Institut Français de

l’ennéagramme

À quoi sert tout le reste...

Aller au contenu

Conformément à nos conditions d'utilisation, ce forum sera accessible uniquement en lecture du 16 au 24 octobre 2018,
  puis du 30 octobre au 14 novembre 2018 inclus.

Odile2

Retour stage Pardon/Résilience

Messages recommandés

Odile2

Bonjour,

 

Des petits pas de plus dans la compréhension… Merci Fabien et Patricia.

 

Un constat physique fort : hier soir, je me sentais vidée de toute mon énergie (comme la plupart d'entre nous). Avec une bonne nuit de sommeil (le sommeil est mon capital santé, un vrai ressenti pour moi), je me suis réveillée avec une « lourdeur » en moins, une forte sensation !

Alors je me dis, après plusieurs processus de pardon, en fonction de nos besoins, est-ce que l'on devient une « plume » ?! :pt1cable:

 

Une question complémentaire : après avoir fini le processus, lorsque le pardon est ressenti, qu'on se sent allégé… est-ce vraiment abouti s'il reste un « contentieux » financier que l'on ne souhaite pas oublier, voire au contraire récupérer ? Je m'explique. Avec l'offense, il y a eu une décision judiciaire : une somme devait être réglée, ne l'a jamais été… Sans consacrer son énergie à sa recherche, le seul fait d'estimer que cette somme reste due et que si on peut la récupérer cela semble « juste », est-ce un pardon non abouti ? Il me semble que c'est une disjonction lucide que le « pardon » n'est pas un acte de justice et que, s'il y a intervention de la justice, ce qui a été décidé doit être appliqué. J'aimerais avoir ton commentaire Fabien, merci.

 

Bien amicalement,

Odile

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Odile,

 

Merci de ton feedback. Pour nous parce que cela fait bien plaisir que notre travail porte ses fruits. Pour les autres aussi : ce stage fait peut à beaucoup de gens, alors qu'il représente une étapoe indispensable de son évolution personnelle ; alors un encouragement n'est jamais de trop !

 

"Alors je me dis, après plusieurs processus de pardon, en fonction de nos besoins, est-ce que l'on devient une « plume » ?!"

En tout cas le passé devient une plume. Le présent ou l'avenir peuvent continuer à être porteur de problèmes, mais pour cela nous avons le stage Éveil ! :rofl:

 

"Sans consacrer son énergie à sa recherche, le seul fait d'estimer que cette somme reste due et que si on peut la récupérer cela semble « juste », est-ce un pardon non abouti ?"

Comme nous le disons au début du stage, le pardon est une chose, la justice en est une autre. La clé dans ta phrase est l'expression "sans consacrer son énergie à sa recherche. Quand la recherche de la justice devient une obsession, un substitut à la construction de relations saines et d'une vie orientée vers le présent et le futur, la pardon n'est pas abouti. Quand on y consacre une énergie raisonnable qui ne nous amène pas à ressasser le problème — et ce que tu dis est dans ce cas –, le pardon est abouti.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Odile2

Merci Fabien de ton rapide retour.

C'est bien de ressentir que les choses sont à plat et à leur bonne place parfois.

 

Et of course que je le ferai le stage Éveil, cependant je dois attendre juin prochain !! :yawn:

 

Bonne journée,

Amicalement,

Odile

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Claire5

Bonjour à tous,

 

Je tiens à témoigner que ce stage a été très libérateur pour moi. Je suis très heureuse de connaître cette pratique du pardon pour pouvoir l'intégrer dans ma vie. J'ai encore une fois été impressionnée par la qualité du stage des Chabreuil. La méthode et les techniques proposées sont vraiment "béton" !

 

J'en profite également pour poser une question avec laquelle j'étais venue; mais que j'ai oublié d'introduire. Une amie (9 mu) s'était intéressée au pardon à une époque et avait découvert le ho'oponopono. Elle tenait à connaître les différences entre cette technique et ce que j'avais appris au stage Pardon. Donc je demande à tout hasard, est-ce que Fabien tu connais le ho'oponopono ?

