Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 31 août 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 150 articles et nos 90 analyses de film.

Messages recommandés

Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Je relate ici une expérience vécue il y a peu. J’ai déjà témoigné dans différents posts de ma tendance certaine à l’amnésie. Fabien m’a d’ailleurs chaudement recommandé de traiter cette transe en priorité, ce que je fais depuis un certain temps donc.

 

Je pratique régulièrement la déconstruction de ces transes à l’aide des techniques apprises en stage Éveil. En général je reste face à un blanc mental, mais la pratique régulière de cette technique me conduit de temps en temps à un état où l’information devient tout à coup accessible.

 

Je travaille dans une bibliothèque en plein Paris. Le lieu est assez exceptionnel puisqu’il s’agit d’un groupe de bâtiments entourés de deux beaux jardins. Le Centre documentaire est situé au fond du deuxième jardin et de ce fait il est un peu isolé du reste des bâtiments, aussi lorsque je veux me rendre dans un autre service, je dois traverser ledit jardin.

Or, je ne compte pas le nombre de fois où je me suis levée de mon fauteuil avec une idée en tête ; fourniture à aller chercher, personne à contacter, action à mener et qu’une fois arrivée sur place la pensée s’est évanouie.

 

Voici donc l’anecdote en question. Constatant qu’il me manquait des enveloppes à bulle, je me rends au secrétariat pour en chercher, or une fois arrivée à destination je m'aperçois que j’ai oublié l’objet de mon déplacement, je m’exclame alors « Mince, j’ai oublié pourquoi je suis venue ! ».

Une professeure présente à ce moment-là  me dit en riant « Ah ben je suis sûre que ça va te revenir une fois que tu seras retournée à la bibliothèque, c’est toujours comme ça ! ».

Je me suis figée, car c’est en effet quelque chose que j’ai régulièrement constaté. Dans la foulée je me suis CONSCIEMMENT imaginée revenir à la bibliothèque dans l’état émotionnel qui est le mien dans ces cas-là, c’est-à-dire en général de la frustration… et j’ai retrouvé la mémoire !

 

J’en suis restée comme un rond de flan !

 

Si les transes sont un moyen pour l’ego de maintenir la structure de la personnalité alors je dois comprendre que le fait de ressentir la colère, la frustration, la tristesse, etc., générés par ma perte de mémoire était le but recherché par mon ego. Pourquoi me suis-je demandé ? Eh bien parce que l’ego utilisant les transes comme moyen pour se maintenir lui-même, le ressenti d’échec et d’incapacité renforçait la structure de mon ego en créant un sentiment d’insécurité. Une des croyances égotiques fortes de mon type étant : je suis incapable d’assurer ma sécurité et ma survie par moi-même.

 

Le but recherché était donc de me mettre en insécurité. CQFD.

 

J’ai lu dans un bouquin de Stephen Wolinsky, je crois que c’était Ni ange ni démon, que l’on pouvait générer consciemment une transe dans un but utilitaire, mais je n’avais jamais essayé. Si je me souviens bien :rofl:, il donne l’exemple d’une rage de dent pour laquelle il a provoqué une suppression de sensation. Il met cependant en garde le lecteur car à cette occasion, la transe de suppression a tellement bien marché qu’il a repoussé trop longtemps une visite malgré tout obligatoire chez le dentiste.

 

Du coup je crois que je continuerais de préférence à utiliser la technique du stage Éveil. :laugh:

 

La fermeture estivale du forum approchant à grands pas, j’en profite pour souhaiter un très bel été à tous. :bye:

 

Amicalement,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"En général je reste face à un blanc mental, mais la pratique régulière de cette technique me conduit de temps en temps à un état où l’information devient tout à coup accessible."

C'est un bénéfice secondaire qu'il est toujours bon de prendre. Cependant la technique n'est pas faite pour résoudre une amnésies spécifique mais pour diminuer la fréquence des transes d'amnésie.

