Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Pika

Drôle de 7…

Recommended Posts

Pika

Bonjour,

 

Je pensais être 7 à 99 % jusqu'à récemment. Depuis, j'ai pris conscience de quelques particularités chez moi qui ne collent pas bien avec le 7. Je me retrouve un peu dans le 6 et un peu dans le 5. Ça me perturbe. J'aime bien quand les choses sont clairs, logiques et ont du sens.

Je suis surtout partagée entre le 7 et le 6. Il est possible que l'un soit l'aile de l'autre. Mais 7 est-il bien mon ennéatype ?

 

Reprenons les bases.

 

1) Centre Mental

C'est sur à 200 %, je suis mental en 1er. Pas de débat. Je suis donc 5, 6 ou 7.

Est-il dirigé vers l'intérieur ? L'extérieur ? Les deux ? Je ne sais pas trop… J'espère en savoir plus lorsque je ferais le stage Centres. Intuitivement, je dirais les deux.

 

1.a) J'utilise mon mental vers l'intérieur

Je fais beaucoup de développement personnel. C'est important pour moi, c'est limite une obsession pour moi de me comprendre. D'ailleurs, c'est pour cela que je me suis mise à l'ennéagramme. Chez moi, j'ai une pile de livres sur le développement personnel, et à chaque fois j'essaye de trouver quelque chose qui va m'aider à mieux me comprendre. J'ai besoin de savoir qui je suis, quels sont mes talents, comment je fonctionne et comment mieux me protéger, m'adapter aux autres pour éviter de souffrir, comment éviter d'être désintégré, comment atteindre le bonheur. Comme un 4, je me pose souvent cette question "qui suis-je" ? Je dirais aussi que j'ai une très faible estime de moi. Je ne m'aime pas, pourtant je sais que je suis une fille pleine de qualités et qu'on m'aime beaucoup. Mais quand on parle de moi en positif, je ne me reconnais pas, ça me met même mal à l'aise. Bizarre pour un 7, non ?

 

1.b) J'utilise mon mental vers l'extérieur

C'est sur, j'utilise énormément mon mental vers l'extérieur, pour maîtriser mon environnement, pour me protéger des autres qui sont pour moi la cause principale de souffrance. Je me vois comme un joueur d'échecs qui a toujours quatre coups à l'avance pour éviter tout désagrément futur à venir. Je planifie, je calcule, j'observe, j'anticipe, je réajuste, etc.

 

Mais si je suis autant tournée vers l'intérieur et l'extérieur, suis-je toujours 7 et pas 6 ?

 

2) Orientation : connaissance / loyauté / optimisme 

Quand on parle de moi, on dit souvent ceci "elle incarne la joie de vivre", "elle est toujours optimiste", "elle n'est pas du tout timide", "elle n'a peur de rien". Pour l'extérieur, j'incarne en effet cela. Quand je sors, hop, je mets le masque de joie (même si ça n'allait pas 2 minutes avant), c'est comme une seconde peau. Et je suis sincère. Quand je suis avec les gens, je recharge mes batteries, je me sens pleine de vie, je profite de la vie, je suis bien. On dit de moi que je suis "rayonnante" et j'adore être comme ça. Et les gens déprimés, les gens qui ne se bougent pas, qui sont pessimistes, ça me fatigue.

 

Je dirais que mon orientation est l'optimisme du 7.

 

3) Compulsion : éviter à tout prix le vide intérieur / la déviance / la souffrance

J'ai un instinct de conservation tellement blessé que je rejette violemment toute souffrance. Non merci. Je préfère mourir tout de suite en avalant un comprimé plutôt que de souffrir.

Je dirais que ma compulsion est "éviter à tout prix la souffrance" du 7.

 

4) Mécanisme de défense : isolation / projection / rationalisation

C'est sûr, je rationalise beaucoup. Mais ce que je fais instinctivement, c'est de rejeter les gens et de m'isoler. Dès que je me sens attaquée (et ça arrive souvent, je suis assez paranoïaque, j'ai toujours peur des autres), mon réflexe c'est de partir, de fuir, bien avant de rationaliser. Je peux couper les ponts du jour au lendemain avec des personnes proches rien que pour fuir. La fuite, c'est ma spécialité.

 

C'est là que ça se complique. Pour moi, éviter la souffrance pour le 7 et la peur du 6 sont identiques. Je ressens continuellement la peur en moi. Ma vie, c'est la peur de souffrir à cause des autres. Les autres sont dangereux. On ne peut pas leur faire confiance. Et mon mécanisme de défense, c'est la fuite, m'isoler, me planquer, me cacher dans mon cocon.

