Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 31 août 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 150 articles et nos 90 analyses de film.

Oyoshi

Typage de mon père : 9 alpha C ?

Messages recommandés

Oyoshi

Bonjour à tous,

 

Cela fait maintenant quelques mois que j’essaie de typer mes parents, avec une certaine difficulté et donc avec quelques doutes.

Je me permets de partager avec vous là où j’en suis, au cas où une âme charitable aurait des éclairages auxquels je n’aurais pas pensé ! :happy:

 

Je commence ici par mon père que je suppose être de type 9 alpha de sous-type Conservation.

 

Contexte général

 

Mon père est d’origine asiatique et fait partie d’une vague d’immigrants ayant fui la guerre lorsqu’il était jeune.

Il est devenu médecin spécialiste en France et est aujourd’hui à la retraite du haut de ses 70 ans.

Il était connu pour être une personne gentille, douce et calme dans son entourage professionnel ainsi que ses patient(e)s. Dans la famille, on plaisantait souvent sur son calme car lorsqu’on lui posait des questions, il n’était pas très rapide à répondre : était-ce dû à de la longue réflexion ou simplement à de la lenteur ?

J’ai le souvenir qu’il nous avait raconté le fait que dans son enfance, ses sœurs criaient beaucoup et donc qu’il réfléchissait beaucoup avant de répondre pour s'éviter leur colère.

Je ne l’ai vu en colère qu’une seule fois, et encore ce n’était pas grand chose.

 

En terme d’allure générale, le type 9 m’apparaissait plutôt cohérent.

 

1 - Étude des centres

 

Je n’ai pas énormément de souvenirs de mon père lorsque j’étais plus jeune car il travaillait beaucoup et était donc souvent absent (d’où provient peut-être mon sous-type Social d’ailleurs).

Je ne me suis donc appuyé que sur des événements plus ou moins récents.

 

Centre préféré

 

Mon père reste particulièrement actif pendant sa retraite : jardinage, bricolage, apprentissage d’instruments de musique, curiosité pour les nouvelles technologies, randonnée, bateau avec un court passage sur les terrains de golf. Il n’a jamais été un grand sportif mais avec du recul, je me suis rendu compte qu’il était rarement resté sans rien faire.

C’est probablement lors de mon emménagement que cela m’a vraiment sauté aux yeux. Il a entrepris de monter une série d’étagères dans un de mes placards ainsi que dans ma cave et ne s’est pas arrêté de toute la journée : chercher les outils, monter sur un tabouret, percer, visser… Il semblait vraiment vouloir faire les choses lui-même alors que je lui demandais si je pouvais lui apporter une aide quelconque. La piste du centre instinctif préféré m’est donc apparue plausible.

 

Maintenant, dans les trois types instinctifs : seul le 9 m’est apparu cohérent.

 

Hiérarchie des centres

 

Pour la suite des centres, c’est ici où j’ai quelques doutes.

En effet, en le regardant faire les étagères, je me suis rendu compte qu’il faisait les choses beaucoup plus au “feeling” que de manière méthodique : comme j’aurais pu supposer d’un mental préféré ou en support. Cependant, j’ai aujourd’hui beaucoup de difficultés à savoir comment placer les deux centres restants.

 

Pourquoi j’ai plutôt opté pour la variante alpha, avec l’émotionnel réprimé.

 

Malgré le fait que mon père ait toujours été en soutien lorsque l’on avait besoin de lui, d’autant plus du fait de sa profession, il n’a jamais exprimé beaucoup d’émotions des souvenirs que j’ai. Je ne l’ai vu pleurer qu’une seule fois, c’était lors du décès de ma grand-mère maternelle qui fut très dur pour l’ensemble de ma famille.

 

Il fait parti de ces personnes qui parlent sans se rendre vraiment compte de l’impact que cela peut avoir sur les autres : il peut parler de maladies graves qui touchent notre entourage d’une manière très neutre, tel un diagnostic sans portée humaine. J’avais toujours mis ça sur le dos de la profession qui nécessitait probablement un certain détachement, mais avec le recul je me demande si cela ne provient pas d’un émotionnel réprimé. Les mots qu’il emploie avec sa famille (ma mère, ma sœur et moi) n’ont pas vraiment de couleur émotionnelle, et peuvent parfois apparaître froide et directive, même si son action reste attentionnée. Je me rappelle encore des lettres qu’il m’aidait à écrire dans mes recherches de stage où je devais rajouter moi-même un peu de rondeur et quelques formes de politesses !

 

Si je regarde du côté du type de désintégration externe, seul le type 6 me semblait convenir avec la peur et la suspicion. La vanité et le mensonge à soi ne me sont pas du tout apparue flagrantes.

