Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  
Stéphanie Auxenfans

Hésitation entre un 6 et un 1

Recommended Posts

Stéphanie Auxenfans

J'évolue depuis plus de 4 mois dans un groupe où je suis une formation longue.

 

Pour certaines personnes les enneatypes me sont parus évidents assez rapidement, pour d'autres, c'est extrêmement plus difficile. C'est le cas pour Clara. Depuis le début de la formation, j'hésitais entre deux ennéatypes le 1 et le 6.

 

Elle a un niveau d'exigence très élevé dans tout ce qu'elle fait, dens les thématiques qu'elle présente au groupe, dans sa manière de prendre en note les cours, dans son souhait d'être une formatrice extrêmement professionnelle. Clara a une rigueur personnelle très élevée, pour elle mais aussi pour l'extérieur.

 

Elle a régulièrement exprimé son besoin de cadre, de mettre les choses dans des cases, de savoir où elle allait. Elle a aussi souvent exprimé ses peurs quant à sa capacité à se remettre à étudier, et de savoir si elle aurait les capacités pour suivre cette formation.

 

Il lui arrive souvent de ne pas comprendre aussi vite que les autres membres du groupe, et de demander des explications, une reformulation. Elle dit souvent à ce moment-là : "J'ai besoin que ça soit clair, j'ai besoin de comprendre." Je pouvais y voir l'orientation du 1, la fixation de perfectionnisme, elle montrait parfois des signes d'irritation, que j'associais à la colère, quand les choses ne lui semblaient pas claires. Mais je voyais aussi la fixation du 6, le doute, et sa passion, la peur.

 

Elle utilise un vocabulaire de mental, elle dit souvent : "J'ai besoin de comprendre."

 

Je l'ai vu plusieurs fois défendre ce qui était pour elle des valeurs importantes. Là encore, je ne savais pas s'il s'agissait de l'orientation du 1, idéaux élevés et rigueur personnelle, ou celle du 6, loyauté.

 

J'avais beau l'observer, écouter les mots qu'elle utilisait, je n'arrivais pas à me faire une idée fixe sans douter entre les deux ennéatypes.

 

La semaine dernière le groupe a vécu un incident qui a permis de lever le doute et de déterminer l'ennéatype de Clara. Sans rentrer dans le détail du clash qui lui-même a peu d'importance, Clara s'est retrouvée en larmes, profondément touchée et déstabilisée par ce qu'elle vivait. Elle nous a dit : "Je ne me sens plus en sécurité dans ce groupe, je ne me sens plus protégée par notre formatrice." Jusque-là, elle respectait la formatrice mais après cet incident, elle s'est sentie trahie, et surtout elle ne pouvait plus lui faire confiance. Elle a commencé à remettre en cause son autorité. Elle a fortement hésité à arrêter cette formation alors qu'elle se termine dans 3 mois.

 

C'est une pure expression d'ennéatype 6. Au vu de cette phrase, tout colle, mais si elle n'avait pas vécu ce grand stress, je serais sans doute encore en train de m'interroger quand à son ennéatype.

 

Comme quoi il faut savoir être patient et prudent. :wink:

 

Très amicalement,

Stef

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

"Comme quoi il faut savoir être patient et prudent. :wink: "
Je ne peux qu'être d'accord avec cette phrase, même si il y a un risque quand on pense avoir une certitude, pas quand on hésite.

En dehors de ce constat, l'intéressant pour toi est de tirer un apprentissage de cette indécision. L'ennéatype était-il si indéterminable que cela ?

L'incertitude entre 1 et 6 est un grand classique. Cependant les différences sont quand même nombreuses, et je m'étonne qu'en quatre mois de fréquentation régulière, tu n'aies pas pu faire un choix (provisoire) entre les deux hypothèses : as-tu exploré la piste du style de communication ? Du centre réprimé ? Des instincts ? Puisque tu as envisagé le 6, as-tu cherché à voir s'il y avait basculement du centre mental ? As-tu testé divers moyens de communiquer avec cette personne en cherchant celui qui visiblement avait le meilleur impact sur elle ?

Aujourd'hui, en repensant à ce que vous avez vécu ensemble, y a-t-il des éléments qui t'ont échappé ? D'autres que tu as repéré mais dont tu n'as pas vu l'importance ?

"Au vu de cette phrase, tout colle, mais si elle n'avait pas vécu ce grand stress, je serais sans doute encore en train de m'interroger quand à son ennéatype."
Le stress est souvent le meilleur moment pour trouver l'ennéatype. N'y a-t-il pas eu d'autres moments de stress avant ?

