Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum est accessible uniquement en lecture jusqu’au 14 novembre 2018 inclus.
Il vous sera à nouveau possible de poster des messages après cette date.
D’ici là, vous pouvez consulter également nos 150 articles et nos 90 analyses de film.

Kayla

Les ennéatypes et le jeu

Messages recommandés

Kayla

Bonjour tout le monde,

Voilà, ça fait trèèès longtemps que j'avais envie d'ouvrir cette conversation sans avoir jamais pris le temps de le faire.

J'aimerais donc approfondir un peu votre rapport au jeu (de société principalement) :

  • Aimez-vous jouer ?
  • Jouez-vous souvent ?
  • Avec qui ?
  • Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
  • Plutôt compétitif ou coopératif ?
  • Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
  • Avez-vous des jeux à la maison ?
  • Jouez-vous pour gagner ?
  • Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
  • Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
  • Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?

Je commence donc…

 

Je joue... Beaucoup ! J'ai toujours aimé ça, et depuis que j'ai des enfants… j'ai des excuses. :wink:
Aussi bien en famille, qu'avec des amis (que j'ai convertis ou contaminés).
Je participe aussi à des soirées jeux, que j'anime et même organise régulièrement à l'école (un vendredi soir par mois : une première partie avec les familles et une seconde entre collègues).
Et puis je joue aussi seule ! À des longs jeux de stratégie qui peuvent parfois durer deux heures.

J'aime toutes sortes de jeux et choisis en fonction des personnes qui jouent avec moi ce jour-là.

Je suis aussi collectionneuse (environ 800).

Le lien avec mon ennéatype :

Le principal coup de cœur pour un jeu sera esthétique. Si je le trouve la boîte moche, peu de chance qu'il intègre la collection. À moins qu'il soit excellent et que le matériel à l'extérieur soit extra. Exemple : je déteste le jaune, j'ai très longtemps refusé d'intégrer un jeu dans ma ludothèque personnelle parce que la boîte est jaune ! (Et que dire des jeux Haba ! Mais pour les enfants, on ne peut guère y couper !)

Je n'aime pas non plus intégrer un jeu si tout le monde en parle. Il perd alors de son intérêt… Momentanément, du moins ! Et le mensonge de l'aile 3 en rajoute une couche ("Finalement, il n'est pas terrible ce jeu !"). Et hop, un bon coup de compulsion !
(De ce côté-là ça va quand même beaucoup mieux !)

L'envie a, bien sûr, une grande responsabilité dans le volume conséquent de ma ludothèque.
Et puis le filtre d'attention n'aide pas non plus !

On retrouve l'émotionnel dans toutes les émotions générées par une partie. Le lien avec les autres bien évidemment, mais aussi tout ce que le jeu provoque en soi :

  • Frustration de ne pas pouvoir tout faire quand il faut choisir parmi plusieurs actions ;
  • Joie quand on arrive à ce qu'on veut ;
  • Colère quand on se fait piquer LA carte ;
  • Etc.

Certains jeux permettent de vivre des aventures qui nous transportent, nous font sauver le monde… Ou pas !
On peut incarner n'importe quel personnage. C'est tellement plus excitant que la vie quotidienne !

Et puis aussi dans le partage, je suis toujours celle qui fait découvrir un jeu : j'explique les règles, j'emporte mes aventuriers du jour dans un univers parallèle, je les guide. Je ne prends guère de plaisir à écraser les autres au score parce que je connais mieux le jeu. Au contraire, je perds souvent ces premières parties, focalisée sur le plaisir de l'autre.

J'ai donc un rôle à part, et dans mon entourage proche une passion différente. De niche, comme on dit. Et mon ego aime plutôt ça, bien sûr.

Mais ces dernières années, je m'investis pas mal dans ce milieu des joueurs passionnés. Ou je ne suis donc pas seule et différente. C'est je pense le besoin d'appartenance apporté par VERT qui a permis cette transition. Par exemple, je coorganise un événement ludique d'échange de cadeaux au moment de Noël (entre adultes joueurs) depuis plusieurs années. Je ne ressens plus autant cette fierté de vivre un truc unique que seuls les initiés peuvent comprendre. Au contraire, j'ai envie de partager et d'offrir ces moments de découverte à d'autres. J'anime donc aussi des soirées jeux et des midi-jeux à l'école, tous les jours depuis quelques mois.

J'aime à la fois gagner mais sans être de mauvaise humeur si je perds. Je peux être déçue de ma stratégie, trouver que j'ai mal joué mais sans en vouloir à mon partenaire de jeu.
Si je gagne, je ne passe pas des heures à fanfaronner, sauf face à un joueur qui m'a fortement agacée en agissant de même. Et jamais face à un enfant.

J'ai beaucoup de mal avec l'idée de changer les règles d'un jeu. Avant, c'était même impossible pour moi ! Je me suis un peu assouplie. Un peu.
Je ne vois pas l'intérêt de tricher, et là pour le coup, ça me met de mauvaise humeur !

J'aime à la fois les jeux coopératifs et compétitifs, j'y trouve des émotions différentes mais autant de plaisir !

J'aime surtout les jeux de stratégie où il faut beaucoup réfléchir, optimiser ses actions, prévoir, etc. Mon mental en support est aux anges !
Comme vous pouvez vous en doutez les jeux physiques sont les rares jeux que je vais éviter ! Courir autour d'une table, s'agiter dans tous les sens, j'évite !
Je ne suis pas très douée pour les jeux de réflexe et de rapidité (instinctif réprimé, n'est-ce pas ?) mais je l'exerce quand même et je ne refuse pas une partie ! Pareil pour les jeux de mime !
J'adore tous les jeux (modernes !) avec des mots. Qu'il s'agisse de deviner, faire deviner, combiner les lettres, etc.

J'aime aussi beaucoup utilisé mon mental à résoudre des énigmes.

Ces dernières années, je retrouve l'émotionnel dans le lien avec certains auteurs et éditeurs de jeux que j'ai le plaisir de rencontrer. Certains avec lesquels je corresponds régulièrement. Et là l'ego vient récupérer un peu de place (relation privilégiée avec tel ou tel auteur).

Je me suis aussi essayé à la création de jeux… Et là mon ego au grand complet ne m'y aide pas beaucoup…
Un jeu sur l'ennéagramme qui n'a toujours pas pu être testé parce que je le trouve trop moche dans sa version prototypale et que ma fille chargée des illustrations n'avance pas. Ça fait des mois que je me dis que je pourrais le faire tester ainsi…
Un jeu dont ma pitchoune 1 a eu l'idée, concrétisé sous forme de joli prototype et que j'ai co-crée avec elle. Prototype qui a beaucoup plu à Haba et qui risque donc bien de se retrouver dans le commerce… Dans une boîte jaune !!
Sa persévérance, son implication, son travail m'ont bien motivée à lui apporter ce qui lui manquait : l'idée de perfection maximum possible, l'émotionnel, le sens du lien et l'acceptation de la critique, quand nous sommes allées le présenter aux éditeurs.

Voici pour le moment mon témoignage, je complèterai avec des témoignages concernant mes filles et ce que j'ai pu observer d'amis et connaissances.

Je dis souvent que tout le monde aime jouer… Pour peu qu'on lui propose un jeu qui lui corresponde et où il puisse trouver du plaisir. Même les 1, si, si ! (C'est une boutade, hein, bien sûr !)

Et vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

"Voilà, ça fait trèèès longtemps que j'avais envie d'ouvrir cette conversation sans avoir jamais pris le temps de le faire."
Ah oui, te connaissant Kayla, je ne comprenais pas pourquoi cette conversation n'existait pas !
 
Comme d'hab, je m'y colle mais cela ne va pas être très long.
 
Aimez-vous jouer ?
Pas vraiment, et cela n'est pas nouveau.
 
Jouez-vous souvent ?
Conséquence du point précédent, non.
 
Avec qui ?
Parfois seul sur mon micro ou une tablette, une fois tous les deux mois environ avec des amis à qui cela fait plaisir.
 
Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
Bien que préférant le centre mental, je n'ai vraiment pas envie de me prendre la tête avec un jeu : je suis un médiocre joueur d'échec, je déteste le Scrabble, etc. Pour faire plaisir à mon mental, il y a beaucoup mieux que les jeux…

 

Je peux apprécier des jeux s'ils sont rapides : jeux de logique, de mots comme le jeu télévisé Pyramide (1ère version), de connaissance façon Trivial Pursuit. Rien que les exemples cités sont, je pense, par leur banalité et leur date, révélateurs.

 

Sur ordinateur, j'ai aimé des jeux de simulation comme SimCity, ainsi que 2048, Plague ou le charmant Monument Valley. Ça fait un mois que je me dis que je vais peut-être investir 10 € dans Block’hood mais, bon, comme ça fait un mois… À moins que cette conversation ne me réveille.

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?

Plutôt compétitif. Je crois que quand je joue avec d'autres, j'apprécie plus le théâtre qui entoure le jeu que le jeu lui-même, façon Marcel Pagnol — je n'ai pas passé 17 ans dans le Midi pour rien. Le drame qui entoure le jeu m'amuse : on rit, on pleure, on vit, on meurt, tout ça pour de faux bien sûr. Je m'y livre avec excès.

 

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?

Je ne sais pas répondre à cette question.

 

Avez-vous des jeux à la maison ?

Moins d'une dizaine.

 

Jouez-vous pour gagner ?

Oui. Dans le film Comme des frères analysé sur ce site, le personnage d'Élie s'investit énormément dans un partie de football (à quatre !) — pour de vrai, lui. Comme il est dans l'équipe perdante, Maxime, son partenaire, lui affirme qu'"on ne joue pas pour gagner." Furibond, il rétorque : "Mais pourquoi tu crois qu'on compte les points alors ?" Cela fait sens pour moi et, surtout, la compétition est le prétexte au drame qui accompagne le jeu et qui est, pour moi, le vrai jeu.

 

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?

En dehors du drame simulé, non. Cependant, je suis plus mauvais gagnant que mauvais perdant, car, en tant que 7, j'oublie rapidement la souffrance de la défaite !

 

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?

Je ne triche pas, mais le "Tu me fends le cœur" de César, ce n'est pas de la triche, c'est de l'art. :rofl: Cela ne me choque pas plus que cela parce que ce n'est pas dissimulé et fait donc partie du jeu autour du jeu.

 

Je n'ai jamais joué avec quelqu'un qui triche. Si cela se produisait, j'interromprais la partie et ne rejouerais pas avec cette personne.

 

Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?

Là aussi, je ne sais pas répondre. Dans mon classement des plaisirs, le jeu n'est pas très bien placé, enfin pas bien placé du tout. Je ne sais pas avec certitude pourquoi. C'est sans doute plus pour des raisons familiales que liées à mon profil : des parents peu présents, un frère ayant 8 ans de plus que moi, un époque où les enfants n'avaient pas les opportunités actuelles de se rencontrer, tout cela m'a amené plutôt vers des activités assez solitaires.

 

Voili, voilou. J'espère que les prochains témoignages seront plus riches ennéagrammiquement que le mien.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Merci Fabien ! L'absence de ce sujet était égotique : procrastination…
Et son ouverture, heu… Le temps disponible, l'envie de vraiment m'y plonger, de partager, et puis un peu quand même l'envie de ne pas me le faire souffler…

Allez, je vais te faire découvrir Pandémie, au moins tu seras du côté des gentils. Plutôt que d'infecter le monde (Plague), tu dois le sauver de quatre épidémies. Mais c'est un coopératif.

J'aime beaucoup Pyramide, sans doute un de mes premiers coups de cœur. On m'a volé le mien il y a quelques années.

J'ai oublié ces questions :

  • Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?
  • Laissez-vous gagner les enfants ?
  • Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?

Donc... Bien sûr, je joue avec les enfants. Les miennes depuis toujours. Encore aujourd'hui, avec la pitchoune de 12 ans (enfin, pitchoune c'est vite dit, elle vient de me dépasser en taille, ce qui n'est pas très difficile, j'en conviens !). Ou dimanche avec la grande.

Je ne les ai jamais laissé gagner. Mais je leur ai toujours expliqué pourquoi et comment j'avais gagné.

 

Très jeunes (2/4 ans), c'était plutôt des jeux de hasard qui donnent une chance à chacun. Puis des jeux de mémoire où je suis très nulle ou d'adresse, de rapidité. Elles gagnaient parce qu'elles avaient été meilleures que moi ! (4/7 ans)

Maintenant, je prends beaucoup de plaisir à les affronter ou à profiter de leurs capacités quand on joue en équipe ou en coopération.

