Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Comme chaque année, le mois de juin est particulièrement chargé. En conséquence, en plus des jours prévus dans nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture
les 20 après 11h, 21, 25, 26 & 28 juin 2018.

Stéphanie Auxenfans

Bretagne

Messages recommandés

Stéphanie Auxenfans

Bonsoir Fabien et tous,

En relisant l'analyse de l'Indonésie sur le blog Et à l’aurore, je tombe sur cette phrase : "[…] de la même manière que l'ennéatype 4 baigne toute la culture française sans empêcher Bretons et Provençaux d'être fort différents." Ce billet a réveillé un peu de VIOLET en moi. Je ne m'étais jamais posée la question de l'ennéatype de ma région, la Bretagne.

Je n'arrive pas à penser que ce soit un type émotionnel. Les Bretons sont des gens charmants, mais pas forcément à première vue. Le sourire est rarement arboré dès la première rencontre. Nous avons la réputation par contre, une fois que le lien est établi, d'être extrêmement solidaire, à la vie à la mort. Je me souviens de vielles photos de grands aïeux qui ne donnaient pas du tout envie de les contredire. Certes les photos d'antan n'avaient pour objectif de montrer nos dents comme dans nos sociétés ORANGE, mais ils étaient particulièrement effrayants. Et pas seulement sur les photos. J'ai entendu parlé de traits de caractères très forts, ce qui est une des caractéristiques et des revendications des Bretons. Beaucoup de femmes se retrouvaient seules à élever les nombreux enfants, et à tout gérer pendant que les hommes étaient partis plusieurs mois en mer. Elles étaient fortes et courageuses, et n'avaient le temps d'être douces, ni d'avoir des états d'âmes. Les conditions de vie étaient très difficiles il y a encore quelques années.

Le Breton est très fier de sa culture, de son caractère bien trempé, ainsi que de sa capacité de travail, qui lui est aujourd'hui encore reconnue.

Je pourrais parler de l'excès de l'alcool en tout genre, eau de vie et compagnie, il faut dire que les hivers sont froids.  :wink:

Je ne suis pas sûre que mon explication soit réellement bien justifiée, mais je pense à un ennéatype 8.
Qu'en pensez vous, amis Bretons et autres participants ?

Très amicalement,
Stéphanie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Stéphanie,

Merci d'avoir ouvert ce sujet. Mes deux grands-parents maternels étaient bretons, mais je ne les ai quasiment pas connus, et ma connaissance de la Bretagne se limite à quelques vacances avec Patricia dans le Morbihan. C'est dire que je n'ai guère d'opinion sur le sujet.

À propos de l'alcool, je me souviens que Madame de Sévigné disait qu'« il passe autant de vin dans le corps des Bretons que d'eau sous les ponts. » Et pour continuer sur les clichés, on va rajouter le caractère têtu attribué aux Bretons et qui va bien dans le sens d'un centre instinctif bien positionné.

Pour aller plus loin, il faudra certainement tenir compte d'un VIOLET très fort. Henri Queffélec disait que les Bretons « ne voient pas de vraies frontières entre l'imaginaire et le réel, le présent et le passé ».

Très amicalement,
Kenavo, Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Aurolaf

Bonjour à tous,

 

Je n'ai aucune compétence en matière de culture Bretonne et ne pourrais donc pas donner un avis.

 

Toutefois, je tenais à souligner que l'excès d'alcool ne me paraît pas forcément pointer vers le 8 : par exemple, les Polonais sont de gros buveurs (c'est même effrayant !) et ils ne sont pas certainement pas un peuple de type 8. Je vois plutôt dans cette surconsommation d'alcool, en Pologne, une conséquence des conditions climatiques et une expression du vMème ROUGE.

 

Bon courage à tous les Bretons pour déterminer ce typage. Je suivrai cette conversation avec intérêt.

Bien amicalement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stéphanie Auxenfans

Bonsoir à tous,

J'ai essayé de lister un certain de nombre de traits de caractères que l'on attribue aux Bretons. Alors évidemment ça fait très cliché, mais ça donne une base de réflexion.

