Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 14 novembre 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 150 articles et nos 90 analyses de film.

Kitsada

Révision de mes instincts

Messages recommandés

Kitsada

Bonjour à tous,

 

J'aurais besoin de revoir la notation de mes instincts afin d'effectuer un travail horizontal. Sur ma signature, à ce jour je me suis noté en C=/+ S- X+. En essayant de redéfinir cette notation, je dirais aujourd'hui plutôt C=/+ S-- X+/++/-. Cette nouvelle notation ne change pas le fait que je dois traiter le premier instinct blessé afin de rééquilibrer les suivants, mais voilà, je ne suis pas certains de devoir d'abord commencer par l'instinct de conservation qui fonctionne plutôt de manière satisfaisante et peut par moment faire l'objet d'une attention excessive, ou bien par le social qui fait l'objet d'un rejet excessif. D'autant que le petit + que j'accorde à l'instinct de conservation ne me semble pas forcément justifié. Je m'explique.

 

Lorsque je reprends mes notes et fiches de stage, il est indiqué que les personnes ayant l'instinct de conservation blessé ont une préoccupation excessive ou au contraire un rejet pour les questions par rapport à soi, au corps (alimentation et santé notamment), aux questions d'argent, de sécurité en général. Je comprends que les blessures liées aux instincts ne sont pas liées aux caractéristiques égotiques de notre type de base et doivent être traitées indépendamment. Néanmoins, la problématique sécuritaire, thème centrale chez le 6, apporte de la confusion quant à la notation exacte de mon instinct de conservation. Il me semble que, peu importe en fin de compte, l'objet/sujet de la sécurité pour le 6, que celui-ci soit sur son partenaire, sur l'argent ou porté sur son corps, à partir du moment où le 6 perçoit un risque (fantasmé ou réel) sur l'objet/sujet de sa sécurité, il va de toute façon réagir et/ou y répondre (ou du moins se focaliser mentalement dessus). Et donc, est-ce que d'une certaine manière, ce qui pourrait être du + chez un autre ennéatype ne serait pas seulement du = chez un 6 qui vit son ego.

 

Par exemple, si l'on prend les questions liées à la santé, préoccupations que l'on retrouve souvent chez les personnes qui ont l'instinct de conservation blessé. Dans mon cas, je ne prends pas de vitamines ou autres compléments alimentaires et ne suis pas d'une manière générale obsédé par mon corps (ni à l'inverse le délaisse) en terme de santé ni de préservation. Par contre, dès que je sens une gêne ou que je tombe malade je prends rapidement rendez-vous chez le médecin. Je ne suis pas forcément inquiet mais j'aime bien en général traiter un problème rapidement. Il me semble que cela relève plutôt de l'organisation du 6 face à la gestion de risque. Il est vrai que je peux parfois attacher une attention particulière à une problématique de santé (c'est moins le cas aujourd'hui) et agir vite. Comme lorsqu'il y a deux ans, j'ai vu apparaître une petite tâche marron sur mon visage, j'ai vite pris rendez-vous chez la dermatologue pour être sûr que ce n'était pas un mélanome. Ce qu'elle m'a d'ailleurs confirmé. Pour moi agir vite est parfois nécessaire pour réduire l'anxiété d'une situation potentiellement à risque et arrêter inutilement de ruminer, même s'il est vrai que bien souvent le problème aura été grossi ou fantasmé. Cependant, c'est aussi l'éventualité de repérer un réel problème à temps, et le cas échéant, prendre les décisions justes et agir efficacement d'autant que celui-ci aura été identifié rapidement. Sans faire de projection, cela me semble bien correspondre à une façon d'agir chez le 6. Dans ce cas est-ce du C= (plein de bon sens de 6) ou bien du C+ occasionnel ?

 

Autre thème, l'argent. Domaine pour lequel une personne qui aurait l'instinct de conservation blessé pourrait se surinvestir ou au contraire faire preuve d'un désintérêt excessif. A priori sur ce point nous pensons, mon épouse et moi, avoir une relation plutôt saine et équilibrée sur les questions d'argent. Nous mettons de côté pour le futur tout en tenant compte de la nécessité de vivre convenablement au quotidien. Néanmoins, lorsque j'ai suivi mon épouse à l'étranger, une des premières choses que l'on a faites était de souscrire une assurance prévoyance. Étant donné que c'est elle seule en ce moment qui subvient aux besoins de la famille (elle gagne relativement bien sa vie), il était pour moi important de prendre les dispositions nécessaires au cas où il lui arriverait quelque chose. Cette idée de souscrire à ce produit était mon idée au départ et répondait à une angoisse que j'avais lorsque nous sommes arrivés dans notre pays d'expatriation. Mais là encore, est-ce du bon sens et de la gestion de risque en "bon papa 6" que je verrais bien en C= ou bien du C+ occasionnel ?

