Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 6 mars 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 149 articles et nos 89 analyses de film.

Bookineur

Exemple de sublimation

Messages recommandés

Bookineur

Bonjour a tous,

 

Il m'arrive de donner des cours de philosophie à des Terminales. Aujourd'hui, cet extrait du Nietzsche de Humain, trop humain [Version Kindle] m'a paru très beau, et révélateur de l'ennéatype 4 :

 

"L’art doit avant tout embellir la vie, donc nous rendre nous-mêmes tolérables aux autres et agréables si possible : ayant cette tâche en vue, il modère et nous tient en brides, crée des formes de civilité, lie ceux dont l’éducation n’est pas faite à des lois de convenance, de propreté, de politesse, leur apprend à parler et à se taire au bon moment."

Ici est soulevé le rôle du mécanisme de défense du pour évacuer la souffrance de la mise en échec de l'orientation à cause de la compulsion (il faut embellir la vie, puisqu'elle est, en soi, trop banale pour être belle telle qu'elle est — manque de connexion à la vertu du 4). Par la sublimation, l'introjection est contrôlée et le désir compulsif d'éviter la banalité par des comportements coupant aux autres et au monde (comportements de haine de soi et/ou de haine des autres, cf. stage Sous-Types) est remplacé par la civilité, la capacité à se tenir en brides… Dans mon observation, cette tendance aux comportements inciviques sous l'effet de la compulsion est peut-être plus ou moins marquée selon la variante (plus chez le mu que chez l'alpha), le positionnement sur la Spirale (gros ROUGE ?) ou l'aile principale (plus chez l'aile que chez l'aile 3).

 

"De plus, l’art doit dissimuler ou réinterpréter tout ce qui est laid, ces choses pénibles, épouvantables et dégoûtantes qui, malgré tout les efforts, à cause des origines de la nature humaine, viendront toujours de nouveau à la surface : il doit agir ainsi surtout pour ce qui en est des passions, des douleurs de l’âme et des craintes, et faire transparaître, dans la laideur inévitable ou insurmontable, son côté significatif."

Ainsi, la sublimation sert à faire sortir les fortes émotions négatives retenues par l'introjection. En les esthétisant, le 4, mais aussi toute personne usant égotiquement de son centre émotionnel vers l'intérieur (cela m'est beaucoup arrive en tant que 6 alpha pendant la période de mon lycée, et m'arrive encore parfois aujourd'hui, mais c'est rare, car ma hiérarchie des centres de mental peut se suffire d'une œuvre artistique déjà prête a la "consommation"), les apprivoise et les dépasse, à l'image par exemple de ce qu'en fait Barbara. On retrouve aussi le sentiment inhérent du 4 qu'il lui manque quelque chose et qu'il a une laideur originelle : c'est le sentiment d'être un vilain petit canard, circonstanciel chez d'autres types (notamment le 6), structurel chez lui.

 

Je ne crois pas que Nietzsche soit lui-même 4, mais il me semble qu'il décrit ici de manière étonnamment proche de la théorie de l'Ennéagramme la manière dont l'orientation de sens du beau s'exprime sous forme égotique à travers la sublimation sous l'effet d'un centre émotionnel préféré intérieur.

 

Sa conception de l'art m'a l'air par ailleurs intéressante, mais j'y vois trop l'influence d'un romantisme français 4, et pense qu'on pourrait envisager d'autres visions de l'art, à partir d'autres mécanismes de défense. Par exemple, en tant que 6, j'ai tendance à projeter certaines facettes de moi sur les personnages de fiction que j'écris pour les faire expérimenter à ma place une déviance quelconque. Cela ferait peut-être l'objet d'une autre conversation.

 

Bien à vous,

Bookineur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Merci Bookineur pour cette citation de Nietzsche et son analyse. Intellectuellement, Nietzsche me fascine. Humainement, sa vie m'émeut. L'épisode de Turin où il se jette au cou d'un cheval de fiacre que son cocher venait de frapper, l'embrasse et tombe sans connaissance me touche profondément. Quand j'étais enfant à Nice, il y avait des fiacres à la gare ; le midi, leurs cochers leur donnaient à manger dans des sacs accrochés à leur tête et qui en enrobait tout le bas des yeux aux naseaux ; je ne savais pas pourquoi mais ce spectacle me bouleversait. Un peu plus tard, adolescent, j'ai découvert l'épisode de Turin et depuis j'ai un sentiment de fraternité pour Friedrich Nietzsche.

 

"Dans mon observation, cette tendance aux comportements inciviques sous l'effet de la compulsion est peut-être plus ou moins marquée selon la variante (plus chez le mu que chez l'alpha), le positionnement sur la Spirale (gros ROUGE ?) ou l'aile principale (plus chez l'aile que chez l'aile 3)."

Ce type de comportements est causé dans des circonstances que nous étudierons au stage Connexions. Patience donc…

 

"[Je] pense qu'on pourrait envisager d'autres visions de l'art, à partir d'autres mécanismes de défense."

Peut-être vaudrait-il mieux avoir des visions de l'art venant de l'essence… Ce point a été abordé plusieurs fois sur ce forum.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×