Très amicalement,
Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Odile2

Bonjour à tous,

 

Je voulais juste faire part d'une observation qui se révèle très typée 6, me semble-t-il, et à la lecture de ce sujet ouvert, je dois dire qu'au début, avec le besoin qu'avait cette personne de faire des listes détaillées, j'avais commencé à penser à un type 1. Mais l'expérience me fait vraiment pencher pour un 6.

 

Voilà l'expérience. Je travaille sur les maquettes d’un stand et le responsable de projet est un 6. Il me montre toutes les caractéristiques du 6 au travail ; j’ai droit à tout :

  • Il tergiverse sans cesse : oui, mais…
  • Il s’appuie sur les méthodes éprouvées (référence permanente aux réalisations de l’année passée…).
  • Il est un peu lent pour passer à l’acte (analyse trois fois avant…).I
  • Il se réfère sans cesse à sa hiérarchie (le pouvoir qu’elle peut avoir sur lui).
  • On est en finalisation, et il se met à douter du résultat et envisage d’autres difficultés sur la prochaine étape alors qu’elle n’est pas commencée…

L’avantage de l’Ennéagramme est de me permettre de décrypter ses attitudes…sans m’énerver. :wink:

 

Je tente de le rassurer en donnant sincèrement les points positifs et critiques, mais je lui dis qu’il faut aller à l’essentiel pour tenir les délais. Je suis la plus concrète et précise possible. Et je lui dis que j’ai confiance dans ses choix et le résultat !

 

Pas facile à vivre sur plusieurs jours de charrette quand même ! :pt1cable:

 

Amicalement,

Odile

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stéphanie Auxenfans

Bonjour Fabien, bonjour à tous,


Jusqu'à cet incident, dernièrement j'avais plutôt opté pour un ennéatype 1.


Concernant le contre réprimé, ça ne pouvait pas être le centre émotionnel, qui est bien présent dans sa façon d'être e dans sa relation aux autres. Elle est souriante, avenante. Je ne pourrais pas dire qu'elle est chaleureuse mais elle est douce et rassurante. Elle prend en compte les autres, elle cherche une certaine forme d'harmonie. Je l'ai vu pleurer et avoir les larmes aux yeux à plusieurs reprises, touchée par le chant d'une collègue, par les larmes d'une autre personne, par des difficultés personnelles qu'elle a partagées. Elle vit ses émotions sans problème et volonté de les cacher aux autres.


J'ai pensé au centre mental réprimé, les fois où je la voyais en confusion sur des choses qui me paraissaient simples, les fois où elle ne comprenait pas ce que tout le groupe avait compris.


Je n'arrivais pas vraiment à voir le centre instinctif réprimé, car elle est volontaire. Elle a pendant plusieurs années suivi des cours du soir au Cnam en plus d'une activité professionnelle assez physique dans la restauration. Ça n'était pas évident par le centre réprimé.


J'ai associé son vocabulaire "je dois, il faut, c'est pas correct, c'est pas sérieux" au style de communication du 1, enseignement et sermon. Son implication aussi me faisait penser au 1. Aujourd'hui, en repensant à ce que j'ai vécu avec elle, je peux retrouver le style de communication du 6, limite, mais ce n'est pas si flagrant et je vais essayer de l'observer d'avantage.

 

L'ambivalence, elle, est présente avec certaines personnes et distante avec d'autres. Elle a exprimé à plusieurs reprises son besoin de savoir dans quel rôle elle se retrouvait, en tant qu'apprenante, en tant que formatrice. Elle reproché à d'autres personnes qui sont intervenues dans notre groupe, de ne pas savoir comment elle devait se positionner. Elle adapte sa tenue vestimentaire : dès qu'elle doit faire une animation elle s'habille de manière beaucoup plus chic, ce qui peut correspondre au coté correction du 6. Elle a aussi exprimé sa peur ou ses questionnements quant aux limites du formateur, aux limites du métier de formateur.


Concernant les instincts, le sous type conservation du 1, anxiété pouvait coller, illustré par sa peur de ne pas être à la hauteur, par son stress d'être une formatrice exemplaire (je pouvais voir aussi là aussi le perfectionnisme du 1). Elle cherche comment bien faire, comment éviter les erreurs.


Chez le 6, deux sous-types, cordialité et devoir, collent parfaitement.

