Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Messages recommandés

Lighyli

Au détour de la visite de l'exposition consacrée à Gaston (celui de Franquin) au Centre Georges Pompidou, je me suis posé la question de son ennéatype — bien que ce soit un personnage de fiction. :happy:

 

Voyons voir :

  • Centre instinctif : oula, au plus bas !! Difficile de le réveiller !
  • Centre mental : hummm, pas fameux non plus.
  • Centre émotionnel: bof, pas terrible, à part quand Mademoiselle Jeanne arrive à le réveiller un peu.

Bref, il les réprime TOUS ! :laugh:

 

J'ai pensé au stage Centres : "Le centre réprimé contrôle silencieusement la personnalité."

 

Finalement je me suis dit qu'on aime tous Gaston car tout le monde retrouve son centre réprimé chez lui. :happy:

 

PS : je crois que l'exposition se terminait aujourd'hui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Ça y est, c'est fini, je ferme ce site et je brûle mes livres. Tu viens, Lighyli, de trouver le type 10, et je n'ai plus qu'à déposer le nom de site décagramme.com. Je ne sais pas qui va s'identifier à ce nouveau type mais on doit pouvoir en trouver en recyclant quelques masochistes qui s'étaient positionnés ailleurs.

 

Très amicalement,

Fabien

 

P.-S. : je ne fais pas partie des "tous" qui aiment Gaston parce qu'en fait je ne le connais pas. J'ai dû lire deux ou trois planches dans une salle d'attente quelconque.

P.P.-S. : je n'ai pas mis d'émoticones et je ne sais pas si c'est prudent.

P.P.P.-S. : "[…] bien que ce soit un personnage de fiction." D'Emma Bovary à Gaston, il est tout à fait légitime de se demander si certains personnages de fiction sont typables.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,
 
Il y a des gens sur Internet qui se sont posé la question et qui hésitent entre un 7 aile 6 et un 9 aile 1, si si…
Et il y en a même, des gens, sur ton site Fabien qui citent cette phrase de Gaston comme étant un exemple flagrant de rationalisation (voir ici) :

M'ENFIN, comment veux-tu que je travaille ?????? Tu ne vois pas que je suis handicapé ?

 
Ben moi, je vote pour 7 aile 6. :rofl:
 
Très amicalement,
Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Boudiou, on avait donc déjà parlé de Gaston sur le forum ! Lighyli et moi avons donc droit à un gage pour n'avoir pas utilisé la fonction "Recherche". En tout cas, j'ai maintenant espoir que nous allons échapper au décagramme, merci Alice et le lapin.

 

Comme d'habitude, suite à ton message, je n'ai pas résisté à faire des recherches très sommaires (et je n'irai pas plus loin).

 

Il semble quand même que l'instinctif réprimé ou coréprimé est indéniable. Voici la couverture du volume 19 des aventures de Gaston¹ :

 

Lagaffe_V19.png

 

Voici aussi comment Franquin, son créateur, le décrit : "C’est un homme à tout, ou plutôt à rien faire, sinon inventer des bidules, des cochonneries qui tournent mal, par exemple la machine à faire des ronds de fumée pour les gens qui ne fument pas. Dans le dernier album, il y a son système contre les hold-up, des milliers de billes d’acier qui sortent de partout. Tout devient impossible, on ne peut plus tenir debout²."

 

Un autre site confirme : "Si le travail de bureau le rebute, ce n’est pas tant à cause de sa paresse que parce que son cerveau est occupé à réfléchir et à inventer. Grand amateur de chimie, Gaston est capable de créer de nouveaux carburants de fusée, mais surtout de déclencher des catastrophes. Il s’est aussi intéressé à l’acoustique à l’aide du fameux gaffophone aux vibrations destructrices. Il a inventé des matériaux aux propriétés incroyables, et conçu des machines plus ou moins improbables. Il s’est même attaqué à des thèmes très actuels comme les économies d’énergie ou la pollution des voitures³." Si j'ai bien compris, cet aspect créatif n'était pas pas une caractéristique du personnage à ses débuts. Intégration, désintégration, ou autre ?