 

"Dans la foulée je me suis CONSCIEMMENT imaginée revenir à la bibliothèque dans l’état émotionnel qui est le mien dans ces cas-là, c’est-à-dire en général de la frustration… et j’ai retrouvé la mémoire ! J’en suis restée comme un rond de flan !"

Ce n'est pas vraiment surprenant. Il existe depuis l'Antiquité grecque une méthode mnémotechnique, dite des loci, qui consiste à retenir une liste de mots en associant chacun d'eux à une étape d'un parcours que l'on connait bien. En refaisant le parcours, on retrouve les mots associés à chaque lieu. Je crois que c'est la première méthode mnémotechnique inventée et je pense qu'elle l'a été parce qu'elle correspond à un mécanisme naturel chez la plupart d'entre nous. En tous cas, pour moi qui ai un système vestibulaire très fin et très précis, cela fait sens.

 

"J’ai lu dans un bouquin de Stephen Wolinsky, je crois que c’était Ni ange ni démon, que l’on pouvait générer consciemment une transe dans un but utilitaire, mais je n’avais jamais essayé. Si je me souviens bien :rofl:, il donne l’exemple d’une rage de dent pour laquelle il a provoqué une suppression de sensation. Il met cependant en garde le lecteur car à cette occasion, la transe de suppression a tellement bien marché qu’il a repoussé trop longtemps une visite malgré tout obligatoire chez le dentiste."

Je rappelle que dans le stage Éveil nous disons que les phénomènes hypnotiques ne sont pas mauvais en soi et qu'ils sont les briques de la pensée. S'ils sont pratiqué volontairement et vécu tout en étant présent, ils ne sont alors pas des transes égotiques et tout va bien ! Là, l'ami Stephen s'est fait avoir : il a déclenché la transe volontairement mais n'a pas gardé suffisamment la conscience de soi lui permettant de prendre rendez-vous chez son dentiste.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Je ne sais pas si mon système vestibulaire est fin et précis mais je sais que j'ai un système de mémorisation qui prend en compte mon environnement de façon globale, c'est ainsi que j'ai besoin pour bien mémoriser d'entendre, lire, sentir, bouger, etc. Il me semble que cela s'appelle la synesthésie. Ça marche aussi dans l'autre sens, c'est à dire que lorsque je me souviens, c'est le tout qui me reviens, odeurs, sensations, etc.

 

J'ai retrouvé l'ouvrage de Wolinsky et il ne s'agit pas de Ni ange ni démon mais de Trances people live. Le passage se trouve dans le chapitre 17, Sensory Distorsion dans le paragraphe intitulé "Pain Sensory Distortion".

Il y relate sa mésaventure et explique qu'il est nécessaire lorsque l'on fait ce genre de choses de passer un "accord" avec son inconscient, précisant que l'on fera le nécessaire plus tard.

 

Amicalement,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Ça marche aussi dans l'autre sens, c'est à dire que lorsque je me souviens, c'est le tout qui me reviens, odeurs, sensations, etc."

J'en suis hélas bien incapable.

 

"Il y relate sa mésaventure et explique qu'il est nécessaire lorsque l'on fait ce genre de choses de passer un “accord” avec son inconscient, précisant que l'on fera le nécessaire plus tard."

Trances people live a 25 ans d'âge — cela n'enlève rien à son intérêt mais implique de le lire en en tenant compte —, et je suis prêt à parier ma culotte ma chemise que Wolinsky n'écrirait plus cela. Passer un accord avec son inconscient, c'est encore du travail horizontal, là où l'objectif est d'être conscient.

