Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 31 août 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 150 articles et nos 90 analyses de film.

Alice et le lapin

L'esprit du guerrier

Messages recommandés

Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Dans mon couple, c’est mon mari, un 6 conservation, qui gère notre budget. Il est bien évidement très attentif à tout ce qui pourrait compromettre notre sécurité, notamment financière. Il me demande régulièrement de lui confirmer si je suis à l’origine de certains paiements.

Ce qui touche au matériel et à l’argent est un sujet d’anxiété pour moi, non pas en raison d’une préoccupation particulière de ma part pour ces questions, mais parce que c’est un sujet épineux pour mari C++. Ce type d’interaction est donc générateur chez moi d’un fort stress égotique.

 

Image de soi

Ce jour-là, il me signale un petit paiement par carte sur Amazon, il veut savoir si c’est moi. Je réfléchis et je ne vois pas, mais comme je doute de moi et que j’achète beaucoup sur Amazon… je vérifie. Rien. Pourtant il vient bien de quelque part ce débit. Je commence à stresser, ma passion et ma fixation sont présentes. Je suis en bascule plus ou moins complète tout au long de mes recherches.

Et puis un petit indice, Amazonpay. C’est quoi ça ? Je fini par comprendre que c’est un nouveau mode de paiement relié au compte Amazon. Après enquête il s’avère que le paiement concerne un jeu vidéo à télécharger, acheté sur le site allemand d’Amazon.

Après un bref passage par le soupçon, notamment envers mon pauvre fils cadet, que croyez-vous  que j’en ai conclu ? On m’a piraté ?… eh bien non, je suis partie du principe que j’étais une gourdasse qui s’était trompée et qui d’une manière ou d’une autre avait fait une mauvaise manipulation !

Après plusieurs coups de fils et séances de chat avec différents sites étrangers d’Amazon y compris plus d’une heure au téléphone avec les US, j’ai fini par obtenir le remboursement de la somme en contactant directement le vendeur, chose que j’aurais pu faire dès le départ. Mon mental était vraiment à la ramasse et dans ces moments-là, paradoxalement, comprendre le pourquoi du comment est primordial pour moi (tentative de recourir au mental). Je n’ai pourtant rien fait concernant un éventuel piratage (répression  du mental combinée à la répression de l’instinctif).

 

Il s’avère que quelques semaines plus tard, j’ai à nouveau été victime de ce qui était bel et bien un piratage.

 

Je réalise que j’ai une image très négative de moi-même et de mes capacités. Je pars quasi systématiquement du principe que je suis une incapable et que je fais mal.

 

Dialogue intérieur

Dernièrement j’ai entendu très clairement ma voix intérieure et ce qu’elle me susurre.

Alors que j’essayais de lire un texte, j’ai entendu une voix (suggestion hypnotique) qui disait : « Laisse tomber, tu ne peux pas comprendre, tu vas te vautrer, c’est trop compliqué pour toi, tu n’y arriveras pas… » En même temps que cette voix, j’ai pris conscience de mon souffle accéléré et de crispations corporelles (création de sensations) ainsi que de mon incapacité à distinguer le texte que j’avais sous les yeux. Ma vision était brouillée et floue (confusion), je voyais une suite de lettres qui n’avait aucun sens pour moi. Ne voulant pas lâcher l’affaire, je me suis obstinée et j'ai tenté de lire les quelques lignes encore et encore, mon incapacité à lire augmentant ma panique et accentuant la bascule. J’ai même réellement cru, un moment, que je resterais incapable de lire pour toujours ! Mental aux abonnés absent (pas de mise en perspective), émotionnel sur le devant de la scène (ce que je vis à cet instant T prends toute la place).

Prenant conscience de ce que je vivais, j’ai alors fait une pause. Je me suis recentrée, j’ai pris de grandes inspirations et au lieu d’insister j’ai lâché prise et accepté mon incapacité momentanée à lire ce texte. À la relecture je n’ai eu aucun mal à comprendre le sens du texte que j’avais sous les yeux.

Mon mental qui bascule est une réalité avec laquelle je dois composer. L’acceptation de ce que je suis y compris la répression de mon centre préféré est primordiale. Résister à la réalité fait souffrir, lâcher prise libère.