Ma grande est passée par une période de repli, de phobie sociale et scolaire. Le jeu était le seul moment où elle était en communication. Mais ça n'aurait pas pu se faire si le lien autour du jeu n'avait pas été ancré depuis longtemps.

Comme tu dis, Fabien, c'est pour de faux ! Et donc sans risque dans la vraie vie. Mais quand même, elle ne jouait qu'avec moi ou ses sœurs (elle est 5).

Maintenant, elle ne joue qu'à certains jeux, de stratégie, plus ou moins longs. Aucun jeux d'ambiance à part Les Loups-garous de Thiercelieux.
Et surtout des jeux en ligne, dans des univers d'heroic fantaisy où elle est en contact permanent avec des joueurs… À distance !

La petite, 1 mu, mental très fort. Elle aime toutes sortes de jeux, y compris physiques, et est très forte en rapidité, réflexe, mémoire. Mais aussi en stratégie et tactique. Adversaire redoutable et donc quel plaisir de l'affronter ! Et un bonheur de jouer avec elle en coopératif. Mauvaise perdante quand elle était plus jeune, mais c'est beaucoup mieux.
Les règles, c'est sacré ! Mais il lui arrive souvent d'inventer ses propres jeux ou variantes.

Ça lui a beaucoup apporté pour apprendre à gérer sa colère, sa frustration, son impatience… Et on voit bien la communication enseignement-sermon quand elle explique des règles. Surtout, ne l'arrêtez pas, elle rembobine et revient au début ! Auto-reverse (terme que les plus jeunes d'entre-nous ne connaissent pas…) !
Elle aime bien les jeux d'ambiance mais avec des règles structurées.

La deuxième, 2 alpha, déteste les jeux où il faut réfléchir. Mental réprimé…
Aime beaucoup les jeux d'ambiance, les jeux où il faut bluffer, mentir, manipuler. Tiens, tiens… Très mauvaise perdante et tricheuse. Ça c'est un peu amélioré avec l'âge, un peu…

Et sinon, on joue pour jouer, pour prendre un plaisir mental, émotionnel, instinctif. Mais pas dans un but d'apprentissage éducatif. De toute façon, en jouant on apprend plein de choses.

Voilà pour le moment, à bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Rebonjour,

 

Eh bien, je réponds aux questions supplémentaires.

 

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?

Je n'ai pas d'enfant, mais je peux jouer assez facilement avec des enfants pour leur faire plaisir. Contrairement aux jeux avec les amis cités dans mon message précédent, cela n'est alors pas un effort.

 

Laissez-vous gagner les enfants ?

A priori, non. Si on joue, on joue et on en accepte les conséquences. Il peut y avoir des exceptions avec des tout-petits quand mon âge fait que je gagnerais à tous les coups.

 

Du coup, cela me fait penser que je joue très volontiers avec des animaux, chiens, chats ou autres, et qu'il m'arrive de les laisser gagner. Il m'arrive aussi de tricher : le chien qui ne veut pas rendre la balle a droit à une bise sonore sur la truffe, et généralement, ça marche, il la lâche ! Les jeux avec les animaux mettent en œuvre mon centre instinctif, et je sens nettement le bien que cela me fait.

 

Adolescent et toujours méridional, j'aimais bien jouer à la pétanque (meilleur tireur que pointeur). Et puis, on fait de beaux drames avec la pétanque : positionnement du cochonnet, conformité du terrain, contestation de l'attitude des autres joueurs qui — forcément — vous perturbent comme vous vous apprêtez à lancer votre boule, invocation de tous les saints si le lancer ne se passe comme prévu, mesure des distances pour le décompte des points, Fanny, etc. Ce n'est peut-être pas hasard si le pays où il y a le plus de licenciés de pétanque, en dehors de la France, est la Thaïlande !

 

Toujours dans la lignée des jeux activant un peu l'instinctif, adolescent, j'aimais bien jouer au flipper.

 

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?

Comme je ne joue qu'avec les enfant des autres, la question ne se pose pas vraiment. Mais, là ou ailleurs, je rate rarement une occasion d'apprendre quelque chose à quelqu'un, mais je ne provoque pas cette occasion dans ce contexte.

 

De toute façon, je considère qu'un enfant a besoin de jouer et a le droit de jouer. Cependant j'estime aussi qu'apprendre est un jeu et un plaisir. Donc ce qui compte, c'est la manière. Si on apprend quelque chose à un enfant au cours d'un jeu, cela doit rester un jeu festif, sans enjeu autre que celui de la partie. Je considère que quelqu'un qui transforme une partie en leçon est un malotru.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Babou

Bonjour à tous !

Un grand merci Kayla pour ce sujet car… j'adooooorrree jouer !!! :happy::happy: C'est une activité qui fait partie de celles que j'apprécie énormément. Donc merci d'avoir abordé le sujet !! :sorry:

Aimez-vous jouer ?
Oui, oui, ouiiii !! :pt1cable::pt1cable:

Jouez-vous souvent ?
Pas suffisamment à mon goût :cry: car mon entourage n'est pas aussi libre que ma volonté de jouer !! Mais dès que je réunis des amis pour une soirée ou un après-midi autour d'un repas sympa, nous jouons !
Pour moi, un week-end idéal, c'est avec une soirée ou journée bonne bouffe et jeuxxxxxx avec de bons amis. Quand les gens sont pas assez disponibles pour ces temps de jeux (du boulot, des week-ends programmés ailleurs, blablabla), je suis très frustrée, car je sais que je rate de supers moments.

Avec qui ?
Mes amis proches ou bien entre frères et sœurs et conjoints. J'aime jouer en petit groupe de 3 à 6 (mais 4 ou 5, c'est mieux !!) avec des gens que je connais bien, avec qui je me sens à l'aise et qui aime les mêmes genres de jeux.
Également sur des lieux de vacances pour faire connaissance avec les autres, je sors mon stock de jeux.

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
Mes favoris sont les jeux de stratégie. Ceux dans lesquels il faut réfléchir et trouver sa propre idée de stratégie pour gagner. Voilà quelques jeux que j'ai chez moi et qui ne prennent pas la poussière : Bang, Splendor, Quarto, Le saboteur, Citadelles, Les Aventuriers du rail, Mysterium, Dixit, Le Roi des nains, Dog, Set, etc.

Mais j'aime aussi les jeux d'ambiance et créatifs comme "Le Taboo XXL", "Cranium" ,et d'autres petits jeux comme "Le 6 qui prend" ou le "Jungle speed".

Les jeux qui me font partir en courant sont les jeux de culture général, car pour moi il n'y a vraiment rien d'amusant. En plus, je ne connais jamais aucune réponse donc je m'ennuie et j'ai l'impression de perdre mon temps. Je fais un peu la tête si je dois y jouer et je gère ma frustration qui se transforme en colère au fond de moi.

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Compétitif c'est plus marrant et stimulant !! Sinon ça m'ennuie un peu.

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
Déjà, il faut qu'il soit facile à installer au moment de jouer : pas 36 000 pions à distribuer ou un plateau qui prend trop de place sur la table.
J'aime aussi qu'il soit facile à transporter, non encombrant, et rapide à ranger une fois la partie terminée.

 

J'apprécie les jeux faciles à expliquer, ça gagne du temps et c'est plus simple pour tout le monde !! Quand je vais dans ma boutique favorite et que la vendeuse me présente et m'explique les nouveaux jeux de stratégie, si je comprends tout de suite l'intérêt du jeu et qu'il me semble intéressant, je l'achète. Ma difficulté étant de ne pas tout acheter quand j'hésite sur plusieurs jeux !! Et là, je me dis que c'est tout à fait sain de jouer, donc sain d'acheter !!! :proud:

Avez-vous des jeux à la maison ?
Oui, une vingtaine (que j'utilise) et plus (qui ne me servent plus).

Jouez-vous pour gagner ?
Non, ce n'est pas mon principal but, même si j'apprécie gagner de temps en temps !

 

Je joue pour partager un agréable moment avec mes proches, pour rire et réfléchir (oui, oui, ça va ensemble !!), et le jeu permet aussi de mieux connaître les autres, d'apprendre des autres. Si les jeux sont serrés, je suis plus compétitive que si je suis loin derrière ou loin devant.

 

Généralement quand un jeu me plaît, j'y joue beaucoup beaucoup beaucoup, et puis je me lasse et j'en investis un autre.

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Pas du tout ! Si la partie se passe avec une bonne ambiance et de bons échanges, pour moi c'est le principal. Mais si je gagne à un jeu de stratégie qui me tient à cœur et dans lequel je compte sur mon raisonnement, ça me fait vraiment plaisir.

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Déjà, je n'aime pas lire la notice. J'apprécie qu'on m'explique le jeu, et ensuite j'approfondis avec la notice si besoin.
Oui, je respecte les règles et je n'aime pas les tricheurs !!! Je ne triche pas mais ta question me donne envie d'essayer. :proud:

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?
Je n'ai pas d'enfants mais quand je joue avec des amis, il y a un temps de jeux avec leurs enfants.
Je joue aussi parfois avec mes élèves (adolescents) mais c'est vrai que je ne prends pas suffisamment de temps pour cela.

Laissez-vous gagner les enfants ?
Non ! Sinon ils ne découvrent pas le vrai plaisir de jouer si ce n'est que pour gagner. :lame:

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?
Pour le plaisir d'un temps partagé avec eux mais aussi pour les faire réfléchir, raisonner, communiquer, respecter les autres et les règles du jeu.

Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?
Je suis 7 alpha.

 

Le jeu est pour moi un vrai plaisir partagé avec des proches appréciés. Je ne suis jamais rassasiée de jouer, j'en veux toujours plus, je ne vois pas l'heure passer si je suis bien entourée entre les amis, le jeu et les bons petits plats prévus à cet effet. :crazy: J'aimerai pouvoir organiser plus de soirées jeux, parce que ce sont des moments intenses de joie et de partage. J'aime la découverte des nouveaux jeux mais quand un jeu me plait vraiment j'ai besoin de l'approfondir, de tester et de connaître et c'est ainsi une activité stimulante pour mon mental. J'aime réfléchir aux stratégies que les autres utilisent, comprendre leur raisonnement et je m'amuse à penser et anticiper les coups de jeux des autres pour les devancer quand c'est possible.

Rien que de répondre à ces questions, je trouve ça stimulant et ça me réjouis de réfléchir à ce beau sujet ! :happy: Mais du coup, là, j'ai envie de jouer !!! :laugh:
Et quand j'ai envie de jouer et que je n'ai personne avec qui jouer, c'est grosse frustration !!

Voilà voilà ! À bientôt !!
Babou

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Thierry

Bonjour à tous,

Aimez-vous jouer ?
Pas particulièrement.

Jouez-vous souvent ?
Non, même pas régulièrement.

Avec qui ?
Selon les circonstances. J'aime bien varier les partenaires. Si j'avais approfondi ma pratique du bridge, il m'aurait fallu un partenaire habituel de mon (bas) niveau pour progresser ensemble.

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
Tout sauf "ambiance".
 
Plutôt compétitif ou coopératif ?
Plutôt coopératif.

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
Je ne sais pas. Je m'étais mis au bridge car j'avais eu la chance de pouvoir me joindre à un groupe en cours de constitution pour des soirées de formation théoriques et pratiques qu'une joueuse de niveau international, très pédagogue en plus, organisait chez elle. Cette formation a été formidable. J'étais plus intéressé par la compréhension (thème de la soirée et donnes pour illustrer le thème) que par la pratique.

Avez-vous des jeux à la maison ?
Peu.
 
Jouez-vous pour gagner ?
Non.
 
Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Je suis bon perdant et bon gagnant.

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Il m'est arrivé, lors de soirées de jeux de société, que des partenaires veuillent modifier des règles d'un jeu avant la partie. J'accueillais cela avec bienveillance, mais j'ai toujours constaté un manque de consensus qui faisait que la partie démarrait difficilement ou dans une certaine confusion, voire tournait court. Sinon, quand quelqu'un triche, je laisse tomber la partie.
 
Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?
Il faudrait que je pense à adopter.  :happy:
 
Laissez-vous gagner les enfants ?
Je pourrais faire exprès une faute, si possible une faute pédagogique, et donc faire gagner.
 
Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?
Le jeu est l’occasion pour l’adulte d’indiquer à l’enfant ce qu’on peut en apprendre, même si ce n’est pas toujours l’objectif premier de l’enfant.
 
Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?
Les partenaires me dynamisent, et jouer me fait plus utiliser mon centre émotionnel.
 
Amicalement,
Thierry

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Odile2

Bonjour à tous,

 

Connaissant Kayla, il était effectivement surprenant que le sujet n'existe pas avant ! :laugh: J'apporte ma contribution de 2 mu.