J'ai trouvé une référence aux 3 T que je ne connaissais pas : Têtu, Travailleur, Taiseux. On peut souligner le sale caractère des Bretons bien connu, ainsi que, comme le soulignait Fabien, leur réputation d'être têtu et obstiné. Mais taiseux, ça ne va pas vraiment avec le 8.

Ils sont assez froids, et même bourrus, ne montrent pas d'émotions et ne parlent pas non plus. On peut souligner qu'ils sont assez discrets, et pas du tout dans l'image. On s'habille pratique et chaud en Bretagne, pas vraiment fashion…

Sans oublier que le Breton était aventurier. C'est un peuple qui a beaucoup voyagé, qui s'est installé dans beaucoup de pays. Il a la réputation d'être courageux. Bon nombre d'hommes partaient en mer sans savoir nager, avec des conditions de navigation très difficiles et dangereuses.

Il existe une forte solidarité entre Bretons, sans doute lié au fort VIOLET.

À Paris, il y a une très forte communauté de Bretons qui sont installés à Montparnasse, gare où ils arrivaient lorsqu'ils quittaient le pays.

J'ai l'idée que la Bretagne est une terre de résistance depuis toujours, mais ma culture est insuffisante pour vous développer le pourquoi. Je pense que c'est ce qui m'a été transmis, comme cette fierté d'être Bretonne, même si je ne sais pas bien pourquoi, si ce n'est d'être Bretonne. :wink:

Je pense aux corsaires de Saint-Malo : « Voilà une ville qui ne se visite pas : elle se vit ! Dans la dureté de ses pierres, vous retrouverez le sentiment de froideur des hommes de guerre qui ont défendu la cité au cours des siècles. En parcourant ses chemins de ronde, vous sentirez cette sensation d'invincibilité que confère la puissance de ses remparts face aux hommes et aux éléments. Et levant les yeux vers ses hautes maisons, vous aurez réellement l'impression d'être tout petit face à sa grandeur. » La devise de Saint-Malo est : « Ni Breton, ni Français, Malouin suis ! »

Je pense aussi à Anne de Bretagne qui après plusieurs mariages, a tout fait pour que la Bretagne reste indépendante.

J'ai toujours entendu une fierté à avoir certains avantages que n'avaient pas le reste de la France, notamment la gratuité de toutes les autoroutes. J'ai fait des recherches sur Internet, mais je n'ai pas trouvé de réelle information hormis ce passage : « Il y a effectivement des privilèges qui ont survécu à la Révolution et à la nuit du 4 août 1789. Il reste maintenant à démontrer que les accords établis entre la Bretagne et la France sous l'ancien régime sont toujours en vigueur, notamment celui concernant la perception de taxes sur les routes bretonnes. »

Désolée ce sont des bribes dans tous les sens, et je constate ma faible connaissance de ma belle région.

Je pencherais pour un instinctif, un 8 ou un 1.

Là encore, entre les quatre départements de la Bretagne, il y a de très grandes différences. Je suis originaire de l'Ille-et-Vilaine, qui n'est pas considérée comme la vraie Bretagne par le Finistère, et qui a la réputation d'être plus douce et d'avoir un tempérament jugé plus nuancé : « L'Ille-et-Vilaine est une Bretagne duale, moins homogène que la Bretagne au caractère noir et blanc. »
« On est les moins bretons des Bretons, plutôt une porte d'entrée de la Bretagne. Dire qu'on est Breton, c'est une porte d'entrée dans l'échange avec l'autre. » (Yvonne Preteseille)

Je connais bien les Côtes-d'Armor d'où est originaire toute ma famille. Cette analyse vient donc en grande partie de ce qui m'a été transmis par ma famille issue des Côtes d'Armor.

Très amicalement,
Stéf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Je viens de lire un petit livre sur la Bretagne qui ne m'a pas vraiment emballé mais peut-être n'ai-je pas su en retirer la substantifique moelle. On y trouve bien sûr rappelé que les Bretons sont "durs et forts" et "entêtés". Voilà quelques autres éléments que j'ai notés.