 

Pour l'extérieur, je suis une fille pleine de joie et extravertie. C'est vrai sur le moment. Mais, je fais cela surtout pour me mettre les gens dans la poche et éviter qu'ils me fassent des sales coups, pour avoir le plus d'alliés possible au cas où l'un d'entre eux se mettrait contre moi. Je fais cela aussi car j'aime briller et être sous la lumière. Mais je le fais principalement pour assurer mes arrières. À l'intérieur, je suis parfois pleine de tristesse, de solitude. Je ressens beaucoup de peur de la part de mon environnement, des autres. Je me sens très souvent en insécurité. J'utilise plutôt mon mental pour me protéger que pour planifier du plaisir.

 

Et quand la fête est terminée, je retire le masque, je deviens introvertie. Je me considère comme 55 % extravertie et 45 % introvertie. Plus j'ai été extravertie, plus j'ai besoin rapidement de retourner dans ma grotte et de m'isoler. J'ai un grand besoin de solitude, de rester dans mon cocon, de faire des choses en cachette comme lire des livres sur le coaching. Les gens me voient comme une fille rayonnante pleine de confiance en elle. En réalité, dès que j'ai fait ma star, je file chez moi, je saute dans mon pyjama, je me mets sous ma couette, avec un livre de coaching (ma passion actuelle). Youpie, je peux enfin souffler, être moi même et me sentir en sécurité et bien au chaud.

 

5) Passion : avarice / peur / intempérance

Je dirais la peur du 6, principalement.

C'est vrai que je me reconnais également beaucoup dans l'intempérance du 7, mais ce n'est pas vraiment pour chercher du plaisir, plutôt pour avoir un plan afin de me protéger des autres qui me font peur. Par exemple, en ce moment, je suis en congés. Ça devrait être la fête. Je devrais en profiter à fond pour me faire plaisir. Et bien non… Je reste enfermée chez moi à lire des livres de coaching. Je n'arrête pas d'étudier. C'est excessif, c'est de l'intempérance. Mais ce n'est pas pour avoir du plaisir. Je veux avoir le plus d'outils possible pour mieux maitriser mon environnement et être encore plus intouchable… La peur de l'autre encore… Et quand j'ai une passion que je dévore en mode gloutonnerie, en général, je vais assez loin, je suis studieuse et concentrée. Je n'abandonne pas vite au profit d'un autre sujet. Et ça ce n'est pas très 7, je trouve. Je suis aussi studieuse et passionnée qu'un 5 pour des outils qui vont m'aider à me protéger contre la peur du 6.

 

6) Fixation : détachement / doute / planification

Là, je ne sais pas… Je me reconnais dans les trois.

 

7) Vertu : désintéressement / courage / tempérance

Je ne suis pas assez intégrée pour répondre.

 

8) Idée supérieure : omniscience / confiance / travail

Idem, je ne suis pas assez intégrée pour répondre.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Je suis bien content, Pika, que tu ouvres cette conversation. Patricia et moi t'avions signalé en stage plusieurs incohérences (formes de manifestation de l'intempérance et non reconnaissance du sous-type Conservation du 7 malgré un instinct correspondant à ++). Certaines de tes contributions sur le forum avaient accru ce doute sur ton ennéatype 7 mais avec rien de suffisamment concret pour t'en parler.

 

Commençons par un peu de théorie. Tu écris : "C'est sur à 200 %, je suis mental en 1er. Pas de débat. Je suis donc 5, 6 ou 7." Un centre mental apparemment préféré permet aussi d'envisager un 9 alpha ou un 3 mu avec une bascule durable du centre réellement préféré sous l'effet du stress.

 

Cependant, dans ton cas particulier, je suis d'accord sur le fait qu'un type du centre mental est de loin le plus probable. Là commence l'anomalie qui aurait dû sortir au stage Centres que tu feras dans quelques semaines. Tu te reconnais dans les 5, 6 et 7. En ne parlant pas d'intégration comme tu le suggères toi-même, cela mène à trois hypothèses :

  1. Un 7  u à aile 6 se désintégrant en 5.
  2. Un 5 alpha à aile 6 se désintégrant en 7.
  3. Un 6 avec les deux ailes ou plus simplement manifestant des traits du 5 et du 7 du fait de l'utilisation de son centre préféré tantôt vers l'extérieur et tantôt vers l'intérieur.