 

De ce que j'ai compris le ho'oponopono est une technique spirituelle pratiquée à Hawaï, qui consiste à se dire "Je suis prête à changer mes pensées erronées et à changer mon point de vue sur la vie", puis à répéter la phrase "Désolé. Pardon. Je t'aime. Merci." en visualisant son offenseur en cas de conflit. Et d'après cette amie, ça marche pour elle, dans le sens de la résilience (bon, elle est 9 aussi).

 

De mon point de vue, j'ai plutôt l'impression que le ho'oponopono est une technique de développement de la compassion, mais qui zappe toutes les phases du pardon ! Qu'en pensez-vous ?

 

Très amicalement,

Claire

 

PS : en fait, je viens juste de voir que le stage Pardon a été renommé en stage Résilience avec vos explications à ce sujet. Parfait, je vais pouvoir m'en servir pour répondre à cette amie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour Claire,

 

Merci beaucoup pour ton commentaire sur notre formation. Je sais que cette méthode marche, mais cela fait toujours plaisir de l'entendre.

 

Oui, je connais le ho`oponopono. Pfff, que dire…

  • Il s'adresse à un certain type de personnalité et à un certain profil sur la Spirale Dynamique qui sont, sans doute, ceux de la culture dont il est issu.
  • Il me semble qu'il n'a de sens qu'en cas de conflit où chacun a été offensé par l'autre et où il y a un pardon mutuel à faire — ce qui était son utilisation originelle à Hawaï et ailleurs en Polynésie — parce qu'autrement demander pardon à son offenseur…
  • Il est une technique spirituelle, qui néglige le plan psychologique et ne fait rien pour éviter la répétition de l'offense.
  • Sur ce plan spirituel, il mélange pardon et compassion, ce qui ne simplifie pas la tâche.

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Calamité

Bonjour Odile, Fabien et les autres,

Je suis un peu dans le même cas que toi Odile, à savoir que j'ai pardonné à mon empoisonneuse même s'il m'a fallu avant ce stage plusieurs démarches de "pardon" (spécifique aux 8 ? :kiss:), mais que la justice n'a toujours pas tranché.

J'ai choisi dès l'offense de laisser à un tiers le soin de déterminer l'importance du préjudice et sa contrepartie car à l'époque, passé le bref instant action-réaction où je lui aurais tordu le cou si je l'avais eu sous la main, j'ai décidé que je n'allais pas la laisser empoisonner ma vie entière et qu'il fallait que je lui pardonne. J'ai commencé par le déni le plus total et j'ai refusé d'accorder la plus petite importance à l'offense comme à l'offenseur Je passe sur le travail accompli depuis un an et demi pour aboutir au pardon qui ne me semblait pas acquis avant le stage car j'ai toujours l'épée de Damoclès du procès au-dessus de la tête et que j'étais persuadée que je ne pourrais pas lui pardonner vraiment tant que la justice n'aurait pas tranché. Lors du stage j'ai découvert que la seule personne à qui j'en voulais encore, c'était moi-même

Aujourd'hui, en ayant réglé ce dernier conflit, je me dis que la justice tranchera et que si sa décision me blesse, je commencerai un pardon à la justice plutôt qu'une guerre des procédures Enfin c'est ce que je pense, je ne saurai vraiment qu'à ce moment-là.

Bonne soirée à tous et peut-être à bientôt pour un autre stage,
Amicalement,
Calamité

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Kayla

Bonsoir tout le monde,

 

Ce stage m'a aussi libéré d'un poids d'un coup ! En fait, le fait de savoir qu'on a une méthode est vraiment apaisant et libérateur, et donne la certitude de pouvoir "faire" quelque chose, alors que mon instinctif réprimé aurait plutôt tendance à la désespérance et à l'aquabonisme !

