Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 26 octobre au 12 novembre 2017 inclus.

Viviane

Éviter la banalité ?

Messages recommandés

Viviane

Voici donc devant vous l’incarnation d’un 4 content de l’être, tout compte fait contente le plus souvent d’être, et d’être « comme ça ». Comment ? Voici donc quelques uns de mes repères… J'avais promis de préciser, j'avais déjà dit pas mal de choses sur le sujet (4 vraiment ?) mais je remets sur le tapis…

Compulsion d’évitement : la banalité… Ce dont j’ai conscience, c’est que « je fais comme moi » même si je n’ai pas de réticence à faire comme un autre (mais seulement si ça me convient, ce qui revient à dire que j’ai assimilé, que ça m’appartient et que donc c’est quand même « comme moi » à cette différence près que probablement je citerai mes sources…). Je n’ai pas du tout la conviction de chercher à « faire original » systématiquement. Mais c’est vrai que dans plusieurs domaines j’ai besoin de « mettre ma patte », de transformer les choses. Je répugne profondément à faire des choses dans lesquelles je ne suis pas impliquée. Je fais ou je ne fais pas, mais d’une certaine manière je suis ce que je fais. Cela a à voir aussi avec un exigeant désir d’authenticité : je ne fais pas semblant, je ne veux pas le faire, je me sentirais extrêmement mal à l’aise (gauche, décalée, inexistante, menteuse, coupable) si je le devais, ce qui m’amène à prendre du temps pour trouver un fil qui me permet de vivre malgré tout quelque chose qui au départ ne me branchait guère…

D’où cette sorte de « facilité » à trouver du plaisir même à des choses que je n’aime pas faire et que je suis obligée de faire : j’aurais l’impression de mourir si je ne trouvais pas un moyen pour, envers et contre tout, être satisfaite. Je reconnais que c’est une attitude pas très banale (très peu rencontrée). Elle me semble plus fondée sur un besoin de survivre et de pouvoir me reconnaître (éviter un sentiment de perte d’une continuité intérieure) que sur l’évitement de la banalité. Mais je suis assez fière de cette différence là : c’est une conquête.

De sorte que, pour le moment en tout cas, je n’éprouve pas le désir d’éviter cette compulsion, si c’est bien de cela qu’il s’agit. « Faire comme moi » de façon « éclairée » et consciente me paraît très bien.

Finalement dans "fuir la banalité" le point de référence est "les autres", alors que je ressens que mon point de référence est interne sans toutefois exclure d'aller voir ailleurs si des "mises à jour" ne pourraient pas être pertinentes (combler un manque).

Qu'en pensez-vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gabriel

Bonjour,

Je vous partage un éclat de rire que j'ai eu dans le train en lisant un livre sur les scénarios (La répétition des scénarios de vie [Version Kindle] de Jean Cottraux, un ponte de la thérapie cognitive).

À la lecture d'un passage sur les différentes thérapies, mon esprit s'est arrêté "bêtement" sur une question existentielle.

En effet, je me suis intéressé à plusieurs genres de thérapie (systémique, AT, cognitive, PNL, etc.)…
Et tout d'un coup, la RÉVÉLATION qui me secoue de rire : j'ai entendu que la Gestalt est une sorte de royaume pour les 4 car elle parle beaucoup d'émotions. Je devrais donc m'y retrouver… MAIS justement, je réalise que je risque de me perdre dans la masse… Comment pourrais-je survivre dans un groupe ou chacun devient expert pour parler de ses émotions ? :angry:

Me voilà pris en flagrant délit de compulsion. :peur: C'est beau l'auto-observation ! :laugh:

Je crois que je vais aller de ce pas reprendre mon livre sur la Gestalt…

Amicalement,
Gabriel, un brin penaud sur la profondeur de ses mécanismes. :happy:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tir Na Nog

Je remonte cet ancien sujet pour une observation à propos de l'évitement de la banalité.

 

L’anecdote concerne ma rencontre houleuse avec une de ces filiales extrêmement formatées qu’on retrouve à l’identique aux quatre coins du monde, mais aussi au coin de la rue de l’amie qui me loge à Paris : les Starbucks. Ces établissements ont une pratique commerciale qui m’avait hérissée à ma première expérience : lors de la commande, on vous demande votre prénom pour l’inscrire sur le verre et vous héler quand elle est prête. Je trouvais cette personnalisation bidon tout à fait offensante, une véritable insulte à l’authenticité d’une rencontre individuelle qu’elle singeait grossièrement. Bien sûr, j’y devinais aussi une pratique commerciale standardisée qui sévirait à l’échelle de la chaîne.