 

Les messages de cette voix intérieure, je n’en ai pas toujours conscience, loin s’en faut. Dans mon cas cette voix est malveillante et véhicule des messages négatifs. Que cette voix soit la mienne ou celle d’un parent intériorisé a pour le moment peu d’importance, le résultat est le même, je me dénigre moi-même.

 

Je prends conscience à l’instant que ce dénigrement je le projette et que c’est pourquoi j’ai dans l’idée que les « autres » peuvent être malveillants ou me rejeter. En réalité, c’est mon propre ressenti que je projette. Dans la plupart des cas ce n’est donc pas les autres qui me dénigrent ou me rejettent mais bien moi-même.

 

Le guerrier spirituel

Je suis la créatrice de ma propre expérience… et après tout… c’est une bonne nouvelle. Cela veut dire qu’il ne tient qu’à moi de la changer. C’est là tout le travail. Par la prise de conscience de mes fonctionnements, et leur observation je me désidentifie de mon ego et lui laisse la place qui est la sienne, mais pas plus.

Dans Ni ange ni démon Stephen Wolinsky qualifie de guerrier spirituel celui qui travaille sur lui-même.

Je cite : « Chacun de nous est responsable des mensonges qu’il élabore et se raconte à lui-même. Un vrai guerrier spirituel doit regarder ces mensonges, les reconnaître et les détruire. Or, cela demande beaucoup de courage. »

Avant de connaître l’ennéagramme, je vivais environnée des volutes familières et confortables de mes illusions. Illusions sur moi-même et sur les autres. Me confronter à mes « ment songes », bien qu’inconfortable ou même parfois douloureux, est salvateur.

 

Vivre sa vie et accueillir ce qui vient (tout ce qui vient) l’esprit et le cœur ouvert, cela demande du courage. C’est aussi une incroyable source d’apprentissage et de surprises.

 

… Alors que l’esprit du guerrier soit en chacun de nous mes amis !

 

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Merci Alice et le lapin pour ce témoignage lucide et courageux. Effectivement, tu es une belle guerrière spirituelle. Comme le disait Arthur Rimbaud, « le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes ».

 

Je ne suis pas sûr qu'on puisse qualifier la voix égotique de malveillante. On peut choisir de lui attribuer une intention négative ("elle me descend") ou une intention négative ("elle cherche à m'arrêter avant une souffrance inutile et encore plus grande"), et comment savoir ? Après tout, il ne s'agit encore que d'une opinion de l'ego.

 

En tout cas, merci pour cette leçon de sagesse : "C’est une bonne nouvelle. Cela veut dire qu’il ne tient qu’à moi de la changer."

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour à tous,

 

J'avais à l'origine dans l'idée de créer un nouveau fil de conversation avec ce nouveau témoignage et de l'intituler quelque chose comme "L'Essence est là".

Il se trouve qu'avec celui qui précède, Alice et le lapin est pile dans le thème de ce que je voulais aussi transmettre avec ce partage. :happy:

 

Il m'est donc dernièrement arrivé une petite mésaventure qui m'a encouragée dans mon travail personnel.

 

Un samedi matin, alors que je venais de garer ma voiture pour me rendre à mon cours de Tai-chi-chuan, voilà qu'en voulant rabattre mon rétroviseur, celui-ci se casse et me reste dans la main. Bascule immédiate. Je reste plantée sur le bord de la route, mon rétro dans la main avec un blanc mental comme unique compagnon. Pendant quelques secondes, je m'identifie entièrement à mon mental en détresse. Je précise que pour moi la voiture et la conduite sont l'objet de craintes qui ont été particulièrement intenses pendant plusieurs années. Je n'arrive que depuis trois ans à peu près à beaucoup mieux gérer cela. Donc, là, je ne panique pas. Mon premier réflexe est de faire revenir en premier mon centre mental. Je reprends conscience de mon corps et me repositionne dans le temps en regardant l'heure, et dans l'espace en me rendant compte que je suis sur la route. Je récupère un peu de mental, observe l'état de mon rétro et arrive à déconstruire quelques hallucinations en cours : c'est seulement un rétro qui est cassé, le fil n'est pas sectionné, la voiture n'a rien. Cela me rassérène et je fais le choix d'aller assister à mon cours en laissant le rétro posé pour qu'il ne pende pas trop. De toute façon, on est samedi et le garage est fermé. Je ne réfléchis à aucune solution, par contre je sais que ça ne risque rien de laisser ma voiture comme ça pour l'instant.

