Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Jump to content
Sign in to follow this  

Recommended Posts

Irimi

Bonjour à tous,

 

Je souhaite vous faire partager une petite anecdote au sujet du centre préféré.

 

Une amie, dont je ne saurais déterminer le type, m'a toujours paru avoir un centre émotionnel particulièrement présent ; en effet ses émotions transparaissent avec énormément d'intensité, dans les bons moments comme dans les moins bons. Ce qui pour moi, qui réprime le centre émotionnel, a d'ailleurs parfois été source d'un léger embarras : mais comment réagir face à une telle expression d'émotions ??! :wink:

 

Au cours d'une discussion, je lui raconte que j'ai assisté le week-end précédent à un stage d'Ennéagramme, et comme elle a l'air intéressée, je commence à lui expliquer brièvement la théorie des centres.

 

Voici sa réponse : "je ne comprends pas : comment peut-on mettre l'émotionnel au même plan que le mental et l'instinctif ? L'émotionnel est présent en permanence, même quand on pense ou qu'on agit" CQFD ! Il me semble que j'aurais pu dire la même chose du centre mental

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry

Bonjour Pascale,

 

Parler de la collaboration de nos centres (émotionnel, mental, instinctif) n'est pas les mettre sur le même plan. C'est, au contraire, parce qu'ils ne sont pas sur un même plan, donc pas interchangeables dans leurs usages, que leur bonne collaboration est indispensable à notre bon équilibre ("intégration"). Ils sont comme des personnes complémentaires au sein d'une entreprise, l'entreprise étant vue, alors, comme un organisme vivant.

 

À une amie 4 mu qui ne voyait le modèle que d'un point de vue intellectuel, j'ai vivement conseillé de suivre le stage de bases, en lui disant qu'il lui fallait le vivre. Je pense que c'est le cas pour toute personne ayant le centre émotionnel en centre préféré, voire en centre de support. Pour ma part, ayant mon centre émotionnel réprimé et ayant d'emblée, instinctivement, perçu la pertinence et la puissance du modèle, je me suis autorisé à "sauter" le stage de bases, je le reconnais, mais je ne prétends pas être un exemple. :happy: Cette amie m'a remerciée de "l'avoir poussée" à participer au stage de bases. :proud:

 

Par ailleurs, Le Grand livre de l'Ennéagramme fait soigneusement appel aux trois centres (une des causes de son épaisseur). Ceux qui ont le centre émotionnel en centre préféré y trouverons donc, vraisemblablement, ce qu'ils espèrent y trouver.

 

Comment réagir à tant d'émotions de la part de cette amie ? Conserver votre propre niveau émotionnel. Lui montrer qu'elle est écoutée et comprise, mais sans emphase. Lorsque votre centre émotionnel est fatigué, faire une pause, voire vous éloigner.

 

Amicalement,

Thierry

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kayla

Bonsoir tout le monde,

 

"Parler de la collaboration de nos centres (émotionnel, mental, instinctif) n'est pas les mettre sur le même plan. C'est, au contraire, parce qu'ils ne sont pas sur un même plan, donc pas interchangeables dans leurs usages, que leur bonne collaboration est indispensable à notre bon équilibre ('intégration')."

L'amie de Pascale, je pense, n'a en fait pas compris le concept de hiérarchie des centres au sens où nous l'entendons en Ennéagramme parce que pour elle hiérarchie égale classement par ordre d'importance et donc de valeur. J'ai eu le même souci avec un ami quand je lui ai parlé des centres. Il me disait : "Mais enfin, tout est émotion. Il ne saurait en être autrement !" En lui expliquant la différence et en lui montrant le schéma en forme d'entonnoir, tout est devenu clair !

 

"Je pense que c'est le cas pour toute personne ayant le centre émotionnel en centre préféré, voire en centre de support."

Là, j'avoue que je ne saisis pas. Pourquoi les émotionnels devraient-ils "vivre" le stage de Bases plus que les autres ? De plus, je te répondrai que bien qu'ayant le centre émotionnel en premier et même le centre instinctif en centre réprimé, j'ai aussi "instinctivement et d'emblée perçu la pertinence et la puissance du modèle".

