Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Irimi

Intouchables

Recommended Posts

Irimi

Bonjour à tous,

J'ai revu il y a quelques jours Intouchables. Le personnage de Driss, joué par Omar Sy, m'est apparu comme un magnifique exemple de type 7.

 

L'orientation de joie et d'optimisme est présente tout au long du film. Même et surtout dans les situations qui inspirent aux autres protagonistes de la pitié ou de la tristesse, il est toujours en train de rire ou de plaisanter : voir notamment la fameuse réplique "pas de bras, pas de chocolat !" quand François Cluzet, alias Philippe, lui demande un M&M.

J'ai essayé de passer en revue les différentes caractéristiques du type 7, et tout me semble coller :

  • La compulsion d'évitement de la souffrance : alors que la vie de Philippe, tétraplégique, est une souffrance et que son entourage — c'est le moins que l'on puisse dire — ne respire pas la joie de vivre, tout est pour Driss sujet à rire et à plaisanter. Il y a un problème ? il prend l'initiative d'une activité plaisante : virée sur les bords de seine au milieu de la nuit par exemple ; massages ; etc.
  • Son type de communication colle bien avec le 7 : humour, gaieté. Il est curieux et pose des questions, à la galerie d'arts par exemple. Il s'essaie sans prise de tête à des activités nouvelles pour lui, comme lorsqu'il se met à peindre.
  • Le centre mental est très présent aussi : il comprend et apprend très vite. Au fur et à mesure du film, l'image du jeune de banlieue plutôt rustre s'estompe au profit d'une personnalité qui fait preuve de beaucoup de subtilité. Lors de la scène finale, alors qu'il passe un entretien d'embauche dans une entreprise de coursiers, il emporte l'adhésion de la recruteuse en montrant qu'il a saisi le pourquoi du tableau de Dali, Les montres molles, qui est accroché au mur.
  • Enfin il colle bien avec le sous-type sexuel. Pendant tout le film il fantasme sur l'assistante jouée par Audrey Fleurot… avant de s'apercevoir qu'elle est homosexuelle !

Par contre pour le personnage joué par François Cluzet et du fait de sa situation de grand handicap et de dépendance pour sa vie quotidienne, je trouve extrêmement difficile de déterminer son type. Par exemple, lors d'une conversation dans laquelle il raconte un peu de son passé, on comprend que l'instinctif était très présent, avant son accident : il pratiquait des sports extrêmes ("Je voulais aller toujours plus vite, plus haut, et être le meilleur"). Donc même si le mental et l'émotionnel sont très présents dans sa vie actuelle, je trouve très difficile de déterminer son centre préféré.
Des idées de votre côté ?

Au plaisir de vous lire et d'échanger !

Amicalement,
Pascale

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour à tous,

Je vois que personne ne se dévoue. Je m'y colle.

 

J'ai vu Intouchables dans de très mauvaises conditions (avion avec gamins hurlant à côté), mes souvenirs sont donc embrumés de colère et d'agacement.

Effectivement Driss m'avait paru délicieusement 7.

 

Quant à Philippe (François Cluzet), j'ai souvenir d'une répression émotionnelle assez évidente avec un mental en support ou en centre préféré car gros humour ! Idem un instinctif en support ou en préféré. Là, c'est difficile car il est handicapé mais sa vie passée pointe sans conteste sur un centre instinctif qui n'était pas réprimé. Bref, je partirai sur une hiérarchie des centres M-I-E ou I-M-E. Je n'ai pas de souvenir des indices sur la relation à la colère ou la peur (qui permettrait de définir le centre préféré).

Au delà des typages, j'ai trouvé qu'il y avait une belle analyse à faire sur le personnage de Driss à la lueur de la Spirale Dynamique.

J'essaye de revoir le film car ça m'intéresse bien de typer Philippe.

Amicalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Même s'il est inspiré de personnages réels, je ne dirai pas que le film est un modèle de réalisme…

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour à tous,

 

Pour Philippe-François Cluzet, j'ai ramé et je fais presque aveu d'impuissance ! (Dur dur pour une 8.) Et je me demande quand même si le personnage est cohérent ?!

 

Afin que mon travail ne soit pas inutile, je partage ma méthode de travail avec vous.

