Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu
Simechau

Le Dernier roi d'Écosse

Messages recommandés

Simechau

Le Dernier roi d’Écosse

Film de Kevin Mac Donald

(Premier essai de typage, donc prudence et modestie.)

 

1971 Jeune médecin écossais, Nicholas Garrigan part à l’aventure en Ouganda. Dans un pays en pleine guerre civile, il croise la route d’Idi Amin dada, le nouvel homme fort du pays qui lui propose de devenir son médecin personnel. Impressionné et fasciné par le général, Garrigan accepte et rejoint le cercle très fermé des proches du président. Mais rapidement, il prend conscience de la folie meurtrière de celui-ci, et sa seule issue est de fuir.

 

Le général Idi Amin Dada (Forest Whitaker) : type 8

 

De son enfance très pauvre, et de sa carrière dans l’armée, il a acquis la certitude absolue qu’il ne faut jamais montrer sa faiblesse. Montrer sa faiblesse conduit à se condamner à effectuer toutes sortes de corvées au service des autres.

 

Il parle fort, il est tonitruant, vibrant.

 

Dans l’existence, il y a pour lui deux types de personnes, ceux qui sont avec lui, et ceux qui sont contre lui. Il châtie sans faiblesse, ceux qui sont contre lui. Il récompense ceux qui sont avec lui.

 

Très malade, un soir, il appelle en urgence son médecin personnel, en l’occurrence Nicholas Garrigan. Terrifié, à cette occasion, il montre sa terreur, il n’aura de cesse de regretter avec force cet épisode où il a montré sa faiblesse devant un tiers et fait promettre au médecin de ne jamais relater cet épisode où il a montré sa terreur de la mort, et sa faiblesse.

 

Nicolas Garrigan (James McAvoy) : type 7

 

Jeune médecin écossais, il fuit un milieu rigoriste et codifié où il est promis à un avenir tout tracé, c'est-à-dire l’exercice de la médecine en association avec son père médecin. Il fuit l’univers étriqué et balisé de l’Écosse, en poussant un cri de rage et en mettant au hasard son doit sur un globe, il tombe sur l'Ouganda. Il est en recherche d’aventure, de sensations sans cesse renouvelées, donc il part en Ouganda.

 

Il est, en permanence, ouvert à toute proposition plaisante. En cours de route, et dès les premiers jours de son périple, à l'occasion d'une étape, il a une aventure avec une jeune et jolie Ougandaise, auprès de laquelle il est assis dans le bus, avant de parvenir à sa destination. Il est attiré et séduit par la femme de son collègue médecin et lui fait des propositions en l’absence de son mari, parti pour une intervention en brousse. Il convoite et séduit une des jeunes femmes du général.

 

Il vibre aux premiers discours d’Idi Amin Dada. Il participe pleinement aux transes de la foule, à cette occasion.

 

Il n’écoute pas et n’entend pas les mises en garde qu’on lui communique sur la réalité du régime et de la personnalité brutale et sanguinaire d’Idi Amin Dada.

 

Il oublie très vite un épisode dramatique et sanglant de répression, auquel il assiste en direct, suite à un attentat manqué sur le général Idi Amin Dada.

 

Il accepte avec ravissement, contentement enfantin et fierté, tous les cadeaux que lui fait le général : un uniforme, une voiture.

 

Il adore l’outrance, la verve, la vitalité, la spontanéité du général.

 

Il est nommé chef de service d’un hôpital et croise dans le couloir son prédécesseur, qui de ce fait a été expressément renvoyé à la seule fin que ce poste puisse lui être proposé, sur ordre du général Idi Amin Dada. Il oublie très vite cette rencontre désagréable pour passer à autre chose.

 

Il adopte très vite, et fait siennes, les réponses officielles du régime à toute question dérangeante, car, globalement et pour lui, l’aventure est trop amusante, trop plaisante avec tellement de surprises agréables.

 

Lors de sa toute première rencontre avec le général, à l’occasion d’un accident de la route, qui lui donne l’occasion de soigner le général, une vache est mortellement blessée et agonise en beuglant au bord de la route. Personne ne s’en préoccupe. Il ne peut supporter cette souffrance, qui lui est intolérable et les beuglements qui en sont l'expression sonore lancinante et auxquels on ne peut échapper. Prenant tous les risques, il s’empare spontanément du pistolet du général, et va tuer la vache pour mettre un terme à ses souffrances intolérables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

J'ai vu au cinéma et beaucoup apprécié Le Dernier roi d'Écosse lors de sa sortie en salles il y a environ 11 ans aujourd'hui. C'est dire que je n'en ai pas de souvenirs très précis mais j'avais à l'époque noté des hypothèses de type, faites avec Patricia bien sûr. Précisons que, sauf lorsqu'ils par trop évidents (exemple : Le Prénom), je ne considère jamais avoir typé les personnages d'un film après une première vision sur le grand écran : je vais au cinéma pour me distraire, pas pour travailler, et des détails importants pour le typage peuvent échapper à mon attention (c'est pourquoi le film de certification est projeté deux fois). Ces précautions étant prises, nos assomptions de l'époque était 6 ou 8, avec une préférence pour le premier, pour Idi Amin Dada et 7 pour Nicholas Garrigan.

 

Je n'ai pas les moyens, Simechau, de commenter réellement ton analyse. Il y a beaucoup de mentions de comportements sans forcément les relier à un trait de l'ennéatype. Par exemple, tu écris à propos de Nicholas Garrigan que "Il vibre aux premiers discours d’Idi Amin Dada. Il participe pleinement aux transes de la foule, à cette occasion." En quoi est-ce que cela contribue à lui attribuer le type 7 ? Je ne dis pas que ce n'est pas le cas. Peut-être le fait-il d'une manière révélatrice mais il faudrait nous le dire.

 

Il me semble que globalement, il faudrait dans ton analyse plus de détails, plus de description concrète de ce qui se passe et plus d'extraits de dialogue, alors que tu relates surtout la manière dont tu as perçu les personnages qui est donc forcément compatible avec l'ennéatype que tu leur as  attribué.

 

I faudrait aussi une analyse plus longue. Typer Amin Dada en 150 mots, c'est un peu court, même si j'ai pu faire la même chose dans les premiers temps du ciné-agramme :blush: (je conseille d'étudier les films en commençant par les derniers analysés : la  liste des titres peut être triée par date).

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×