 

J’ai donc dégainé à l’instinct ma trousse à résistance et donné un faux prénom (celui de mon amie). Je n’étais pas peu fière d’avoir eu ce réflexe in extremis pour les empêcher de m’annexer à leur « vile entreprise de terrorisme psychosocial à but d’image de marque » ! En plus, la valeur d’intimité qui me paraissait bafouée, je la restaurais avec ce lien secret que j’avais établi avec l’amie qui m’hébergeait… J’en ai fait une habitude et un peu partout, les Starbucks m’ont vu débarquer avec la liste de mes alias piochées dans les prénoms de mes amies. C’était devenu autant un moyen de subvertir leur pratique commerciale que de leur faire un clin d’œil symbolique à distance, de penser à elles dans un aéroport à Séoul ou Brisbane. Une forme de communication secrète qui est aussi une caractéristique de l’ego de 4

 

*-*-*-*-*

 

Addendum

 

Une idée me traverse la tête au moment où j’envisage de poster ce message sur l’évitement de la banalité : la situation sur l’envie que j’avais exposée précédemment ici était pour moi un exemple « pas banal », qui « méritait » donc d’être exposé ; c’était donc une manifestation de la compulsion du 4… Le second exemple que je m’apprête à relater me semblait une situation plus ordinaire, plus quotidienne, c’est donc son caractère « exemplaire car banal » qui me paraissait intéressant. Eclipse de la compulsion ?

 

Pas vraiment… L’idée de rapporter cette anecdote m’est venue en réaction avec des exemples de compulsion de 4 donnés par Fabien durant le stage Ailes, par exemple une femme qui enlevait de son doigt la bague décrite par la vendeuse comme un « modèle à succès ». Ils me paraissaient caricaturaux, je ne m’y reconnaissais pas… En fait ces exemples étaient tellement adéquats pour illustrer le mécanisme d’évitement de la banalité qu’ils auraient pu être créés à cet effet. Et cela en faisait quelque chose de standardisé, que d’aucuns pourraient vouloir m’appliquer, quelle horreur ! :wink: Je retrouve donc dans mon partage la compulsion d’évitement de la banalité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,
 
"En fait ces exemples étaient tellement adéquats pour illustrer le mécanisme d’évitement de la banalité qu’ils auraient pu être créés à cet effet. Et cela en faisait quelque chose de standardisé"
Il existe des tas de manières d'éviter la banalité reproduits à l'identique par une multitude de 4. Comme pour tous les ennéatypes — désolé ! —, l'ego leur fait vivre ce qu'il cherche à éviter.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Alice et le lapin

Bonjour à tous,
 

Le 29/06/2017 à 10:01, Tir Na Nog a dit :

L’anecdote concerne ma rencontre houleuse avec une de ces filiales extrêmement formatées qu’on retrouve à l’identique aux quatre coins du monde, mais aussi au coin de la rue de l’amie qui me loge à Paris : les Starbucks. Ces établissements ont une pratique commerciale qui m’avait hérissée à ma première expérience : lors de la commande, on vous demande votre prénom pour l’inscrire sur le verre et vous héler quand elle est prête....J’ai donc dégainé à l’instinct ma trousse à résistance et donné un faux prénom (celui de mon amie).

Je n’ai pas pu résister à l’envie d’ajouter mon témoignage à cette conversation. Figure-toi Tir Na Nog que mon fils de 17 ans qui est 7 adoooore les Starbucks et qu’il a l’habitude… d’y donner à chaque fois qu'il y va un nom fantaisiste du type « Britney » ou « Beyoncé ». Il m’a assuré avec des étoiles dans les yeux que s’entendre appeler Beyoncé ou Dark Vador le rendait très heureux et amusait beaucoup les employés qui, du coup, lui faisait quelquefois des petits cadeaux !

Ce comportement lui permet de satisfaire à la fois son orientation (je suis heureux et j’amène de la joie autour de moi) et sa compulsion (une contrainte est transformée en plaisir).

Il est amusant de constater qu’un comportement quasi similaire (désolée) soit motivé par des raisons si différentes ! (Ouf !).

Avec toute mon amitié, :kiss2:
Alice et le lapin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Wallace

Bonjour aux amateurs de café et aux autres,

 

Puisque Starbucks revient sur le tapis, j'ai quand même une question pour toi, Tir Na Nog.

 

Quand un 4 est obligé de se livrer à une activité banale, je comprends le besoin de faire quelque chose qui permette de sortir du moule. Cependant, aller chez Starbucks me semble être le comble de la banalité, et personne n'est obligé d'y aller — on peut trouver ailleurs du bon café ; en fait, je ne sais même pas si le leur est bon, n'ayant jamais mis les pieds dans ce type d'usine —, alors pourquoi pénétrer dans leurs établissements ?

 

Très amicalement,

Wallace

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Bonjour,

Starbucks étant LE lieu à la mode, vous ne risquez pas de m'y voir. D'ailleurs je ne bois pas de café, je préfère le thé (en vrac et pas disponible partout de préférence).

Je n'ai jamais aimé le café (rituel addiction familiale pourtant), mon ego a été efficace très tôt… :wink:

Bel été à vous,
Kayla

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×