 

Michel Pierre a dit :

Honoré de Balzac n’a-t-il pas comparé les Bretons à des Mohicans « pauvres de combinaisons intellectuelles mais aussi grands, aussi rusés, aussi durs qu’eux » ? Pour Maxime Du Camp et Gustave Flaubert allant Par les Champs et par les Grèves en 1845, la Basse-Bretagne est terre étrangère où l’on est plus incompris que « chez les Lapons ou les Alconquins ».

Désolé amis bretons, ce n'est pas très gentil mais je n'y suis pour rien. Peut-on déduire que le centre mental n'est sans doute pas préféré et qu'on peut éliminer les types 5 et 7 ? Comme Stéphanie avait déjà éliminé l'émotionnel comme centre préféré, donc ni 2 ni 4, cela diminuerait le nombre d'hypothèses possibles.

 

Michel Pierre a dit :

Ne lit-on pas sous la plume d’un chroniqueur de 1861 que la Bretagne est « le pays des bons prêtres, des bons soldats et des bons serviteurs » ?

Positionnement sur la spirale dynamique en BLEU ("Aucun endroit au monde ne possède une telle densité de vestiges religieux, de lieux dédiés à une croyance que la Bretagne. Quel que soit l’endroit où l’on se trouve, il existe dans l’environnement immédiat un mégalithe, une chapelle, un calvaire, une fontaine miraculeuse, une croix de chemin.") ou orientation de loyauté ?

 

Michel Pierre a dit :

N’oublions pas non plus ce sentiment de revanche qui anime beaucoup de Bretons et qui imprègne cette région. La Bretagne a souvent ressenti l’humiliation illustrée par le syndrome Bécassine. Voir toute une région, une culture, un pays, résumée à une employée de maison, à une bonne à ce point têtue, naïve, maîtrisant mal l’écriture, soumise à ses maîtres et souvent déroutée par la modernité a été un élément de vexation pour des Bretons, par ailleurs quelque peu susceptibles. Dans les années 1980, j’ai encore parfois ressenti cette forme de condescendance parisienne vis-à-vis de la Bretagne. Un certain nombre de lieux communs pouvant aller jusqu’à une forme de mépris ont ainsi façonné en retour une forme d’identité solidaire transcendant les clivages sociaux. Les Bretons se sont battus pour infirmer ce cliché.

Ce sentiment d'être mal perçu par le monde extérieur fait écho au peu que je connais de la région.

 

Michel Pierre a dit :

[…] c’était oublier cette capacité qu’ont les Bretons à se rassembler lorsque des intérêts qui apparaissent comme partagés sont menacés de l’extérieur. Et il y a toujours cette vieille suspicion de décisions prises ailleurs, de l’impression d’être ignorés ou méprisés qui remonte à des temps lointains, peut-être mal identifiés mais profondément enracinés.

À ce stade, il me semble que le 6 peut être ajouté à la liste des hypothèses précédentes (1 et 8) concernant la Bretagne, d'autant que :

Michel Pierre a dit :

Oui, la Bretagne compte la plus grande concentration mondiale de pierres levées, dressées, couchées, en cercles ou en lignes, mais elles n’ont rien à voir avec les druides. Oui, il existe bien un lac de Merlin et une fontaine de Viviane en forêt de Brocéliande, mais c’est une toponymie récente. Oui, la Bretagne est attachée à ses pardons et aux bannières de ses saints, mais aussi à des luttes et révoltes visant à mieux vivre sur terre sans attendre les félicités célestes. Oui, ce fut une terre de chouannerie, mais aussi celle de farouches républicains. Et l’on pourrait à l’infini passer d’un fait à son contraire dans la vaste brocante de l’Histoire. On y trouvera toujours sabot, escarpin ou sandale à son pied.

 

Très amicalement,

Fabien

 

Source : Michel Pierre. Bretagne : Les sillons de la mémoire. Bruxelles (Belgique), Nevicata, 2018. [Version Kindle]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×