 

De mon côté, il m'a permis de prendre conscience d'une blessure que je pensais avoir pardonnée mais finalement, c'est ce qui est ressorti presque au début et c'est finalement là-dessus que j'ai travaillé ce week-end.

 

Claire, coïncidence amusante, je n'avais jamais entendu parlé du ho'oponopono de toute ma vie et là, cet après-midi à la librairie, paf, deux livres lui étaient entièrement consacrés !

 

À bientôt. :calin:

 

 

P.S. pour Calamité : tu ne mérites vraiment pas ce surnom… ou alors une calamité très très gentille ! :kiss2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves

Bonjour à tous,

 

Le dimanche soir, après le stage, je me sentais exténué. Le surlendemain, mon passé s'était allégé ; je ressentais de l'espérance et aussi de la confiance dans les méthodes apprises.

 

Amitié,

Yves

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Stéphanie Auxenfans

Bonsoir à tous,

 

J'ai vécu une chose assez particulière au cours du stage le dimanche. Lors d'un exercice, je devais parler de l'offense. Bizarrement je n'arrivais pas à reformuler l'offense, tout est devenu confus, et je n'accédais plus aux informations comme c'était le cas le samedi. J'avais beau me concentrer, rien de clair ne se détachait.

 

J'ai d'abord cru que je faisais un bug, une confusion comme on l'entend au stage Éveil. Je me suis dit que peut-être que quelque chose de mon ego essayait de m'empêcher d'accéder aux informations. Puis après une interrogation, Fabien, m'a expliqué que le processus faisait effet, et que les griefs n'avaient plus la même emprise, ni le même impact. J'avais pris de la distance avec tout cela. Quand je compare l'état dans lequel j'étais lors de la première phase du protocole et ce moment-là, c'est assez incroyable.

 

D'ailleurs à ce même moment d'exercice, la personne avec qui je travaillais en binôme, a reformulé l'offense qu'elle avait subi, mais avec des termes qui n'étaient plus du tout ceux du premier jour. Dans la formulation ce n'était déjà presque plus une offense. Ces deux expériences à la fois vécue chez moi et observée de l'extérieur chez ma partenaire m'ont permis de sentir la puissance du processus en action.

 

Merci Patricia et Fabien.

Très affectueusement,

Stéf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Claire

Bonjour à tous,

 

Je regrette d'avoir mis deux ans à avoir le déclic et le courage de faire ce stage !

 

Au-delà de la richesse du travail sur soi accompli, ce stage offre des techniques et outils qui nous permettent d'arrêter les répétitions négatives de la vie et donc… de s'alléger d'un grand poids (passé) et de s'ouvrir à une autre vie…

 

Merci aux deux formateurs.

Je tiens également à remercier ma partenaire (7 alpha) du week-end qui m'a énormément apporté de réconfort, de partage, et de plaisir à travailler à deux, moi qui habituellement déteste cela !

 

Bizzzz,

Claire

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Mdo

Pour débuter, un grand bonjour, une très bonne et heureuse année pour tous, pleine de beaux moments !

 

Je pourrais intituler ma réponse "3 mois après le stage Pardon-Résilience"…

 

Le stage est très intense. Tout est inter-dépendant, et pour ma part, une fois le processus émotionnel traversé, j'étais ultra impatiente de revenir le dimanche matin pour la suite !

 

Il y a 3 mois :

J'ai beaucoup hésité à m'inscrire parce que je craignais de réactiver des émotions remontant à très longtemps. En même temps, je savais que c'était là, enfoui sous la surface, que ça me minait depuis toujours, et que j'avais vraiment avantage à pouvoir faire la paix avec mon passé. Et l'Ennéagramme est un outil avec lequel je me sens en confiance. De plus je me trouve à l'aise avec ces stages et les groupes qui y participent.

