Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Yves

Ressentis de 5

Messages recommandés

Yves

Bonjour à tous,

 

Suite au Nouvel An, voici une petite bulle papapale, légèrement lourde (ou plutôt lourdement légère), inspirée par le calcul fantastique de la masse de la Terre : le calcul réalisé par Henry Cavendish.

 

Dans ma vie, je ne me suis guère intéressé à l’expansion de l’univers (big-bang, etc.), ni aux nébuleuses… Trop peu structurant pour moi. Par contre, à une époque lointaine, je me suis passionné pour l’étude de la formation de la Terre, agglomérée grâce à la gravitation. Sa désintégration future, elle, m’enthousiasmait beaucoup moins. Faute d’espérance, je n’imaginais pas sa renaissance.

 

La nuit du dernier Nouvel An, plongé dans une nature belle (une montagne à vaches), je contemplais la lune. Elle m’apparaissait à la fois – ô prodige – lumineuse et pleinement, densément obscure (non, je n’avais pas bu). Au petit matin, porté par un matelas accueillant, mou et dur, je ressentis la lourdeur et la densité de mon corps courbatu. Ô bulle de joie de m’éveiller sur le plancher des vaches… Le plancher de notre bonne vieille planète dense… Sous l’égide de notre bonne vieille lune ronde… Gratitude.

 

Je vous souhaite une année dense,

Yves

 

P.S. : je projette sur l’extérieur — c’est ma direction favorite — ma peur du vide intérieur. En l’occurrence sur le vide de l’espace. Contrairement aux émotions, ressentir la densité de notre belle planète et de sa petite sœur, me stabilise et m’apaise. Je ne sais pas si Henry Cavendish, lorsqu’il créait ses balances – une façon de chercher à l’extérieur un équilibre intérieur ? --, le ressentait aussi.

 

P.P.S. : dans le premier message et ce message-là de la passionnante conversation Type 5, tentative d’analyse, Patrick a parlé d’un « trou noir ». Contrairement à la Terre et à la lune, évoquer ce machin-là m’écrase la poitrine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Trop peu structurant pour moi."

Comme le vocabulaire employé l'indique, je soupçonne qu'il y a de la spirale dynamique là-dessous.

 

"Je vous souhaite une année dense."

En tant que 7, je crois que je préfèrerai une année légère ! Je ne crois pas qu'il existe de matériau physique dense et léger. Heureusement, sur le plan non physique, c'est possible. J'espère d'ailleurs que nos stages répondent à ces deux critères.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves

Bonjour à tous,

 

Le 04/01/2018 à 08:30, Fabien Chabreuil a dit :

"Trop peu structurant pour moi."

Comme le vocabulaire employé l'indique, je soupçonne qu'il y a de la spirale dynamique là-dessous.

À cette époque-là, dans mes vies professionnelle et personnelle, mon ego cherchait de la prévisibilité sécurisante en BLEU (creux gamma) et VIOLET.

 

"J'espère d'ailleurs que nos stages répondent à ces deux critères."

Je songe à Barbara, pleurant seule dans cette chambre d’hôtel triste, située à côté du Junges Theater (« Jeune Théâtre »), seule dans cette ville universitaire : Göttingen, un soir de juillet 1964. Elle avait d’abord refusé de venir chanter en Allemagne — Barbara était juive —, puis hésité, puis accepté. Le piano prévu pour son récital n’avait pas été livré.

 

Soudain elle entend des voix dans la rue. Passe la tête par la fenêtre. Des jeunes lui apportent un piano à queue. Ils sont allés le chercher chez la mère de l’un d’entre eux. Barbara écoute le présent de son cœur. Oui, je vais chanter. Pour eux. Cinq jours plus tard, dans un jardin public de Göttingen, elle crée une chanson. Pour eux.

 

Parfois, pendant des stages de Patricia & Fabien, assemblés en un jovial patatoïde imparfait, nous portions ensemble les poids et contrepoids de nos egos désaccordés et grinçouillants. Le dimanche soir, je sortais dans le patio, cœur et corps légers, portant bien porté.

 

Je vous souhaite des moments de légèreté au cours de cette année.

 

Amicalement,

Yves

 

Source pour l’anecdote sur Barbara : Ce qu’on entend dans les chansons, de Serge Hureau et Olivier Hussenet, Éd. Points, 2016.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×