 

Lorsque je cale vraiment sur un typage, je note tout ce que j'ai relevé dans une carte mentale sur une branche (ici "dialogues"). Je note mes quasi-certitudes ou ce qui me paraît vraiment évident (ex: hiérarchie des centres, sous types , etc.) Ensuite, je regarde si des regroupements sont possibles ou si des choses apparaissent et sautent aux yeux, et je déplace les dialogues ou faits sur d'autres branches qui correspondent aux mécanismes des types.

 

Vous trouverez ci-joint ma fiche en format PDF,imprimable en A3 : typageINTOUCHABLES-Philippe-Cluzet.pdf.

 

En gros, je trouve ici ce qui pourrait ressembler à une motivation de 8 ("pas de pitié", voir la citation complète sur la fiche) => tend vers de l'évitement de la faiblesse), un style de communication plutôt Impératifs. La colère et l'agacement sont souvent visibles chez le personnage. Ce sont les éléments qui me paraissent factuels et non interprétables.

 

Pourtant, lorsque je vois Cluzet, je n'ai pas vraiment un ressenti "énergétique" de 8 ! Et j'ai un problème avec le contrepoids égotique, et je fais sans doute là une projection (gros piège de typage) en me disant, qu'étant moi-même 8, si j'étais dans un fauteuil roulant, je serais dans doute salement désintégrée, je me vengerais sur la terre entière de mon état, et mon contrepoids égotique serait actif en permanence. Or, je ne vois pas grand chose qui soit en rapport avec le contrepoids égotique du 8, ou même avec sa fixation (à part quelques scuds très cyniques qui partent de temps en temps).

 

Je n'ai pas poussé l'analyse plus loin. Pascale, si tu as d'autres idées…

 

Amicalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour,

Le personnage de Philippe ne me semble guère crédible. Toutefois, si je devais faire une hypothèse (genre Fabien donne le film en certification), j'en proposerais une autre.

La préférence pour l'instinctif me semble forte (cf. le parapente et autres sports extrêmes), et moi aussi, je pense l'émotionnel réprimé. Certes Philippe peut être impatient, énervé ou même dur, mais il y a, comme il le mentionne, le rôle de l'éducation, et il n'y a jamais de conflit ("Vous vérifierez Magali, mais je ne pense pas", c'est quand même bien indirect). Il est très souvent extrêmement acceptant (la scène du thé chaud sur les jambes, ou celle de "pas de bras, pas de chocolat" où il me semble qu'un 8 aurait explosé).

 

C'est Driss qui lui apprend à recadrer sa fille. Un 8 est exclus ici aussi, je crois.

Par ailleurs, il devait être en union avec Alice ("Mon vrai handicap, c'est d'être sans elle."), et il est très romantique avec Éléonore. Et Driss est un temps son "moteur extérieur".

 

Enfin, la narcotisation au whisky me semble possible.

Bref, mon hypothèse : 9 alpha, aile 8, sous-type sexuel.

Très amicalement,
Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Salut,

 

Pas mal ton hypothèse Wallace… La bonne nouvelle c'est qu'on "voit" la même hiérarchie des centres !

 

T'as bien fait de rajouter la narcotisation : en première lecture de ton hypothèse, je m'étais demandé à quoi pouvait bien narcotiser Philippe ?! Whisky bof (une seule scène), mais son goût pour les arts (opéra, musique, galerie, poésie) pourrait-il être une forme de narcotisation plus fréquente ?

 

Sinon, les lecteurs, vous ne trouvez pas bizarre que lorsqu'on a une hypothèse qui tient moyennement la route, un personnage peu crédible, on arrive presque, au final, à un consensus sur un 9 (cf. Amélie Poulain) ?

 

Amicalement,

Aurore

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour,

 

"Son goût pour les arts (opéra, musique, galerie, poésie) pourrait-il être une forme de narcotisation plus fréquente ?"

En même temps, il n'a guère d'autre choix. Le whisky, il faut qu'on le lui serve ! Aimait-il les arts avant l'accident ?

 

"Lorsqu'on a une hypothèse qui tient moyennement la route, un personnage peu crédible, […]"

Je ne trouve pas le personnage hyperréaliste, mais je n'hésite pas vraiment avec d'autres types (même si j'ai songé à 3 alpha et 7 alpha).

 

"On arrive presque, au final, à un consensus sur un 9."
Est-ce à dire que tu es finalement d'accord avec le 9 ? (Tu te rends sans combattre ? :rofl:)

 

Très amicalement,
Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Jérôme

Bonjour à tous,

Alors, seulement intouchables ou aussi intypables ?