 

Pascale, tu te demandes comment réagir ? Tu pourrais par exemple amener cette amie à se rendre compte du type de communication qu'elle utilise, et lui expliquer que comme ta hiérarchie des centres est différente de la sienne, c'est parfois un peu difficile pour toi. Elle ne se sentira pas rejetée et aura en plus des éléments pour rendre vos échanges plus faciles.

 

Bonne soirée à tous,

Kayla

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry

Bonsoir Kayla, bonsoir à tous,

Il est vrai que le mot hiérarchie peut être mal compris. Comme il y a trois centres, on ne peut se contenter du mot prédominance, par exemple. De plus, la notion de hiérarchie permet d'inclure le cas de la répression du centre préféré chez les 3, 6 et 9, sous stress.

"Là, j'avoue que je ne saisis pas. Pourquoi les émotionnels devraient-ils 'vivre' le stage de Bases plus que les autres ?"
Pour répondre simplement, je peux témoigner de mon utilisation de mes centres, et prendre un exemple analogue : ma lecture du Grand livre de l'ennégramme. En gros, je feuillette d'abord (centre instinctif), puis lis des passages. Les passages qui font appel au centre émotionnel, je n'ai qu'une envie : les sauter (je ne le fais pas forcément, mais je dois faire un léger effort d'attention).

Visiblement (c'est ma perception), il manquait à l'amie 4 mu essentiellement, et avant tout approfondissement, une perception émotionnelle des types. Je traduis cela en disant "besoin de vivre le stage de Bases".

"De plus, je te répondrai que bien qu'ayant le centre émotionnel en premier et même le centre instinctif en centre réprimé, j'ai aussi 'instinctivement et d'emblée perçu la pertinence et la puissance du modèle'."
Me suis-je mal exprimé ? Ce "de plus" ne met pas sur le même plan les différentes raisons que j'évoque. Je n'ai donc pas laissé entendre qu'il est nécessaire de ne pas réprimer son centre instinctif pour qu'il fonctionne bien. Au contraire, nous savons que la qualité d'un centre n'a rien à voir avec son utilisation.

D'ailleurs, le centre réprimé de ma meilleure amie (une autre 4 mu), qui se cloître depuis un an, fonctionne, à mon avis, un cran au-dessus du mien. Mais elle ne le consulte plus, son centre mental…

Amicalement,
Thierry

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kayla

Bonjour Thierry, bonjour tout le monde,

On peut parler de prédominance quand justement l'un des centres est sur-utilisé et donc mal utilisé, mais le terme ne convient pas dès qu'on veut parler d'équilibre des centres. Et il me semble contre-productif, en effet, de l'employer pour expliquer la notion de hiérarchie, parce qu'il induirait en erreur, du moins il me semble. Sauf à l'inclure dans une phrase négative du style "la hiérarchie des centres n'est pas une prédominance de l'un d'entre eux".


"Pour répondre simplement, je peux témoigner de mon utilisation de mes centres, et prendre un exemple analogue : ma lecture du Grand livre de l'ennégramme.
En gros, je feuillette d'abord (centre instinctif), puis lis des passages. Les passages qui font appel au centre émotionnel, je n'ai qu'une envie : les sauter (je ne le fais pas forcément, mais je dois faire un léger effort d'attention).
Visiblement (c'est ma perception), il manquait à l'amie 4 mu essentiellement, et avant tout approfondissement, une perception émotionnelle des types. Je traduis cela en disant "besoin de vivre le stage de Bases"."
Je ne vois toujours pas le rapport, mais étant épuisée par mon déménagement peut-être mon centre mental est-il lui aussi noyé... Parce que je pourrais tout aussi bien dire qu'en tant que 9 alpha, tu as encore plus besoin que les émotionnels de te trouver confronté aux émotions d'un stage, pour être "obligé" de les vivre, sans pouvoir sauter les passages qui te gênent et passer à la page suivante. Peut-être la différence réside-t-elle dans le fait que l'ego des émotionnels et leur hiérarchie des centres leur fait prendre conscience de ce besoin de vivre les émotions. Alors que ceux qui répriment ce centre en ont tout autant besoin, mais leur ego leur fait croire le contraire.