 

En chemin vers le dojo, j’envoie un SMS à mon mari histoire de le prévenir de mon infortune. En dehors du trouble provoqué par ce qu'il vient de se passer, je sens que quelque chose cloche, mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. J'ai l'impression d'osciller entre un état de focalisation sur le problème et un état de distanciation, mais c'est insuffisant pour me permettre de prendre plus de recul sur la situation. En arrivant à la salle, je salue tout le monde et commence à déballer mes affaires. Mon prof, qui est aussi un ami, s'approche de moi et nous commençons à discuter. Alors que ça n'est pas du tout dans mes habitudes de faire cela pendant nos échanges, je prends mon potable que j'avais remis dans mon sac deux minutes auparavant après avoir envoyé mon SMS et commence à vérifier les fils de conversation. Là, je m'aperçois que je n'ai pas envoyé un message à mon mari mais à mon prof. Bingo ! C'est ça qui clochait. Il est justement en face de moi, je lui dis que je lui ai envoyé un SMS par erreur et qu'il n'en tienne pas compte, et c'est tout.

 

Je le vois à sa réaction, il est gêné (il ne connaît pas encore la teneur de mon message) et me dit que d'ailleurs, il va couper son téléphone.

 

Je réalise alors que :

  1. Je perçois son malaise, signe que mon émotionnel est accessible (cf aussi point 3) ;
  2. J'ai retenu de l'information pour me sécuriser et cela l'insécurise, ce que je comprends ;
  3. J'ai peur d'être déviante par rapport à notre amitié et d'avoir fait une bêtise avec ce SMS, mais j'éprouve de la honte à raconter mon histoire de rétro (je me sens bêtement responsable) ;
  4. Le me souviens que j'ai peur parce que mon rétro est pété et que je risque d'avoir des problèmes avec mon mari ou toute autre personne à qui je vais le dire (régression en âge, progression en âge).

 

Dans l'instant qui suit cette prise de conscience générale, j'observe que tout cela est pathétique et me désidentifie en partie de mon ego. L'Essence est alors disponible, je me connecte au Courage et à la Confiance et explique simplement l'histoire à mon prof qui compatit. Ensuite, j'envoie un SMS à mon mari cette fois-ci (retour des mécanismes égotiques mais avec moins de prégnance). Enfin, je trouve subitement la solution à mon problème : j’emmènerais la voiture chez le garagiste prochainement, en attendant, comme je veux pouvoir rouler ce weekend, je peux fixer le rétro avec une bande de gros sparadraps noir. Soit on en a à la maison, il me suffit de demander à mon mari de regarder, soit je peux demander à mon père, le connaissant, je suis quasiment sûre qu'il en a et je peux facilement me rendre chez lui après mon cours, soit personne n'en a et je peux toujours aller en acheter au supermarché du coin. Ouf ! Rassurée, j'ai pu profiter pleinement de ma séance et gérer le rétro cassé ensuite. Mon père avait bien du sparadrap et je suis allée chez lui (il n’habite pas loin du dojo) en roulant prudemment, sachant que d'une il me fallait être réellement plus vigilante, et de deux, que je pouvais être verbalisée par un agent de police. Concernant ce dernier point, j'ai estimé que le risque que cela arrive était limité dans la mesure où c'était un samedi, je n'avais que quelques kilomètres à parcourir en ville, et je pouvais toujours négocier avec l'agent en lui expliquant mon problème et en insistant sur le fait qu'en dehors de cette infraction, je suis une conductrice irréprochable (enfin j'ai tous mes points quoi). Je n'ai finalement pas croisé d'agent de police. :happy:

 

Cette mésaventure m'a rappelée une fois de plus que l'essence est là, pour les grandes choses comme pour les petites, il suffit de s'y rendre disponible.