Lors de ma première vision du film, j'ai pensé au 8 pour François Cluzet, pour à peu près les mêmes raisons que celles expliquées par Aurore.

 

J'y ai vu en plus de l'excès dans son train de vie, la puissance de sa voiture, le volume de la musique qu'il écoute qui oblige tout le monde à porter un casque, la durée de l'opéra en allemand (4 heures), le prix du tableau qu'il achète. J'ai aussi vu en Driss une façon de retrouver un centre instinctif perdu physiquement, et aussi grâce au ROUGE de Driss une possibilité de transgresser les règles de son environnement habituel (course poursuite en voiture, ballade la nuit dans les rues chaudes, pétard, "dossier putes").

Cependant, pas de vengeance à l'horizon, et pas de déni non plus, deux pièces importantes qui manquent au kit du 8. Du fait de sa difficulté à agir et contrôler le monde, un 8 tétraplégique a de grande chances d'être très désintégré, et la courtoisie nominale de Philippe dans le film me semble incohérente, même en prenant en compte son éducation.

Wallace, je n'avais pas pensé au 9, et je trouve ton hypothèse intéressante.

En plus de tes arguments et du complément d'Aurore sur la narcotisation, on trouve clairement le contrepoids égotique sous plusieurs formes. On peut le voir tiraillé entre son aile 8 représentée par Driss et son aile 1 représentée par la gouvernante et plus généralement son milieu.

 

Je ne vois cependant pas trop la paresse à se connaître. Le fait qu'il ait été élevé dans l'idée qu'on pissait sur le monde n'est pas du tout 9, mais c'est peut être uniquement son éducation de laquelle il se démarque en "s'oubliant" moins qu'avant. Le plus problématique pour moi, c'est quand il dit qu'il a toujours aimé la compétition ; là ça ne sonne plus 9 du tout.

"Le personnage de Philippe ne me semble guère crédible."
Wallace, saurais-tu nous expliquer pourquoi ? Dans des cas comme celui-ci de personnages pas forcément cohérents, et dans l'idée du stage de non-détermination que tu avais évoqué dans la conversation sur Amélie Poulain, il peut être intéressant de partager les arguments qui permettent de conclure "non typable".

Bien amicalement,
Jérôme

Share this post


Link to post
Share on other sites
Irimi

Bonjour à tous,

 

Entièrement d'accord sur la hiérarchie des centres !

 

Je n'avais pas pensé à un 9. En revanche l'évocation de sa vie d'avant m'avait évoqué un 8, à cause de son goût de la compétition et surtout de sa recherche d'adrénaline dans les sports extrêmes.

 

Mais en relisant tes notes, Aurore (au passage, merci pour ce document !), beaucoup d'éléments m'ont fait penser au 1 :

  • Le rejet de la pitié, déjà. Les 1 que je côtoie mettent un point d'honneur à endurer la souffrance sans se plaindre et à se débrouiller seuls en toutes circonstances. Demander de l'aide leur répugne et a fortiori être objet de pitié également. J'y vois une des manifestations de leur orientation de rigueur personnelle et d'idéaux élevés.
  • La compulsion d'évitement de la colère me paraît présente à de nombreuses reprises : lorsque Driss lui verse de l'eau bouillante sur la jambe, par exemple, ou face à ses nombreuses extravagances, il semble se contenir pour garder son calme. Je dirais même qu'il fait preuve de pas mal de patience avec lui.
  • Style de communication "enseignement, sermon" : "Comment vivez-vous le fait d'être un assisté ?"
  • Sa volonté, présente dans tout le film, d'aider Driss à s'amender, à progresser.
  • Le whisky comme contrepoids égotique ?

Lors de la scène de sa soirée d'anniversaire, il accepte quelque chose qui semble l'ennuyer : "Comme tous les ans, ils m'ont organisé un anniversaire surprise..." => respect du groupe et de son fonctionnement. Je ne crois pas qu'un 8 se plierait aussi facilement à ce que l'on a organisé pour lui si cela l'ennuie. Par ailleurs j'y vois une manifestation du sous-type social du 1.

 

Le sous-type sexuel est aussi présent (ok avec toi là-dessus, Wallace) : sa partenaire (tant sa femme décédée que celle avec laquelle il correspond) est idéalisée. Et il craint de ne pas être assez bien pour être aimé, mais ce dernier point est à mettre autant, voire plus, sur le compte de son handicap.