 

Cordialité comme je l'ai expliqué plus haut. J'ai aussi repensé à un élément qui n'est sans doute pas anodin. Nous avons une 8 assez virulente dans le groupe. Dès que cette 8 a eu un moment de doute, une difficulté face aux autres membres du groupe, Clara s'est toute de suite rapprochée d'elle et a cherché à l'accompagner et à la rassurer. A postériori, je pense qu'elle avait perçu le danger potentiel de cette 8 et a cherché à se protéger et se mettre en sécurité en créant une alliance avec elle. Ce qui a très bien marché. Ce qui est étonnant, c'est de voir qu'elle a su créer le lien au seul moment où la 8 a été vulnérable.


Son instinct social est très fort. Elle a un besoin de règles, de cadre, d'autorité identifiée. C'est ce qui a fait basculer son centre mental et l'a fait paniquer quand elle s'est rendu compte que notre formatrice ne prenait pas son rôle d'autorité du groupe pour gérer un problème.

Elle est très engagée dans l'éducation de ses enfants, dans sa formation.

Sans trop rentrer dans le détail de sa vie privée, son père a été totalement absent de sa vie et est revenu il y a juste un an ou deux. Aujourd'hui, il perd son autonomie et sa mémoire. Elle est de nouveau très engagée dans ce qu'elle va devoir faire pour lui, pour faciliter sa fin de vie. Elle est très affectée et perturbée par cet événement. C'est un engagement fort vis-à-vis de son père qu'elle a décidé.

Le sens du devoir semble être un élément fondamental.


Je n'ai pas su repérer le mécanisme de défense de projection qu'il y a forcément eu, mais que je n'identifie pas.


Je dirais que Clara a un ennéatype 6 alpha avec les instincts social et conservation bien visibles.


Très amicalement,
Stef

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kayla

Bonjour Stéphanie (et tout le monde :wink:),

 

Tu nous as parlé de son style de communication, de ses centres, de sa fixation. Une question me vientá: qu'en est-il de sa passion ? Vois-tu de la peur mise à part celle de ne pas être à la hauteur ? De la colère ?

 

As-tu exploré la compatibilité avec les types d'intégration et désintégration ?

 

Si elle est 6 alpha, elle s'intègre donc en 9 et se désintègre en 3. Est-ce compatible avec tes observations ? Avec ce que tu connais d'elle ?

 

À bientôt. :bye:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Stéphanie Auxenfans

Bonjour Kayla et tous,

 

La peur est présente. Elle a commencé à tourner dans la formation autour de la peur de ne pas être capable de suivre la formation, de ne pas avoir les capacités suffisantes. Puis au fur et à mesure de l’avancement de la formation, elle a porté sur la peur de ne pas être une bonne formatrice, sur le métier en lui même.

 

La peur est exprimée de manière verbale et non verbale, pas de manière constante, mais plutôt par période.

 

Non, je n’ai pas pensé aux types d’intégration et de désintégration. Mais à plusieurs moments, je l’ai vue dans la médiation, dans le soutien. Elle a l’air d’avoir une réelle volonté de justice, d’harmonie. Cela dit, je ne suis pas sûre de pouvoir attribuer cela au type d’intégration.

 

Très amicalement,

Stef

Share this post


Link to post
Share on other sites
Athéna

Bonjour à tous,

Pour aider à la détermination du type lorsqu'il y a hésitation entre le 1 et le 6, on peut dire que :

  • Le 1 est convaincu qu'il faut repousser le plaisir tant que tout le reste n'est pas fini ;
  • Le 6 oscille entre Travailleur et Dégonflé ce qui implique qu'il peut avoir des périodes de fainéantise ce qui n'arrive pas au 1.

Sophie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Ce n'est pas un élément discriminant sur le court terme, Sophie, car :

  • Le 1 peut être dans sa contrepassion de renoncement et donc ne pas paraître si travailleur que cela ;
  • Le 6 peut être bloqué sur le pôle Travailleur de sa dichotomie et ne pas s'arrêter pour respirer !

Très amicalement,

Fabien

Share this post


Link to post
Share on other sites
Athéna

Bonjour Fabien,

 

Tout à fait d'accord. Il faudrait faire cet observation sur le long terme. Lorsque on aide quelqu'un à trouver son ennéatype et que cette personne se connaît plutôt bien, ça peut être un élément intéressant.
Je sais, ça fait beaucoup de si…

Cordialement,
Sophie

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...