 

Aimez-vous jouer ?
Oui, mais pas tous les types de jeux.

 

Jouez-vous souvent ?
Assez régulièrement en solo.

 

Avec qui ?
Seule sur mon iPhone, avec des amis, en famille, avec des enfants…

 

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
En premier, les jeux de lettres et de connaissances : Scrabble, Ruzzle, Zylom, 4 Images 1 mot, mots fléchés, histoire…
mais aussi Cranium ou trampoline avec les enfants ; je m’éclate et quand je vais dans un parc avec eux, j’aime jouer au tape-cul ou descendre du toboggan avec eux ! :happy:

 

Quand j’étais plus jeune, le dimanche après-midi, on jouait beaucoup en famille, notamment à la crapette, Mille Bornes, Yam's et Monopoly, etc., et j’ai passé des nuits à jouer au tarot… maintenant moins. :wink: Jeux de fléchettes aussi avec des copains ou bowling que je pratiquais comme un jeu, mais le flipper ne m’a jamais vraiment séduite…

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Plutôt compétitif mais si je vois un partenaire en difficulté, je suis coopératif.

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
Je ne sais pas vraiment. Si c’est avec des mots, j’essaie de voir si cela me plaît.
Et cela dépend aussi de la personne qui me propose de jouer même si je ne connais pas le jeu.

 

Avez-vous des jeux à la maison ?
Peu.
 
Jouez-vous pour gagner ?
Oui et non. Quand je joue seule, j’aime bien gagner. Et quand je joue avec quelqu’un ou plus, j’aime gagner mais je crois que le temps partagé est plus important, donc si je perds cela n’a pas d’importance.
 
Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Mauvais gagnant ? Non. Et plutôt bon perdant.

 

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?

Je respecte les règles, cela donne le cadre. Je n’aime pas les tricheurs et si je m’en rends compte, je lui dis tout de suite pour que cela rentre dans l’ordre.

 

Je ne triche pas… en général mais… en réfléchissant vraiment à la question… il m’arrive de regarder parfois les réponses aux mots fléchés pour avancer, donc je triche ! Mais quand je joue avec d'autres, non, je ne triche pas.

 

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?

J’aime jouer avec mes neveux, des enfants d’amis et mes petits-enfants par adoption.

 

Laissez-vous gagner les enfants ?
De prime abord non, je leur explique la règle du jeu et les conséquences. Avec les tout petits, cela m’arrive pour qu’ils aient la joie de gagner !

 

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?
Les deux, mon capitaine ! Car quand on joue, on apprend plein de choses tant mentales que sur les comportements des uns et des autres, et on prend beaucoup de plaisir.

 

Avec les petits, les jeux avec de la musique ou des formes font partie de leur apprentissage, je peux y passer pas mal de temps avec eux,  Avec les plus grands, une vraie tranche de bonne humeur au trampoline par exemple mais aussi j’aime bien leur apprendre des choses quand ils posent des questions sur des jeux type Cranium.

 
Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?
Le contact avec les autres me semble la première motivation de mes goûts de jeu quand j’étais jeune. Si on joue avec moi, c’est que je suis « aimable » et bonne joueuse. Et c’est avant tout pour partager du plaisir.

 

Aujourd’hui, quand je joue au Scrabble avec maman (95 ans), si elle est dans un jour un peu en difficulté pour trouver les mots (pas toujours, elle est encore très vivace d’esprit), je peux l’aider (fierté) à trouver un mot quitte à occuper une place qui m’aurait convenu pour le tour d’après (ne pas reconnaître mes besoins) ! Et parfois, quand elle fait un bon coup, le "c’est super bien" n’est pas loin de la flatterie, je pense.

 

Je joue en ligne au Ruzzle avec ma meilleure amie d’enfance. Comme elle vit en province, on ne se voit pas souvent, et cela nous permet de garder le contact avec les mots ! :laugh: Et c’est un jeu très rapide qui ne nous prend pas trop de temps. Elle gagne plus souvent que moi, je ne suis pas mauvaise perdante, je souris et on poursuit. Cela ne m’intéresse pas du tout de jouer en ligne avec des gens que je ne connais pas.

 

Quand je joue seule contre l’ordinateur, et que je gagne, un peu d’orgueil n’est pas loin : ouais, je l’ai eu !

 

Amicalement,

Odile

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Solène

Bonjour Kayla, bonjour à tous,

Aimez-vous jouer ?
Oui, j'aime beaucoup ! (Enfin, avant de lire les réponses de Kayla, je le croyais mais là je me sens « petite joueuse » d'un coup ! :happy:)

Jouez-vous souvent ?
Aux jeux de société, je joue peu actuellement (2 fois par mois environ) parce que j'ai quelques difficultés à convaincre mes amis. Ça branche très rarement mes copines proches par exemple.

Avec qui ?

  • Trop rarement avec des amis (voir question ci-dessus).
  • Avec ma famille élargie (lors des grandes réunions de famille) car mon mari qui est 3 les convainc très efficacement.
  • Avec ma fille et ses copines (mais elles vont bientôt avoir 13 ans, alors elles sont momentanément plus mobilisées par les youtubeurs).
  • Je me joins parfois à des groupes de joueurs inconnus que je trouve sur le site Ovs-Paris (un site de rencontres amicales par centres d'intérêts). Il y a un rendez-vous, on amène tous des jeux (ce qui permet d'en découvrir des nouveaux), c'est très sympa. (je suis moins disponible actuellement, mais je sais que j'ai toujours cette option sous la main…).
  • Je joue aussi avec des inconnus via mon iPhone sur de petites applications de jeu (Quiz, Scrabble, Ruzzle).
  • Même si ça sort du cadre des jeux de société, je joue beaucoup avec un groupe de collègues de boulot via l'application WhatsApp sur des jeux d'énigme et des devinettes qu'on invente. J'y participe beaucoup, tous les jours.
  • Enfin, toute seule, je fais pas mal d'énigmes et je collectionne les casse-têtes Hanayama.

PS : Je pourrais jouer avec mon mari qui est assez joueur aussi, mais il n'y a pas beaucoup de jeux de société "pour deux" qui nous intéressent en commun.

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
J'adore les jeux d'ambiance et de connaissances ! Les jeux de lettres aussi.

En ce qui concerne la stratégie et la tactique, je suis moins à l'aise car j'ai plus de mal à gérer plusieurs objectifs en même temps, à prévoir des coups longtemps à l'avance, etc. Je me sens un peu limitée sur le plan mental (mon centre réprimé), et c'est donc un peu trop frustrant. Je pense qu'avec un entraînement intensif, je pourrais m'améliorer, je pense m'y mettre un jour. :happy:

Par ailleurs, les jeux stratégiques sont souvent assez longs (l'après-midi entière), et je préfère qu'une partie ne dure pas plus de 2h. Donc je reste dans des jeux de tactique pas trop compliqués : je joue au backgammon et au Master Mind plutôt qu'aux échecs, et je suis plus à l'aise à Citadelle qu'à Risk.

J'aime bien aussi les jeux de réflexes et de rapidité mais je suis archi-nulle ! J'ai l'impression d'être sous Lexomil tandis que tous les autres auraient tous pris des amphéts.

Il y a des jeux que je ne sais pas trop dans quelle rubrique classer… Dans quoi mettrais-tu Dixit par exemple ? Un jeu d'ambiance ?

Plutôt compétitif ou coopératif ?
En jeux de société, je n'en connais pas trop de coopératifs. Pour une raison obscure, je ne me suis pas trop penchée sur cette question. Je n'en possède qu'un : L’Île interdite. Si tu en as à me conseiller, ça m'intéresse ! (Je retiens Pandémie).

Sinon, ce que j'ai beaucoup plus pratiqué en coopératif, ce sont des jeux de piste, des chasses au trésor. Alors là, j'adore, ça me fait vibrer. Et quand j'étais "djeunz", je faisais des jeux de rôle.

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
Alors en premier lieu, le bouche-à-oreille et les avis sur Internet (donc ce qu'on m'en dit). Je peux être sensible aussi au fait que le jeu ait reçu un prix.

J'ai envie qu'un jeu soit divertissant, captivant, pas épuisable en 20 parties, un minimum accessible pour mon cerveau (pas de pure stratégie, donc). L'originalité du concept m'attire également. Par exemple, La Nuit des magiciens m’a plu parce que l'idée de jouer intégralement dans le noir m'a fascinée. Dans le Labyrinthe magique le mécanisme du labyrinthe aimanté et invisible m'a séduite. Dans Mito, j'ai bien aimé l'idée que pour gagner, il faille tricher.

Sinon, si je suis face à la boite :

  • Le coté excitant, ludique (j'aime bien que soit mis en avant le point fort du jeu immédiatement perceptible : mystère ? Aventure ? Rires ?) ;
  • La beauté de la boite ;
  • La qualité de la boite ( j'aime pas les boites en carton fin, j'aime que ça ait l'air pérenne).

Avez-vous des jeux à la maison ?
J'en ai environ soixante-dix.

Jouez-vous pour gagner ?
Alors non, pas vraiment. Je peux même me sentir un peu mal à l'aise de gagner contre une personne si ça se répète sur plusieurs parties par exemple. En groupe, ça me fait un peu plus plaisir car je n'écrase pas quelqu'un en particulier et que ça me met un peu à l'honneur. Mais j'ai vraiment pas la rage de vaincre.

Pour compléter ma réponse je dirais aussi que :

  • Face à quelqu'un de très fanfaron, qui se gargarise de gagner, etc., je vais "pousser" un peu plus mes capacités et ma motivation. :wink:
  • Si je suis chevillée à un partenaire, là, j'essaye vraiment de gagner.
  • Par contre, si je joue avec des gens qui me ressemblent trop, qui "manquent" d'agressivité de jeu, je dois avouer qu'au final, on s'ennuie lamentablement… (Donc je me rends bien compte qu'on a quand même besoin que quelqu'un ait envie de gagner.)

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Je ne suis pas mauvaise perdante, non.

Je ne sais pas trop ce que tu appelles un mauvais gagnant. Celui qui se gargarise ? Je ne chante ouvertement mon "écrasante supériorité" que face à quelqu'un qui fanfaronne habituellement pendant 3 heures après chaque victoire.

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Je peux changer les règles originales pour rendre le jeu plus rapide ou plus excitant. Par exemple, je change systématiquement les règles du Trivial Pursuit que je trouve trop "mou".

Je ne sais pas trop comment je réagirais face à quelqu'un qui triche… Je crois que ça n'est jamais arrivé… Ça me surprendrait énormément en tout cas. Je comprendrais qu'un enfant le fasse, mais de la part d'un adulte, ça me paraîtrait dingue (sauf si il y a un enjeu d'argent par exemple). Je me demanderais pourquoi le besoin de gagner, de réussir l'emporte sur la dimension ludique. Ça me plongerait dans de profondes réflexions.

Au cours du jeu :

  • Si c'est quelqu'un de proche, je vais pouvoir le lui dire et gérer le problème à la rigolade ;
  • Si c'est quelqu'un de pas proche, je ne sais pas si j'aurais le cran de le lui dire… Mais ça me passerait l'envie de jouer avec lui.

Perso, je ne triche pas.

Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?
Il y a une recherche évidente de divertissement. Je dois reconnaître qu'à force d'être dans l'oubli de soi, de ne pas s'imposer, de ne pas savoir amener les sujets qui m'intéressent vraiment, d'écouter plus que je ne parle, de ne pas dire ce que je pense par flemme de m'opposer et peur de créer du conflit (et aussi parce que des fois, je ne sais pas trop ce que je pense), je finis, en société, par m'ennuyer profondément. Je fais aussi pas mal d'aquabonisme… Donc quand on joue, au moins, je ne m'ennuie pas.

  • Au sein d'un groupe, ça me permet d'avoir "une place" sans me fatiguer. Quand on joue, arrive forcément mon tour, et il arrive tout naturellement, sans que j'ai besoin de prouver mon existence. D'autre part, les différentes alliances créent des situations variées avec les gens (alliés, ennemis, complices, concurrents, etc.). Donc j'expérimente tout un tas de trucs que j'explore rarement dans ma vie puisque mes relations sont toujours très pacifiés, assez lisses, mon humeur extérieurement toujours égale.
  • Ça me permet aussi d'utiliser mon centre instinctif. Je n'aime pas trop être assise à une table à parler pendant des heures. J'aime bien parler en marchant par exemple. Donc quand on joue, même si on est autour d'une table, on bouge.
  • Pour tout ce qui concerne les quiz, les jeux de connaissance dont je suis super friande, je pense que ça me permet d'injecter de l'émotionnel (c'est mon centre support) et du lien, voire de la fusion au cœur d'une activité plus personnelle (lire, se documenter). J'adore chercher les réponses, apprendre de nouveaux trucs, m'informer, et c'est vachement chouette de le faire avec des gens.
  • Enfin, en ce qui concerne mon attrait pour les énigmes, les devinettes, etc., je ne sais pas trop comment le relier à mon type. Tentative de muscler le mental pour améliorer mes chances de survie ? Narcotisation ? Ou alors tout simplement parce que mon mental se trouve finalement quasi en permanence en support et qu'il a donc besoin de compenser la bascule de l'instinctif ? Je ne sais pas trop.