"D'ailleurs, le centre réprimé de ma meilleure amie (une autre 4 mu), qui se cloître depuis un an, fonctionne, à mon avis, un cran au-dessus du mien. Mais elle ne le consulte plus, son centre mental…"
Et finalement, elle l'a suivi ce stage de Bases, ou pas ? Et puisque tu dis qu'elle est 4 mu, a-t-elle fait le stage Centres aussi ? Parce que lorsque nous avons parlé de cette amie en privé, je t'avais demandé si tu étais bien sûr de sa hiérarchie des centres, justement. Ça me semble indispensable pour que nous puissions continuer à en discuter.

À bientôt,
Kayla

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry

Bonjour Kayla, bonjour à tous,

"Parce que je pourrais tout aussi bien dire qu'en tant que 9 alpha, tu as encore plus besoin que les émotionnels de te trouver confronté aux émotions d'un stage, pour être "obligé" de les vivre, […]."
Vu ainsi, l'ego peut dire "J'ai ma dose !" à tout moment… et je peux être là, sans être là, mais pas vraiment… Fabien l'a bien dit (je ne sais plus avec quels mots, ni sur quel fil) : un 9 peut a priori narcotiser à tout !

"Et finalement, elle l'a suivi ce stage de Bases, ou pas ?"
Je précise que je parle d'une "autre 4 mu" ! Quand je dis "cloîtrée", elle est sortie de chez elle, à ma connaissance, trois fois en 2012 !

"Et puisque tu dis qu'elle est 4 mu, a-t-elle fait le stage Centres aussi ?"

Je n'ai parlé de personne ayant fait le stage Centres :

  • Je ne l'ai pas encore fait (je suis inscrit à la prochaine session) ;
  • L'amie 4 mu ayant fait le stage de base envisage spontanément et assez fortement le stage Centres (inscription possible à la prochaine session) ;
  • L'amie cloîtrée n'attend même pas que Fabien propose des prestations à domicile.

"Parce que lorsque nous avons parlé de cette amie en privé, je t'avais demandé si tu étais bien sûr de sa hiérarchie des centres, justement. Ça me semble indispensable pour que nous puissions continuer à en discuter."
J'ai dit et redit que je suis sûr et qu'elle s'est très bien reconnue dans le type, après avoir brièvement envisagé le type 9. C'est vrai qu'elle est douée pour une certaine inertie, mais pas celle du 9, celle de la contrepassion du 4. Cela dit, on peut reprendre l'échange quand tu veux, si tu veux.

Amicalement,
Thierry

 

P.S. : concernant le typage de l'ami cloîtrée, il se trouve que j'ai surtout des éléments "hors quotidien", ce qui n'est aucunement gênant pour percevoir, détailler, synthétiser, mais rend difficile une explication noir sur blanc. J'ai entrepris l'échange à propos de cette amie avec Kayla parce que Kayla est 4 et donc pourrait peut-être m'éclairer, disons, autour de la contrepassion de suffisance. Ma motivation est que je ne sais pas quoi faire et que mon instinct me dit qu'il n'y a rien à faire. Ce qui mérite, disons, vérification (ce n'est pas vraiment le mot, je fouine à la manière de l'Inspecteur Columbo, mais comme la victime et le coupable sont une même personne, l'Inspecteur a bien du mal. :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Isa63

Bonjour à tous,


Je viens juste apporter mon expérience quant à la hierarchie des centres.


Comment peut on être absolument sûr de la hiérarchie des centres d'une personne, autre que la personne elle-même ?


J'ai eu beaucoup de mal à savoir quelle était la hierarchie de mes centres. Aucun doute pour moi sur l'instinctif en centre préféré ; les centres émotionnel et mental me semblent assez proches chez moi. Je pensais réprimer l'émotionnel, et en fait, stage après stage, j'ai compris pourquoi (en lien avec mon histoire de vie et mon domaine).