 

2 - Étude des sous-types

 

Je ne sais pas si cela provient des événements historiques de son passé, mais j’ai l’impression que son instinct de conservation est particulièrement blessé : souci de la sécurité, du confort et des biens matériels étant particulièrement marqués. Il peut sortir mais reste souvent à la maison, dans un environnement qu’il connaît et maîtrise. Le domaine de la santé lui est également très cher mais difficile à dire si cela provient de l’instinct de conservation ou simplement d’une déformation professionnelle.

 

Sur cette piste, je suis allé voir du côté des sous-types Conservation qui auraient pu m’apparaître plausibles de par leur nom :

 

  • Anxiété : même s’il a plutôt tendance à être tourné vers lui dans sa manière d’interagir, je ne ressens pas d’anxiété au sens “peur de l’erreur” de sa part.
  • Sécurité - Accumulation : pas de vanité de sa part dans les objets accumulés, ni de rapport à l’image prononcé, j’ai l’impression que c’est juste le fait de ne pas réussir à jeter qui est un problème assez récurrent de manière générale j’ai l’impression !
  • Cordialité : ce n’est pas quelqu’un de particulièrement chaleureux mais il reste agréable à côtoyer si l’on aime le calme et la tranquillité.
  • Clan : il a lui-même parlé de clan au mariage de ma sœur mais je pense que cela provient aussi beaucoup de la culture asiatique qui est très portée sur le groupe et la famille.
  • Appétit : il consomme effectivement beaucoup de nourriture, d’alcool et de médicaments. J’ai parfois eu l’impression que son verre d’alcool à chaque repas était effectivement une manière d’éviter les potentiels conflits. C’est le sous-type qui, après réflexion, m’est apparu le plus cohérent.

 

3 - Style de communication

 

Si je reprends les caractéristiques de communication du type 9 qui me semblent correspondre :

 

  • Laconisme et logorrhée : Mon père communique assez peu sur ce qu’il ressent (comme évoqué précédemment). Est-ce parce qu’il les garde pour lui ou est-ce parce qu’il ne les connaît pas vraiment ? Difficile à dire.
  • Le non-essentiel : Il a d’ailleurs cette tendance à sortir un sujet de son chapeau comme ça sans raison, sur un sujet technologique, une approche ou un produit par exemple. Pour quelles raisons, je ne sais pas vraiment.
  • Soutien : il est très soutenant, généreux et attentif lorsque l’on a besoin de lui. Je n’ai jamais eu l’impression qu’il attendait quoi que ce soit en retour.
  • Quiétude : c’est le calme en personne, parfois trop d’ailleurs !

 

Les éléments qui me mettent encore le doute :

 

  • Je n’ai pas l’impression qu’il ait de difficultés à dire “Non” ou à exprimer ce qu’il souhaite. Tout du moins, je l’observe souvent dans ses interactions avec ma mère ce qui peut être un mauvais indicateur car culturellement, le rôle de l’homme et de la femme étant différent en Asie, cela a peut-être un impact. Je l’ai rarement entendu dire “je ne sais pas” par exemple.
  • Le rapport à la colère : comme dit au tout début, je l’ai rarement vu en colère. Il ne fait pas partie des gens qui titillent et taquinent mais je ne l’ai pas tellement vu bougonner ni ronchonner non plus. La seule fois dont je pourrais me souvenir d’un bougonnement serait lorsqu’il avait eu des problèmes avec un organisme administratif qui ne le considérait pas comme il se devait - de ses mots.
  • Je pencherais pour un vMème entre le BLEU et le ORANGE sachant que le BLEU m’apparaît assez important : est-ce dû à la culture asiatique ? Difficile pour moi de dire ce qui prend le plus d’importance dans ses comportements.

 

Voilà un petit peu où j’en suis ! :happy:

 

Merci par avance pour votre aide et bonne semaine à vous !

Oyoshi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Maintenant, dans les trois types instinctifs : seul le 9 m’est apparu cohérent."

Je le redis. Quand un centre semble préféré, il y a 5 hypothèses possibles. Se limiter à trois, c'est se condamner à 40 % d'erreurs de typage.

 

"Je n’ai pas l’impression qu’il ait de difficultés à dire “Non” ou à exprimer ce qu’il souhaite."

Cela me semble une grosse objection au 9, surtout pour une personne de "culture asiatique".

 

"Je pencherais pour un vMème entre le BLEU et le ORANGE sachant que le BLEU m’apparaît assez important : est-ce dû à la culture asiatique ? Difficile pour moi de dire ce qui prend le plus d’importance dans ses comportements."

Parles-tu de vMème dominant ou culminant ? De toute façon, tu ne peux pas te contenter de cela et il te faudrait une analyse plus poussée en préalable au typage. (Je précise tout de suite que ce forum n'est pas le lieu pour en discuter.)

 

Attention, il n' y a pas de "culture asiatique". Certes il y a quelques traits communs mais surtout des différences. Tu peux lire ce que j'ai écrit sur la Birmanie,  la Corée du Sud et la Corée du Nord, la Thaïlande ou la Chine, quatre pays, quatre ennéatypes, cinq structures différentes dans la spirale.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×