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?
Oui bien sûr ! J'adore jouer avec les enfants.

Laissez-vous gagner les enfants ?
Oui, oui, j'avoue ! J'équilibre un peu. J'ai lu qu'il ne fallait pas le faire… Mais je ne peux pas m'empêcher. Je pense que ça doit être totalement décourageant de se faire battre systématiquement. Je pense que laisser l'enfant gagner de temps en temps est encourageant et motivant pour lui.

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?
Les deux ! En premier lieu pour prendre du plaisir et créer de la connivence, mais jouer est l'occasion d'apprendre tellement de choses qu'on ne va pas s'en priver.

Voilà !

Kayla, si les jeux que tu as conçus sortent, préviens-moi, je serais ravie de tes tester !

Amicalement,
Solène

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

Une petite parenthèse technique et un peu d'hypermnésie !
 
"Je me sens un peu limitée sur le plan mental (mon centre réprimé)."
"Ou alors tout simplement parce que mon mental se trouve finalement quasi en permanence en support et qu'il a donc besoin de compenser la bascule de l'instinctif ? Je ne sais pas trop."
Solène, le centre mental ne peut pas être réprimé et en support ! Quand tu es en fonctionnement normal (instinctif actif), le centre mental est réprimé ; quand le centre préféré bascule, le mental ne devient pas miraculeusement le centre de support du centre de support, il est juste coréprimé (il me semble que voilà une belle phrase en jargon susceptible de créer une tout aussi belle transe de confusion !).
 
"En jeux de société, je n'en connais pas trop de coopératifs. Pour une raison obscure, je ne me suis pas trop penchée sur cette question. Je n'en possède qu'un : L’Île interdite. Si tu en as à me conseiller, ça m'intéresse ! (Je retiens Pandémie)."

Kayla a déjà donné des listes de jeux collaboratifs dans ce message de la discussion “Exemple d'un petit 7 de 18 mois” et dans cet autre message de la discussion “Enfants : ego de 3 vs ego de 4.
 
Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Coucou tout le monde,

Déjà un de grand merci pour vos réponses ! Un merci supplémentaire pour toi, Fabien, pour avoir retrouvé les conversations vers les noms de jeux déjà donnés.

Il existe des jeux sur smartphone très très bien (adaptation des jeux de plateaux) avec lesquels, par exemple, on pourrait jouer en ligne ensemble ou pour découvrir le jeu avant d'acheter la boîte :

  • Les Aventuriers du rail
  • Patchwork
  • Mr Jack pocket
  • Splendor
  • Pandémie
  • Tong (gratuit)
  • Kingdom builder
  • Carcassonne
  • Catane
  • San Juan
  • Hive
  • Bazar bizarre
  • ...

Encore merci pour vos partages !

Ludiquement,
Kayla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On dirait le sud

Bonjour Kayla, Fabien et tous les autres,

Voilà plus d'une semaine que je souhaite répondre à ce sujet. Merci Kayla de l'avoir proposé (et rien d'étonnant en soi depuis que je te connais). :happy:
 
Aimez-vous jouer ?
Oui, beaucoup.

 

Jouez-vous souvent ?
Seul, sur ordinateur, oui, principalement par narcotisation.
Avec d'autres personnes, rarement depuis quelques années. Mais je jouais régulièrement aux cartes (ou à des jeux de plateau) auparavant, principalement en famille.

 

Avec qui ?
Voir ci-dessus
 
Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
Sur PC, je préfère les jeux de stratégie et les jeux de rôle (et ceux de réflexion quand je souhaite un jeu plus court).
Pour les jeux de plateau, stratégie et tactique de préférence, ambiance et connaissances selon les personnes (et mon humeur du moment).

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?
J'ai connu tardivement les jeux coopératifs. (Je m'y exerce avec mon filleul, qui a 3 ans, et certaines de mes nièces un peu plus âgées.)
C'est un des rares domaines où j'aime la compétition, du moins tant qu'il règne une bonne ambiance entre joueurs.

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
La qualité des éléments du jeu (pièces en bois plutôt qu'en plastique par exemple), la personne qui va m'en parler (surtout si je suis en mode fusion), le fait que le jeu mobilise mon centre mental.
 
Avez-vous des jeux à la maison ?
Oui, quelques-uns (et si ordinateur, les limites pouvent être affranchies, je dois donc me raisonner, ce qui est plus facile aujourd'hui qu'il il y a quelques années).

 

Jouez-vous pour gagner ?
La plupart du temps, oui. Je pourrais perdre pour séduire ou pour faire plaisir à un jeune enfant.

 

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Ni l'un ni l'autre dans 99 % des cas. (Il m'est arrivé de piquer une grosse colère en jouant aux cartes avec mon plus jeune frère, il y a 2 ans environ je crois. Il se foutait de moi — car il enchainait les victoires —, et je n'ai pas aimé son arrogance. J'ai été mauvais perdant sur le coup.)
 
Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Oui, je les respecte. Je déteste les tricheurs (ils me connectent assez facilement à ma colère, tiens).

 

Je ne "triche" que quand je joue seul sur PC (pas de risque de conflit contre l'ordinateur). Et encore ! C'est plus annuler une partie et recommencer à zéro par souci de perfectionnisme que de la triche au sens stricte.
 
Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?
Le jeu est une source de narcotisation importante, surtout sur ordinateur. Quand je joue en groupe, cela m'aide à me connecter à mon centre émotionnel (et à celui des autres joueurs). Il me semble que c'est mon centre mental qui est le plus sollicité, du moins depuis que j'ai quitté le scoutisme (où le centre instinctif était davantage mobilisé : jeux de piste en ville, jeux d'approche ou de "combat" — style Stratégo géant — dans les bois).
 
Bien amicalement,
Benoît

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Patrick

Bonjour à tous,

Bon sujet, merci Kayla. :bravo: Mon ego de type 5 alpha s'y retrouve très bien !

Aimez-vous jouer ?
Oui, depuis tout petit.

Jouez-vous souvent ?
Cela oscille selon les périodes, disons entre 1h et 10h par semaine. Quand il y a une après-midi de jeux de société le week-end ou s’il y a une journée+nuit de jeux vidéos en réseau (où on déplace les ordis), forcément le chiffre monte et dépasse les 10 heures.

Avec qui ?
Plus jeune avec la famille en jeux de sociétés ou jeux vidéos. Aujourd’hui, plutôt avec des amis.

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
Jeux de société :

  • Stratégie :
    • Médiéval fantastique. Ex. /: Donjons et Dragons.
    • SF. Ex. : Firefly.
    • Zombicide, Pandémie : Kayla, j’ai pu jouer à Pandémie (coopératif), et c’est vrai qu’il est excellent ! :thumb_up:
    • Magic The Gathering, à une époque.
    • Tarot, Contrée.
      Je mets aussi volontairement dans stratégie les jeux où on peut positionner des personnages avec précision sur un plateau pour optimiser la progression dans la partie. C’est mon orientation de précision qui est mise en avant ici. Ce n’est pas forcément une interprétation de stratégie pour tout le monde, mais il y a pour moi une stratégie de la position la plus précise pour chaque pièce.
  • Action (action dans le scénario, pas en vrai :surprised:, mon instinctif réprimé y résiste un peu quand même) : divers jeux de société où le but est de tuer les autres. Ex. : King of Tokyo, sorte de Godzilla très sympa où on joue le rôle du monstre et on doit dévaster tout le reste. :glouton:

Jeux de rôles : Donjons et Dragons, Pathfinder, Vampire la Mascarade. S'il y a un équilibre entre combats et ambiance de scénario, c'est parfait.

Jeux vidéos :

  • En solo : jeux de rôles (la plupart des Donjons et Dragons, Might & Magic, Dragon Age, et bien d’autres…), stratégies (Civilization, The Settlers, Transport Tycoon), un peu de FPS (Doom, Quake, Unreal, Counter-Strike), dungeon crawlers (Legend of Grimrock, Eye of the Beholder), jeux de plateformes aussi (Super Mario…).
  • En multijoueurs : stratégies, FPS, pas de jeu de rôle, Hearthstone.

Smartphone/Tablette : pas vraiment. Trop casual. Venant du monde du jeu PC, le jeu sur les stores de téléphones est généralement trop simpliste. Côté ego, il manque une sorte d’élitisme (tout le monde fait ça). Côté moins ego, je préfère passer le quart d’heure à tuer à lire un article ou une BD numérique (bon, en fait si, c’est quand même une autre forme de manifestation de l’ego :confused:).

Rétrogaming : oui, ça existe. :laugh: Anciennes consoles (Sega Master System, Nintendo NES), Amiga : des ressources inépuisables de jeux qui n’ont pas été simplifiés pour le grand public, et pouvant relever bien des défis. Là aussi, l’ego entre en jeu : peu de gens jouent à ça, donc c’est facile de s’isoler et de mettre en évidence l’avarice. Au cas où on me demande, je suis presque sûr que l’interlocuteur ne connait pas :happy: (qui connait Golvellius ? Trouvé aux États-Unis uniquement, en 1987). Malgré tout, il y a des communautés de joueurs qui discutent du rétrogaming, et on peut découvrir des perles vraiment inconnues !

Dernière chose : lorsqu’on me propose un jeu, j’accepte généralement, même si je ne l’aurais pas personnellement choisi. J’évite généralement de dire “non”, sauf s’il y a un choix entre plusieurs, alors là j’en fais un. Il y a un peu de répression de l’instinctif là, à éviter les conflits, et aussi une façon un peu 5-BLEU de sociabiliser : si les autres proposent ça, alors accepter doit être la bonne façon de répondre.

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Plutôt seul ! :heart: C’est là que mon ego de 5 s’éclate à jouer. Je me souviens avoir joué à un MMORPG (pour ceux qui ne connaissent pas : jeu vidéo en ligne massivement multijoueurs), mais au final, je ne jouais qu’avec des équipes d’intelligence artificielle pour ne pas avoir affaire à l’imprédictibilité et la sociabilité des “vrais gens”, et j'ai arrêté d'y jouer quand j'en ai pris conscience.

Globalement, j’aime plutôt les jeux de rôles sur PC avec scénario, règles complexes, mais qui se joue en campagne, seul, où je peux m’isoler.

Sinon, régulièrement, je joue tout de même avec des amis (jeux de société et JV en réseau), c’est plutôt compétitif, mais pour les jeux vidéos en réseau, le compétitif par équipe est le plus fréquent. Et puis de toute façon, ce n’est pas évident de jouer seul à des jeux de société, et je dois reconnaître que pour ceux avec lesquels c’est possible, ce n’est pas très amusant. Et pour l’ego, cela a été difficile d’accepter d’écrire cette phrase. :cry:

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?

  • Déjà, la thématique médiévale-fantastique plutôt façon jeu de rôle, c’est ce qui m’attire depuis toujours. Donc ce thème sera plus “vendeur" pour moi que le genre. L’approche intellectuelle du jeu n’est pas très importante pour moi.
  • Ensuite, il faut que les règles soient mentalement complexes. Ce qui m’attire dans un jeu, c’est de voir qu’il y a plein de concepts différents dedans (ex. : Firefly = une quinzaine de paquets de cartes différents, des vaisseaux, un plateau, une dizaine de tokens différents, des billets de banque : voir ça, ça m’attire !). Oui, là, l’orientation de précision de l’ego se nourrit fortement dans le jeu.
  • C’est pour cela que j’apprécie, entre autres, Donjons et Dragons qui a une montagne de règles détaillées et complexes. Pour comprendre comment résoudre un coup d’épée, c’est tout un ensemble de bonus/malus, plus des dés de 4 à 20 faces à lancer, à combiner en fonction de beaucoup de paramètres, le pied ! :heart: Il y a bien de l’ego là, je ne ressens pas l’émotion de porter un coup à un ennemi ou d’aider un ami, mais j’ai une sorte d’équation à résoudre. Je ne les retiens pas forcément par cœur, mais il y a le livre de règles de 500 pages à côté pour aider. :rofl: Et quand il faut 2 minutes pour résoudre un coup parce qu’on cherche si on n’a pas oublié un paramètre, c’est quand même bien sympa !
  • Si le jeu est long à mettre en place, avec de nombreuses cartes, figurines, tokens, etc., ce n’est pas un problème, au contraire, c’est plutôt bon signe.
  • Ensuite, même si ce n’est pas un critère vital, si le jeu est inconnu, difficile à trouver, voire non traduit en français, ça lui rajoute automatiquement de l’intérêt. Le mot automatiquement est à prendre au sens égotique, je dois faire un (petit) effort pour “revenir sur terre” et éviter d’en faire un vrai critère.