C'est le rapprochement avec la typologie de Horney au stage Détermination qui m'a permis de revenir sur mon hypothèse de départ. Puis lors du stage Intuition, j'en ai eu la confirmation : je me désintégre bien en 4

Tout ceci m'a demandé du temps, et beaucoup d'observation ! Alors je ne peux que redire combien il est prudent de ne pas affirmer trop vite ce que l'on croit voir chez les autres…

Amicalement,
Isabelle


Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry

Bonjour Isa63, bonjour à tous,

 

Isabelle, je suis d'accord avec tes propos : c'est, somme toute, la question de la preuve qui est posée. Comme la question est, en soi, délicate, l'essentiel est la démarche de se typer soi-même (si on le souhaite) avec un plein droit à l'erreur. L'erreur est, au fond, pédagogique et nécessaire.

 

Comme je suis parfaitement à l'aise pour dire "je ne sais pas", je suis tout autant à l'aise pour bâtir (voire émettre) des hypothèses. À la limite, dire "je vois" ! Et si dire "je vois" implique éventuellement un peu de provocation dans les limites du non conflictuel, ce n'est pas grave : cela fait partie de la 9-itude. :happy:

 

Amicalement,

Thierry

Share this post


Link to post
Share on other sites
Christine

Bonjour à tous,

J’ai aussi une petite anecdote. Il y a quelque temps, j’avais rencontré une prof (c’est le nom qu’elle utilise) d’Ennéagramme de type 8, et elle expliquait qu’elle aimait que l’Ennéagramme soit vite compris, de façon “instinctive”. Comme je suis moi-même de la triade instinctive, je n’y avais pas fait trop attention jusqu’à ce que je lise cette conversation.

Par contre, une chose m’avait bien marquée. J’étais en train de lui expliquer les variantes (alpha et mu), et elle hésitait un peu au niveau des types 2 et 7 (là où on observe une rupture de la loi circulaire). Elle était en train de réfléchir et ne disait rien. Alors je lui montre la Grande Bible… pardon le Grand Livre de l’Ennéagramme. Même si elle avait l’air intéressée, son commentaire fut bref : “C’est trop mental comme explication.” Sans faire de conclusion trop hâtive, je trouve que c’est une bonne indication sur une possible répression du centre mental.

Très amicalement,

Christine

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour à tous,

 

Merci de l'anecdote, Christine.

 

"Elle expliquait qu’elle aimait que l’Ennéagramme soit vite compris, de façon 'instinctive'."

Que quelqu'un qui professe l'Ennéagramme affirme qu'il y a un centre meilleur qu'un autre pour l'apprendre plutôt que de considérer qu'il faut utiliser les trois centres, moi je trouve ça curieux… Et encore je suis poli.

 

Très amicalement,

Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry

Bonjour Wallace, bonjour à tous,

 

Il faudrait savoir ce que cette prof. (comme elle se nomme) appelle "meilleur". Peut-être veut-elle être efficace au point de confondre rapidité et efficacité ? Mauvais effet au niveau ORANGE de la Spirale Dynamique ?

 

Amicalement,

Thierry

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kayla

Bonjour tout le monde,

Ce qu'il me semble intéressant de relever ce sont les derniers échanges de cette conversation :

  • Christine écrit : "elle aimait que l’Ennéagramme soit vite compris, de façon 'instinctive'."
  • Wallace comprend : "[elle] affirme qu'il y a un centre meilleur qu'un autre pour l'apprendre plutôt que de considérer qu'il faut utiliser les trois centres."
  • Et Thierry : Il faudrait savoir ce que cette prof. (comme elle se nomme) appelle "meilleur". Peut-être veut-elle être efficace au point de confondre rapidité et efficacité ?"

Le fait que cette prof dise aimer ou préférer cette façon de comprendre l'ennéagramme ne permet en rien de dire qu'elle pense que c'est la seule et la meilleure façon. Si ?

Surtout que Christine ne nous a peut-être pas rapporté les mots exacts de cette prof. Ou bien, comme elle relatait juste une anecdote, la traduction est peut-être faite rapidement ? (N'y vois pas une critique, hein. :calin:)

Bonne soirée à vous,
Kayla

Share this post


Link to post
Share on other sites
Wallace

Bonjour Kayla,

 

Pan sur le bec ! Apparemment tu as mieux bossé le métamodèle que moi ! Objectivement, tu as totalement raison. :sorry: Pourtant je continue à ressentir un certain malaise face à l'affirmation de l'enseignante 8.