 

La seule chose qui me fait hésiter est son humour (voir la conversation "Le 1 et l'humour"). Mais cela n'est pas forcément incompatible; des 1 ayant de l'humour, ça existe !

 

Qu'en pensez-vous ?

 

Une très bonne journée à tous !

Amicalement,

Pascale

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour à tous,

 

"Qu'en pensez-vous ?"

Aïe, j'en pense que nous sommes en train de refaire le coup d'Amélie Poulain et que ce n'est pas une bonne idée. Bientôt quelqu'un va venir nous dire qu'il est 7 parce qu'il a de l'humour, puis on aura le droit à l'hypothèse 2 parce qu'il aide Driss !

 

Je vais donc répondre aux deux messages ci-dessus, et puis j'arrête. Je le fais non pas pour défendre réellement mon idée qui cloche finalement (voir plus bas), mais pour clarifier certaines choses en espérant que Fabien me dise si je me trompe.

 

"Je ne vois cependant pas trop la paresse à se connaître."

C'est vrai, mais je ne vois pas le contraire non plus.

 

"Le fait qu'il ait été élevé dans l'idée qu'on pissait sur le monde n'est pas du tout 9, mais c'est peut être uniquement son éducation de laquelle il se démarque en 's'oubliant' moins qu'avant."

Justement, on prend le soin de nous dire que ce n'est pas sa personnalité, mais quelque chose d'appris.

 

"Le plus problématique pour moi, c'est quand il dit qu'il a toujours aimé la compétition ; là ça ne sonne plus 9 du tout."

Pourquoi ? En stage, Fabien répète souvent que le 9 évite les conflits, et pas la colère ou même l'agressivité. Il y a des tas de circonstances où la compétition ne provoque aucun conflit. C'est par exemple le cas du sport que Philippe aime tant. Je ne me souviens plus du contexte dans lequel cette phrase est dite et s'il précise le type de compétition.

 

"La compulsion d'évitement de la colère me paraît présente à de nombreuses reprises : lorsque Driss lui verse de l'eau bouillante sur la jambe, par exemple, ou face à ses nombreuses extravagances, il semble se contenir pour garder son calme. Je dirais même qu'il fait preuve de pas mal de patience avec lui."

Franchement, je ne l'ai pas vu se contenir. De plus voir là de la patience, c'est supposer qu'il est intégré à ce moment-là. Ce n'est vraiment pas réaliste, alors que s'il est 9, il est dans sa compulsion et c'est normal. Pour moi, cette scène exclut le 8 et le 1.

 

"Style de communication 'enseignement, sermon' : 'Comment vivez-vous le fait d'être un assisté ?'"

Je ne comprends pas en quoi cette phrase est du style de communication du 1. À propos je dois dire que celui du 9 n'est pas très visible non plus, pan sur le bec ! Et donc, même avec une aile 8, le 9 ne tient pas.

 

"Wallace, saurais-tu nous expliquer pourquoi ?"

Tout simplement parce que nous n'arrivons pas à trouver une explication sans qu'un détail cloche. Fabien a dit et redit que lorsqu'un détail cloche, ce n'est tout simplement pas bon. Philippe pourrait être 8 mais il n'y a pas la fixation, il pourrait être 9 mais il n'y a pas le style de communication, il pourrait être 1 mais je n'ai vu ni la fixation ni la passion, etc.

 

Comme l'a dit aussi Fabien, le film n'est pas "un modèle de réalisme". Il ne cherche d'ailleurs pas à l'être et sans doute, pourrions-nous trier les œuvres à analyser ici sur ce premier critère.

 

Très amicalement,

Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Aurolaf

Bonjour à tous,

"Tu te rends sans combattre ? :rofl: "
C'est surtout qu'il n'y a pas de combat à mener dans la mesure où on est tous d'accord pour dire que le personnage n'est pas si crédible que cela et que quel que soit le type envisagé, on a un truc qui cloche.

Je me suis contentée de vous proposer mon document de travail et ce que j'avais interprété comme étant factuel (en relevant les dialogues) => hiérarchie des centres, sous type et une phrase qui pouvait pointer vers une motivation. Après, je n'irai pas me battre pour une hypothèse qui, de toutes façon, ne me satisfait pas totalement (parce tout ce qu'on pourra dire pour l'étayer est le résultat d'interprétation. Exemple d'interprétation : la scène où Driss verse de l'eau sur les jambes de Philippe => Pascale interprète qu'il se contient, Wallace, non… Perso, je ne l'ai pas vu se contenir non plus.

