Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 6 mars 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 149 articles et nos 89 analyses de film.

Bookineur

Coming out en tant que 6 alpha aile 7 C-/+ S-/+ X+/-

Messages recommandés

Bookineur

Aujourd'hui je décide de lever mes doutes et de confirmer ce type qu'il m'est si pénible d'accepter. Il faut d'abord que j'explique pourquoi j'ai hésité à reconnaître ce type chez moi, puis pourquoi j'ai hésité avec d'autres types, enfin parler un peu des éléments les plus saillants du profil dans lequel je me reconnais.

 

Difficultés d'identification

 

J'ai eu un problème d'abord avec la compulsion, qui résonnait chez moi avec ennui, conformisme et limitations, toutes choses que je fuis. Je retrouve assez chez moi la volonté de 7 de ne pas être limité et de pouvoir faire ce qu'il veut. Je pense qu'un ROUGE relativement important pour un 6 à dominante phobique a contribué à cette confusion pour la compulsion (mais sûrement aussi pour la passion). Toutefois, face à l'interdit parental, face au risque de ne pas honorer un engagement avec ma copine (présence, écoute, entre autres), ou, jadis, face au risque de ne pas réaliser une tâche scolaire, je me retrouve presque contraint à m'y soumettre, sans réel discernement et avec peur de conséquences exagérées (être renié, quitté, vu à jamais comme un cancre) si je ne le fais pas. Même quand je ne tiens pas un engagement, c'est généralement car j'avais pris un autre engagement que je juge important. Sinon, ce sera parce que je crois, de manière peut-être erronée, que je ne suis pas capable de trouver une solution raisonnable, et que je suis dès lors incapable de m'en acquitter. Il m'arrive ainsi plus ou moins régulièrement de saboter ma volonté pourtant importante d'être un homme de parole (car je ne peux m'empêcher de m'engager pour des choses où je ne voudrais pas vraiment, j'y reviendrai pour l'aile). Bien sûr, dans ces cas-là, je peux dire bonjour à la culpabilité.

 

Ensuite, il y a problème avec la loyauté, mais ils s'expliquent et se règlent par ce que j'ai dit sur le sabotage.

 

Enfin, il y a eu (et il y a toujours) gros problème avec la peur. Une bonne partie de mon enfance s'est passée, comme tous les enfants (projection au passage ?) dans la peur qu'une catastrophe s'abatte sur moi, jusqu'à ce qu'un jour, j'en arrive à me dire que finalement j'aurais sûrement les capacités pour tout surmonter. Je pense qu'il s'agit là en bonne partie d'une forme de "méthode Coué". Ainsi, je n'ai consciemment pas peur de grand chose, mais cela vient du fait que je néglige grandement le phénomène "fuite" face à la peur, que je pratique énormément, et que je ne vois que l'aspect "immobilisation" de la peur (typologie de Laborit), immobilisation que j'essaye toujours d'éviter à tout prix, par la fuite (j'y reviendrai pour l'aile 7). Et puis, je pense que j'ai plus tendance à voir la peur comme de la prudence ou de la réflexion. À la réflexion, pourtant, la passion de peur, par son aspect protéiforme et surtout décontextualisé constitue une bonne clé de compréhension de mes attitudes, notamment cette fâcheuse tendance à fuir toute situation qui me semble incertaine, ou en tout cas à l'éviter : je préfère rester dans mon mal-être familier que tenter une nouvelle expérience (ici, la peur est carrément irrationnelle ! Donc je la nie ! J'aimerais bien apprendre à accueillir en moi ce qui n'est pas rationnel, mais j'en nie l'existence).

 

La répression du mental sous stress ne me pose pas trop de problème (:suspicieux: :laugh:) et le doute et la suspicion sont des sacrées évidences ! Un peu moins pour le doute de soi cependant, méthode Coué oblige, et fait que concrètement, on m'a fait beaucoup de compliments dans ma vie, ce qui a crée une confiance en soi assez circonstancielle, conditionnée à mon intelligence, ma sagesse, ma capacité à me raisonner et à vouloir m'améliorer, et que j'ai souvent l'impression d'usurper (:sad:).