Au passage, je me souviens avoir joué à un jeu de rôle/action (Actraiser) sur console Nintendo étant au collège, alors que le jeu n’existait qu’en japonais. C’est en observant les conséquences des choix des menus en japonais et en rechargeant régulièrement la sauvegarde que je pouvais comprendre comment avancer et comment jouer au jeu. Et on n’était que deux à l’école à savoir y jouer comme ça. :rofl: Là aussi, l'ego de type 5 s'exprime au travers de ça (à la relecture, ça peut faire penser aussi à du 4) : cela permet une isolation avec les autres, sauf avec les quelques rares privilégiés qui méritent de partager ce savoir, cela permet aussi l'avarice à deux niveaux :

  • Difficile d'expliquer aux autres ce que je fais, si tant est que cela les intéresse ;
  • Et si quelqu'un regardait au-dessus de mon épaule, je lui souhaitais bien du courage pour me prendre cette information de comment progresser dans le jeu. :rofl:

Autre anecdote, étant un fan de la (trop) courte série Firefly de Joss Whedon (SF ambiance western), j’avais entendu parler d’un jeu de société sur cette série. Introuvable ou à des prix exorbitants (même si maintenant on arrive à le trouver plus facilement ici). En vacances aux États-Unis, j’entre dans une boutique de jeux de société qui venait d’ouvrir, et je vois le jeu et son extension sur une étagère. Il ne restait plus que l’exemplaire de présentation, en bon état, et j’ai insisté pour leur acheter, avec l’extension. Et le top, c’était à Roswell, Nouveau-Mexique. :heart: Le jeu de SF rare, non traduit, et trouvé à Roswell, voilà qui était bon pour l’ego !

Qu’est-ce qui fait qu’un jeu va me repousser ?
En général, lorsqu’une suite est produite mais simplifiée pour le plus grand nombre (la pire expression que j’ai pu connaître et vivre pour un jeu, bonjour la prétention intellectuelle de l’ego !), ça finit mal.

Mais sinon, il y a aussi les jeux intellos : échecs, scrabble, go, etc. Je ne me suis jamais lancé là-dedans, et jouer dans des compétitions mentales et intellectuelles en sachant que je n’ai pas le niveau, c’est difficilement acceptable pour l’ego. :cry:

Concernant les jeux de société, ceux qui ont une notion de temps réel (ex. : Uno), où il faut être rapide, bouger, etc. Le temps réel ne me dérange guère en jeu vidéo, même si je préfère tout de même le tour par tour. Répression de l'instinctif.

Avez-vous des jeux à la maison ?
Oui, une bonne dizaine de jeux de sociétés (j'évite d'acheter en double ceux qui sont aussi chez les amis avec qui je joue), des tonnes de jeux vidéos avec le temps : PC, Amiga, vieilles consoles.

Jouez-vous pour gagner ?
J'oscille entre deux pôles, même si ce n’est pas ma dichotomie de type 5 (c’est juste une analogie) : vouloir gagner ou, à l’autre opposé, ne pas se préoccuper de gagner pour que les autres profitent du jeu. Difficile comme ça de le rattacher aux mécanismes égotiques du 5.

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Pas spécialement.

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ?
Depuis quelques temps, je propose au consensus en début de partie si on utilise toutes les règles ou si on en modifie quelques unes (probablement à rapprocher d'un début de FS-VERT). Je n'ai pas de problème à modifier souvent une ou deux règles pour donner des orientations différentes à la partie, la simplifier, la rendre plus difficile. Ensuite, je m’y tiens pour la partie.

Je n'ai pas de problème à expliquer les règles d'un jeu de société. Il y a un peu d'inconfort parce que cela me met en avant et au centre de l'attention, mais je ne sens pas une rétraction à vouloir conserver l'information des règles du jeu. Par contre, je ne propose un jeu que si j'y ai joué au moins deux fois, et je relis les règles avant la séance. J'aimerais pas être pris en flagrant délit de ne pas savoir les expliquer ! :surprised:

Trichez-vous vous-même ?
Non, et je ne pense pas avoir joué avec des tricheurs, ou alors ils sont très bons. :happy:

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?
Non, je n’ai pas d’enfants. Neveux : encore trop jeunes.

Laissez-vous gagner les enfants ?
Je sais pas, on verra !

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?
Hypothèse pas encore testable. :wink:

En somme, je constate que l’orientation de précision est peut-être ce qui est ma plus grosse motivation pour choisir un jeu. Le jeu doit être mental, pas forcément intellectuel, mais complexe et dans lequel je peux m’éclater à faire des choses précises dedans, je le résumerais ainsi.

J’ai déjà occasionnellement joué par compétition, par narcotisation, mais quand c’est pour de la complexité mentale et de la précision, c’est attirant à un tout autre niveau.

Bien amicalement,
Patrick

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Coucou tout le monde,

Vu comme c'est parti, nous allons pouvoir organiser un week-end ennéa-jeux. :happy:

Ah oui, l'élitisme du jeu auquel personne ne joue ! Je l'ai vécu aussi mais alors… Ben alors trop peu de joueurs pour y jouer avec moi !

Un p'tit ajout pour une madeleine de Proust : j'ai longtemps cherché sans jamais trouvé des boîtes jouables Les Chevaliers de Baphomet, que j'avais commencé chez des amis sans avoir pu le finir et il restait dans un coin de ma tête. Je viens de le trouver en adaptation smartphone et j'ai ENFIN pu finir cette première aventure !! Toujours autant de plaisir qu'à l'époque et même décuplé parce que je l'ai attendue vraiment longtemps (15 ans !) Autant vous dire que mon envie n'y a pas résisté et je me suis offert les aventures complètes aussitôt retrouvées ! Je suis actuellement en train de faire la seconde.

Merci à tous pour vos témoignages,
Kayla

 

P.S. : ce matin, j'ai eu l'occasion de co-créer un autre jeu avec ma seconde qui devait le faire en projet d'école annuel pour… la semaine passée ! Grrr. Heureusement que j'aime travailler dans l'urgence ! (Fabien, je crois qu'il y avait une conversation qui parlait de ça ?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Administrateur

Bonjour à tous,
 
"Fabien, je crois qu'il y avait une conversation qui parlait de ça ?"
Rappel de la règle 27b, alinéa 11 du jeu Enné-agora :

La fonction "Joker hypermnésique" ne peut être activée qu'une fois par partie. Toute tentative de s'en servir plus souvent oblige à l'exécution d'un gage décidé par l'administrateur du forum.

 
Puisque cette fonction a déjà été utilisée, le gage est de pratiquer, toutes affaires cessantes, la technique sur la transe d'amnésie. Je suis d'une indulgence qui me sidère. L'âge sans doute…
 
Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Philippe P

Bonjour,

Un peu tardivement, sans doute, je réponds aux questions.

Aimez-vous jouer ?
Oui, j'aime bien jouer même si je joue de moins en moins et y prends de moins en moins de plaisir. En fait, plus que jouer, c'est le fait de partager une activité avec des gens que j'aime bien, qui me plaît.

Jouez-vous souvent ?
Deux sortes de jeux : les jeux où je joue seul, types Sudoku, voire Solitaire (qui ne mobilise vraiment pas beaucoup l'intellect), et des jeux qui génèrent de la sociabilisation (dits "jeux de société", non ?). Pour les premiers, c'est (malheureusement) fréquent, même si je ne joue pas longtemps. Pour les seconds, c'est essentiellement pendant des vacances ou quelques week-ends.
La pratique sportive ou la pratique d'un instrument de musique peuvent avoir un caractère ludique, mais je ne les prends pas en compte ici car je ne les considère pas comme des "jeux".
Adolescent, j'adorais jouer aux cartes (tarot, whist, bridge un peu plus tard) et pouvais passer beaucoup de temps libre à cela. Je ne joue plus aux cartes ou vraiment très exceptionnellement.
J'adorais jouer avec mes enfants quand ils étaient petits.

Avec qui ?
Mon épouse, mes enfants, des frères ou sœurs, éventuellement des amis. Mais je dirais que le jeu, pour moi, c'est une activité de famille. Si non, tout seul, comme indiqué ci-dessus.

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
Je ne sais pas si j'ai des préférences… Cela dépend avec qui… J'ai peut-être une préférence pour les jeux de stratégie et les jeux de logique. Mais j'aime aussi les jeux associant grandement le hasard à la stratégie (certains jeux de dés).

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Coopératif ou compétitif sans enjeu ! (Je veux dire qu'on se moque de gagner ou perdre.)

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
Quand je connais le jeu, mon état d'âme et les joueurs présents. Quand je ne connais pas le jeu, la personnalité de celui qui présente et explique le jeu. Son charisme, peut-être, mais à la réflexion la confiance que je fais à ses goûts et à sa capacité d'expliquer simplement et rapidement (Qu'on commence à jouer rapidement, on découvrira le jeu en le pratiquant voire en se trompant ; plutôt instinctif, ça. Non ?) L'esthétique du jeu peut entrer en ligne de compte ainsi que l'univers qu'il véhicule (là, ce serait plutôt une dimension émotionnelle).

Avez-vous des jeux à la maison ?
Oui. D'abord, j'ai des dés et des cartes mais aussi de jeux de tels que Scrabble, Triomino, Trivial Pursuit… mais mes enfants sont plutôt fans de jeux et en apportent quand ils viennent.

Jouez-vous pour gagner ?
Je joue avec l'objectif de gagner pour donner du sens et de l'intérêt à la partie mais je ne considère pas que je joue pour gagner dans la mesure où ce résultat m'indiffère un peu. Je joue pour être en lien avec d'autres ou, et c'est le cas quand je joue tout seul, pour ne penser à rien.

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Je ne pense pas être mauvais perdant (je l'ai dit, je me fiche un peu du résultat) mais je reconnais que je n'aime pas perdre contre des personnes qui ne pensent qu'à gagner et qui "humilient" un peu les autres en vantant leur supériorité ou en suggérant l'infériorité de leurs adversaires.

 

Mauvais gagnant ? Non (je ne sais pas trop ce que cela veut dire…), j'accepte de gagner car accepter de jouer c'est accepter de gagner ou de perdre. Je ne "chambre" pas les perdants parce que :

  1. Gagner à un jeu ne prouve pas grand chose ;
  2. Je sais que je peux être le prochain perdant et je n'aimerais pas trop que ce soit une opportunité pour mes adversaires de me blesser, a fortiori si ce sont des gens que j'aime bien.

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Je respecte les règles et n'aime pas qu'on les transgresse. Après, il y a des jeux où la triche est permise (comme dans Diplomacy). Globalement, en cas de triche, j'arrête de jouer. Étonnamment, j'aime bien les films qui mettent en scène des tricheurs sympathiques qui arnaquent les casinos, vous voyez ce que je veux dire. Mais là, c'est autre chose : un sentiment de justice, peut-être même de vengeance du petit sur le grand, du faible sur le fort. Mon instinctif qui parle ?

Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?
Je suis 9 alpha et je constate que :

  • Dans certains cas, le jeu est assurément une des formes de narcotisation à laquelle je m'adonne ;
  • Je ne veux pas que le jeu puisse générer des situations de conflit ;
  • Le jeu est une bonne façon d'activer mon émotionnel en faisant du lien avec les autres.

Dans l'immédiat, c'est tout ce que je dirais.

On aura une sorte de synthèse ? C'est vrai qu'il faudrait pas mal de réponses pour tirer de réelles conclusions…

Bonsoir à tous et au plaisir de vous lire,
Philippe

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,
 
Bienvenue Philippe pour ton premier message sur ce forum. Je suis content de t'y lire.
 
"Un peu tardivement, sans doute, je réponds aux questions. […] On aura une sorte de synthèse ? C'est vrai qu'il faudrait pas mal de réponses pour tirer de réelles conclusions…"
Il n'est jamais trop tard pour participer à une discussion du secteur “Exploration comparée d'un thème chez tous les ennéatypes”. En effet le but est d'accumuler des témoignages sur des sujets divers et il n'y a pas de raison de fixer une limite de temps.