 

Très amicalement,

Wallace

Share this post


Link to post
Share on other sites
Kayla

Bonjour Wallace,

 

"Apparemment tu as mieux bossé le métamodèle que moi !"

J'essaie, mais je ne travaille pas assez, en fait.

 

"Je continue à ressentir un certain malaise face à l'affirmation de l'enseignante 8"

Il ne s'agit pas d'une affirmation, mais de l'expression d'une préférence. Peut-être, sans doute, y mettait-elle toute son énergie instinctive et que du coup (certains de) ses élèves percevaient cette énergie comme une demande, voire une exigence de sa part que l'Ennéagramme soit compris de façon instinctive. Mais ça n'en fait pas une affirmation pour autant.

 

Est-ce que tu te sens plus à l'aise, si c'est formulé ainsi ?

 

Bonne journée. :bye:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Thierry

Bonjour Kayla, bonjour à tous,

 

"Le fait que cette prof dise aimer ou préférer cette façon de comprendre l'ennéagramme ne permet en rien de dire qu'elle pense que c'est la seule et la meilleure façon."

C'est exact. J'aurais dû ne pas me contenter de répondre à Wallace, et me remettre la conversation en mémoire avant.

 

Ce qui est avéré est que le contenu du Grand Livre de l'Ennéagramme n'est pas que mental, et donc, que la prof. qui considère son contenu, a priori, comme mental, ne l'a pas lu. Cet a priori peut lui être inspiré par l'environnement qu'est la culture française, excessivement portée à intellectualiser. Il faudrait plus de détails pour aller plus loin.

 

Pour moi la question est la raison de la préférence, et non le fait de préférer. Par exemple, j'ai cette même préférence, par flemme. Evidemment, si j'étais "prof.", j'éviterais de l'afficher. Évitement difficile pour cette 8 ?

 

Amicalement,

Thierry

Share this post


Link to post
Share on other sites
Irimi

Bonjour à tous,

et merci tout d'abord pour toutes vos réponses !

 

Je trouve que la discussion sur la façon que chacun a eu d'appréhender l'énnéagramme illustre bien les différences liées à notre centre préféré lorsque nous abordons un sujet ou un problème.

 

Pour ma part j'ai découvert le modèle au travers de différents (et nombreux) livres, et j'ai tout de suite accroché parce que justement l'approche mentale me convenait très bien. J'ai d'ailleurs attendu des années avant de venir suivre des stages, parce que justement je pensais pouvoir me contenter de cette approche intellectuelle (ego quand tu nous tiens :wink: ). Ce faisant je me privais de cette compréhension "instinctive" et "émotionnelle" que vous évoquez si justement. Or à chaque stage, c'est comme si des lumières étaient venues éclairer d'autres parties du sujet que je ne soupçonnais pas… un peu comme si jusque là j'étais restée dans la pénombre, tout en croyant voir parfaitement !

 

Le stage Centres a été à cet égard une révélation : la métaphore que cela m'inspire est que par rapport à l'émotionnel, j'étais un peu comme un malvoyant de naissance qui ayant toujours vécu avec une vision partielle du monde, n'imagine pas que les autres en ont une vision beaucoup plus riche ! Je me suis rendue compte, de plus, que j'avais vécu le plus souvent avec des personnes ayant également un centre émotionnel réprimé (ma mère, ma sœur, mon mari), voire avec un émotionnel en support (mon père, je pense) ; par conséquent l'émotionnel était pour moi un continent peu exploré…

 

Plus récemment, je me suis rendue compte que mon ego de 6 m'a conduite au cours de ma vie, de façon inconsciente, à réprimer le développement de mon émotionnel, car "faire confiance à ses émotions" égale "se mettre en danger". Comme si le mental venait réaffirmer sa suprématie.

 

Bref, que de chemin il me reste à parcourir…

 

Amicalement,
Pascale

Share this post


Link to post
Share on other sites
Sign in to follow this  

×
×
  • Create New...