantage encore de ma famille, de mes amis, de la communauté rurale où je vivais.

 

Puis je me suis passionné pour la philosophie. Gaston Bachelard et Vladimir Jankélévitch nourrissaient non seulement mon centre préféré, mais aussi mon centre de support. Par contre, bien qu’intéressantes, les thèses de Jean-Paul Sartre, 5 mu, m’asséchaient tristement. Surtout, je ne pouvais, hélas, partager cette passion avec mes proches. Un jour, une part de moi, inspirée par mon centre intuitif, aspira à une vie plus incarnée ; je pris de la distance avec la philosophie exclusivement « livresque », pourtant si tentante pour mon ego.

 

D’un point de vue théorique, être « intello » peut en effet séduire l’ego d’un 5, surtout un 5 alpha cherchant le retrait, car pouvant favoriser et rationaliser le retrait-avarice et le détachement tout en satisfaisant a priori la double orientation du 5. Je songe en particulier au piège spirituel de l’ennéatype 5 (cf. le stage Essence). Je l’ai subi. Dans ce cas, il s’agit d’un mécanisme inconscient parmi d’autres au service de l’ego.

 

Pour conclure, le fait d’être « intello » ou pas, dépend du contexte socio-culturel et de la position de l’environnement du 5 et du 5 lui-même sur la Spirale Dynamique. Bien que pouvant séduire l’ego d’un 5, être « intello » ne caractérise pas l’ennéatype 5, contrairement à l’avarice et au détachement, par exemple.

 

Amicalement,

Yves

 

P.-S. : entre parenthèses, être intellectuel ne signe pas une préférence pour le centre mental. Je songe à François Cheng, membre de l’Académie Française depuis 2002, d’ennéatype 4.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Manou7

Bonjour à tous,

 

Merci à chacun de vos réponses.

 

Je précise que je ne cherchais pas à valider le type 5 de cette personne. Seulement comprendre certaines de ses attitudes qui me paraissaient inhabituelles pour un 5. Elle s’est formée il y a quelques années en Belgique et paraissait assez sûre de son ennéatype aujourd’hui. Ça l’interrogeait de ne pas être rat de bibliothèque, car elle l’avait compris comme courant chez les 5 mais elle se retrouvait dans la passion de l’avarice, la fixation de détachement et le mécanisme d’isolation. Bref no soucis…

 

Merci Mdo pour tes précisions musicales. Je n’avais pas idée de l’importance pour l’orchestre du premier violon. Je comprends mieux la nécessité pour elle de connaître l’ensemble des parties musicales de chacun des pupitres. Cette personne est effectivement musicienne professionnelle, et là je souscris volontiers au commentaire d’Yves. Elle peut se trouver bien dans sa communauté de musiciens. Elle aura forcément des moments de solitude pour travailler ou se ressourcer dans sa chambre d’hôtel.

 

Je suis moi-même musicienne mais pianiste, instrument plus facilement solitaire. Je ne joue pas souvent pour d’autres. Le piano est à moi, je ne le vois pas vraiment comme l’avarice du 5, mais plutôt comme une compensation du 7. Ayant élevé une grande famille et donc donnant beaucoup d’attention et de temps à mes enfants, je considérais que le temps passé au piano était une forme de récompense quelque chose qui m’appartenait en propre. Je faisais pas mal de musique de chambre avec mes enfants, chacun jouant d’un instrument différent, mais j’avais vraiment besoin de ces temps seule face à face avec mon piano.

 

Voila pour mes réflexions aujourd’hui.

 

Bien amicalement

Manou7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Ça l’interrogeait de ne pas être rat de bibliothèque, car elle l’avait compris comme courant chez les 5."

Pfff… Comportements et motivations, alpha et mu, c'est navrant comme nombre de personnes enseignant l'ennéagramme ne transmettent pas ces concepts pourtant fondamentaux. :sad:

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×