 

Gaston est effectivement d'une maladresse émotionnelle extrême avec M'oiselle Jeanne dont il est pourtant amoureux et dont, ai-je lu, il sait qu'elle l'aime.

 

Que ce soit avec l'agent de police Longtarin ou avec l'homme d'affaire Aimé de Mesmaker, Gaston est un rebelle, mais plutôt en mode passif-agressif : "[Franquin] a trouvé un personnage qui est à la fois celui de la rupture, de l’anti-quelque chose, et quelqu’un qui est très très inventif aussi, c’est un créateur. […] Gaston Lagaffe c’est un peu la révolte de chacun d’entre nous contre tous les aspects aliénants de la société."

 

J'ai aussi noté l'amour extrême de Gaston pour les animaux (un argument pour le 7 ?).

 

Et alors ? Et alors, rien. 5 alpha ? 7 mu ? 9 alpha ? 10 ? Autre ?

 

Très amicalement,

Fabien

 

Sources :

  1. Gastonlagaffe.com.
  2. Mathieu Lindon, « Gaston, 60 ans d'emploi fictif », Libération, 27 février 2017.
  3. Cécile Michaut, « Gaston Lagaffe, scientifique et ingénieur de mérite », Le Temps, 28 février 2017.
  4. Hélène Combis-Schlumberger, « Gaston Lagaffe, hippie contestataire », France Culture, 26 janvier 2017.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Lighyli

Vos réponses m'ont bien fait sourire, et merci Fabien pour l'étude rapide.

 

J'avais bien fait une recherche sur ce forum avant de poster ! (Ouf, l'honneur est sauf.)

Alice et le lapin précisait qu'elle avait trouvé des références ailleurs sur Internet.

 

Après réflexion (et après avoir posté mon premier message), j'ai pensé à un 7 mu pour Gaston…

 

Et puis, je me suis arrêté là dans la recherche en me disant (ça rejoint mon post d'origine) que les personnages fictionnels sont par défaut exagérés et qu'ils peuvent mettre en doute la théorie sans qu'on ait à brûler tous nos livres sur l'ennéagramme… :wink:

Une sorte de "à quoi bon" chercher à typer Gaston (et mon ego ajoute à voix basse : au risque d'avoir un conflit sur le typage :bye:).

 

Cela étant écrit, je trouve l'exercice très rigolo, il va falloir que je relise ma collection de Gaston pour chercher les éléments qui vont dans un sens ou un autre. :miam:

 

J'aime quand même bien l'idée que la vision d'une exagération d'une répression chez un personnage de fiction puisse nous attendrir quand cette répression est identique à la nôtre. Quelqu'un a déjà réfléchi à ce genre de truc ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,
 
"Je me suis arrêté là dans la recherche en me disant (ça rejoint mon post d'origine) que les personnages fictionnels sont par défaut exagérés."

Il y a fiction et fiction. Certains auteurs veulent toucher par le réalisme de leurs personnages, d'autres grossissent le trait. Les premiers nous fournissent des exemples crédibles de la théorie de l'ennéagramme, mais les seconds nous permettent parfois de mieux comprendre tel ou tel mécanisme, comme nous donnons en stage des exemples réels mais fort égotiques.

 

"J'aime quand même bien l'idée que la vision d'une exagération d'une répression chez un personnage de fiction puisse nous attendrir quand cette répression est identique à la nôtre. Quelqu'un a déjà réfléchi à ce genre de truc ?"
Tu te rappelles certainement, Lighyli, qu'un des exercices préliminaires à l'identification de sa variante, lors du stage Centres, permet d'identifier pour quelle répression de centre nous avons le plus d'indulgence. Que cette indulgence puisse déboucher sur de l'attendrissement me semble donc possible. Je me dis qu'il doit parfois y avoir l'effet inverse, un rejet lié à la crainte d'en arriver là.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,

 

Je  vous signale que le prochain hors série de Philosophie magazine, à paraitre pour le 19 octobre, s'intitule  "Gaston : un philosophe au travail".

Peut-être aurons-nous de quoi avancer dans nos réflexions. :happy:

 

Amitiés,

Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×