De tes témoignages en stage, il semble très probable que le centre émotionnel soit réprimé. D'ailleurs, avant même d'avoir fait le stage Centres, tu as mis 7 alpha dans ta signature. La première hypothèse est donc éliminable, le 7 alpha se désintégrant en 1 et s'intégrant en 5. Par ailleurs, je suis d'accord avec toi ("Je suis surtout partagée entre le 7 et le 6.") sur le fait que le type 5 est le moins probable des trois. Resterait le 6, qui serait donc un 6 mu avec désintégration en 9. Cela fait-il sens ? Les moments où tu "restes dans [t]on cocon", "file chez [t]oi, saute dans [t]on pyjama, [t]e mets sous [t]a couette" peuvent-il entrer dans ce cadre ?

 

Pour continuer, je reprends ton plan.

 

Orientation : tu écris que les gens te considèrent comme optimiste, pas que tu l'es ! Certes, tu te dis "sincère" et en même temps parle de "masque", ce qui n'est pas très compatible.

Se "recharger les batteries" avec les gens, c'est de l'extraversion et n'implique aucun ennéatype.

 

Compulsion : tu reconnais l'importance de l'évitement de la souffrance, mais ne nous parle pas des deux autres compulsions. Qu'en est-il ?

 

Mécanisme de défense : tu parles de la fuite qui est effectivement une des spécialités du 7, mais nous savons depuis les travaux d'Henri Laborit qu'elle est une des trois stratégies possibles face à la peur et que donc elle peut faire sens pour un 6 en phase phobique.

 

Tu en profites pour parler d'une problématique à la confiance. C'est une problématique liée au 6 et aux moments de répression du centre mental. En général, mais il peut y avoir des exceptions, les 7 ne sont pas trop méfiants à la fois parce qu'ils sont optimistes et parce que la méfiance est une émotion peu plaisante à vivre et donc qu'ils ont tendance à réprimer.

 

Le 6 est rarement conscient de son mécanisme de défense. Tu pourrais demander à ton époux si tu fais de la projection. Tu pourrais plus globalement lui demander son avis — en lui promettant qu'il n'y aura pas de conflit —, lui qui te connaît sans les masques.

 

Passion : oui la peur est là et elle est omniprésente dans ton discours aussi bien dans ce message qu'en stage. Comme signalé plus haut, il y avait quelques incompatibilités dans ta manière de vivre la passion du 7. C'est comme si l'intempérance était au service de la sécurité, ce qui correspond assez bien à la définition fonctionnelle d'une aile.

 

Fixation : tu te reconnais dans les trois mais laquelle est la plus forte, la plus fréquente ?

 

*-*-*-*-*

 

"Je dirais aussi que j'ai une très faible estime de moi."

Ce n'est pas incompatible avec la dichotomie du 7 mais quand même, ce n'est pas si fréquent ou alors de manière temporaire. J'avais noté à ce propos une passage dans ton message dans la conversation “Les autres sont tous des cons” :

Le 08/10/2018 à 18:55, Pika a dit :

De mon côté, je vis ce sentiment de "supériorité mentale du 7" différemment. Je me sens souvent seule et incomprise. Cela ne m'énerve pas. Ça me rend plutôt triste. Je me demande même si ce n'est pas moi qui suis bête, puisque les autres pensent différemment.

Le moins qu'on puisse dire est que cette phrase est plus 6 que 7. L'ego du 7 atendance à penser que le fait que les autres pensent différemment est bien la preuve irréfutable de leur connerie !

 

*-*-*-*-*

 

Parallèlement au message ci-dessus, tu as posté hier un témoignage dans la conversation “7, 8 ou 6 contrephobique”, témoignage que je ne validerais pas là-bas car il vaut mieux que tu cesses de témoigner avec le chapeau 7 sans être certaine que c'est le chapeau 6 ne te va pas mieux. Je le reproduis cependant ci-dessous où il est pertinent :

Pika a dit :

J'ai également des souvenirs très précis de mon enfance. Je me souviens principalement des souffrances. C'est en rapport direct avec mon instinct de conservation qui a été très blessé. Dans ce lot de souvenirs désagréables, je me souviens également très précisément de quelques moments de liberté, de plaisir. Par rapport à mes frères et sœurs, je suis celle qui a le plus de souvenirs précis de notre enfance.