 

Hésitations avec d'autres types

 

Je serai rapide là dessus. J'ai hésité avec le 4, car je traversais une période de désespérance due à la perte de mon groupe et à la difficulté à m'intégrer et à trouver un nouveau groupe. Ce sont rajoutés la tendance à la réflexion profonde et prise de tête (résultat classique de mon anxiété de 6) et un goût pour l'esthétisme (expression de mon instinct sexuel et de l'émotionnel intérieur de ma variante alpha).

 

Après, le 9 est resté favori pendant une assez longue période, par empreinte paternelle (mon père est 9 alpha et le 6 est connecté à la figure paternelle), forte répression de l'instinctif et instinct de conservation blessé (cf. stage Sous-types) créant évitement du conflit, et confusion interne importante due à un sentiment important qu'il n'y a aucun sens à ma vie.

 

Toutefois, ce sentiment interne de manque de sens est circonstanciel, la prépa l'ayant enlevé pour un temps, même s'il me semble que mon anxiété a pu et peut encore créer ce sentiment de manque de sens à un niveau un peu plus permanent. Anxiété sociale (ne pas avoir de place), anxiété existentielle (il n'y a pas de sens), anxiété relationnelle (personne ne m'aime…). C'est un insight douloureux !

 

J'ai ensuite choisi le type 6, mais ai hésité en vrac avec le type 3 (type de désintégration bien sollicité en prépa notamment, dans ma scolarité de manière générale, mais aussi peut-être dans mes relations), le type 5 (préférence pour le centre mental, introversion, style de communication parfois proche et petite anxiété sociale et relationnelle) et le type 7 (type dans lequel mes proches m'ont beaucoup reconnu, probablement car c'est mon aile principale supposée et que je suis de nature assez exubérante — le fait que j'y ai été reconnu par mes proches crée d'ailleurs un très vilain doute de ma sixitude, mais le 7 ne tient pas en réalité). Bon, faut pas pousser, je ne suis pas assez généreux pour être un 2 (bien que comportementalement on pourrait à l'occasion le croire, en me connaissant mal et en voyant se manifester l'instinct de conservation) et l'instinctif est suffisamment amoché pour rendre risible les hypothèses 8 (pas de vengeance, pas de courage ou de puissance) et 1 (pas de perfectionnisme, aucune rigueur personnelle à part quand la compulsion est menacée).

 

Validation du profil complet

 

D'abord, je peux rajouter au tableau du 6 la problématique à l'autorité qui est assez marquée (je développerai peut-être une autre fois), la tendance à l'ambivalence dans ses relations, créant chez moi des croyances agréables du style "tu ne peux aimer et ne peux être aimé car cela ne t'est pas permis", le fait d'être rassuré par des règles mais en même temps le refus des règles, le fait de sous-estimer ses capacités à gérer la complexité, la peur de l'abandon, la procrastination, le besoin d'un cadre ou le fait de se mettre trop de pression ou encore la tendance à systématiquement prendre le parti des opprimés, me rendant plus dans la pitié que dans la justice. La dichotomie du 6 est extrêmement marquée chez moi également. Et le style de communication est présent dans de nombreux aspects de mon discours oral, un peu moins à l'écrit.

 

À la différence d'un 1, je ne suis pas du tout responsable envers ceux vis-à-vis desquels je me sens à peine loyal. De façon nette, mon niveau de responsabilité  et d’esprit de devoir face à un "groupe" est proportionnel à mon niveau de loyauté ET de crainte vis-à-vis de ce "groupe". Par exemple, le risque de perdre ma copine est plus grand que celui de perdre ma famille, pourtant je suis légèrement plus loyal à ma famille qu'à ma copine. D'où des conflits de loyauté douloureux, et des problèmes avec l'idée de sacrifice (aile 7).

