Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Caro1

Le 1 alpha… impulsif ?

Messages recommandés

Caro1

J’aimerais partager avec vous une situation d’impulsivité émotionnelle d’un 1 alpha

 

Un soir où j’avais pas mal de dossiers ouverts, de soucis, encore appelée charge mentale et que certains nécessitaient une décision conjointe avec mon mari 9, j’abordais les sujets avec un certain agacement… Puis son manque d’implication m’a mise en colère, une espèce de colère… froide. J’ai dû lui dire : “Comment je pourrais rester avec toi dans ces conditions ?” Quand il m’a répondu “Prends tes responsabilités”, sans rien lui répondre, je me suis dit : "Quoi ? Moi ?!!! Je ne prends pas mes responsabilités ???!!!!"

 

Je suis allée dans ma chambre, j’ai fait ma valise, et je suis partie de chez moi en passant devant mon mari me disant “Non, ne fait pas ça.” J’ai jeté les clés sur la porte tout en me disant : "Non, non, non, je ne suis pas en colère. Regarde bien, je les prends… mes responsabilités… C’est une décision réfléchie. Comment peut-on encore former un couple si Je suis la seule à m’y engager ?"

 

Tout ça, bien dans mon ego, comme emportée par un torrent connu, et même bien connu.

 

Une fois en bas de ma rue, j’ai fait face à un carrefour. Mes responsabilités ? Mes responsabilités ! Elles sont à la maison, c’est avant tout mes enfants. Suis-je en train de prendre mes responsabilités en fuyant mon domicile ?

 

Ne voulant pas culpabiliser tout de suite, mon ego m’a soufflé : besoin de distance… Une bien belle raison… justification… rationalisation…

Ce n’est pas en ne faisant rien que les choses vont se faire… Instinct, quand tu me tiens…

Mais le pire dans tout ça, c’est cette petite phrase du stage Communication comme une ritournelle, dans ma tête : "Si quelque chose va mal dans la relation, c’est toute la relation qui est remise en cause", la triste généralisation du 1.

Rationalisation, généralisation, me voilà belle, et bien dans mon ego.

 

Et alors tout bascule. Si je suis dans cet ego, comment être une bonne mère ? Ne pas leur faire de mal avec tout ce que je suis ? Alors il vaut mieux partir. Partir où ? Et là, je reçois un SMS de mon mari : “Je te sens ultrasensible depuis un certain temps, j’ai compris que je ne pouvais rien faire pour t’aider. Ton chemin t’appartient, sache que je :heart:" (amour et soutien du 9). Ce à quoi je réponds : “Je t’attends dans un café pour parler.”

 

Recette de cuisine : prenez le côté hypersensible du 1, ajoutez une bonne pincée d’émotionnel, évitez surtout le mental et mettez tout ça dans une cocotte instinctive.

Explosif… Impulsif !

 

Mon mari a alors écouté, compris et promis d’agir… Et je suis rentrée chez moi… mais… enfin, tout ça pour ça ?

C’est pas grave…

 

Bon appétit….

Caro

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Ça, Patricia ne me l'a pas fait. Enfin pas encore… :rofl:

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Simechau

Bonjour à tous,

 

Moi je trouve ce message bien beau, à un double titre.

 

J'habite en Savoie et je vais souvent dans la montagne. Ce message a pour moi la beauté de l'impétuosité d'un torrent de montagne.

 

Je vois aussi ce message comme celui d'une femme qui travaille sur elle-même, qui s'observe avec bienveillance, sans complaisance, et qui en plus partage cette observation. C'est beaucoup de courage. 

 

Je trouve cela plutôt beau cet instinctif en action immédiate, en mouvement immédiat.

J'aimerais pouvoir le faire de temps en temps, j'aspire à pouvoir le faire.

Sinon, sans surprise, je suis plutôt du genre à penser à le faire, à réfléchir à le faire, et à repenser à le faire en y réfléchissant.

De l'instinctif, ça me fait envie.

 

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Ah non, Simechau, ce n'est pas beau un "instinctif en action immédiate, en mouvement immédiat" quand cette capacité — bien réelle — est au service de l'ego et utilisée de manière inappropriée. C'est beau quand cet instinctif est mis au service de l'essence.

 

"J'aspire à pouvoir le faire. […] De l'instinctif, ça me fait envie."

L'envie est là une émotion égotique inutile et l'aspiration doit être transformée en la volonté qui est le moteur de la métanoïa.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Simechau

Bonjour à tous,

 

Entendu. En fait, c'est un descriptif clinique d'un fonctionnement égotique de type 1. Il n' y a rien de beau. Je retire mes propos.

C'est déjà bien de l'avoir dans son champ de conscience et en plus de le formaliser. Non ? C'est un premier pas indispensable.

Effectivement, si toute cette énergie est utilisée de manière appropriée et juste au service de l'essence, c'est autre chose.

 

Plus personnellement, l'accès à ma volonté propre (distincte de celle du groupe et du devoir comme un automatisme répétitif et non comme un choix éclairé) et la mise en acte de cette volonté propre, est bien le point sur lequel je bute en ce moment.

Sans volonté propre, pas de métanoïa. Donc, le travail continue.

 

Amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"C'est déjà bien de l'avoir dans son champ de conscience et en plus de le formaliser. Non ?"

Incontestablement. Tout passage de l'inconscient au conscient est une avancée.

 

"Sans volonté propre, pas de métanoïa. Donc, le travail continue."

Bah, le travail continue toujours. Qu'est-ce qui fait qu'un jour l'envie, le désir ou l'aspiration se transmute en volonté ? Je ne sais pas et le pire, c'est que je crois que personne ne sait ! Et c'est bien dommage parce que c'est la seule difficulté du travail d'intégration.

 

Très amicalement,

Fabien

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×