Comme 4, je ressens en permanence de grandes émotions, qui en plus changent tout le temps, mais curieusement je n'étais que peu consciente d'une énorme colère, qui se manifestait par des "crises" de reproches sur des sujets sans grande importance, des bouderies, des plaintes, une insatisfaction récurrente… Quant à la tristesse, j'avais une peur noire de la retraverser, en pensant que je ne pourrais pas supporter de la revivre.

 

Une partie importante du stage portant sur l'acceptation de sa colère et de sa perte, j'ai donc exprimé la colère, avec beaucoup de violence, et exprimé la perte, avec un immense chagrin.

 

C'est étonnant. Je suis sortie du stage apaisée, avec la forte impression qu'une page était tournée. Je ne sais pas où est ma colère, mais elle ne fait plus partie de moi. Au début, j'y ai pensé avec précaution : c'était trop simple, pas possible, ça allait revenir ! Bon, 3 mois après, elle n'est toujours pas revenue !!!

Affronter la perte, la reconnaître, m'a fait aussi un bien immense. C'est dur de réellement retraverser ces émotions, et pourtant, de le faire prouve qu'on peut y survivre, et même vivre mieux, vraiment vivre !

 

Aujourd'hui, plusieurs constatations :

Je me sens plus calme et plus forte (des amis m'ont confirmé qu'ils sentent aussi cette évolution en moi).

J'ai une énergie comme je n'ai jamais eue auparavant !

J'apprends à dire quand je ne suis pas d'accord (même si je trouve difficile de l'exprimer sans tomber dans les reproches, l'insatisfaction, la plainte, mais ça, je crains que ce soit le style de communication des 4). J'apprends à dire plus clairement ce que je veux. Bref, j'apprends à avoir de meilleures relations avec les autres…

 

Je pense aussi que le travail sur mon ennéatype 4 a à voir avec ce stage spécifique. Fabien, est-ce que la désintégration d'un type peut être une conséquence de certains événements ? Dans ce cas, la prise de conscience de ses filtres, de sa compulsion, d'une part, et le fait de laisser au passé ce qui a pu les renforcer d'autre part, me paraissent très liés ???

 

Pour finir cette longue intervention, le "pardon" est venu, presque hors de ma volonté, grâce aussi à la lecture de ce forum. J'ai pris conscience que les 4 (et les enfants 4) ne sont ni simples, ni faciles !

 

Voilà, si ce témoignage peut aider quelqu'un, ce serait bien ! En tous cas, j'en profite pour redire que ce stage est très important à faire !!!

 

Amitié à tous,

Mdo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fabien Chabreuil

Bonjour à tous,

 

Mdo, cela me fait toujours plaisir que quelqu'un manifeste son appréciation de nos stages, mais c'est encore un peu plus vrai pour celui-là. Tant de personnes trimballent avec elles un passé lourd et douloureux dont elles pourraient se libérer. Comme cela a été ton cas, elles ont une appréhension bien compréhensible à l'idée d'affronter une nouvelle fois ce qui s'est passé. Pourtant, elles y repensent déjà régulièrement à ces offenses subies sans que ce rassessement involontaire produisent de l'apaisement. Bien au contraire, il ne fait que réactiver la souffrance et plomber le présent et le futur. Le travail de pardon et de résilience amène effectivement à reconsidérer ce qui s'est passé, mais de manière libératrice.

 

"Je ne sais pas où est ma colère, mais elle ne fait plus partie de moi. Au début, j'y ai pensé avec précaution : c'était trop simple, pas possible, ça allait revenir ! Bon, 3 mois après, elle n'est toujours pas revenue !!!"

Richard Bandler, le cofondateur de la PNL et grand spécialiste de l'hypnose éricksonienne, disait à ses patients qui s'inquiétaient de voir revenir une émotion problématique : "Faites un gros effort en vain pour retrouver cette émotion." :rofl:

 

"Aujourd'hui, plusieurs constatations."

:thumb_up: Calme, énergie et affirmation de soi, c'est un beau bilan.