 

Ensuite, j'avance donc l'hypothèse d'une aile 7. La gourmandise alimentaire a longtemps été très marquée chez moi, depuis l'âge de 6 ans. La boulimie livresque a duré jusqu'au lycée. J'ai une tendance lourde à abuser des bonnes choses, certes marque de mon âge (20 ans), mais quand même plus importante que les autres personnes de mon milieu social, au point ainsi que cela puisse régulièrement mettre en danger ma compulsion : trop d'engagements plaisants pris, trop de superficialité dans mes relations, trop de rationalisation du temps pour rester toujours sur la brèche et éviter l'anxiété (j'y vois aussi l'influence du pôle Batailleur de ma dichotomie)… La peur face aux risques est souvent gérée par des hypothèses farfelues, la mise en relation avec des gens qui pourront me protéger, de la rationalisation ou la narcotisation (se rajoutent la variante alpha et l'instinct de conservation). J'ai pendant longtemps cru avoir plutôt une aile 5, mais je crois que c'est trop comportemental : je la faisais tenir à un certain contrôle émotionnel, à une nécessité de se retirer, à une tendance à disparaître (qui est en fait plutôt du S- et/ou du X-, je pense) et à une paresse à accepter certains engagements (plus variante alpha qu'aile 5).

 

La variante alpha ne fais absolument aucun doute. Je ne développerai pas dessus. Je veux simplement signaler qu'il est assez comique (ou dramatique) que ma mère 1 alpha (probabilité 80 %) ait un mari 9 alpha (probabilité 95 %), une fille 3 mu (probabilité 90 %) et deux fils 6 alpha (probabilité 95 % pour moi, faut pas déconner, et probabilité 85 % pour mon frère). :thumb_up:

 

Enfin, l'identification du profil instinctif a fait l'objet du stage Sous-Types et ne fait pas beaucoup de doute. Je n'hésite que marginalement sur l'ordre du “+” et du “-” concernant l'instinct sexuel, et sur le nombre de “-” à attribuer à cet instinct décidément problématique.

 

Je suis content d'avoir pu arriver à ce niveau d'identification de mon profil. J'attends évidemment la validation de l'autorité pour être sûr :rofl: (désolé Fabien, d'ailleurs, de ne pas avoir plus usé de ton excellente idée de tenir un journal ! Mais il m'a suffit d'écrire un jour et demi pour constater l'indéniabilité de mon profil ! :surprised:).

 

À très bientôt,

Bookineur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Bienvenue sur ce site, Bookineur. Merci pour cette première contribution bien fouillée, détaillée et convaincante.

 

"Désolé Fabien, d'ailleurs, de ne pas avoir plus usé de ton excellente idée de tenir un journal ! Mais il m'a suffit d'écrire un jour et demi pour constater l'indéniabilité de mon profil !"

Il fallait voir ton peu d'envie de suivre mon "excellente idée" pour espérer que ta crise de doute s'achève sans avoir besoin de la mettre en œuvre ! Ceci dit, écrite ou non, l'auto-observation est à poursuivre.


"Le type 7 (type dans lequel mes proches m'ont beaucoup reconnu, probablement car c'est mon aile principale supposée et que je suis de nature assez exubérante."

Ah oui, combien de fois, j'ai entendu cela ! Le type 7 est trop souvent décrit comme extraverti, exubérant et blaguant en permanence. Environ 40 % des 7 sont introvertis. Au stage Bases, nous insistons bien sur le fait que certains 7 portent en permanence le nez rouge du clown mais que tout aussi nombreux sont ceux qui ne le font pas.

 

Deux petits détails :

  • "J'y vois aussi l'influence du pôle Batailleur de ma dichotomie."
    Tu verras cette notion au stage Ailes. Les concepts de domaine et de dichotomie ont et beaucoup affinés et le terme “Batailleur” n'est plus utilisé.
  • "Le 6 est connecté à la figure paternelle."
    Ce n'est pas tout à fait exact. Tu étudieras cela en détail au stage Connexions.

Donc, patience…

 

Très amicalement,

Fabien

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×