 

Réaliser une synthèse est un peu l'utopie de cette partie du forum. En effet, comme tu le soulignes, il faudrait de nombreuses participations pour avoir un échantillon suffisant, d'autant que certains sujets impliquent de prendre en compte, en plus du type, la variante ou le sous-type. De surcroît, de nombreux thèmes abordés sont, comme ici, comportementaux, et il n'est pas exclu qu'une synthèse soit impossible.

 

Participer à ces discussions est pourtant utile :

  • Pour les contributeurs, c'est opportunité de s'introspecter en utilisant l'ennéagramme ;
  • Pour les lecteurs, c'est une occasion de percevoir des ressemblances entre personnes d'un même ennéatype, et aussi des discordances entre elles (comme ici entre Babou et moi). Cela permet de mieux intégrer la différence entre comportements et motivations, et ainsi de mieux percevoir la richesse de l'ennéagramme et sa capacité à s'appliquer à l'ensemble des êtes humains.

Il y a actuellement 82 autres discussions de ce type, largement de quoi approfondir son introspection et de quoi satisfaire une partie des critères de certification.

 
"Étonnamment, j'aime bien les films qui mettent en scène des tricheurs sympathiques qui arnaquent les casinos, vous voyez ce que je veux dire. Mais là, c'est autre chose : un sentiment de justice, peut-être même de vengeance du petit sur le grand, du faible sur le fort. Mon instinctif qui parle ?"
À creuser, cher Philippe. Pour un 9 alpha comme toi, je vois plusieurs explications possibles dans les fumerolles du 9 (évacuer la colère), dans l'activation d'une aile 1 ou d'une aile 8. Il y en a sans doute même d'autres.
 
Très amicalement,
Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Spiegel

Bonjour,

Thread intéressant, Kayla.

Aimez-vous jouer ?
Oui, à n'en pas dormir la nuit pendant mon année de 4e, quitte à siester en cours. Depuis tout petit, j'aime jouer. Enfant, mon seul jeu de société "à moi" était un damier. Mes parents était assez sévères et avaient une mauvaise opinion des Gameboy et autre consoles. Je raffolais des occasions de jeux (société, vidéo, plein air…)

Jouez-vous souvent ?
Actuellement non. Je n'ai pas l'envie d'organiser des parties, mais je reste enclin à participer si l'occasion de jeu se présente.

Avec qui ?
Ma fratrie, des camarades d'école, amis, ou n'importe quel joueur qui sera là pour cela. Sinon seul sur du MMORPG, consoles, à l'époque.

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Compétitif, mais j'apprécie aussi les jeux coopératif comme Scotland Yard.

Quel type de jeux n'aimez-vous pas ?

Scrabble.

Les jeux de connaissances où l'on doit réunir vite ses connaissances.

Ceux qui permettent une mise à défaut de l'adversaire.

Les jeux présentant un univers large, voire complexe.

 

Parfois un beau jeu, le beau indique souvent une qualité intrinsèque de l'objet pour moi

Comment jouez-vous ?
S'amuser, gagner, se dépasser si l'adversité est importante.
Un bon jeu doit être assez stimulant pour qu'on puisse y rester longtemps et en constance.

Avez-vous des jeux à la maison ?
Moi non, mes frères oui.

Jouez-vous pour gagner ?
La question m'a laissé dubitatif. Dans ma vision filtrée, le joueur doit souhaiter gagner. Si l'ensemble des joueurs ne jouent pas la gagne, je quitte le jeu, ou selon tente de remobiliser les autres.

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
J'évite les attitudes de mauvais gagnant, ça entache la victoire, mais mauvais perdant, oui complément… Un jour de cours de sport au collège, j'ai en final d'un mini-tournoi de ping-pong jeté ma raquette de rage.

 

J'essaie de prendre une revanche, je ne souhaite pas rester perdant.

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Si je joue avec mes frères et sœurs, je ne triche pas. Je déteste les tricheurs, cela gâche le jeu, sauf si c'est finement réalisé (invisible aux autres). Je triche à l'occasion si le besoin est là et qu'un bon coup (bien discret) se présente.

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?
Oui, cela m'arrive.

 

Laissez-vous gagner les enfants ?
Selon leur niveau je pense.

 

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?

Les deux je pense. J'ai joué hier au ping-pong avec mon frère de 11 ans. Rarement, je l'ai laissé marquer volontairement. Le plus souvent, c'était à but pédagogique. Je jouais pour le faire progresser, pour qu'il puisse prendre du plaisir avec la multitude de coups offerts par la raquette, pour qu'il puisse être au top dans la discipline à l'école.

 

Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?

J'ai du mal à établir un lien précis. Je prends plaisir à jouer c'est un moment d'échange ludique, donc, comme avec de nombreuses autres choses, je peux facilement faire excès si j'y prend du plaisir.

 

J'ai aujourd'hui une Playstation à la maison que j'utilise trois ou quatre fois par an, donc la grosse période de jeu, c'était à l'adolescence. Je trouvais, à ce moment-là, un univers et même des relations plus épanouissantes dans le MMORPG Dofus que dans la réalité, et pendant les cours avec un ami 4, on passait notre temps à penser au jeu, à ce soir, à cette nuit, et à ce qu'on allait ou souhaitait y réaliser.

 

Bon, bah, j'ai pas grand chose à dire là-dessus.

 

Amicalement,
Spiegel

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alexandra7

Bonjour à tous,
 
Après des années de tergiversation, me voilà sur le forum.
Après des heures d'errance sur le forum, je m'arrête sur cette conversation.
Car ma relation au jeu est un mystère pour moi...
 
Aimez-vous jouer ?
Ça dépend. Et quand c'est oui, jamais très longtemps. Le jeu de loisir ("play") pour combler l'oisiveté m'ennuie car moi et ma tête ne nous ennuyons jamais. En revanche, le jeu de négoce ("game") pour agir me plaît beaucoup plus. Ici, la conversation est autour du play, j'imagine.

 

Jouez-vous souvent ?

Non

 

Avec qui ?

Mes enfants, des amis

 

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)

Le tarot.

Le mastermind.
Les puzzles à plusieurs.
Le nain jaune.
La crapette.
Le uno.

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?

Compétitif dans une ambiance coopérative. Je déteste l'ambiance pourrie que mettent ceux qui jouent pour gagner. J'adore jouer avec les enfants, c'est une mise en relation plus confortable pour moi.

 

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?

Rapide (je déteste le Monopoly…)
À plusieurs le plus souvent.
Qui demande un peu de réflexion avec sa dose de hasard.
Que j'ai un peu de jeu (au bout de 1h de tarot, si je n'ai pas pu prendre, ça finit par me gaver…).

 

Avez-vous des jeux à la maison ?

Oui (j'ai des enfants).

 

Jouez-vous pour gagner ?

Moi, je dis que non. Il paraît que ce n'est pas vrai mais les autres disent n'importe quoi souvent.

 

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?

Moi, je considère que ce qui compte, c'est le moment passé ensemble.
Si je gagne, c'est agréable et si c'est au prix que l'autre fait la gueule parce qu'il a perdu, la victoire a peu de saveur.
Si je perds, je suis très fière (et sincère) de m'en fiche à côté de quelqu'un déconfit d'avoir perdu (comme si le moment passé ensemble n'avait aucune valeur).

 

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous ?

Oui je respecte les règles, le plus souvent, sauf des fois quand elles ne m'arrangent pas (question d'humeur).
Quand quelqu'un triche et que je suis dans une phase où je trouve tout dérisoire et drôle, je m'en fiche.
Quand cela risque de me faire perdre alors qu'enfin je pourrais gagner, cela ne m'amuse pas du tout.
Mais j'aime surtout tricher pour aider les néophytes à améliorer leur jeu
 
Je suis intéressée de changer de point de vue en fait. Mon premier réflexe est de refuser le jeu, de considérer que jouer, c'est pas sérieux et ennuyeux en même temps. Et c'est dommage, car j'ai en mémoire plein de merveilleux moments d'échanges lors de parties de jeux…
 
Voilà !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

"Après des années de tergiversation, me voilà sur le forum."

La gloutonnerie d'introspection n'est qu'une manifestation vénielle de la passion, et ce n'était pas la peine de résister si longtemps ! :rofl: Blague à part, bienvenue pour ce premier message, Alexandra. Je te pardonne même d'avoir réactivé cette conversation. :sour:

 

Comme toi, je considère le jeu comme plutôt ennuyeux et devant donc être rapide, ainsi que je l'ai dit dans mon premier message. Ton témoignage m'amène cependant à compléter le mien. Tu écris que tu "considère que ce qui compte, c'est le moment passé ensemble." Cela m'a fait réaliser que je n'ai jamais considéré le jeu comme une activité relationnelle, ou du moins que je l'ai toujours trouvé effroyablement pauvre de ce point de vue. Je n'irai jamais dire après une partie avec des amis que j'ai passé un bon moment avec eux.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves

Bonjour à tous,

Ah oui, répondre à cette enquête va dans la direction de mon ennéatype, du moins son orientation : la connaissance et la précision.

Oui mais non ! Je n’aime pas répondre à des questionnaires. Un questionnaire, c’est une demande et mon ego associe demande à intrusion. C’est pourquoi j’ai tant procrastiné.

Bon allez, je vais faire un effort. Pour Karla (et peut-être d’autres ennéaphiles).

Aimez-vous jouer ?
Autrefois, enfant et jeune adulte, oui, beaucoup. Aujourd’hui, moins. Surtout, mes goûts ont complètement changé.

Jouez-vous souvent ?
Non, sauf si on considère le théâtre comme un jeu. (D’ailleurs, il existe des matchs d’improvisation théâtrale, une troupe contre une autre troupe.)

Avec qui ?
Avec ma troupe de théâtre.
Avec d’autres habitants de mon village, deux fois par an, des devinettes.
Avec mon père (85 ans) et sa compagne, au scrabble.
Pas avec mes amis. Avec eux, je préfère discuter.

Quel type de jeu aimez-vous (stratégie, tactique, ambiance, connaissances…) ?
L’improvisation théâtrale.
Des jeux d’écriture, dans des ateliers d’écriture.
Des énigmes et des devinettes cherchées en groupe. Par exemple deviner un mot abstrait représenté par un dessin. Ou bien deviner le nom d’une espèce d’oiseau décrite avec des mots, sans image. Des jeux de recherche intellectuelle faisant appel à des associations, par exemple chercher dans ma mémoire des titres de chansons comprenant un mot donné.

Je ne connais pas de jeux de stratégie en groupe. Peut-être que si je les connaissais, je les aimerais.

Depuis l’âge de 40 ans, je n’aime plus les jeux sollicitant exclusivement mon cerveau rationnel. Autrefois j’aimais les échecs et le Mastermind (un jeu à deux, de logique exclusivement : l’un cherche, l’autre se morfond).
Par ailleurs, je n’aime pas les jeux où le hasard joue un rôle trop important, par rapport à la recherche intellectuelle, un jeu de cartes par exemple.

Je n’aime pas trop les jeux de connaissance générale, sauf si l’ambiance est festive.

Je préfère les jeux de groupe aux jeux à deux.

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Coopératif. Par exemple, je déteste les matchs d’improvisation théâtrale, dans lesquels une troupe essaye d’être « meilleure » qu’une autre.

Qu’est-ce qui fait qu’un jeu va vous attirer ?
Autrefois, le fait qu’il faisait appel à la logique, par exemple échecs, Mastermind, etc.

Aujourd’hui, le fait qu’il comprend une part de recherche intellectuelle, et aussi de lien avec des personnes que j’apprécie, de confiance, de complicité, d’harmonie.

Avez-vous des jeux à la maison ?
Moins de cinq.

Jouez-vous pour gagner ?
Oui. Je considère que laisser gagner les autres peut parfois cacher une forme de dédain ; petit, je l’ai senti avec amertume avec ma mère, qui était 2 alpha.

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Quand je perdais, il m’arrivait d’être très déçu par moi-même et parfois d’avoir honte, aux échecs par exemple. Bien sûr, je ne montrais rien.

En cas de victoire trop facile, il m’arrivait d’être attristé par le manque de ressources de mon adversaire, son manque de créativité ou de combativité pour prendre le contrôle de la situation et ne pas être dominé (je pense en particulier à mon père, 9 alpha à aile 1). C’était une projection : ces ressources-là me manquaient terriblement, faute de vMème ROUGE (cf. le stage SD).

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu’un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Je respecte les règles. J’aime les connaître avec précision.

