Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 26 octobre au 12 novembre 2017 inclus.

Annedo

Identification et lecture

Messages recommandés

Annedo

​Depuis longtemps, je m'étonne de ne pas me souvenir des livres que je lis (à en racheter certains par erreur !). J'ai mis d'abord cela sur une vie professionnelle trop chargée, puis ai craint un Alzheimer précoce et ciblé. :happy: Certes, je parviens en fin de lecture à donner une note d'intérêt (par analogie au net promoter score utilisé en entreprise) mais impossible d'analyser le livre, ce qu'il apporte, ses thèses, etc. à croire que mon mental est très réprimé (or c'est mon centre support — je suis 3 mu).

​Je viens de découvrir et d'expérimenter, grâce (one more time) à Patricia, que c'était lié à mon ego et plus précisément au mécanisme d'identification. J'ai testé l'exercice de désidentification sur Jules Verne, sur des articles de Télérama… et cela change tout. Après avoir créé une visualisation sur le binôme "ranplanplan,/explorateur" ou "imprécateur/passe-plat" ou "indomptable/mauviette" (selon les livres) et m'être emplie des ressources idoines, quelque chose se passe qui me permet d'analyser le livre/article, ce qu'il dit, ses apports, ses manques etc. Impressionnant comme différence : comme si l'exercice de désidentification crevait le nuage/ouate émotionnel qui m'emplissait totalement et ligotait le mental. Je respire… même si faire cet exercice à chaque lecture ralentit — oh combien fortement — mon activité. :happy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Merci Annedo pour ce partage. Je n'y avais jamais pensé. Elle est forte cette Patricia, il faudra que tu me la présentes un jour…

 

À la réflexion, c'est logique. Au moins pour les romans, l'identification fait souvent partie du plaisir de la lecture mais pour le 3, elle est un piège. Comme c'est son mécanisme de défense principal, il se laisse absorber par elle comme par des sables mouvants, et quand il revient chez lui après la lecture, il ne reste rien de l'expérience vécue. Sauf à prolonger l'identification dans la vie courante, ce qui n'est pas mieux comme transe que l'amnésie !

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×