Bis repetita : le moins qu'on puisse dire est que cette phrase est plus 6 que 7.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pika

Re,

 

Bon, j'ai trouvé mon ennéatype et j'en suis sûre, je suis 6 mu. J'ai également compris pourquoi j'avais des doutes avec le 7.

 

Reprenons les bases.

 

Les centres

Mes centres sont dans cet ordre : mental, instinctif, émotion.

Il n'y aucun doute, car dans mon quotidien, je suis quelqu'un qui rationalise énormément, qui planifie des stratégies, qui réfléchi avant d'agir. Quand je suis sous stress, mon entourage proche me reproche d'agir de manière impulsive et égoïste, sans prendre en compte les conséquences sur mon entourage, ni leur émotions. Ce n'est pas très glorieux, mais oui, c'est bien moi. Quand je ne vais pas bien, je me moque totalement des émotions des autres. Je dirais même que je peux être très froide, voir sans coeur.

Quelques rares fois dans ma vie, il m'est arrivé de partir totalement en "vrille", d'agir de manière irréfléchi, impulsive, voir violente envers moi même et les autres. J'ai vécu une période de panique où j'ai senti que mon mental ne fonctionnait plus. Je me sentais désarmée et "bête". En haut, plus rien ne marchait.

C'est très 6 mu, car le 6 mu quand il panique voit son mental être co-réprimé avec le centre émotionnel.

 

Orientation : loyauté vs optimisme

C'est cet élément qui m'a perturbé pour choisir entre le 6 et le 7. En effet, comme un 7, je suis clairement quelqu'un de très optimiste. Par contre, je ne voyais pas du tout dans quel "groupe" je pouvais être loyale. Pour moi, le monde n'est pas fiable. Les autres peuvent me trahir. Ma propre famille m'a trahie et n'est pas fiable. Je me vois comme une grande égoïste. D'ailleurs quand mon entourage proche parle de moi, ils disent "Elle a une grande joie de vivre. Mais, elle ne pense qu'à son plaisir à elle, elle ne prend pas en compte les autres. C'est une grande égoïste.".

Et puis, en y réfléchissant de plus près… Je pense avoir trouvé. Oui, je suis une grande égoïste et je pense aussi que le monde est dangereux et qu'on ne peut faire confiance à personne. C'est pour cette raison que j'ai choisi un homme (un 9) avec qui je me sentais en sécurité, non pas par amour (même s'il y en a, bien sûr et heureusement) mais pour fonder une famille. Le mariage, les beaux discours, je m'en suis toujours moquée. Par contre, je voulais absolument ma propre famille à moi, avec un enfant avec qui j'aurais un lien "magique et fort" pour la vie. J'ai toujours su que cet enfant me sauverait d'une certaine manière. Je suis totalement loyale envers mes enfants, et ce sont les seuls pour qui je pourrais me sacrifier et envers qui je montre vraiment de l'affection et de l'amour. Je suis également très loyale envers mon mari, principalement parce qu'il est fiable et parce qu'il m'a donné une famille, un cocon. Et comme il est 9, il est vraiment cool avec moi, j'ai beaucoup de chance. Il ne me demande rien. Il me laisse tranquille. Je ne suis pas très romantique…et assez solitaire. J'aime beaucoup faire des activités en solo et parfois je pars de la maison pour un week end, et il garde la maison et les enfants. Je sais qu'il trouve que j'exagère, mais il accepte, car il sait que même si je "pars", il n'y a qu'un endroit où je finis toujours par revenir, à la maison avec lui et les enfants. Il sait aussi qu'à ma manière, je lui montre mon amour en étant fidèle et loyale envers notre petite famille. Moi qui suis une grande égoïste, je ne le fais pour personne d'autres…

 

Compulsion : déviance vs souffrance

Comme pour l'orientation, j'optais plutôt pour la compulsion du 7. Je pensais que ma compulsion était d'éviter la souffrance comme un 7, car la déviance, ça ne me parlait pas du tout.. Je suis la reine pour prendre la fuite et pour couper les ponts quand c'est désagréable (comme un 7). Et en y réfléchissant, j'ai encaissé beaucoup de coup bas de la part de la famille de mon conjoint. Je me suis tue parce que je ne voulais pas faire de vague. Alors que je n'ai jamais apprécié sa famille (je les trouve vraiment cons et méchants, c'est bien 7, ça aussi). Néanmoins, j'ai encaissé d'aller chez les bourreaux (sa famille) par loyauté envers mon conjoint. Au final, ça a finit par péter, mais ça, c'est une autre histoire. Si j'avais été 7, je n'aurais jamais accepté de vivre une telle souffrance. C'est donc que ma loyauté envers mon conjoint a été plus forte que l'évitement de la souffrance.