 

"Je pense aussi que le travail sur mon ennéatype 4 a à voir avec ce stage spécifique. Fabien, est-ce que la désintégration d'un type peut être une conséquence de certains événements ? Dans ce cas, la prise de conscience de ses filtres, de sa compulsion, d'une part, et le fait de laisser au passé ce qui a pu les renforcer d'autre part, me paraissent très liés ???"

La désintégration d'un type peut trouver sa source à l'extérieur ou à l'intérieur. Je dirais plutôt à l'extérieur et à l'intérieur car quel que soit l'événement extérieur s'y ajoute l'interprétaion que nous en faisons. En s'attaquant à ce dernier point, tout travail sur son ennéatype nous fait tendre vers le pardon, une capacité naturelle de l'essence. Toutefois, Patricia et moi avons constaté que le simple travail sur les mécanismes égotiques, tel que vu dans les stages Essence et Éveil, n'était pas suffisant et devait être complété par un nettoyage du passé.

 

Très amicalement,

Fabien

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bookineur

Bonjour à tous,

 

Stage plein d'émotions ce week-end. Je ne suis pas sûr d'avoir tout à fait laissé partir mon offense après le week-end. Plus exactement, si la phase émotionnelle est presque aboutie, il reste du mental et de l'instinctif à faire. Comprendre comment l'offense a eu lieu, en tirer les leçons nécessaires, et trouver le courage pour avancer. Derrière, trouver le courage pour se pardonner à soi-même.

 

Mais dans tous les cas. Le lavage émotionnel m'a fait l'objet d'une véritable libération spirituelle.

 

Je mets un message que j'ai envoyé à Fabien à ce propos ce matin :

 

J'ai croisé ce matin, par hasard dans le métro, mon offenseuse. Je ne l'avais pas vue depuis la fin de l'offense. Quand je l'ai saluée (j'ai pris l’initiative de le faire, après hésitation), la colère, l'amertume, bien que toujours présentes, étaient très ténues. J'étais avant tout serein, et content de la voir. Je ne voyais plus tout le mal qu'elle m'avait fait, mais bien plutôt son humanité, telle qu'elle était. Je ne collais plus sur son visage toute la malveillance que j'y voyais quand elle me faisait souffrir. Je ne l'ai vue que comme une être humaine, et j'ai mesuré à la fois le chemin accompli, et le chemin qui me reste encore à accomplir sur la résilience.

Deuxième cadeau, hier, j'ai commencé à faire un pardon à mon ego. Je me sens doute et perdu, mais je me sens aussi amour et espérance.

 

Oui je me sens amour, joie et espérance.

 

Le pardon, aux autres, et à soi-même, c'est une liberté. Après avoir passé une vie dans le ressentiment et dans l'impression que ne pas pardonner, c'était une manière de conserver le contrôle sur le monde, mon ego pressent comme le pardon peut mettre à mal son identification à une image d'être rationnel, sec et méchant. Le pardon, c'est tuer le négatif par de l'amour.

Sa suite, c'est la compassion, et sans pardon, il m'aurait été impossible de seulement entrevoir ça, comme je l'ai vu aujourd'hui.

 

Bref, un super stage. Sur deux processus enclenchés, la phase de lavage émotionnel a les deux fois été particulièrement forte en émotion. Ça aussi, ça fait du bien.

 

Enfin, apprendre à poser ses limites comme on le fait dans ce stage, en creux, c'est aussi libérateur pour moi. C'est un pas de côté par rapport à un enfermement semi-conscient dans l'évitement de la déviance. Pardonner, c'est récupérer la responsabilité sur sa vie. Lâcher prise. Focused.

 

C'est long et désordonné, merci à ceux qui auront eu le courage de me lire. Merci à moi, à mon ego et à mon essence, d'avoir eu le courage de faire ce stage.

 

Amicalement, :heart:

Bookineur

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×