 

Autre exemple. Je vis dans une ville où je me sens particulièrement en sécurité avec peu de délinquance et d'actes d'incivilité si l'on compare aux grandes villes françaises. Je ne suis pas sur mes gardes comme je pouvais l'être lorsque je vivais en banlieue parisienne. Nous ne fermons jamais la porte de notre appartement (même si celle-ci ne peut pas s'ouvrir de l'extérieur) et n'attachons pas systématiquement nos vélos lorsque nous les prenons ; chose que je ne peux pas imaginer faire en France. Par contre, dès que j'arrive à Paris et prends le RER, je switche tout de suite en mode sécurité. Je passe par exemple systématiquement mon portefeuille de la poche arrière à la poche avant. D'ailleurs la dernière fois que je suis venu en stage à Paris, j'ai dissuadé un groupe de jeunes filles pickpockets, qui s'apprêtaient à ouvrir le sac à dos d'une touriste, de passer à l'action. Là encore en fonction du contexte je peux être en C+ mais même dans cet exemple j'ai l'impression que ça reste du C= version 6. L'histoire des pickpockets me confirme finalement qu'il est plutôt sain d'avoir une attitude et un comportement approprié en fonction du contexte et de son environnement.

 

Pour finir, ce qui me fait penser que mon instinct de conservation est relativement équilibré (du moins je le pense) et que j'ai le sentiment que mon véritable travail se situe au niveau de mon instinct social, celui-là très blessé. Rééquilibrer cet instinct me semble en effet bien plus difficile (voir contre-nature) et ambitieux comparé à l'instinct de conservation dont je peux éventuellement appréhender positivement les efforts à entreprendre si l'en était.

 

Voilà, merci de m'avoir lu et pour vos retours éventuels.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Kitsada,

 

"J'aurais besoin de revoir la notation de mes instincts."

C'est normal. Le stage Sous-types permet de faire une première cartographie des instincts qu'on espère aussi proche que possible de la réalité. Après, l'auto-observation doit permettre de confirmer ou d'ajuster cette première ébauche.

 

"En essayant de redéfinir cette notation, je dirais aujourd'hui plutôt C=/+ S-- X+/++/-. Cette nouvelle notation ne change pas le fait que je dois traiter le premier instinct blessé afin de rééquilibrer les suivants, mais voilà, je ne suis pas certains de devoir d'abord commencer par l'instinct de conservation qui fonctionne plutôt de manière satisfaisante et peut par moment faire l'objet d'une attention excessive, ou bien par le social qui fait l'objet d'un rejet excessif."

Face à un tel profil, il y a effectivement une ambiguïté à lever et qui au fond dépend de la fréquence du C- par rapport au C= déclaré comme dominant. L'as-tu évaluée ?

 

Face à l'instinct de conservation l'analyse est assurément plus difficile pour le 6 qui doit faire la distinction entre l'inquiétude de l'instinct et sa passion de peur. Heureusement, le sous-type Conservation (Cordialité) exprime un trait qui ne s'en rapproche qu'indirectement et qui peut être observé. Te voyant en stage, j'ai l'impression de voir effectivement quelqu'un de cordial mais sans que ce soit excessif.

 

Reprenons tes exemples :

  • "Dès que je sens une gêne ou que je tombe malade, je prends rapidement rendez-vous chez le médecin." Cela dépend de ce que tu appelles une gêne : as-tu un retour de ton épouse ou de ton médecin d'une prudence excessive ? Quant à aller voir un médecin quand on est malade, c'est du C+ ; le contraire serait du C-.
  • "Lorsqu'il y a deux ans, j'ai vu apparaître une petite tâche marron sur mon visage, j'ai vite pris rendez-vous chez la dermatologue pour être sûr que ce n'était pas un mélanome." Le mélanome étant un des cancers les plus meurtriers quand il n'est pas pris à temps, il me semble que ton attitude a été raisonnable. Un indicateur de C+ serait non pas la visite chez le médecin mais une énorme angoisse en attendant ; était-elle présente ?
  • "Lorsque j'ai suivi mon épouse à l'étranger, une des premières choses que l'on a faites était de souscrire une assurance prévoyance." Là aussi, étant donné les circonstances (expatriation et un seul membre du couple qui génère des revenus), je ne vois là rien que de C=.
  • "Par contre, dès que j'arrive à Paris et prends le RER, je switche tout de suite en mode sécurité." Ce qui est important ici est ce changement d'attitude. Le C- ou le C+ sont systématiquement imprudents ou excessivement prudents. S'ajuster à la réalité du terrain est sans doute bien du C=. Quel est le profil en C de ton épouse qui ne ferme pas non plus la porte de l'appartement ni n'attache les vélos ?

Sous réserve des réponses aux questions ci-dessus, je serais d'accord pour travailler en premier sur l'instinct social. Cela n'empêche pas de continuer à observer les instincts au cas où un élément important n'aurait pas été détecté. De plus, si ton travail sur l'instinct social rencontrait des difficultés excessives, alors il faudrait se reposer les questions à propos de l'instinct de conservation.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×