 

Bon, si on craint — après tout Stephen est 6 — de ne pas rester suffisamment conscient, on peut effectivement passer cet accord comme une solution de repli. Dans ce cas-là, il me semble que prendre tout de suite le rendez-vous ou noter dans son agenda de le faire serait quand même plus sûr et plus efficace…

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fantasio

Bonjour à tous,

 

Le 04/07/2018 à 13:25, Alice et le lapin a dit :

J’ai lu dans un bouquin de Stephen Wolinsky, je crois que c’était Ni ange ni démon, que l’on pouvait générer consciemment une transe dans un but utilitaire, mais je n’avais jamais essayé. Si je me souviens bien :rofl:, il donne l’exemple d’une rage de dent pour laquelle il a provoqué une suppression de sensation.

Cet exemple est bien présent dans Ni ange ni démon au niveau de l’annexe II « Créer soi-même ses transes, un usage créatif des transes » (pages 179 à 182). Il y décrit un protocole pour créer volontairement une transe. Voici l’introduction et la conclusion de cette annexe pour ceux qui n’ont pas ce livre dans la traduction française qui n’est plus éditée et qui est souvent vendu d'occasion à des prix exorbitants  :

 

Stephen Wolinsky a dit :

L’anesthésie est une transe qui a pour but de soulager temporairement l’inconfort et la douleur physiques. Nous avons tous senti notre mal de tête s’atténuer au moment où nous nous sommes absorbés dans une autre activité, tel le visionnement d’un film à suspense. Cet état d’absorption est considéré comme une anesthésie naturelle.

 

Il faut absolument comprendre qu’une douleur physique intense est un cri par lequel le corps cherche à attirer notre attention. C’est pourquoi il faut consulter un professionnel si l’on souffre et non refuser de reconnaître cet important processus naturel. Dans le présent chapitre, je propose une manière temporaire de conclure un contrat ou une entente avec l’enfant intérieur. Par exemple, il m’est arrivé de souffrir d’une rage de dents subite à onze heures du soir. Or, passer une nuit sans sommeil ne m’aurait été d’aucune utilité. Je choisis donc de recevoir et de reconnaître le message de la douleur, en l’occurrence « j’ai mal à une dent », et de rendre visite au dentiste le lendemain. Je conclus l’entente suivante : « J’ai reçu le message (la douleur), je vais y donner suite et m’accorder un peu de sommeil ». En agissant ainsi, je crée une transe qui utilise l’anesthésie pour préserver ma santé émotionnelle.

 

[…]

 

Comme pour toutes les transes que l’on crée soi-même, ce chapitre traite des choix qui s’offrent dans le présent. Dans les chapitres précédents, nous avons vu que l’enfant intérieur fait en sorte que le présent et l’avenir se confondent automatiquement avec le passé aux yeux de l’adulte. Dans le cas des transes qu’il provoque lui-même, l’adulte a le choix ; pour ce qui est des transes de l’enfant intérieur, il n’en a aucun.

 

"Je rappelle que dans le stage Éveil nous disons que les phénomènes hypnotiques ne sont pas mauvais en soi et qu'ils sont les briques de la pensée. S'ils sont pratiqué volontairement et vécu tout en étant présent, ils ne sont alors pas des transes égotiques et tout va bien !"

Merci beaucoup Fabien. Cette reformulation de ce que l'on voit dans le stage Éveil vient de lever un questionnement interne que je n'arrivais même pas à formuler !

 

Bon été à tous,

Fantasio

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Même remarque que précédemment : Ni ange ni démon a 23 ans d'âge et je suis prêt à parier que Stephen Wolinsky n'écrirait plus cela.

 

C'est le problème de l'écriture d'un livre, elle fige l'état de nos connaissances et de notre évolution à ce moment-là… Quand je relis mes vieux écrits, je frémis souvent et, en même temps, je me réjouis de n'être pas resté immobile.

 

Très amicalement,

Fabien

 

P.-S. : quand j'animais des stages de lecture rapide, je donnais, entre autres, l'instruction, avant de commencer la lecture, de toujours regarder la date de publication de l'ouvrage en évitant le piège de la date d'impression et de la date de traduction éventuelle. L'expérience m'a montré que ce n'était pas évident pour tout le monde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×