Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Rosso

Guérir ses instincts

Recommended Posts

Rosso

Bonjour à tous,

 

Suite au stage Sous-types, j'ai réfléchi aux blessures de mes instincts et à comment je les vis. Il y a les transes qui m’insupportent, il y a celles plutôt neutres et puis il y a celles que je trouve plutôt positives… qui sont donc d'autant plus difficiles à enlever.

 

Pour ce qui est de la blessure à l'instinct de conservation, l'attention exagérée à des signaux corporels, l'anxiété parfois provoquée par la maladie (la mienne et celles des autres), par la mort, ou par des problématiques environnementales… Tout cela m'est pénible. Je fais attention à mon alimentation tout en prenant régulièrement des compléments alimentaires (prescrits, je précise : pas n'importe quoi n'importe quand). Je peux certes parfois vivre cette attention de façon négative si par exemple, fatiguée, je vis un conflit intérieur du type "m'asseoir et manger une bonne frite" ou "cuisiner une assiette équilibrée pour ma santé et celle de mes enfants". J'ai la croyance que je me sens mieux en faisant attention à mon équilibre alimentaire. Cette croyance est entretenue par les médecins que je consulte, les articles que je lis mais aussi  par mes analyses de sang… En mangeant équilibré et en me complémentant, je pense faire de la prévention, d'autant qu'à chaque fois, l'analyse de sang met toujours en évidence un manque de quelque chose. Donc si je ne prends pas ces compléments alimentaires, j'ai l'impression de ne pas faire attention à ma santé et de virer en C- …

Ceci dit, parfois je me demande si cette préoccupation exagérée de l'équilibre ne contribue pas à créer des déséquilibres… Un peu comme les problèmes médicaux vécus par certains 2 en liaison avec leur contrepoids égotique.

 

La blessure à l'instinct social est pénible pour moi lorsque je me dis que je ne fais pas assez pour ma famille ou professionnellement. Je travaille depuis plus de 10 ans dans une association assez militante… Une partie de ma blessure "sociale" provient de l'instinct de conservation abîmé (je travaille notamment sur le thème de l'alimentation…). Je travaille aussi dans ce secteur parce que j'y trouve du sens et que je pense que le monde a besoin de changements. Ayant une connaissance des crises multiples actuelles, il me semble être de mon devoir (tiens, tiens, le sous-type social du 6) de contribuer à ce changement. Une partie de moi est bien consciente que ce "devoir" n'est pas toujours adéquat (trop de stress par exemple ou difficulté parfois à dire non). D'un autre côté, ne pas le faire me donnerait l'impression de nier les problèmes, voire de me sentir irresponsable. Culturellement au sein de  l'association, il est de bon ton d'être surchargé. Ce contexte conforte sans doute ma blessure. Je fais partie d'autres groupes où je ne ressens pas ce besoin d'avoir une place particulière.

Dans le milieu associatif, il me semble que de nombreuses personnes ont une blessure à l'instinct social. Je me demande  donc si cette blessure est  le moteur le plus fréquent pour que les gens s'investissent dans des associations.

 

L'instinct sexuel est aussi blessé. Je le perçois comme négatif pour l'attention trop importante donnée au regard de l'autre. Je peux le percevoir comme positif dans certains cas : par exemple  pour mon regard "esthétique" ou les relations profondes que j'ai l'impression de vivre avec les gens .Ceci étant dit, le témoignage de Patricia lors du stage m'a fait prendre conscience que le fait que l'on me confie des choses intimes n'a pas forcément avoir avec ma qualité d'écoute…

 

Bien cordialement,

Rosso

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,
 
Merci pour ce témoignage lucide qui donne un bon exemple de description du fonctionnement des instincts. Tu peux mettre à jour ta signature avec le profil instinctif complet !

"Ceci dit, parfois je me demande si cette préoccupation exagérée de l'équilibre ne contribue pas à créer des déséquilibres…"

Ce n'est pas de ma compétence, mais cela fait partie de mes croyances. Tu dis que les compléments que tu prends sont prescrits. Par un médecin ? Comment est son instinct de conservation à lui ? Est-il spécialisé dans la complémentation et est-ce son seul champ d'action médicale ? Comme a priori aucun complément n'est vital à court terme, que se passerait-il si tu les arrêtais tous pendant quelque temps, histoire de remettre les compteurs à zéro et de voir comment sont tes analyses à ce moment-là ?

 

"Je me demande donc si cette blessure est le moteur le plus fréquent pour que les gens s'investissent dans des associations."
 Il est difficile de répondre à cette question avec certitude. Il est probable qu'ils sont nettement plus nombreux que dans le reste de la population et qu'ils trustent les postes disponibles. Mais ce n'est qu'une hypothèse…

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Rosso

Bonjour,

 

Merci Fabien pour ton retour.

 

"Merci pour ce témoignage lucide."

Moui, pas toujours agréable d'être lucide… Mais bon, je me raccroche à l'idée que vous exprimez souvent Patricia et toi, que "la prise de conscience, c'est 50% du travail…".

 

"Ce n'est pas de ma compétence, mais cela fait partie de mes croyances. Tu dis que les compléments que tu prends sont prescrits. Par un médecin ? Comment est son instinct de conservation à lui ? Est-il spécialisé dans la complémentation et est-ce son seul champ d'action médicale ?"

Oui, ils sont prescrits par un médecin. Pour ce qui est de son instinct de conservation, je pense qu'il applique les conseils qu'il donne à ses patients… Il est gynécologue et nutrithérapeute ; il se forme depuis plusieurs années et je le crois compétent.

 

"Comme a priori aucun complément n'est vital à court terme, que se passerait-il si tu les arrêtais tous pendant quelque temps, histoire de remettre les compteurs à zéro et de vois comment sont tes analyses à ce moment-là."

Pas facile comme question… Je conçois bien que les compléments alimentaires ne sont pas vital à court terme, mais une partie de moi pensent qu'ils m'apportent quelque chose pour mon bien-être au quotidien : plus d'énergie, moins de stress, meilleur système immunitaire, meilleur sommeil. Je vais redire ce que j'ai écrit dans mon message précédent mais mes croyances sont aussi confirmées par des articles sur la psychonutrition par exemple.

 

Une autre partie de moi pense aussi que le travail sur mon ego,  la méditation, la respiration consciente ou autres techniques m'ont davantage aidé (et continue à m'aider) à réduire mon anxiété et du coup ma fatigue, mon stress, etc.  Je perçois alors les compléments comme une béquille extérieure.

 

Bref, pour répondre à ta question, je ne pense pas  que je sois prête à faire ça aujourd'hui… :sad:

 

Bien cordialement,

Rosso

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Je perçois alors les compléments comme une béquille extérieure."

Une béquille extérieure est parfois indispensable, au moins temporairement…

 

"Bref, pour répondre à ta question, je ne pense pas  que je sois prête à faire ça aujourd'hui…"

…  C'est dire, Rosso, qu'il n'y avait pas de suggestion de ma part. Je redis mon absence de compétence sur le sujet ! L'important est de faire les choses qui te font du bien à ton rythme.

 

Et puis, la nature holarchique de la personnalité implique que le corps peut avoir ses propres problèmes qui doivent être réglés à son niveau.

 

Très amicalement,

Fabien

 

P.-S. : "Il est gynécologue et nutrithérapeute." Tu n'imagines pas le nombre de blagues qu'un ego de 7 imagine avec un tel rapprochement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...