"Tout simplement parce que nous n'arrivons pas à trouver une explication sans qu'un détail cloche. Fabien a dit et redit que lorsqu'un détail cloche, ce n'est tout simplement pas bon. Philippe pourrait être 8 mais il n'y a pas la fixation, il pourrait être 9 mais il n'y a pas le style de communication, il pourrait être 1 mais je n'ai vu ni la fixation ni la passion, etc.
J'ai fait l'exercice pour les neuf types et j'ai effectivement trouvé un truc qui clochait pour tous les types.
Game over de mon côté !

"Comme l'a dit aussi Fabien, le film n'est pas 'un modèle de réalisme'. Il ne cherche d'ailleurs pas à l'être et sans doute, pourrions-nous trier les œuvres à analyser ici sur ce premier critère."
T'as raison Wallace, on va mettre en place une notation de film, genre AAA pour indiquer le niveau de qualité et de typabilité du film ! :rofl: Comment fait-on ? On crée une commission ?
Et ça va être compliqué car, dans un film, certains personnages sont bien travaillés et d'autres pas, le casting est plus ou moins bien fait... :confused: .

Bien amicalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour à tous,
 

"Tu te rends sans combattre ? :rofl: "
C'est surtout qu'il n'y a pas de combat à mener.

Ce n'était qu'une blague, Aurore.
 
"Exemple d'interprétation : la scène où Driss verse de l'eau sur les jambes de Philippe => Pascale interprète qu'il se contient, Wallace, non… Perso, je ne l'ai pas vu se contenir non plus."
Il y a d'abord un non-verbal qui avec un peu d'expérience s'interprète avec une certaine fiabilité (cela me fait penser à un article du blog, "Sélectif", et à la conversation qui avait suivi), et puis la réaction verbale ("Bon, vous avez fini de jouer ?") que je ne trouve vraiment pas compatible avec la colère d'un 1, même mu.
 
"T'as raison Wallace, on va mettre en place une notation de film, genre AAA pour indiquer le niveau de qualité et de typabilité du film ! :rofl: Comment fait-on ? On crée une commission ?"
Excellente idée, seules les andouille(tte)s ne réussiraient pas à typer les films AAAAA. :rofl: Blague à part, j'ai quand même l'impression que cela se sent avec une bonne fiabilité à la première vision du film. Peut-être que cela nous amènerait à ignorer des films typables, mais ne serait-ce finalement pas mieux que les errements d'Amélie Poulain ou, dans une nettement moindre mesure, d'ici.
 
Très amicalement,
Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

D'une certaine manière, je suis assez d'accord avec Wallace sur le fait qu'on peut, si on a une bonne connaissance et une bonne expérience de l'Ennéagramme, avoir l'intuition de la possibilité de typer ou non un personnage. C'est pourquoi je n'avais pas initialement répondu à Pascale et avais simplement signalé cette impression quand Aurore avait décidé de s'attaquer — le choix de ce mot est indépendant de son ennéatype :tongue: — à typer Philippe.

 

Maintenant que, sauf coup de théâtre, il semble y avoir un accord sur le fait de ne pouvoir typer Philippe, je vais réagir à quelques phrases postées au cours de cet échange.

 

Étant moi-même 8, si j'étais dans un fauteuil roulant, je serais dans doute salement désintégrée, je me vengerais sur la terre entière de mon état.

J'ai connu des 8 en fauteuil roulant, et en ai même eu un en stage, qui était à un niveau tout à fait standard d'intégration. Ceci dit, ils n'avaient que le bas du corps paralysé, et je ne les ai vus qu'assez longtemps après l'événement qui avait causé leur situation.

 

Sinon, les lecteurs, vous ne trouvez pas bizarre que lorsqu'on a une hypothèse qui tient moyennement la route, un personnage peu crédible, on arrive presque, au final, à un consensus sur un 9 (cf. Amélie Poulain) ?

À ma connaissance, notre ami Jérôme n'a pas consenti au typage en 9 d'Amélie Poulain. Les 9 étant ce qu'ils sont, leur silence n'est pas un consentement acceptable. :rofl:

 

"Le plus problématique pour moi, c'est quand il dit qu'il a toujours aimé la compétition ; là ça ne sonne plus 9 du tout."