J’accepte un changement de règle de jeu, à condition qu’il soit décidé avant de commencer à jouer. Parfois, par esprit de conciliation, j’accepte un changement de règle et je me sens déçu par moi-même, déçu par mon manque d’assertivité : je manque de vMème ROUGE. Changer de règle en cours de partie me hérisse, je trouve cela affaiblissant pour la personne favorisée, et méprisant pour les autres, c’est comme si le proposant considérait que nous n’existions plus.

Face à quelqu’un qui triche, il m’est arrivé de ressentir du dépit ou une forte colère.

Je n’ai jamais triché. Si je trichais, je vivrais cela comme de la faiblesse, ce serait la honte, c’est une expression de mon vMème ROUGE.

Jouez-vous avec vos enfants, petits-neveux, petits enfants ?
Non, par manque d’occasions. J’ai toujours aimé jouer avec des enfants.

Quel lien faites-vous avec votre ennéatype ?

L’orientation
À une époque lointaine, aux échecs, j’apprenais les ouvertures avec précision, j’avais acheté un livre dédié à une défense particulière, j’accumulais des connaissances sur ce thème des ouvertures et sur celui des tactiques. Je cherchais une ouverture « en béton » et des tactiques élégantes. Cet apprentissage satisfaisait mon orientation cinquesque. C’était mon champ d’expertise de l’époque.

Au scrabble, quand quelqu’un utilise un mot sans en connaître le sens ou ne connaît que vaguement son sens, je ressens de l’étonnement, du dépit et de la frustration.

Quant aux jeux de connaissance générale, ben non. Si les connaissances en question restent superficielles, ne sont que vernis, ou bien ne s’intègrent pas dans mon champ d’expertise du moment, alors non, ça ne m’intéresse pas du tout. Passer à la question suivante sans avoir fini d’approfondir la précédente (comme je suis en train, en ce moment, d’approfondir ma réponse à la question de Karla), me frustre. C’est comme ne pas mettre en valeur un objet précieux.

Le centre préféré
Quand je trouve une règle d’un jeu stupide ou inique, donnant trop de place à la chance, je n’ai pas envie de jouer à ce jeu. Je me sens hérissé par l’absurdité et l’injustice sociale dans la vie, je ne veux pas les retrouver dans un jeu.
Aux échecs, le hasard et l’opportunisme ne jouent absolument aucun rôle. Seule joue la logique. Je planifiais les coups possibles de mon adversaire, je vivais dans le futur. Inconsciemment, je cherchais dans ce jeu une forme de contrôle par le centre mental, comme un 8 cherche dans sa vie le contrôle par le centre instinctif. Je rêvais de construire ma vie comme une partie d’échecs, encadrée par un début et une fin de partie (ma naissance et ma mort), des règles précises et invariables, sans scénarii imprévus, sans émotions imprévues, et avec une finalité claire.

Le centre de support
Des émotions, ah oui, j’en vivais, tout comme mon adversaire (je pense à un ami 4 alpha) : peur pour mon roi ou ma dame, et aussi émerveillement devant la créativité de mon adversaire, émerveillement devant l’élégance d’un sacrifice de pièce, devant une tactique audacieuse, excitation, exaltation, et aussi consternation, sidération, déception, honte, etc. Mais un jour apparurent des adversaires moins faillibles et très performants : des logiciels. Très performants, oui, mais où était passé l’émerveillement ? Où était passée la tendresse face à une faiblesse de mon adversaire ? N’étais-je donc que le miroir d’un robot ? Je ressentais de la frustration et un sentiment d’absurdité. Ma passion pour le jeu d’échecs me divertissait, me détournait d’une recherche plus importante, je ne savais pas quoi, une recherche qui porterait du sens, elle. Bref, mon centre de support n’était plus du tout en harmonie avec mon centre préféré. Après avoir joué quelque temps contre un logiciel, j’arrêtai définitivement de jouer. Les échecs n’avaient été qu’une étape.

Au scrabble, je ressens du dépit quand quelqu’un utilise un mot laid. Il m’arrive de proposer un mot, non parce qu’il rapporte beaucoup de points, mais pour son élégance ou pour la beauté de ce qu’il évoque.

Au théâtre, comme au piano ou dans le chant, je me libère de l’hégémonie de mon centre préféré, de sa volonté de tout contrôler.

Le centre réprimé
Au théâtre, bien sûr je me sers de mon centre préféré, mais il ne prévaut plus. Pour m’exprimer, je m’appuie sur mes ressentis, j’accède à mon centre intuitif. En conscience, je bouge — ou je me fige —, j’agis. J’harmonise mes trois centres.

La compulsion d’évitement et le mécanisme de défense
Aux échecs, je craignais de voir mon roi se retrouver nu sur l’échiquier, visible de toutes parts, de le voir perdre sa protection contre les imprévus, perdre sa précieuse forteresse composée de tours d’ivoire, de cavaliers et de fous. Je le protégeais par une défense inexpugnable, je cherchais l’ouverture de jeu la plus fermée. J’utilisais dans ce jeu, mon centre préféré pour me protéger moi-même, comme un 8 (mon type d’intégration) utilise dans sa vie son centre préféré pour se protéger lui-même.

Pour ne pas perturber mon fonctionnement logique, tant que la partie n’était pas finie, je me coupais de mes ressentis. Même en cas de grande difficulté, je me coupais de ma détresse, je ne voulais jamais abandonner la partie. Je n’y parvenais pas toujours. Parfois j’omettais de prévoir un scénario ; j’en attribuais la responsabilité à mon excitation. Alors je m’efforçais, encore et encore, de me couper de mes émotions. Je m’accrochais à celui que je considérais comme mon sauveur : mon centre préféré.

Enfin, de façon générale, l’invariabilité des règles d’un jeu permet d’éviter les surprises, les scénarii imprévus, elle permet de ne pas perturber mon centre préféré.

La passion
Lorsque le jeu d’échecs était mon champ d’expertise, je ne me montrais pas très disponible pour les autres.

Apprendre à d’autres personnes à jouer aux échecs ? Avant tout, ils devaient démontrer leurs capacités rationnelles.

La vertu
Au théâtre, j’ai appris à donner de moi, même si le thème d’improvisation ou la pièce ne me plaît guère, même si je ne n’y vois aucun intérêt.

La fixation
On m’a dit jadis que je jouais avec trop de sérieux. En fait, derrière ma volonté de ne pas me laisser déconcentrer, de ne pas me laisser distraire, se cachait du détachement. Aux échecs, par exemple, lors d’une trouvaille, j’évitais systématiquement d’afficher ma joie, pour que mon adversaire ne devinât pas que j’avais trouvé un coup gagnant, ou bien j’évitais d’afficher ma déconfiture, cela aurait été de la faiblesse. Même face à un adversaire en chair et en os, je jouais surtout avec moi-même, je n’étais pas présent à l’autre. Une exception toutefois : quand il s’empêtrait dans les erreurs, je ressentais de l’empathie et de la compassion pour lui.

Par contre, en improvisation théâtrale, pas question de ne pas jouer avec mes partenaires : je prête attention à leurs paroles, leurs intonations, leurs postures et je m’appuie sur ce que ça me fait.

L’idée supérieure
Aux échecs, je désirais avant tout en savoir toujours plus sur les ouvertures et sur les tactiques. En improvisation théâtrale, pas question de chercher à en savoir davantage, je me jette à l’eau. Souvent j’entre spontanément en scène pour aider mes partenaires en difficulté.

La désintégration externe
Je trouve futile mon accumulation passée de connaissances sur les ouvertures aux échecs. Je lie le plaisir insatiable de cette accumulation, à la peur et à un besoin de me protéger du monde extérieur, le jeu d’échecs étant une métaphore de ma vie.

Les ailes
Pendant longtemps, jeune adulte, j’enviais les bons joueurs d’échecs. Seul avec mon échiquier, j’alternais entre mélancolie et entraînement intensif pour être plus compétitif. En cas de défaite cuisante ou de victoire écrasante, je ressentais de la honte.

Le doute me poussait à vérifier et re-vérifier et re-vérifier un scénario, au lieu d’envisager d’autres scénarii.

Les instincts
Ma défense préférée aux échecs pourrait être une métaphore de mon château fort. S’y exprimait ma facette C+, jamais ma facette C-.

Concernant mon instinct social, au théâtre comme dans le chant en chorale, je suis content et fier de partager — dans un cercle restreint — des connaissances et un jargon : en chorale, le jargon musical ; au théâtre, la diction, celle des seize voyelles, des mots comme une « italienne », le « jardin », la « cour », etc. , dont je ne vous donnerai pas la signification, bien sûr.

Amicalement,
Yves

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Docthib

Bonsoir à tous,

 

Bon sang, ça manque de 3 par ici !!
Il y a plusieurs mois, j'avais rédigé une réponse dans ma tête, et ne l'avais pas retranscrite. Ça tombe bien, j'ai eu une expérience récemment qui a modifié (assez profondément) ma perception des jeux. Donc allons-y ensemble.

 

Aimez-vous jouer ?
Kayla parle de "jeux de société principalement", aussi je fais une petite distinction qui sera utile : jeux de société vs. jeux vidéo vs. jeux sur téléphone ou tablette. J'aime bien jouer aux jeux de société comme activité sociale, relationnelle (avec mes enfants, mes neveux et nièces, et mes copains en vacances), et je me rends compte que c'est pour le côté "être ensemble et passer un bon moment". Je n'aime pas jouer aux jeux vidéos (perte de temps, dit le 3) et pour ce qui est du téléphone ou tablette, je joue assez scrupuleusement au Scrabble à distance sur mon iPad — mais est-ce encore un jeu ? J'aime bien ça, comme quête intellectuelle sans me bouger (rappel : le mental est mon centre de support, l'instinctif mon centre réprimé).

 

Jouez-vous souvent ?
Aux jeux de société, très rarement, et uniquement à la demande (de mes enfants, mes nièces et neveux) ou parce que tout le monde y joue (ex : avec des copains au ski, le soir après le dîner). Sur le téléphone, jamais, sauf exception récente (cf. plus bas). Sur tablette, presque tous les jours au Scrabble (je joue des parties à distance, donc mes partenaires "attendent" mes coups).

 

Avec qui ?
Jeux de société : famille, amis ;
Scrabble sur iPad : famille.

 

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)
J'aime bien les jeux de connaissances parce que je peux souvent briller (dit le 3). Quand j'étais jeune, il y a 217 ans, j'ai joué à des jeux de rôles, j'adorais ça. Sinon, j'aime bien les jeux de plateau, genre avec un pion à déplacer, des cartes à accumuler et échanger (ex : Le Tour du monde en 80 jours, Monopoly, Les Aventuriers du rail, La Bonne paye, Destins…)… Et puis les jeux de cartes. J’aime notamment les jeux inventés avec des jeux de cartes simples : crapette, scopa… Et tiens, j’oubliais le poker! (Texas Hold’em). J’adore ça, avec ce côté mensonge et bluff (tiens, tiens !).

 

Les jeux comme Jungle Speed ou Uno me stressent, je suis souvent bon dernier… et stressé par le temps et l’urgence du jeu ! (Une petite compulsion, ici ?)

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?
Plutôt coopératif, éventuellement en compétition avec une autre équipe. Au Scrabble, clairement, j’aime bien aligner des points, et je peux chercher quelque temps pour faire un bon score. Mais pour moi, le jeu, c’est avant tout relationnel.

 

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?
J’avoue que les règles longues à lire, ça me rebute (impatience !!) Le plus souvent, je m’en sors en disant « commençons à jouer, et vous m’expliquerez au fur et à mesure que les situations se présentent ». Après, tout est bon pour jouer, puisque pour moi, ce qui importe, ce n’est que très rarement le jeu auquel je joue, mais plutôt les gens avec qui je joue.

 

Avez-vous des jeux à la maison ?
Oui, pour ma fille (les jeux cités plus haut).

 

Jouez-vous pour gagner ?
Voilà le point sur lequel j’ai eu une épiphanie récemment. Quand j’ai rédigé ma réponse dans ma tête il y a quelques mois, je pensais typiquement à des jeux de société, et là, ma réponse est très claire : bien que 3, je m’en fous de gagner ou perdre. Je ne joue qu’avec des enfants, ou mes amis, et dans les deux cas, même si je peux m’accrocher un jeu par goût de compétition, ou pour ne pas lâcher le morceau (ils n’auront pas leur victoire facilement !), en fait, je m’en fous un peu. Le jeu, pour moi, c’est rigoler avec d’autres joueurs.

 

Et puis j’ai découvert ce jeu sur téléphone et tablette : Ruzzle (comme son ancêtre Boggle : trouver le plus grand nombre de mots sur un tirage de lettres en un temps limité). Et j’ai été littéralement pris, addict, au point de jouer plusieurs heures chaque jour, voire de me coucher à 1h du matin après avoir joué longtemps… Et là, je jouais pour gagner, je stressais sur le temps qui s’écoulait et dès que la partie se terminait, j’en relançais automatiquement une. Et encore, et encore.