 

Mécanisme de défense : projection vs rationalisation

Alors là, c'est très drôle. Il y a encore quelques jours, j'aurais répondu que je rationalise tout le temps, surtout quand je sens que je peux souffrir pour éviter de souffrir et que je ne faisais pas vraiment de projection. Je pensais que la projection était d'avoir froid et de dire à l'autre "hey, mais tu as froid, mettons le chauffage". Et j'ai compris que la projection, c'était aussi lorsqu'on est persuadé de savoir ce que pense quelqu'un. Alors ça je le fais tout le temps. J'ai toujours pensé que c'était naturel. De la même manière, il est inconcevable, pour moi, que certaines personnes arrivent à ne "penser à rien". Il paraitrait que c'est possible. Il paraitrait également qu'il est possible de ne pas savoir ce que pense quelqu'un de vous. Mince alors… Je me sens incapable de ne pas savoir ce que pense quelqu'un de moi!!!!! J'ai envie de répondre "mais si, JE SAIS ce qu'il pense de moi, enfin, c'est évident!!!".

 

Passion : peur vs intempérance

Il y a encore quelques jours, j'aurais répondu l'intempérance, car c'est vrai, je ne supporte pas de ne rien faire, et j'adore me faire plaisir, et planifier du plaisir. La peur ne me parlait pas. Car c'est évident, on a tous peur de quelque chose. La peur fait parti de la vie. Et puis, en questionnant mon mari, il m'a répondu "Euh… T'es quand même peureuse, avant de faire une présentation en public, tu angoisses et tu m'appelles en catastrophe en me disant “ils vont me tabasser, je le sais”", et ta phrase préférée c'est quand même “je ne le sens pas”. Mince alors… Oui c'est vrai… Mon vocabulaire tourne plus autour des phrases comme "il faut, je dois, je ne le sens pas, j'ai peur" plutôt que "j'ai envie, j'adore, je m'éclate, j'aime, je veux".

 

Alors voilà… J'ai plein de stratégies, et j'utilise aussi les stratégies du 7 pour éviter de souffrir. Et pour moi, ma plus grande souffrance, c'est que les gens me fassent mal, car j'ai peur des gens principalement.

 

Bonus :

C'est sûr, je suis 6 mu. Quand j'ai lu le descriptif à mon mari, il a sourit en disant que c'était moi à 100 %. J'aurais répondu 99 % car je n'ai pas d'humour corrosif. Je suis drôle, comme un 7 qui fait parfois des blagues maladroites et que les autres ne comprennent pas, c'est tout. Mon mari m'a répondu "Tes blagues ne sont pas maladroites, elles sont méchantes. Ton truc c'est de “bitcher” et te “moquer méchamment” des gens que tu n'aimes pas. Mince… Il y va fort… Mes blagues, je les trouve drôles… Et ce n'est pas "méchant", c'est juste "la vérité", ce n'est pas de ma faute si l'autre est con, j'ai bien droit de faire une blague sur sa connerie… Bon, OK OK, j'ai peut être un peu d'humour corrosif… :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Ce stage Centres a décidément été fructueux. Je suis ravi, Pika, qu'il t'ait aidé à pencher vers le 6 et je te remercie de partager le travail de vérification et d'analyse que tu as fait afin d'acquérir une certitude. Il n'est pas toujours facile de trancher entre un type et aile forte quand le centre préféré est le même.

 

"Je les trouve vraiment cons et méchants, c'est bien 7, ça aussi."

Les 7 voient beaucoup de cons autour d'eux mais ils n'ont quand même pas le monopole de cette attitude. Il faut aussi préciser le sens du mot "con" qui peut varier selon l'ennéatype. Pour un 7, un con, c'est quelqu'un qui n'est pas d'accord avec lui et qui le fait souffrir.

 

"J'ai compris que la projection, c'était aussi lorsqu'on est persuadé de savoir ce que pense quelqu'un."

On peut distinguer lecture de pensée et projection. Quand on croit savoir ce quelqu'un pense, c'est une lecture de pensée. Quand cette pensée qu'on attribue à l'autre est la sienne, alors c'est une projection. Les deux sont des transes hypnotiques !

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...