Pourquoi ? En stage, Fabien répète souvent que le 9 évite les conflits, et pas la colère ou même l'agressivité. Il y a des tas de circonstances où la compétition ne provoque aucun conflit. C'est par exemple le cas du sport que Philippe aime tant. Je ne me souviens plus du contexte dans lequel cette phrase est dite et s'il précise le type de compétition.

Effectivement, la compétition est un comportement et a priori peut être envisagé pour tous les types. Wallace cite l'exemple du sport qui me semble pertinent comme contexte où la compétition ne provoque pas de conflit.

 

D'Édouard Balladur à François Hollande, on ne compte pas les 9 qui atteignent un haut niveau de responsabilité en politique. Il me semble que cet environnement est hautement compétitif. Comme ces 9 ne me paraissent pas particulièrement intégrés au sens de l'Ennéagramme, cela implique que 9 et compétition peuvent coexister. Ce serait peut-être intéressant d'en discuter dans une autre conversation.

 

"T'as raison Wallace, on va mettre en place une notation de film, genre AAA pour indiquer le niveau de qualité et de typabilité du film ! :rofl: Comment fait-on ? On crée une commission ?"

Excellente idée, seules les andouille(tte)s ne réussiraient pas à typer les films AAAAA. :rofl: Blague à part, j'ai quand même l'impression que cela se sent avec une bonne fiabilité à la première vision du film. Peut-être que cela nous amènerait à ignorer des films typables, mais ne serait-ce finalement pas mieux que les errements D'Amélie Poulain ou, dans une nettement moindre mesure, d'ici.

Superbe blague ! Ceci dit, il me semble que, outre l'intuition sus-mentionnée, la solution a été donnée maintes fois dans cette conversation :

 

J'ai fait l'exercice pour les neuf types et j'ai effectivement trouvé un truc qui clochait pour tous les types.
Game over de mon côté !

 

dans d'autres conversations et en stage :

 

"2 Séduction agressive : les bras m'en tombent !"

Même si mes souvenirs du film sont lointains, moi aussi je commence à ressemble à la Vénus de Milo ! Wallace réclamait un "stage de Non-détermination". Le b.a.-ba en serait, comme d'ailleurs Aurore l'a mentionné ci-dessus, de ne pas tolérer une incohérence dans ses hyopthèses. Amélie Poulain n'est de toute évidence pas dans la séduction agressive donc :

  • Soit elle n'est pas 2 ;
  • Soit elle n'est pas de sous-type sexuel.

Et il est alors inutile de poursuivre, rédiger et publier l'hypothèse 2X. Autant occuper son énergie mentale à explorer d'autres pistes, et ne pas polluer celle des autres. Je rappelle que cette stratégie d'élimination est expliquée et utilisée dans le stage Détermination.

Il s'agit de développer un bon esprit critique vis-à-vis de son propre travail et de ne publier que lorsqu'on a la quasi-certitude d'être arrivé au résultat et après avoir toutes les vérifications d'usage expliquées dans le stage Détermination. Je sais que ce n'est plus facile à dire qu'à faire : "savoir qu'on ne sait pas" est une fonction du niveau libre du centre mental, comme étudié au stage Essence.

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Irimi

Bonjour à tous,

 

Après tout ce que je viens de lire, je comprends mieux pourquoi, comme je le disais dans mon premier post, je n'arrivais pas à typer le personnage de Philippe ! Promis, je serai plus vigilante sur mon prochain choix de film.

 

Bonne journée à tous,

Amicalement,

Pascale

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Pascale,

 

Je dirais que tu n'as rien à te reprocher dans l'histoire. Tu as typé le personnage typable et tu t'es abstenue pour l'autre. Je crois que face à un personnage non typable, il y a trois niveaux allant de l'incompétence vers la compétence :

  1. Je lui trouve un type.
  2. Je ne réussis pas à lui trouver un type.
  3. Je le trouve non typable.

En termes d'Ennéagramme, seule la première attitude est vraiment embêtante, et il est bien souvent légitime d'être en position 2, la 3 n'étant pas toujours facile à démontrer parce qu'elle est une négation (prouve-moi que tu n'es pas une extraterrestre ! :rofl:)

 

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...