 

Je m'interroge en finissant de rédiger ce post : se pourrait-il qu'une aile 7 se soit manifestée au moment où j'ai envisagé les différentes options pour récupérer du sparadrap ? On se situerait bien dans l'idée de plans multiples érigés pour se sécuriser il me semble. Cela a été assez soudain, comme si d'un coup tous les possibles s'étalaient clairement devant moi. J'ai aussi le sentiment que leur nombre et leur diversité a d'autant accrue la force de la réassurance qui a suivie.

 

Bien cordialement,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Deuxième leçon de sagesse du jour : "L'essence est là, pour les grandes choses comme pour les petites, il suffit de s'y rendre disponible."

 

Décidément, chères Amazones, vaillantes et bienveillantes guerrières spirituelles, vous faites feu de tout bois ! :heart:

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pocahontas

Bonjour à tous,

 

"Décidément, chères Amazones, vaillantes et bienveillantes guerrières spirituelles, vous faites feu de tout bois ! :heart:"

Merci Fabien. :heart: :heart: :heart:

 

En parlant d'essence et d'intégration, l'intitulé de ce fil de conversation me rappelle justement le titre d'un film que j'ai revu avec grand plaisir pendant ces vacances. Il s'agit du Guerrier pacifique (Way of the Peaceful Warrior) réalisé par Victor Salva et Shalimar Reodica, et inspiré du livre autobiographique de Dan Millman, livre qui est devenu un best-seller en matière de développement personnel.

 

C'est le récit d'une transformation, d'une intégration.

L'histoire retrace le parcours du gymnaste Dan Millman, un 3, obsédé par sa réussite personnel.

Une nuit, alors qu'il n'arrive pas à trouver le sommeil, il va faire une rencontre décisive qui va lui permettre de changer le regard qu'il porte sur lui-même, sur les autres, et sur le monde en général.

 

C'est un film que j'ai découvert il plusieurs années de cela.

À l'époque, je me croyais 3. J'ai vécu l'histoire du personnage en totale immersion et avec force émotions. J'ai vraiment accroché.

Le fait que je sois réellement 6 ne change d'ailleurs rien aux émotions que je vis à chaque fois que je le visionne.

 

C'est loin d'être un chef d’œuvre cinématographique, mais, ne serait-ce que pour l'illustration qu'il apporte, je vous le recommande. :happy:

 

Bien amicalement,

Pocahontas

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Le 12/03/2018 à 17:44, Fabien Chabreuil a dit :

Décidément, chères Amazones, vaillantes et bienveillantes guerrières spirituelles, vous faites feu de tout bois ! :heart:

Le nom de ce site marchand nous aura valu un bien joli qualificatif :rofl:, merci Fabien. :kiss2:

 

Le 12/03/2018 à 10:39, Fabien Chabreuil a dit :

Je ne suis pas sûr qu'on puisse qualifier la voix égotique de malveillante. On peut choisir de lui attribuer une intention négative ("elle me descend") ou une intention négative ("elle cherche à m'arrêter avant une souffrance inutile et encore plus grande"), et comment savoir ? Après tout, il ne s'agit encore que d'une opinion de l'ego.

En effet, je suis entièrement d'accord avec toi, le jugement de valeur était bien évidement égotique. Dans mon ego, cette voix, je la trouve malveillante. C'est mon ego qui juge mon ego, ouh là là bonjour la schizophrénie !

Sur le moment, dans l'observateur il n'y avait pas de jugement seulement un regard sur ce qui se passait en moi. Le jugement est venu après alors que je rédigeais mon post. Merci pour cette remarque.

 

Amitiés,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Le nom de ce site marchand nous aura valu un bien joli qualificatif. :rofl:"

En fait, je suis en train lire un livre passionnant d'Adrienne Mayor intitulé Les Amazones : quand les femmes étaient les égales des hommes [Version Kindle] qui étudie le mythe et surtout la réalité de l'existence des Amazones. Même si j'ai acheté ce livre sur ledit site marchand, la comparaison m'est venue spontanément du fait de cette lecture.

 

Si j'en ai le courage, j'écrirais un petit quelque chose sur cette lecture mais je peux déjà la conseiller fortement.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×