 

Le point qui me semble être très important : ici, il n’y avait personne pour me voir, ce n’était pas un jeu où je serais en compétition avec quelqu’un… uniquement avec moi-même. J’y vois un effet de la compulsion d’évitement de l’échec, avec une problématique très personnelle. Ce n’est donc pas l’attitude « attendue » d’un 3 (qui chercherait à briller en société, pour faire simple), mais plutôt une quête personnelle — dont l’addiction me montre qu’elle a tapé dans des choses assez fondamentales chez moi.

Je continue à jouer à Ruzzle, parfois pour 1/2h, mais j’ai levé le pied sur ces marathons de jeu.

 

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?
Bon perdant, parce que je m’en fous (sauf à Ruzzle !!) et je ne sais pas ce que veut dire mauvais gagnant. Sous ce terme, je mettrais « est-ce que, quand vous avez gagné, vous vous vantez et ridiculisez l’autre ? ». La réponse est non, et si jamais j’étais amené à le faire, ce serait probablement pour des raisons émotionnelles : je ne le ferais que si la personne en face m’avait profondément heurté et blessé (ex : qui m’insulterait pendant le jeu), pour me venger.

 

Et les règles ? Les respectez-vous ? Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?
Je déteste les personnes qui ne suivent pas les règles. Ça touche pour moi (je ne sais pas très bien l’exprimer) au respect d’une règle universelle et cosmique : On Ne Triche Pas. D’abord parce que c’est de l’injustice : celui qui joue « correctement » se fait avoir par quelqu’un qui n’a pas les mêmes qualités de jeu, et qui a juste pris un raccourci immoral pour gagner (idem pour la mauvaise foi). Ensuite parce que je ne comprends pas pourquoi on tricherait. Je veux dire : ce n’est pas comme si il y avait de l’argent à gagner. Je ne comprends pas (littéralement) la personne qui est prête à tout pour gagner. C’est un peu comme les personnes qui portent un faux sac LVMH, je ne comprends pas qu’une personne ait payé pour un truc qui est faux et qui n’a aucune des qualités de l’original.

 

Face à quelqu’un qui triche, j’essaie de masquer mon énervement (alors même que je me sens totalement floué) et j’essaie de jouer au sage « ah, bon, eh bien si tu triches, je ne vois plus trop l’intérêt de jouer ». À la lumière de ce que j’ai écrit plus haut, j’en arrive à mieux comprendre : étant donné que pour moi, le jeu est essentiellement relationnel, ça veut dire qu’une tricherie va représenter une rupture de la relation de confiance-connivence, et je le prends très mal, je n’ai plus du tout envie de jouer avec cette personne.

 

Du coup, je ne triche pas moi-même : je ne sais pas comment faire, je n’en ai pas l’idée, et je n’oserais pas (le jeu n’en vaut pas la chandelle).

Voilà pour aujourd’hui !
Très amicalement,
Docthib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Petit aparté.

 

"Bien que 3, je m’en fous de gagner ou perdre. […] Et là, je jouais pour gagner, je stressais sur le temps qui s’écoulait et dès que la partie se terminait, j’en relançais automatiquement une. Et encore, et encore. Le point qui me semble être très important : ici, il n’y avait personne pour me voir, ce n’était pas un jeu où je serais en compétition avec quelqu’un… uniquement avec moi-même. J’y vois un effet de la compulsion d’évitement de l’échec, avec une problématique très personnelle."

Docthib, l'explication relationnelle que tu donnes à cet apparent paradoxe est effectivement une explication possible. Je me suis demandé si une autre analyse ne pourrait pas conduire à la contrepassion de retenue : "une action inconsciente destinée à éviter l'échec, ou permettant de minimiser l'importance d'un insuccès éventuel, ou montrant comment il a réussi facilement ce qui serait difficile pour d'autres." Je ne dis pas que c'est le cas, mais cela mérite peut-être de s'interroger.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Docthib

Bonjour Fabien, bonjour à tous,

 

Fabien, merci pour ce commentaire et cette intuition qui me parlent beaucoup. Je retiens ton intuition et je vais y réfléchir. Mais au débotté, j'ai tendance à y trouver énormément de justesse. Pour preuve, dans un autre passage, je mentionnais mon énervement face à la triche et le fait que j'essayais de faire apparaître un comportement calme (alors qu'intérieurement, je suis en colère). Ça me semblerait bien qualifié, ici aussi, pour la contrepassion de retenue (dans laquelle je reconnais énormément mes fonctionnements sur les dernières années).

 

Excellente journée à tous,

Très amicalement,

Docthib

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oyoshi

Bonjour à tous,

 

Je me permets d’intervenir sur ce fil pour apporter un autre témoignage. Le jeu est un sujet qui me touche particulièrement car il est de plus en plus utilisé dans le monde de l’entreprise et donc dans mon activité de tous les jours ! :happy: Voici mes retours à aujourd’hui.

 

Aimez-vous jouer ?

En soi, oui j'aime jouer mais étonnamment j'aime encore plus regarder les autres jouer. 

Cela est probablement dû à mon instinct social tourné vers le “-” qui fait que je peux avoir tendance à rester en retrait tout en gardant un lien avec les autres personnes.

 

Jouez-vous souvent ?

Plus tant que ça. Beaucoup plus dans mes années de collège et de lycée : jeux vidéos surtout.

Comme je le disais en introduction, j'utilise souvent les jeux dans mon quotidien professionnel mais surtout pour faire jouer les autres en fait. :happy:

 

Avec qui ?

Lorsque je joue moi-même, avec la famille et les amis la plupart du temps.

Je considère que c'est un moment qui me permet de créer du lien avec les personnes que j'apprécie avant tout !

 

Quel type de jeu aimez-vous ? (stratégie, tactique, ambiance, connaissances, etc.)

Je suis assez ouvert à ce niveau.

J'aime bien les jeux de stratégies et de tactiques qui sont dans le challenge intellectuel (mental en support).

Les jeux d'ambiance me mettent généralement mal à l'aise au début (instinct social “-”) mais je finis souvent par y prendre du plaisir par la suite par le lien que je tisse avec les autres (émotionnel extérieur).

 

Plutôt compétitif ou coopératif ?

Plutôt coopératif !

Je n'aime pas trop le concept de compétition en lui-même qui peut emmener à des conflits. Le jeu est pour moi fait pour s'amuser et partager un moment agréable avec d'autres personnes, alors si c'est pour se taper dessus, je n'en vois pas vraiment l'intérêt.

Par contre, j'apprécie l'aspect "compétitif" lorsqu'il s'agit de se dépasser, et si en plus on peut le faire en équipe, c'est encore mieux ! :happy:

À y réfléchir, je peux facilement être irrité par les personnes qui ne font pas un minimum d'effort pour jouer sérieusement (probablement mon aile 1), sans pour autant qu'elles se prennent trop au sérieux non plus !

 

Qu'est-ce qui fait qu'un jeu va vous attirer ou pas ?

L'aspect coopératif ! :happy:

Je suis beaucoup plus à l'aise dans ce cadre, je suis plus détendu et j'ai vraiment l'impression de partager un moment avec les autres. Certains diraient que "c'est dans l'adversité que l'on renforce les liens", c'est probablement cela que j'affectionne en fait tout particulièrement !

 

Avez-vous des jeux à la maison ?

Très peu en fait, si l'on parle surtout de jeux de société.

 

À ce jour, je n'en ai acheté que trois :

  • Hanabi : un jeu coopératif original où il faut reconstituer une série de feux d'artifices en voyant toutes les cartes des autres joueurs mais pas les siennes.
  • Love Letter   un jeu japonais compétitif (dans le sens où il n'est pas coopératif) qui se joue très rapidement et dans une bonne ambiance.
  • Code Name : un jeu coopératif/compétitif ressemblant un peu à Pyramide où il faut faire trouver un ensemble de mots à l'autre par associations d'idées.

De la stratégie, du mental en support de l'émotionnel principalement. :happy:

 

Je n'en ai que trois car la plupart du temps, je joue chez les autres ! :laugh:

 

Jouez-vous pour gagner ?

Je pense que oui, sinon je n'en verrais pas l'intérêt.

Je dirais que si je n'avais pas ce petit sentiment de challenge, je ne vivrais pas d'émotions particulièrement intenses à partager avec les autres.

 

Êtes-vous mauvais perdant ? Mauvais gagnant ?

Mauvais gagnant, je ne pense pas ! :laugh:

Mauvais perdant, plus tant que ça. Je pense que je devais l'être un peu plus adolescent mais aujourd'hui, tant que les choses se font dans les règles et dans le respect des uns et des autres, je n'ai pas trop de problèmes à perdre. Au pire des cas, un coup de répression et puis voilà ! :laugh:

 

Et les règles ? Les respectez-vous ?

La plupart du temps, je considère que s'il y a des règles, c'est pour les respecter. Gagner dans les règles est selon moi encore plus appréciable que de filouter pour arriver à ses fins !

Cependant, si les règles sont tordues afin de créer une ambiance et un lien émotionnel agréable avec les autres, cela ne me dérange pas.

 

Comment réagissez-vous face à quelqu'un qui triche ? Trichez-vous vous-même ?

Si la triche est mise en œuvre juste pour la réussite personnelle, au détriment des autres, je ne l'accepte pas bien. Je pense que je tombe directement dans le dédain et l'irritation. 

Par contre, si quelqu'un triche juste pour rigoler, je trouve cela marrant (et suis généralement assez admiratif de l'audace) et cela ne me dérange pas.

Je n'arrive pas vraiment à tricher et cela me mettrait très mal à l'aise. Déjà que dans les jeux où cela est permis je suis mal à l'aise alors dans le cas contraire, c'est encore plus difficile !

 

Jouez-vous avec vos enfants, neveux, petits-enfants, etc. ?

J'aime beaucoup jouer avec les enfants, ils me font beaucoup rire. Je suis toujours surpris de l'intelligence dont ils peuvent faire preuve et de leur spontanéité dans la prise de décision. La difficulté arrive surtout lorsqu'ils commencent à se chamailler entre-eux mais je pense que c'est leur engagement qui veut ça !

 

Laissez-vous gagner les enfants ?

Cela m'arrive, mais pas toujours. Lorsque c'est le cas, c'est juste au dernier moment où je fais une action qui entraîne la victoire de l'autre mais avant, je fais mon possible pour jouer "sérieusement". C'est ce que j'attends de l'autre, alors autant lui donner la même chose !

 

Les faites-vous jouer pour juste prendre du plaisir ou pour apprendre ?

Un peu des deux. Jouer est une merveilleuse manière d'apprendre dans un cadre sécurisé mais cela n'aurait aucun intérêt d'appeler cela un "jeu" si l'on n'y prend aucun plaisir.

Je pense que j'oriente néanmoins mon comportement au vu d'un apprentissage afin d'aider l'enfant à grandir d'une manière ou d'une autre : mon ego n'y est probablement pas anodin de ce côté :happy:

 

Quels liens faites-vous avec votre Ennéatype ?

Beaucoup en fait.

  • Émotionnel extérieur : jouer ou faire jouer est une manière d'exercer mon orientation d'amour et d'aide avec les autres. Je m'assure d'ailleurs que tout va bien pour tout le monde au fur et à mesure de la soirée et en profite pour tisser ou renforcer les liens en même temps.
  • Mental en support : j'apprécie les jeux générant de l'activité mentale, de la réflexion, de la prise de décision, de la stratégie, des associations d'idées… mais tout cela pour me permettre d'être en lien avec les autres (au service de mon émotionnel extérieur donc).
  • Compulsion : L'évitement de reconnaître mes propres besoins se manifeste, je pense le plus souvent lorsque je tombe dans le dédain, soit parce qu'une personne triche pour son propre bénéfice individuel soit parce que les personnes se prennent trop au sérieux et génèrent une ambiance désagréable. Bien évidemment, j'ai tendance à ne rien dire et à le garder au fond de moi.
  • Instinctif réprimé : j'ai l'impression de voir mon instinctif réprimé à l’œuvre dans des jeux où il faut construire (au début ou pendant) son paquet de cartes. Quel effort, avec si peu d'émotionnel ! :cry:
  • Instinct social : mon instinct social s'exprime très clairement dans cet environnement, je cherche ma place, mon groupe, mon équipe afin de pouvoir construire une expérience émotionnelle intense.

 

Excellente semaine à tous !

 

Très amicalement,

Oyoshi

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×